eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Présidence Trump: Attention, une faute peut en cacher une autre (Twitter president: That a New York billionaire almost alone grasped how red-state America truly thought, talked and acted will remain one of the astonishing ironies of American political history)

Posté le samedi 18 mars 2017 par jc durbant

Language-Infographic2https://i0.wp.com/cdn-europe1.new2.ladmedia.fr/var/europe1/storage/images/le-lab/des-elus-fn-et-lr-moquent-les-grosses-fautes-dorthographe-du-community-manager-de-lelysee-2939594/30501620-1-fre-FR/Des-elus-FN-et-LR-moquent-les-grosses-fautes-d-orthographe-du-community-manager-de-l-Elysee.jpg

 

https://i0.wp.com/www.lepoint.fr/images/2016/02/09/2912814lpw-2912829-jpg_3362065.jpg

 

Attention: une faute peut en cacher une autre!

Intelligence avec l’ennemi, parties fines avec prostituées, racisme, sexisme, homophobie, fascisme, populisme, folie …

Y a-t-il une accusation qui n’aura pas été formulée contre le président Trump ?

Détournement de fonds publics, recel et complicité d’abus de biens sociaux, manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, trafic de décorations, prêts, costumes de luxe …

Ou de ce côté-ci de l’Atlantique une révélation qui n’aura pas été faite contre celui qui dans au moins 30 départements différents …

Vient de remporter haut la main – qui en parle ? – le premier tour du nombre de parrainages  ?

Pendant que c’est désormais du côté des dollars de parangons de la liberté et accessoirement fourriers du terrorisme comme le Qatar …

Que nos nouveaux résistants et croisés de l’antifascisme nous envoient désormais leurs missives anti-Trump …

A l’heure où pour disqualifier le choix du peuple …

Tous les moyens semblent désormais bons pour nos médias et nos juges …

Comment s’étonner que des médias qui nous avaient vendu comme intellectuel …

Un ancien rédacteur en chef de la Harvard Review of Law avec aucun article de fond à son nom …

Ou l’auteur supposé de deux livres écrits on ne sait à combien de mains et dédiés à sa seule propre gloire …

S’attaquent à présent à l’utilisation par son successeur, pour les court-circuiter, de l’équivalent actuel des causeries au coin du feu de Roosevelt ou de Reagan …

Et notamment, énième preuve supplémentaire de son impéritie, à son rapport si particulier avec l’orthographe ?

Mais surtout au-delà d’un mode de communication qui avec ses contraintes de 140 signes, ses mots nécessairement tronqués, ses acronymes et ses néologismes …

Fait le désespoir de tant d’enseignants et de parents …

Et qui se révèle être à 50% de plus que Facebook et 25% que Google …

Le média social le plus touché, Elysée ou Ministère de l’éducation français compris, par les coquilles ou fautes d’orthographe …

Comment ne pas comprendre du coup leur véritable hargne …

Face à un véritable animal politique qui non content de la proclamer à chacune de ses diatribes …

Incarne face à la rhétorique vide comme au politiquement correct sermonneur et méprisant de ses adversaires …

Et jusque dans ses mauvaises manières et la pauvreté dévastatrice de son langage …

La proximité avec les plus démunis culturelllement de ses électeurs …

Que ceux-ci avaient perdue depuis si longtemps ?

jc durbant @ 16:55
Catégorie(s): Médias etPendant ce temps-là, en France etPolitique américaine


Laisser un commentaire


4 réponses à “Présidence Trump: Attention, une faute peut en cacher une autre (Twitter president: That a New York billionaire almost alone grasped how red-state America truly thought, talked and acted will remain one of the astonishing ironies of American political history)”

  • 4
    jc durbant:

    En grande partie d’accord sur le diagnostic, mais un peu inquiet sur le remède proposé qui, contre l’appel du Christ au choix nécessaire de la non-violence et même si on doit aussi en même temps assistance aux personnes ou peuples en danger, semble prendre le diagnostic pour le remède, ie. l’idée immémoriale de la refondation du monde via plus de violence encore, sans voir apparemment, sans compter l’effet des textes eux-mêmes, qu’à chaque fois on monte d’un cran (montée aux extrêmes, effet cliquet) et que démultiplication des moyens aidant, on pourrait cette fois et très bientôt – si on n’y est pas déjà – basculer dans la destruction ultime de notre planète, soit en termes religieux Armagedon ou l’Apocalypse …

    Voir:

    Nous imaginons, parce que la Guerre froide est finie en Europe, que toute la série de luttes qui ont commencé avec la Première guerre mondiale et qui sont passées par différents mouvements totalitaires — fasciste, nazi et communiste — était finalement terminée. (…) Hors de la Première guerre mondiale est venue une série de révoltes contre la civilisation libérale. Ces révoltes accusaient la civilisation libérale d’être non seulement hypocrite ou en faillite, mais d’être en fait la grande source du mal ou de la souffrance dans le monde. (…) [Avec] une fascination pathologique pour la mort de masse [qui] était elle-même le fait principal de la Première guerre mondiale, dans laquelle 9 ou 10 millions de personnes ont été tués sur une base industrielle. Et chacun des nouveaux mouvements s’est mis à reproduire cet événement au nom de leur opposition utopique aux complexités et aux incertitudes de la civilisation libérale. Les noms de ces mouvements ont changé comme les traits qu’ils ont manifestés – l’un s’est appelé bolchévisme, et un autre s’est appelé fascisme, un autre s’est appelé nazisme. (…) À un certain niveau très profond tous ces mouvements étaient les mêmes — ils partageaient tous certaines qualités mythologiques, une fascination pour la mort de masse et tous s’inspiraient du même type de paranoïa. (…) Mon argument est que l’islamisme et un certain genre de pan-arabisme dans les mondes arabe et musulman sont vraiment d’autres branches de la même impulsion. Mussolini a mis en scène sa marche sur Rome en 1922 afin de créer une société totalitaire parfaite qui allait être la résurrection de l’empire romain. En 1928, en Egypte, de l’autre côté de la Méditerranée, s’est créée la secte des Frères musulmans afin de ressusciter le Califat antique de l’empire arabe du 7ème siècle, de même avec l’idée de créer une société parfaite des temps modernes. Bien que ces deux mouvements aient été tout à fait différents, ils étaient d’une certaine manière semblables. (…) La doctrine islamiste est que l’Islam est la réponse aux problèmes du monde, mais que l’Islam a été la victime d’une conspiration cosmique géante pour la détruire, par les Croisés et les sionistes. (le sionisme dans la doctrine de Qutb n’est pas un mouvement politique moderne, c’est une doctrine cosmique se prolongeant tout au long des siècles.) L’Islam est la victime de cette conspiration, qui est également facilitée par les faux musulmans ou hypocrites, qui feignent d’être musulmans mais sont réellement les amis des ennemis de l’Islam. D’un point de vue islamiste, donc, la conspiration la plus honteuse est celle menée par les hypocrites musulmans pour annihiler l’Islam du dedans. Ces personnes sont surtout les libéraux musulmans qui veulent établir une société libérale, autrement dit la séparation de l’église et de l’état. (…) De même que les progressistes européens et américains doutaient des menaces de Hitler et de Staline, les Occidentaux éclairés sont aujourd’hui en danger de manquer l’urgence des idéologies violentes issues du monde musulman. (…) Les socialistes français des années 30 (…) ont voulu éviter un retour de la première guerre mondiale; ils ont refusé de croire que les millions de personnes en Allemagne avaient perdu la tête et avaient soutenu le mouvement nazi. Ils n’ont pas voulu croire qu’un mouvement pathologique de masse avait pris le pouvoir en Allemagne, ils ont voulu rester ouverts à ce que les Allemands disaient et aux revendications allemandes de la première guerre mondiale. Et les socialistes français, dans leur effort pour être ouverts et chaleureux afin d’éviter à tout prix le retour d’une guerre comme la première guerre mondiale, ont fait tout leur possible pour essayer de trouver ce qui était raisonnable et plausible dans les arguments d’Hitler. Ils ont vraiment fini par croire que le plus grand danger pour la paix du monde n’était pas posé par Hitler mais par les faucons de leur propre société, en France. Ces gens-là étaient les socialistes pacifistes de la France, c’était des gens biens. Pourtant, de fil en aiguille, ils se sont opposés à l’armée française contre Hitler, et bon nombre d’entre eux ont fini par soutenir le régime de Vichy et ont fini comme fascistes! Ils ont même dérapé vers l’antisémitisme pur, et personne ne peut douter qu’une partie de cela s’est reproduit récemment dans le mouvement pacifiste aux Etats-Unis et surtout en Europe.

    Paul Berman

    Voir aussi:

    Les Israéliens ont eu leur propre guerre civile en 1948, bien qu’elle n’ait duré que dix minutes. L’artillerie du premier ministre de l’époque David Ben-Gourion a coulé le transporteur d’armes Altalena avec le futur premier ministre Menachem Begin à son bord. L’Altalena appartenait au groupe d’opposition Irgun, qui a alors placé ses forces armées sous le commandement de Ben Gourion.

    Spengler

    La séparation physique est donc la seule manière de limiter le carnage. Ce processus a déjà commencé dans une certaine mesure parce que la violence chasse les membres d’une section ou de l’autre des nombreux villages, villes et quartiers de la ville jusqu’ici mélangés. C’est une manière douloureuse et très coûteuse d’interrompre le cycle des attaques et des représailles, mais c’est ainsi que la guerre civile réalise son but d’apporter par la suite la paix. C’est l’erreur que les États-Unis et ses alliés font maintenant en Irak en interférant dans la guerre civile. Ils devraient désengager leurs troupes des secteurs peuplés autant que possible et abandonner les points de contrôle et les patrouilles intrusives qui ne contiennent pas la violence de toute façon comme l’effort futile de développer des forces militaires et de police qui n’ont de national que le nom. Un certain contingent de forces américaines et alliées seront toujours nécessaires dans des bases éloignées du désert pour sauvegarder l’Irak d’invasions étrangères comme la zone verte de Bagdad. Mais pour le reste, la plus stricte non-intervention devrait être la règle. Le plus vite les minorités kurde, sunnite, chiite, turkmène et autres pourront définir leur propres frontières naturelles et stables dans lesquelles elles se sentent en sécurité, le plus vite la violence se terminera.

    Edward N. Luttwak

    Voir enfin:

    J’aime la piété et non les sacrifices, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.

    Osée 6: 6-7

    Tu n’as voulu ni sacrifice ni oblation… Donc j’ai dit: Voici, je viens.

    Psaume 40: 7-8

    L’arbre de la liberté doit être revivifié de temps en temps par le sang des patriotes et des tyrans.

    Jefferson

    Une nation ne se régénère que sur un monceau de cadavres.

    Saint-Just

    Qu’un sang impur abreuve nos sillons!

    Air connu

    Il n’y a que notre sang rouge qui puisse faire s’épanouir le rosier.

    Yeats (Le Rosier)

    Etait-ce une mort inutile après tout ? Un sacrifice trop long Peut faire d’un cœur une pierre. Oh ! quand cela pourra-t-il suffire ? C’est le rôle du Ciel, notre rôle De murmurer nom après nom Comme une mère nomme son enfant Quand le sommeil est venu enfin, Sur des membres qui ont couru violemment. (…) Etait-ce une mort inutile après tout ? Car l’Angleterre peut garder la foi En tout ce qui est fait et dit. (…) Je le note en vers – McDonagh et MacBride Et Connolly et Pearse Maintenant et dans les jours à venir, Partout où le vert est défraîchi. Ils ont changé, changé complètement ; Une beauté terrible est née.(…) Je le note en vers – McDonagh et MacBride Et Connolly et Pearse Maintenant et dans les jours à venir, Partout où le vert est défraîchi. Ils ont changé, changé complètement ; Une beauté terrible est née.

    Yeats (Pâques 1916)

    It’s the same old thing since 1916 …

    The Cranberries (1994)

    J’annonce au monde entier, sans la moindre hésitation, que si les dévoreurs du monde se dressent contre notre religion, nous nous dresserons contre leur monde entier et n’auront de cesse avant d’avoir annihilé la totalité d’entre eux. Ou nous tous obtiendrons la liberté, ou nous opterons pour la liberté plus grande encore du martyre. Ou nous applaudirons la victoire de l’Islam dans le monde, ou nous tous irons vers la vie éternelle et le martyre. Dans les deux cas, la victoire et le succès nous sont assurés.

    Ayatollah Khomeiny

    La possibilité d’une annihilation existe. Le projet sioniste entier est apocalyptique. Il existe dans un environnement hostile et dans un certain sens son existence n’est pas raisonnable. (…) Oui, je pense à Armageddon. C’est possible. Dans les vingt prochaines années, il pourrait y avoir une guerre atomique ici.

    Benny Morris

    Dans l’Islam, de même que dans le Judaïsme et le Christianisme, certaines croyances portent sur une bataille cosmique marquant la fin des temps – Gog et Magog, l’Antéchrist, Armageddon et, pour les Musulmans chiites, le retour tant attendu de l’Imam caché, qui doit déboucher sur la victoire finale des forces du bien sur celles du mal, quelle qu’en soit la définition. Il est évident qu’Ahmadinejad et ses adeptes croient que ce temps est venu et que la lutte finale est déjà entamée, et même bien avancée.

    Bernard Lewis

    Vous comprendrez d’autant mieux la perplexité de Jacques Chirac qui a entendu, un jour de 2003, George W. Bush lui expliquer qu’il fallait intervenir militairement en Irak, parce que Gog et Magog y étaient à l’œuvre. Quand il livre ses convictions les plus intimes sur la politique proche-orientale, George W. Bush ne pense donc pas au pétrole ou à des bases susceptibles d’accueillir ses GI. Il ne parle ni d’économie ni de géostratégie. Il réagit comme un croyant qui attend que se réalise une prophétie biblique…

    Jocelyn Rochat

    Comme ni Jacques Chirac ni ses services n’ont compris la référence du président américain, Paris s’est mis au travail. George W. Bush appartenant à la mouvance chrétienne évangélique, l’Élysée s’est orienté vers les protestants de France, qui ont transmis la requête à Thomas Römer.

    Jocelyn Rochat

  • 3
    Letel:

    La vision de Bannon :
    https://www.facebook.com/qznews/videos/409226386123438/?hc_ref=NEWSFEED

  • 2
    jc durbant:

    Devinez de quels paradis de la démocratie nos nouveaux résistants et croisés de l’antifascisme nous envoient désormais leurs missives anti-Trump ?

    Voir aussi Maureen Dowd qu’on avait connu en d’autres tems un peu plus inspirée:

    Maybe if these elites-pretending-not-to-be-elites deigned to talk to some knowledgeable elites in government once in a while, they might emerge from the distorted, belligerent, dystopian, Darwinian, cracked-mirror world that is alarming Americans and our allies. They might even stop ripping off the working-class people they claim to be helping.

    Maureen Dowd

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    A working class hero is something to be.

    John Lennon

    Aux États-Unis, les plus opulents citoyens ont bien soin de ne point s’isoler du peuple ; au contraire, ils s’en rapprochent sans cesse, ils l’écoutent volontiers et lui parlent tous les jours. Ils savent que les riches des démocraties ont toujours besoin des pauvres et que, dans les temps démocratiques, on s’attache le pauvre par les manières plus que par les bienfaits. La grandeur même des bienfaits, qui met en lumière la différence des conditions, cause une irritation secrète à ceux qui en profitent; mais la simplicité des manières a des charmes presque irrésistibles : leur familiarité entraîne et leur grossièreté même ne déplaît pas toujours. Ce n’est pas du premier coup que cette vérité pénètre dans l’esprit des riches. Ils y résistent d’ordinaire tant que dure la révolution démocratique, et ils ne l’abandonnent même point aussitôt après que cette révolution est accomplie. Ils consentent volontiers à faire du bien au peuple ; mais ils veulent continuer à le tenir à distance. Ils croient que cela suffit ; ils se trompent. Ils se ruineraient ainsi sans réchauffer le coeur de la population qui les environne. Ce n’est pas le sacrifice de leur argent qu’elle leur demande; c’est celui de leur orgueil.

    Tocqueville

    J’appelle stratégies de condescendance ces transgressions symboliques de la limite qui permettent d’avoir à la fois les profits de la conformité à la définition et les profits de la transgression : c’est le cas de l’aristocrate qui tape sur la croupe du palefrenier et dont on dira « Il est simple », sous-entendu, pour un aristocrate, c’est-à-dire un homme d’essence supérieure, dont l’essence ne comporte pas en principe une telle conduite. (…) Le consacré condescendant choisit délibérément de passer la ligne ; il a le privilège des privilèges, celui qui consiste à prendre des libertés avec son privilège.

    Pierre Bourdieu

    Il faut inscrire dans la théorie le principe réel des stratégies, c’est-à-dire le sens pratique ou, si l’on préfère, ce que les sportifs appellent le sens du jeu, comme maîtrise pratique de la logique ou de la nécessité immanente d’un jeu qui s’acquiert par l’expérience du jeu et qui fonctionne en deçà de la conscience et du discours (à la façon par exemple des techniques du corps). (…) Mais on peut refuser de voir dans la stratégie le produit d’un programme inconscient sans en faire le produit d’un calcul conscient et rationnel. Elle est le produit du sens pratique comme sens du jeu, d’un jeu social particulier, historiquement défini, qui s’acquiert dès l’enfance en participant aux activités sociales, notamment (…) aux jeux enfantins. Le bon joueur, qui est en quelque sorte le jeu fait homme, fait à chaque instant ce qui est à faire, ce que demande et exige le jeu. Cela suppose une invention permanente, indispensable pour s’adapter à des situations indéfiniment variées, jamais parfaitement identiques. Ce que n’assure pas l’obéissance mécanique à la règle explicite, codifiée (quand elle existe). (…) Mais cette liberté d’invention, d’improvisation, qui permet de produire l’infinité des coups rendus possibles par le jeu (comme aux échecs) a les mêmes limites que le jeu. (…) On voit qu’il n’y a pas à poser le problème en termes de spontanéité et de contrainte, de liberté et de nécessité, d’individu et de social. L’habitus comme sens du jeu est le jeu social incorporé, devenu nature. Rien n’est plus libre ni plus contraint à la fois que l’action du bon joueur. Il se trouve tout naturellement à l’endroit où la balle va tomber, comme si la balle le commandait, mais, par là, il commande à la balle.

    Bourdieu

    Rien n’illustre mieux la liberté extraordinaire que donne à l’émetteur une conjonction de facteurs favorisants, que le phénomène de l’hypocorrection. Inverse de l’hypercorrection, phénomène caractéristique du parler petit-bourgeois, l’hypocorrection n’est possible que parce que celui qui transgresse la règle (Giscard par exemple lorsqu’il n’accorde pas le participe passé avec le verbe avoir) manifeste par ailleurs, par d’autres aspects de son langage, la prononciation par exemple, et aussi par tout ce qu’il est, par tout ce qu’il fait, qu’il pourrait parler correctement.

    Bourdieu

    C’est une chose que Weber dit en passant dans son livre sur le judaïsme antique : on oublie toujours que le prophète sort du rang des prêtres ; le Grand Hérésiarque est un prophète qui va dire dans la rue ce qui se dit normalement dans l’univers des docteurs.

    Bourdieu

    Samedi 31 décembre, François Hollande prononçait depuis l’Élysée ses derniers vœux présidentiels. Comme il est d’usage lorsque le chef de l’État prend la parole, le compte Twitter de l’Élysée a relayé les phrases les plus importantes du discours en direct. Sauf que le community manager (la personne en charge des réseaux sociaux) du Président l’a fait avec une foultitude de fautes d’orthographes. Ainsi « je me rendrais » au lieu de « rendrai » pour exprimer le futur ; « vous avez tenu bons » avec un « s » en trop ; « le socle et là » au lieu de « est » ; « la France a un rang et des valeurs a défendre » (sans accent sur le « à ») ; « c’est vous qui auraient le dernier mot », pour « aurez ».

    Le Lab Europe 1

    A toutes les équipes de l’École de Gendarmerie de Tulle, mille mercis pour votre engagement aux côtés de nos personnels de l’Éducation. Votre expertise, votre professionalisme impressionnant nous sont plus que précieux. Amitiés.

    Najat Vallaud-Belkacem

    J’adresse mes plus chaleureuses félicitations au Paris Saint Germain qui a fait rêvé notre jeunesse.

    Najat Vallaud-Belkacem

    La brutalité de la droite extrême vêtue d’une parka aussi rouge que le gros rouge qui tâche, voilà ce qui attend le pays.

    Najat Vallaud-Belkacem

    Twitter users are the least literate of the internet users we looked at, with 0.56% of words on the network being either misspelled or otherwise unofficial, perhaps due to its stricter character limit. Americans tend to deviate slightly more than those based in the UK, with the Brits at 0.53% and the USA at the global average of 0.56%. Interestingly, tweeters have been getting increasingly literate over the past few years, getting 0.01% more literate each year since 2011 – is this a result of increased adoption of auto-correcting devices perchance? Females are more likely to deviate too, using unofficial language every 169 words, whereas males do it once every 192. The fairer gender are also responsible for elongating words like arghhh, awwww, soooo and ahhh much more than males, who instead prefer to shorten them to things like gonna, wanna and kinda. The most common form of ‘error’ is the exclusion of apostrophes, resulting in words like im, wont, cant, theres, hes, womens and parents. The second most frequent deviation was the usage of acronyms, the widest used of which was LOL, followed by WTF, LMAO, YOLO, OMG and FFS. In terms of the actual words that are misspelled, here are the favourites: definitely separate embarrass achieve surprise weird government argument.

    Brandwatch

    Bosses regularly complain about the poor literacy standards among school leavers, whose written English in applications forms and CVs can be shocking. The research uses examples such as one applicant stating: ‘I wont to work wiv you’re company.’ Others regularly confuse the words ‘to’ and ‘too’, such as: ‘I’d like too work with you’, while asking whether job ‘oppurtunities’ are ‘avalible’ at the company. Others sign their letters with several kisses, showing an inappropriate level of friendliness with a potential boss who they have never met. Tracy Newby, head of English at Ringmer Community College in East Sussex, said helping her students to learn good spelling and grammar involves a ‘fight’ with social media. She said: ‘Social media has a massive impact on students every day.

    The Daily Telegraph

    Vous allez dans certaines petites villes de Pennsylvanie où, comme ans beaucoup de petites villes du Middle West, les emplois ont disparu depuis maintenant 25 ans et n’ont été remplacés par rien d’autre (…) Et il n’est pas surprenant qu’ils deviennent pleins d’amertume, qu’ils s’accrochent aux armes à feu ou à la religion, ou à leur antipathie pour ceux qui ne sont pas comme eux, ou encore à un sentiment d’hostilité envers les immigrants.

    Barack Obama (2008)

    Pour généraliser, en gros, vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j’appelle le panier des pitoyables. Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. A vous de choisir.

    Hillary Clinton (2016)

    On a gagné chez les évangélistes. On a gagné avec les jeunes. Avec les vieux. Avec les plus diplômés. Avec les peu diplômés. J’aime ceux qui sont peu diplômés. On est les plus intelligents, on est les plus loyaux. Et vous savez ce qui me fait le plus plaisir, parce que je le dis depuis longtemps: 46% avec les Hispaniques, 46%, numéro un avec les Hispaniques. Je suis super content.

    Donald Trump

    Sorry losers and haters, but my I.Q. is one of the highest -and you all know it! Please don’t feel so stupid or insecure, it’s not your fault.

    Donald Trump (2013)

    I’m much smarter than them. I think I have a much higher IQ. I think I went to a better college — better everything.

    Donald Trump

    It’s bizarre that Trump, who has bragged about his MBA from the University of Pennsylvania, is now lumping himself in with the « poorly educated. »But it’s true that the more educated Republicans are, the less likely they are to warm up to him. According to exit polls, Trump won Nevada voters without a high school degree with 57 percent of the vote. He won voters with some college with 49 percent of the vote. He won college graduates with 42 percent of the vote. And among those with a postgraduate degree, his share was only 37 percent.

    Vox

    Trump did graduate from the Wharton School of business at the University of Pennsylvania, an Ivy League college. But Trump did not get an MBA from Wharton; he has a much less prestigious undergraduate degree. He was a transfer student who arrived at Wharton after two years at Fordham University, which U.S. News & World Report currently ranks 66th among national universities. (Besides, simply going to an Ivy League school doesn’t prove you’re a genius.) Gwenda Blair, in her 2001 book “The Trumps,” said that Trump’s grades at Fordham were just “respectable” and that he got into Wharton mainly because he had an interview with an admissions officer who had been a high school classmate of his older brother. And Wharton’s admissions team surely knew that Trump was from one of New York’s wealthiest families. For years, numerous media reports said Trump graduated first in his class from Wharton, but that’s wrong. The 1968 commencement program does not list him as graduating with any sort of honors. In fact, the Boston Globe reported that he barely made an impression at all: “His former classmates said he seemed a student who spoke up a lot but rarely shined in class, who barely participated in campus activities, shunned fraternity parties.”

    Glenn Kessler

    He’s done so well with these people with who are high school educated, and I don’t mean this in a demeaning way at all, but it’s the fact, and the more blue collar workers who really are the heart of America and they think finally somebody is speaking for them but the truth is he is not for them not in his real life and that needs to be highlighted. (…) It doesn’t seem like he can be beaten at this point because he not only has all these poll figures in his favor but he has the momentum. The momentum is not only moving with him but ahead of him because people are still excited to see Donald Trump, if for the show if nothing else. (…) you can’t keep saying he’s not a conservative because no one really cares about that apparently. They’re not driven by ideological arguments; they’re driven by their emotional feel that he’s on their team which is another joke. What they can do is make a very clear case how Donald Trump has crushed the little man on his way to larger and taller monuments to himself.

    Kathleen Parker (Washington Post)

    Trump’s appeal to the interior had partly to do with his politically incorrect forthrightness. Each time Trump supposedly blundered in attacking a sacred cow—sloppily deprecating national hero John McCain’s wartime captivity or nastily attacking Fox superstar Megyn Kelly for her supposed unfairness—the coastal media wrote him off as a vulgar loser. Not Trump’s base. Seventy-five percent of his supporters polled that his crude pronouncements didn’t bother them. As one grape farmer told me after the Access Hollywood hot-mike recordings of Trump making sexually vulgar remarks had come to light, “Who cares? I’d take Trump on his worst day better than Hillary on her best.” Apparently red-state America was so sick of empty word-mongering that it appreciated Trump’s candor, even when it was sometimes inaccurate, crude, or cruel. Outside California and New York City and other elite blue areas, for example, foreigners who sneak into the country and reside here illegally are still “illegal aliens,” not “undocumented migrants,” a blue-state term that masks the truth of their actions. Trump’s Queens accent and frequent use of superlatives—“tremendous,” “fantastic,” “awesome”—weren’t viewed by red-state America as a sign of an impoverished vocabulary but proof that a few blunt words can capture reality. To the rural mind, verbal gymnastics reveal dishonest politicians, biased journalists, and conniving bureaucrats, who must hide what they really do and who they really are. Think of the arrogant condescension of Jonathan Gruber, one of the architects of the disastrous Obamacare law, who admitted that the bill was written deliberately in a “tortured way” to mislead the “stupid” American voter. To paraphrase Cicero on his preference for the direct Plato over the obscure Pythagoreans, rural Americans would have preferred to be wrong with the blunt-talking Trump than to be right with the mush-mouthed Hillary Clinton. One reason that Trump may have outperformed both McCain and Romney with minority voters was that they appreciated how much the way he spoke rankled condescending white urban liberals. Poorer, less cosmopolitan, rural people can also experience a sense of inferiority when they venture into the city, unlike smug urbanites visiting red-state America. The rural folk expect to be seen as deplorables, irredeemables, and clingers by city folk. My countryside neighbors do not wish to hear anything about Stanford University, where I work—except if by chance I note that Stanford people tend to be condescending and pompous, confirming my neighbors’ suspicions about city dwellers. And just as the urban poor have always had their tribunes, so, too, have rural residents flocked to an Andrew Jackson or a William Jennings Bryan, politicians who enjoyed getting back at the urban classes for perceived slights. The more Trump drew the hatred of PBS, NPR, ABC, NBC, CBS, the elite press, the universities, the foundations, and Hollywood, the more he triumphed in red-state America. Indeed, one irony of the 2016 election is that identity politics became a lethal boomerang for progressives. After years of seeing America reduced to a binary universe, with culpable white Christian males encircled by ascendant noble minorities, gays, feminists, and atheists—usually led by courageous white-male progressive crusaders—red-state America decided that two could play the identity-politics game. In 2016, rural folk did silently in the voting booth what urban America had done to them so publicly in countless sitcoms, movies, and political campaigns. In sum, Donald Trump captured the twenty-first-century malaise of a rural America left behind by globalized coastal elites and largely ignored by the establishments of both political parties. Central to Trump’s electoral success, too, were age-old rural habits and values that tend to make the interior broadly conservative. That a New York billionaire almost alone grasped how red-state America truly thought, talked, and acted, and adjusted his message and style accordingly, will remain one of the astonishing ironies of American political history.

    Victor Davis Hanson

    After his Nevada win, Donald Trump preened and affectionately recounted the numbers that added up to his huge victory. “We won with young. We won with old. We won with highly educated. We won with poorly educated. I love the poorly educated, » he said. My Twitter timeline was splattered as suddenly and thoroughly as a windshield in a Florida downpour. That last sentence was repeated in laughing disbelief. What does Trump think about the poorly educated? A man who might be President just said “I love the poorly educated.” “I love the poorly educated” is the drop-the-mic ending to America’s superpower status. I grew up in New York, and have been unhappily acquainted with Trump’s brand of glitzy racist megalomania for decades. This campaign has distilled and revealed him: liar, misogynist, ableist, xenophobe, wannabe war-mongerer. As the man himself might say, Trump is a terrible candidate and person! Sad! But please, stop the titters and eyerolls about his “poorly educated” line. First, his fans – the Trumpkins – already believe Democrats and journalists are snotty elitists. In this case, the cut-ups are proving the Trumpkins right. What is funny about saying “I love the poorly educated”? Of course Trump loves poorly educated voters. Who else would be asinine enough to buy his tripe? But some of the same people who have been laughing because he said he loves the poorly educated also denounce voter ID laws. Why? They disenfranchise Americans who are disproportionately lower-income workers, minorities — and poorly educated. They denounce the laws because they believe — rightly — that an education is neither necessary nor sufficient for thoughtful democratic participation. Of course, “I love the poorly educated” is ostensibly funny because what politician actually says something like that? Any politician who thought for half a second before speaking would say, “I’m grateful for the support of working class Americans.” But Trump does not tiptoe. That is at least partly because, unlike many of the candidates and most of the media, he actually loves the poorly educated. He is not laughing at them or ignoring them or wishing them away or informing them that they are wrong about what is really best for them. Trumpkins say they love how Trump speaks his mind. Maybe some admire his outspoken bigotry. But maybe others also like the way he talks about them. Straightforwardly. Acceptingly. As a friend tweet-stormed, “If you self-identify as undereducated and feel bad about it…the guy ‘loves’ you (after a fashion) and wants to be greedy for you.” A February 24th poll shows Trump beating Hillary Clinton by 46 to 40 among voters without college degrees in the must-win state of Ohio. Meanwhile, the highly educated scratch their heads and cannot understand why he is not imploding like they keep predicting.

    Elizabeth Priciutto















  • '