eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

First date: Vous avez dit culte de la personnalité ? (Spot the error: Obama hasn’t even left office, but in supposedly racist America the hagiography has definitely begun)

Posté le lundi 26 septembre 2016 par Admini

soutsidewithyouobamaplaquekiss

Cherchez l’erreur !

Plaque commémorant le premier baiser présidentiel,  sortie de pas moins de deux films de Hollywood six mois avant la fin du deuxième mandat du président, articles du New York Times célébrant le coucher présidentiel ou se lamentant de son départ, sondages pour une fin de 2e mandat stratosphériques …

A l’heure où, si l’on en croit nos petits écrans et nos unes de journaux, certaines rues américaines, victimes du racisme policier sont à feu et à sang …

Et que comme pour l’élimination de Ben Laden, c’est au messie noir de la Maison Blanche que revient le mérite de l’ouverture du musée des horreurs racistes dont le président Bush avait signé l’ordre de construction en 2003 …

Comment ne pas être émerveillé …

Entre les panégyriques de Hollywood et les dithyrambes du New Yort Times ou de Youtube …

Alors que suite tant à l’indécision qu’aux décisions catastrophiques ou à l’aveuglement du soi-disant chef du Monde libre face à la menace islamiste …

Le Moyen-Orient comme certaines de nos rues à l’occasion sont elles réellement à feu et à sang …

De l’incroyable capacité de storytelling du premier président américain noir et plus rapide prix Nobel de l’histoire …

Comme de la non moins incroyable capacité d’aveuglement volontaire de ceux qui sont censés nous informer ?



Laisser un commentaire


4 réponses à “First date: Vous avez dit culte de la personnalité ? (Spot the error: Obama hasn’t even left office, but in supposedly racist America the hagiography has definitely begun)”

  • 4
    jc durbant:

    QUI NOUS DELIVRERA DE LA PESTE OBAMA ?

    « I want to be respectful of the office and give the president-elect an opportunity to put forward his platform and his arguments without somebody popping off in every instance. But (…) As an American citizen who cares deeply about our country, if there are issues that have less to do with the specifics of some legislative proposal but go to core questions about our values and our ideals, and if I think that it is necessary or helpful for me to defend those ideals, I’ll examine it when it comes.

    Barack Hussein Obama

    « I came in as the economy was in flow fall and although I took the right steps to save the economy, in my midterm election of 2010 people couldn’t yet see the recovery and not surprisingly the president’s party got punished. We lost control of a lot of not just Congressional seats but also governorships and state legislative seats and that happened to be the year that the census was done and you start doing redistricting. And so those Republicans took advantage of political gerrymandering to lock in majorities even though in a numerous subsequent elections Democrats have actually cast more votes or more votes have been cast for Democratic Congressional candidates than Republicans and yet you end up having large Republican majorities. So there are just structural problems we have to deal with. But, look, you can’t make excuses about the rules. That’s the deal and we have to do better. »

    Barack Hussein Obama (merci james)

  • 3
    James:

    Going into Monday night’s debate, Obama’s team is feeling that same anxiety expressed by some top Hillary Clinton aides: maybe the country isn’t what they thought, maybe the resistance to Obamacare and gay marriage and the progress they’re so proud of is broader than the vocal fringe they’ve always dismissed. Maybe, the president’s aides – current and former – now concede, they’re going to have to live with the fact that Trump could end up in the Oval Office in part due to a backlash against Obama.

  • 2
    JFM:

    Le petit père des peuples Noirs.

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    C’est ça, l’Ouest, monsieur le sénateur: quand la légende devient réalité, c’est la légende qu’il faut publier.

    Maxwell Scott (journaliste dans ‘L’Homme qui tua Liberty Valance’, John Ford, 1962)

    Tout ce qu’on sait, c’est qu’on en sait très peu sur Barack Obama et que ce qu’on sait est très différent de ce qui est allégué. Tous les présidents ont leurs mythographies, mais ils ont également un bilan et des experts qui peuvent distinguer les faits de la fiction. Dans le cas d’Obama, on ne nous a nous jamais donné tous les faits et il y avait peu de gens dans la presse intéressés à les trouver. Comme le dit Maxwell Scott dans L’homme qui a tué Liberty Valance, ‘quand la légende devient fait, c’est la légende qu’il faut imprimer’.

    Victor Davis Hanson

    Apart from other unprecedented aspects of his rise, it is a geographical truth that no politician in American history has traveled farther than Barack Obama to be within reach of the White House. He was born and spent most of his formative years on Oahu, in distance the most removed population center on the planet, some 2,390 miles from California, farther from a major landmass than anywhere but Easter Island. In the westward impulse of American settlement, his birthplace was the last frontier, an outpost with its own time zone, the 50th of the United States, admitted to the union only two years before Obama came along. Those who come from islands are inevitably shaped by the experience. For Obama, the experience was all contradiction and contrast. As the son of a white woman and a black man, he grew up as a multiracial kid, a « hapa, » « half-and-half » in the local lexicon, in one of the most multiracial places in the world, with no majority group. There were native Hawaiians, Japanese, Filipinos, Samoans, Okinawans, Chinese and Portuguese, along with Anglos, commonly known as haole (pronounced howl-lee), and a smaller population of blacks, traditionally centered at the U.S. military installations. But diversity does not automatically translate into social comfort: Hawaii has its own difficult history of racial and cultural stratification, and young Obama struggled to find his place even in that many-hued milieu. He had to leave the island to find himself as a black man, eventually rooting in Chicago, the antipode of remote Honolulu, deep in the fold of the mainland, and there setting out on the path that led toward politics. Yet life circles back in strange ways, and in essence it is the promise of the place he left behind — the notion if not the reality of Hawaii, what some call the spirit of aloha, the transracial if not post-racial message — that has made his rise possible. Hawaii and Chicago are the two main threads weaving through the cloth of Barack Obama’s life. Each involves more than geography. Hawaii is about the forces that shaped him, and Chicago is about how he reshaped himself. Chicago is about the critical choices he made as an adult: how he learned to survive in the rough-and-tumble of law and politics, how he figured out the secrets of power in a world defined by it, and how he resolved his inner conflicts and refined the subtle, coolly ambitious persona now on view in the presidential election. Hawaii comes first. It is what lies beneath, what makes Chicago possible and understandable. (…) « Dreams From My Father » is as imprecise as it is insightful about Obama’s early life. Obama offers unusually perceptive and subtle observations of himself and the people around him. Yet, as he readily acknowledged, he rearranged the chronology for his literary purposes and presented a cast of characters made up of composites and pseudonyms. This was to protect people’s privacy, he said. Only a select few were not granted that protection, for the obvious reason that he could not blur their identities — his relatives. (…) Keith and Tony Peterson (…) wondered why Obama focused so much on a friend he called Ray, who in fact was Keith Kukagawa. Kukagawa was black and Japanese, and the Petersons did not even think of him as black. Yet in the book, Obama used him as the voice of black anger and angst, the provocateur of hip, vulgar, get-real dialogues. (…) Sixteen years later, Barry was no more, replaced by Barack, who had not only left the island but had gone to two Ivy League schools, Columbia undergrad and Harvard Law, and written a book about his life. He was into his Chicago phase, reshaping himself for his political future …

    David Maraniss

    Nous ne sommes pas un fardeau pour l’Amérique, une tache sur l’Amérique, un objet de honte ou de pitié pour l’Amérique. Nous sommes l’Amérique !

    Barack Hussein Obama

    Ce n’est pas un musée du crime ou de la culpabilité, c’est un lieu qui raconte le voyage d’un peuple et l’histoire d’une nation. Il n’y a pas de réponses simples à des questions complexes».

    Lonnie Bunch

    Abraham Lincoln was long dead when John Ford polished the presidential halo in the 1939 film “Young Mr. Lincoln.” Mr. Obama hasn’t even left office, but the cinematic hagiography has begun.

    The NYT

    As this primary season has gone along, a strange sensation has come over me: I miss Barack Obama. Now, obviously I disagree with a lot of Obama’s policy decisions. I’ve been disappointed by aspects of his presidency. I hope the next presidency is a philosophic departure. But over the course of this campaign it feels as if there’s been a decline in behavioral standards across the board. Many of the traits of character and leadership that Obama possesses, and that maybe we have taken too much for granted, have suddenly gone missing or are in short supply. The first and most important of these is basic integrity. The Obama administration has been remarkably scandal-free. Think of the way Iran-contra or the Lewinsky scandals swallowed years from Reagan and Clinton. (…) Second, a sense of basic humanity. Donald Trump has spent much of this campaign vowing to block Muslim immigration. You can only say that if you treat Muslim Americans as an abstraction. President Obama, meanwhile, went to a mosque, looked into people’s eyes and gave a wonderful speech reasserting their place as Americans. He’s exuded this basic care and respect for the dignity of others time and time again. (…) Third, a soundness in his decision-making process. (…) Take health care. (…) President Obama may have been too cautious, especially in the Middle East, but at least he’s able to grasp the reality of the situation. Fourth, grace under pressure. (…) I happen to think overconfidence is one of Obama’s great flaws. But a president has to maintain equipoise under enormous pressure. Obama has done that, especially amid the financial crisis. (…) Fifth, a resilient sense of optimism. To hear Sanders or Trump, Cruz and Ben Carson campaign is to wallow in the pornography of pessimism, to conclude that this country is on the verge of complete collapse. That’s simply not true. We have problems, but they are less serious than those faced by just about any other nation on earth. People are motivated to make wise choices more by hope and opportunity than by fear, cynicism, hatred and despair. Unlike many current candidates, Obama has not appealed to those passions. No, Obama has not been temperamentally perfect. Too often he’s been disdainful, aloof, resentful and insular. But there is a tone of ugliness creeping across the world, as democracies retreat, as tribalism mounts, as suspiciousness and authoritarianism take center stage. Obama radiates an ethos of integrity, humanity, good manners and elegance that I’m beginning to miss, and that I suspect we will all miss a bit, regardless of who replaces him.

    David Brooks

    Le rituel du soir de Barack Obama n’est un secret pour personne : le président des États-Unis est un couche-tard. Ces quelques heures de solitude, entre la fin du dîner et l’heure de dormir, vers 1 heure du matin, sont celles où il réfléchit et se retrouve seul avec lui-même. De menus détails sur sa vie qui sont connus du public depuis plusieurs années. Alors pourquoi les raconter à nouveau ? pourrait-on demander au New York Times, et son enquête intitulée « Obama après la tombée de la nuit ». Parce que les lecteurs apprécient visiblement ces quelques images de l’intimité d’un président qui quittera bientôt la Maison Blanche. Deux jours après sa publication, l’article est toujours dans le top 10 des plus lus sur le site. Barack Obama a toujours été un pro du storytelling. Tout, dans l’image qu’il donne de lui-même, est précisément contrôlé, y compris les moments de décontraction. Pete Souza, le photographe officiel de la Maison Blanche, en est le meilleur témoin et le meilleur outil. Le professionnel met en avant l’image d’un président plus décontracté, en marge du protocole officiel, proche des enfants, jouant allongé par terre avec un bébé tenu à bout de bras ou autorisant un jeune garçon à lui toucher les cheveux « pour savoir s’ils sont comme les siens ». Dans cet article, c’est encore une fois l’image d’un homme décontracté, mais aussi plus sage et solitaire qu’à l’ordinaire, qui est travaillée. Et d’abord par l’introduction qui compare les habitudes nocturnes de Barack Obama à celle de ses prédécesseurs. « Le président George W. Bush, un lève-tôt, était au lit à dix heures. Le président Bill Clinton se couchait tard comme M. Obama, mais il consacrait du temps à de longues conversations à bâtons rompus avec ses amis et ses alliés politiques. » Là où Bill Clinton appréciait la compagnie jusqu’à tard dans la nuit, Barack Obama choisit la solitude réflexive. Pour enfoncer le clou, l’article cite alors l’historien Doris Kearns Goodwin : « C’est quelqu’un qui est bien seul avec lui-même. » (…) L’huile qui fait tourner les rouages d’un storytelling réussi, ce sont les anecdotes, inoffensives ou amusantes. Ici, on découvre celle des sept amandes que Barack Obama mange le soir. Les amandes montrent que le président a une hygiène de vie impeccable, qu’il n’a besoin de boissons excitantes ou sucrées pour tenir le coup. Et en même temps, le chiffre précis a quelque chose d’insolite, qui donne l’image de quelqu’un d’un peu crispé, qui veut tout contrôler. Mais pas trop. (…) Le portrait de Barack Obama, une fois la nuit tombée, soigne également l’image d’un bourreau de travail, perfectionniste et attaché aux détails. (…) Dans le même temps, il faut entretenir l’image de « Mister Cool » et continuer à travailler sur celle du père de famille. Barack Obama ne fait pas que travailler dans son bureau. Il se tient au courant des résultats sportifs sur ESPN et joue à Words With Friends, un dérivé du Scrabble sur iPad. Le « rituel du coucher » n’a plus vraiment de raison d’être maintenant que ses filles Malia et Sasha ont 18 et 15 ans, mais il reste la « movie night », la soirée cinéma de la famille, tous les vendredis soirs dans le « Family Theater », une salle de projection privée de 40 places. Avec le petit détail qui change tout : Barack et Michelle apprécient les séries ultra-populaires Breaking Bad ou Game of Thrones. Le procédé est efficace, et l’impression générale qui se dégage est celle d’un homme réfléchi, calme, solitaire.

    Le Monde

    George W. Bush avait signé en 2003 la loi créant le Musée national de l’Histoire et de la Culture Afro-Américaines, mais c’est au premier président noir du pays qu’est revenu le privilège de l’inaugurer ce samedi. Outre Barack et Michelle Obama, George W. et Laura Bush les élus du Congrès et les juges de la Cour suprême, quelque 20.000 personnes se sont rassemblées en milieu de journée sur le Mall de Washington, la grande esplanade faisant face au Capitole, au nombre desquelles tout ce que le pays compte de célébrités noires. Oprah Winfrey, qui a donné 20 millions de dollars, a eu droit à une place d’honneur. (…) Au-dessus de lui, le bâtiment de six étages, dessiné par l’architecte britannique d’origine tanzanienne David Adjaye, se dresse comme une couronne africaine de bronze face au Washington Monument (l’obélisque érigé en hommage au premier président des Etats-Unis), à l’endroit même où, il y a deux siècles, se tenait un marché aux esclaves. Son matériau, inspirée des textiles d’Afrique de l’Ouest, laisse passer la lumière et rougeoie au soleil couchant, créant une impression massive de l’extérieur et aérienne de l’intérieur. Il a fallu treize ans et 540 millions de dollars pour bâtir le dix-neuvième musée de la Smithsonian Institution et y rassembler plus de 35.000 témoignages de l’histoire des Afro-Américains, dont aucun aspect n’est occulté: ni la traite des esclaves, ni la ségrégation, ni la lutte pour les droits civiques, ni les réussites contemporaines, du sport au hip-hop et à la politique. La présidence de Barack Obama y est documentée dans l’un des 27 espaces d’exposition, non loin de la Cadillac de Chuck Berry ou des chaussures de piste de Jessie Owens. Mais le visiteur est d’abord invité à passer devant les chaînes, les fouets, les huttes misérables des esclaves, les photos de dos lacérés ou de lynchages (3437 Noirs pendus entre 1882 et 1851), ou encore le cercueil d’Emmett Till, tué à l’âge de 14 ans dans le Mississippi pour avoir sifflé une femme blanche en 1955. «Ce n’est pas un musée du crime ou de la culpabilité, insiste son directeur, Lonnie Bunch, c’est un lieu qui raconte le voyage d’un peuple et l’histoire d’une nation. Il n’y a pas de réponses simples à des questions complexes». Au moment où les marches de la communauté noire se répandent dans le pays pour protester contre les violences policières, Barack Obama a invité Donald Trump à visiter le Musée de l’Histoire et de la Culture Afro-Américaine. Le candidat républicain à sa succession a déclaré que les Noirs vivaient aujourd’hui «dans les pires conditions qu’ils aient jamais connues». Dans une interview vendredi à la chaîne ABC, le président a répliqué: «Je crois qu’un enfant de 8 ans est au courant que l’esclavage n’était pas très bon pour les Noirs et que l’ère Jim Crow (les lois ségrégationnistes, Ndlr) n’était pas très bonne pour les Noirs».

    Le Figaro

    Pas un soupçon d’intérêt historique (ou autre), tant cette romance cui-cui/cucul baigne dans l’eau de rose.

    Voici

    La machine hagiographique hollywoodienne n’a pas attendu le terme du second mandat de Barack Obama pour embaumer le 44e président des Etats-Unis dans sa propre légende. Pour cela, First Date n’emprunte pas les voies traditionnelles du biopic (biographie filmée), mais d’une comédie romantique se déroulant sur une seule journée : celle de 1989 où la future « First Lady » Michelle, alors jeune avocate à Chicago, tombe amoureuse du stagiaire de sa firme, l’humble, pondéré, clairvoyant, attentionné, plébiscité et prometteur Barack. Constitué d’une longue conversation entre les deux personnages, au gré des endroits qu’ils visitent, le film insiste sur leur élégance simple, leur aisance naturelle et la perfection de leur pedigree. Comme dans beaucoup de fictions américaines, la séduction se passe un peu comme un entretien d’embauche, où il s’agit moins de décocher les flèches de Cupidon que de cocher les cases d’un CV imaginaire rempli de bienséance et de respectabilité. Les dialogues en profitent pour énumérer les états de service, éléments biographiques et souvenirs officiels des personnages, en somme tout ce qu’il faut savoir des locataires de la Maison Blanche, à la façon d’une notice Wikipédia. Le tout est enrobé par la mise en scène dans un environnement lisse, soyeux, confortable, soigneusement aseptisé par les lumières douces et les couleurs pastel d’un climat ensoleillé. Les scènes se suivent sans remous : l’une au musée pour nous montrer que Barack est cultivé, l’autre dans sa paroisse de quartier pour prouver sa dévotion à la communauté et ses talents d’orateur, une autre encore au cinéma, devant Do the Right Thing, de Spike Lee, pour marquer son acuité de conscience. (…) Les armes émollientes de la comédie romantique contribuent à déréaliser ces figures politiques, pour en faire de petites marionnettes telles qu’en rêverait une parfaite midinette. Ce qui en dit long sur la manière dont on considère l’électeur démocrate dans les officines du cinéma indépendant.

    Le Monde

    Déjà ? Cinq mois avant leur départ de la Maison Blanche, Michelle et Barack Obama sont les héros d’un biopic qui retrace leur rencontre et leur histoire d’amour. (…) Un autre film, Barry, sur les années new-yorkaises du futur président, alors étudiant à l’université Columbia, sera présenté à la mi-septembre au Festival de Toronto (Ontario, Canada). Sans attendre que l’Amérique tourne la page avec l’élection présidentielle du 8 novembre, la légende cinématographique des Obama se construit déjà. L’histoire de la rencontre entre Barack et Michelle à Chicago (Illinois) est connue. Elle a été racontée par les intéressés eux-mêmes. C’était l’été 1989, en pleine canicule. Michelle Robinson, 25 ans, était avocate associée au cabinet juridique Sidley Austin, un début de carrière brillant pour cette fille d’employé municipal du « South Side », le quartier noir de la ville. Le stagiaire qui venait de lui être assigné pour l’été portait ce drôle de nom, Barack Obama. A 28 ans, il arrivait comme elle de la prestigieuse faculté de droit de Harvard. Michelle était assez sceptique – et caustique – sur les hommes. Dans un cabinet uniformément blanc, elle n’allait pas compromettre sa position en sortant avec le premier stagiaire venu. Barack a dû déployer tout son charme et quelques ruses pour la conquérir. (…) Dans le film, le récit est fidèle à la réalité, à quelques raccourcis près : c’est plus tard, et non le premier jour, que Barack a emmené sa « boss » à la réunion communautaire où il lui a fait la démonstration de ses talents politiques. Mais c’est effectivement devant le glacier Baskin-Robbins de Hyde Park qu’a été échangé ce jour-là le premier baiser (« Je l’ai embrassée et ça avait un goût de chocolat », a-t-il raconté à l’animatrice Oprah Winfrey). Depuis 2012, dans la cité de l’Illinois, une plaque commémore le « first kiss » au coin de Dorchester Avenue et de la 53e Rue. Du jamais vu dans la classe politique. (…) Pour les Noirs, qui ont peu de role models (« figures modèles ») dans les représentations cinématographiques, la vision d’un couple uni et d’une famille « ordinaire » est une bénédiction. Tika Sumpter arrive à peine à l’épaule de « Barack », alors que la First Lady mesure 1,80 m. Mais le film est un hommage à un couple qui a réussi à faire entrer toute la gamme du « cool » à la Maison Blanche. (…) Avec le Barry de Vikram Gandhi, ce sont les années pré-Michelle que les spectateurs vont pouvoir découvrir. 1981, une année torturée. Barack (Devon Terrell), qui se fait encore appeler Barry, est à la recherche d’une famille et d’une identité. Sa girlfriend de l’époque est une Blanche, Genevieve Cook (jouée par Anya Taylor-Joy), la fille d’un diplomate australien. Leur relation est compliquée par les incompréhensions raciales… Aujourd’hui, le président américain a encore cinq mois devant lui ; la date de passation de pouvoir est fixée au 20 janvier par la Constitution. Il y aura un dernier sommet du G20 en Asie, un dernier discours aux Nations unies (ONU), une dernière dinde graciée pour Thanksgiving. Mais la nostalgie a déjà envahi l’Amérique. Obama n’a jamais été aussi populaire. Depuis février, il dépasse les 50 % d’opinions favorables, ce qui ne lui était plus arrivé depuis l’hiver 2013.

    Le Monde magazine

    Such hagiography of our chief executives is not unheard of, but it’s also less common than you might think. The complicated portraits of presidents painted by Oliver Stone in Nixon (1995) and W. (2008)—sympathetic, to a point, but unsparing and occasionally unfair—are far more interesting than the offering to Obama’s cult of personality that Southside With You represents. John Ford’s Young Mr. Lincoln (1939) and Steven Spielberg’s Lincoln (2012) are perhaps the two most impressive examples of pure homage to the presidency. Young Mr. Lincoln in particular is a deft piece of filmmaking—as the booklet that comes with the Criterion Collection’s edition of the film notes, the legendary Soviet director Sergei Eisenstein once wrote that if he could lay claim to any American film, it would have been this one—which culminates in as powerful a sequence as any in film history. Honest Abe (Henry Fonda) has defended two brothers from a wrongful murder charge—first saving them from a lynch mob and then proving their innocence in court—and seen the grateful family off. A friend asks if he wants to come back to town. “No, I think I might go on a piece. Maybe to the top of that hill,” Lincoln replies, striding off into the sunset. As he crests the ridge and as the Battle Hymn of the Republic plays, the sky cracks and rain pours forth. He pushes on, into the rain, the lightning, the thunder. It’s a storm Lincoln will have to face alone, a storm similar to the one the nation faced when the film was produced in 1939. It’s not a subtle image, particularly, but it does hold up through the decades, a simple and powerful picture of a man with the weight of a nation on his shoulders. In its own way, the closing moments of Southside With You are also affecting. Barack Obama sits in a chair, smoking a cigarette, a book on his lap. He smiles, thinking of himself and his date. The storm clouds gather again—mass murder in Syria; a destabilized Middle East; a resurgent China and Russia—but you wouldn’t know it from the placid look on the future chief executive’s face. He is detached, concerned with his own affairs, his own place in the world. If that’s the impression Tanne was going for, well, to quote another president: Mission Accomplished.

    Free Beacon

    In a highly effective move, the will they/won’t they drama of Southside with You climaxes with an incident that very much did happen in real life—kinda. Hitting the movies to check out Spike Lee’s controversial new joint Do The Right Thing, the pair find themselves face to face with Michelle’s nightmare: a senior white partner from their law firm, who’s also come to check out the movie. Like Southside’s brief mention of Obama’s white girlfriend at Columbia, the name of the real partner is changed onscreen. “Avery” and his wife Laura were really lawyer Newton Minow and his wife Jo, who ran into the future Mr. and Mrs. Obama at the movies. (…) Unfortunately, the film uses him for its own dramatic purposes: to play up the racial and cultural frictions that theoretically gave Barack and Michelle common ground as two of the only African-Americans at the office, and to justify Movie Michelle’s fears that the older white men of Sidley Austin might lose respect for her as an attorney in her own right if she started dating Barack. Those racially-charged frustrations, portrayed purposefully onscreen by Sumpter, have not been expressed much by the real Michelle and Barack in interviews about their romance.

    Daily Beast

    Après avoir longtemps hésité, Michelle Robinson, associée dans un cabinet juridique, accepte finalement une invitation à sortir de Barack Obama, le stagiaire prometteur engagé pour l’été. Comme la jeune femme ne souhaite pas que leur soirée ressemble à un rendez-vous amoureux traditionnel, il décide d’emmener sa supérieure se promener dans différents endroits du Chicago de la fin des années 1980. Il espère profiter de ces moments informels pour apprendre à mieux la connaître. Durant leur balade, ils visitent l’institut d’art de la ville, où ils évoquent ensemble leur amour pour la poésie de Gwendolyn Brooks ou pour la peinture d’Ernie Barnes.

    Télérama

    Un jour de 1989, une avocate, Michelle, se fait inviter par un stagiaire prénommé Barack… On espère que le premier rendez-vous du futur président des Etats-Unis avec son épouse a été moins ennuyeux et moins pompeux que celui de leurs personnages sur l’écran. On en est même sûr. Sinon, ils se seraient quittés le soir même pour ne plus jamais se revoir…

    Pierre Murat
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684