eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Investiture Trump: Evelyne Joslain a dit la vérité, elle sera exécutée (Journalist pays the price on French TV for spilling the beans on disastrous Obama legacy)

Posté le samedi 21 janvier 2017 par jc durbant

bfm

dc

Cachez cette vérité que je ne saurai voir !

Utilisation systématique des coups bas dès sa première élection au sénat, autobiographies largement bidonnées et écrites à plusieurs mains, utilisation massive et secrète des éliminations ciblées, mensonges ou non-dits électoralistes sur l’attentat de Benghazi, profilage du fisc pour les seuls groupes d’opposition,  mise sur écoute – presse comprise – de la planète entière, abandon de l’Irak et de la Syrie ouvrant la porte à la barbarie de l’Etat islamique et à la véritable invasion – terroristes compris – de l’Europe, auto-aveuglement quasi-pathologique et refus criminel de nommer même l’origine du terrorisme islamique, élargissement irresponsable et électoraliste de djihadistes notoires, passage en force et à tous prix de l’assurance universelle, aggravation abyssale du déficit fédéral, revirements démagogiques et imposition au plus haut niveau des aberrations du mariage pour tous et des toilettes transgenres, gesticulations hypocrites sur les armes à feu, utilisation systématique de la carte raciale, véritable sabordage de son propre parti (pas moins de 1042 sièges de parlementaire ou postes de gouverneur perdus), appels du pied secrets et reculs répétés devant les faits accomplis territoriaux tant russes que chinois, retour sur 40 ans de diplomatie américaine et abandon à la curée onusienne de la seule démocratie du Moyen-Orient, paiement secret de rançons et accord donnant accès à terme à l’arme nucléaire à un regime terroriste appelant ouvertement à l’annihilation d’un de ses voisins …

Au lendemain d’une intronisation du président Trump…

O combien rafraichissante après l’arrogance – dans le genre de l’instit qui siffle la fin de la récré – d’un 44e président appelant ses concitoyens, on s’en souvient, à « mettre de côté les choses de l’enfance » …

Qui contre la multiplication des coups bas de l’administration de son prédécesseur et de sa claque des médias ou du show business …

Marquait le retour de toute une partie du peuple américain jusqu’ici dénigrée…

Par des élites plus que jamais coupées de la réalité …

Et qui sur nos plateaux de télévision a donné lieu au déferlement que l’on sait …

De hargne pour celui que s’est librement choisi le peuple américain…

Comme de désinformation partisane pour celui que ledit peuple venait de rejeter …

Comment ne pas s’émerveiller de ce véritable ovni qui a traversé un temps nos petits écrans français …

 Avec les propos de cette journaliste française spécialiste des Etats-Unis …

Bien vite désavoués et censurés du site de BFMTV …

Pour avoir tout simplement osé rappeler …

La véritable imposture et le véritable accident industriel qu’aura été …

Avec la complicité active des médias et pendant huit longues années …

La présidence du fidèle de 20 ans de l’ancien pasteur Jeremiah Wright ?

jc durbant @ 16:12
Catégorie(s): Médias etPendant ce temps-là, en France etPolitique américaine


Laisser un commentaire


27 réponses à “Investiture Trump: Evelyne Joslain a dit la vérité, elle sera exécutée (Journalist pays the price on French TV for spilling the beans on disastrous Obama legacy)”

  • 27
    jc durbant:

    Erotisme du pauvre

    fake news is something quite different. It is not merely a public figure’s spinning of half-truths. It is largely a media-driven, and deliberate attempt to spread a false narrative to advance a political agenda that otherwise would be rejected by a common-sense public. The methodology is to manufacture a narrative attractive to a herd-like progressive media that will then devour and brand it as fact—and even lobby for government redress.

    Trump’s lawyer Michael Cohen has never been to Prague to negotiate quid pro quo deals with the Russians. Trump did not watch Russian strippers perform pornographic acts in the bedroom that Barack Obama once stayed in during a visit to Moscow. Yet political operatives, journalists, and even intelligence officers, in their respective shared antipathy to Trump, managed to lodge these narratives into the public consciousness and thereby establish the “truth” that a degenerate Trump was also a Russian patsy.

    No one has described the methodology of fake news better than Ben Rhodes, a deputy national security advisor for Barack Obama and brother of the president of CBS News, David Rhodes. Ben Rhodes cynically bragged about how the Obama administration had sold the dubious Iran deal through misinformation picked up by an adolescent but sympathetic media (for which Rhodes had only contempt). As Rhodes put it, “The average reporter we talk to is 27 years old, and their only reporting experience consists of being around political campaigns. That’s a sea change. They literally know nothing.”

    Translated, that meant that Rhodes and his team fed false narratives about the Iran Deal to a sympathetic but ignorant media, which used its received authority to report those narratives as “truth”—at least long enough for the agreement to be passed before its multitudinous falsehoods and side-agreements collapsed under their own weight. “We created an echo chamber,” Rhodes bragged to the New York Times: “They [reporters] were saying things that validated what we had given them to say.”

    Obama’s healthcare advisor Jonathan Gruber likewise saw the virtues of fake news in pushing a political agenda. Gruber assumed that the public, not just the media, was stupid and easily conned: “Lack of transparency,” he said, “is a huge political advantage. And basically, call it the stupidity of the American voter or whatever.”

    Again, the term “fake news” is best applied to mainstream media reporting of fantasies as facts that are demonstrably not true—and are probably known to be not true, but are thought to help advance a desired progressive political or cultural agenda.

    A good example of such fake news is the Duke rape story of 2006. Over a decade ago, an African-American stripper falsely accused three Duke Lacrosse players of rape. The media eagerly consumed and enhanced the narrative fed to it by radical civil rights groups and a legion of progressive Duke academics: privileged white male students had predictably sexually abused a women of color, whose poverty had forced her to perform sexually demeaning acts for frat jocks.

    The three accused students were summarily indicted on rape charges and expelled from Duke, and the lacrosse team’s season was cancelled and its coach fired—all without reliable forensic or investigatory evidence that corroborated charges of assault. By the time the professional stripper was shown to have fabricated the entire charge, lives were ruined, but the narrative of racial exploitation had been firmly implanted. Jesse Jackson, for example, offered to pay the alleged victim’s college tuition and said the fact that she had concocted the story was irrelevant.

    A somewhat similar fake news story about rape was promulgated by Rolling Stone in a 9,000-word article (“A Rape on Campus”) that supposedly detailed a savage gang rape in 2012 of a University of Virginia first year co-ed. The narrative served as an illustration of a supposed nationwide epidemic of sexual assault. Later, Rolling Stone retracted the story as fictional, and was sued by both the innocent students and defamed administrators. But the myth once again served the useful cause of creating hysteria about sexually predatory, white-male undergraduate frat boys. Even after their respective refutations, both the Duke and Virginia fake news cases promoted a climate favoring new campus directives curtailing notions of due process in matters of alleged sexual assault.

    Other examples abound. There was the “story” that racial slurs were shouted at a Washington DC 2010 Tea Party demonstration against Obamacare. There was the “story” that the purported last words uttered by Michael Brown of Ferguson, Missouri, were “hands up, don’t shoot”—a story that helped to give rise to the Black Lives Matter movement. And there was the hysterical narrative, spun by progressive politicians and environmental activists, that California was in a “permanent drought” due to global warming that required institutionalized water rationing. (Currently, California is enjoying one of the wettest seasons on record following normal precipitation in 2015-16.)

    What unites these fake news narratives and gives them greater media resonance than other fables and urban myths is again their progressive resonance. Fake news can become a means to advance supposedly noble ends of racial, gender, class, or environmental justice—such as the need for new sexual assault protocols on campuses. Those larger aims supersede bothersome and inconvenient factual details. The larger “truth” of fake news lives on even after its facts have been utterly debunked.

    And indeed, the fake news mindset ultimately can be traced back to the campus. Academic postmodernism derides facts and absolutes, and insists that there are only narratives and interpretations that gain credence, depending on the power of the story-teller. In other words, white male establishment reactionaries have set up fictive rules of “absolute” truth and “unimpeachable” facts, and they have further consolidated their privilege by forcing the Other to buy into their biased and capricious notions of discriminating against one narrative over another.

    The work of French postmodernists—such as Michael Foucault and Jacques Derrida that mesmerized academics in the 1980s with rehashed Nietzschean banalities about the absence of facts and the primacy of interpretation—has now been filtered by the media to a nationwide audience. If the mythical exclamation “hands up, don’t shoot” was useful in advancing a narrative of inordinate police attacks against African Americans, who cares whether he actually said it? And indeed, why privilege a particular set of elite investigatory methodologies to ascertain its veracity?

    In sum, fake news is journalism’s popular version of the nihilism of campus postmodernism. To progressive journalists, advancing a leftwing political agenda is important enough to justify the creation of misleading narratives and outright falsehoods to deceive the public—to justify, in other words, the creation of fake but otherwise useful news.

    VDH

    http://victorhanson.com/wordpress/fake-news-postmodernism-by-another-name/#more-9776

  • 26
    Polémos:

    Wow! Merci jc.

  • 25
    jc durbant:

    Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose:

    On ne peut pas blâmer les Démocrates américains de tenter, par tous les moyens, de masquer la portée de leur échec en l’attribuant à toutes sortes de motifs, même les plus fantaisistes. La pilule est certes amère. Toutefois, la part la plus intéressante de cette hystérie collective est le phénomène d’auto-persuasion qui en est le moteur et que la plupart des grands médias du pays alimentent. L’argument numéro un des perdants est la faillite du système électoral et, en particulier, le fait que la candidate démocrate, Hillary Clinton, a remporté le scrutin populaire. C’est oublier que la situation, même si elle n’est pas commune, s’est produite à quatre reprises au cours de l’Histoire des Etats-Unis, et qu’elle ne constitue pas de difficulté particulière aux termes de la Constitution. De plus, le 115ème congrès, sorti des urnes le 8 novembre 2016 et en fonction depuis le 3 janvier 2017, a vu 52% des électeurs voter pour les Républicains au Sénat et 55% à la Chambre des représentants. Il n’y a donc aucune anomalie dans les élections de 2016 de ce point de vue. Le second argument est celui du piratage informatique à grande échelle des élections, sur ordre du président russe Vladimir Poutine, afin de faciliter l’élection de Donald J. Trump. Là encore, l’idée ne tient pas debout. Aucune trace de défaillance dans le nombre limité de votes électroniques aux élections n’a été décelée. (…) Hillary Clinton n’a eu besoin ni de Vladimir Poutine, ni de Julien Assange et encore moins de « pirates » pour perdre les élections de 2016. Ce ne sont pas de prétendues « fausses » informations qui ont heurté sa réputation déjà bien entamée auprès de nombreux électeurs américains, par exemple, dans l’affaire des emails, mais au contraire, son refus obstiné de prendre cette affaire au sérieux et de répondre aux interrogations. On ne voit pas, non plus, quelles « fausses » informations ont poussé l’électorat noir américain à se sous-mobiliser lors du vote du 8 novembre, ou les femmes et les plus jeunes à bouder sa candidature, après la défaite de Bernie Sanders lors des primaires démocrates. (…) Comment, en effet, se revendiquer de l’héritage de Barack Obama, lorsque cet héritage peine à brandir autre chose que l’Obamacare, dont même les démocrates savent qu’il n’est pas financé au-delà de 2017 et coûte, en réalité, une fortune au regard des bénéfices qu’il apporte ? Car au-delà de cette loi sur la santé qui n’est en rien un système généreux et égalitaire tel qu’on le pense du côté des Européens, c’est le vide. Même si le Secrétaire d’Etat John Kerry blâme ces derniers jours le gouvernement anglais, prétendant qu’il est à l’origine de l’incapacité d’Obama à agir plus concrètement et durablement au Moyen-Orient contre l’état islamique, la mémoire de tous est par chance encore assez fraîche pour se souvenir que les huit années de ce président ont été celles d’une grande hypocrisie diplomatique et militaire. Mais le déni, dans ce domaine comme dans bien d’autres, est plus puissant que la mémoire. Les âmes sensibles sont outrées par l’idée de construire un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. On a beau leur montrer les mille kilomètres de ce mur déjà construit, y compris sous le premier mandat d’Obama, cela n’a guère d’effet et n’entraîne aucune interrogation sur les raisons pour lesquelles le bon président n’en n’a pas retiré une seule pierre. Un autre exemple est celui de la crise financière de 2008 et du retour au « plein emploi » huit ans plus tard : quel président n’aurait point réussi ce « prodige » en creusant le déficit de son pays, comme Barack Obama l’a fait, de près de 5000 milliards de dollars ? (…) Alors, que reste t-il de cet héritage Obama, au juste ? Une posture, bien évidemment. Après George W. Bush et le mensonge irakien (sic), n’importe quel président aurait été auréolé de gloire. On attendait d’Obama, toutefois, un peu plus qu’un physique avenant, un talent rhétorique et l’humour dont il a tant usé. Car c’est à ce que laisse un président que l’on mesure son impact, pas à sa performance sur la scène du pouvoir. L’Amérique n’est pas plus sympathique dans le monde qu’elle ne l’était avant son arrivée, ni plus sûre, ni plus égalitaire. Mais elle a la chance d’être un pays pragmatique : en ramenant au pouvoir, contre toute attente, les Républicains, elle a flanqué une gifle magistrale aux « progressistes » qui se croyaient tout permis. Elle ne l’a pas fait par folie ou par irresponsabilité mais parce qu’elle a confiance dans la capacité de ses institutions à « encaisser » ce type de choix démocratique, si perturbant soit-il pour des milieux qui s’estiment mieux éduqués et éclairés que les autres. On appelle cela l’alternance, une banalité que les Démocrates veulent aujourd’hui faire passer pour un scandale et une catastrophe. Cherchez l’erreur.


    Stéphane Trano

  • 24
    waa:

    Trump Inauguration Rabbi Hier: Reciting Psalm of Jerusalem ‘Absolutely Intentional’ in Wake of UN Resolutions Denying Historical Jewish Ties to Holy City

    « The rabbi who gave a benediction at the inauguration of President Donald Trump on Friday told The Algemeiner that his recitation of the psalm remembering Jerusalem and Zion was “absolutely intentional.”

    Rabbi Marvin Hier, the first-ever Orthodox rabbi to be asked to participate in the illustrious ceremony — and the only rabbi of any denomination to have done so since 1985 — said that though he “did not want to get political,” it was important for him to “make sure that people know Jews have been connected to Jerusalem since biblical times,” particularly following the recent UNESCO resolutions that denied Jewish ties to the Holy City, and UN Security Council Resolution 2334 last month, which determined Jewish settlement in any land beyond the 1949 armistice lines, including in east Jerusalem, was “illegal.”

    It was for this reason, said Hier, that he quoted the Prophets: “Bless all of our allies around the world who share our beliefs, ‘By the rivers of Babylon, we wept as we remember Zion…If I forget you O Jerusalem, may my right hand forget its skill’ (Psalm 137).”

    Le reste ici

  • 23
    waa:

    Jean-Michel Ribes viré du plateau de Franceinfo après avoir traité Trump de gros con !

    Naaaaaaaan, je déconne

  • 22
    jc durbant:

    Voir aussi:

    https://www.youtube.com/watch?v=_dK78x_mgFo

  • 21
    James:

    Évelyne Joslain priée de quitter le plateau de BFMTV suite a ses propos sur Barack Obama

    Invitée pour débattre sur la passation de pouvoir entre Obama et Trump, elle se fait congédier suite à ses propos déplacés.

    Vendredi 20 janvier 2017, la passation de pouvoir s’est faite entre Barack Obama et Donald Trump. À cette occasion, Evelyne Joslain l’auteure pro-Trump, était invitée sur le plateau de BFMTV afin de commenter les évènements. Lors de l’évocation de la question de la religion aux États-Unis, Evelyne Joslain est intervenue en donnant son point de vue pour le moins surprenant sur l’ex président Barack Obama :

    « Obama, franchement il fait partie des gens qui détestent l’Amérique. Il a servi son idéologie, mais pas l’Amérique. […] Je pense qu’il était plus musulman dans son cœur que chrétien. Il n’a pas voulu prononcer le terme d’islamisme radical, ça lui écorchait les lèvres. Je pense que dans son cœur, il est musulman, mais on en a terminé avec lui, Dieu merci. »

    Des propos qui ont immédiatement provoqué un gros malaise sur le plateau et Hervé Béroud, directeur général de BFMTV, a indiqué qu’Evelyne Joslain a été priée de quitter le plateau :

    « Ce sont des propos scandaleux. On lui a demandé immédiatement de quitter le plateau. Elle nous a été recommandée par les “Republicans Overseas” puisqu’on cherchait à avoir une sensibilité pro-Trump sur le plateau […] »

  • 20
    waa:

    @madimaxi
    My pleasure

    @Mercator
    « pour manger avec le Diable il faut avoir une longue cuillère . »
    On a mieux.
    Beaucoup mieux.

  • 19
    madimaxi:

    Qui a dit qu’on s’ennuyait ici !
    Impeccable Cohen, bien sûr. Un monument.
    Sublime Don McLean… Toda waa. You made my day…

  • 18
    jc durbant:

    Oui, c’est vrai, j’avais oublié: super canon !

  • 17
    waa:

    @jc durbant
    @madimaxi

    Pendant la guerre de Kippour, Don McLean nous offrait Babylon au banjo et en canon.

  • 16
    jc durbant:

    Oui, merci madimaxi pour cet autre bon souvenir (du groupe jamaïcain the Melodians en fait au départ mais reprise par Boney M) que j’avais bien sûr aussi à l’esprit mais dont je continue à me demander qui à l’époque savait ce qu’il répétait en en reprenant les paroles ?

    Mais le pompon dans le domaine, c’était Sheila avec ses rois mages (reprise d’une improbable chansonnette sur une vendetta entre deux tribus écossaises et ré-écrite aussi, il me semble, par un parolier juif)

    Oh Tweedle Dee Oh Tweedle Dum. La mélodie que fredonnait toujours McDougal alors qu’il combattait son clan rival des McGregor jamais il ne déshonorerait le tartan de son clan.

    Middle of the road

    Comme les Rois Mages en Galilée suivaient confiants l’étoile du Berger Mon Amérique, ma lumière biblique Ma vérité cosmique, c’est de vivre avec toi.

    Jean Schmitt et Claude Carrère

    Mais ma version préférée, c’est celle de Cohen:

    By The Rivers Dark (Leonard Cohen)

    By the rivers dark
    I wandered on.
    I lived my life
    In Babylon.

    And I did forget
    My holy song
    And I had no strength
    In Babylon.

    By the rivers dark
    Where I could not see
    Who was waiting there
    Who was hunting me.

    And he cut my lip
    And he cut my heart.
    So I could not drink
    From the river dark.

    And he covered me,
    And I saw within,
    My lawless heart
    And my wedding ring,

    I did not know
    And I could not see
    Who was waiting there,
    Who was hunting me.

    By the rivers dark
    I panicked on.
    I belonged at last
    To Babylon.

    Then he struck my heart
    With a deadly force,
    And he said, ô This heart
    It is not yours.’

    And he gave the wind
    My wedding ring
    And he circled us
    With everything.

    By the rivers dark,
    In a wounded dawn,
    I live my life
    In Babylon.

    Though I take my song
    From a withered limb,
    Both song and tree,
    They sing for him.

    Be the truth unsaid
    And the blessing gone,
    If I forget
    My Babylon.

    I did not know
    And I could not see
    Who was waiting there,
    Who was hunting me.

    By the rivers dark,
    Where it all goes on
    By the rivers dark
    In Babylon.

    Sans compter bien sûr le va pinsero de Verdi (Nabucco) …

    Va, pensiero, sull’ali dorate;
    va, ti posa sui clivi, sui colli,
    ove olezzano tepide e molli
    l’aure dolci del suolo natal!

    Del Giordano le rive saluta,
    di Sionne le torri atterrate…
    O, mia patria, sì bella e perduta!
    O, membranza, sì cara e fatal!

    Arpa d’or dei fatidici vati,
    perché muta dal salice pendi?
    Le memorie nel petto raccendi,
    ci favella del tempo che fu!

    O simile di Sòlima ai fati
    traggi un suono di crudo lamento,
    o t’ispiri il Signore un concento
    che ne infonda al patire virtù.

    Fly, thought, on wings of gold;
    go settle upon the slopes and the hills,
    where, soft and mild, the sweet airs
    of our native land smell fragrant!

    Greet the banks of the Jordan
    and Zion’s toppled towers…
    Oh, my country, so beautiful and lost!
    Oh, remembrance, so dear and so fatal!

    Golden harp of the prophetic seers,
    why dost thou hang mute upon the willow?
    Rekindle our bosom’s memories,
    and speak to us of times gone by!

    Mindful of the fate of Jerusalem,
    give forth a sound of crude lamentation,
    or may the Lord inspire you a harmony of voices
    which may instill virtue to suffering.

    Va, pensiero (Nabucco, Verdi)

  • 15
    jc durbant:

    Quelle arrogance quand même ! (genre l’instit qui siffle la fin de la récré)

    Nous sommes toujours une nation jeune, mais, dans les mots de la Sainte Ecriture : le temps est venu de mettre de côté les choses de l’enfance.

    Barack Hussein Obama (janvier 2009)

    Et quel courant d’air frais à côté !

  • 14
    madimaxi:

    “By the rivers of Babylon, there we sat down, yea, we wept, when we remembered Zion. (…)

    Ah ! C’est le moment de remettre celle dont on ne se lasse pas.

    Jolies, émouvantes et utiles toutes ces précisions, Jean-Claude. Merci pour ton effort.

  • 13
    jc durbant:

    Oui, quelle joie d’entendre ces si belles paroles du haut de l’investiture du président de la première puissance mondiale !

    Mais Mercator n’a pas tort, comme l’ont d’ailleurs fait de nombreuses voix issues de la communauté juive américaine même (les fameux episcopaliens qui votent portoricain) qui s’étaient opposés à sa participation à cette inauguration comme ils l’avaient fait avec succès pour la convention républicaine, de rappeler le risque de s’associer si tôt et si fort à quelqu’un d’aussi controversé et d’aussi peu fiable …

    Mais c’était, je crois, la première fois depuis 1985 et à peine un mois après l’infâme résolution 3224 (et avec six prières de six groupes religieux différents, Trump avait quand même largement assuré ses arrières), alors moi aussi, je refuse de bouder mon plaisir:

    IF I FORGET THEE JERUSALEM

    Lord, who shall abide in thy tabernacle? who shall dwell in thy holy hill? He that walketh uprightly, and worketh righteousness, and speaketh the truth in his heart. (…) He that doeth these things shall never be moved.

    Psalm 15

    “By the rivers of Babylon, there we sat down, yea, we wept, when we remembered Zion. (…) If I forget thee, O Jerusalem, let my right hand forget her cunning.

    Psalm 137

    Defend the poor and fatherless: do justice to the afflicted and needy.

    Psalm 82

    Then judgment shall dwell in the wilderness, and righteousness remain in the fruitful field. And the work of righteousness shall be peace; and the effect of righteousness quietness and assurance for ever.

    Isaiah 32

    The reference came less than a month after the US abstained in a UN Security Council vote, and chose not to use its veto, allowing through a resolution that slammed Israeli settlements in the West Bank and East Jerusalem, where Judaism’s holiest sites are located, and designated all territory captured there in the 1967 war as being unlawfully occupied by Israel from the Palestinians.

    “The freedoms we enjoy are not granted in perpetuity, but must be reclaimed in each generation. As our ancestors have planted for us so we must plant for others”

    “a nation’s wealth is measured by her values and not by her vaults.”

    The 77-year-old rabbi had faced criticism for offering the prayer and even fielded a petition calling on him to withdraw from participating in the inauguration.

    “I believe that all of us should pray for his great success, because his great success means our great success,” he said ahead of the ceremony.

    Critics within the Jewish community had insisted that this time was different — saying Trump’s presidential campaign targeted minorities and at times invoked tropes that many, including the Anti-Defamation League, considered anti-Semitic. The Wiesenthal Center’s own 2016 report on global anti-Semitism noted that a prominent group of neo-Nazis has embraced Trump and that Jewish journalists critical of the Republican presidential candidate were frequently targeted with anti-Semitic tweets.

    Hier was among six faith leaders to accept the invitation to participate in the inauguration. The others included Cardinal Timothy Dolan, the archbishop of New York, and Franklin Graham, a prominent Christian evangelist.

    Hier is believed to be the first rabbi to speak at a presidential inauguration since 1985.

    Another prominent rabbi, Haskel Lookstein, faced a similar outcry last summer when he agreed to give an invocation at the Republican National Convention in Cleveland, where Trump secured his party’s nomination. Lookstein, the rabbi emeritus at Congregation Kehilath Jeshurun and former principal of the Ramaz Orthodox day school, both in Manhattan, ultimately decided against speaking at the convention after facing a storm of criticism, including a petition led by Ramaz alumni.

    In 2009, Lookstein oversaw the Orthodox conversion of Trump’s daughter Ivanka in advance of her marriage to Jared Kushner…

    http://www.timesofisrael.com/in-prayer-at-inaugural-event-marvin-hier-cites-psalm-remembering-jerusalem-zion/

    Eternal God, bless President Donald J. Trump and America, our great nation.

    Guide us to remember the words of the psalmist, « Who may dwell on your holy mountain? One who… does what is right and speaks the truth… who knows that… when you eat the labor of your hands you are praiseworthy… that he who sows in tears shall reap in joy.” (Psalms)

    Because the freedoms we enjoy are not granted in perpetuity, but must be reclaimed by each generation!

    “As our ancestors have planted for us, so we must plant for others. While it is not for us to complete the task, neither are we free to desist from them.” (“Ethics of the Fathers”)

    “Dispense justice for the needy and the orphan,” (Psalm) for they have no one but their fellow citizens, and because a nation’s wealth is measured by her values and not by her vaults!

    Bless all of our allies around the world who share our beliefs. “By the rivers of Babylon we wept as we remembered Zion… If I forget thee o’ Jerusalem may my right hand forget its skill.” (Psalm)

    “The doer of [all of] these shall never falter.” (Psalm)

    May the days come soon when “justice will dwell in the wilderness and righteousness will abide in the fertile field. And the work of righteousness will be peace… quietness and confidence forever.” (Isaiah)

    Amen.

    http://www.jewishjournal.com/nation/article/rabbi_marvin_hiers_prayer_at_donald_trumps_inauguration

    PS: Heureusement quand même que comme Jésus qui avait refusé de finir dans sa lecture du rouleau de la synagogue de Nazareth le verset 2 d’Esaïe 61 (et avait failli le payer de sa vie), il aille pas jusqu’à la fin du psaume 137 !

    https://www.biblegateway.com/passage/?search=Psaumes+137&version=LSG

    L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance. Pour publier une année de grâce de l’Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu …

    Esaïe 61: 1-2

    https://www.biblegateway.com/passage/?search=Isaiah+61&version=LSG

    Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit:L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie. Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph? Jésus leur dit: Sans doute vous m’appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm. Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie. Je vous le dis en vérité: il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d’Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu’il y eut une grande famine sur toute la terre; et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d’elles, si ce n’est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon. Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d’Élisée, le prophète; et cependant aucun d’eux ne fut purifié, si ce n’est Naaman le Syrien. Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu’ils entendirent ces choses. Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas.

    Luc 4: 16-29

    Fille de Babylone, la dévastée, Heureux qui te rend la pareille, Le mal que tu nous as fait! Heureux qui saisit tes enfants, Et les écrase sur le roc!

    Psaumes 137: 8-9

    https://jcdurbant.wordpress.com/2012/07/08/polemique-soler-comment-la-violence-biblique-deconstruit-la-fausse-serenite-mythique-how-the-overtly-vengeful-psalms-uncover-the-myths-hidden-blood-on-the-tracks/

  • 12
    James:

    Les souverainistes ont plutôt été des thuriféraires de Trump (en raison, notamment, de ses propos sur Poutine). J’aimerais les entendre sur cette info, cela serait amusant; d’ordinaire, ils ne sont pas très amènes avec Israël.

  • 11
    James:

    Pour vous certes, mais je peux vous faire si vous le voulez une analyse de texte

    Non, pour Waa également c’est incompréhensible et ce dernier écrit bien mieux que vous.

    S’atteler au chariot Trump de façon aussi ostentatoire est bien évidemment dangereux pour l’avenir, car il est évident qu’il va droit dans le mur, cela n’a rien à voir avec la résolution de l’ONU et sa critique légitime , pour manger avec le Diable il faut avoir une longue cuillère .

    Pas plus intelligible, en dépit des périphrases.

    pour manger avec le Diable il faut avoir une longue cuillère

    Désignez le Diable en question, je vous prie.

    car il est évident qu’il va droit dans le mur, cela n’a rien à voir avec la résolution de l’ONU et sa critique légitime

    De quel mur parlez-vous ? Sa politique, son soutien à Israël, à Poutine ?

  • 10
    MERCATOR:

    d’autant que la phrase de Mercator, ci-dessous, n’a effectivement aucun sens.

    Pour vous certes, mais je peux vous faire si vous le voulez une analyse de texte,.

    S’atteler au chariot Trump de façon aussi ostentatoire est bien évidemment dangereux pour l’avenir, car il est évident qu’il va droit dans le mur, cela n’a rien à voir avec la résolution de l’ONU et sa critique légitime , pour manger avec le Diable il faut avoir une longue cuillère .

  • 9
    James:

    D’accord avec Waa, d’autant que la phrase de Mercator, ci-dessous, n’a effectivement aucun sens.

  • 8
    waa:

    @Mercator
    Essayer de désactiver le filtre anti-Trump pour une minute.
    Ce n’est pas de lui qu’il s’agit, c’est de la mention de Sion et de Jérusalem, et du lien indéfectible existant entre les deux.
    Que ces mots soient prononcés du haut de la tribune du chef d’État le plus puissant du monde est la meilleure réponse à la résolution de l’ONU qui établissait qu’un juif peut être un étranger sur sa propre terre.

  • 7
    MERCATOR:

    l’on puissent ‘l’on puisse » bien évidemment.

  • 6
    MERCATOR:

    Pour de très nombreux juifs, Trump vient de toucher un point essentiel de leur mémoire collective

    Mais c’est justement parce que cela touche très fortement la mémoire collective juive qu’il ne fallait pas impliquer ce sentiment si fort à ce personnage , je prédis sans être grand prophète qu’il va conduire les usa à une terrible catastrophe , il est fort dommageable que l’on puisse croire plus tard que l’un des rares pays à le soutenir fut Israël .

  • 5
    waa:

    @Mercator
    Vous n’êtes pas juif.
    C’est pourquoi vous ne comprenez pas, et ne comprendrez jamais la portée symbolique de ces mots.
    Pour de très nombreux juifs, Trump vient de toucher un point essentiel de leur mémoire collective

    «  un peu plus de retenue eut été plus sage afin de préserver l’avenir. »
    Cette phrase n’a aucun sens

  • 4
    MERCATOR:

    @Waa, Très mauvaise chose pour Israël et les juifs que l’on puissent les assimiler à ce quasi dément , Quos vult Jupiter perdere dementat prius : un peu plus de retenue eut été plus sage afin de préserver l’avenir.

  • 3
    waa:

    Pour la première fois dans l’histoire, l’antique supplique juive a retenti lors de l’intronisation d’un président américain, et le monde entier l’a entendu:

    « By the rivers of Babylon, there we sat down, yea, we wept, when we remembered Zion
    If I forget you, O Jerusalem, let my right hand forget its skill!

  • 2
    waa:

    « … L’Agence France Presse a mis sur son fil deux photos juxtaposées. L’une montrant la foule massée devant le Capitole pour l’investiture d’Obama. L’autre avec les centaines de milliers d’Américains venus assister à l’investiture de Trump. Sur la première, c’est noir de monde. Sur la seconde, c’est nettement plus clairsemé. Vous avez compris le message de l’AFP ? Ca c’est de l’information !…

    Benoit Rayski »

    Apparemment, l’AFP ne regarde pas CNN

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    Un jeune homme à cheveux longs grimpait le Golgotha. La foule sans tête était à la fête Pilate a raison de ne pas tirer dans le tas C’est plus juste en somme d’abattre un seul homme. Ce jeune homme a dit la vérité Il doit être exécuté…

    Guy Béart

    C’est ça, l’Ouest, monsieur le sénateur: quand la légende devient réalité, c’est la légende qu’il faut publier.

    Maxwell Scott (journaliste dans ‘L’Homme qui tua Liberty Valance’, John Ford, 1962)

    Obama est le premier président américain élevé sans attaches culturelles, affectives ou intellectuelles avec la Grande-Bretagne ou l’Europe. Les Anglais et les Européens ont été tellement enchantés par le premier président américain noir qu’ils n’ont pu voir ce qu’il est vraiment: le premier président américain du Tiers-Monde.

    The Daily Mail

    Culturellement, Obama déteste la Grande-Bretagne. Il a renvoyé le buste de Churchill sans la moindre feuille de vigne d’une excuse. Il a insulté la Reine et le Premier ministre en leur offrant les plus insignifiants des cadeaux. A un moment, il a même refusé de rencontrer le Premier ministre.

    Dr James Lucier (ancien directeur du comité des Affaire étrangères du sénat américain)

    Tout ce qu’on sait, c’est qu’on en sait très peu sur Barack Obama et que ce qu’on sait est très différent de ce qui est allégué. Tous les présidents ont leurs mythographies, mais ils ont également un bilan et des experts qui peuvent distinguer les faits de la fiction. Dans le cas d’Obama, on ne nous a nous jamais donné tous les faits et il y avait peu de gens dans la presse intéressés à les trouver. Comme le dit Maxwell Scott dans L’homme qui a tué Liberty Valance, ‘quand la légende devient fait, c’est la légende qu’il faut imprimer’.

    Victor Davis Hanson

    Même si ce livre repose principalement sur des journaux intimes ou sur des histoires orales de ma famille, les dialogues sont forcément approximatifs. Pour éviter les longueurs, certains personnages sont des condensés de personnes que j’ai connues et certains événements sont sans contexte chronologique précis. A l’exception de ma famille et certains personnages publics, les noms des protagonistes ont été changés par souci de respecter leur vie privée.

    Barack Hussein Obama jr. (préface des Rêves de mon père, 1995)

    Ma propre ville de Chicago a compté parmi les villes à la politique locale la plus corrompue de l’histoire américaine, du népotisme institutionnalisé aux élections douteuses.

    Barack Obama (2006)

    C’est ma dernière élection. Après mon élection, j’aurai plus de flexibilité.

    Obama (à Medvedev, 27.03.12)

    J’ai longtemps pensé à faire sauter la Maison Blanche.

    Madonna

    Qu’est-ce que cela fait d’avoir un nouveau président des Etats-Unis qui sait lire ? Du bien. Cela fait du bien d’apprendre qu’il a toujours un livre à portée de la main. On a tellement flatté ses qualités d’orateur et ses dons de communicant qu’on a oublié l’essentiel de ce qui fait la richesse de son verbe : son côté lecteur compulsif. A croire que lorsqu’il sera las de lire des livres, il dirigera l’Amérique pour se détendre. Michiko Kakutani, la redoutée critique du New York Times, d’ordinaire si dure avec la majorité des écrivains, est tout miel avec ce non-écrivain auteur de trois livres : deux textes autobiographiques et un discours sur la race en Amérique. Elle vient de dresser l’inventaire de sa « bibliothèque idéale », autrement dit les livres qui ont fait ce qu’il est devenu, si l’on croise ce qu’il en dit dans ses Mémoires, ce qu’il en confesse dans les interviews et ce qu’on en sait. Adolescent, il lut avidement les grands auteurs noirs James Baldwin, Langston Hugues, Ralph Ellison, Richard Wright, W.E.B. Du Bois avant de s’immerger dans Nietzsche et Saint-Augustin en marge de ses études de droit, puis d’avaler la biographie de Martin Luther King en plusieurs volumes par Taylor Branch. Autant de livres dans lesquels il a piqué idées, pistes et intuitions susceptibles de nourrir sa vision du monde. Ce qui ne l’a pas empêché de se nourrir en permanence des tragédies de Shakespeare, de Moby Dick, des écrits de Lincoln, des essais du transcendantaliste Ralph Waldo Emerson, du Chant de Salomon de la nobélisée Toni Morrison, du Carnet d’or de Doris Lessing, des poèmes d’un autre nobélisé Derek Walcott, des mémoires de Gandhi, des textes du théologien protestant Reinhold Niebuhr qui exercèrent une forte influence sur Martin Luther King, et, plus récemment de Gilead (2004) le roman à succès de Marylinne Robinson ou de Team of rivals que l’historienne Doris Kearns Goodwin a consacré au génie politique d’Abraham Lincoln, « la » référence du nouveau président. Pardon, on allait oublier, le principal, le livre des livres : la Bible, of course.

    Pierre Assouline

    Pourquoi cette apparence anticipée de triomphe pour le candidat dont le bilan des votes au Sénat est le plus à gauche de tout le parti Démocrate? L´électorat américain a-t-il vraiment basculé? Comment expliquer la marge énorme de différence entre les instituts de sondage à 3% et ceux à 12%? L´explication, me semble-t-il, réside dans la détermination sans faille du «peuple médiatique»; comme Mitterrand parlait du «peuple de gauche», les uns, français, habitaient la Gauche, les autres, américains, habitent les media, comme les souris le fromage. Le peuple médiatique, l´élite politico-intellectuelle, le «paysage audiovisuel», comme on dit avec complaisance, ont décidé que rien n´empêcherait l´apothéose de leur candidat. Tout ce qui pouvait nuire à Obama serait donc omis et caché; tout ce qui pouvait nuire à McCain serait monté en épingle et martelé à la tambourinade. On censurerait ce qui gênerait l´un, on amplifierait ce qui affaiblirait l´autre. Le bombardement serait intense, les haut-parleurs répandraient sans répit le faux, le biaisé, le trompeur et l´insidieux. C´est ainsi que toute assertion émise par Obama serait tenue pour parole d´Evangile. Le terroriste mal blanchi Bill Ayers? – «Un type qui vit dans ma rue», avait menti impudemment Obama, qui lui devait le lancement de sa carrière politique, et le côtoyait à la direction d´une fondation importante. Il semble même qu´Ayers ait été, si l´on ose oser, le nègre du best-seller autobiographique (!) d´Obama. Qu´importe! Nulle enquête, nulle révélation, nulle curiosité. «Je ne l´ai jamais entendu parler ainsi » -, mentait Obama, parlant de son pasteur de vingt ans, Jeremiah Wright, fasciste noir, raciste à rebours, mégalomane délirant des théories conspirationnistes – en vingt ans de prêches et de sermons. Circulez, vous dis-je, y´a rien à voir – et les media, pieusement, de n´aller rien chercher. ACORN, organisation d´activistes d´extrême-gauche, aujourd´hui accusée d´une énorme fraude électorale, dont Obama fut l´avocat – et qui se mobilise pour lui, et avec laquelle il travaillait à Chicago? Oh, ils ne font pas partie de la campagne Obama, expliquent benoîtement les media. Et, ajoute-t-on, sans crainte du ridicule, «la fraude aux inscriptions électorales ne se traduit pas forcément en votes frauduleux».

    Laurent Murawiec

    The Obama memoir is revealed not really to be a memoir at all. Most of his intimate friends and past dalliances that we read about in Dreams From My Father were, we learn, just made up (“composites”); the problem, we also discover, with the president’s autobiography is not what is actually false, but whether anything much at all is really true in it. If a writer will fabricate the details about his own mother’s terminal illness and quest for insurance, then he will probably fudge on anything. For months the president fought the Birthers who insist that he was born in Kenya, only to have it revealed that he himself for over a decade wrote just that fact in his own literary biography. Is Barack Obama then a birther? Has any major public figure (57 states, Austrian language, corpse-men, Maldives for Falklands, private sector “doing fine,” etc.) been a more underwhelming advertisement for the quality of a Harvard education or a Chicago Law School part-time billet? Has any presidential candidate or president set a partisan crowd to laughing by rubbing his chin with his middle finger as he derides an opponent, or made a joke about killing potential suitors of his daughters with deadly Predator drones, or recited a double entendre “go-down” joke about a sex act?

    Victor Davis Hanson

    As his second marriage to Sexton collapsed in 1998, Sexton filed an order of protection against him, public records show. Hull won’t talk about the divorce in detail, saying only that it was « contentious » and that he and Sexton are friends.

    The Chicago Tribune (15.02.04)

    Though Obama, the son of a Kenyan immigrant, lagged in polls as late as mid-February, he surged to the front of the pack in recent weeks after he began airing television commercials and the black community rallied behind him. He also was the beneficiary of the most inglorious campaign implosion in Illinois political history, when multimillionaire Blair Hull plummeted from front-runner status amid revelations that an ex-wife had alleged in divorce papers that he had physically and verbally abused her. After spending more than $29 million of his own money, Hull, a former securities trader, finished third, garnering about 10 percent of the vote. (…) Obama ascended to front-runner status in early March as Hull’s candidacy went up in flames amid the divorce revelations, as well as Hull’s acknowledgment that he had used cocaine in the 1980s and had been evaluated for alcohol abuse.

    The Chicago Tribune (17.03.04)

    Axelrod is known for operating in this gray area, part idealist, part hired muscle. It is difficult to discuss Axelrod in certain circles in Chicago without the matter of the Blair Hull divorce papers coming up. As the 2004 Senate primary neared, it was clear that it was a contest between two people: the millionaire liberal, Hull, who was leading in the polls, and Obama, who had built an impressive grass-roots campaign. About a month before the vote, The Chicago Tribune revealed, near the bottom of a long profile of Hull, that during a divorce proceeding, Hull’s second wife filed for an order of protection. In the following few days, the matter erupted into a full-fledged scandal that ended up destroying the Hull campaign and handing Obama an easy primary victory. The Tribune reporter who wrote the original piece later acknowledged in print that the Obama camp had »worked aggressively behind the scenes » to push the story. But there are those in Chicago who believe that Axelrod had an even more significant role — that he leaked the initial story. They note that before signing on with Obama, Axelrod interviewed with Hull. They also point out that Obama’s TV ad campaign started at almost the same time.

    The NYT (01.04.07)

    After an unsuccessful campaign for Congress in 2000, Illinois state Sen. Barack Obama faced serious financial pressure: numerous debts, limited cash and a law practice he had neglected for a year. Help arrived in early 2001 from a significant new legal client — a longtime political supporter. Chicago entrepreneur Robert Blackwell Jr. paid Obama an $8,000-a-month retainer to give legal advice to his growing technology firm, Electronic Knowledge Interchange. It allowed Obama to supplement his $58,000 part-time state Senate salary for over a year with regular payments from Blackwell’s firm that eventually totaled $112,000. A few months after receiving his final payment from EKI, Obama sent a request on state Senate letterhead urging Illinois officials to provide a $50,000 tourism promotion grant to another Blackwell company, Killerspin. Killerspin specializes in table tennis, running tournaments nationwide and selling its own line of equipment and apparel and DVD recordings of the competitions. With support from Obama, other state officials and an Obama aide who went to work part time for Killerspin, the company eventually obtained $320,000 in state grants between 2002 and 2004 to subsidize its tournaments. Obama’s staff said the senator advocated only for the first year’s grant — which ended up being $20,000, not $50,000. The day after Obama wrote his letter urging the awarding of the state funds, Obama’s U.S. Senate campaign received a $1,000 donation from Blackwell. (…) Business relationships between lawmakers and people with government interests are not illegal or uncommon in Illinois or other states with a part-time Legislature, where lawmakers supplement their state salaries with income from the private sector. But Obama portrays himself as a lawmaker dedicated to transparency and sensitive to even the appearance of a conflict of interest. (…) In his book « The Audacity of Hope, » Obama tells how his finances had deteriorated to such a point that his credit card was initially rejected when he tried to rent a car at the 2000 Democratic convention in Los Angeles. He said he had originally planned to dedicate that summer « to catching up on work at the law practice that I’d left unattended during the campaign (a neglect that had left me more or less broke). » Six months later Blackwell hired Obama to serve as general counsel for his tech company, EKI, which had been launched a few years earlier. The monthly retainer paid by EKI was sent to the law firm that Obama was affiliated with at the time, currently known as Miner, Barnhill & Galland, where he worked part time when he wasn’t tending to legislative duties. The business arrived at an especially fortuitous time because, as the law firm’s senior partner, Judson Miner, put it, « it was a very dry period here, » meaning that the ebb and flow of cases left little work for Obama and cash was tight. The entire EKI retainer went to Obama, who was considered « of counsel » to the firm, according to details provided to The Times by the Obama campaign and confirmed by Miner. Blackwell said he had no knowledge of Obama’s finances and hired Obama solely based on his abilities. « His personal financial situation was not and is not my concern, » Blackwell said. « I hired Barack because he is a brilliant person and a lawyer with great insight and judgment. » Obama’s tax returns show that he made no money from his law practice in 2000, the year of his unsuccessful run for a congressional seat. But that changed in 2001, when Obama reported $98,158 income for providing legal services. Of that, $80,000 was from Blackwell’s company. In 2002, the state senator reported $34,491 from legal services and speeches. Of that, $32,000 came from the EKI legal assignment, which ended in April 2002 by mutual agreement, as Obama ceased the practice of law and looked ahead to the possibility of running for the U.S. Senate. (…) Illinois ethics disclosure forms are designed to reveal possible financial conflicts by lawmakers. On disclosure forms for 2001 and 2002, Obama did not specify that EKI provided him with the bulk of the private-sector compensation he received. As was his custom, he attached a multi-page list of all the law firm’s clients, which included EKI among hundreds. Illinois law does not require more specific disclosure. Stanley Brand, a Washington lawyer who counsels members of Congress and others on ethics rules, said he would have advised a lawmaker in Obama’s circumstances to separately disclose such a singularly important client and not simply include it on a list of hundreds of firm clients, even if the law does not explicitly require it. « I would say you should disclose that to protect and insulate yourself against the charge that you are concealing it, » Brand said.

    LA Times

    One lesson, however, has not fully sunk in and awaits final elucidation in the 2012 election: that of the Chicago style of Barack Obama’s politicking. In 2008 few of the true believers accepted that, in his first political race, in 1996, Barack Obama sued successfully to remove his opponents from the ballot. Or that in his race for the US Senate eight years later, sealed divorced records for both his primary- and general-election opponents were mysteriously leaked by unnamed Chicagoans, leading to the implosions of both candidates’ campaigns. Or that Obama was the first presidential candidate in the history of public campaign financing to reject it, or that he was also the largest recipient of cash from Wall Street in general, and from BP and Goldman Sachs in particular. Or that Obama was the first presidential candidate in recent memory not to disclose either undergraduate records or even partial medical. Or that remarks like “typical white person,” the clingers speech, and the spread-the-wealth quip would soon prove to be characteristic rather than anomalous. Few American presidents have dashed so many popular, deeply embedded illusions as has Barack Obama. And for that, we owe him a strange sort of thanks.

    Victor Davis Hanson

    Selon le professeur Dick Simpson, chef du département de science politique de l’université d’Illinois, «c’est à la fin du XIXe siècle et au début du XXe que le système prend racine». L’arrivée de larges populations immigrées peinant à faire leur chemin à Chicago pousse les politiciens à «mobiliser le vote des communautés en échange d’avantages substantiels». Dans les années 1930, le Parti démocrate assoit peu à peu sa domination grâce à cette politique «raciale». Le système va se solidifier sous le règne de Richard J. Daley, grande figure qui régnera sur la ville pendant 21 ans. Aujourd’hui, c’est son fils Richard M. Daley qui est aux affaires depuis 18 ans et qui «perpétue le pouvoir du Parti démocrate à Chicago, en accordant emplois d’État, faveurs et contrats, en échange de soutiens politiques et financiers», raconte John McCormick. «Si on vous donne un permis de construction, vous êtes censés “payer en retour”», explique-t-il. «Cela s’appelle payer pour jouer», résume John Kass, un autre éditorialiste. Les initiés affirment que Rod Blagojevich ne serait jamais devenu gouverneur s’il n’avait croisé le chemin de sa future femme, Patricia Mell, fille de Dick Mell, un conseiller municipal très influent, considéré comme un rouage essentiel de la machine. (…) Dans ce contexte local plus que trouble, Peraica affirme que la montée au firmament d’Obama n’a pu se faire «par miracle».«Il a été aidé par la machine qui l’a adoubé, il est cerné par cette machine qui produit de la corruption et le risque existe qu’elle monte de Chicago vers Washington», va-t-il même jusqu’à prédire. Le conseiller régional républicain cite notamment le nom d’Emil Jones, l’un des piliers du Parti démocrate de l’Illinois, qui a apporté son soutien à Obama lors de son élection au Sénat en 2004. Il évoque aussi les connexions du président élu avec Anthony Rezko, cet homme d’affaires véreux, proche de Blagojevich et condamné pour corruption, qui fut aussi le principal responsable de la levée de fonds privés pour le compte d’Obama pendant sa course au siège de sénateur et qui l’aida à acheter sa maison à Chicago. «La presse a protégé Barack Obama comme un petit bébé. Elle n’a pas sorti les histoires liées à ses liens avec Rezko», s’indigne Peraica, qui cite toutefois un article du Los Angeles Times faisant état d’une affaire de financement d’un tournoi international de ping-pong qui aurait éclaboussé le président élu. (…) Pour la plupart des commentateurs, Barack Obama a su naviguer à travers la politique locale «sans se compromettre.

    Le Figaro

    La condamnation de M. Blagojevich met une fois de plus la lumière sur la scène politique corrompue de l’Etat dont la plus grande ville est Chicago. Cinq des neuf gouverneurs précédents de l’Illinois ont été accusés ou arrêtés pour fraude ou corruption. Le prédécesseur de M. Blagojevich, le républicain George Ryan, purge actuellement une peine de six ans et demi de prison pour fraude et racket. M. Blagojevich, qui devra se présenter à la prison le 16 février et verser des amendes de près de 22 000 dollars, détient le triste record de la peine la plus lourde jamais infligée à un ex-gouverneur de l’Illinois. Ses avocats ont imploré le juge de ne pas chercher à faire un exemple avec leur client, notant que ce dernier n’avait pas amassé d’enrichissement personnel et avait seulement tenté d’obtenir des fonds de campagne ainsi que des postes bien rémunérés. En plein scandale, M. Blagojevich était passé outre aux appels à la démission venus de son propre parti et avait nommé procédé à la nomination d’un sénateur avant d’être destitué. Mais le scandale a porté un coup à la réputation des démocrates dans l’Illinois et c’est un républicain qui a été élu l’an dernier pour occuper l’ancien siège de M. Obama.

    AFP (08.12.11)

    Dès qu’un organisateur entre dans une communauté, il ne vit, rêve, mange, respire et dort qu’une chose, et c’est d’établir la base politique de masse de ce qu’il appelle l’armée.

    Saul Alinsky (mentor politique d’Obama)

    On se retrouve avec deux conclusions: 1) un président très inexpérimenté a découvert que toute la rhétorique de campagne facile et manichéenne de 2008 n’est pas facilement traduisible en gouvernance réelle. 2) Obama est engagé dans une course contre la montre pour imposer de force un ordre du jour plutôt radical et diviseur à un pays de centre-droit avant que celui-ci ne se réveille et que ses sondages atteignent le seuil fatidique des 40%. Autrement dit, il y a deux options possibles: Ou bien le pays bascule plus à gauche en quatre ans qu’il ne l’a fait en cinquante ou Obama entraine dans sa chute le Congrès démocrate et la notion même de gouvernance de gauche responsable, laissant ainsi derrière lui un bilan à la Carter. Victor Davis Hanson
    Dans ce contexte local plus que trouble, Peraica affirme que la montée au firmament d’Obama n’a pu se faire « par miracle ». (…) « La presse a protégé Barack Obama comme un petit bébé. Elle n’a pas sorti les histoires liées à ses liens avec Rezko », s’indigne Peraica.

    Le Figaro

    Lors de l’investiture du nouveau président américain, des « résistants » se sont dressés dans les rues de Washington. Oui des « résistants » selon les radios de service public ! Ils ont crié que Trump n’était pas « légitime ». Ils ont aussi brisé des vitrines et cassé du mobilier urbain (mais ça, pour le savoir, il faut lire le Washington Post et le New York Times). Ils n’étaient que quelques centaines (et ça aussi, pour le savoir, il faut se plonger dans la presse américaine). (…) L’Agence France Presse a mis sur son fil deux photos juxtaposées. L’une montrant la foule massée devant le Capitole pour l’investiture d’Obama. L’autre avec les centaines de milliers d’Américains venus assister à l’investiture de Trump. Sur la première, c’est noir de monde. Sur la seconde, c’est nettement plus clairsemé. Vous avez compris le message de l’AFP ? Ca c’est de l’information ! Ce que notre agence nationale a oublié de préciser, c’est qu’à Washington, où se trouve le Capitole, Trump n’a obtenu que 5 % des suffrages. Un oubli vraiment ? (…) Une chaîne de télévision française nous apprend qu’une des premières mesures de Donald Trump sera de faire adopter une loi permettant de « déporter » 2 millions d’étrangers en situation irrégulière. En français, le mot « déporter » est lourd de signification. Les « déporter » où ? Auschwitz a depuis longtemps fermé ses portes. Reste Guantanamo. Mais c’est tout petit et prévu seulement pour quelques centaines de personnes. Alors nous, on veut savoir où… (…) Il y a aux Etats-Unis une femme courageuse. Elle est française. Cocorico ! Sophie Théallet, c’est son nom, est créatrice de mode. Elle a fait savoir qu’elle refusait catégoriquement d’habiller Mélania Trump. Sophie Théallet a des valeurs. Et ce ne sont pas celles du président des Etats-Unis « raciste et sexiste ». Tous nos journaux saluent son « courage ». On a les Jeanne d’Arc qu’on mérite. Ce que les journaux ne disent pas, c’est que Mélania Trump n’a aucunement sollicité Sophie Théallet. Manifestement, cette information est sans importance. (…) Compte tenu de la défection de Sophie Théallet, le risque (si c’est un risque…) était grand de voir apparaître Mélania Trump nue lors du bal qui a suivi l’investiture de son époux. Mais ce délicieux spectacle nous a été épargné. Le couturier Hervé Pierre, français lui aussi, s’est dévoué. Mélania Trump portait une tenue dessinée par lui. Une robe crème, fendue, avec les épaules dénudées. La presse française n’a pas encore réagi à cette information qui fait honte à la réputation de notre pays. Mais ça ne va pas tarder, et nous apprendrons bientôt qu’Hervé Pierre ne mérite pas d’être français. Et que Mélania Trump est une allumeuse.

    Benoit Rayski

    Obama, franchement il fait partie des gens qui détestent l’Amérique. Il a servi son idéologie mais pas l’Amérique. Je remets en cause son patriotisme et sa dévotion à l’église qu’il fréquentait. Je pense qu’il était en désaccord avec lui-même sur beaucoup de choses. Je pense qu’il était plus musulman dans son cœur que chrétien. Il n’a pas voulu prononcer le terme d’islamisme radical, ça lui écorchait les lèvres. Je pense que dans son cœur, il est musulman, mais on en a terminé avec lui, Dieu merci.

    Evelyne Joslain
















  • Notice: Undefined index: p in /home3/baraka/public_html/wp-content/themes/Howl/footer.php on line 59

    Notice: Undefined index: page_id in /home3/baraka/public_html/wp-content/themes/Howl/footer.php on line 60

    Notice: Undefined index: m in /home3/baraka/public_html/wp-content/themes/Howl/footer.php on line 61

    Notice: Undefined index: s in /home3/baraka/public_html/wp-content/themes/Howl/footer.php on line 62

    Notice: Undefined index: cat in /home3/baraka/public_html/wp-content/themes/Howl/footer.php on line 63

    Notice: Undefined variable: PHP_SELF in /home3/baraka/public_html/wp-content/themes/Howl/footer.php on line 65

    Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684