eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Bob Dylan et la prophétie Clinton

Posté le vendredi 14 octobre 2016 par sil

hillary-clinton-prophecy-bob-dylan

Blague à part, j’avoue que les cris d’orfraie suscités par le prix Nobel de littérature attribué à Bob Dylan me laissent un peu sourd. Bien des chansons racontent à la fois de manière moins bavarde et bien plus transportante, des histoires merveilleuses ou poignantes.

D’ailleurs, il va falloir que papi Finkie (voir vidéo ci-après) se fasse à l’idée qu’un auteur de textes hip-hop décroche un jour le même prix. C’est que parmi les textes qui m’auront le plus marqué figurent ceux des plus éminents membres de cette racaille littéraire 🙂

Je sens que je vais le tuer, là…

sil @ 05:48
Catégorie(s): Mémé Bookine


Laisser un commentaire


13 réponses à “Bob Dylan et la prophétie Clinton”

  • 13
    madimaxi:

    « Finkie est un ignare. » (Sitt)

    Disons, il est perfectible. Il est en droit de ne pas répondre à une question dont il ignore tout. Que celle-ci n’entre pas dans son domaine de compétence. Que celle-ci ne fait pas partie de ses centres d’intérêts. Finkie n’en est pas capable. Il a avis sur tout. Même sur ma choucroute d’avant hier. Bien dommage.

    Bien d’accord avec vous, Sitt et Letelou, à tout bien prendre et voyager sac léger, j’opterai pour un recueil en fascicule de Bob Dylan au détriment des pavés Le Clezio&Modiano.

  • 12
    Gérard Pierre:

    C’est moi que je suis l’écrivin qu’on vous a causé et je postule pour le pris nobel de l’ânée prochaine !

  • 11
    Marock:

    En résumé, les aztéques fritent l’ español.

  • 10
    JFM:

    Je me souviens d’un roman écrit à la première personne qui se passe chez les Aztèques au moment de l’arrivée des Espagnolsoù le narrateur/héros nous oublie soigneusement de parler des Tlazcaltèques lequels ont permis à Cortez de sécuriser ses lignes de communication, de cerner Mexico et de mener les combats maison par maison qu’il a fallu livrer.et dans lesquels la supériorité technologique perdait une bonne importante de son importance. Que Cortez avait besoin non seulement de qualité mais aussi de nombre et que ce sont les peuples victimes des Aztèques qui le ont fourni

    Comme anecdote il dit que les prêtres Aztèques ne se lavent pas de toute leur existence (ça plus l’odeur du sang je vous laisse deviner) mais ce sont les Espagnols, que pourtant dans le roman on voit se baigner qui puent. Bref un livre tout simplement raciste.

  • 9
    Letel:

    Un autre exemple, Libération.

  • 8
    Letel:

    Son bouquin sur le Mexique est typique, une longue tentative de justification des horreurs commises par les Aztèques (sacrifices humains, cœurs de personnes vivantes arrachés au couteau d’obsidienne et autres joyeusetés) et une descente en flamme de tout ce que les Européens ont apporté (notamment un terme mis aux abominations d’une culture barbare), c’est la repentance à l’état pur en permanence, la haine de sa propre civilisation. Il est l’un des artisans de ce culte bobo de la repentance qui coule l’Europe depuis des décennies, et en particulier maintenant, alors qu’elle est confrontée à un assaut général. La moitié de la population est faite de crétins formés par des Le Clezio et autres, qui sont sans arrêt en train de justifier, d’expliquer, de donner de fausses raisons (« déséquilibré »), de brouiller les pistes, de détourner l’attention, etc. L’archétype de cette pensée suicidaire est un magazine comme Télérama, qui répète en gros depuis des lustres : « Oh comme vous avez raison, vous les islamistes, nous avons été si méchants, venez nous égorger ! »

    https://www.amazon.fr/R%C3%AAve-mexicain-Pens%C3%A9e-interrompue/dp/2070326802

  • 7
    Letel:

    Excellent, SB. 🙂 Le Clezio est un politiquement correct comme on en fait peu. Ses romans tombent des mains en plus, mortellement ennuyeux. Quant à Modiano, c’est ectoplasmique, comme le personnage.

  • 6
    sil:

    « Les troubadours et les trouvères, la Chanson de Roland, les Lais de Marie de France: tous chantés!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

    Eh oui !!!!!!!!!! L’une des plus anciennes et principales sources de notre production culturelle occidentale… n’est-ce pas Homère ?!?

  • 5
    Sittingbull:

    Et Finkie l’a fermé quand les médiocres Le Clezio et Modiano ont reçu un Nobel.
    Il y avait pourtant de quoi s’indigner…

  • 4
    Sittingbull:

    Les troubadours et les trouvères, la Chanson de Roland, les Lais de Marie de France: tous chantés!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Et tous méritant un prix Nobel posthume.
    Finkie est un ignare.

  • 3
    rocardo:

    Génial,le Finkie,une fois de plus!
    En même temps,Finkie,Zimmerman,Roth,on reste dans des affaires de famille,là.(pas taper,j’déconne,je m’entraîne pour mon immersion au FN)

  • 2
    Letel:

    Villon, c’est pas de la littérature ? Il faudrait revoir tous les Lagarde et Michard, ainsi que toutes les anthologies de la poésie française, alors, française et autre.

  • 1
    James:

    C’est que parmi les textes qui m’auront le plus marqué figurent ceux des plus éminents membres de cette racaille littéraire

    Pareil que toi. Mais au risque d’être le seul ici, je suis plutôt de l’avis de Finkie. Je pense, en effet, qu’il y avait des gens comme Roth ou Kundera qui étaient amplement méritants.

    Cependant, je crois que le fond du problème réside dans ce cas chez le comité Nobel; il faudrait que ce dernier cesse alors d’appeler ce titre Nobel de littérature. Ainsi, le comité pourrait étendre ces prix à plusieurs catégories…
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684