eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Brice Couturier : «Pour prévenir les attentats, inspirons-nous de ce qui réussit en Israël»

Posté le vendredi 23 décembre 2016 par sil

brice_couturier_terrorisme_techniques_irael

Quelqu’un aurait-il accès à tout l’article ?



Laisser un commentaire


4 réponses à “Brice Couturier : «Pour prévenir les attentats, inspirons-nous de ce qui réussit en Israël»”

  • 4
    Zoubor:

    Bien vu, Brice!

  • 3
    sil:

    Merci beaucoup !!!

  • 2
    Rambert:

    Voilà, heureux d’apporter ma contribution à ce très utile site.

    Pour prévenir les attentats, inspirons-nous de ce qui réussit en Israël

    L’attentat qui vient d’endeuiller Berlin fait songer à une phrase de George Orwell, écrite dans un autre contexte : « Nous combattons des hommes à l’intelligence vive et maléfique et le temps presse… » (Le Lion et la Licorne). Lutter contre le terrorisme islamiste est difficile. Ses adeptes n’ont aucun frein moral, quand nous sommes entravés par des sentiments de culpabilité – aggravés par les « idiots utiles de l’islamisme », pour qui les violents sont des victimes. C’est pourquoi ce combat sera long et souvent décourageant. Mais ce n’est pas en chantant des chansons sur l’amour et en proclamant notre désir de paix que nous viendrons à bout de ceux qui ont juré la perte de tout ce qui fait notre désir de vivre. Avec de tels ennemis, il n’y a pas d’espace pour la négociation et le compromis, dans la mesure où leur but est notre soumission.

    Nous gagnerions à nous inspirer des pays qui ont été contraints de prendre de l’avance. Israël jouit d’un triste privilège : c’est généralement sur son sol qu’apparaissent les innovations en matière de terrorisme. Ainsi, les attaques à la voiture, ou au camion-bélier, telle que celle qui vient d’endeuiller Berlin, y ont été très fréquentes en 2015, un peu moins en 2016, alors qu’elles faisaient leur apparition chez nous, à l’occasion de la fête nationale. Si on en dénombre une cinquantaine en deux ans, elles ont fait moins de victimes que le seul attentat de la promenade des Anglais, à Nice. C’est qu’Israël a aussi une longueur d’avance sur les moyens de défendre sa population.

    Pendant longtemps, nos médias ont refusé tout parallèle entre les attentats perpétrés là-bas et ceux qui désormais et de plus en plus souvent, nous frappent ici. « Ça n’a rien à voir ! », me lançaient mes collègues, indignés, lorsque j’essayais d’attirer leur attention sur la similitude des moyens employés, comme sur leurs motivations. À présent, les mêmes feignent de déplorer une « israélisation » des politiques de sécurité en Europe occidentale. Le « modèle israélien » nous entraînerait ver le « tout-sécuritaire », au détriment des libertés individuelles et du respect de la vie privée. La lutte contre le terrorisme nous aveuglerait, nous empêchant de traiter « les causes du terrorisme ». S’agirait-il, dans notre cas, des « territoires occupés » du 93 ?

    L’État juif a fait de la sécurité, par nécessité géostratégique, sa priorité. Qu’ils soient de droite ou de gauche, ses dirigeants ont toujours considéré qu’entre le droit à la vie privée et le droit à la vie tout court, c’était le second qu’il fallait privilégier. Une idée guère populaire en Europe, à voir les refus opposés, durant des années, par le Parlement européen à la mise en place d’un PNR (Passenger Name Record) européen. Ce système est utilisé avec succès depuis des années par les États-Unis, afin de repérer les personnes présentant un risque.
    Les Israéliens estiment qu’il vaut mieux prévenir un attentat plutôt que d’avoir à intervenir une fois qu’il est lancé. Or, grâce notamment à Internet, les informations disponibles sont surabondantes. Le tout est de savoir les utiliser à bon escient. Une bonne prévention passe par le croisement d’un très grand nombre d’informations et l’utilisation d’algorithmes aptes à repérer les signaux d’alerte. Chez nous, les services chargés de domaines tels que la lutte contre l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent sale, le grand banditisme et le terrorisme, trop spécialisés et disséminés, échangent insuffisamment leurs tuyaux.
    La préparation d’un attentat implique la constitution d’une chaîne assez complexe – depuis le recrutement jusqu’à l’acte lui-même -, chaîne qui présente toujours un maillon faible (par exemple le transport, ou l’hébergement). C’est sur l’identification de ce maillon faible qu’il est le plus efficace de travailler. On se souvient de l’« affaire Sonia », cette mère de famille qui, hébergeant la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, a identifié et signalé à la police la présence de ce dernier dans la planque de Saint-Denis. C’est grâce à elle que les autres attentats projetés par Abaaoud ont pu être évités. Le livre qu’elle a récemment publié, Témoin (Robert Laffont), constitue un témoignage accablant sur le terrible abandon où l’a laissée la justice française. La protection des témoins, qui doit aller jusqu’au changement d’identité et à l’exfiltration, est, là encore, une méthode israélienne dont nous pourrions nous inspirer.

    Israël est une « start-up nation » qui s’est beaucoup spécialisée dans la cybersécurité. Plutôt que de soumettre toute une population à des contrôles tatillons et généralement inutiles, il est bien plus efficace de déceler, dans une foule, un comportement inhabituel, une contenance anormale. Les caméras de vidéosurveillance constituent, à cet égard, un excellent outil de prévention, à condition d’être observées et analysées par des personnes formées à déceler de tels comportements. Amedy Coulibaly a visité l’hypermarché casher de la porte de Vincennes à plusieurs reprises, inspectant les lieux sans rien acheter. Un tel agissement aurait dû alerter. C’est la population tout entière qui doit aussi être habituée à déceler ce type de comportement. Le port d’un ample blouson en plein été, d’un lourd sac à dos dans un lieu public, l’évitement systématique des caméras de surveillance doivent éveiller l’attention.

    Enfin, on peut légitimement s’interroger sur l’efficacité des déploiements militaires et policiers armés dans les lieux publics en France. Les personnels qui patrouillent dans nos gares ne sont pas formés à neutraliser un individu dangereux dans un lieu très fréquenté. On ne voit pas de militaires armés à l’aéroport Ben Gourion. Mais les spécialistes croient savoir que des tireurs d’élite de la police sont de garde dans des caches bien située dans l’aéroport, prêts à intervenir en cas de tentative d’attentat.

    Malgré une situation géostratégique bien plus exposée que la nôtre, Israël compte, cette année, bien moins de victimes du terrorisme que l’Europe occidentale. Voilà qui devrait nous faire réfléchir.

    Le Figaro, vendredi 23 décembre 2016
    Brice Couturier présente chaque matin « Le Tour du monde des idées » sur France Culture.

  • 1
    Anne Ghys:

    J’apprécie énormément vos publications.
    Vous demandiez si quelqu’un aurait accès tout l’article. Oui, moi et je vous donne le lien avec plaisir :
    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/12/22/31002-20161222ARTFIG00164-brice-couturier-pour-prevenir-les-attentats-inspirons-nous-de-ce-qui-reussit-en-israel.php

    Meilleurs vœux pour cette fin d’année















  • '