eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Pierre-Antoine Delhommais : Ce que Polony et Zemmour ne veulent pas voir

Posté le jeudi 20 octobre 2016 par James

le-point-n_2301-13-au-19-octobre-2016_page_1

le-point-n_2301-13-au-19-octobre-2016_page_2

James @ 07:40
Catégorie(s): Mondialisation etPolitiques économiques


Laisser un commentaire


23 réponses à “Pierre-Antoine Delhommais : Ce que Polony et Zemmour ne veulent pas voir”

  • 23
    Letel:

    https://www.project-syndicate.org/commentary/free-trade-benefits-for-global-poor-by-bjorn-lomborg-2016-10?utm_source=Project+Syndicate+Newsletter&utm_campaign=cd005a1fb6-El_Erian_Toxic+Politics_23_10_2016&utm_medium=email&utm_term=0_73bad5b7d8-cd005a1fb6-104386165

  • 22
    Letel:

    OK, OK.
    Mais ça par exemple, c’est encore un cliché, un lieu commun : « Ton pamphlet est une fois de plus orienté par l’argent, seule valeur dans notre monde. »
    Et faux en plus (car certains clichés reflètent une vérité, mais pas celui-là), faux à mon niveau, et faux aussi au niveau général.

  • 21
    Lui:

    >Letel: « J’adore les poncifs et les clichés de ‘Lui’, on pourrait en faire un recueil de la connerie larmoyante et bien-pensante, rien n’y manque, tous les lieux communs. Flaubert avec son Dictionnaire des idées reçues aurait été ravi. Ou il aurait mis tout ça dans Bouvard et Pécuchet. »
    « La logorrhée bêta et naïve de Nuit debout, un échantillon gratiné. »

    Je partage malheureusement ton avis… Je ne prône nullement la réduction des inégalités qui, à mon avis et comme tu l’exposes, nécessaire à l’ordre « naturel ». Nous ne ne sommes pas égaux et ce serait un errreur, présomptueux de ma part de croire le contraire.
    J’essayais simplement de parler de pleine conscience, de mesure en toutes choses et non de commune mesure. Maintenant don pamphlet est une fois de plus orienté par l’argent, seule valeur dans notre monde.
    Il m’apparaît que tu n’as pas saisi mon message, mais c’est là ma « faute ». Il est extrêmement difficile de mettre des mots sur un ressenti, une pensée consciente et corporelle sans travestir l’idée…

    Pour revenir au sujet, les gouvernants actuels (et moins actuels pour beaucoup) n’adopte plus la position « princière ». Je m’explique: si le prince a des privilège c’est pour être détacher des contingences du peuple, non pour se faire plaisir. Cites moi un seul politique, de nos jours, qui souhaite devenir président, non pour présider et gouverner, mais pour réellement apporter Croissance et Fortune à son peuple en oubliant les richesses ?
    Ce n’est, à mon avis, pas le système qui est mauvais qu’il axé sur la capitalisation ou la mise en commun. Il s’avère travesti dans l’enfermement idéologique (-isme) de ses primes-appliquants (-istes) qui ont un égo fourvu et suffisament suffisant pour ne pas consiédérer l’égalité d’Être quant au droit de vie. Bien sûr la part individuelle n’est pas exclue de ma présentation. Si les hautes sphères sont occupés par des squatteurs, le bas d’échelle trouve de son côté qu’il est préférable de cracher sur le système plutôt que de se remettre en question soi-même, et de vivre en conscience. (cf. « soumission à l’autorité » expérience de Milgram,1963 )

    « Si tu espères le changement, commences par changer toi-même (Gandhi) »
    ce n’est pas un messi, un politique ou tout autre énergumène qui se veut supérieur qui va apporter un « mieux » au monde.

    Après, ce que tu mets en avant n’est qu’un constat qui n’est pas faux, mais qui n’est qu’une vérité parmis tant d’autres (sur le même sujet) qui viens composer et étayer la Vérité idéale et objective mais inaccessible car trop complexe à mettre en modèle/mots.

    Tu vois, le travestissement de cette idée finirait peut-être chez Flaubert… Mias ce serait-là un trop grand honneur fait à mon palabre, venant lui conférer une importance démesurée… Je n’aligne que des mots et en cela ils ne seront jamais réellement ce que je comprends, vie et ressends..

  • 20
    Letel:

    > Ce n’est pas la dictature en tant que tel qui a stimulé la croissance c’est juste due à sa décision d’avoir ouvert l’économie du pays au commerce mondial

    Pas la dictature, non, l’abandon du socialisme réel. Le passage à l’économie capitaliste de marché, qui a permis justement de profiter du dynamisme du commerce mondial, avec une croissance des exportations dépassant tout ce qu’on avait vu jusque-là dans l’histoire. Mais sans le changement de système, cela n’aurait pas été possible, la preuve : la Chine de Mao n’a jamais rien exporté comme produits manufacturés courants sur une large gamme, empêchée qu’elle en était par son système rigide d’économie planifiée et son interdiction de toute initiative, de toute entreprise privée.

  • 19
    Letel:

    > Pour le parti communiste sa définition n’est pas fausse puisque l’autoritarisme du régime existe encore en matière de liberté politique et d’expression

    Ben oui, c’est le propre des dictatures, communistes ou non. Les dictatures communistes appliquent le socialisme réel (collectivisation + plan central), la Chine a abandonné les deux, c’est donc une dictature dans une économie capitaliste de marché, le parti peut s’appeler communiste, ça ne change rien aux structures économiques du pays, les seules qui comptent, et qui permettent de définir une économie. Le nom importe peu, il pourrait tout aussi bien s’appeler parti nationaliste, ce serait pareil.

  • 18
    Letel:

    > des millions de chinois de la chine rurale exclus de la croissance économique

    Ils sont beaucoup plus pauvres que les citadins c’est sûr, mais ils ne sont nullement exclus de la croissance économique, il faut bien que les citadins se nourrissent, et ils achètent aux paysans. D’une façon générale, les réformes de Deng en 1979 ont libéré l’agriculture, mis fin aux fermes d’Etat, rendu la liberté des prix aux paysans, et leur autonomie de décision, ils en ont profité, la production s’est élevée en flèche, et leurs revenus avec. Misérables et affamés sous Mao, ils vivent infiniment mieux depuis plus de trente ans. Reste une grande réforme à faire : leur donner la propriété de la terre, mettre en place un marché de la terre, où la terre, facteur de production, puisse s’échanger librement.

  • 17
    D.J:

    @ Letel,

    Je ne vais répondre à tout les points de vos deux commentaires vu que sur la forme je suis d’accord avec vous. Mais je nuancerais un peu le cas chinois même si dans les grandes lignes on s’y rejoint.

    Quand je parle d’inégalité en Chine je veut parler de ces millions de chinois de la chine rurale exclus de la croissance économique qui est surtout concentré dans les grandes villes du pays et que ces pauvres sont aussi victime de la corruption des autorités locales et de l’exclusion de millions d’enfants non scolarisés et non déclaré aux autorités puisque né illégalement dont les parents n’avaient respecté la loi de l’enfant unique.

    Pour le parti communiste sa définition n’est pas fausse puisque l’autoritarisme du régime existe encore en matière de liberté politique et d’expression notamment avec internet sans cesse censuré et des médias contrôlé par le pouvoir politique. Pour l’économie je dirais communiste à demi. Quand même 144ème mondial dans le classment de l’indice des libertés économiques. Economies moins libre que le Pakistan ou le Togo.

    http://www.heritage.org/index/ranking

    La Chine est comme vous l’avez dit est un capitalisme et un marché orienté par l’état et non pas par le libre marché dont les crédits bancaires sont pour la plupart réservés aux entreprises publiques ou aux entrepreneurs appartenant au parti au pouvoir. Il ne reste que les miettes pour les entrepreneurs privés moteur essentielle à l’innovation et à l’économie de marché.

     » La dictature en Chine a très bien réussi à stimuler la croissance et à réduire la pauvreté  »

    Ce n’est pas la dictature en tant que tel qui a stimulé la croissance c’est juste due à sa décision d’avoir ouvert l’économie du pays au commerce mondial et à son ouverture aux investissements et capitaux étrangers. Preuve que même dans des dictatures le capitalisme fait reculer la pauvreté et fait créer de la croissance et modernise des mégapoles. Tout comme Pinochet n’avait rien d’un libéral mais qui avait eu la présence d’esprit de demander à des économistes de l’école de Chicago d’instaurer une économie de marché dans le pays. Une économie qui n’a pas été remis en cause par ses successeurs et qui explique pourquoi le Chili est l’une des meilleurs économie du continent sud-américain.

    Mais pour la Chine c’est une réussite qu’à demis. Bien que la chine feraient figure de première puissance économique mondial par son calcul du PIB la Chine reste que 22ème des pays les plus compétitifs de la planète.

    D.J

  • 16
    Letel:

    « Le vrai trésor est intérieur. »

    🙂

  • 15
    Letel:

    La logorrhée bêta et naïve de Nuit debout, un échantillon gratiné.

  • 14
    Letel:

    J’adore les poncifs et les clichés de ‘Lui’, on pourrait en faire un recueil de la connerie larmoyante et bien-pensante, rien n’y manque, tous les lieux communs. Flaubert avec son Dictionnaire des idées reçues aurait été ravi. Ou il aurait mis tout ça dans Bouvard et Pécuchet.

  • 13
    Letel:

    > Si la Chine reste très inégalitaire et que la pauvreté surtout rurale est conséquente c’est parce que c’est encore une dictature en main d’un parti communiste.

    Je ne crois pas, non. La croissance n’a rien à voir avec le régime politique. Voir Pinochet également, dictature ET croissance économique rapide. La dictature en Chine a très bien réussi à stimuler la croissance et à réduire la pauvreté, en passant au capitalisme de marché, raison principale de ce succès. Le fait que le parti au pouvoir s’appelle ‘communiste’ ne signifie plus rien, ce n’est pas une économie communiste. Il pourrait tout aussi bien s’appeler Parti des joueurs de boule de Pékin, ce serait exactement pareil. C’est un capitalisme de marché, orienté par l’Etat, mais un capitalisme de marché quand même, un peu comme la France après la guerre, avec son plan, ses secteurs nationalisés, sa politique industrielle, son contrôle des changes, ses orientations fixées par les pouvoirs publics.

  • 12
    Letel:

    > Si la Chine reste très inégalitaire et que la pauvreté surtout rurale est conséquente c’est parce que c’est encore une dictature en main d’un parti communiste.

    Je ne crois pas, non. La Chine est devenue plus inégalitaire quand elle a adopté l’économie de marché en 1979 et le capitalisme à partir des années 2000, mais c’est une bonne chose, le résultat a été une réduction massive de la pauvreté. Ce que la gauche ne veut pas comprendre, c’est que la réduction des inégalités et la réduction de la pauvreté sont deux objectifs différents, et antinomiques. Si vous réduisez les inégalités, vous augmentez la pauvreté, parce que vous supprimez les incitations, et donc le dynamisme de la société, vous tuez la croissance et aggravez la pauvreté. Si vous laissez les inégalités croître, comme en Chine en 1979, vous créez des incitations, à produire, à innover, à gagner de l’argent, à vous élever dans l’échelle sociale, et vous stimulez la croissance, donc vous réduisez la pauvreté de masse. Ca a été constaté partout : l’Argentine, un des pays les plus riches du monde après la guerre, a tué son économie avec les redistributions de Peron et Evita, elle est devenue un pays du tiers monde. La Chine sous Mao et la Chine sous Deng. Tous les pays d’Afrique qui ont choisi le socialisme réel et se sont enfoncés dans la misère : Ethiopie, Guinée, Madagascar, etc. La Corée du Nord vs la Corée du Sud.
    En bref, l’objectif numéro 1 devrait être la réduction de la pauvreté, jamais la réduction des inégalités. Idée impossible à comprendre pour les crétins gauchistes, et la gauche en général, sauf la gauche social-libérale.

  • 11
    Lui:

    >Cédric: Gars, ne décourages pas, continue à espérer, tu n’es pas seul ! (Zemmour ? Polony ? Qui sont-ils ? Qu’engagent-ils pour « Enrichir » le peuple?)

    >Letel & D.J.: Et voilà la connerie d’un mondial-ISME (contrôle des foules) qui s’exprime une fois plus à merveille… Ton sarcasme n’arrange rien et ne fait pas évoluer le débat… la richesse de Cuba c’est le partage, le reconditionnement des déchets, le non-gaspillage… dynamique de développement durable mettant en jeu/mouvement l’intelligence… Pour les peuples dits commun-ISTEs c’est l’état qui fait du profit sur le dos des citoyens (le réel esprit de mise en commun s’appelerait un esprit commun-IQUE…) et qui de ce fait ne communique plus (ou a outrance pour ne rien dire)….
    Maintenant Letel, je t’invite à sortir de la facilité de profiter, de faire du fric sur le dos des autres et à t’ouvrir à la Nature… Le « blé » est apatride tout comme la connerie qui est universelle. Réfléchis par toi même au lieu de gober et de recracher des idées qui vont mener notre Terre droit à la ruine. La richesse ce n’est pas amasser des « biens » matériaux. La richesse de l’homme c’est l’ouverture, le partage, l’écoute, la disponibilité… (liste non exhaustive)
    Et sache de surcroît que la croyance/foi en un dieu n’y est pour rien en ces valeurs. Même si les seules choses qui semblent avoir de la valeur à TES yeux sont pécunières…

    Triste constat d’un monde, d’une humanité qui s’appauvrit… tout en amassant des nouvelles richesses… Tu es creux, vide et as besoin de te remplir la pense de futilités… Economiste dans ton discours, tu en oublies ce qu’est la réelle Economie. Tu juges les autres sur 3 phrases mais quand juges-tu ta propre pensée? Mea culpa, tu ne penses pas… tu te remplies la panse !

    Fermes les yeux, ouvres ton être, ton coeur et tu comprendras que donner, partager et accepter de recevoir en retour ce n’est pas attendre son dû, ni prendre « sa part du butin ». Je désespère d’entendre constament la connerie du : »il faut gagner sa vie ». La vie tu l’as, ne la gaspilles pas, tu vends ta vie contre du fric.

    Le vrai trésor est intérieur mais, au risque de me répéter… je constate, malheureusement, que tu es, comme tous ces -istes (prédicateurs d’une idéologie quelle qu’elle soit), vide, allez j’ose, que tu es creux et sans substance !!! Tu as oublier ce qu’est Être heureux même lorsque tu es mécontent…

    Pendant longtemps le français était la langue des philosophes et du droit, de la liberté de penser et de la défense de l’individu et c’est à cause des imbéciles dans ton genre qui amalgament, extrapolent, vulgarisent à outrance non pour comprendre simplement mais pour juger facilement que notre belle langue s’appauvrit… Je ne te remercie pas pour ta contribution au normalisme, à la « platitude » et à la disparition de l’intelligence sceptique et gnostique… (intelligence = inter/legere => faire des liens, mettre en commun, partager…)

    La mondialisation est une erreur… le monde n’a pas besoin d’être « mondialiser ». La parole est une arme, la politique du mensonge et le mensonge est une cartouche… alors avant de dire des conneries qui risquent de blesser (non pas moi, peut-être pas le Cédric non plus mais) nos enfants, les sociétés à venir, commence par te taire et re-fléchir ce que tu vois afin de, peut-être t’éveiller et prendre conscience de la misère dans laquelle le fric t’enferme et à travers laquelle tu enfermes autrui (peut-être même bien malgré toi)…

  • 10
    Lui:

    >Cédric: Gars, ne décourages pas, continue à espérer, tu n’es pas seul ! (Zemmour ? Polony ? Qui sont-ils ? Qu’engagent-ils pour « Enrichir » le peuple?)

    >Letel: Et voilà la connerie d’un mondial-ISME (contrôle des foules) qui s’exprime une fois plus à merveille… Ton sarcasme n’arrange rien et ne fait pas évoluer le débat… la richesse de Cuba c’est le partage, le reconditionnement des déchets, le non-gaspillage… dynamique de développement durable mettant en jeu/mouvement l’intelligence… Pour les peuples dits commun-ISTEs c’est l’état qui fait du profit sur le dos des citoyens (le réel esprit de mise en commun s’appelerait un esprit commun-IQUE…) et qui de ce fait ne communique plus (ou a outrance pour ne rien dire)….
    Maintenant Letel, je t’invite à sortir de la facilité de profiter, de faire du fric sur le dos des autres et à t’ouvrir à la Nature… Le « blé » est apatride tout comme la connerie qui est universelle. Réfléchis par toi même au lieu de gober et de recracher des idées qui vont mener notre Terre droit à la ruine. La richesse ce n’est pas amasser des « biens » matériaux. La richesse de l’homme c’est l’ouverture, le partage, l’écoute, la disponibilité… (liste non exhaustive)
    Et sache de surcroît que la croyance/foi en un dieu n’y est pour rien en ces valeurs. Même si les seules choses qui semblent avoir de la valeur à TES yeux sont pécunières…

    Triste constat d’un monde, d’une humanité qui s’appauvrit… tout en amassant des nouvelles richesses… Tu es creux, vide et as besoin de te remplir la pense de futilités… Economiste dans ton discours, tu en oublies ce qu’est la réelle Economie. Tu juges les autres sur 3 phrases mais quand juges-tu ta propre pensée? Mea culpa, tu ne penses pas… tu te remplies la panse !

    Fermes les yeux, ouvres ton être, ton coeur et tu comprendras que donner, partager et accepter de recevoir en retour ce n’est pas attendre son dû, ni prendre « sa part du butin ». Je désespère d’entendre constament la connerie du : »il faut gagner sa vie ». La vie tu l’as, ne la gaspilles pas, tu vends ta vie contre du fric.

    Le vrai trésor est intérieur mais, au risque de me répéter… je constate, malheureusement, que tu es, comme tous ces -istes (prédicateurs d’une idéologie quelle qu’elle soit), vide, allez j’ose, que tu es creux et sans substance !!! Tu as oublier ce qu’est Être heureux même lorsque tu es mécontent…

    Pendant longtemps le français était la langue des philosophes et du droit, de la liberté de penser et de la défense de l’individu et c’est à cause des imbéciles dans ton genre qui amalgament, extrapolent, vulgarisent à outrance non pour comprendre simplement mais pour juger facilement que notre belle langue s’appauvrit… Je ne te remercie pas pour ta contribution au normalisme, à la « platitude » et à la disparition de l’intelligence sceptique et gnostique… (intelligence = inter/legere => faire des liens, mettre en commun, partager…)

    La mondialisation est une erreur… le monde n’a pas besoin d’être « mondialiser ». La parole est une arme, la politique du mensonge et le mensonge est une cartouche… alors avant de dire des conneries qui risquent de blesser (non pas moi, peut-être pas le Cédric non plus mais) nos enfants, les sociétés à venir, commence par te taire et re-fléchir ce que tu vois afin de, peut-être t’éveiller et prendre conscience de la misère dans laquelle le fric t’enferme et à travers laquelle tu enfermes autrui (peut-être même bien malgré toi)…

  • 9
    D.J:

     » Comme si les personnes les plus pauvres de la planète vivait dans des sociétés libérale et mondialisé.  »

    Quand des pays pauvres non libéraux s’ouvrent au commerce mondiale il y a automatiquement recule de la pauvreté. La Chine n’est pas une économie libérale, mais une économie capitaliste d’état. Mais sa pauvreté a fortement reculé parce qu’elle a pris le train de l’économie mondialisée. Si la Chine reste très inégalitaire et que la pauvreté surtout rurale est conséquente c’est parce que c’est encore une dictature en main d’un parti communiste. La Corée du Nord qui reste totalement fermée et hermétique à l’économie mondialisée cultive que de la pauvreté.

    D.J

  • 8
    Letel:

    La connerie de cedric, très représentative de la connerie gauchiste franchouille.

  • 7
    Letel:

    > Comme si les personnes les plus pauvres de la planète vivait dans des sociétés libérale et mondialisé.

    Ben oui, y’a qu’à ouvrir les yeux, les plus riches vivent dans les sociétés non libérales comme la Corée du Nord, Cuba et le Venezuela…

  • 6
    Letel:

    > pas d’arguments quant à la corrélation entre la baisse de la pauvreté et le libéralisme

    Mais non, voyons, c’est le féodalisme, le corporatisme, le fascisme ou le communisme qui ont permis de réduire la pauvreté dans le monde, certainement pas le libéralisme économique ni la mondialisation libérale, qui n’ont fait que l’aggraver partout où ils sont passés…

  • 5
    cedric:

    <pas crédible comme article pourquoi parler de Zemmour et Polony… Le fond le fond est pourtant intéressant, la forme lamentablement digne du point.Pas d'arguments quant à la corrélation entre la baisse de la pauvreté et le libéralisme…
    Comme si les personnes les plus pauvres de la planète vivait dans des sociétés libérale et mondialisé.

  • 4
    James:

    Je pense que, comme Zemmour est anti-libéral et qu’il a fait récemment l’actualité avec ses propos, Delhommais a trouvé là une occasion de le viser plus particulièrement.

  • 3
    Letel:

    Pour son antimondialisme et son antilibéralisme. L’embarras du choix, c’est vrai. Sans doute à cause de l’ omniprésence médiatique de Mr Z.

  • 2
    JFM:

    Mouais. Pourquoi est-ce qu’il donne précisément Zemmour comme exemple? Pourquoi alors qu’il n’ya que l’embarras du choix?

  • 1
    Letel:

    🙂
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684