eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Résolution de la honte: Attention, une illégalité peut en cacher une autre (Of all the countries with disputed borders and displaced populations, guess which one is being singled out for universal condemnation !)

Posté le mercredi 28 décembre 2016 par jc durbant

frenchdroneslegaretleagaret2legaret3legaret4calaiswalljerusalemwallAttention: une illégalité peut en cacher une autre !

Alors que se confirment les rumeurs de coup monté  …

Du véritable hold up diplomatique que vient de commettre, un mois à peine avant la fin de son dernier mandat, le président Obama …

Visant, après les avoir islamisés via l’UNESCO, à déligitimer juridiquement les lieux les plus saints du peuple juif …

Pendant qu’après l’avoir si longtemps critiquée, l’Europe découvre à son tour, sous le feu du terrorisme islamique et entre checkpoints, murs et éliminations ciblées, les joies de l’israélisation …

Remise des pendules à l’heure avec Michel Gurfinkiel …

Montrant  sur la base des résolutions de la Conférence de San Remo du 25 avril 1920 et du mandat de la Société des Nations du 24 juillet 1922 …

A l’instar de la plupart des Etats actuels de l’Europe centrale et balkanique comme des Etats actuels du Proche et du Moyen-Orient, d’Asie du Sud, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique et d’Océanie …

Qu’en l’absence de traité du fait du refus arabe du plan de partage de 1947 ou d’après …

La situation juridique antérieure, statu quo ante, est reconduite…

A savoir celle d’un « nouvel Etat établi au profit et dans l’intérêt du peuple juif, conformément au Mandat, notamment en matière d’immigration » …

Rendant de ce fait illégale, sans compter les constructions palestiniennes illégales dont personne ne parle, toute mesure tendant à réduire la présence juive sur la Cisjordanie et « Jérusalem-Est » …

A celle d’un simple « occupant militaire de territoires qui lui sont étrangers et sur lesquels il ne détient aucun autre droit » …



Laisser un commentaire


13 réponses à “Résolution de la honte: Attention, une illégalité peut en cacher une autre (Of all the countries with disputed borders and displaced populations, guess which one is being singled out for universal condemnation !)”

  • 13
    jc durbant:

    Haaretz dans ses oeuvres …

    http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.761927

  • 12
    jc durbant:

    C’EST PAS LES IMPLANTATIONS, IMBECILE !

    The lesson is that Jewish settlements are not the main obstacle to peace. If they were, Gaza would be on its way to becoming the Costa Rica of the Mediterranean. The obstacle is Palestinian rejection of Israel’s right to exist as a Jewish state in any borders. A Secretary of State who wishes to resolve the conflict could have started from that premise, while admonishing the Palestinians that they will never get a state so long as its primary purpose is the destruction of its neighbor. But that Secretary isn’t Mr. Kerry. Though he made passing references to Palestinian terror and incitement, the most he would say against it was that it “must stop.” If the Administration has last-minute plans to back this hollow exhortation with a diplomatic effort at the U.N., we haven’t heard about it. Contrast this with last week’s Security Council resolution, which the Obama Administration refused to veto and which substantively changes diplomatic understandings stretching to 1967. Mr. Kerry claimed Wednesday that Resolution 2334 “does not break new ground.” The reality is that the resolution denies Israel legal claims to the land — including Jewish holy sites such as the Western Wall — while reversing the traditional land-for-peace formula that has been a cornerstone of U.S. diplomacy for almost 50 years. In the world of Resolution 2334, the land is no longer Israel’s to trade for peace. Mr. Kerry also called East Jerusalem “occupied” territory, which contradicts Administration claims in the 2015 Supreme Court case, Zivotofsky v. Kerry, that the U.S. does not recognize any sovereignty over Jerusalem. The larger question is what all this means for the prospects of an eventual settlement. Mr. Kerry made a passionate plea in his speech for preserving the possibility of a two-state solution for Jews and Palestinians. That’s a worthy goal in theory, assuming a Palestinian state doesn’t become another Yemen or South Sudan. But the effect of Mr. Kerry’s efforts will be to put it further out of reach. Palestinians will now be emboldened to believe they can get what they want at the U.N. and through public campaigns to boycott Israel without making concessions. Israelis will be convinced that Western assurances of support are insincere and reversible. Mr. Kerry’s speech was preceded by a tweet from Donald Trump telling Israel to “stay strong” until he becomes President in 23 days. That’s an encouraging sign that Mr. Trump understands that the first rule of diplomacy is to do right by your friends, especially when they are embattled and bullied democracies. We hope Rex Tillerson is taking notes.

    The WSJ

    Last week’s United Nations Security Council resolution on Israel is a weapon of war pretending to be a plea for peace. Israel’s enemies say it has no right to exist. They claim the whole state was built on Arab land and it’s an injustice for Jews to exercise sovereignty there. Palestinians still widely promote this untruth in their official television and newspapers, whether from the PLO-controlled West Bank or Hamas-controlled Gaza. That is the unmistakable subtext of Friday’s U.N. Resolution 2334, despite the lip service paid to peace and the “two-state solution.” The resolution describes Israel’s West Bank towns and East Jerusalem neighborhoods as settlements that are a “major obstacle” to peace. But there was a life-or-death Arab-Israeli conflict before those areas were built, and before Israel acquired the West Bank in the 1967 war. Arab opposition to Israel’s existence predated—indeed caused—that war. It even predated Israel’s birth in 1948, which is why the 1948-49 war occurred. Before World War I, when Britain ended the Turks’ 400-year ownership of Palestine, Arab anti-Zionists denied the right of Jews to a state anywhere in Palestine. Officials of Egypt (in 1979) and Jordan (in 1994) signed peace treaties with Israel, but anti-Zionist hostility remains strong. The Palestinian Authority signed the Oslo Accords in 1993 but continues to exhort its children in summer camps and schools to liberate all of Palestine through violence. Arab efforts to damage Israel have been persistent and various, including conventional war, boycotts, diplomatic isolation, terrorism, lower-intensity violence such as rock-throwing, and missile and rocket attacks. Israel’s defensive successes, however, have constrained Palestinian leaders to rely now chiefly on ideological war to de-legitimate the Jewish State. Highlighting the “occupied territories”—in U.N. resolutions, for example—implies moderation. It suggests an interest only in the lands Israel won in 1967. But the relatively “moderate” Palestinian Authority, in its official daily newspaper, Al-Hayat Al-Jadida, continually refers to Israeli cities as “occupied Haifa” or “occupied Jaffa,” for example. In other words, even pre-1967 Israel is “occupied territory” and all Israeli towns are “settlements.” When David Ben-Gurion declared Israel’s independence in 1948, he invoked the “historical connection of the Jewish people with Palestine,” as recognized in the Palestine Mandate approved in 1922 by the League of Nations. That connection applied to what’s now called the West Bank as it did to the rest of Palestine. Because no nation has exercised generally recognized sovereignty over the West Bank since the Turkish era, the mandate supports the legality of Jewish settlement there. That’s why attacking the settlements’ legality—as opposed to questioning whether they’re prudent—is so insidious. Arguing that it is illegal for Jews to live in the West Bank is tantamount to rejecting Israel’s right to have come into existence. Friday’s U.N. resolution is full of illogic and anti-Israel hostility. It says disputed issues should be “agreed by the parties through negotiations.” Among the key open issues is who should control the West Bank and East Jerusalem. Yet the resolution calls these areas “Palestinian territory.” So much for negotiations. The resolution says that Jewish West Bank and Jerusalem “settlements” have “no legal validity.” On the basis of a skewed legal analysis that ignored pre-1967 Jewish claims, President Jimmy Carter called the settlements illegal. Knowing that Mr. Carter’s conclusion was wrong and hostile to Israel, President Ronald Reagan repudiated it, and all U.S. administrations since were careful to avoid it. Until now. By reviving Mr. Carter’s legal attack on the settlements, President Obama breaks with good sense and decades of U.S. policy. The resolution exhorts all countries to distinguish between the territories on either side of the 1949 armistice lines. When Israel, before 1967, was confined within those lines, none of its Arab neighbors respected them as Israel’s legal borders. In each of the 1949 armistice agreements, at the Arab side’s insistence, there is language denying that the lines signify any party’s rights to any land. When the lines might have protected Israel, its neighbors, without U.N. protest, deprecated and violated them. Now that those armistice lines are long gone, the U.N. pretends that they are sacred. (…) The cause of peace is not served by Israel’s appearing vulnerable. Harmonious U.S.-Israel relations are the best hope for convincing Israel’s enemies that their costly efforts to destroy the Jewish state will be fruitless. They won’t compromise if they believe they have another option.

    Douglas J. Feith

    IT’S THE UN ITSELF, STUPID ! ( When do we start draining the international swamp ?)

    In brief, the actions of the U.S. government over the past week prove that President Obama, the U.S. administration, and the wider left-wing establishment cabal have learned nothing from 2016. They still believe that they — not « We The People » — control the political priorities of the nation.

    And they fail to realise how putting a spotlight on an already morally questionable institution like the United Nations — replete with its Human Rights Council with the likes of Saudi Arabia chairing it — brings the UN itself, not Israel’s settlement-building policies, into question.

    So expect a resurgence of the American Sovereignty Act and an invigorated USexit movement in the next few months.

    There are, of course, a few reasons for the U.S. to maintain the United Nations on its home turf — not least the fact that the New York-based organisation allows the U.S. to spy on almost every country in the world from the comfort of downtown Manhattan.

    But the Obama administration has now accidentally heaped pressure on this relationship, and the intelligence community has, as yet, not uttered a peep about it. Too busy working on undermining the next president of the United States with the whole Russia saga, perhaps.

    Nevertheless, I fully imagine a USexit campaign could take root in 2017. And a chance for Donald Trump to drain the international swamp, too.

    Raheem Kassam

  • 11
    jc durbant:

    Voir aussi:

    No Muslim leader can recognize the right of the Jews to any part of Israel or its ancient history because from a Muslim perspective, it is Muslim. Any Muslim who would permanently cede Muslim territory to non-Muslims would lose honor and respect as well as be subject to death. Americans are baffled by this. Arafat made this clear at Camp David with former President Bill Clinton. Mahmoud Abbas therefore needs to say whatever he needs to in order to pacify the Americans, but never give in to permanent territorial compromise.

    Harold Rhode

    If any doubts remained about Obama’s malignant narcissism, historical ignorance, and geopolitical cretinism, the lame-duck-in-chief dispelled them with his abstention at the Security Council vote on a resolution slandering Israeli “settlements” as the foremost obstacle to peace. (…) Israeli intelligence has demonstrated that this diplomatic drive-by was orchestrated by Obama himself. (…) On the one hand, such back-door machinations are par for the course in the corrupt U.N. (…) But Obama has no such utilitarian motives. He’s done with running for office. His reasons for betraying Israel comprise petty spite at Netanyahu for stoutly and publicly resisting Obama’s policies and actions that endanger his beleaguered country; and obeisance to left-wing historical fantasies about “colonialism,” the “two-state solution,” and Palestinian Arab “national aspirations.” In other words, the clichés one would expect from a badly educated university adjunct professor for whom left-wing bromides function as fashion statements and status assertion. History, of course, tells a different story. There is no “Palestinian” people or “homeland.” There are Arabs whose historical homeland is the Arabian Peninsula. Any Arab living elsewhere is the descendant of invaders, colonizers, occupiers, and immigrants. There are no “occupied territories” or “borders,” but rather contested territories which are bounded by the 1967 armistice line, and the disposition of which will be decided through a negotiated settlement. The “West Bank” is a euphemism for the historical Jewish districts of Judea and Samaria. Jerusalem is not an Arab city, but for three thousand years has been the capital of the Jewish people, who have inhabited it continuously. The “settlements” are not colonial outposts created at the expense of their rightful owners, but towns and cities in the ancient Jewish homeland, most of them on land purchased from Arab landowners happy to make a profit on such barren tracts. Nor is Israel an “illegitimate” country. Its existence is the result of international law as created by treaties, conferences, the League of Nations, and the U.N. resolution which established an Arab and a Jewish state, the latter comprising one-quarter of the territory mandated for Israel in the postwar settlement. Israel is as legitimate, and in fact even more legitimate, than the other states created in the region like Jordan, Lebanon, Syria, and Iraq, or the states like Hungary, Austria, the Kingdom of Serbs and Croats, and Czechoslovakia created after the dismemberment of the Austro-Hungarian Empire. Moreover, Israel has had to fight off three armed attacks against it on the part of Arab countries that disregarded the U.N. resolution, Article 39 of the U.N. Charter, and numerous international treaties. Instead they tried to win by force land given to the despised dhimmi Jews they had oppressed and dominated for over a thousand years. They tried and lost, and and in 1967 suffered the eternal wages of failed aggressors––loss of territory. Only in this case, the territory the Arabs lost was theirs only by dint of conquest, not legitimacy, and its loss was no different from the Muslim loss of Spain to the Reconquista, or from Greece’s liberation from the Ottomans in 1832. But the land won by the Israelis in the defensive war had been Jewish since the 13th century B.C.So why this bizarre animus against Israel on the part of the West, this disdain if not hatred of what one French minister called a “shitty little country”? Short-sighted American “realists” don’t believe that defending the region’s only liberal democracy and respecter of human rights is worth antagonizing countries comprising five of the top ten global oil producers. Equally short-sighted European realists, faced with unassimilated Muslim immigrants who hate the West, think they can buy some peace (and access to Middle Eastern labor and business opportunities) by appeasing the Arabs through bullying and slandering Israel. Leftists hate Israel because they think it is a stooge of neo-colonialist America, an outpost of imperialism oppressing the “natives,” and like America it is a graphic repudiation of leftism’s utopian delusions. Sentimental Third-Worldism prefers the exotic, quaint “other of color” and their more “authentic and vibrant” cultures over a go-getting, brash, innovative people wildly succeeding by adopting the modern Western paradigm of political freedom and open markets. Juvenile idealizers of romantic revolutionary violence are turned on by the “freedom-fighters” and a “resistance” that use action to achieve their aims, even if that violence is indiscriminate terrorism against innocents. The global diplomatic establishment sees Israel as the impediment to some grand diplomatic triumph that will validate their magical thinking about the superiority of talk over action. And don’t forget that post-Holocaust anti-Semitism has found a respectable camouflage in hating the idea of Zionism while ignoring the near-century of terrorist violence and aggression directed at flesh-and-blood Jewish people. Whether cold calculations of interest or irrational ideological compulsions and prejudices, none of these reasons for demonizing Israel is founded on coherent principle, consistent standards of judgment, or even historical fact. The conflict is not about “settlements” or “check-points” or “national aspirations.” It’s about Islamic-sanctioned Jew hatred, and Arab humiliation and resentment of a handful of refugee Jews who developed lands bare of resources into a nation more militarily powerful and economically successful than their Arab neighbors. No “two-state solution” is going to change these ancient and deep-seated religious beliefs and psychological wounds.

    Bruce Thornton

  • 10
    Zoubor:

    Merci JC – j’aimerais bien comprendre, car cela devient systématique!
    Je commence à me dire que la Force Obscure pollue ce site …:-D

  • 9
    jc durbant:

    « mon #3 n’est pas encore paru! »

    Désolé: il était, comme bientôt Hussein et Kerry on l’espère, passé à la poublelle (de l’histoire) …

  • 8
    Zoubor:

    Sil, mon #3 n est pas encore paru!

  • 7
    jc durbant:

    A Kerry et à son Hussein de maitre-chien !

  • 6
    Polémos:

    Trump, dans 23 jours exactement, à Kerry : «You are fired

  • 5
    jc durbant:

    Kerry n’a même pas réussi à convaincre son propre parti !

    While Secretary Kerry mentioned Gaza in his speech, he seems to have forgotten the history of the settlements in Gaza, where the Israeli government forced settlers to withdraw from all settlements and the Palestinians responded by sending rockets into Israel. This is something that people of all political stripes in Israel vividly remember. While he may not have intended it, I fear Secretary Kerry, in his speech and action at the [United Nations], has emboldened extremists on both sides.

    Chuck Schumer (Incoming Senate Minority Leader)

  • 4
    jc durbant:

    « Trump aura quatre ans pour enterrer les dernières petites crottes de Kerry et d’Obama – plus que vingt-trois jours »…

    Sans compter celles de notre accident industriel à nous !

    Fabius devait être vert de jalousie !

  • 3
    Zoubor:

    Reponse du Senat américain – clash entre les USA et l’ONU?

    Trump a déjà réagi aussi bien à la décision de l’ONU dont il a entretenu directement Obama ainsi qu’au discours de Kerry

    https://www.washingtonpost.com/news/josh-rogin/wp/2016/12/28/inside-the-coming-war-between-the-united-states-and-the-united-nations/?utm_term=.085552e8f070

  • 2
    Curiale:

    @jc durbant:
    Beaucoup d’informations précieuses dans votre article, en particulier sur l’aspect juridique du problème, un grand merci.
    Oui, ce vote est honteux et déprimant, en particulier parce que La France et le Royaume-Uni ont voté oui, mais d’un autre coté, Trump aura quatre ans pour enterrer les dernières petites crottes de Kerry et d’Obama – plus que vingt-trois jours…

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    La France condamne l’action conduite contre Cheikh Ahmed Yassine qui a fait dix morts palestiniens comme elle a toujours condamné le principe de toute exécution extrajudiciaire, contraire au droit international. La pratique des exécutions extrajudiciaires viole les principes fondamentaux de l’Etat de droit sans lequel il n’y a pas de politique juste et efficace possible, y compris en matière de lutte contre le terrorisme. Cette pratique des forces armées israéliennes doit cesser. Au-delà de son caractère illégal, l’attaque d’hier risque d’être contre-productive au plan politique.

    Jean-Marc De La Sablière (représentant français à l’ONU, 2004)

    Quand Israël a éliminé les deux chefs précédents du Hamas, le ministre des affaires étrangères britannique a déclaré: » les éliminations ciblées de cette sorte sont illégales et injustifiées. (…) Maintenant la Grande-Bretagne applaudit l’élimination ciblée d’un terroriste qui a mis en danger ses soldats et citoyens. Quelle est la différence, si ce n’est qu’Israël ne peut jamais trouver grâce aux yeux de beaucoup dans la communauté internationale. (…) Les dommages collatéraux sont inévitables quand les terroristes se cachent parmi des civils et les emploient comme boucliers humains. Israël et les Etats-Unis font de grands efforts pour réduire le nombre de dommages collatéraux mais ils ne réussissent pas toujours.

    Alan Dershowitz

    Rarement la France n’a autant parlé des assassinats ciblés commis par ses forces armées ou ses services secrets. Il y a d’abord eu les confidences de François Hollande qui ont fait dresser les cheveux sous les képis : quand les deux auteurs du livre «Un Président ne devrait pas dire ça…» lui demandent à la mi-2015 s’il a déjà ordonné des «mesures de vengeance», le chef de l’Etat répond par l’affirmative avant d’ajouter une formule sibylline : «Oui, l’armée, la DGSE, ont une liste de gens dont on peut penser qu’ils ont été responsables de prises d’otages ou d’actes contre nos intérêts. On m’a interrogé, affirme le Président. J’ai dit : « Si vous les appréhendez, bien sûr… »» Les auteurs racontent avoir pu consulter une liste, datée du 7 mars 2014, comportant «dix-sept « objectifs » appartenant à des groupes armées terroristes, des HVI (High Value Targets/Individuals, « cibles de haute valeur »)». Dans un étrange effet miroir, le nombre de jihadistes français ou francophones tués en Syrie ou en Irak dans des bombardements ciblés de la coalition s’est multiplié ces dernières semaines : trois ont été abattus début décembre – ’un d’entre eux avait été condamné par la justice française qui le recherchait toujours (…) ; quelques jours plus tôt, l’un des plus hauts cadres français de l’organisation terroriste était lui aussi abattu par un drone américain ; le 6 octobre, une frappe de l’armée française éliminait un membre du groupe Etat islamique (EI) soupçonné d’avoir piloté à distance l’attentat raté contre une église de Villejuif… La guerre contre l’EI dans laquelle s’est engagé l’exécutif a sa part d’ombre, sensible, secrète, taboue. (…) Le général Gomart, directeur du renseignement militaire, le dit très clairement à Libération : «La France ne cible pas de HVT [« cibles de haute valeur »].» Contrairement aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne ou à Israël, la France ne pratiquerait donc pas d’assassinats ciblés. «Les dossiers d’objectif ne sont pas nominatifs, ni individuels», insiste le général. Ces fameux «dossiers d’objectifs» réunissent tous les renseignements disponibles sur une cible, qui sera ensuite détruite avec des moyens aériens. «Pour désorganiser l’adversaire, il vaut mieux cibler un poste de commandement qu’un camp d’entraînement. Il faut taper la tête : les centres de commandement, les usines de fabrication d’IED [engin explosif à distance, ndlr], les ressources financières», argumente le directeur du renseignement militaire, dont le service joue un rôle clé dans la préparation des bombardements. (…) Toujours selon le discours officiel, les jihadistes, notamment francophones, seraient tués de façon incidente, parce qu’ils se trouveraient, en quelque sorte, au mauvais endroit au mauvais moment. Une approche qui serait davantage conforme au droit international humanitaire (…). Le coordinateur national du renseignement, installé à l’Elysée, l’avait expliqué, sous serment, à la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 : «Lorsque le Président donne des instructions sur nos opérations militaires […], il n’est pas question de cibler des individus. On identifie […] les lieux stratégiques du point de vue logistique. Ce sont eux qui sont ciblés dans le cadre de la guerre que nous menons contre l’Etat islamique, en Syrie comme en Irak. Si par malheur – ou par bonheur – il se trouve que les individus dont nous parlons [les jihadistes qui cherchent à attaquer la France, ndlr] s’y trouvent, nous ne revendiquons pas explicitement, surtout s’ils sont français.» La clé est sans doute là : la France ne «revendique» pas ces assassinats ciblés. Pour Elie Tenenbaum, chercheur au laboratoire de recherche sur la défense à l’Institut français des relations internationales, des «blocages juridiques expliquent que les responsables français ne disent pas cibler des individus en tant que tels.» Ils craignent notamment que des familles de jihadistes français décident un jour de se retourner contre l’Etat, en justice, précise le chercheur. Une «kill list» française existe bel et bien selon le livre très documenté, paru en 2015, les Tueurs de la République (Fayard). Ce répertoire «ultra-secret contient les noms des personnes dont l’élimination a été secrètement approuvée», écrit l’auteur Vincent Nouzille, qui détaille des opérations contre des chefs terroristes en Afghanistan, en Somalie et dans le Sahel. (…) Dans le cadre de la coalition, la France verse aussi le renseignement dont elle dispose au «pot commun». Certaines frappes américaines sont ainsi réalisées, en partie, sur la base de renseignements français : «La France fournit des dossiers à la coalition qui les valide et les traite avec les moyens aériens à sa disposition, indique Elie Tenenbaum. Mais le commandement, américain, ne va forcément utiliser des moyens militaires français pour traiter des cibles fournies par Paris.» Outre la supériorité militaire américaine, capable de mobiliser plus de moyens plus vite, cette étroite collaboration avec Washington permet à la France d’éliminer des ennemis sans imprimer sa trace, et d’éloigner un peu plus l’éventualité de poursuites.

    Libération

    Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays.

    Déclaration Balfour (2 novembre 1917)

    Le Conseil de la Société des nations … Considérant que les Principales Puissances Alliées ont convenu que le Mandat est chargé d’appliquer la déclaration annoncée le 8 novembre 1917 par le Gouvernement Britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ; étant clairement entendu qu’aucune démarche ne devrait être entreprise pouvant porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont bénéficiaient les Juifs dans d’autres pays.

    Résolution de San Remo (24 avril 1920, confirmée par le Conseil de la Société des nations le 24 juillet 1922, mise en application en septembre 1923)

    3. Reconnaît que la dissolution de la Société des Nations mettra fin à ses fonctions en ce qui concerne les territoires sous mandat, mais note que des principes correspondant à ceux que déclare l’article 22 du Pacte sont incorporés dans les chapitres XI, XII et XIII de la Charte des Nations Unies; 4. Note que les Membres de la Société administrant actuellement des territoires sous mandat ont exprimé leur intention de continuer à les administrer, en vue du bien-être et du développement des peuples intéressés, conformément aux obligations contenues dans les divers mandats, jusqu’à ce que de nouveaux arrangements soient pris entre les Nations Unies et les diverses Puissances mandataires.

    Résolution de l’assemblée de la Société des nations (18 avril 1946)

    À l’exception de ce qui peut être convenu dans les accords particuliers de tutelle conclus conformément aux Articles 77, 79 et 81 et plaçant chaque territoire sous le régime de tutelle, et jusqu’à ce que ces accords aient été conclus, aucune disposition du présent Chapitre ne sera interprétée comme modifiant directement ou indirectement en aucune manière les droits quelconques d’aucun État ou d’aucun peuple ou les dispositions d’actes internationaux en vigueur auxquels des Membres de l’Organisation peuvent être parties.

    Chapitre XII : Régime international de tutelle (article 80, San Francisco, 26 juin 1945)

    Ayant en vue spécifiquement la mise en œuvre de la résolution du Conseil de sécurité du 16 Novembre 1948, les objectifs et principes suivants sont confirmés:
    1. Est reconnu le principe selon lequel aucun avantage militaire ou politique ne devrait être acquis pendant la trêve ordonnée par le Conseil de sécurité;
    2. Il est également reconnu, les dispositions du présent accord étant dictées exclusivement par des considérations militaires, qu’aucune disposition du présent Accord ne porte en rien atteinte aux droits, revendications et positions de l’une ni de l’autre Partie dans le règlement pacifique et final de la question palestinienne.

    Accord Jordano-israélien d’armistice général du 3 Avril 1949 (article II)

    La ligne de démarcation de l’armistice ne doit être interprétée d’aucune façon comme une frontière politique ou territoriale.

    Accord Israélo-égyptien d’armistice général du 24 Février 1949 (Article V)

    À la fin du XIXe siècle, se structure un nationalisme juif, le sionisme, qui soutient la création d’un État-nation juif en Palestine qu’il définit comme « Terre d’Israël ». En 1917, les Britanniques, par l’intermédiaire de la Déclaration Balfour, se déclarent en faveur de l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif. En 1919, est signé l’Accord Fayçal-Weizmann en tant qu’élément de la Conférence de paix de Paris. Cet accord prévoit l’établissement d’une coopération judéo-arabe pour le développement d’une patrie juive et d’une nation arabe en Palestine. La même année se tient à Jérusalem le Congrès de la Palestine arabe qui exige l’annulation de la déclaration de Balfour et l’inclusion de la Palestine comme partie intégrante du gouvernement arabe indépendant de la Syrie et rejette le sionisme tout en acceptant l’aide britannique sous condition de ne pas empiéter sur la souveraineté arabe en Palestine envisagée en tant qu’élément d’un État syrien indépendant. La population arabe du pays s’oppose au projet. Des émeutes sont régulièrement organisées dans toute la Palestine dès 1919. En avril 1920, des émeutes à Jérusalem font une dizaine de morts et près de 250 blessés à la veille de la Conférence de San Remo qui doit étudier la question du futur de la Palestine. La Société des Nations s’y déclare favorable au projet d’établissement d’un foyer national juif et en 1922, elle officialise le mandat britannique sur la Palestine. Dès 1920, Mohammed Amin al-Husseini devient l’un des principaux leaders du nationalisme palestinien ayant pour but la création d’un État arabe palestinien indépendant; il s’oppose activement au sionisme et est considéré comme l’instigateur de 1921 à 1937 des émeutes violentes en réaction au projet de l’établissement d’un « Foyer juif » en Palestine. Il est réputé antisémite. En 1937, alors qu’il est recherché par la police britannique pour son rôle dans ces émeutes il s’enfuit en Syrie. En 1941, il se réfugie en Allemagne nazie et demande à Hitler de lui apporter son soutien contre la création d’un Foyer juif. En 1925, Izz al-Din al-Qassam, né en Syrie, prône la lutte armée comme action politique, en 1930 il fonde une organisation paramilitaire, La main noire qui se lance dans des attaques contre les juifs et les britanniques, prêchant la violence politique d’inspiration religieuse, le Jihad et l’anti-sionisme. En 1935 est fondé le Parti arabe palestinien créé par la famille Al-Husseini. L’opposition arabe palestinienne culmine avec la Grande Révolte de 1936-1939. Menée par les nationalistes palestiniens, elle s’oppose à la fois à la présence juive et britannique en Palestine et aux hommes politiques palestiniens se revendiquant d’un nationalisme panarabe. Le 18 février 1947, les Britanniques annoncent l’abandon de leur mandat sur la région et transfèrent la responsabilité sur la Palestine mandataire à l’ONU.

    Wikipedia

    Le rejet du plan de partition de 1947 était une erreur, l’erreur du monde arabe dans son ensemble, mais est-ce qu’ils [les Israéliens] nous punissent de cette erreur soixante-quatre ans plus tard ?

    Mahmoud Abbas (Président de l’Autorité palestinienne, 28 octobre 2011)

    L’argument fondamental que les Arabes utilisent contre Israël est que la seule raison de sa création aurait été d’apaiser la mauvaise conscience des Européens après la Shoah. Selon leurs dires, les Juifs n’auraient aucun droit sur la Terre d’Israël du point de vue légal, historique et moral. Or, cet argument est complètement faux ». (…) « La communauté internationale a reconnu les droits légaux, historiques et moraux du peuple juif sur la Terre d’Israël bien avant que quiconque ait jamais entendu parler d’Adolf Hitler. En 1922, la Société des Nations avait mandaté la « reconstitution » – et non la création – du foyer national juif sur la Terre d’Israël dans ses frontières historiques sur les deux rives du Jourdain.

    Caroline Glick

    The state of Israel came into being by the same legitimate process that created the other new states in the region, the consequence of the dismantling of the Ottoman Empire after World War I. Consistent with the traditional practice of victorious states, the Allied powers France and England created Lebanon, Syria, Iraq, and Jordan, and of course Israel, to consolidate and protect their national interests. This legitimate right to rewrite the map may have been badly done and shortsighted––regions containing many different sects and ethnic groups were bad candidates for becoming a nation-state, as the history of Iraq and Lebanon proves, while prime candidates for nationhood like the Kurds were left out. But the right to do so was bestowed by the Allied victory and the Central Powers’ loss, the time-honored wages of starting a war and losing it. Likewise in Europe, the Austro-Hungarian Empire was dismantled, and the new states of Austria, Hungary, Yugoslavia, and Czechoslovakia were created. And arch-aggressor Germany was punished with a substantial loss of territory, leaving some 10 million Germans stranded outside the fatherland. Israel’s title to its country is as legitimate as Jordan’s, Syria’s and Lebanon’s.

    Bruce Thornton

    Aux colonies et territoires qui, par suite de la guerre, ne sont plus sous la souveraineté des Etats qui les gouvernaient dans le passé et dont la population n’est pas encore capable de se gouverner elle-même, on appliquera le principe selon lequel le bien-être et le développement de ladite civilisation constitue une mission civilisatrice sacrée… La meilleure méthode pour accomplir cette mission sera de confier la tutelle de ces populations à des nations plus avancées…

    Article XXII de la Charte

    La guerre contre l’islamisme sera longue, difficile et douloureuse. La France, la Russie et Israël sont donc des pays très différents. Français, Russes et Israéliens, nous l’avons vu, n’ont pas les mêmes logiciels mentaux. C’est pour cela, que tout n’est bien sûr pas transposable mais si des idées sont bonnes, il est normal que la France s’en inspire. Cependant, elle peut tout aussi bien avoir ses propres solutions ou adapter les recettes israéliennes ou russes à la spécificité française. D’abord, en aval, je pense qu’il aurait fallu, profitant de l’effroi et de l’émotion générale qui ont suivi les attentats de janvier et novembre 2015, « frapper vite et fort » et imposer des mesures d’exception comme De Gaulle l’avait fait contre l’OAS dans les années 1960. Ainsi, nous aurions pu fermer nos frontières, expulser les étrangers dangereux, fermer la centaine de mosquées salafistes (toujours ouvertes) et, comme en Russie, interdire ce mouvement comme celui des Frères musulmans (interdit aussi en Arabie saoudite) sur le territoire. Avec des mesures d’exception, les 15 000 Fiches S et tous les djihadistes français qui reviennent et reviendront du Moyen-Orient pourraient être neutralisés d’une manière ou d’une autre et une bonne fois pour toute. Ensuite, il faudra réaffirmer l’autorité de l’Etat et en finir avec le laxisme pénal et la victimisation des délinquants, par exemple en alourdissant les peines, en rabaissant la majorité pénale à 15 ans et en coupant toute aide sociale (effet très dissuasif) aux familles des candidats du djihad et des apprentis terroristes. L’état d’urgence et l’autorisation donnée aux policiers de porter leurs armes en dehors du service ont été de bonnes choses. Pour le coup, nous pourrions ici nous inspirer de l’exemple israélien en revoyant la législation française sur la légitime défense et les armes, notamment pour nos sociétés de sécurité privées, tout en développant notre réserve citoyenne et pourquoi pas restaurer un service national qui renforcera par là même occasion notre cohésion nationale. En amont, peut-être faudra-t-il, aussi et surtout, une sorte de nouveau concordat avec la création d’un véritable Islam de France patriote, sans influences extérieures et dont l’organisation pourrait alors s’inspirer de l’Islam de Russie… Par ailleurs, il sera nécessaire d’entreprendre une véritable révolution dans la formation professionnelle et l’éducation nationale dans le fond (arrêt des repentances et de l’autoflagellation historiques si néfastes pour toute cohésion nationale) comme dans la forme, afin de redonner un roman national aux futurs citoyens français. Enfin, à l’international, il faut abandonner notre « Irréalpolitik », revoir nos relations et nos dépendances commerciales avec les monarchies du Golfe et se rapprocher de la Russie. Ainsi, comme elle, nous définirons et adopterons expressément une politique ambitieuse, claire et cohérente en Méditerranée (notre frontière la plus importante) et au Moyen-Orient, basée non plus sur nos seuls profits commerciaux mais sur la défense de nos intérêts vitaux, une lutte impitoyable contre l’islam radical et politique (dans notre intérêt et celui des musulmans) et sur une concrète « ingérence de la coopération ou du co-développement ». Ceci, afin de répondre rapidement et sérieusement, et avant qu’il ne soit vraiment trop tard, aux immenses défis que sont la démographie explosive du Sud et bien sûr le terrorisme que nous venons d’évoquer. Mais pour cela, il nous faut de vrais hommes d’Etat et non des petits gestionnaires à courte vue…

    Thomas Hegghammer

    Lutter contre le terrorisme islamiste est difficile. Ses adeptes n’ont aucun frein moral, quand nous sommes entravés par des sentiments de culpabilité – aggravés par les « idiots utiles de l’islamisme », pour qui les violents sont des victimes. C’est pourquoi ce combat sera long et souvent décourageant. Mais ce n’est pas en chantant des chansons sur l’amour et en proclamant notre désir de paix que nous viendrons à bout de ceux qui ont juré la perte de tout ce qui fait notre désir de vivre. Avec de tels ennemis, il n’y a pas d’espace pour la négociation et le compromis, dans la mesure où leur but est notre soumission. Nous gagnerions à nous inspirer des pays qui ont été contraints de prendre de l’avance. Israël jouit d’un triste privilège : c’est généralement sur son sol qu’apparaissent les innovations en matière de terrorisme. Ainsi, les attaques à la voiture, ou au camion-bélier, telle que celle qui vient d’endeuiller Berlin, y ont été très fréquentes en 2015, un peu moins en 2016, alors qu’elles faisaient leur apparition chez nous, à l’occasion de la fête nationale. Si on en dénombre une cinquantaine en deux ans, elles ont fait moins de victimes que le seul attentat de la promenade des Anglais, à Nice. C’est qu’Israël a aussi une longueur d’avance sur les moyens de défendre sa population. Pendant longtemps, nos médias ont refusé tout parallèle entre les attentats perpétrés là-bas et ceux qui désormais et de plus en plus souvent, nous frappent ici. « Ça n’a rien à voir ! », me lançaient mes collègues, indignés, lorsque j’essayais d’attirer leur attention sur la similitude des moyens employés, comme sur leurs motivations. À présent, les mêmes feignent de déplorer une « israélisation » des politiques de sécurité en Europe occidentale. Le « modèle israélien » nous entraînerait ver le « tout-sécuritaire », au détriment des libertés individuelles et du respect de la vie privée. La lutte contre le terrorisme nous aveuglerait, nous empêchant de traiter « les causes du terrorisme ». S’agirait-il, dans notre cas, des « territoires occupés » du 93 ? (…) Malgré une situation géostratégique bien plus exposée que la nôtre, Israël compte, cette année, bien moins de victimes du terrorisme que l’Europe occidentale. Voilà qui devrait nous faire réfléchir.

    Brice Couturier

    There is a fundamental difference between this and other anti-Israel resolution that previous administrations allowed to be passed. The United States has always opposed the settlements and never recognized Jerusalem as Israel’s capital. But while other resolutions unfairly criticized the Jewish state, none of them specifically labeled the Jewish presence in territory Israel took control of in the 1967 Six Day War as illegal. This is significant because it means that hundreds of thousands of Jews living in decades-old Jewish neighborhoods in the city of Jerusalem or in settlement blocs that even Obama has conceded would remain inside Israel in the event of a peace treaty are now international outlaws. It will also mean that Jews living in the disputed territories or Israeli officials may be hauled into the International Criminal Court. It will put air in the sails of an anti-Semitic BDS (boycott, divest, sanction) movement that had seemed to be losing ground in recent years. Now, for the first time, it can claim to have the backing of the UN. Nor was the resolution balanced as Obama’s apologists claim. While it condemned attacks on civilians and incitement to violence, it also did not specify that the Palestinian Authority was guilty of fomenting and financing terror even as it did not hesitate to indict the state of Israel on false charges of damaging peace. Just as important, it removes any incentive for the Palestinian Authority to budge from its refusal to negotiate peace with Israel. In effect, Obama, who has claimed to be a champion of the peace process, has effectively killed it. By colluding with the Palestinians in this UN gambit, Obama has endorsed their end-run around direct negotiations sponsored by the United States and has ensured they won’t be revived, no matter how many times Netanyahu reiterates his offer of talks. (…) No previous American government made a point, as Obama has consistently done, of attacking Israel’s position in Jerusalem. Under the terms of this resolution, the Western Wall and other Jewish holy places in Jerusalem are considered to be Palestinian. This isn’t merely offensive to Jews. It’s a not so thinly veiled endorsement of the vicious Palestinian campaign at UNESCO and other UN bodies to deny Jewish history and religion by claiming Jerusalem’s holy places are exclusively Muslim. As Obama knew full well, the mischief that will ensue from Resolution 2334 will not be able to be undone by his successor. He took this vindictive act in full knowledge that it was the Palestinians who have turned down numerous offers of statehood. It may also be followed up in the days before January 20 with an even more damaging resolution that could recognize Palestinian statehood in the 1967 lines without forcing them to make peace with Israel first. Though Obama and his apologists may believe this is necessary to “save Israel from itself,” what he has done could actually finish the already remote hopes for peace for another generation. This betrayal won’t cause Israel to surrender its rights or its security and it may well encourage President-elect Trump to take actions to retaliate against the UN and the Palestinians in order to restore some balance. But whatever else happens, it cannot be denied is that on Jerusalem and on peace, Barack Obama has done more to damage the U.S.-Israel relationship that any president in the last 60 years.

    Jonathan Tobin

    Although administration officials have been reluctant to explain the precise reasoning behind their last-minute series of attacks on Israel, as near as I can tell it rests on three assumptions. The first, as Kerry outlined in his speech, is that a freeze on Israeli settlement growth makes it easier for Palestinian negotiators to make painful compromises at the negotiating table. It supposedly does this by easing Palestinian suspicions that Israel either won’t make major territorial concessions at the negotiating table, or won’t implement these concessions once made Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu put this assumption to the test in November 2009 when he imposed a 10-month moratorium on new housing construction (East Jerusalem excepted) at the urging of the Obama administration. What happened? Palestinian Authority President Mahmoud Abbas refused to return to talks until the very end of the moratorium and remained every bit as intransigent as before. The main impediment to Palestinian compromise is not Palestinian suspicion; it is the fundamental unwillingness of Palestinian leaders across the spectrum to accept the existence of a Jewish state alongside their own. What’s more, a strong case can be made that some settlement growth actually makes it easier for Palestinian moderates to build public support for compromise by underscoring that a continuation of the status quo is untenable and injurious to Palestinian national aspirations in the long run. The Obama administration’s second assumption is that pressure from the international community or from the United States will bring about this supposedly desirable settlement freeze. However, by collapsing the distinction between East Jerusalem and bustling Israeli towns just inside the West Bank — which no major Israeli political party will contemplate abandoning — and the remaining settlements, most of which Israelis are willing to give up, this policy does the opposite. (…) Finally, even if it were true that a settlement freeze would make it easier for Palestinian negotiators to trust Israel and that international pressure would increase the willingness of Israeli leaders to accept such a freeze, these effects would be far overshadowed by the problems created by branding Israeli claims outside the 1949 armistice line illegal and invalid. Since Palestinian leaders already have trouble justifying to their people the abandonment of territorial claims to Ma’ale Adumim, the Jewish quarter in Jerusalem, and so forth, they will have double the trouble now that the United States has endorsed these demands. What Palestinian leader can sign away territory to which Washington and the Security Council have declared Israelis have no legitimate claim? (…) The more interesting question, sure to be the focus of congressional hearings next year, is why the administration used its last few weeks to damage relations with Israel.

    Gregg Roman

    Now reports have surfaced that, yet more appallingly, Britain was actually instrumental in getting 2334 passed by helping draft the resolution and then stiffening New Zealand’s resolve in proposing it. It has put itself firmly behind the attempt to exterminate the State of Israel under the cowardly cover of vacuous pieties about supporting two democratic states and opposing terrorism and incitement. It has done this by endorsing the inflammatory falsehoods and legal and historic fictions deployed by those whose purpose is to destroy the State of Israel. It has shredded the concept of diplomatic integrity by delegitimising Israel’s legal actions in defence of its survival while legitimising the manifestly false claim to the land by those who want Israel gone. It has put rocket fuel behind the discriminatory and bigoted BDS movement whose aim is to delegitimise Israel and bring about its destruction. By declaring that Israel’s borders should be established on terms demanded by its mortal enemies, the British government has backed coerced surrender to aggressors bent on Israel’s extermination. Through this vote, your government has shown its contempt for international law. It has helped tear up the treaty obligation under the Oslo Accords to decide through negotiation the borders of Israel and the status of Jerusalem. Despite the wilful misreading by the Foreign Office of the Geneva Conventions through flagrantly twisting and distorting the meaning of the word “transfer” in that context, Israel’s settlements are legal several times over. Under the 1922 Mandate for Palestine, the British administration was instructed to “facilitate… close settlement by Jews on the land, including state lands and waste lands not required for public purposes”. The land on which the international community thus gave the Jews the right to settle included what is now Israel, the disputed territories of Judea and Samaria, and Gaza. That legal right has never been abrogated. Israel has no borders, only ceasefire lines which marked the cessation of hostilities in 1947 after it defeated the Arab attempt to destroy it at its rebirth. It continues to have no borders because the war of extermination mounted against it by the Arabs has never ended. A country is entitled under international law to occupy land it seizes from a belligerent enemy and retain it as long as the belligerency continues. That was why Israel was entitled to retain land beyond the ceasefire lines seized in the 1967 Six-Day War. UN resolution 242 called for Israel’s withdrawal merely from “territories” seized at that time. It deliberately eschewed the definite article, which would have required withdrawal from all “the” territories, on the understanding that they would only be yielded up if the Arabs ended their aggression. That has never happened. To this day, these territories are used as a launching pad for the mass murder of Israelis. Worse even than ignoring these legal realities, your government has now struck at the very heart of Jewish identity. The essence of the strategy to delegitimise and destroy Israel is the attempt to airbrush the Jewish people out of their own history in the land – a history which gives them and them alone the right to live there. In voting for this resolution, your government has now endorsed that pernicious endeavour. The resolution refers to “occupied Palestinian territory including East Jerusalem.” There is no such thing as “Palestinian territory” and never was. First of all, the term “Palestinian” is itself bogus. Palestinian identity was an artificial creation invented solely to destroy the Jewish entitlement to their own homeland. (…) Arabs who lived in pre-Israel Palestine were either nomadic or considered themselves Syria or pan-Arab. As many Arabs have acknowledged over the years, there is no such thing as a “Palestinian”. (…) the land in dispute never belonged to the “Palestinians” nor indeed to any Arab state. Jordan illegally occupied Judea and Samaria, which it renamed the West Bank, between 1949 and 1967. That territory is in effect no-man’s land. And given the terms of the British mandate which have never been overturned, it is only Israel which has any legal, moral or historical right to settle its people there. Obscenely, resolution 2334 deems all these places and more that were ethically cleansed of their ancient Jewish populations to be “Palestinian territory” and that it is against international law for any Israeli to live there. Prime Minister, in supporting this resolution the British government has made itself party to the proposed racist ethnic cleansing once again of the Jews from their own ancient land. Worse yet, it has also struck at the very heart of Jewish religious identity. By stating that everything beyond the 1949 ceasefire lines is “occupied Palestinian territory” the resolution denies the Jewish claim to the Old City of Jerusalem and thus to Temple Mount, the holiest place in Judaism. (…) other countries have disputed borders and displaced populations: Cyprus, for example, or western Sahara. Yet it is only Israel that is singled out for condemnation in this way. (…) the Israeli settlements are not the impediment to a solution of the Arab-Israel impasse. The war against the Jewish homeland started decades before Israel took over these disputed territories. A state of Palestine cannot possibly be the solution because the “Palestinians” have been repeatedly offered it; their only answer has always been to launch yet more wars or terrorist campaigns against Israel. As the Arabs have repeatedly made clear, the sole purpose of a state of Palestine is to bring about the extermination of the Jewish homeland. The Arab-Israel impasse continues principally because Britain, Europe and America have consistently sanitised, rewarded and incentivised Arab aggression against Israel while punishing it for trying to defend its right to the land. Britain bears primary responsibility for this. In the thirties, it betrayed its Mandate obligations by reneging on its treaty obligation to settle the Jews in the land and instead rewarded genocidal Arab aggression by offering the Arabs part of the Jews’ own entitlement to the land. Voting for UNSC resolution 2334 merely continues that history of British infamy…

    Melanie Phillips

    Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voté le 23 décembre 2016 une résolution (UNSC 2334) déclarant illégales toutes les mesures en termes d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de peuplement ou de développement économique prises par Israël dans les territoires dont il a pris le contrôle à l’issue de la guerre des Six Jours. Cette résolution, qui s’applique notamment à tous les quartiers de Jérusalem situés au-delà de la ligne de démarcation en vigueur jusqu’au 4 juin 1967 – « Jérusalem-Est », c’est à dire aux deux tiers de cette ville – a été adoptée par quatorze membres du Conseil de Sécurité sur quinze. Le quinzième membre du Conseil, les Etats-Unis, s’est abstenu. Quand des résolutions analogues avaient été présentées dans le passé, les Etats-Unis leur avaient opposé leur veto, ce qui annulait purement et simplement la démarche. Cette fois-ci, la résolution est valide. Il y a lieu de penser que l’administration Donald John Trump, qui succédera l’administration Barack Hussein Obama le 20 janvier 2017, prendra des mesures pour empêcher l’exécution de la résolution UNSC 2334 ou pour imposer son abrogation. Si tel est le cas, le moyen le plus simple d’y parvenir est de contester non seulement la pertinence ou la légalité de cette résolution – qui, entre autres choses, viole et vide de son sens une résolution antérieure sur laquelle elle prétend s’appuyer, la résolution UNSC 242 du 22 novembre 1967 – , ou le fonctionnement actuel de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de plus en plus aberrant au regard de sa Charte constitutive, mais bien la légalité de toute démarche contestant la légalité de la présence juive en Cisjordanie et à « Jérusalem-Est ». La résolution UNSC 2334, comme la plupart des autres déclarations ou résolutions de l’ONU ou d’autres instances internationales prétendant mettre fin à « l’occupation israélienne » en Cisjordanie et à « Jérusalem-Est » et défendre « les droits du peuple palestinien », affirme de manière axiomatique qu’Israël n’est en l’occurrence que l’occupant militaire de territoires qui lui sont étrangers et sur lesquels il ne détient aucun autre droit. Or cette affirmation est fausse. En effet, aux termes du droit international, la Cisjordanie et « Jérusalem-Est » appartiennent toujours, le 23 décembre 2016 à la Palestine, telle qu’elle a été créée par une déclaration des Grandes Puissances adoptée lors de la Conférence de San Remo, le 25 avril 1920, et par un mandat de la Société des Nations (SDN) adopté le 24 juillet 1922. Cette Palestine est explicitement décrite dans ces deux documents comme le Foyer National du peuple juif. Et l’Etat d’Israël en est depuis 1948 le seul successeur légal. Quelles qu’aient été alors les arrière-pensées stratégiques ou politiques des Britanniques, des autres Grandes Puissances et des membres de la Société des Nations (SDN), quels qu’ait été par la suite leur attitude, la création sous leur égide d’une Palestine/Foyer national juif, et donc, à terme, d’un Etat d’Israël, est pleinement valide selon le droit international public. Et donc irréversible. (…) Le texte même du Mandat ne laisse aucune ambiguïté sur la population en faveur de laquelle la tutelle est organisée en termes politiques et qui doit donc disposer, à terme, d’un Etat indépendant : il s’agit exclusivement du peuple juif (articles II, IV, VI, VII, XI, XXII, XXIII), même si les droits civils des autres populations ou communautés, arabophones pour la plupart, sont expressément garantis. Cette décision n’a rien d’arbitraire ou d’injuste, dans la mesure ou d’autres Mandats sont établis au même moment en faveur de populations arabes du Levant et de Mésopotamie, sur des territoires plus étendus. Mais même si elle était arbitraire ou injuste, ou si la population non-juive n’était pas consultée ni autorisée à faire valoir son droit à l’autodétermination, elle n’en serait pas moins parfaitement conforme au droit. (…) Une fois la Palestine dotée d’une personnalité en droit international public et érigée en Foyer national juif, personne, ni la puissance tutélaire britannique, ni les Puissances en général, ni la SDN en particulier, ni l’ONU en tant qu’héritière et successeur de la SDN depuis 1945, ne peut la dépouiller de ces caractères. C’est une application du principe le plus ancien et le plus fondamental du droit international public : les traités lient absolument et irrévocablement les Etats qui les concluent, et ont priorité sur leurs lois internes. Ou pour reprendre l’adage latin : pacta sunt servanda (« Il est dans la nature des traités d’être intégralement exécutés »). C’est aussi la conséquence de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, qui stipule que les dispositions concernant les pays sous tutelle internationale ne peuvent être modifiées. Seul le bénéficiaire du Mandat – le peuple juif – peut librement et volontairement renoncer à ce qui lui a été octroyé. (…) La plupart des Etats actuels de l’Europe centrale et balkanique ont été créés arbitrairement et non sans diverses injustices par le traité de Versailles de 1919, puis modifiés, non moins arbitrairement et en vertu d’une justice non moins relative, par les vainqueurs de 1945 ; la quasi-totalité des Etats actuels du Proche et du Moyen-Orient, d’Asie du Sud, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique et d’Océanie ont été façonnés arbitrairement et souvent de manière injuste par les puissances occidentales dans le cadre du système colonial qui a prévalu jusqu’aux années 1940-1970. Pour autant, l’existence de ces Etats et la permanence de ces frontières sont tenues pour intangibles. (…) Le 29 novembre 1947, les instances représentatives juives acceptent un plan de partage de la Palestine occidentale en trois entités – Etat juif, Etat arabe et zone internationale provisoire (corpus separatus) de Jérusalem – élaboré par une commission de l’ONU, et ratifiée par l’Assemblée générale de cette organisation. Si les instances représentatives arabes de Palestine et les pays de la Ligue arabe avaient également donné leur accord, les droits des Juifs à l’ensemble d’un territoire de Palestine, tels qu’ils avaient été énoncés par les actes internationaux de 1920 et 1922, auraient été définitivement restreints au seul Etat juif ainsi défini et dans une moindre mesure à Jérusalem. Mais ni les instances arabes palestiniennes ni les pays de la Ligue arabe n’ont accepté le plan de l’ONU. Or le droit international public prévoit une telle situation : la nature d’un traité étant d’être exécuté, un traité qui ne l’est pas, par suite du retrait ou de la défaillance de l’une des parties concernées, est réputé nul et non avenu, et la situation juridique antérieure, statu quo ante, est reconduite. Comme le note dans un télégramme au Quai d’Orsay un diplomate français en poste à Jérusalem pendant la guerre de 1947-1948, les dispositions du Mandat de 1923 redeviennent donc « la loi du pays ». Elles « s’accomplissent » immédiatement en Israël, tant dans le territoire attribué aux Juifs par le plan de partage de 1947 que dans les secteurs conquis en 1948 sur ce qui aurait pu être constitué en Etat arabe ou en zone internationale de Jérusalem : puisque le nouvel Etat est établi au profit et dans l’intérêt du peuple juif, conformément au Mandat, notamment en matière d’immigration. Elles restent en vigueur, bien qu’ « inaccomplies » et suspendues sine die, dans les zones qui passent sous le contrôle d’Etats arabes : la plus grande partie de la Cisjordanie et les secteurs nord, est et sud de Jérusalem, occupés par les Transjordaniens (qui prennent à cette occasion le nouveau nom de Jordaniens) ; et la bande de Gaza, occupée par l’Egypte. (…) en l’absence de traité, l’Etat juif garde ses prérogatives. Ce que révèle brusquement la guerre des Six Jours qui, en 1967, lui livre les trois territoires contestés, ainsi le Golan syrien et le Sinaï égyptien : tout en se conformant, en pratique et pour l’essentiel, aux obligations d’une « puissance occupante », telles qu’elles sont définies par les conventions de Genève, les Israéliens rappellent qu’ils détiennent des droits éminents sur toute l’ancienne Palestine mandataire. Ils s’en autorisent pour réunifier Jérusalem sous leur autorité, mais aussi pour « implanter » des localités civiles israéliennes en Cisjordanie et à Gaza. Sous un régime de simple occupation militaire, cela pourrait constituer une violation de la IVe Convention de Genève. Compte tenu du statut juridique originel de la Palestine, c’est au contraire un acte légitime. (…) En apportant son soutien à la résolution UNSC 2334, le président Obama donne à son successeur, le président Trump, l’opportunité de redéfinir clairement la doctrine diplomatique américaine sur la Palestine. Et d’exiger sans détours le respect du droit.

    Michel Gurfinkiel















  • '