eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Résolution de la honte: Cinq minutes pour Hitler (Resolution 2334: How Obama finally showed his true colors and betrayed Israel by throwing it to the wolves at the UN)

Posté le samedi 24 décembre 2016 par jc durbant

peters

osbetrayal

Honte à l’Administration Obama ! Honte à la Nouvelle-Zélande ! Honte à la Grande-Bretagne ! Honte à la France ! Honte à l’Espagne !

A l’heure où, rare coïncidence du calendrier, juifs et chrétiens s’apprêtent à fêter le même jour leur première bougie de Hanoukka pour les uns et leur veille de Noël pour les autres …

Sous, signe des temps et israélisation oblige, haute protection militaire jusque dans leurs propres églises et synagogues …

Comment ne pas voir …

Après l’infâme condamnation de son seul mouvement national il y a 41 ans (abrogée 16 ans plus tard) puis le vil lâchage d’un autre canard boiteux américain il y a 36 ans ou tout récemment l’islamisation de ses lieux saints et à present leur déligitimation juridique …

Mettant à profit avec une suspecte unanimité le dernier mois à la Maison Blanche d’un nouveau Carter qui, à l’instar de son Hussein de deuxième prénom, révèle enfin ses vraies couleurs …

Contre l’avis même du successeur que vient de se choisir le peuple américain et du premier pays initiateur de cette énième résolution de haine onusienne …

Et sous couvert du fameux « cinq minutes pour les juifs, cinq minutes pour Hitler » qu’avait dénoncé en son temps le cinéaste franco-suisse et par ailleurs antisémite notoire Jean-Luc Godard …

La confirmation de ce que l’historienne Bat ye’or qualifie de « haine compassionnelle » de l’Europe pour Israël ?

 



Laisser un commentaire


30 réponses à “Résolution de la honte: Cinq minutes pour Hitler (Resolution 2334: How Obama finally showed his true colors and betrayed Israel by throwing it to the wolves at the UN)”

  • 30
    jc durbant:

    CINQ MINUTES POUR HITLER

    Pour que toutes les confessions soient traitées à égalité, il convient d’intégrer désormais au moins deux nouvelles dates importantes, le Kippour et l’Aïd el-Kébir, dans le compte des jours fériés, en supprimant les deux lundis qui ne correspondent à aucune solennité particulière.

    Terra Nova (merci james)

  • 29
    Zoubor:

    Reponses possibles de TRump pour limiter les dégâts:

    https://www.washingtonpost.com/news/volokh-conspiracy/wp/2017/01/02/five-ways-the-trump-administration-can-negate-the-anti-israel-u-n-security-council-resolution/?utm_term=.5373ed79ce4b

  • 28
    jc durbant:

    Cinq minutes pour Hitler, cinq minutes pour les juifs !

  • 27
    James:

    Alexandre Douguine, chantre de l’eurasisme anti-américain en Russie

  • 26
    Zoubor:

    Mon 26 a disparu…

  • 25
    Zoubor:

    A Mercator: tout a fait d’accord avec toi, au 19!
    Pour une fois! Faudra feter ca!!!!

    En bref, nathanyahou est vraiment un connard: au lieu d’utiliser ce deboire comme un levier pour elargir les influenses international d’Israel il coupe les ponts avec les amis (Angleterre, Angola, Chine, Hollande….)
    Son attide n’est comprehensible que si l’on convient que ce qui l’interesse c’est uniquement son siège et le pouvoir!
    Sa reponse a pour cible la politique interieure uniquement.
    Et il est pret a sacrifier la securite du pays pour son pouvoir perso.
    Connard
    Salopard

  • 24
    Zoubor:

    Indignation d’un democrate

    http://nation.foxnews.com/2016/12/26/lifelong-dem-blasts-obama-told-me-he-had-israels-back-didnt-realize-it-was-stab-them

  • 23
    James:

    « La doctrine à laquelle se réfère Poutine, l’eurasisme, fait expressément référence à l’union des orthodoxes et des musulmans contre l’Occident catholique et protestant. Poutine est le parrain de Kadyrov, le dictateur islamiste de Tchétchénie. » Brice Couturier

    Ce qui démontre la bêtise insondable/abyssale des souverainistes français qui se font les thuriféraires de Poutine; ce projet eurasiste est précisément l’anti-thèse des valeurs qu’ils défendent (et représentent) en France.

  • 22
    Letel:

    « La doctrine à laquelle se réfère Poutine, l’eurasisme, fait expressément référence à l’union des orthodoxes et des musulmans contre l’Occident catholique et protestant. Poutine est le parrain de Kadyrov, le dictateur islamiste de Tchétchénie. » Brice Couturier

  • 21
    James:

    Israel urges Jews to leave France as Benajmin Netanyahu continues to lash out after UN vote

  • 20
    James:

    Le premier président juif !

  • 19
    James:

    Les résultats de la posture Obamienne.

  • 18
    MERC ATOR:

    La réponse Israélienne au grave camouflet diplomatique est puérile,inconséquente et dangereuse à plusieurs titres. Compter sur Trump pour changer la donne, c’est jouer à la roulette russe avec un barillet rempli à trois cartouches, ce mec est fondu,imprevisible et finalement à moyen terme un danger pour Israel.
    Au lieu de la jouer ´´les chiens aboient et la caravane passe’´ et au au ´´ bel indifferent’´ tel le paquebot qui poursuit sa route, des mesures de cours d’´ecole qui traduisent un ´´touche coulé’

  • 17
    jc durbant:

    Vous avez dit victoire à la Pyrrhus ?

    C’EST LE LOBBY SIONISTE, IMBECILE !

    If American Jews were to hold a referendum on settlement policy, it is likely that the “no” side would win; American Jews are far more liberal than their counterparts in Israel, and the gap between the two communities is growing rather than shrinking over time. … Many Palestinians and many of their sympathizers would like to see this vote as a landmark victory for the Palestinian cause in a long campaign to isolate Israel diplomatically and to delegitimize it morally in the eyes of the world. The vote is certainly a propaganda victory for the Palestinian cause, but it does nothing to help the Palestinians in practical terms. Indeed, a sober look at the situation suggests that the Palestinians have not been this weak, this divided or this helpless in many decades. Almost everywhere one looks around the world, the net effect of the policies of the Obama presidency has been to undermine the movements and the values that the President hoped to support; the cause of the Palestinians and the quest for the two state solution are no exceptions to the rule.

    Palestinians have been organizing to fight Zionism for well over 100 years; during all that time the fundamental problems of the Palestinians have come from the weakness of Palestinian political leadership and the lack of capacity of Palestinian institutions. During the Mandate period when Palestine was under British rule, the Jews organized a proto-state and a political leadership that was able to make the numerically smaller Jewish community much more effective and powerful on the ground than their Palestinian Arab rivals. The Palestinian Arabs were cursed by family and clan divisions, and perhaps most of all by the incompetent leadership of the Grand Mufti Amin al-Husseini, and were politically divided, militarily impotent and diplomatically inept in the most critical hours of their history.

    Today the Palestinians have fixed the third problem; their diplomacy is far more accomplished and effective than it was in the 1940s and before. But they continue to fall farther and farther behind the Israelis when it comes to political organization and military power. Not only have the Palestinian territories devolved into two micro-states (Gaza and the West Bank, so that instead of a two-state solution one would have to speak of a three state solution barring a Palestinian civil war), but both Hamas in Gaza and Fatah in the West Bank have become increasingly corrupt, ineffective and exhausted. Both of the major Palestinian political organizations depend on foreign paymasters to cover their expenses; neither has shown much ability to build a real state or to solve the problems of the Palestinian people.

    Meanwhile, the diplomatic success of the very professional and dedicated cadre of Palestinian representatives and notables who represent Palestinian interests to the international community has created a strong base of support for Palestinian aspirations in much of the world. But the last few years have seen a catastrophic decline in the power of Palestinian allies to affect events on the ground. The Sunni Arabs, the most natural if always self-interested and undependable allies of the Palestinian cause, are so weak and divided that they look to Israel as a defender of the Sunni world against the Persians and the Shi’a. The European Union has never been less able to exert influence beyond its frontiers. The incapacity of the United Nations to do anything concrete in the Middle East has never been more obvious; ask the people of Aleppo how much of a player the United Nations really is. The end of the Obama administration would have been a setback for the Palestinians even if Hillary Clinton had been the next President; with the succession of Donald Trump the United States appears to be shifting toward a pro-Likud orientation in its Israel policy. Putin has broken from the Russian tradition of sympathy for the Palestinians; Erdogan at least for now is prioritizing his need for Israeli support over his instinctive sympathy for the Palestinians and in any case, his identification with Hamas threatens to perpetuate rather than to heal Palestinian weakness and division.

    Meanwhile, inside Israel, the pro-settlement Right senses that this unprecedented moment of Palestinian weakness offers a historic opportunity.

    No vote in the impotent echo chamber of the Security Council can change any of these facts. What will come of this constellation of events is hard to predict, but history appears to be teaching the Palestinians another tough lesson: diplomatic success when not backed by military and political effectiveness does not help you much in the long run…

    http://www.the-american-interest.com/2016/12/24/un-vote-on-settlements-cant-hide-palestinian-collapse/

  • 16
    James:

    Israeli spokesman: We have ‘ironclad information’ the Obama administration pushed the UN resolution Update: Info will be presented to Trump admin.

  • 15
    jc durbant:

    Après avoir coulé son propre parti, Hussein va-t-il couler l’ONU ?

    We live in a world of unintended consequences and Barack Obama, in his overwhelming zeal to exact last-minute personal vengeance on Bibi Netanyahu in particular and Israel in general with Friday’s Security Council vote, opened the door to the defunding and serious diminution of the United Nations itself…

    https://pjmedia.com/rogerlsimon/2016/12/25/obamas-israel-vendetta-opens-teh-door-for-trump-todefund-the-un/

  • 14
    jc durbant:

    En fait, on a tout faux: Hussein est en réalité le plus grand protecteur d’Israël de l’histoire américaine !

    During Lyndon B. Johnson’s administration, the Security Council adopted at least seven such resolutions; in Richard M. Nixon’s, at least 15; in Gerald R. Ford’s, two; in Jimmy Carter’s, 14.

    The number peaked at 21 in Ronald Reagan’s administration, when the United States voted in 1981 to condemn Israel’s air attack on an Iraqi nuclear reactor, a strike intended to thwart Iraq’s nuclear ambitions. That resolution also called on Israel to place its own nuclear sites under international safeguards. The Israeli cabinet responded that “with profound regret, we note that the United States, our friend and ally” had “lent its hand to the grave wrong done to Israel.”

    Other resolutions passed during the Reagan administration criticized Israel’s annexation of the Golan Heights, its military activities in Lebanon, its operations against the Palestine Liberation Organization in Tunisia, and its activities in the occupied territories. A recurring theme in several unchallenged resolutions asserted that the Fourth Geneva Convention, adopted in 1949, applied in the occupied territories, and explicitly included Jerusalem in that category. The convention states that an occupying power “shall not deport or transfer parts of its own civilian population into the territory it occupies.” In effect, the United States permitted resolutions saying that all Israeli settlement in the West Bank and East Jerusalem violated international law.

    Under President George H. W. Bush, the council adopted nine resolutions critical of Israel, including a condemnation of Israeli security forces after more than 20 Palestinians died and 150 other civilians were wounded at the holy site in Jerusalem known to Israelis as the Temple Mount and to Muslims as the Haram al-Sharif. Israel’s ambassador to the United Nations denounced the resolution as “one-sided,” saying it “completely disregards the attack against Jewish worshipers on the holiday of the Sukkot at the Western Wall” and rejecting United Nations involvement in “any matter relating to Jerusalem.”

    Other resolutions that the first Bush administration allowed to pass criticized Israel’s deportation of Palestinians and its kidnapping of a Lebanese religious leader.

    The number of such resolutions fell to just three during Bill Clinton’s presidency, which was characterized by promising Israeli-Palestinian peace efforts, and then rose to six under George W. Bush, whose term in office saw increased violence with the outbreak of the second intifada. In May 2004, one such resolution, also deemed “one-sided” by Israel, condemned Israel’s demolition of Palestinian homes in Gaza. Another, in March 2002, called for a cease-fire and a withdrawal by Israeli forces from Palestinian cities they had re-entered to stem the uprising; Israel protested that the resolution lacked “a similar call for an end to terrorism in all its forms and in particular suicide bombings.”

    President Obama, in contrast with his predecessors, has completely shielded Israel from such resolutions. This fact is all the more striking given that his presidency has overlapped with governments that have been among the most right-wing in Israel’s history — governments that have continually and openly defied American-led peace efforts and American policy opposing settlement expansion.

    The rationale behind Mr. Obama’s United Nations policy was hinted at in 2011, when the United States vetoed a draft resolution related to Israeli settlements. In remarks explaining her vote, Susan E. Rice, then the United States ambassador to the United Nations, made clear that the administration objected to the resolution not over its substance, but over concerns that it could poison efforts to foster peace negotiations. In other words, the administration hoped that vetoing the resolution would encourage the Netanyahu government to engage more constructively in peace efforts.

    But that didn’t happen. Mr. Netanyahu’s policies, words and actions — especially continued settlement expansion and new land confiscations — proved that Mr. Obama’s tactic had been ineffective, perhaps even counterproductive.

    Supporters of an Israeli-Palestinian peace, however, have reason to hope that Mr. Obama, having achieved nothing by shielding Israel, is now ready to embrace constructive Security Council action related to the Israeli-Palestinian conflict.

    The two-state solution is the only path to preserving Israel’s security and its character as a Jewish state and a democracy, while delivering freedom, dignity and sovereignty to the Palestinians. We can hope that President Obama may now recognize that preserving this solution for the future is the most important legacy he can leave in this arena. But to accomplish that, he must be willing to resist, rather than court, the anti-peace bullies in Israel and the United States; he must be willing to stand up for American interests in obtaining a Middle East peace, and to stand with America’s allies in the Security Council in supporting a two-state solution.

    If he does that, President Obama will not be betraying Israel. He will be Israel’s true friend. And he will walk in the footsteps of all eight other presidents since 1967, Democrat and Republican alike.

    http://www.nytimes.com/2016/04/12/opinion/international/israels-unsung-protector-obama.html

  • 13
    jc durbant:

    Mais on sait jamais: l’infâme résolution de 1975 a bien été abrogée, non ?

  • 12
    jc durbant:

    – « Maintenant on s’attend à un nouveau coup vicelard à Paris en janvier »…

    Eh, oui, dernière chance pour l’autre ordure de ce côté-ci de l’Atlantique de laisser lui aussi son infâme marque dans l’histoire …

    – « Quant à l’extrême « gôche » israélienne, c’est bien la seule au monde à soutenir l’impérialisme américain. Ils sont très contents qu’une solution soit imposée de l’exterieur! » …

    Millière règle leur compte aux épiscopaliens qui votent portoricain:

    Je sais, huit juifs américains sur dix ont voté pour Obama en 2008 et 2012. Je sais aussi, Obama connaît des Juifs qu’il apprécie : des Juifs de gauche et d’extrême gauche qui détestent Israël et ont d’infinies mansuétudes envers les tueurs de Juifs israéliens.

    Obama apprécie aussi quelques idiots utiles juifs, dès lors qu’il peut les utiliser. Je le considère néanmoins comme un antisémite, tout comme je considère tous ceux qui détestent Israël et ont des mansuétudes envers les tueurs de Juifs israéliens comme des antisémites.

    Quiconque ne discerne pas qu’Israël est une démocratie agressée depuis 1948 par la haine islamique pratique l’aveuglement volontaire d’une manière particulièrement répugnante. En 1948, les chambres à gaz d’Auschwitz n’avaient cessé de fonctionner que depuis trois ans. Depuis, la haine islamique a tué des Juifs israéliens par centaines et a tenté de prolonger ce qu’Hitler avait enclenché, en se référant souvent à Hitler, et quiconque trouve des excuses à la haine islamique est à mes yeux digne de ceux qui fermaient les yeux quand Auschwitz tournait à plein régime.

    Quiconque ne voit pas que les tueurs de Juifs israéliens sont des antisémites motivés par le djihad et des volontés exterminationnistes pratique l’aveuglement volontaire d’une manière tout aussi répugnante. Il n’est pas nécessaire de chercher longtemps pour découvrir ce qu’est l’OLP, cachée désormais derrière le sigle «Autorité palestinienne», et pour discerner qui était Yasser Arafat, qui est Mahmoud Abbas, et qui sont les dirigeants du Hamas.

    Les pays d’Europe sont dirigés, à des degrés divers, et depuis des années par des antisémites hypocrites qui souhaitent la disparition d’Israël et la mort des Juifs israéliens, mais qui n’osent pas le dire, et agissent subrepticement : ils financent des organisations anti-israéliennes en Israël même, aux fins de mener un travail de sape et de diabolisation. Ils financent aussi l’OLP, donc des écoles où on enseigne la haine des Juifs, façon Troisième Reich, et des médias qui incitent au meurtre de Juifs, façon Goebbels. Et quand des meurtres arrivent, ils disent que c’était fatal et que c’est la faute des Juifs israéliens. Les dirigeants des pays d’Europe reçoivent aussi des gens comme Mahmoud Abbas et écoutent poliment, d’un air complice, les discours emplis de mensonges et d’insanités qui sont déversés devant eux. Quand des initiatives diplomatiques anti-israéliennes sont prises par des gens comme Mahmoud Abbas, ou par leurs comparses du monde arabe, ils approuvent et appuient ces initiatives, ou parfois s’abstiennent lâchement, sachant fort bien que qui ne dit mot consent. La France a des dirigeants qui pratiquent ce genre d’exercice sans rechigner.

    Les Etats-Unis, avant Barack Hussein Obama ont eu des dirigeants un peu plus dignes, et quand bien même des dirigeants américains ont aussi financé l’OLP, rares sont ceux avant Barack Hussein Obama qui ont accusé les Juifs israéliens d’être responsables des violences qu’ils subissaient.

    Avec Barack Hussein Obama, c’est arrivé à de nombreuses reprises. Des dirigeants américains ont aussi reçu des gens comme Mahmoud Abbas et écouté poliment les discours emplis de mensonges et d’insanités déversés devant eux, certains ont soutenu des initiatives diplomatiques anti-israéliennes et les ont approuvées et appuyées, mais aucun n’avait fait ce que Barack Hussein Obama a fait le 23 décembre, et aucun n’a laissé passer au Conseil de sécurité des Nations Unies une motion aussi infâme que celle que Barack Hussein Obama a laissé passer le 23 décembre.

    Cette motion dit qu’Israël viole le «droit international» en occupant tous les territoires situés au-delà des «frontières de 1967», y compris Jérusalem Est ; elle considère ces territoires comme «territoires palestiniens», et définit toute présence juive sur ces territoires comme relevant de la colonisation et violant elle-même le droit international. Elle parle du terrorisme de telle façon qu’il est aisé de comprendre que les Juifs israéliens sont considérés comme terroristes dès lors qu’ils se défendent contre des agressions.

    La motion falsifie les faits dès lors qu’il n’y a jamais eu de frontières de 1967, mais des lignes d’armistice, après une guerre d’agression exterminatrice arabe menée en 1948-49 contre Israël, dès lors que ces territoires n’ont jamais été «palestiniens», et dès lors que ces territoires sont, depuis 1948, sans statut défini : ils ont été annexés par la Jordanie, puis perdus par elle, dans les deux cas par la guerre et dans les deux cas par des guerres menées par la Jordanie. Ce sont des territoires «disputés» parce qu’Israël, qui aurait pu le faire, ne les a pas annexés.

    La motion ne relève d’aucun «droit international» dès lors que les Nations Unies sont au droit ce que le cancer généralisé est à la bonne santé, sont devenues depuis longtemps un club de dictatures où les démocraties ont le tort de se compromettre encore et abritent des absidioles ou des totalitaires sont censés incriminer des Etats de droit au nom des «droits de l’homme».

    La motion relève d’une novlangue orwellienne en présentant les victimes effectives ou potentielles du terrorisme comme étant effectivement ou potentiellement terroristes.

    Qu’un pareil torchon sale ait été voté par la France (et par le Royaume-Uni) n’est pas du tout surprenant, au vu de ce que j’ai écrit plus haut.

    Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

    Que le torchon en question ait été entériné par Barack Hussein Obama montre que celui-ci s’abaisse au niveau de la France et du Royaume-Uni, donc très bas, et montre ainsi qu’il est resté jusqu’au bout indigne d’être President des Etats-Unis.

    Le torchon en question n’a pas de conséquences directes, mais des conséquences indirectes peuvent en découler : des pays peuvent l’invoquer pour justifier des décisions de boycott de produits israéliens, les organisations BDS (boycott, désinvestissements, sanctions) peuvent en tirer argument. Plus grave : des pays peuvent l’utiliser pour dire que tout Juif israélien vivant dans les territoires dits «occupés» (qui incluent la moitié de Jérusalem, dont la vieille ville) est un hors-la-loi et peut se voir arrêté dans l’un des pays concernés.

    Le texte ne peut que difficilement être abrogé. Il faudrait pour cela une autre motion, et des pays tels que la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni s’y opposeraient sans aucun doute.

    Les grandes organisations juives américaines, dont l’Anti Defamation League se sont déclarées outragées par la décision de Barack Obama. Si cela signifie qu’elles discernent que Barack Hussein Obama les a prises pour des idiots utiles, c’est de leur part un pas dans la bonne direction, mais ce pas vient vraiment très tard. Seule la Zionist Organisation of America a été lucide d’emblée sur Barack Hussein Obama.

    Donald Trump a dit que dès qu’il deviendrait Président, le 20 janvier, tout changerait.

    On peut légitimement espérer que ce sera le cas. Il sera vraiment temps. Comme l’a dit John Bolton voici peu, l’un des seuls arguments que comprennent les Nations Unies est l’argent : les Etats-Unis financent cette imposture à hauteur de 23 pour cent. Les Etats-Unis peuvent cesser de financer les Nations Unies. Ils peuvent aussi envisager des mesures de rétorsion vis-à-vis de tout pays qui invoquerait la motion pour prendre des mesures anti-israéliennes, quelles qu’elles soient. Ils peuvent, et devraient, couper toute contribution financière au fonctionnement de l’Autorité palestinienne…

    Guy Millière

  • 11
    Zoubor:

    Quant à l’extrème « gôche » israélienne, c’est bien la seule au monde à soutenir l’impérialisme américain!
    Il sont très contents qu’une solution soit imposée de l’exterieur!

  • 10
    Zoubor:

    Le problème est que tout cela était connu à l’avance. Mais le connard qui est à la tête de notre gouvernement, qui est aussi ministre des affaires étrangères n’a rien fait pour empêcher le problème.
    Maintenant il s’agite, mais trop tard!

  • 9
    Zoubor:

    Maintenant on s’attend à un nouveau coup vicelard à Paris en janvier…

  • 8
    jc durbant:

    Merci.

    Confirmation qu’Hussein est bien l’ordure que l’on sait:

    Le ministre de la Protection de l’environnement Zeev Elkin, en visite en Ukraine a apporté de nouveaux éléments sur l’attitude américaine dans les heures qui ont précédé le vote au Conseil de sécurité. Le ministre révèle notamment que le président ukrainien Petro Porochenko voulait que son pays s’abstienne lors du vote, mais qu’il a reçu un coup de fil du vice-président américain John Biden lui intimant de faire voter l’ambassadeur ukrainien à l’ONU en faveur de la résolution anti-israélienne.

    Zeev Elkin a également indiqué que Barack Obama a exercé des pressions sur d’autres pays hésitants afin qu’ils votent en faveur du texte. Il s’avère donc de plus en plus que le président américain a vraiment voulu clore ses huit ans de mandat par un geste historique anti-israélien, mêlant vengeance personnelle et puérile envers Binyamin Netanyahou ainsi qu’aveuglement idéologique quant aux enjeux du conflit israélo-palestinien.

    Le ministre a insisté sur la perfidie du président américain sortant, en rappelant qu’il y a trois semaines encore, l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël Dan Shapiro assurait que l’Administration Obama ne permettra pas l’adoption d’une résolution anti-israélienne avant la fin de son mandat.

    http://www.lphinfo.com/zeev-elkin-revele-perfidie-de-barack-obama/

  • 7
    Zoubor:

    Joyeux anniversaire!

  • 6
    jc durbant:

    Echantillon de l’école 5mn pour les juifs, 5mn pour Hitler:

    Le texte que nous avons ne se concentre pas exclusivement sur les colonies. Il condamne également la violence et le terrorisme. Il appelle aussi à éviter toute incitation émanant du côté palestinien, donc c’est un texte équilibré. L’objectif principal que nous avons ici est de préserver et de réaffirmer une solution à deux Etats palestinien et israélien qui cohabiteraient dans la paix et la sécurité.

    François Delattre (ambassadeur de France auprès des Nations unies)

    Meilleure analyse:

    L’antisionisme est à cet égard une introuvable aubaine car il nous donne la permission, et même le droit, et même le devoir d’être antisémites au nom de la démocratie. L’antisionisme est l’antisémitisme justifié, mis enfin à la portée de tous. Il est la permission d’être démocratiquement antisémite. Et si les juifs étaient eux-mêmes des nazis ? Ce serait merveilleux. II ne serait plus nécessaire de les plaindre ; ils auraient mérité leur sort.

    Vladimir Jankelevitch (1971)

    Joyeux Hanouka à toi aussi !

    Moi, je suis verni cette année: Noël, Hanouka et mon anniversaire le même jour !

  • 5
    Zoubor:

    Merci JC. Maintenant je comprends.
    Joyeuses fêtes!

  • 4
    jc durbant:

    « Je ne sais pas ce que Godard vient faire ici » …

    Oui, je sais, comme d’habitude, c’est pas très clair mais c’était par rapport à sa fameuse phrase: « 5 mn pour les juifs, 5 mn pour Hitler » et toute cette prétendue « démocratie » ou « objectivité » qui sert de couverture et d’enfumage pour les pires résolutions comme celle-ci qui voit des ordures comme l’ambassadrice américaine ou l’ambassadeur français nous sortir des « oui, c’était équilibré parce qu’on a aussi condamné le terrorisme », bla bla bla …

    Sinon, oui, j’espère aussi qu’avec Trump, ça se retourne au bout du compte contre la bande à Hussein mais avec le Donald, on sait jamais et c’est effectivement pas gagné mais si au moins ça pouvait enfin faire comprendre aux « épiscopaliens » d’arrêter de voter bêtement comme des « portoricains » …

  • 3
    Zoubor:

    Je ne sais pas ce que Godard vient faire ici – somme toute un salopard d’antisémite ordinaire.
    Le Washington Post – le non-veto d’OBama peut transformer la decision de l’ONU en boogmerang…. Tout dépend évidement du sérieux de Trump quant à ses déclarations. Donc ce n’est pas ds la poche….

    https://www.washingtonpost.com/news/volokh-conspiracy/wp/2016/12/22/by-allowing-an-anti-israel-security-council-resolution-obama-will-hurt-the-u-n-and-not-help-peace/?utm_term=.a1b1ef1ccd06

  • 2
    jc durbant:

    Voir aussi:

    L’UNESCO est atteinte de deux maux qui risquent de la perdre: le reniement et le déni. Reniement de sa raison d’être en fermant les yeux sur l’éducation à la haine de certains de ses Etats membres, déni de l’histoire en amputant le peuple juif de son identité historique et culturelle. (…) L’Organisation se renie, se fait parjure lorsqu’elle ferme les yeux sur la propagation de la haine dans les manuels scolaires de la plupart des pays arabo-musulmans et de la Palestine. (…) Comment donner crédit à une Organisation qui tout en développant des programmes d’éducation à la paix et à la tolérance accepte que ses Etats-membre profèrent la haine? En rejoignant l’UNESCO les pays signataires ont adhéré aux fondements éthiques de l’Organisation tout en s’engageant à les mettre en œuvre notamment par l’éducation. (…) Reniement de ses valeurs lorsqu’il s’agit des pays arabo-musulmans, mais intransigeance lorsque Israël censure des contenus éducatifs qui appellent à sa destruction. (…) Maison des cultures du monde, de la pensée critique, du dialogue, l’UNESCO, dont un des grands programmes est consacré aux sciences sociales et humaines, joue dangereusement à réviser l’histoire, à se complaire dans un déni de réalité. Dans la pure tradition des révisionnistes, elle a fini par dénier tout lien entre le peuple juif et Jérusalem. Fin octobre 2015, par la décision 185 EX/15, elle a classé le caveau des Patriarches et la tombe de Rachel comme sites musulmans et palestiniens, et exigé qu’Israël les retire de son patrimoine national. Mais elle vient de franchir un pas supplémentaire dans le négationnisme. Le mois d’avril 2016 pourra être retenu dans son histoire comme le jour où le Conseil Exécutif, en grand falsificateur, a dénié tout lien entre les juifs, le Mont du Temple et le mur Occidental. Cette résolution 199 EX/19 a été adoptée par 33 pays, et parmi eux la France (mais pas l’Allemagne, l’Angleterre, l’Irlande du Nord ni les Etats-Unis, qui ont voté contre). Ainsi nos «Lumières» s’estompent sous un épais voile de fumée. Et l’on se demande s’il ne faudrait pas recommander aux Etats-membres de l’UNESCO de promouvoir maintenant une résolution visant carrément à supprimer dans l’Histoire de l’humanité (éditions Unesco) tous les passages relatifs à la présence juive à Jérusalem et dans le royaume de Judée. Conscience intellectuelle des Nations, l’UNESCO est devenue une organisation sous influence, s’inscrivant dans la pure tradition des totalitarismes du XXème siècle. Perdant ainsi sa légitimité, a-t-elle encore sa raison d’être?

    Bernard Hadjadj

    L’hypocrisie de la France officielle vis-à-vis d’Israël me répugne depuis longtemps. Je viens d’achever un article en anglais, écrit pour le Gatestone Institute, qui fait le tour de la question. En l’écrivant, j’ai noté, avec accablement et colère, l’opiniatreté qui a été celle de la France à l’encontre d’Israël depuis le moment où le Général de Gaulle a choisi la cause arabe musulmane, en juin 1967, choix qu’il a confirmé en tenant les propos antisémites qui lui ont valu une réponse de Raymond Aron, sous la forme d’un livre que chacun devrait relire aujourd’hui, De Gaulle, les Juifs et la France *. J’ai relu les déclarations nauséabondes du dénommé Michel Jobert, ministre des Affaires étrangères de Georges Pompidou, qui, lors de la guerre de 1973, légitimait avec allégresse l’écrasement d’Israël qu’il pensait voir se profiler. J’ai relu Eurabia *, de mon amie Bat Ye’or, ce livre salubre et indispensable. Je me suis plongé en me pinçant le nez dans les turpitudes des années Chirac, un homme consacré « grand combattant » (Mujahid al-Akbar) de la cause arabe et islamique par la presse de Saddam Hussein, peu de temps avant la guerre de 2003, qu’il a tout fait pour entraver, lui qui avait fourni deux décennies auparavant à Saddam Hussein les moyens d’élaborer ce que ce dernier avait appelé les éléments devant mener à la première bombe atomique arabe : sans l’héroïsme de l’armée israélienne en juin 1981, la bombe en question aurait vu le jour, avec des conséquences aisées à imaginer. J’ai parcouru les années Mitterrand, qui ont précédé les années Chirac, qui n’ont pas été plus nobles, puisque Mitterrand a été le premier à recevoir Arafat en visite officielle à Paris, puis l’a sorti du trou à rats où il se terrait à Beyrouth en 1982 aux fins qu’il puisse continuer depuis Tunis à programmer des assassinats de Juifs, mais qui aurait attendu autre chose de l’ami de René Bousquet, co-organisateur de la Rafle du Vélodrome d’hiver ? J’ai parcouru aussi les années Sarkozy, et j’ai revu en vidéo ce moment inoubliable où Nicolas Sarkozy a comparé l’Autorité Palestinienne au Vatican (il fallait oser). J’aurais voulu imaginer que Manuel Valls était, lui, un véritable ami d’Israël. Mais un véritable ami d’Israël n’aurait pas admis si aisément le vote en faveur d’un Etat palestinien par la gauche dont il est issu à l’Assemblée Nationale, et aurait admis moins encore les manœuvres d’un Laurent Fabius, artisan avec Mahmoud Abbas d’une résolution infâme présentée à l’ONU fin décembre 2014 et, puisque la manœuvre a échoué en décembre 2014, d’une autre résolution infâme au contenu semblable destinée à être présentée à l’ONU à l’automne 2016. Il n’aurait pas admis cette volonté factice d’organiser une conférence pour la paix au Proche-Orient évoquée par Laurent Fabius avant qu’il quitte son poste et aurait dénoncé l’imposture que constitue l’idée d’une conférence dont l’organisateur annonce à l’avance la conclusion : la reconnaissance officielle par la France d’un Etat palestinien dans les « frontières de 1967 » (les lignes d’armistices de 1949), sans traité de paix entre cet Etat et Israël. (…) Quand je lis des déclarations récentes de Jack Lang, évoquant un Musée National palestinien censé être créé par la France à Ramallah quand la « Palestine » sera enfin « libre », j’éprouve du dégoût, et je sais que je lis la pensée de la France officielle. Les consuls de France en poste à Jérusalem se suivent et se ressemblent : le consul actuel, en présentant ses vœux pour la nouvelle année, parvient à ne pas utiliser une seule fois le nom d’Israël. Un communiqué en date du 21 janvier, publié au nom du consulat, parle, par contre de « colonies israéliennes » et de « terres agricoles » confisquées en Cisjordanie. L’expression « colonies » est biaisée et sous entend qu’Israël colonise la Judée-Samarie, qui ne serait sans doute pas « colonisée » si elle était ethniquement pure de toute présence juive. L’idée de confiscation de terres est très biaisée et sous entend qu’un vol est commis : aucune terre n’a jamais été volée par Israël, et on le sait au Consulat, mais on ment. L’idée que ces terres seraient « agricoles » sous entend que les Arabes de Judée-Samarie sont d’ardents cultivateurs, ce qui est une affirmation grotesque qui ne peut être proférée que par quelqu’un qui ne s’est jamais rendu en Judée Samarie. Continuer à parler de Cisjordanie pour qualifier des terres qui n’ont porté ce nom que pendant dix neuf ans, lorsqu’elles ont été prises de force par la Jordanie, équivaut à reconnaître que la Jordanie occupait ces terres légitimement et à falsifier l’histoire : pas seulement en ce qui concerne la guerre d’extermination contre Israël menée en 1948-49, mais aussi en ce qui concerne le Mandat palestinien confié au Royaume Uni après la Première Guerre Mondiale. (…) Une « semaine de la gastronomie française en Palestine » vient d’être organisée (consulfrance-jerusalem.org/Semaine-de-la-Gastronomie) : l’intitulé sous-entend qu’il existe déjà un pays appelé Palestine. On découvre dans le descriptif que des chefs français ont rejoint les « cuisines les plus prestigieuses de Palestine ». On découvre que Jérusalem est, pour les organisateurs, en « Palestine ». On découvre qu’il y a une gastronomie « palestinienne ». Ce type d’initiative en un moment où quotidiennement des « Palestiniens » usent publiquement de couteaux pas du tout à des fins gastronomiques, est obscène. Mais dès lors qu’il y a un centre culturel français dans le Hamastan de Gaza, devrais-je m’étonner ? La France officielle prétend incarner les droits de l’homme et lutter contre le terrorisme. Quand je la regarde sous l’angle de ses rapports à Israël, je la vois mépriser les droits de l’homme, et se coucher devant le terrorisme, en fermant les yeux de manière complice face aux crimes de l’Autorité Palestinienne. Et j’ai honte d’être français.

    Guy Millière

    Et ce qu’il ya quelques années un Sorman au mieux de sa forme aurSi à Alep les deux côtés étaient abjects, c’est parce que la seule puissance occidentale qui aurait pu éviter ce qui s’est passé, les Etats-Unis, était absente ou presque. Et ce doit être rappelé, au moment où les huit longues années de la présidence Obama s’achèvent, l’absence des Etats-Unis est de la responsabilité de Barack Hussein Obama. C’est Barack Hussein Obama qui a retiré les troupes américaines de combat d’Irak, tout en sachant parfaitement ce que seraient les conséquences, car outre George Walker Bush dans un discours de juillet 2007, les services de renseignement américains avaient dit très exactement ce qui allait se passer en cas de retrait prématuré des troupes américaines de combat d’Irak : un retour des islamistes et de la guerre au sein du pays. C’est Barack Hussein Obama qui a permis que l’Etat islamique se constitue, et s’empare des deux tiers de la Syrie et de plus de la moitié de l’Irak, en commettant partout où il est passé des crimes sans nom. Et c’est Barack Hussein Obama qui a permis que le gouvernement de Bagdad devienne un satellite du régime iranien. C’est Barack Hussein Obama qui a permis que la guerre civile en Syrie prenne de l’ampleur, et qui n’a pas tranché avant que les carnages deviennent ce qu’ils sont devenus : il aurait pu appuyer le renversement du régime Assad au printemps 2011, il aurait pu aussi opter d’emblée pour un soutien au régime Assad. Il n’a pas appuyé le renversement du régime Assad parce que celui-ci était ce qu’il est toujours, l’allié de l’Iran et de la Russie, et parce qu’Obama voulait s’entendre avec l’Iran et ne pas se confronter à la Russie. Il n’a pas soutenu le régime Assad, car cela aurait montré de manière trop flagrante la volonté d’Obama de s’entendre avec l’Iran et de ne pas se confronter a la Russie. Il a donc laissé le chaos s’installer. Il a prétendu tracer une ligne rouge à ne pas franchir pour Assad, et quand Assad l’a franchie, il n’a rien dit. Il a vaguement soutenu des groupes « rebelles » et vaguement soutenu les Kurdes, sans que le soutien permette autre chose que de voir des morts s’ajouter aux morts. Il a entériné le retour de la Russie au Proche-Orient au côté d’Assad. Il laissera à son successeur une situation effroyable. En Irak, l’armée irakienne à la solde de l’Iran mène une offensive contre l’Etat islamique, et si l’Etat islamique devait être vaincu, ce serait une victoire pour l’Iran. En Syrie, l’écrasement d’Alep est une victoire pour l’Iran et la Russie. L’Etat islamique, lui, vient de reprendre Palmyre, ce qui signifie que la guerre n’est pas finie. D’autres victoires de l’Iran et de la Russie sont à attendre. Ce qui se profile est une hégémonie régionale de l’Iran, qui ira de Beyrouth à Téhéran, et sera acquise sur des montagnes de cadavres et de suppliciés. Ce qui se profile est aussi une installation de la Russie en position de puissance tutélaire au-dessus de l’Iran, en position de complicité avec l’Iran, qui est plus que jamais le principal soutien mondial au terrorisme islamique, quand bien même il peut éliminer des groupes terroristes islamiques qui le gênent, comme les groupes liés à al-Qaida à Alep. Comme on vient de le voir avec un grave attentat anti-chrétien au Caire, les islamistes sont toujours à l’offensive en Egypte. La Libye est toujours un grand champ de bataille contrôlé par diverses factions djihadistes qui ne valent pas mieux que celles qui tenaient Alep. Le monde musulman proche-oriental est en flammes et en cendres. Comme on vient de le voir à Berlin, les islamistes sont toujours à l’offensive en Europe aussi. Les huit années écoulées ont été positives pour le destructionnisme islamiste. Elles n’ont cessé de voir l’horreur s’ajouter à l’horreur. Elles ont été une immense défaite pour l’Occident tout entier. Elles ont montré ce qui découlait lorsque le peuple américain portait un gauchiste islamophile et né musulman à la Maison-Blanche. Elles ont montré que lorsque les Etats-Unis ne se conduisent pas en première puissance du monde libre, il n’y a plus de monde libre. Israël a dû se défendre et l’a fait remarquablement bien, mais Israël ne pouvait faire davantage et défendre le monde libre tout entier. Les dirigeants européens ont montré qu’ils n’étaient rien ou pas grand-chose quand les Etats-Unis glissaient vers l’ornière. La plupart d’entre eux ont suivi Obama, ce qui est indigne et honteux. Aucun d’entre eux n’a incriminé Obama pour ses crimes et pour les centaines de milliers de morts qui en ont résulté. Aucun d’eux n’a dit que la vague de réfugiés qui a déferlé sur l’Europe résultait de l’essor de l’Etat islamique, de la guerre en Syrie, de la destruction de la Libye, donc de la politique d’Obama. Aucun d’eux n’a même dit que, ce qui vient s’ajouter à l’ensemble, le glissement de la Turquie vers le totalitarisme islamique et le soutien d’Erdogan à l’Etat islamique s’étaient opérés avec le soutien tacite d’Obama. Aucun d’eux ne semble s’inquiéter de l’hégémonie régionale de l’Iran, et du rôle de principal soutien mondial au terrorisme islamique joué par l’Iran, à qui Obama a accordé des moyens financiers supplémentaires considérables : ils sont trop occupés à vendre à l’Iran la corde destinée à les pendre. Nombre d’entre eux, façon François Fillon ou Marine Le Pen, prennent Poutine pour un défenseur de l’Occident. Un article récent dans un quotidien français disait que ce qui s’est passé à Alep resterait une tache indélébile sur la présidence Obama, il serait plus exact de dire que la présidence Obama restera une immense tache de sang sur l’histoire des Etats-Unis. Nul article ne parle de l’hégémonie iranienne et russe qui s’installe au Proche-Orient grâce à Obama. De nombreux articles reprennent avec un crétinisme lamentable le discours de l’administration Obama finissante, disant que Donald Trump serait quasiment au service de la Russie. Si un homme a servi la Russie ces dernières années, c’est bien Obama. Il n’a, c’est vrai, pas seulement servi la Russie : il a servi l’Iran, l’islam et tout ce qui est anti-occidental.

    Guy Millière (merci letel)

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    L’objectivité à la télévision, c’est cinq minutes pour les Juifs et cinq minutes pour Hitler.

    Jean-Luc Godard

    L’assemblée générale (…) considère que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale.

    Résolution 379 (ONU, le 10 novembre 1975)

    L’assemblée générale décide de déclarer nulle la conclusion contenue dans le dispositif de sa résolution 3379 (XXX) du 10 novembre 1975.

    Résolution 4686 (ONU, le 16 décembre 1991)

    La création par Israël de colonies de peuplement dans les Territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a aucun fondement en droit.

    Résolution 2334

    Hollywood fut inventé par des gangsters juifs.

    Jean-Luc Godard

    Ah, c’est toujours la même chose, les Juifs vous appellent quand ils entendent le bruit du tiroir-caisse.

    Jean-Luc Godard

    Les attentats suicides pour parvenir à faire exister un Etat palestinien ressemblent à ce que firent les Juifs en se laissant conduire comme des moutons et exterminer dans les chambres à gaz, se sacrifiant ainsi pour parvenir à faire exister l’Etat d’Israël.

    Jean-Luc Godard

    Ce n’est pas tous les ans que Noël et Hanouka sont fêtés le même jour ! Alors que les chrétiens fêteront la naissance de Jésus Christ, l’incarnation de Dieu pour eux, les juifs allumeront la première bougie de cette fête juive qui célèbre la victoire de la minorité contre la majorité, la lutte antique des Maccabé (une famille juive) contre l’assimilation à la culture grecque. Noël comme Hanouka sont des fêtes de la lumière et de l’espoir. Des fêtes qui font du bien lorsque, dans le monde, il fait noir. Nous sommes au cœur de l’hiver, mais ce noir a évidemment un sens politique et métaphysique. Dans cette obscurité, la lumière surgit toujours de manière inattendue. Nous avons encore plus besoin de cette étincelle que d’habitude. (…) Penser la fête de l’autre est une extraordinaire occasion de connaissance de soi. Lorsque j’étais à l’école rabbinique, nous avions un cours obligatoire intitulé « religions comparées ». Je n’ai jamais autant appris autant sur le Judaïsme que pendant ce cours. Regarder la maison de votre voisin, vous permet de prendre conscience de l’aménagement de votre salon ! Mais avant cela, il faut reconnaitre qu’il y a des chemins de vérité hors de sa tradition. Lors de Vatican II, les catholiques ont dit pour la première fois : hors de l’Église il y a un Salut. C’est très symbolique que cette concordance entre Noël et Hanouka arrive cinquante ans après l’Encyclique Nostra Aetate (déclaration en 1965 du Concile Vatican II sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes, en particulier le Judaïsme, NDLR). (…) En tant que juive, explorer la fête chrétienne de Noël, c’est explorer la question de l’incarnation de Dieu – une idée qui n’est fondamentalement pas juive. Le Judaïsme laisse une grande place à l’incarné, lors de la circoncision par exemple, mais rend un culte à un Dieu qui ne l’est pas. Cette différence nous oblige à réfléchir : l’idée commune est, je pense, celle d’une très grande humilité de Dieu. Il en faut de l’humilité pour, chez les chrétiens, naitre sous les traits d’un enfant. Il en faut tout autant, chez les Juifs, pour se retirer du monde. C’est l’idée juive du Tsimtsoum (Dieu aurait créé le monde en s’en retirant, laissant alors l’homme libre, NDLR). Ces visions de Dieu sont très différentes, mais j’aime le dialogue entre ces deux images, celle d’un Dieu-enfant, et celle d’un Dieu en retrait. (…) Le mot paix est sans doute l’un des plus connu en hébreu : Shalom. Sa signification hébraïque exacte est « complétude ». Le problème est que cela suggère que la paix est forcément « pleine », « Unité », « homogénéité ». Je crois au contraire que – pour faire la paix – nous avons d’abord besoin de reconnaitre nos brisures, individuelles comme sociales. Lors des mariages juifs, nous brisons un verre. C’est ce que cette pratique raconte : le vivre-ensemble et la paix ne sont possibles que si nous acceptons de vivre avec nos brisures…

    Rabbin Delphine Horvilleur

    Le metteur en scène de la “Nouvelle Vague” s’est, à plusieurs reprises, illustré par des remarques et des attitudes antisémites virulentes. Il a mis fin à son amitié avec François Truffaut dès lors qu’il apprit que le père de ce dernier était juif. Ainsi qu’un “sale Juif” lancé à la figure du producteur Pierre Braunberger, dans les années 1960, en présence d’un François Truffaut scandalisé. Il estime également que “la démocratie, c’est d’accorder 15 minutes de temps de parole aux Juifs et 15 minutes à Hitler”… (…) Godard a toujours dérapé de l’antisioniste militant au réflexe antisémite, sur le mode de l’insulte, généralement éco¬no¬mique, associant la caricature du Juif et l’argent. C’est par exemple ce qu’il répond ironiquement à Jean-Pierre Gorin, Juif, quand celui-ci l’appelle en 1973 pour réclamer sa part de droits sur le film Tout va bien: “Ah, c’est toujours la même chose, les Juifs vous appellent quand ils entendent le bruit du tiroir-caisse…” (…) En 1976, ce cinéaste ant-juif, Jean-Luc Godard a réalisé et produit un film foncièrement anti-israélien, intitulé Ici et ailleurs, dédié à la “cause valeureuse” du peuple palestinien. (…)Dans cette charge vitriolique contre l’État d’Israël, l’idée est illustrée, parfois jusqu’à la provocation, quand les visages de Golda Meir, pionnière de l’État juif, Premier ministre d’Israël de 1969 à 1974, et de Hitler clignotent l’un sur l’autre, ou quand une déploration en hébreu sur les camps de la mort nazis, Auschwitz, Madjanek, Treblinka… recouvre des images de cadavres d’enfants Palestiniens ou des corps calcinés de fedayins tués en septembre 1970, durant des affrontements sanglants avec l’armée jordanienne. Le film justifie également la prise d’otages de la délégation israélienne par un commando terroriste palestinien lors des Jeux Olympiques de Munich en 1972, et les tueries qui s’ensuivirent, au nom du fait qu’il aurait fallu “passer une image des camps palestiniens avant chaque finale des Jeux Olympiques”, rappelle dans son livre Antoine de Baecque. “À plusieurs reprises, Jean-Luc Godard est revenu, ou reviendra encore, sur cette question: il se définit clairement comme pro-palestinien et antisioniste, ne cesse d’établir un lien entre l’extermination des Juifs dans les camps de la mort nazis, la fondation de l’État d’Israël, l’impossibilité de régler le conflit israélo-palestinien, et plus généralement la guerre entre Juifs et Arabes. Comme si une malédiction historique pesait sur cette généalogie: Israël, né dans les camps nazis, se vengerait sur les Palestiniens de l’Holocauste, ce qui justifie tous les actes de résistance arabe, y compris le terrorisme, puisque, d’après Godard, Israël serait une forme paradoxale de résurgence historique du nazisme”, note son biographe. (…) Dans un petit documentaire tourné en 1970 par la télévision allemande, Godard tient devant son visage un tract militant où figure la contraction “NazIsraël”, et lance au caméraman: “Tu nous fais un chèque de la télévision allemande qui est financée par les Sionistes et par ce connard de social-démocrate, Willy Brandt, et ça nous permettra d’acheter des armes pour les Palestiniens pour attaquer les Sionistes…””, relate Antoine de Baecque.

    Ftouh Souhail

    Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays.

    Déclaration Balfour (2 novembre 1917)

    X. Aux peuples d’Autriche-Hongrie, dont nous désirons voir sauvegarder et assurer la place parmi les nations, devra être accordée au plus tôt la possibilité d’un développement autonome.
    XI. La Roumanie, la Serbie et le Monténégro devraient être évacués ; les territoires occupés devraient être restitués ; à la Serbie devrait être assuré un accès à la mer libre et sûr; les relations des états Balkans entre eux devraient être déterminés par une entente amicale le long de lignes historiquement établies d’allégeance et de nationalité; des garanties internationales quant à l’indépendance politique et économique, et l’intégrité territoriale des États des Balkans devrait également être introduites.
    XII. Aux régions turques de l’Empire ottoman actuel devraient être assurées la souveraineté et la sécurité ; mais aux autres nations qui sont maintenant sous la domination turque on devrait garantir une sécurité absolue de vie et la pleine possibilité de se développer d’une façon autonome ; quant aux Dardanelles, elles devraient rester ouvertes en permanence, afin de permettre le libre passage aux vaisseaux et au commerce de toutes les nations, sous garantie internationale.
    XIII. Un État polonais indépendant devrait être créé, qui inclurait les territoires habités par des populations indiscutablement polonaises, auxquelles on devrait assurer un libre accès à la mer, et dont l’indépendance politique et économique ainsi que l’intégrité territoriale devraient être garanties par un accord international.
    XIV. Une association générale des nations doit être constituée sous des alliances spécifiques ayant pour objet d’offrir des garanties mutuelles d’indépendance politique et d’intégrité territoriale aux petits comme aux grands États. Woodrow Wilson (14 propostions, 8 janvier 1918)
    Le Conseil de la Société des nations … Considérant que les Principales Puissances Alliées ont convenu que le Mandat est chargé d’appliquer la déclaration annoncée le 8 novembre 1917 par le Gouvernement Britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ; étant clairement entendu qu’aucune démarche ne devrait être entreprise pouvant porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont bénéficiaient les Juifs dans d’autres pays. Résolution de San Remo (24 avril 1920, confirmée par le Conseil de la Société des nations le 24 juillet 1922, mise en application en septembre 1923)
    3. Reconnaît que la dissolution de la Société des Nations mettra fin à ses fonctions en ce qui concerne les territoires sous mandat, mais note que des principes correspondant à ceux que déclare l’article 22 du Pacte sont incorporés dans les chapitres XI, XII et XIII de la Charte des Nations Unies; 4. Note que les Membres de la Société administrant actuellement des territoires sous mandat ont exprimé leur intention de continuer à les administrer, en vue du bien-être et du développement des peuples intéressés, conformément aux obligations contenues dans les divers mandats, jusqu’à ce que de nouveaux arrangements soient pris entre les Nations Unies et les diverses Puissances mandataires. Résolution de l’assemblée de la Société des nations (18 avril 1946)
    À l’exception de ce qui peut être convenu dans les accords particuliers de tutelle conclus conformément aux Articles 77, 79 et 81 et plaçant chaque territoire sous le régime de tutelle, et jusqu’à ce que ces accords aient été conclus, aucune disposition du présent Chapitre ne sera interprétée comme modifiant directement ou indirectement en aucune manière les droits quelconques d’aucun État ou d’aucun peuple ou les dispositions d’actes internationaux en vigueur auxquels des Membres de l’Organisation peuvent être parties.

    Chapitre XII : Régime international de tutelle (article 80, San Francisco, 26 juin 1945)

    Ayant en vue spécifiquement la mise en œuvre de la résolution du Conseil de sécurité du 16 Novembre 1948, les objectifs et principes suivants sont confirmés:
    1. Est reconnu le principe selon lequel aucun avantage militaire ou politique ne devrait être acquis pendant la trêve ordonnée par le Conseil de sécurité;
    2. Il est également reconnu, les dispositions du présent accord étant dictées exclusivement par des considérations militaires, qu’aucune disposition du présent Accord ne porte en rien atteinte aux droits, revendications et positions de l’une ni de l’autre Partie dans le règlement pacifique et final de la question palestinienne.

    Accord Jordano-israélien d’armistice général du 3 Avril 1949 (article II)

    La ligne de démarcation de l’armistice ne doit être interprétée d’aucune façon comme une frontière politique ou territoriale.

    Accord Israélo-égyptien d’armistice général du 24 Février 1949 (Article V)

    À la fin du XIXe siècle, se structure un nationalisme juif, le sionisme, qui soutient la création d’un État-nation juif en Palestine qu’il définit comme « Terre d’Israël ». En 1917, les Britanniques, par l’intermédiaire de la Déclaration Balfour, se déclarent en faveur de l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif. En 1919, est signé l’Accord Fayçal-Weizmann en tant qu’élément de la Conférence de paix de Paris. Cet accord prévoit l’établissement d’une coopération judéo-arabe pour le développement d’une patrie juive et d’une nation arabe en Palestine. La même année se tient à Jérusalem le Congrès de la Palestine arabe qui exige l’annulation de la déclaration de Balfour et l’inclusion de la Palestine comme partie intégrante du gouvernement arabe indépendant de la Syrie et rejette le sionisme tout en acceptant l’aide britannique sous condition de ne pas empiéter sur la souveraineté arabe en Palestine envisagée en tant qu’élément d’un État syrien indépendant. La population arabe du pays s’oppose au projet. Des émeutes sont régulièrement organisées dans toute la Palestine dès 1919. En avril 1920, des émeutes à Jérusalem font une dizaine de morts et près de 250 blessés à la veille de la Conférence de San Remo qui doit étudier la question du futur de la Palestine. La Société des Nations s’y déclare favorable au projet d’établissement d’un foyer national juif et en 1922, elle officialise le mandat britannique sur la Palestine. Dès 1920, Mohammed Amin al-Husseini devient l’un des principaux leaders du nationalisme palestinien ayant pour but la création d’un État arabe palestinien indépendant; il s’oppose activement au sionisme et est considéré comme l’instigateur de 1921 à 1937 des émeutes violentes en réaction au projet de l’établissement d’un « Foyer juif » en Palestine. Il est réputé antisémite. En 1937, alors qu’il est recherché par la police britannique pour son rôle dans ces émeutes il s’enfuit en Syrie. En 1941, il se réfugie en Allemagne nazie et demande à Hitler de lui apporter son soutien contre la création d’un Foyer juif. En 1925, Izz al-Din al-Qassam, né en Syrie, prône la lutte armée comme action politique, en 1930 il fonde une organisation paramilitaire, La main noire qui se lance dans des attaques contre les juifs et les britanniques, prêchant la violence politique d’inspiration religieuse, le Jihad et l’anti-sionisme. En 1935 est fondé le Parti arabe palestinien créé par la famille Al-Husseini. L’opposition arabe palestinienne culmine avec la Grande Révolte de 1936-1939. Menée par les nationalistes palestiniens, elle s’oppose à la fois à la présence juive et britannique en Palestine et aux hommes politiques palestiniens se revendiquant d’un nationalisme panarabe. Le 18 février 1947, les Britanniques annoncent l’abandon de leur mandat sur la région et transfèrent la responsabilité sur la Palestine mandataire à l’ONU.

    Wikipedia

    L’argument fondamental que les Arabes utilisent contre Israël est que la seule raison de sa création aurait été d’apaiser la mauvaise conscience des Européens après la Shoah. Selon leurs dires, les Juifs n’auraient aucun droit sur la Terre d’Israël du point de vue légal, historique et moral. Or, cet argument est complètement faux. La communauté internationale a reconnu les droits légaux, historiques et moraux du peuple juif sur la Terre d’Israël bien avant que quiconque ait jamais entendu parler d’Adolf Hitler. En 1922, la Société des Nations avait mandaté la « reconstitution » – et non la création – du foyer national juif sur la Terre d’Israël dans ses frontières historiques sur les deux rives du Jourdain.

    Caroline Glick

    L’Etat d’Israël a vu le jour par le même processus légitime qui a créé les autres nouveaux états de la région, conséquence du démantèlement de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale. Conformément à la pratique traditionnelle des états victorieux, les puissances alliées, France et Angleterre, ont créé le Liban, la Syrie, l’Irak et la Jordanie et bien sûr Israël, pour consolider et protéger leurs intérêts nationaux. Ce droit légitime de réécriture de la carte peut avoir été mal fait et à courte vue – des régions contenant autant de sectes et de groupes ethniques différents étaient de mauvais candidats pour devenir des Etats-nation, comme le prouve l’histoire de l’Irak et du Liban, alors que les meilleurs candidats au statut de nation comme les Kurdes étaient laissés de côté. Mais ce droit est le fruit de la victoire des Alliés et de la défaite des Empires centraux, le prix séculaire à payer pour avoir lancé et perdu une guerre. De même, en Europe, l’Empire austro-hongrois était démantelé et les nouveaux états autrichien, hongrois, yougoslave et tchécoslovaque étaient créés. Et l’agresseur principal allemand se voyait puni par une importante perte de territoire, abandonnant quelque 10 millions d’Allemands en dehors de la patrie. Le droit des Israéliens à leur propre pays est aussi légitime que celui des Jordaniens, Syriens et Libanais.

    Bruce Thornton

    L’antisionisme est à cet égard une introuvable aubaine car il nous donne la permission, et même le droit, et même le devoir d’être antisémites au nom de la démocratie. L’antisionisme est l’antisémitisme justifié, mis enfin à la portée de tous. Il est la permission d’être démocratiquement antisémite. Et si les juifs étaient eux-mêmes des nazis ? Ce serait merveilleux. II ne serait plus nécessaire de les plaindre ; ils auraient mérité leur sort.

    Vladimir Jankelevitch (1971)

    L’UNESCO est atteinte de deux maux qui risquent de la perdre: le reniement et le déni. Reniement de sa raison d’être en fermant les yeux sur l’éducation à la haine de certains de ses Etats membres, déni de l’histoire en amputant le peuple juif de son identité historique et culturelle. (…) L’Organisation se renie, se fait parjure lorsqu’elle ferme les yeux sur la propagation de la haine dans les manuels scolaires de la plupart des pays arabo-musulmans et de la Palestine. (…) Comment donner crédit à une Organisation qui tout en développant des programmes d’éducation à la paix et à la tolérance accepte que ses Etats-membre profèrent la haine? En rejoignant l’UNESCO les pays signataires ont adhéré aux fondements éthiques de l’Organisation tout en s’engageant à les mettre en œuvre notamment par l’éducation. (…) Reniement de ses valeurs lorsqu’il s’agit des pays arabo-musulmans, mais intransigeance lorsque Israël censure des contenus éducatifs qui appellent à sa destruction. (…) Maison des cultures du monde, de la pensée critique, du dialogue, l’UNESCO, dont un des grands programmes est consacré aux sciences sociales et humaines, joue dangereusement à réviser l’histoire, à se complaire dans un déni de réalité. Dans la pure tradition des révisionnistes, elle a fini par dénier tout lien entre le peuple juif et Jérusalem. Fin octobre 2015, par la décision 185 EX/15, elle a classé le caveau des Patriarches et la tombe de Rachel comme sites musulmans et palestiniens, et exigé qu’Israël les retire de son patrimoine national. Mais elle vient de franchir un pas supplémentaire dans le négationnisme. Le mois d’avril 2016 pourra être retenu dans son histoire comme le jour où le Conseil Exécutif, en grand falsificateur, a dénié tout lien entre les juifs, le Mont du Temple et le mur Occidental. Cette résolution 199 EX/19 a été adoptée par 33 pays, et parmi eux la France (mais pas l’Allemagne, l’Angleterre, l’Irlande du Nord ni les Etats-Unis, qui ont voté contre). Ainsi nos «Lumières» s’estompent sous un épais voile de fumée. Et l’on se demande s’il ne faudrait pas recommander aux Etats-membres de l’UNESCO de promouvoir maintenant une résolution visant carrément à supprimer dans l’Histoire de l’humanité (éditions Unesco) tous les passages relatifs à la présence juive à Jérusalem et dans le royaume de Judée. Conscience intellectuelle des Nations, l’UNESCO est devenue une organisation sous influence, s’inscrivant dans la pure tradition des totalitarismes du XXème siècle. Perdant ainsi sa légitimité, a-t-elle encore sa raison d’être?

    Bernard Hadjadj

    Le texte que nous avons ne se concentre pas exclusivement sur les colonies. Il condamne également la violence et le terrorisme. Il appelle aussi à éviter toute incitation émanant du côté palestinien, donc c’est un texte équilibré. L’objectif principal que nous avons ici est de préserver et de réaffirmer une solution à deux Etats » palestinien et israélien qui cohabiteraient dans la paix et la sécurité.

    François Delattre (ambassadeur de France auprès des Nations unies)

    Barack Obama a décidé de laisser à son successeur, Donald Trump, un héritage qu’il ne pourra défaire : la résolution 2334, adoptée au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU), vendredi 23 décembre. Ce texte dénonçant la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés a recueilli quatorze voix en sa faveur, passant grâce à l’abstention américaine. Au terme de quarante-huit heures de tourbillon politique, l’administration Obama a décidé de replier le parapluie qu’elle avait systématiquement déployé depuis huit ans au-dessus d’Israël, au Conseil de sécurité. Ce coup de semonce est une défaite politique sévère pour le premier ministre Benyamin Nétanyahou et une sanction contre la promotion décomplexée de la colonisation par la droite israélienne. Le texte de la résolution, contrairement aux affirmations des responsables israéliens, n’est pas fondamentalement hostile à l’Etat hébreu. Il s’inscrit dans la lignée de la résolution 465, adoptée en 1980, qui dénonçait déjà l’extension des colonies, jugées illégales. En outre, il se place à la suite du rapport du Quartet – Etats-Unis, Russie, Union européenne (UE), ONU –, publié le 1er juillet, qui dressait un état des lieux alarmant de la réalité, sur le terrain. La résolution 2334 estime elle aussi que la construction et l’extension des colonies mettent « gravement en danger la viabilité de la solution à deux Etats ». Par ailleurs, dans un souci d’équilibre réclamé notamment par Paris et Washington, le texte « condamne tous les actes de violence contre les civils, dont les actes terroristes », une référence aux attaques palestiniennes. La résolution exige la « cessation immédiate » de la colonisation dans les territoires palestiniens occupés, dont Jérusalem-Est, et loue les efforts diplomatiques entrepris par la France, la Russie et l’Egypte, au cours des derniers mois, pour relancer un dialogue sur le conflit. (…) A l’origine, le texte avait été présenté mercredi soir par l’Egypte, à la surprise générale. Mais Donald Trump est intervenu pour peser de tout son poids de président élu des Etats-Unis auprès d’Abdel Fattah Al-Sissi. Il a demandé au président égyptien de renoncer à son initiative. Son interlocuteur n’a pas voulu compromettre ses futures relations avec le président américain, et a donc retiré son texte. Mais la volte-face de l’Egypte n’a pas condamné son initiative. Quatre membres non permanents du Conseil de sécurité – la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Sénégal et le Venezuela – ont pris le relais du Caire, pour promouvoir la résolution dans une version identique. (…) Samantha Power a expliqué que les Etats-Unis ne votaient pas en faveur de la résolution parce qu’elle « se concentre trop étroitement sur les colonies » en ne tenant pas compte des autres facteurs dans le conflit. Mais l’abstention se justifie, selon elle, par la continuité de la position américaine, d’un président à l’autre, républicain ou démocrate, depuis des décennies : elle se résume par une condamnation de la colonisation et un soutien à une solution à deux Etats. En 2011, l’administration Obama avait ainsi opposé son veto à une résolution condamnant la colonisation, dont la formulation avait été jugée trop déséquilibrée. (…) Dans un tweet, Donald Trump a assuré vendredi soir que « les choses seront différentes après le 20 janvier ». Mais la résolution, elle, ne pourra être défaite. La seconde conférence pour la paix au Proche-Orient, que la France compte organiser le 15 janvier à Paris, après une première rencontre en juin, devrait se tenir dans une ambiance plus tendue que prévue.

    Le Monde

    The applause in the Security Council room Friday was directed at Samantha Power, the American ambassador who declined to veto an anti-Israeli resolution, an act of diplomatic warfare against the Jewish state. The three-page text, now part of international law, can hurt all Israeli citizens and institutions. It will also likely harm any hope of renewal of peace talks between Israeli and Palestinians. And America’s loss of global leadership — don’t even get me started. Consider: Egypt, the Arab member of the Security Council, circulated the resolution’s draft Wednesday night. Then President-elect Donald Trump issued a statement calling on the US to veto it. Israel’s Prime Minister Benjamin Netanyahu spoke with Trump and with Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi. Sisi called Trump, who leaned on him to withdraw the resolution. Sisi agreed. (…) For months, as the Palestinian-initiated resolution was brewing, America declined to reveal intentions, leaving UN diplomats wondering what it would do. But when Egypt withdrew from presenting the resolution on Thursday, Obama’s lieutenants finally got busy, leaking anonymously that they were going to let the resolution pass. That signaled others to revive the resolution. Sure enough, Malaysia, Senegal, New Zealand and Venezuela brought the text up for a Friday vote. Caracas’s UN ambassador, Rafael Ramirez, who lives high on the hog in New York while Venezuelans can’t get food or medicine and while crime ravages their streets, lectured Israel on all the injustice it inflicts on Palestinians. (…) But why did the United States merely allow the UN resolution to pass? Maybe Obama thinks Israeli settlements are the key impediment to peace — so much so that it’s worth straying from the long US tradition of shielding the Jewish state from the ire of obsessed dictators at the United Nations, and going against the express wishes of his elected successor. But if so, shouldn’t American diplomats then write the resolution, rather than hide behind the backs of Palestine, which isn’t even a UN member, rather than ally with Venezuela? Instead, Obama passed the baton of handling Israeli-Palestinian relations to Turtle Bay. And there, the wolves gladly picked it up. Under the resolution, a young Israeli renting an apartment in Maale Edomim, a Jewish suburb of Jerusalem, may be tried at The Hague for “flagrant violation of international law.” If the mayor of Jerusalem decides to repaint a wall in the historic Old City’s Jewish Quarter, he can be hauled to court for refusing to “completely cease all settlement activity.” And, oh, the resolution mandates a UN report on its implementation every three months until eternity — assuring lasting harm. Sen. Lindsey Graham (R-NC) said on Friday he would launch a drive to slash US funding for the United Nations as result of this resolution. At the same time, members of the Security Council, who have long awaited an American president who would join their gang-up on Israel, applauded Power.

    NYP (merci james)

    It turned out that nothing could prevent President Obama from firing one last shot at Israel. Despite the pleas of the Israeli government and the warning from his successor that failing to veto a biased UN resolution on the Middle East conflict would be deeply unfair and soon repudiated, the administration broke with decades of U.S. policy, abstained from voting on a resolution that condemns Israeli settlements, and abandoned the Jewish state to its enemies at the United Nations Security Council. Today’s resolution brands the Jewish presence in any part of the West Bank or in parts of Jerusalem that were occupied by Jordan from 1949 to 1967 as illegal. And it makes the hundreds of thousands of Jews who live in those parts of the ancient Jewish homeland international outlaws. The excuse given by the U.S. was that increased building in the territories and Jerusalem is endangering the chances of a two-state solution. But, as I noted yesterday when the vote on the resolution was postponed, this is a canard. The reason why a two-state solution has not been implemented to date is because the Palestinians have repeatedly refused offers of statehood even when such offers would put them in possession of almost all of the West Bank and a share of Jerusalem. The building of more homes in places even Obama admitted that Israel would keep in the event of a peace treaty is no obstacle to peace if the Palestinians wanted a state. Rather than encourage peace, this vote will merely encourage more Palestinian intransigence and their continued refusal to negotiate directly with Israel. It will also accelerate support for efforts to wage economic war on Israel via the BDS movement. This lame duck stab in the back of America’s only democratic ally in the Middle East should only further encourage President-elect Donald Trump to make good on his promise to move the U.S. embassy to Israel from Tel Aviv to Jerusalem and let the world know that the new administration not only repudiates his predecessor’s betrayal but that the alliance is as strong as ever. (…) this is a moment for Democratic friends of Israel to apologize for eight years of excusing and rationalizing Obama’s growing hostility to the Jewish state. Though some will disingenuously argue that the president is trying to save Israel from itself, today’s vote must be seen for what it is. Freed of political constraints, the president finally showed his true colors by throwing Israel to the wolves at a United Nations where anti-Semitism and anti-Israel bias is integral to the culture of the world body.

    Jonathan S. Tobin

    The Egyptian decision to withdraw the one-sided anti-Israel Security Council resolution should not mask the sad reality that it is the Obama administration that has been pushing for the resolution to be enacted. The United States was trying to hide its active ‘behind the scenes’ role by preparing to abstain rather than voting for the resolution. But in the context of the Security Council where only an American veto can prevent anti-Israel resolutions from automatically passing, an abstention is a vote for the resolution. And because of this automatic majority, an anti-Israel resolution like this one cannot be reversed by a future American president. A veto once cast cannot be cast retroactively. The effect, therefore of the Obama decision to push for, and abstain from, a vote on this resolution is to deliberately tie the hands of President Obama’s successors, most particularly President elect Trump. That is why Trump did the right thing in reaction to Obama’s provocation. Had the lame duck president not tried to tie the incoming president’s hands, Trump would not have intervened at this time. But if he had not urged the Egyptians to withdraw the resolution, he would have made it far more difficult for himself to try to bring about a negotiated resolution to the Israeli-Palestinian conflict. The reason for this is that a Security Council resolution declaring the 1967 border to be sacrosanct and any building behind those boarders to be illegal would make it impossible for Palestinian leaders to accept less in a negotiation. Moreover, the passage of such a resolution would disincentivize the Palestinians from accepting Israel Prime Minister Netanyahu’s invitation to sit down and negotiate with no preconditions. Any such negotiations would require painful sacrifices on both sides if a resolution were to be reached. And a Security Council resolution siding with the Palestinians would give the Palestinians the false hope that they could get a state through the United Nations without having to make painful sacrifices. President Obama’s lame duck attempt to tie the hands of his successor is both counterproductive to peace and undemocratic in nature. The lame duck period of an outgoing president is a time when our system of checks and balances is effectively suspended. The outgoing president does not have to listen to Congress or the people. He can selfishly try to burnish his personal legacy at the expense of our national and international interests. He can try to even personal scores and act on pique. That is what seems to be happening here. Congress does not support this resolution; the American people do not support this resolution; no Israeli leader – from the left, to the center, to the right – supports this resolution. Even some members of Obama’s own administration do not support this resolution. But Obama is determined – after 8 years of frustration and failure in bringing together the Israelis and Palestinians – to leave his mark on the mid-East peace process. But if he manages to push this resolution through, his mark may well be the end of any realistic prospect for a negotiated peace. One would think that Obama would have learned from his past mistakes in the mid-East. He has alienated the Saudis, the Egyptians, the Jordanians, the Emirates and other allies by his actions and inactions with regard to Iran, Syria, Egypt and Iraq. Everything he has touched has turned to sand. Now, in his waning days, he wants to make trouble for his successor. (…) As predicted, the United States allowed the anti-Israel resolution to be approved by the United Nations Security Council. Votes in favor were cast by Russia, which has occupied Kornengsberg since 1945, after capturing that ancient German city, ethnically cleansing its population and bringing in hundreds of thousands of Russian settlers; China, which has occupied Tibet and brought in thousands of Chinese settlers; France who occupied and settled Algeria for many years; Great Britain which has occupied and colonized a significant portion of the globe; and assorted other countries, several of which have horrendous human rights records. Israel on the other hand, offered to end the occupation and settlements in 2000-2001 and again in 2008 only to be rebuffed by the Palestinian leadership. But Israel is the only country to have been condemned by the Security Council for an occupation and settlement. This hypocrisy is typical of the United Nations as even our representative acknowledged when she explained why the United States abstained. Now peace will be more difficult to achieve, as the Palestinians become further convinced that they do not have to accept Netanyahu’s offer to negotiate without preconditions. Thank you, President Obama for completing your 8 years of failed foreign policy with a final blow against, peace, stability and decency. Congress can ameliorate the impact of this destructive resolution by enacting a statute declaring that the resolution does not represent the United States’ policy, which is that peace will not come through the United Nations but only by direct negations between the parties. The law should also prohibit any United States funds to be spent directly or indirectly in support of this Security Council resolution. I suspect that the incoming president will be willing to sign such a law.

    Alan M. Dershovitz

    Une résolution réclamant l’arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens a été adoptée aujourd’hui par le Conseil de sécurité de l’ONU après la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto. Dans un renversement de leur position habituelle sur ce dossier, les Etats-Unis se sont abstenus. Les 14 autres membres du Conseil de sécurité ont eux voté en faveur du texte. (….) Le vote, qui a été accueilli par des applaudissements, avait été réclamé par la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Sénégal et le Venezuela. Ces quatre pays se sont impliqués après la volte-face du Caire qui avait proposé mercredi soir cette résolution rédigée par les Palestiniens et présentée au nom du groupe arabe à l’ONU. Mais l’Egypte avait demandé jeudi le report du vote initial, après une intervention du président élu américain Donald Trump auprès du président Abdel Fattah al-Sissi. (…) C’est en 2009, concernant un appel à un cessez-le-feu à Gaza, que les Etats-Unis se sont abstenus pour la dernière fois lors d’un vote au Conseil de sécurité quel qu’en soit le thème. En 2011, ils avaient opposé leur veto à une résolution similaire au projet égyptien. Mais cinq ans plus tard, la position de l’administration de Barack Obama, qui entretient des relations notoirement exécrables avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, faisait l’objet de nombreuses spéculations. Il est finalement apparu clair aux Israéliens qu’à quelques jours de céder le pouvoir à Donald Trump –dont l’une des promesses de campagne est de reconnaître Jérusalem comme « capitale indivisible » d’Israël–, l’équipe Obama n’avait pas l’intention de faire usage de son droit de veto. « Quand ils ont eu connaissance du fait que (l’administration américaine actuelle) ne mettrait pas son veto à cette résolution, des responsables israéliens ont pris contact avec des membres de l’équipe de transition de M. Trump pour demander l’aide du président élu », a affirmé vendredi à l’AFP un responsable israélien sous couvert d’anonymat. Donald Trump qui avait très vite plaidé pour un veto américain dans une rare prise de position pour un président élu, a alors appelé le président Sissi, selon un communiqué de la présidence égyptienne. « Les deux dirigeants se sont mis d’accord sur l’importance de donner à la nouvelle administration américaine (que dirigera M. Trump à partir du 20 janvier) une chance de gérer tous les aspects de la cause palestinienne pour arriver à un accord complet » sur le dossier, d’après ce communiqué. « Concernant l’ONU, les choses seront différentes après le 20 janvier », a réagi le magnat de l’immobilier sur Twitter. Le retournement du président égyptien a surpris mais il fait suite à de nombreuses preuves d’admiration pour M. Trump. Cet ancien officier de l’armée avait renversé son prédécesseur islamiste en 2013, un acte condamné par M. Obama. Un haut responsable israélien a aussi accusé vendredi Barack Obama et son secrétaire d’Etat John Kerry d’être à l’origine du projet de résolution égyptien. « L’administration américaine a secrètement concocté avec les Palestiniens une résolution anti-israélienne radicale, derrière le dos d’Israël, qui encouragerait le terrorisme et les boycotts », a-t-il déclaré à l’AFP sous couvert d’anonymat.

    Le Figaro

    The Jerusalem Declaration of UNESCO seeks to Islamize, with the help of many governments in Europe and other Christian countries, the ancient history of the people of Israel. But what does this declaration mean for Europe and Christianity? Wasn’t Christianity born out of Israel? Wasn’t Jesus a Judean Jew, as were the apostles and evangelists? Or was it Islam that Jesus was preaching, in Arabic and in the mosques? (…) Where are the great Catholic or Protestant voices to protest against this Islamization of Christianity? This passivity, this indifference makes you think that Europe will soon look more like Lebanon. (…) European countries recognize terrorism everywhere except in Israel, where they themselves are allies of these terrorists whom they call « freedom fighters » or « militants », against « occupation ». (…) This alliance has ruined Europe — because the enemies of Israel are also enemies of Christianity and of Europe. How can you ally yourself with those who want to destroy you, without in fact dying yourself? (…) The same obsessive hatred Hitler had for Israel, which led to the ruin of Europe, has persisted today in the European Union against the Jewish State. The great irony is that in trying to destroy Israel, Europe has destroyed itself.

    Bat Ye’or















  • '