eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Législatives: Après le hold up, le syndrome de Stockholm électoral ! (After a legislative election with a record abstention rate, France’s clingers and deplorables are still waiting for their Trump)

Posté le mardi 20 juin 2017 par Admini

Stockholm syndrome coming soonosmonsterTrumpRevolutionScrutin hors sol, hors peuple, consentement par défaut, « grève générale civique », parti de la République en panne, Français immobiles, citoyens mal-à-l’aise, républicains de l’extérieur, oligarchie hors-sol, hors-peuple, désaveu massif, sécession républicaine, partition des cœurs, des territoires et des esprits,  terrorisme franco-français, «territoires perdus de la république», montée des conflictualités intercommunautaires, déshérence de la «France périphérique», crises identitaires, malaises culturels,  sans-votes, sans-dents de la République, électorat en déshérence, orphelins d’une solution politique, «syndrome de Stockholm électoral » …

Attention: un syndrome de Stockholm peut en cacher un autre !

A l’heure où après un nouvel et hélas aussi tragique que vain avertissement …

Nos amis britanniques après leurs homologues canadiens  semblent repartis pour un tour  …

A noyer dans les flots de bonnes paroles, bougies et ours en peluche …

La colère qui monte entre deux attaques terroristes …

Contre le déni et le parti pris tout stockholmien pour nos propres bourreaux …

Qui nous sert actuellement de politique dans un Monde libre dévoré par ses propres enfants …

Pendant que pour les mêmes victimes quasiment quotidiennes mais israéliennes, aucune Tour Eiffel ne s’éteindra jamais …

Et qu’à l’occasion d’un énième attentat déjoué en France, l’on découvre un fiché S qui vient tranquillement de se voir renouveler son permis de port d’arme …

Comment …

Au lendemain, après l’élection sans candidats que l’on sait, d’une véritable élection sans peuple …

Où les législatives ressemblent de plus en plus furieusement à des européennes …

(28 millions contre 18 millions qui ont voté, plus de 57% dont 66% des ouvriers et 61% des employés,  64% des moins de 35 ans se sont abstenus sans compter la non-inscription, plus de treize millions d’électeurs de moins entre le 12 juin et le 23 avril)

Où ceux-là mêmes (jusqu’au ministre la Justice lui-même !) qui doivent leur élection à la prétendue moralisation de la politique sont au centre des mêmes affaires qu’ils avaient dénoncées chez leurs adversaires …

Où si avec la réunification des élites de gauche et de droite, le pays pourrait enfin avoir la base politique et sociale suffisante pour enfin achever les réformes d’un marché du travail où les travailleurs sont si bien protégés qu’aucun travailleur ne peut y entrer …

L’on retrouve en fait derrière le paravent de la parité et de la diversité, le plus élitiste des recrutements politiques …

Et à l’instar de la stratégie obamienne reprise par le think tank socialiste Terra Nova, le remplacement du peuple de gauche traditionnel des ouvriers et de la classe moyenne par l’arc en ciel des minorités du jour (minorités ethniques et sexuelles) …

Ne pas repenser …

A 2002 et à ses 19,9%  de Chirac se transmutant magiquement face à l’épouvantail Le Pen en score africain de 82% …

Comme aux dix ans d’immobilisme dont on paie encore aujourd’hui le prix …

Mais surtout à l’image de la situation américaine qui nous sert bien souvent de modèle inconscient …

A ce « monstre » qu’est en train de préparer à leur pays la morgue des bobos du nouveau Dr. Frankenstein français …

Ou plus précisément après les défections successives de Sarkozy et du FN …

Et sur fond de péril grandissant de la menace islamique …

A ce Trump français qu’attend depuis si longtemps une France de plus en plus marginalisée ?



Laisser un commentaire


19 réponses à “Législatives: Après le hold up, le syndrome de Stockholm électoral ! (After a legislative election with a record abstention rate, France’s clingers and deplorables are still waiting for their Trump)”

  • 19
    jc durbant:

    Vous avez dit orwellien ?

  • 18
    jc durbant:

    DO WE HAVE THE WILL TO SURVIVE ? (In Warsaw, Trump takes a brilliant stand against the Barbarians at and within the gates while critics denounce nationalism and dark nativism)

    https://www.theguardian.com/us-news/2017/jul/06/donald-trump-warn-future-west-in-doubt-warsaw-speech

    https://www.theguardian.com/us-news/2017/jul/06/trump-warsaw-speech-us-west-nato-russia

  • 17
    jc durbant:

    DO WE HAVE THE WILL TO SURVIVE ? (In Warsaw, Trump takes a brilliant stand against the Barbarians at and within the gates while critiics denounce nationalism and dark nativism)

    Six months into his first term of office, Mr. Trump finally offered the core of what could become a governing philosophy. It is a determined and affirmative defense of the Western tradition. To be sure, Mr. Trump’s speech also contained several pointed and welcome foreign-policy statements. He assured Poland it would not be held hostage to a single supplier of energy, meaning Russia. He exhorted Russia to stop destabilizing Ukraine “and elsewhere,” to stop supporting Syria and Iran and “instead join the community of responsible nations.” He explicitly committed to NATO’s Article 5 on mutual defense. But—and this shocked Washington—the speech aimed higher. Like the best presidential speeches, it contained affirmations of ideas and principles and related them to the current political moment. “Americans, Poles and the nations of Europe value individual freedom and sovereignty,” he said. This was more than a speech, though. It was an argument. One might even call it an apologia for the West. (…) But the speech’s most provocative argument was about our way of life. It came when he described how a million Poles stood with Pope John Paul II in Victory Square in 1979 to resist Soviet rule by chanting, “We want God!” “With that powerful declaration of who you are,” Mr. Trump said, “you came to understand what to do and how to live.” This is a warning to the West and a call to action. By remembering the Poles’ invocation of God, Mr. Trump is clearly aligning himself with the same warning issued to Europe some years ago by Cardinal Joseph Ratzinger, who became Pope Benedict. Cardinal Ratzinger’s argument was that Europe needed to recognize that its turn toward aggressive secularism posed a real threat to its survival. In Mr. Trump’s formulation of that threat, we are obliged to “confront forces, whether they come from inside or out, from the South or the East, that threaten over time to undermine these values and to erase the bonds of culture, faith and tradition that make us who we are.” He warned about a “lack of pride and confidence in our values.” Mr. Trump is taking a clear stand against the kind of gauzy globalism and vague multiculturalism represented by the worldview of, say, Barack Obama and most contemporary Western intellectuals, who are willing, even eager, to concede the argument to critics of the West’s traditions. This is the speech Mr. Trump should have given to introduce himself to the world at his Inauguration. In place of that speech’s resentments, his Warsaw talk offered a better form of nationalism. It is a nationalism rooted in values and beliefs—the rule of law, freedom of expression, religious faith and freedom from oppressive government—that let Europe and then America rise to prominence. This, Mr. Trump is saying, is worth whatever it takes to preserve and protect. It was an important and, we hope, a defining speech—for the Trump Presidency and for Donald Trump himself.

    WSJ

  • 16
    jc durbant:

    DO WE HAVE THE WILL TO SURVIVE ? (In Warsaw, Trump takes a brilliant stand against the Barbarians at and within the gates while critics denounce nationalism and dark nativism)

    I am here today not just to visit an old ally, but to hold it up as an example for others who seek freedom and who wish to summon the courage and the will to defend our civilization. The story of Poland is the story of a people who have never lost hope, who have never been broken, and who have never, ever forgotten who they are (…) Under a double occupation the Polish people endured evils beyond description: the Katyn forest massacre, the occupations, the Holocaust, the Warsaw Ghetto and the Warsaw Ghetto Uprising, the destruction of this beautiful capital city, and the deaths of nearly one in five Polish people. A vibrant Jewish population — the largest in Europe — was reduced to almost nothing after the Nazis systematically murdered millions of Poland’s Jewish citizens, along with countless others, during that brutal occupation. (…) Through four decades of communist rule, Poland and the other captive nations of Europe endured a brutal campaign to demolish freedom, your faith, your laws, your history, your identity — indeed the very essence of your culture and your humanity. Yet, through it all, you never lost that spirit. (…) And when the day came on June 2nd, 1979, and one million Poles gathered around Victory Square for their very first mass with their Polish Pope, that day, every communist in Warsaw must have known that their oppressive system would soon come crashing down. (Applause.) They must have known it at the exact moment during Pope John Paul II’s sermon when a million Polish men, women, and children suddenly raised their voices in a single prayer. A million Polish people did not ask for wealth. They did not ask for privilege. Instead, one million Poles sang three simple words: « We Want God. » (…) As I stand here today before this incredible crowd, this faithful nation, we can still hear those voices that echo through history. Their message is as true today as ever. The people of Poland, the people of America, and the people of Europe still cry out « We want God. » (…) Together, with Pope John Paul II, the Poles reasserted their identity as a nation devoted to God. And with that powerful declaration of who you are, you came to understand what to do and how to live. You stood in solidarity against oppression, against a lawless secret police, against a cruel and wicked system that impoverished your cities and your souls. And you won. Poland prevailed. Poland will always prevail. (…) This continent no longer confronts the specter of communism. But today we’re in the West, and we have to say there are dire threats to our security and to our way of life. (…) We are confronted by another oppressive ideology — one that seeks to export terrorism and extremism all around the globe. America and Europe have suffered one terror attack after another. We’re going to get it to stop. During a historic gathering in Saudi Arabia, I called on the leaders of more than 50 Muslim nations to join together to drive out this menace which threatens all of humanity. We must stand united against these shared enemies to strip them of their territory and their funding, and their networks, and any form of ideological support that they may have. While we will always welcome new citizens who share our values and love our people, our borders will always be closed to terrorism and extremism of any kind. We are fighting hard against radical Islamic terrorism, and we will prevail. We cannot accept those who reject our values and who use hatred to justify violence against the innocent. Today, the West is also confronted by the powers that seek to test our will, undermine our confidence, and challenge our interests. To meet new forms of aggression, including propaganda, financial crimes, and cyberwarfare, we must adapt our alliance to compete effectively in new ways and on all new battlefields. We urge Russia to cease its destabilizing activities in Ukraine and elsewhere, and its support for hostile regimes — including Syria and Iran — and to instead join the community of responsible nations in our fight against common enemies and in defense of civilization itself. Finally, on both sides of the Atlantic, our citizens are confronted by yet another danger — one firmly within our control. This danger is invisible to some but familiar to the Poles: the steady creep of government bureaucracy that drains the vitality and wealth of the people. The West became great not because of paperwork and regulations but because people were allowed to chase their dreams and pursue their destinies. Americans, Poles, and the nations of Europe value individual freedom and sovereignty. We must work together to confront forces, whether they come from inside or out, from the South or the East, that threaten over time to undermine these values and to erase the bonds of culture, faith and tradition that make us who we are. If left unchecked, these forces will undermine our courage, sap our spirit, and weaken our will to defend ourselves and our societies. (…) above all, we value the dignity of every human life, protect the rights of every person, and share the hope of every soul to live in freedom. That is who we are. Those are the priceless ties that bind us together as nations, as allies, and as a civilization.(…) Americans know that a strong alliance of free, sovereign and independent nations is the best defense for our freedoms and for our interests. That is why my administration has demanded that all members of NATO finally meet their full and fair financial obligation. As a result of this insistence, billions of dollars more have begun to pour into NATO. In fact, people are shocked. But billions and billions of dollars more are coming in from countries that, in my opinion, would not have been paying so quickly. To those who would criticize our tough stance, I would point out that the United States has demonstrated not merely with words but with its actions that we stand firmly behind Article 5, the mutual defense commitment. Words are easy, but actions are what matters. (…) The fundamental question of our time is whether the West has the will to survive. Do we have the confidence in our values to defend them at any cost? Do we have enough respect for our citizens to protect our borders? Do we have the desire and the courage to preserve our civilization in the face of those who would subvert and destroy it? We can have the largest economies and the most lethal weapons anywhere on Earth, but if we do not have strong families and strong values, then we will be weak and we will not survive. (…) So, together, let us all fight like the Poles — for family, for freedom, for country, and for God.

    President Donald Trump

  • 15
    jc durbant:

    « 61,57% de Français ne se sont pas exprimés » …

    le sujet n’a pas été abordé pendant la campagne présidentielle, pas davantage que les enjeux, plus larges, du «commun», de ce que c’est aujourd’hui qu’être Français, des frontières du pays, de notre «identité nationale». Et que cette occultation n’a pas fait disparaître cet enjeu fondamental pour nos concitoyens, contrairement à ce qu’ont voulu croire certains observateurs ou certains responsables politiques. (…) il y a la crainte d’aborder des enjeux tels que l’immigration ou la place de la religion dans la société par exemple. Crainte de «faire le jeu du FN» dans le langage politique de ces 20 dernières années suivant un syllogisme impeccable: le FN est le seul parti qui parle de l’immigration dans le débat public, le FN explique que «l’immigration est une menace pour l’identité nationale», donc parler de l’immigration, c’est dire que «l’immigration est une menace pour l’identité nationale»! La seule forme acceptable d’aborder le sujet étant de «lutter contre le FN» en expliquant que «l’immigration est une chance pour la France» et non une menace. Ce qui interdit tout débat raisonnable et raisonné sur le sujet. Enfin, les partis et responsables politiques qui avaient prévu d’aborder la question ont été éliminés ou dans l’incapacité concrète de le faire: songeons ici à Manuel Valls et François Fillon. Et notons que le FN lui-même n’a pas joué son rôle pendant la campagne, en mettant de côté cette thématique de campagne pour se concentrer sur le souverainisme économique, notamment avec la proposition de sortie de l’euro. Tout ceci a déséquilibré le jeu politique et la campagne, et n’a pas réussi au FN d’ailleurs qui s’est coupé d’une partie de son électorat potentiel. (…) L’opinion majoritairement négative de l’islam de la part de nos compatriotes vient de l’accumulation de plusieurs éléments. Le premier, ce sont les attentats depuis le début 2015, à la fois sur le sol national et de manière plus générale. Les terroristes qui tuent au nom de l’islam comme la guerre en Syrie et en Irak ou les actions des groupes djihadistes en Afrique font de l’ensemble de l’islam une religion plus inquiétante que les autres. Même si nos compatriotes font la part des choses et distinguent bien malgré ce climat islamisme et islam. On n’a pas constaté une multiplication des actes antimusulmans depuis 2015 et les musulmans tués dans des attaques terroristes depuis cette date l’ont été par les islamistes. Un deuxième élément, qui date d’avant les attentats et s’enracine plus profondément dans la société, tient à la visibilité plus marquée de l’islam dans le paysage social et politique français, comme ailleurs en Europe. En raison essentiellement de la radicalisation religieuse (pratiques alimentaires et vestimentaires, prières, fêtes, ramadan…) d’une partie des musulmans qui vivent dans les sociétés européennes – l’enquête réalisée par l’Institut Montaigne l’avait bien montré. Enfin, troisième élément de crispation, de nombreuses controverses de nature très différentes mais toutes concernant la pratique visible de l’islam ont défrayé la chronique ces dernières années, faisant l’objet de manipulations politiques tant de la part de ceux qui veulent mettre en accusation l’islam, que d’islamistes ou de partisans de l’islam politique qui les transforment en combat pour leur cause. On peut citer la question des menus dans les cantines, celle du fait religieux en entreprise, le port du voile ou celui du burkini, la question des prières de rue, celle de la présence de partis islamistes lors des élections, les controverses sur le harcèlement et les agressions sexuelles de femmes lors d’événements ou dans des quartiers où sont concentrées des populations musulmanes, etc. (…) Aujourd’hui, cette défiance s’étend à de multiples sujets, notamment aux enjeux sur l’identité commune et à l’immigration. Et, de ce point de vue, l’occultation de ces enjeux à laquelle on a pu assister pendant ces derniers mois, pendant la campagne dont cela aurait dû être un des points essentiels, est une très mauvaise nouvelle. Cela va encore renforcer cette défiance aux yeux de nos concitoyens car non seulement les responsables politiques ne peuvent ou ne veulent plus agir sur l’économie mais en plus ils tournent la tête dès lors qu’il s’agit d’immigration ou de définition d’une identité commune pour le pays et ses citoyens.

    Laurent Bouvet

  • 14
    Gérard Pierre:

    Mercator.

    Je crois avoir développé ici même la démonstration à laquelle vous vous livrez.

    Vous mélangez simplement légitimité et légalité.

    Être LÉGALEMENT élu dans le contexte d’une Constitution dont les dispositions permettent les excès que vous relevez, …… je vous cite : [en admettant par « hypothèse d’école » une abstention hyper massive, le candidat A n’obtiendrait seulement deux voix et le candidat B trois voix le candidat B serait le CANDIDAT LEGITIVEMENT ÉLU sans recours possible] , …… ne confère précisément AUCUNE LÉGITIMITÉ ! ……

    Et c’est bien ce qui ne manquera pas de se retourner tôt ou tard contre le jeune théâtreux devant laquelle toute la presse aussi inculte que servile est en train de saliver comme les chiens qui font des ficelles devant un gigot !

    Les 61,57% de Français, inscrits sur les listes électorales, …… qui, à leurs façons, n’ont pas voulu condescendre à se conformer au système électoral pourri qu’est le nôtre, …… qui, parce qu’ils ont détecté l’ignominieuse manipulation à laquelle on voulait qu’ils se prêtent, …… deviendront un jour les ‘’factieux‘’ que vous citez ! …… et je dis ils auront une incontestable légitimité à le devenir !

  • 13
    MERCATOR:

    « Pour la présidentielle, cette condition est simple : il faut être arrivé premier ou deuxième au premier tour. Le second tour, prévu quatorze jours après le premier, afin de laisser le temps au Conseil constitutionnel d’arrêter les résultats, ou à un candidat de se retirer, est donc un duel. Ce deuxième tour permet d’asseoir la légitimité du futur président, qui sera forcément élu à la majorité absolue. »


    Autrement dit, si lors du second tour, en admettant par « hypothèse d »école » une abstention hyper massive, le candidat A n’obtiendrait seulement deux voix et le candidat B trois voix le candidat B serait le CANDIDAT LEGITIVEMENT ÉLU sans recours possible et ceux qui s’y opposeraient devraient être considérés comme factieux .

  • 12
    Gérard Pierre:

    Nos dirigeants seraient bien avisés de ne pas ronronner en se laissant bercer par ce que les médias, …… [dont le manque de perspicacité n’est plus à démontrer] …… nous présentent comme un raz-de-marée démocratique en France !

    Les statistiques masquent les apparences !

    ¤ Emmanuel Macron a été élu président de la république avec 66,10% des voix ! …… un ‘’triomphe‘’ !

    ¤ Les législatives donnent à LREM 306 sièges sur les 573 que compte l’assemblée … [53,4% de majorité parlementaire ! ! ! Bingo ! ! !]

    Durant la campagne présidentielle, tout comme pendant les législatives, … pas un mot sur l’islamisation de la France, … pas un mot sur la progression de l’immigration, … pas un mot sur l’insécurité, sur les centaines de zones de non droit, … pas un mot sur les problèmes criants de nos armées.

    Or, derrière les apparences, il y a :

    ¤ Au premier tour de l’élection présidentielle, 81,81% des Français n’ont pas choisi Macron !

    ¤ Au 2ème tour de l’élection présidentielle, 43,6% des français seulement ont adoubé le produit marketing Macron !

    Mais bon ! … Notre Constitution républicaine est ainsi faite qu’elle permet de s’assoir au passage sur la notion de légitimité en permettant çà aussi ! … et tout le monde semble s’en accommoder, y compris les nouveaux moralistes !

    ¤ 2ème tour des législatives :

    Le cumul des absentéistes, des abstentionnistes et des nuls s’élève à 29,12 millions, soit 61,57% des Français inscrits sur les listes électorales ! …… ce qui signifie que seulement 38,43% des Français ont exprimé un choix.

    La carte électorale, savamment étudiée et régulièrement retouchée depuis des décennies, alliée à une judicieuse répartition des attributions d’investiture, a permis sur le plan national qu’avec :

    7.826.245 voix, LREM … [16,54% des Français inscrits sur les listes électorales ] … obtienne 306 sièges sur 573 … [53,4% de majorité parlementaire ! ! ! Bingo ! ! !]

    Ce qui veut dire qu’avec 25.576 voix on a fabriqué 1 député LREM, tandis qu’il en a fallu 198.859à dame Marine pour fabriquer le sien ! ! ! … c’est-à-dire 7,78 fois plus ! ! ! …… Vive la démocratie à la républicaine !

    Qui pourrait croire après cela que les Français ont massivement donné dans la macromania ?

    Que pensent RÉELLEMENT les 61,57% des Français inscrits sur les listes électorales qui n’ont pas voulu faire un choix dans ce marigot ?
    Que pensent-ils de l’islamisation de la France, … de la progression de l’immigration, … de l’insécurité, des centaines de zones de non droit, … des problèmes criants de nos armées ?

    La réponse est contenue dans leur silence !

    À ne pas s’en préoccuper, Jupiter pourrait être à la veille d’une révolution …… en France ! ……

    À en juger par le ‘’vote de confiance ‘’ qui a succédé au discours de politique générale du premier ministre, la chambre semble être devenue un immense dortoir, à la suite de son renouvellement !

    Attention au réveil ! …… Oh ! … non pas du dortoir ! [il est déjà sous sédatif politique. Les marcheurs sont des somnambules] …… mais de la rue !

    Celle des 61,57% de Français qui, jusqu’ici, ne se sont … pas encore, … exprimés !

  • 11
    jc durbant:

    Et si, face au véritable emballement médiatique en cours pour le PMP, on relisait Tandonnet ?

    La participation médiocre, les conditions de cette victoire dans le contexte du «Fillongate», puis face à un adversaire «repoussoir», dans sa fonction d’épouvantail traditionnel de la politique française, donnent à cette élection un goût d’inachevé. Les Français ont-ils jamais été en situation de «choisir»? Tandis que la France «d’en haut» célèbre son sauveur providentiel sur les plateaux de télévision, une vague de perplexité déferle sur la majorité silencieuse. Que va-t-il en sortir? Par-delà l’euphorie médiatique d’un jour, le personnage de M. Macron porte en lui un potentiel de rejet, de moquerie et de haine insoupçonnable. Son style «jeunesse dorée», son passé d’énarque, d’inspecteur des finances, de banquier, d’ancien conseiller de François Hollande, occultés le temps d’une élection, en font la cible potentielle d’un hallucinant lynchage collectif, une victime expiatoire en puissance des frustrations, souffrances et déceptions du pays. Quant à la «France d’en haut», médiatique, journalistique, chacun sait à quelle vitesse le vent tourne et sa propension à brûler ce qu’elle a adoré. Jamais une présidence n’a vu le jour sous des auspices aussi incertains. Cette élection, produit du chaos, de l’effondrement des partis, d’une vertigineuse crise de confiance, signe-t-elle le début d’une renaissance ou une étape supplémentaire dans la décomposition et la poussée de violence? En vérité, M. Macron n’a aucun intérêt à obtenir, avec «En marche», une majorité absolue à l’Assemblée qui ferait de lui un nouvel «hyperprésident» censé détenir la quintessence du pouvoir. Sa meilleure chance de réussir son mandat est de se garder des sirènes de «l’hyperprésidence» qui mène tout droit au statut de «coupable idéal» des malheurs du pays, à l’image de tous ses prédécesseurs. De la part du président Macron, la vraie nouveauté serait dans la redécouverte d’une présidence modeste, axée sur l’international, centrée sur l’essentiel et le partage des responsabilités avec un puissant gouvernement réformiste et une Assemblée souveraine, conformément à la lettre – jamais respectée – de la Constitution de 1958.


    Maxime Tandonnet
    (07.05.2017)

  • 10
    jc durbant:

    Vous avez dit obamisation ?

    Debout devant son bureau, une fenêtre pour fond et deux drapeaux pour décor, au moins trois éléments de la photo officielle d’Emmanuel Macron rappellent celle de Barack Obama à la Maison Blanche (…) L’art du roman-photo. Le chef de l’État cultive, comme son ancien homologue américain, un sens poussé de la mise en scène. On l’a vu, au tout début de sa présidence, répondre au téléphone à la place des standardistes de l’Élysée qu’il était venu saluer. On l’a vu aussi le week-end dernier dans un fauteuil roulant s’essayer au tennis-fauteuil et à la boxe pour promouvoir la venue des JO à Paris en 2024. Toujours accompagné de sa photographe officielle Soazig de la Moissonnière, qui signe son portrait officiel, dont la ressemblance avec le portrait officiel de Barack Obama est troublant, Emmanuel Macron ne refuse aucune photo, aucun selfie, au grand dam de son staff qui doit gérer ces bains de foule à rallonge.

    http://www.leparisien.fr/politique/communication-emmanuel-macron-la-joue-comme-obama-et-trump-29-06-2017-7097859.php

  • 9
    jc durbant:

    15 000, sans compter les futurs retours de Mossoul et Rakka: on est tout de suite rassuré mais avec Merkel et Macron, on pourrait même en avoir encore un peu plus !

    Les décisions prises par la chancelière Angela Merkel ont été des décisions courageuses. Nous devons accueillir des réfugiés car c’est notre tradition et notre honneur. Je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quel migrant. Ce ne sont pas les migrants économiques. Ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté, ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leur choix politique. Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants. Il n’y a malheureusement pas de progrès sur la question de la répartition des réfugiés entre les pays. Nous devons continuer à traiter ce problème parce qu’il est très important, notamment car il faut faire preuve de solidarité entre pays européens.

    Emmanuel Macron

    http://www.valeursactuelles.com/societe/en-couverture-15-000-islamistes-pres-de-chez-vous-85523

  • 8
    jc durbant:

    ATTENTION-GRABBING REPORTER GETS HER WAY WITH TRUMP (While progressives everywhere hail election of Ireland’s first homosexual, part-Indian PM)

    En tout cas, elle a bien réussi son coup et avec Clinton, elle va être servie …

    Voir:

    ‘When we went in he was already on the phone but I managed to catch his eye and he called me over,’ she said. Trump had been put on hold for more than a minute and a half on Tuesday, waiting for Ireland’s new prime minister to get on the phone and receive his congratulations. (…) Her dream of inviting Bill Clinton to her ‘dream dinner party’ may be closer to reality after the footage of her being called over by President Trump went viral…

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-4645860/Trump-compliments-Irish-reporter-s-beautiful-smile.html?ito=social-twitter_dailymailus

  • 7
    jc durbant:

    Cherchez l’erreur !

    http://www.valeursactuelles.com/monde/trudeau-porte-des-chaussettes-celebrant-la-fin-du-ramadan-la-gay-pride-85462

  • 6
    JFM:

    https://jcdurbant.wordpress.com/2017/06/26/presidence-macron-vous-avez-dit-obamisation-dining-with-the-enemy-while-trump-runs-out-of-long-spoons-guess-who-picks-up-the-ramadan-dinner-tradition-again/

  • 5
    jc durbant:

    Vous avez dit obamisation ?

    L’iftar est un moment de partage. Je le partage ce soir avec la communauté musulmane française.

    Emmanuel Macron

    Pas une fois le CFCM n’a fait défaut : il a su trouver les mots sans se placer dans le déni (…) Notre combat déterminé contre Daech (…) doit conduire à poursuivre avec détermination ceux qui cherchent à faire de vos lieux de culte des lieux de prêche de haine, voire d’appel à la violence. Il vous appartient de combattre pied à pied sur le terrain théologique et religieux, de démasquer chaque fois que nécessaire l’usurpation de vos valeurs, la captation de l’histoire de votre religion, la négation de quinze siècles de travail d’interprétation réalisés par vos savants.

    Emmanuel Macron

    Les décisions prises par la chancelière Angela Merkel ont été des décisions courageuses. Nous devons accueillir des réfugiés car c’est notre tradition et notre honneur. Je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quel migrant. Ce ne sont pas les migrants économiques. Ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté, ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leur choix politique. Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants. Il n’y a malheureusement pas de progrès sur la question de la répartition des réfugiés entre les pays. Nous devons continuer à traiter ce problème parce qu’il est très important, notamment car il faut faire preuve de solidarité entre pays européens.

    Emmanuel Macron

    La soirée du Louvre ne fut pas la victoire d’un camp sur l’autre, mais l’assomption d’une forme apolitique. Un décor monarchique, un discours sans généalogie idéologique. Une ode à la joie mais aussi au progrès, à l’énergie et à l’autonomie des individus. Aux formes politiques habituelles, succèdent les codes des groupes de la Silicon Valley. La réussite d’Emmanuel Macron doit être soudaine, spectaculaire, inattendue, carnassière et souriante. (…) Emmanuel Macron brandit le drapeau européen : Yes we can En Marche, c’est comme une nouvelle appli qui renvoie les autres partis politiques au rang de Minitel. Uber face aux taxis, Amazon face aux libraires. Emmanuel Macron à l’Elysée, c’est l’américanisation du pouvoir. Les États-Unis, le temple de l’innovation numérique, sont pour le nouveau président une inépuisable source d’inspiration. Le jour de sa victoire, devant ses partisans massés sur l’esplanade du Louvre, Emmanuel Macron fait monter sur scène son épouse Brigitte. Main dans la main, ils affichent aux yeux du monde l’harmonie d’un couple qui s’apprête à prendre ensemble les rênes du pouvoir. Car la femme du Président nouvellement élu bénéficiera d’un statut de première dame, à l’instar de la First Lady. Alors que ses supporters s’époumonaient à crier son nom, Emmanuel Macron a entonné La Marseillaise, la main sur le cœur, à l’américaine. Passé cet instant de liesse, le nouveau Président est désormais penché sur la composition de son futur gouvernement, où une partie des membres seront issus de la société civile. Un autre rapprochement. Et ce n’est pas fini : Emmanuel Macron va suivre de près les nominations dans la Haute Administration Publique. C’est la mise en œuvre en France de la pratique américaine du « Spoil System » : a chaque nouvelle présidence américaine, tous les cadres des administrations sont susceptibles d’être remplacés. Concrètement, un jeu de chaises musicales est en cours pour les postes clés. Le but poursuivi par le nouvel exécutif est de disposer de relais en phase avec la feuille de route politique. Emmanuel Macron vient d’un monde où dominent l’idée américaine du bonheur, du bien-être individuel, de la cohésion sociale, de l’harmonie. Avec un sens aigu de la scénarisation, il a su distiller pendant la campagne des marqueurs venus d’outre-Atlantique. Dans ses meetings, les bénévoles étaient rebaptisés « Helpers ». Surtout, il y eut l’appel de Barack Obama à Emmanuel Macron, filmé avec soin et diffusé avant le premier tour. Deux semaines plus tard, c’est une vidéo de soutien enregistrée par l’ancien locataire de la Maison-Blanche qui est dévoilée sur les réseaux sociaux. Parfait storytelling, diraient les communicants anglo-saxons…

    François de Maistre

  • 4
    LenPen&sisters:

    Vous semblez avoir un gros probleme de reconnaisance Mr Durban et ce n’est
    pas en multipliant le nombre de clonages de votre blog qui vous allez pouvoir resoudre quoi que ce soit.

  • 3
    jc durbant:

    Pour ceux qui se souviennent du fameux Salaire de la peur

    Le macronisme insolemment triomphant s’apparente à une expérience politique chimiquement pure au redoutable potentiel explosif…

    Eric Dupin

  • 2
    LenPen&sisters:

    Pourquoi avoir deux blog pour dire la meme chose?

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    Les voleurs nous protègent contre la police.

    Otages du Crédit Suédois de Stockholm (le 23 août 1973)

    Adam D. (…) qui a foncé avec une Mégane Renault sur un fourgon de gendarmes posté près du rond-point des Champs-Élysées, à Paris (…) était fiché « S » pour radicalisme par la Direction générale de la sécurité intérieure. Selon nos informations, il s’est vu délivrer un port d’arme en février 2017 par la préfecture de l’Essonne. (…) Dans sa voiture ont été retrouvés deux glocks, deux kalachnikovs et deux bonbonnes de gaz. Les gendarmes qu’il a attaqués l’ont extrait de son véhicule alors qu’une grosse fumée orange se répandait sur l’avenue des Champs-Élysées, près du square Marigny. Mais Adam D. n’aurait pas résisté à l’explosion et la fumée qui avait envahi la voiture qu’il conduisait.

    Le Point

    La ministre des Armées Sylvie Goulard fait savoir ce mardi 20 juin qu’elle renonce à figurer dans le nouveau gouvernement qu’Emmanuel Macron a chargé Edouard Philippe de former. Elle est citée dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs au MoDem, tout comme ses collègues François Bayrou et Marielle de Sarnez. (…) Cette annonce intervient au lendemain du départ d’un autre ministre, Richard Ferrand. Lui aussi a des démêlés avec la justice : une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Brest sur l’opération immobilière qui a profité à sa compagne lorsqu’il était patron des Mutuelles de Bretagne. Le désormais ex-ministre de la Cohésion des territoires va briguer la présidence du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale. (…) Le président de la République a-t-il entrepris, dans le cadre de ce remaniement, de vider son gouvernement de tous les ministres touchés par des affaires ? L’annonce publique de Sylvie Goulard, inhabituelle dans son genre puisqu’elle avait été démissionnée lundi avec tout le gouvernement, met en tout cas ses collègues François Bayrou et Marielle de Sarnez dans une situation délicate : comment les maintenir à leurs postes de ministres alors qu’ils sont dans la même situation qu’elle ?

    Marianne

    En réalité, la bulle macroniste des origines n’est jamais très loin. Cette fois, elle fait enfler une majorité absolue de députés La République en marche (359 sièges avec le Modem) qui ne repose que sur un socle électoral restreint. Ne pas se fier à l’effet d’optique : la France reste fracturée comme jamais. Et bien des nerfs sont à vif chez ceux qui refusent d’avaler l’élixir euphorisant du Docteur Macron, aux effets secondaires addictifs. En fait, une crise de l’intelligence politique se dissimule derrière la crise de la démocratie. Si une majorité d’électeurs ne votent plus, en dépit de la pléthore de candidats à ces législatives, c’est que ceux-ci n’ont rien à dire d’intéressant. J’ai entendu distraitement François Baroin (LR), hier soir, réciter d’un ton morne et las un vague programme dont la fiscalité semblait être le seul point de discorde avec la majorité. Alors que la crise identitaire est largement plus préoccupante que le PIB, le sirop du Docteur Macron a réussi à faire croire, y compris à la droite somnolente et au FN, que l’économique était au coeur de tout. Manuel Valls, seul socialiste à avoir mis les problèmes identitaires (communautarisme, islam radical, etc.) au centre de ses préoccupations, est à cause de cela la cible de violences verbales de la part de l’islamo-gauchisme. Hier soir, sa courte victoire dans l’Essonne (139 voix) a été contestée par Farida Amrani, candidate de la France insoumise. Julien Dray (PS) a dénoncé hier « une violente campagne communautariste aux relents antisémites menée contre Valls ». Alors qu’une nouvelle vague d’immigration se presse aux portes de l’Europe et que l’islam politique ne cesse d’attiser la guerre civile (ce lundi matin, la mosquée londonienne de Finsbury Park a été la cible d’un attentat contre des musulmans), la classe politique française discute du sexe des anges, comme à Byzance la veille de sa chute. Macron a-t-il quelque chose à dire sur ces sujets ?

    Ivan Rioufol

    Les 51% d’abstention du premier tour sont un événement considérable. Il s’agit du premier revers politique d’importance pour Emmanuel Macron depuis son élection. À partir du 11 juin, il est beaucoup plus difficile de parler d’élan populaire en faveur du nouveau pouvoir, puisque les candidats LREM et leurs alliés ont, de fait, recueilli 1,3 million de voix de moins que leur leader au premier tour de la présidentielle. À ce niveau, on peut parler de refus de participer, d’insubordination civique. Il ne s’agit pas à ce stade de dire que cette abstention est une protestation, et pas davantage un consentement. Elle traduit cependant l’inadéquation bien perçue par les citoyens de notre mécanique électorale. Non seulement le résultat de la présidentielle conditionne celui des législatives depuis l’instauration du quinquennat mais cette fois-ci, exactement comme en 2002, les choses étaient réglées dès le soir du premier tour. Jacques Chirac, du haut de ses 19,9% de suffrages exprimés, n’avaient pas eu à faire la moindre concession politique à ses concurrents pour triompher au second tour, puis pour obtenir, avec 365 députés élus, une majorité très large pour l’UMP nouvellement créée. Emmanuel Macron aura fait beaucoup plus d’efforts, avec la constitution d’un gouvernement alliant ministres de gauche, du centre, et de la droite. L’absence de possibilité d’une majorité alternative face à lui, du fait de la quadripartition de l’opposition, aura convaincu la moitié des électeurs de l’inutilité de se déplacer. Sans le savoir, ni forcément le vouloir, ces abstentionnistes ont creusé une mine profonde sous l’édifice du nouveau pouvoir. (…) Après le vote de classe du premier tour, nous observons en effet une abstention de classe. Ce qui permet d’ailleurs à certains de dire que les différences sociologiques entre les différents électorats se sont estompées lors des législatives. Certes, mais précisément parce que ce scrutin s’est déroulé non seulement hors sol, car la dimension locale a particulièrement peu compté dans le vote, mais surtout hors peuple. Ainsi, 66% des ouvriers et 61% des employés se sont abstenus, au lieu de 45% des cadres. La jeunesse, si présente dans l’image projetée par le mouvement En Marche!, est en fait restée sur le bord du chemin: 64% des moins de 35 ans se sont abstenus (et encore ce chiffre est minoré par l’importance de la non-inscription parmi eux), au lieu de 35% des plus de 60 ans. Dès lors, les commentaires sur la relative homogénéisation sociologique du vote entre les différents électorats aux législatives sont sans objet. Si l’on s’en tient aux suffrages exprimés, il en manquait plus de treize millions le 12 juin par rapport au 23 avril. Ce qui s’est traduit par un corps électoral effectif totalement distordu par rapport au corps électoral théorique. Donc, oui, les législatives confirment et amplifient l’enseignement de la présidentielle. Entre les Macron-compatibles et les autres, il n’y a pas qu’une différence d’opinions, mais aussi un profond fossé social. (…) On savait que la promotion de la parité et de la diversité pouvait parfaitement s’accommoder d’une aggravation des inégalités sociales, voire en être le paravent. L’offre électorale de ces élections aura été une illustration éloquente de ce phénomène, décrit et expliqué par le chercheur américain Walter Benn Michaels. Nous touchons également à la notion de «société civile». On utilise parfois ce mot comme synonyme d’un «pays réel» qui serait masqué par l’État et le personnel politique. En fait, dans le cadre d’un système représentatif, c’est la politique, et donc les partis, qui permettent parfois la promotion d’élus issus des catégories populaires. Sinon on retombe sans s’en apercevoir, et sans parfois le vouloir, dans un recrutement élitaire. Une entreprise ne se résume pas à sa direction, ni le monde des indépendants aux fondateurs de start-ups. Il est piquant de voir le côté 19e siècle de la situation. On a une participation qui rappelle les grandes heures du suffrage censitaire, et une assemblée qui évoque un peu, mutatis mutandis, les assemblées de notables. Il ne manque même pas les Saint-Simoniens. (…) Il convient de s’affranchir des termes porteurs de connotations politiques ou morales, et d’essayer de trouver une manière correcte de nommer le réel. C’est pourquoi l’opposition «peuple» – «élites» ne convient pas, le premier terme étant trop englobant, et le second trop restrictif. Même la notion de «bloc bourgeois» n’est pas simple, car elle tend à assimiler des millions de Français qui le soutiennent à une condition sociale qui n’est pas la leur. À l’inverse, selon moi, le «bloc élitaire» désigne tous ceux qui appartiennent aux élites sociales, ceux bien plus nombreux qui aspirent à en être, et enfin les personnes qui considèrent que l’obéissance aux élites est aussi légitime que naturelle. C’est donc, j’en suis conscient, à la fois une situation objective et une inclination subjective. C’est d’ailleurs pour cela que l’on parle de «blocs» sociaux. Non parce qu’ils sont composés d’une substance homogène, mais parce qu’ils constituent l’agrégation de milieux différents, et cependant solidaires. Un bloc social a vocation à exercer le pouvoir à son profit et au nom de l’intérêt général. En tant que tel, il n’est cependant qu’une construction historique, et peut se désagréger. L’extraordinaire réussite de Macron est d’être devenu l’incarnation de ce bloc élitaire, dont la constitution sur les ruines du clivage gauche-droite avait cependant débuté des années avant l’annonce de sa candidature. (…) La réunification des élites de gauche et de droite, sur un fond de convergence idéologique et d’homogénéité sociale, est pour le moment une réussite éclatante. On sent même, dans certains milieux aisés, une forme d’euphorie. On se croirait le 14 juillet 1790. C’est la Fête de la Fédération de la bourgeoisie contemporaine. La force propulsive d’En Marche! lui permet d’être au second tour aussi bien aux législatives qu’à la présidentielle, et ensuite son triomphe est mécanique. L’existence du bloc élitaire renvoie cependant à un problème, celui de l’affaiblissement des forces dites de gouvernement. C’est bien parce que Nicolas Sarkozy d’abord, François Hollande ensuite, ont échoué à réformer le pays autant qu’ils le souhaitaient, les deux acceptant à peu près le cadre de l’Union européenne et les exigences des marchés financiers, qu’il y a eu la dynamique En Marche! Autrement dit, l’épopée macronienne se fonde d’abord sur la volonté de donner aux réformes de structure de notre société une base politique et sociale suffisante. Si l’on considère le score du premier tour de la présidentielle et des législatives en nombre de voix, rapporté à l’ensemble du corps électoral, ce projet n’est pas encore totalement achevé. C’est là où l’on redécouvre, derrière les discours sur la société civile, l’importance du pouvoir de l’État. Le contrôle de celui-ci, exercé par des personnalités qui en maîtrisent parfaitement les rouages, tranche la question. (…) Face au bloc élitaire, qui agrège dans sa représentation politique le parti du Président mais aussi le Modem, les UMP dits «constructifs» et les PS dits «compatibles», le bloc populaire demeure virtuel. Face à la politique prônée par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, il n’y a pas un «Front du refus», mais un «archipel du refus». C’est là un déséquilibre stratégique majeur. On en voit les effets au second tour des législatives, où dans chaque circonscription, le candidat qui affronte celui de LREM est issu le plus souvent d’une des quatre forces d’opposition, sans alliance possible, et avec en conséquence de très mauvais reports de voix. Cette situation est durable. Elle constitue une chance historique pour l’achèvement des réformes libérales annoncées. Dans la mesure où l’opposition au nouveau pouvoir prendra nécessairement une forme aussi sociale que politique, la position de la France Insoumise est assez favorable, tandis que le Front national sera handicapé par ses ambiguïtés idéologiques sur le libéralisme économique. La situation de l’UMP est certes moins grave que celle du PS, mais leur espérance commune d’une reconstitution du clivage gauche-droite pourrait bien être durablement déçue. Cet ordre politique n’a pas seulement été affaibli, il a été remplacé.

    Jérome Sainte-Marie

    57,36 % d’abstention pour le second tour des élections législatives. Un record. Une catastrophe démocratique. 18 millions de Français ont voté ; 28 se sont abstenus. Les non-votants ont gagné quoi? Le droit pendant cinq ans de n’être pas représentés, de se taire et de n’avoir pas de porte-parole. S’agit-il là d’un consentement par défaut, (selon le principe du «qui ne dit mot consent»), ou d’une «grève générale civique» – selon l’expression de Jean-Luc Mélenchon? Un peu des deux. Mais surtout, un abstentionniste, au sens propre, est celui qui ne veut pas tenir la République et se retient de participer à ses procédures. Lui qui se sent socialement dans le fossé, il se met sur le bas-côté de la république. À côté de la République En Marche il y a l’immense parti de la République en panne. À côté des Français mobiles, les Français immobiles. Entre les citoyens à l’aise ici et ailleurs, les citoyens mal-à-l’aise là où ils sont. Les premiers s’expatrient souvent, les seconds ne peuvent pas déménager. Ces républicains de l’extérieur, trop exclus pour ne pas s’exclure de la République, devraient être le premier défi d’Emmanuel Macron. Son immense victoire législative repose sur un socle électoral très étroit. Là est le paradoxe de cette majorité sans partage: peu d’électeurs, beaucoup de députés. Trop peu d’électeurs pour trop de députés. Il faut dire que depuis des mois, les médias ont escamoté les demandes politiques des Français au profit de la dénonciation morale de la «classe politique». L’affaire Pénélope, les costumes, les assistants parlementaires, l’argent public. Un tribunal médiatique examinait jusqu’à l’écœurement le comportement personnel des politiques dans une sorte de surdité vis-à-vis des aspirations réelles des Français. Les solutions pour «moraliser» les politiques semblaient avoir plus importance que celles contre le chômage. Le besoin de renouvellement et de changer de tête a fini par s’imposer au détriment de l’examen scrupuleux des vrais problèmes. C’est comme si, dans un hôpital, on s’interrogeait sur les conflits d’intérêts des médecins sans rien dire des traitements contre les maladies. L’abstention est un désaveu qui touche tout à la fois les politiques et les médias. Ils vivent ensemble depuis trop longtemps, dans une sorte d’endogamie belliqueuse, au point de ne plus porter les préoccupations des Français qui, en retour, les prennent en grippe. Au mépris du peuple répond la haine contre ceux d’en haut – les politiques et les journalistes. Les Français n’y croient plus, se sentent exclus de la République. A-t-elle encore besoin d’eux? Non, pensent ceux qui ne votent plus. Elle fonctionne trop en vase clos. Et ce sentiment d’une oligarchie hors-sol, hors-peuple, qui ne règle rien et parle avant tout à elle-même d’elle-même pour mieux constater sa faillite morale, corrode tout. Tout et surtout l’indispensable adhésion de tous à la République, la fragile confiance dans «la chose commune». La couche d’ozone démocratique qui protège la France contre ses ressentiments infinis et une potentielle guerre civile se fragilise de plus en plus. N’oublions jamais que les institutions de notre pays ne sont rien sans la certitude qu’elles nous représentent tous. Les procédures sont formelles si elles n’expriment pas une confiance partagée. La démocratie des esprits précède celle du Parlement. La nation est un «plébiscite de tous les jours» disait Renan. Une abstention majoritaire est aussi une abstention vis-à-vis de la nation conçue comme une croyance invisible mais vitale. Chaque bulletin de vote, en réalité, en comporte deux. Le premier adhère à la République et fait d’une fiction politique une évidence partagée. Le second est pour un candidat en particulier. C’est pour ne plus vouloir adhérer à la République, la valider, que les Français ne votent plus pour un candidat. Ne faut-il pas, toute affaire cessante, réfléchir à ce désaveu massif? Faut-il rendre le vote obligatoire, introduire une dose de proportionnelle, reconnaître le vote blanc, considérer qu’une élection ne pourra pas être valide que si elle se fait avec un certain pourcentage des électeurs inscrits? Faut-il avoir, tirés au sort, des députés qui seraient «des représentants des Français abstentionnistes»? Je ne sais. Cette réflexion est urgente. Si elle est mise sous les tapis dorés du palais Bourbon, à l’amertume s’ajoutera la haine et à la haine le rejet du sentiment d’être ensemble responsable d’une même nation. Il ne faudrait pas qu’un abstentionnisme de sécession républicaine renforce la partition des cœurs, des territoires et des esprits qui est déjà à l’œuvre chez beaucoup de nos concitoyens. Si l’on ajoute à cela le terrorisme franco-français, «les territoires perdus de la république», la montée des conflictualités intercommunautaires, la déshérence de la «France périphérique», les crises identitaires, les immenses malaises culturels, il nous faut soigner le corps électoral, panser ses blessures pour lui redonner une nouvelle vigueur démocratique d’adhésion nationale. Le corps électoral est squelettique. Il souffre d’anorexie démocratique. Un régime de grosseur est indispensable. Les députés fraîchement élus ont si peu d’électeurs qu’ils devraient tous, avec modestie et honte presque, considérer les 4/5 eme des Français qui n’ont pas voté pour eux. Comment être député de tous les Français, quand seulement 22 % d’entre eux ont donné une majorité à chacun? S’ils sont députés de plein droit, comment assumer cette charge sans arrogance, sans dédain pour les sans-votes qui sont des sans-dents de la République. Les députés macronistes devraient lutter contre une double tentation. Premièrement: être député de leurs seuls électeurs en oubliant le camp adverse et surtout les abstentionnistes. Que faire de cet électorat en déshérence, de ces Français orphelins d’une solution politique? Que faire des abstentionnistes qui considèrent (si on entend leurs motivations) que les élections «ne changeront rien à rien» et qu’ils ne retrouvent pas leurs motivations dans les programmes électoraux? Cette république, disent-ils, n’est pas la leur. Les politiques parlent mais n’écoutent pas. Ils promettent sans tenir promesse. Ils veulent nous faire croire qu’ils peuvent lutter contre les cancers sociaux de notre société (les ravages du chômage, de la pauvreté et de la désintégration sociale) mais n’y parviennent pas. Quant aux ministres, ils se servent et ne servent pas. Alors, de renoncements en résignations, les électeurs finissent par décrocher de la société, de tout espoir possible et aussi de la politique. At last, les abstentionnistes intériorisent l’impuissance des politiques. S’ils ne se lèvent pas pour nous, pourquoi se déplacer pour eux. S’ils n’y peuvent rien, nous ne pouvons rien pour eux. L’abstention à ceci d’inquiétante que toutes les offres sont rejetées, toutes mise à distance, toutes jugées inutiles et vaines. Elle met en évidence un divorce entre le peuple désabusé et la politique. Un abstentionniste est un abstinent de l’ivresse démocratique. Il fait une cure de désintoxication politique. Dès lors, le nouveau président devrait être jugé, comme le précédent, sur «l’inversion de la courbe du chômage» mais aussi sur «l’inversion de la courbe de l’abstention». Comment réformer en profondeur, affronter les défis immenses de la France, faire face aux défis du terrorisme sans répondre aux demandes informulées de la France abstentionniste pour en réduire l’importance? Seconde tentation: celle de Terra Nova. Ce think-tank avait, autrefois, théorisé le remplacement du «peuple de gauche», celui des ouvriers et de la classe moyenne, par un ensemble de minorités qui, ensemble, en tiendraient lieu. D’une certaine façon, le vote Macron réalise cette substitution. Car l’abstention pour les législatives déforme considérablement la sociologie du corps électoral. Il surreprésente les classes favorisées, éduquées, urbaines, intégrées au détriment de la «France périphérique». 2/3 des plus de 65 ans votent quand 2/3 des moins de 35 ans s’abstiennent. Abstention massive des ouvriers et des employés (plus de 65%) alors qu’elle est de 45 % pour les cadres. Abstention massive en Seine-Saint-Denis. Ceux qui votent ont des places à défendre, des avoirs à protéger. Ils sont insérés quand ceux qui s’abstiennent ont des places à obtenir, des droits à faire prévaloir et qu’ils sont en marge du système. La tentation du macronisme est d’oublier la France périphérique (60% de la population) et de tout miser sur la France centrale, la France active, urbaine et dynamique. Le paradoxe de cette tentation est qu’elle est favorisée par ceux-là mêmes qui en sont les victimes. Les abstentionnistes sont doublement victimes: victimes de la mondialisation qui se fait à leur détriment ; victimes de leur propre absence d’implication électorale qui rend leur souffrance presque inaudible. Ils souffrent plus que les autres, souffrent en silence et ne prennent pas le pouvoir par les urnes alors même qu’ils sont majoritaires. Qualifions ce paradoxe de «syndrome de Stockholm électoral»: ils sont pris en otage par la France centrale qui tend à les oublier et plutôt que de renverser la table dans les urnes, ils ont intériorisé cette position d’otage et en viennent, par leur abstention, à défendre le système qui les oppresse. Le succès politique du parti macroniste repose sur cet immense parti des abstentionnistes. Le premier entre en foule au palais Bourbon. Le second ne sonne plus à la porte du Parlement. Le premier est au centre de la vie politique. Le second en reste loin. Mais le triomphe du premier est la conséquence d’une sorte de vote censitaire favorisé, sans le savoir, par les abstentionnistes. Il n’y aurait pas de députés macronistes sans les abstentionnistes. Cependant, loin d’un cynisme politique qui viserait à maintenir cette situation pour profiter de toutes ses ambiguïtés, si rien n’est fait, en profondeur, pour changer la donne et réconcilier les élites et le peuple, alors, la boutade de Chesterton n’en sera pas une: «rien n’échoue comme le succès». Car qui sait ce que pourraient voter des abstentionnistes humiliés? Il faut se méfier des géants endormis par dégoût. Quand ils se réveillent, il est possible qu’ils soient insensibles à la raison. Le ressentiment populaire cultivé sciemment par le système contre le peuple peut enfanter des monstres. Là sont les défis d’Emmanuel Macron pour les années à venir.

    Damien Le Guay
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684