eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Attentat de Nice: C’est les Israéliens dansants, imbécile ! (Damn if you do, damn if you don’t : Guess who got blamed again for rejoicing that the world would now understand them)

Posté le mardi 26 juillet 2016 par Admini

Le mythe des 4 000 Juifs absents du World Trade CenterRammingPosterVous souvenez-vous des Israéliens dansants ?

A l’heure où entre la France et l’Allemagne la série noire d’attaques islamistes (pas moins de six en à peine deux semaines)  …
Et malgré tant les dénégations de CNN (pas de lien entre elles mais pourquoi semblent-ils tous s’appeler – sauf rares exceptions – Mohamed ou Ali ?) …
Ressemble de plus en plus furieusement à une intifada …

Devinez sur qui, pour éviter de voir l’évidence qui désormais crève les yeux,  courent les rumeurs  les plus folles …

Pour Nice comme pour les autres attentats depuis ceux de Charlie hebdo …

Ou même depuis le 11 septembre avec sans compter ceux qui –  à 300 ou 400 près – avaient été « prévenus » …

Les fameux «Israéliens dansants» …

Coupables de s’être réjouits un peu tôt qu’Israël allait avoir «maintenant l’espoir que le monde nous comprendra» ?



Laisser un commentaire


34 réponses à “Attentat de Nice: C’est les Israéliens dansants, imbécile ! (Damn if you do, damn if you don’t : Guess who got blamed again for rejoicing that the world would now understand them)”

  • 34
    jc durbant:

    WHY CAN’T TRUMP ADMIT HE MISSPOKE ON 9/11 CHEERS AND THAT HE WAS WRONG TO MOCK A DISABLED REPORTER ? (And his enemies that there were probably 9/11 cheers in New Jersey ?)

    I watched when the World Trade Center came tumbling down. And I watched in Jersey City, New Jersey, where thousands and thousands of people were cheering as that building was coming down. Thousands of people were cheering.

    Donald Trump

    http://www.snopes.com/2016/07/28/donald-trump-criticized-for-mocking-disabled-reporter/

    There were people that were cheering on the other side of New Jersey, where you have large Arab populations. They were cheering as the World Trade Center came down. I know it might be not politically correct for you to talk about it, but there were people cheering as that building came down — as those buildings came down. And that tells you something. It was well covered at the time, George. Now, I know they don’t like to talk about it, but it was well covered at the time. There were people over in New Jersey that were watching it, a heavy Arab population, that were cheering as the buildings came down. Not good.

    Donald Trump

    Walter Zalisko, a former police officer in Jersey City, contacted The Fact Checker to say Farmer was wrong. He says he heard on the radio dispatch at the time that officers had found Middle Easterners “clapping and laughing” on a number of rooftops, even in one case knocking down a cardboard version of the Twin Towers. But he does not think a police report was filed. “It was at most a hundred people doing this,” he said, saying Trump’s description of “thousands and thousands” was an exaggeration.

    In Jersey City, within hours of two jetliners’ plowing into the World Trade Center, law enforcement authorities detained and questioned a number of people who were allegedly seen celebrating the attacks and holding tailgate-style parties on rooftops while they watched the devastation on the other side of the river.

    Serge F. Kovaleski and Fredrick Kunkle (NYT, September 18, 2001)

    https://www.washingtonpost.com/archive/politics/2001/09/18/northern-new-jersey-draws-probers-eyes/40f82ea4-e015-4d6e-a87e-93aa433fafdc/?tid=a_inl&utm_term=.f32830cda0ae

    A 26 July 2007 Reuters article appeared several years after the attacks, but incidentally provided a possible explanation for how Trump came to so firmly believe he saw non-existent footage:

    Paterson was shaken by the September 11 attacks. On that day, a report circulated on some radio stations and Internet sites that Muslims in Paterson had demonstrated in celebration. Paterson officials promptly issued a statement denying the report, and Muslim leaders insist it was pure fabrication.

    A 22 November 2015 Atlanta Journal-Constitution blog post (titled « What Donald Trump might have seen on 9/11. Hint: Not ‘cheering’ Arabs ») provided additional background as to related incidents which may have sparked the « cheering Muslims » rumor:

    Here’s the thing. As the towers came down, some people indeed saw a group of five — not thousands, but five — Middle Eastern men clowning around and photographing themselves in front of the burning towers from the New Jersey waterfront. They weren’t Arabs, and they weren’t Muslims.

    They were Israeli and Jewish – young men making asses of themselves, as some young men are wont to do. Perhaps not recognizing the import of what they were seeing.

    How do I know this? I tracked one of their friends down to Jesus’ hometown, two months after the attack[.]

    While many presumed Trump was outright lying or fabricated the claim (and others believed his version of events), a third compelling possibility remained. Trump (like many New Yorkers and Americans) was clearly exposed to erroneous, misattributed, or otherwise faulty information in the chaotic period after September 11th. Both internet and radio reports made mention of the rumor; suggesting possibly conflation, or a false memory:

    The findings suggest that repeated exposure to certain objects and events through sight, sound or just imagination can muddle people’s memories of where or how they experienced something or even whether their experience is real, conclude [researchers].

    As it turns out, muddled memories about the events of (and days after) 9/11 appeared to be exceptionally common among all Americans, not just the people stumping for a nomination. A 6 September 2011 Skeptic article (titled « How Accurate Are Memories of 9/11? Recollections of the circumstances of how we first heard of the 2001 terrorist attacks may feel extraordinarily vivid and true, but they are flawed ») examined long-term research into « flashbulb memories » of the event.

    Moreover, extant research generally attributed such conflations not to malice or deceit, but the alarming tendency of the human brain to stitch fractured recollections into a useful, cohesive narrative:

    There is no evidence that the mistaken accounts of either person were malicious or intentionally false. Studies of memories of traumatic events consistently show how common it is for errors to creep into confidently recalled accounts, according to cognitive psychologists.

    In short, it’s certainly possible Trump fabricated the story. However, the candidate’s spotty recollection of 9/11 was not unlike that of many of his fellow Americans, including President George W. Bush. Finally, Donald Trump himself has been the unwitting star of similar (albeit less emotionally fraught) widespread false memories:

    Even with a straight news story like this, a bit of manufactured memory has changed many people’s recall of the event. There are those who now swear they saw Donald Trump hand over an oversized, Ed McMahon-type check on TV. Likely this « Publisher’s Clearing House » mental image fits in better with our notion of how a celebrity would reward an ordinary fellow, hence the substituted memory…

    http://www.snopes.com/2015/11/22/donald-trump-cheering-911/

  • 33
    jc durbant:

    Quand ils dansent pas, c’est qu’ils sont tout simplement pas !

    Même en 2001, à 300 ou 400 près, ils avaient été prévenus !

    CHERCHEZ L’ERREUR !

    « L’attentat de Nice est le premier attentat en France au cours duquel des enfants ont été tués. »

    Najat Vallaud-Belkacem

    http://www.atlantico.fr/decryptage/est-que-pour-mme-najat-vallaud-belkacem-enfants-juifs-ne-sont-pas-enfants-2781259.html#rvEfSUK5jGAwGzwl.99

    «après l’assassinat de caricaturistes, après l’assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l’assassinat d’un couple de policiers, après l’assassinat d’enfants, de femmes et d’hommes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd’hui l’assassinat d’un prêtre célébrant la messe…».

    http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/TRIBUNE-Nous-Francais-et-musulmans-sommes-prets-a-assumer-nos-responsabilites-800095

  • 32
    jc durbant:

    « Les études universitaires dans le domaine des lettres ne conduisent comme on le sait à peu près à rien » …

    Oui, tout le monde ne devient pas (faut que je fasse attention a mes negations maintenant !) un Houellebecq …

    En fait, moi, c’etait plutot les sciences (D a l’epoque) …

    Qui ne m’ont d’ailleurs pas empeche de subir la dure loi de Allen …

  • 31
    jc durbant:

    Oui, « right on the money », comme toujours …

    Et il en paie d’ailleurs le prix fort, comme Rushdie ou d’autres, sous protection policiere depuis toutes ces annees …

    https://fr.gatestoneinstitute.org/7543/france-critiquer-islam

  • 30
    Letel:

    Si juste, Redeker :
    http://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2016/07/26/robert-redeker-terrorisme-islamiste-sepanouit-grace-a-mauvaise-conscience-de-france/

  • 29
    Zoubor:

    Je te pardonne très cher JC!
    Mais a une condition!
    Que tu te corriges et que tu emploies – enfin!!!- le  » ne » de la négation!
    En effet…
    Les « j’ai pas été » « le pouvoir marche pas » et autres expressions du genre NE sont PAS françaises…..
    Kapish?
    😀

  • 28
    Marock:

    Les études universitaires dans le domaine des lettres ne conduisent comme on le sait à peu près à rien, sinon pour les étudiants les plus doués à une carrière d’enseignement universitaire dans le domaine des lettres – on a en somme la situation plutôt cocasse d’un système n’ayant d’autre objectif que sa propre reproduction, assorti d’un taux de déchet supérieur à 95%.

  • 27
    Marock:

    Ah ! Les profs…

    J’ en étais sur.
    Je l’ ai été durbant quatre puis dix années. Métier horrible :
    Des étudiants super sympas, mais des collègues en dessous de tout.
    Dont le livre de chevet était le catalogue de la camif.

  • 26
    sil:

    « ça doit etre la deformation professionnelle et vous avez de la chance qu’on a pas de couleur sinon je risquerais de vous le faire en rouge ! » 😀

    😀 Ah ! Les profs 😀

  • 25
    Marock:

    Rien trouvé sur Marock. ?

  • 24
    jc durbant:

    Pour beef steak (rien trouve sur « Marock »), interessant aussi, en ce 950e anniversaire d’Hastings, ce nouvel exemple de la decidement maculee conception du francais mal prononce qu’est l’anglais avec ce mixte norrois-francais comme gentleman …

    Mais les plus interessants, c’est les mots qui font l’aller-retour comme budget de la bougette (pochette) du tresorier medieval francais.

    D’ou egalement leur grande richesse synonymique puisque comme par exemple pour notre etiquette, qu’on leur reprend en ticket, ils s’en gardent aussi la forme noble …

  • 23
    jc durbant:

    Redesole: ça doit etre la deformation professionnelle et vous avez de la chance qu’on a pas de couleur sinon je risquerais de vous le faire en rouge !

  • 22
    Letel:

    A propos de steak, le mot a été francisé, à une époque où le français ne s’inclinait pas systématiquement devant l’anglais, beaucoup d’orthographes ont donc cours : Steack, steck, bifteck, beef-steak, etc. Exemple, Joseph Kessel, « Les enfants de la chance », 1934, p. 234, éd. nrf : « Des huîtres, un steack bien poivré, champagne nature… »

  • 21
    James:

    Le non-francophone vous remercie d’ une telle sollicitude envers son égard.
    Ainsi donc vous pouvez modifier les posts qui n’ ont pas l’ heure d’ agréger à votre pendule personnelle ?

    Quelle phraséologie oiseuse et mal écrite… Il n’est guère étonnant que l’on ne saisisse pas le contenu de vos propos. Ce n’est pas agréger mais agréer.

    Autrefois on parlait de censure, de manipulation.
    Mais ce sont d’ anciens vocables.

    Vous rendez vous compte de la portée de votre aveu ?
    Pour la crédibilité d’ eXc ?

    Il vient de vous dire qu’il corrige essentiellement les fautes d’orthographe des commentateurs trop distraits afin d’améliorer la lecture de la conversation; et vous, vous y voyez un Watergate du web avec un cocktail de censure et de manipulation minant la crédibilité du site (sic). Du grand n’importe quoi ! Marock ou le Bob Woodward du pauvre.

    Fais-nous une faveur JC : évite, à l’avenir, de corriger les commentaires de Marock, que l’on constate à quel point son expression écrite est médiocre et défectueuse.

  • 20
    Marock:

    je reconnais qu’a l’occasion, je me permets de corriger les coquilles les plus criantes de certains des commentaires de mes billets venant de toute evidence de commentateurs non-francophones

    Le non-francophone vous remercie d’ une telle sollicitude envers son égard.
    Ainsi donc vous pouvez modifier les posts qui n’ ont pas l’ heure d’ agréger à votre pendule personnelle ?

    Autrefois on parlait de censure, de manipulation.
    Mais ce sont d’ anciens vocables.

    Vous rendez vous compte de la portée de votre aveu ?
    Pour la crédibilité d’ eXc ?

  • 19
    jc durbant:

    C’est la faute aux families recomposees, imbecile !

    http://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/attentat/attentat-saint-etienne-du-rouvray/pretre-tue-le-parcours-dabdel-malik-petitjean-le-deuxieme-terroriste-4391360

  • 18
    jc durbant:

    Ah, c’etait ça, le probleme ?

    Desole: oui, je suis effectivement en voyage et reduit a du materiel sans accents (sans compter cette maudite tablette qui se mele sans qu’on lui demande – et donc qu’on doit aussi systematiquement surveiller – de vous soi-disant corriger) et donc la, j’avais fait l’effort de les copier-coller mais ça prend un temps infini…

    Et mea culpa, je reconnais qu’a l’occasion, je me permets de corriger les coquilles les plus criantes de certains des commentaires de mes billets venant de toute evidence de commentateurs non-francophones ou meme des fois de mon ami zoubor mais j’espere qu’il m’en veut pas …

  • 17
    JFM:

    Dommage que personne ici ne s’appelle César.
    On aurait alors des Commentaires de César sur la guerre du MarocK

  • 16
    Letel:

    habilité 😉

  • 15
    Marock:

    Je suis calme.
    Je parlais de mon commentaire en §2 écrit hier soir, apparaissant parfaitement, et que j’ ai trouvé modifié ce jour, en même temps que le texte de JCD corrigé de son orthographe.
    Pas grave pour moi, mais grave pour ce site, il y a une faille : Quelqu’ un peut modifier les commentaires des intervenants.

    sans en comprendre le contenu., pas étonnant, il a été modifié.

    Mon style parfois un peu obscur, c’ est pour me faire de la peine ?
    Mon style est toujours et beaucoup obscur.
    A tel point que je ne me saisis plus. 😆

  • 14
    James:

    Tiens, le James avec son expression laborieuse.
    En sous fifre de JCD ? Qui n’ est pas assez grand pour répondre lui même ?

    En temps que publicateur, étes vous aussi abilité à modifié les commantaires des intervenants ?

    Non, cela ôterait tout l’aspect picaresque à votre personnage.

  • 13
    sil:

    Du calme Marock.

    On a des soucis de commentaires ces derniers temps.

    Je crains que personne n’a modifié votre commentaire puisque c’est moi qui l’ai débloqué dans les oubliettes du blog sans y changer quoi que se soit et sans en comprendre le contenu. Mais bon, connaissant votre style parfois un peu obscur. Il n’y avait aucune autre version de votre commentaire dans les oubliettes…

  • 12
    Marock:

    Tiens, le James avec son expression laborieuse.
    En sous fifre de JCD ?
    Qui n’ est pas assez grand pour répondre lui même ?

    En parlant du commentaire #2, que vient faire Letel dans votre propos ?
    Le commentaire ayant été modifié, il devient de ce fait incompréhensible, comme je le disais plus haut.

    Et comme vous traînez dans le secteur, mon cher James, une question :
    En temps que publicateur, étes vous aussi abilité à modifié les commantaires des intervenents ?
    Dans ce cas, j’ en serais assez mal « réjouit ».

  • 11
    James:

    Que vous corrigiez votre propre texte c’ est normal (trois fautes d’ orthographe sur six mots, ça arrive à tout le monde)

    Point de fautes, JC ne disposait pas des accents sur le récent clavier; ses derniers posts en témoignent.

    En parlant du commentaire #2, que vient faire Letel dans votre propos ?

  • 10
    Marock:

    Ah, J.C. Durbant, c’ est pas très élégant de modifier les commentaires des intervenants (voir § 2).
    Que vous corrigiez votre propre texte c’ est normal (trois fautes d’ orthographe sur six mots, ça arrive à tout le monde) mais rendre un commentaire inintelligible en en changeant le contenu…Vous trouvez pas que ça nuit à la fiabilité du site ?
    Et tant que vous y êtes, il y a un « t » qui se balade en trop.

  • 9
    JFM:

    Parce qu’il faut penser à la lutte idéologique. Parce qu’il faut pouvoir démolir les arguments des idiots utiles, des compagnons de route, voire de ceux qui nous cherchent à nous endormir et des musulmans de bonne foi, voire de quelqu »s naïfs, au hasard Sil vec qui je me sus accroché à ce sujet je conseille vivement de lire ça https://www.amazon.fr/Myth-Andalusian-Paradise-Christians-Medieval/dp/1610170954

    extrêmement instructif non seulement du point de vue des fait mais aussi du processus de désinformation qui contribue à nous désarmer

  • 8
    jc durbant:

    Vous avez dit sacrifice humain ?

    Vers 9h25, deux hommes porteurs d’armes blanches ont surgi dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Ils ont pris en otages six personnes, le prêtre, trois religieuses et un couple de paroissiens. L’une des religieuses est parvenue à prendre la fuite et à donner l’alerte. La brigade d’intervention (BRI) et une brigade anti-criminalité arrivées sur place ont tenté d’entamer une négociation avec les terroristes. Les policiers ont ensuite tenté une incursion, sans succès. Peu après, trois otages – les deux religieuses et une paroissienne – sont sortis de l’église suivis par les deux terroristes criant « Allah Akbar », dont l’un portait une arme de poing. Les deux assaillants ont été tués par la BRI. Selon le témoignage d’une religieuse parvenue à s’enfuir, les terroristes se sont « enregistrés » au moment du crime, l’un a fait « un peu comme un sermon autour de l’autel en arabe » avant l’assassinat du prêtre.

    Le Figaro

  • 7
    jc durbant:

    ASSEZ D’AUX LARMES CITOYEN

    Désormais, n’importe quel abruti désœuvré, mu par un héroïsme de branquignol pour donner un sens à une vie trop ordinaire, peut se procurer la pochette surprise du parfait petit djihadiste via les réseaux salafistes qui sévissent en banlieue ou sur Internet. Le narcissisme du sauvage. Le père Jacques Hamel a été sacrifié sur l’autel de l’insondable bêtise du fanatisme mais aussi de la répulsive lâcheté politique qui, pour ne pas froisser les susceptibilités communautaristes ou pour enrayer la fragmentation sismique de l’unité nationale, a pris le parti de baisser les yeux, de ménager la chèvre et le chou, en espérant naïvement que le soleil radieux du vivre-ensemble succèderait à la tempête du survivre-malgré. Pendant quatre ans, messieurs Hollande, Valls, Cazeneuve, Ayrault et consorts, mesdames Taubira, Vallaud-Belkacem, Cosse, Duflot, sans oublier la maire de Paris Anne Hidalgo, nous ont confinés jusqu’à la suffocation dans la honte d’être Français. Ils ont déclaré la guerre non pas aux racailles mais à l’islamophobie, ils se sont mis en tête de traquer le racisme dans les moindres recoins des réseaux sociaux, de pratiquer la mixité sociale à grande échelle au risque de mieux disséminer le prosélytisme, de diaboliser la «France rance» en distillant des rimes subliminales entre gaullisme avec fascisme …

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/07/26/31001-20160726ARTFIG00261-jacques-hamel-martyr-du-fanatisme-et-des-lachetes-politiques.php (merci james)

  • 6
    jc durbant:

    Toujours aussi bon, Stephens !

    The Maginot Line of “European values” won’t prevail over people who recognize none of those values. So much was made clear by French Prime Minister Manuel Valls, who remarked after the Nice attack that “France is going to have to live with terrorism.” This may have been intended as a statement of fact but it came across as an admission that his government isn’t about to rally the public to a campaign of blood, toil, tears and sweat against ISIS—another premature capitulation in a country that has known them before (…) Then there is Germany, site of three terror attacks in a week. It seems almost like a past epoch that Germans welcomed a million Middle Eastern migrants in an ecstasy of moral self-congratulation, led by Angela Merkel’s chant of “We can do it!” Last summer’s slogan now sounds as dated and hollow as Barack Obama’s “Yes we can!” Now Germany will have to confront a terror threat that will make the Baader-Meinhof gang of the 1970s seem trivial. The German state is stronger and smarter than the French one, but it also surrenders more easily to moral intimidation. The idea of national self-preservation at all costs will always be debatable in a country seeking to expiate an inexpiatable sin. Thus the question of whether Europe is helpless. At its 1980s peak, under François Mitterrand and Helmut Kohl, the European project combined German economic strength and French confidence in power politics. Today, it mixes French political weakness with German moral solipsism. This is a formula for rapid civilizational decline, however many economic or military resources the EU may have at its disposal. Can the decline be stopped? Yes, but that would require a great unlearning of the political mythologies on which modern Europe was built. Among those mythologies: that the European Union is the result of a postwar moral commitment to peace; that Christianity is of merely historical importance to European identity; that there’s no such thing as a military solution; that one’s country isn’t worth fighting for; that honor is atavistic and tolerance is the supreme value. People who believe in nothing, including themselves, will ultimately submit to anything. The alternative is a recognition that Europe’s long peace depended on the presence of American military power, and that the retreat of that power will require Europeans to defend themselves. Europe will also have to figure out how to apply power not symbolically, as it now does, but strategically, in pursuit of difficult objectives. That could start with the destruction of ISIS in Libya. More important, Europeans will have to learn that powerlessness can be as corrupting as power—and much more dangerous. The storm of terror that is descending on Europe will not end in some new politics of inclusion, community outreach, more foreign aid or one of Mrs. Merkel’s diplomatic Rube Goldbergs. It will end in rivers of blood. Theirs or yours? In all this, the best guide to how Europe can find its way to safety is the country it has spent the best part of the last 50 years lecturing and vilifying: Israel. For now, it’s the only country in the West that refuses to risk the safety of its citizens on someone else’s notion of human rights or altar of peace. Europeans will no doubt look to Israel for tactical tips in the battle against terrorism—crowd management techniques and so on—but what they really need to learn from the Jewish state is the moral lesson. Namely, that identity can be a great preserver of liberty, and that free societies cannot survive through progressive accommodations to barbarians.

    Bret Stephens

  • 5
    jc durbant:

    De l’autre cote de la Manche aussi ! (merci james)

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-3709718/British-churches-terror-alert-UK-police-issue-dramatic-warning-Christian-places-worship-following-ISIS-murder-elderly-priest-France-morning-mass.html

  • 4
    jc durbant:

    Pour mémoire:

    Malheur à vous! parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, que vos pères ont tués. Vous rendez donc témoignage aux oeuvres de vos pères, et vous les approuvez; car eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux. C’est pourquoi la sagesse de Dieu a dit: Je leur enverrai des prophètes et des apôtres; ils tueront les uns et persécuteront les autres, afin qu’il soit demandé compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la création du monde, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, tué entre l’autel et le temple …

    Jésus (Luc 11: 47-51)

    L’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu.

    Jésus (Jean 16: 2)

    D’abord ils sont venus (…) pour les Juifs, mais je n’ai rien dit parce que je n’étais pas juif …

    Martin Niemöller

    J’ai une prémonition qui ne me quittera pas: ce qui adviendra d’Israël sera notre sort à tous. Si Israël devait périr, l’holocauste fondrait sur nous.

    Eric Hoffer

    Si Israël est un occupant dans son pays, le christianisme, qui tire sa légitimité de l’histoire d’Israël, l’est aussi comme le serait tout autre État infidèle.

    Bat Ye’or

    Le canari (…) fut longtemps élevé dans les mines où il était utilisé pour détecter le grisou. L’appareil respiratoire de l’oiseau étant fragile, le canari cessait de chanter et mourait dès l’apparition de ce gaz.

    Daniele

    L’employé juif d’un coiffeur parisien va voir son patron et lui dit : « Patron, je dois démissionner ». « Mais pourquoi donc ? » lui répond le patron. « Parce que tous vos employés sont antisémites ! » « Allons bon, mon cher Jean-Claude. Je suis sûr que ce n’est pas vrai. Qu’est ce qui vous fait penser cela ? » « C’est simple, patron. Lorsque je leur dit qu’Hitler a voulu tuer tous les juifs et les coiffeurs… » Le patron l’interrompt : « Mais Jean-Claude, pourquoi les coiffeurs ? » « Vous voyez patron, vous aussi ! »

    Blague juive

    Tuez les Juifs partout où vous les trouverez. Cela plaît à Dieu, à l’histoire et à la religion. Cela sauve votre honneur. Dieu est avec vous. (…) [L]es Allemands n’ont jamais causé de tort à aucun musulman, et ils combattent à nouveau contre notre ennemi commun […]. Mais surtout, ils ont définitivement résolu le problème juif. Ces liens, notamment ce dernier point, font que notre amitié avec l’Allemagne n’a rien de provisoire ou de conditionnel, mais est permanente et durable, fondée sur un intérêt commun.

    Haj Amin al-Husseini (moufti de Jérusalem, discours sur Radio Berlin, le 1er mars 1944)

    Israël existe et continuera à exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé.

    Hasan al-Bannâ (préambule de la charte du Hamas, 1988)

    Les enfants de la nation du Hezbollah au Liban sont en confrontation avec [leurs ennemis] afin d’atteindre les objectifs suivants : un retrait israélien définitif du Liban comme premier pas vers la destruction totale d’Israël et la libération de la Sainte Jérusalem de la souillure de l’occupation …

    Charte du Hezbollah (1985)

    La libération de la Palestine a pour but de “purifier” le pays de toute présence sioniste.

    Charte de l’OLP (article 15, 1964)

    Depuis les premiers jours de l’islam, le monde musulman a toujours dû affronter des problèmes issus de complots juifs. (…) Leurs intrigues ont continué jusqu’à aujourd’hui et ils continuent à en ourdir de nouvelles.

    Sayd Qutb (membre des Frères musulmans, Notre combat contre les Juifs)

    Nous vous bénissons, nous bénissons les Mourabitoun (hommes) et les Mourabitat (femmes). Nous saluons toutes gouttes de sang versées à Jérusalem. C’est du sang pur, du sang propre, du sang qui mène à Dieu. Avec l’aide de Dieu, chaque djihadiste (shaheed) sera au paradis, et chaque blessé sera récompensé. Nous ne leur permettrons aucune avancée. Dans toutes ses divisions, Al-Aqsa est à nous et l’église du Saint Sépulcre est notre, tout est à nous. Ils n’ont pas le droit de les profaner avec leurs pieds sales, et on ne leur permettra pas non plus.

    Mahmoud Abbas

    Enveloppés dans leurs châles de prières, quatre fidèles s’effondrent sous les coups des tueurs opérant à visage découvert, qui seront ensuite tués par deux policiers israéliens accourus sur place. Trois des victimes israéliennes étaient également de nationalité américaine, la quatrième avait aussi la nationalité britannique. Huit fidèles ont été par ailleurs blessés, dont un se trouvait hier dans un état critique tandis que trois autres étaient sérieusement atteints. Les terroristes, des cousins âgés d’une vingtaine d’années, venaient du quartier arabe de Jabal Moukaber, à Jérusalem-Est (annexée). Ils sont parvenus jusqu’à la synagogue sans rencontrer la moindre difficulté. Les 270 000 Arabes de la Ville sainte, sur un total de 800 000 habitants, peuvent en effet circuler librement en Israël. À Gaza, des tirs de joie ont éclaté et le Hamas a salué « un acte héroïque ». Mais, à Ramallah (Cisjordanie), le président palestinien Mahmoud Abbas a vivement condamné cet attentat « visant des civils, dans un lieu sanctifié ». Dans la foulée, il a aussi dénoncé « les attaques contre Al-Aqsa et les mosquées ». Le secrétaire d’État américain, John Kerry, s’est indigné contre l’attaque. « Ce matin à Jérusalem, des Palestiniens ont attaqué des juifs qui priaient dans une synagogue. Des gens venus prier Dieu dans le sanctuaire d’une synagogue (…) ont été assassinés dans ce qui constitue un acte de pure terreur, d’une brutalité insensée », a fustigé le chef de la diplomatie américaine. Invoquant l’intensification de la colonisation israélienne et les provocations de juifs radicaux à l’Esplanade des mosquées (troisième lieu saint de l’islam), appelé le Mont du Temple (de Salomon) par les juifs, les Palestiniens multiplient les manifestations et les attaques depuis l’été dernier.

    La Croix (19 novembre 2014)

    Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen – en particulier les méchants et sales Français – ou un Australien ou un Canadien, ou tout […] citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière. (…) Tuez le mécréant qu’il soit civil ou militaire. (…) Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d’un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le.

    Abou Mohammed al-Adnani (porte-parole de l’EI)

    Toujours viser les endroits fréquentés, tel que les lieux touristiques, les grandes surfaces, les synagogues, les églises, les loges maçonniques, les permanences des partis politiques, les lieux de prêches des apostats, le but étant d’installer la peur dans leur coeur (…) avec n’importe quel moyen qui est à votre disposition, un simple couteau de cuisine ou un autre objet tranchant comme des cutters.

    Dar al Islam (magazine de l’Etat islamique, mars 2016)

  • 3
    jc durbant:

    Attention: un danseur peut en cacher un autre ! (Desolé: je vois que j’ai oublié le King of pop et sa propre version dûment enjuivée de BLM) …

    Beat me, hate me
    You can never break me
    Will me, thrill me
    You can never kill me
    Jew me, sue me
    Everybody do me
    Kick me, kike me
    Don’t you black or white me
    All I wanna say is that
    They don’t really care about us …

    Michael Jackson

  • 2
    Marock:

    Coupables de s’être réjouits un peu tôt …

    Du calme Letel, du calme : C’ est l’ émotion.

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    Il est remarquable que dans son ensemble la presse française n’ait jamais fait le parallèle entre les attentats djihadistes dont le pays souffre depuis les crimes perpétrés par Mohamed Merah en 2012 et ceux qu’endurent les Israéliens depuis bien des années. L’idée qu’il s’agit d’un combat commun contre la barbarie ne semble pas avoir effleuré la cervelle de nos journalistes patentés, fidèles lecteurs des communiqués de l’Agence France Presse. Le préjugé en faveur des Palestiniens est tel que, même lorsque ces derniers se livrent à des attentats délibérément dirigés contre des civils tels que les bombes, les « kamikazes », dans les autobus ou les cafés, et plus encore lorsque leurs méthodes, comme récemment, sont conformes aux instructions de Daech, à savoir l’attaque indiscriminée au couteau, à la voiture-bélier, etc, les commentaires des médias français se gardent bien de faire le lien avec les attentats en France. Il y aurait pourtant bien des leçons à prendre des Israéliens sur le contre-terrorisme que l’on ne consulte qu’en catimini, par exemple pour la sécurité d’Aéroport de Paris, celui de Ben Gourion étant devenu l’aéroport le plus sûr du monde. Sans remonter au déluge, Israël a fait l’objet de 45 attaques utilisant des véhicules divers depuis septembre 20151. Aucune de ces attaques n’a fait autant de morts et de blessés que celle de Nice. Les attentats au couteau, à l’arme automatique, aux divers « engins-béliers » ont été contrés pour la plupart de manière beaucoup plus efficace qu’en France. Malgré la diversité des procédés employés et leurs effets de surprise, la neutralisation ou la mise en fuite des terroristes a été rapide. En effet, ces derniers se sont heurtés à un peuple préparé à la riposte, reposant sur la présence d’hommes (et de femmes) armés dans la foule : policiers, militaires en service ou en permission, réservistes bénéficiant d’une autorisation de port d’arme. À cela on doit ajouter les contrôles systématiques de tout individu présentant un comportement suspect et la surveillance des réseaux sociaux. Ces réactions et ces précautions ont limité le nombre des victimes d’attentats en ville. Mais elles demeurent insuffisantes à la sécurité des personnes isolées, mitraillées sur une route, ou surprise chez elles, comme ce fut le cas dernièrement à Kiriat Arba (Hébron) d’une fillette de 13 ans, assassinée dans son lit. Mais à ma connaissance, on ne proclame pas en Israël, à la suite de ces meurtres, que le risque zéro n’existe pas, ce qui est vrai, mais ne doit pas servir à diluer les failles des dispositifs défensifs dans un fatalisme compassionnel.

    Marc Nacht

    Les Etats-Unis prendront des mesures pour stopper le terrorisme dans le monde (…) Vous voyez de quoi ils sont capables… Les Etats-Unis devront dorénavant s’impliquer (…) Israël a maintenant l’espoir que le monde nous comprendra. Les Américains sont naïfs et l’Amérique est facile à pénétrer. Il n’y a pas beaucoup de contrôles en Amérique. Et désormais l’Amérique sera plus dure à propos de ceux qui débarquent sur son territoire.

    Israéliens interrogés par le FBI (septembre 2001)

    J’en avais les larmes aux yeux. Ces gars-là plaisantaient et ca m’a dérangé. Pour ces gars-là, c’était comme, ‘maintenant l’Amérique sait ce que nous traversons.’

    Urban Moving worker

    According to Cannistraro, many people in the U.S. intelligence community believed that some of the men arrested were working for Israeli intelligence. Cannistraro said there was speculation as to whether Urban Moving had been « set up or exploited for the purpose of launching an intelligence operation against radical Islamists in the area, particularly in the New Jersey-New York area. » Under this scenario, the alleged spying operation was not aimed against the United States, but at penetrating or monitoring radical fund-raising and support networks in Muslim communities like Paterson, N.J., which was one of the places where several of the hijackers lived in the months prior to Sept. 11. For the FBI, deciphering the truth from the five Israelis proved to be difficult. One of them, Paul Kurzberg, refused to take a lie-detector test for 10 weeks — then failed it, according to his lawyer. Another of his lawyers told us Kurzberg had been reluctant to take the test because he had once worked for Israeli intelligence in another country. Sources say the Israelis were targeting these fund-raising networks because they were thought to be channeling money to Hamas and Islamic Jihad, groups that are responsible for most of the suicide bombings in Israel. « [The] Israeli government has been very concerned about the activity of radical Islamic groups in the United States that could be a support apparatus to Hamas and Islamic Jihad, » Cannistraro said. The men denied that they had been working for Israeli intelligence out of the New Jersey moving company, and Ram Horvitz, their Israeli attorney, dismissed the allegations as « stupid and ridiculous. » (…) Despite the denials, sources tell ABCNEWS there is still debate within the FBI over whether or not the young men were spies. Many U.S. government officials still believe that some of them were on a mission for Israeli intelligence. But the FBI told ABCNEWS, « To date, this investigation has not identified anybody who in this country had pre-knowledge of the events of 9/11. » Sources also said that even if the men were spies, there is no evidence to conclude they had advance knowledge of the terrorist attacks on Sept. 11. The investigation, at the end of the day, after all the polygraphs, all of the field work, all the cross-checking, the intelligence work, concluded that they probably did not have advance knowledge of 9/11, » Cannistraro noted. As to what they were doing on the van, they say they read about the attack on the Internet, couldn’t see it from their offices and went to the parking lot for a better view. But no one has been able to find a good explanation for why they may have been smiling with the towers of the World Trade Center burning in the background. Both the lawyers for the young men and the Israeli Embassy chalk it up to immature conduct. According to ABCNEWS sources, Israeli and U.S. government officials worked out a deal — and after 71 days, the five Israelis were taken out of jail, put on a plane, and deported back home. While the former detainees refused to answer ABCNEWS’ questions about their detention and what they were doing on Sept. 11, several of the detainees discussed their experience in America on an Israeli talk show after their return home. Said one of the men, denying that they were laughing or happy on the morning of Sept. 11, « The fact of the matter is we are coming from a country that experiences terror daily. Our purpose was to document the event. »

    ABC News

    Sur le Coran de La Mecque, je vais attaquer une église.

    Adel Kermiche

    For many Israelis, the horrifying images of a truck plowing through crowds for more than a mile in the French resort town of Nice struck a macabrely familiar chord. (…) Nice was an even more direct, if far deadlier, echo of a 2011 rampage in which an Arab-Israeli man’s truck barreled down a Tel Aviv street for a mile, killing one and wounding 17. These followed a spate of attacks with heavy construction vehicles and cars as weapons in 2008. And since October, according to Shin Bet, Israel’s domestic security agency, at least 32 Palestinians have rammed vehicles into people at bus stops, intersections and military checkpoints. The French prime minister said after the Nice attack, the nation’s third mass killing in 18 months, that France “must live with terrorism.” That is what Israelis have been doing for decades, through the plane hijackings of the 1970s; the suicide bombers of the second intifada, or Palestinian uprising, which began in 2000; and the lone-wolf stabbings and shootings of the past 10 months. In Israel, ordinary citizens, security officials and experts feel they have seen it all and say they have adapted to a perennial, if ever-changing, threat. They speak of constantly staying alert, exercising caution and growing accustomed to what some may find to be intrusive levels of security, but essentially carrying on. (…) That routine includes opening bags for a check and passing through metal detectors at train or bus stations, shopping malls and movie complexes. At the height of the suicide bombings, customers paid a small surcharge at cafes and restaurants to subsidize the cost of a guard at the door. Hundreds of armed civilian guards have been deployed to protect public transportation in Jerusalem in recent months amid the wave of attacks, which have been glorified by some Palestinians on social media. The guards stand at bus and light-rail stops, and hop on and off buses along main routes, with the same powers to search and arrest as the police. Israel has also invested hugely in intelligence, its tactics evolving as its enemies change theirs. Several psychological studies in Israel have found that people habituate quickly to threats, making adjustments to daily life — keeping children at home, for example, rather than sending them to summer camp — and adopting dark humor about the randomness of the threat. (…) Some Israeli politicians have been disparaging about what they view as European negligence in security matters. After the attacks in March in Brussels, for example, a senior minister, Israel Katz, said Belgium would not be able to fight Islamist terrorism “if Belgians continue eating chocolate and enjoying life and looking like great democrats and liberals.” In a radio interview on Sunday, Yaakov Perry, a former Shin Bet chief now in Parliament, recommended deeper intelligence supervision of neighborhoods “where Muslims, refugees, Daesh supporters of various sorts live,” using an Arabic acronym to refer to the Islamic State. He also suggested that the French police were complacent, referring to news reports that the driver in Nice had told officers he was delivering ice cream. “If the driver says he has ice cream, open the truck and check if he has ice cream,” Mr. Perry said. That the attack occurred at a mass gathering for Bastille Day, France’s national holiday, had Israelis shaking their heads. Micky Rosenfeld, an Israeli police spokesman, said that to secure a major event like Independence Day celebrations, when tens of thousands of people gather along the Tel Aviv seafront to watch an air and naval display, officers gather intelligence for weeks beforehand, and erect a 360-degree enclosure of the area, with layers of security around the perimeter. Main roads are typically blocked off with rows of buses, and smaller side streets with patrol cars. In addition to a large uniformed and undercover police presence, counterterrorism teams are strategically placed to provide a rapid response if needed. For intelligence gathering, Shin Bet has used a “basic coverage” method, which involves homing in on a particular neighborhood or population sector that is considered a potential security risk. The agency then builds an intimate system of surveillance and a network of local informers who can point to any sign of suspicious or unusual activity.(…) But several security experts acknowledged that with citizens in a democracy, including Israel’s large Arab minority, these methods of intelligence gathering — “neighbors informing on neighbors,” as one put it — can be difficult to balance with civil liberties. These measures are also less effective, they say, in trying to prevent individual attacks that are not affiliated with any organization and that at times appear to have erupted spontaneously.

    The NYT

    There, is of course, a very important reason why the mainstream media ignores radical Muslim persecution of Christians: if the full magnitude of this phenomenon was ever known, many cornerstones of the mainstream media—most prominent among them, that Israel is oppressive to Palestinians—would immediately crumble. Why? Because radical Muslim persecution of Christians throws a wrench in the media’s otherwise well-oiled narrative that “radical-Muslim-violence-is-a-product-of-Muslim-grievance”—chief among them Israel. Consider it this way: because the Jewish state is stronger than its Muslim neighbors, the media can easily portray Islamic terrorists as frustrated “underdogs” doing whatever they can to achieve “justice.” No matter how many rockets are shot into Tel Aviv by Hamas and Hezbollah, and no matter how anti-Israeli bloodlust is articulated in radical Islamic terms, the media will present such hostility as ironclad proof that Palestinians under Israel are so oppressed that they have no choice but to resort to terrorism. However, if radical Muslims get a free pass when their violence is directed against those stronger than them, how does one rationalize away their violence when it is directed against those weaker than them—in this case, millions of indigenous Christians? The media simply cannot portray radical Muslim persecution of Christians—which in essence and form amount to unprovoked pogroms—as a “land dispute” or a product of “grievance” (if anything, it is the ostracized and persecuted Christian minorities who should have grievances). And because the media cannot articulate radical Islamic attacks on Christians through the “grievance” paradigm that works so well in explaining the Arab-Israeli conflict, their main recourse is not to report on them at all. In short, Christian persecution is the clearest reflection of radical Islamic supremacism. Vastly outnumbered and politically marginalized Christians simply wish to worship in peace, and yet still are they hounded and attacked, their churches burned and destroyed, their women and children enslaved and raped. These Christians are often identical to their Muslim co-citizens, in race, ethnicity, national identity, culture, and language; there is no political dispute, no land dispute. The only problem is that they are Christian and so, Islamists believe according to their scriptural exegesis, must be subjugated. If mainstream media were to report honestly on Christian persecution at the hands of radical Islamists so many bedrocks of the leftist narrative currently dominating political discourse would crumble, first and foremost, the idea that radical Islamic intolerance is a product of “grievances,” and that Israel is responsible for all Jihadist terrorism against it.

    Raymond Ibrahim

    Dans une enquête publiée aujourd’hui, Libération accuse le ministre de l’Intérieur d’avoir menti s’agissant de la sécurisation de la Promenade des Anglais le soir du 14 juillet dernier. Riposte immédiate de Bernard Cazeneuve : Libération utilise des «procédés qui empruntent aux ressorts du complotisme» et cherche à l’atteindre «dans sa réputation». Dans un édito en forme de «c’est celui qui dit qui l’est», Johan Hufnagel, directeur délégué de Libération, suggère que c’est Bernard Cazeneuve qui est victime d’«une poussée de complotisme». (…) Ni la presse ni le Gouvernement, cibles de choix des complotistes patentés, ne sortent grandis d’une telle séquence. Morale de l’histoire : cessons de gloser sur le complotisme présumé des uns et des autres à partir de matériaux aussi fragiles. Ne contribuons pas à faire du «complotisme» une étiquette infamante parmi d’autres. Utiliser ce mot de manière aussi peu fondée pour délégitimer un détracteur est en réalité une manière d’œuvrer à sa démonétisation et de rendre, au final, un fier service à tous ceux – vrais imposteurs et autres désinformateurs professionnels – qui prospèrent sur la montée contemporaine du complotisme.

    Conspiracy watch

    Sait-on par exemple que les seules personnes arrêtées le jour même et en relation avec les attaques terroristes du 11-Septembre sont des Israéliens ? L’information a été rapportée dès le lendemain par le journaliste Paulo Lima dans The Record, quotidien du comté de Bergen dans le New Jersey, d’après des sources policières. Immédiatement après le premier impact sur la tour Nord, trois individus furent aperçus par divers témoins sur le toit d’un van stationné à Liberty State Park dans Jersey City, « en train d’exulter » (celebrating), de « sauter de joie » (jumping up and down), et de se photographier avec les tours jumelles en arrière-plan. Ils déplacèrent ensuite leur van sur un autre parking de Jersey City, où d’autres témoins les virent se livrer aux mêmes réjouissances ostentatoires. La police émit aussitôt une alerte BOLO (be-on-the-look-out) : « Véhicule possiblement lié à l’attaque terroriste de New York. Van blanc Chevrolet 2000 avec une plaque du New Jersey et un signe ‘Urban Moving Systems’ à l’arrière, a été vu au Liberty State Park, Jersey City, NJ, au moment du premier impact d’avion de ligne dans le World Trade Center. Trois individus avec le van ont été vus se réjouissant après l’impact initial et l’explosion qui s’en suivit. » Le van fut intercepté par la police quelques heures plus tard, avec à son bord cinq jeunes Israéliens : Sivan et Paul Kurzberg, Yaron Shmuel, Oded Ellner et Omer Marmari. Contraint physiquement de sortir du véhicule et plaqué à terre, le conducteur, Sivan Kurzberg, lança cette phrase étrange : « On est Israéliens. On n’est pas votre problème. Vos problèmes sont nos problèmes. Les Palestiniens sont le problème. » Les sources policières qui informèrent Paulo Lima étaient convaincues de l’implication de ces Israéliens dans les attentats de la matinée : « Il y avait des cartes de la ville dans le van avec certains points surlignés. On aurait dit qu’ils étaient au courant, […] qu’ils savaient ce qui allait se passer lorsqu’ils étaient à Liberty State Park. » On trouva également sur eux des passeports de nationalités diverses, près de 6 000 dollars en espèces et des billets d’avion open pour l’étranger. Les frères Kurzberg furent formellement identifiés comme agents du Mossad. Les cinq Israéliens travaillaient officiellement pour une compagnie de déménagement nommée Urban Moving Systems, dont les employés étaient majoritairement israéliens. « J’étais en pleurs. Ces types blaguaient et ça me perturbait, » révéla au Record un des rares employés non-israéliens. Le 14 septembre, après avoir reçu la visite de la police, le propriétaire de l’entreprise, Dominik Otto Suter, quittait le pays pour Tel-Aviv. L’information divulguée par le Record, confirmée par le rapport de police, a été reprise par des sites d’investigation comme le Wayne Madsen Report (14 septembre 2005) et Counterpunch (7 février 2007). Elle fut aussi rapportée dans quelques grands médias comme mais d’une façon qui minimisait sa portée : le New York Times (21 novembre 2001) omettait de préciser la nationalité des individus, tout comme Fox News et l’agence Associated Press. Le Washington Post (23 novembre 2001) disait bien qu’ils étaient Israéliens, mais passa sous silence leur apparente préconnaissance de l’événement. En revanche, The Forward (15 mars 2002), magazine de la communauté juive new-yorkaise, révéla, d’après une source anonyme du renseignement états-unien, qu’Urban Moving Systems était une antenne sous couverture du Mossad (ce qui ne l’empécha pas de bénéficier d’un prêt fédéral de 498 750 dollars, comme le révèlent les archives du fisc. Le FBI diligenta sur cette affaire une enquête consignée dans un rapport de 579 pages, partiellement déclassifié en 2005 (il le sera totalement en 2035). Le journaliste indépendant Hicham Hamza a analysé ce rapport en détail dans son livre : Israël et le le 11-Septembre : le Grand Tabou. Il en ressort plusieurs éléments accablants. Tout d’abord, les photos prises par ces jeunes Israéliens les montrent effectivement dans des attitudes de célébration devant la tour Nord en feu : « Ils souriaient, ils s’embrassaient et ils se tapaient mutuellement dans les mains. » Pour expliquer cette attitude, les intéressés dirent qu’ils s’étaient simplement réjoui « que les États-Unis auraient maintenant à prendre des mesures pour arrêter le terrorisme dans le monde » (alors que, à ce point, une majorité de gens pensait à un accident plutôt qu’à un acte terroriste). Plus grâve, un témoin au moins les a vus positionnés dès 8 heures, soit avant qu’un avion ne percute la première tour, tandis que d’autres certifient qu’ils prenaient déjà des photos cinq minutes après, ce que confirment leurs photos. Un ancien employé confirma au FBI l’ambiance fanatiquement pro-israélienne et anti-américaine qui régnait dans l’entreprise, prêtant même à son directeur Dominik Otto Suter ces paroles : « Donnez-nous vingt ans et nous nous emparerons de vos médias et détruirons votre pays. » Les cinq Israéliens arrêtés étaient en contact avec une autre entreprise de déménagement dénommée Classic International Movers, dont quatre employés avaient été interrogés indépendamment pour leur liens avec les dix-neufs pirates de l’air présumés. L’un d’eux avait téléphoné à « un individu en Amérique du Sud possédant des liens authentiques avec les militants islamiques au Moyen Orient. » Enfin, « un chien renifleur donna un résultat positif pour la présence de traces d’explosifs dans le véhicule. » Comme le remarque Hamza, la conclusion du rapport laisse sonjeur : le FBI informe la police locale, qui détient les suspects, « que le FBI n’a plus aucun intérêt à enquêter sur les détenus et qu’il convient d’entamer les procédures d’immigration appropriées. » Une lettre du Service fédéral de l’immigration et de la naturalisation prouve qu’en fait la direction du FBI avait recommandé la clôture de l’enquête dès le 24 septembre 2001. Les cinq Israéliens passèrent cependant 71 jours dans une prison de Brooklyn, au cours desquels ils refusèrent puis échouèrent plusieurs fois au détecteur de mensonge. Puis ils furent rapatriés sous la simple charge de visa violations. On doit, pour finir, évoquer un détail essentiel de cette affaire, qui apporte peut-être une explication supplémentaire au comportement exhubérant de ces jeunes Isréaliens : certains témoins précisent, dans leurs appels à la police, que les individus se réjouissant sur le toit de leur van semblaient « arabes » ou « Palestiniens ». En particulier, peu après l’effondrement des tours, un appel anonyme à la police de Jersey City, rapporté le jour même par NBC News, signale « un van blanc, avec deux ou trois types à l’intérieur, ils ressemblent à des Palestiniens et ils tournent autour d’un bâtiment » ; l’un d’eux « mélange des choses et il a cet uniforme ‘sheikh’. […] Il est habillé comme un arabe. » Tout porte à croire que ces individus étaient précisément les cinq Israéliens arrêtés plus tard. Deux hypothèses viennent à l’esprit : ou bien nos faux déménageurs se sont effectivement livrés à une mise en scène pour apparaître comme arabes/Palestiniens, ou bien le ou les témoins les ayant décrits comme tels étaient des complices. Dans un cas comme dans l’autre, il ressort que leur but était d’initier la rumeur médiatique qu’on avait repéré des musulmans qui non seulement se réjouissaient des attentats, mais en avaient préconnaissance. L’information fut effectivement diffusée sur certaines radios dès midi, et sur NBC News dans l’après-midi. Je penche personnellement pour la seconde hypothèse (les informateurs complices plutôt que de vrais déguisement arabes), car le rapport de police ne signale pas de vêtement exotique trouvé dans le van, mais surtout parce que l’informateur cité plus haut, qui insiste sur ce détail vestimentaire, semble avoir voulu induire en erreur la police sur la localisation exacte du van ; ce dernier ne fut intercepté que parce que la police, au lieu de se contenter de cette localisation, barra tous les ponts et souterrains entre New Jersey et New York. Mais l’important est ceci : Si les Israéliens n’avaient pas été interpelés en fin d’après-midi, l’histoire aurait probablement fait la une des journaux sous le titre : The Dancing Arabs. Au lieu de ça, elle fut totalement étouffée et ne circula que confidentiellement, sous le titre the dancing Israelis, ou the highfivers.

    Laurent Guyenot (Reseau Voltaire)

    1/ Des résidus explosifs ont été retrouvés dans le fourgon des cinq Israéliens (1-7). Un chien affecté à la détection de bombes a également réagi lors de la fouille du véhicule (5-44).
    2/ Les trois Israéliens aperçus -avant et après l’impact du second avion- en train de se filmer et de se photographier, avec la première tour embrasée en arrière-plan, étaient joviaux (1-35, 1-65). 76 photos en noir et blanc ont été développées par les enquêteurs (1-80).
    3/ La présence de leur véhicule sur le lieu des réjouissances est attestée par deux témoins vers 8h/8h15 du matin, ce mardi 11 septembre 2001, soit une demi-heure environ avant le crash du premier avion dans la Tour Nord (6-42, 5-25). Les trois Israéliens concernés affirmeront aux enquêteurs n’avoir débarqué qu’aux alentours de 9h -juste avant l’impact du second avion-et seulement après avoir appris l’information du premier crash sur Internet. Vers 9h20, soit une quinzaine de minutes après le crash du second avion, le van blanc aura déjà quitté les lieux.
    4/ Un autre témoin raconte les avoir vus en action 5 mn après l’impact du premier avion (5-25). Les photos développées confirment qu’ils étaient déjà sur place : la fumée –visible sur leurs images- vient à peine de s’échapper de la Tour Nord (5-62).
    5/ Plusieurs témoins ont rapporté avoir constaté l’usage d’une caméra vidéo qui n’aurait pas été retrouvée lors de l’arrestation des Israéliens (6-45). Ceux-ci ont démenti avoir eu recours à un tel appareil. Le FBI évoque pourtant une « tromperie » (5-56). Sur ce point crucial comme sur la question de leur emploi du temps, les enquêteurs ont déjà noté de nombreuses contradictions dans leurs témoignages (6-43).
    6/ Lors de leur arrestation musclée et arme au poing, les policiers ont retrouvé des cartes d’étudiant falsifiées, aucun équipement relatif à leur activité de déménageur (5-45), un passeport allemand, près de 6000 dollars en cash ainsi que des billets d’avion pour un départ ouvert et immédiat à destination de l’étranger (5-44).
    7/ Interrogés sur leur perception des attentats, les Israéliens ont tenu des propos très politiques : « Les Etats-Unis prendront des mesures pour stopper le terrorisme dans le monde » (5-86), « Vous voyez de quoi ils sont capables…Les Etats-Unis devront dorénavant s’impliquer » (5-20), « Israël a maintenant l’espoir que le monde nous comprendra. Les Américains sont naïfs et l’Amérique est facile à pénétrer. Il n’y a pas beaucoup de contrôles en Amérique. Et désormais l’Amérique sera plus dure à propos de ceux qui débarquent sur son territoire »
    8/ Les enquêteurs du FBI ont appris de la part d’un ancien salarié de l’entreprise de déménagement que le dirigeant -nommé Dominic Suter et considéré depuis comme un fugitif (90-1)- avait un profond mépris pour les Etats-Unis ( 5-42). Un anti-américanisme partagé par ses employés israéliens dont l’un aurait jadis déclaré cette phrase stupéfiante : « Donnez-nous vingt ans et nous nous emparerons de vos médias et détruirons votre pays » (1-37).
    9/ Le FBI a constaté dans son enquête plusieurs éléments troublants : la petite compagnie de déménagement disposait d’une quinzaine d’ordinateurs –soit un nombre disproportionné par rapport à la taille de l’entreprise (1-47) ; le personnel était essentiellement composé d’Israéliens, de Russes et d’Hongrois qui pratiquaient une forme de discrimination dans leurs réunions à l’encontre des employés non-Juifs (5-41) ; un des cinq détenus israéliens s’était fait passer pour un « ouvrier de chantier » le 10 septembre 2001 aux abords de l’endroit où il sera présent le lendemain lors de la capture photographique des tours embrasées (5-46) ; le chauffeur du van blanc était capable, selon un employé égyptien d’une station d’essence qui fut interrogé par le FBI, de s’exprimer en arabe (5-31).
    10/ Pour conclure, une attention particulière mérite d’être consacrée à ces quatre extraits étonnants : les cinq employés d’Urban Moving Systems étaient en contact avec d’autres déménageurs israéliens exerçant pour une compagnie basée également dans le New Jersey et dénommée Classic International Movers. Chose étrange : le FBI a interrogé quatre de ses employés -tous issus de l’armée israélienne- en raison de leur lien avéré avec un des dix-neuf pirates de l’air présumés (1-39).
    L’un d’entre eux sera visiblement mal à l’aise durant l’interrogatoire (6-47).
    Un des cinq Israéliens disposa également du contact téléphonique d’un homme vivant en Amérique du Sud et lié aux « militants islamiques du Moyen-Orient » (6-40).
    Les enquêteurs du FBI ont remarqué un fait qualifié de « bizarre » : un van appartenant à la compagnie Urban Moving Systems s’était dirigé -hors de son secteur régulier- le matin du 11 septembre 2001 en direction du site du crash du vol 93 (1-36).
    Enfin, l’un des cinq Israéliens a exprimé, de retour ce matin-là dans l’entreprise, une phrase curieuse à la suite de la chute de la première tour : « Ils vont abattre le second bâtiment ». Interrogé sur le sens des mots employés, il s’est contenté d’affirmer aux enquêteurs qu’il avait d’abord envisagé que l’effondrement de la Tour Sud était une démolition contrôlée par les autorités afin d’éviter des dégâts colossaux (3-64).
    Chacun pourra tirer ses propres déductions de cette sélection nécessairement parcellaire. Prochainement, Oumma continuera de soulever le voile en revenant notamment sur l’histoire de ce réseau américain d’espions israéliens dont la mission, en 2000/2001, aurait été uniquement de surveiller les cellules islamistes. En outre, nous aborderons également l’un des aspects les plus méconnus du 11-Septembre : l’existence de liens privilégiés entre les autorités de Tel Aviv et plusieurs responsables du World Trade Center. D’ici là, nous vous invitons à interpréter comme bon vous semblera cet autre passage issu du rapport sur les cinq Israéliens.
    En date du 24 septembre 2001, soit 13 jours à peine après leur arrestation, le QG du FBI avait déjà transmis à l’antenne locale chargée de l’enquête -officiellement achevée en 2003- cette « recommandation » (5-59) : « Le FBI n’a plus aucun intérêt à enquêter sur les détenus ».

    Rapport du FBI (Extraits)

    Les Afro-Américains ont toujours su qu’un petit peu de paranoïa ne pouvait pas nous faire de mal.

    Cynthia McKinney

    J’aurai probablement des problèmes pour ce que je viens de vous dire ce soir, confie-t-elle un soir d’été de l’année 2003, devant un parterre de fidèles de l’Eglise baptiste abyssinienne de Harlem. Mais ce ne sera pas la première fois que j’aurai des problèmes pour avoir dit la vérité. Et je continuerai à dire la vérité. Comme je l’ai déjà dit auparavant, je ne m’assiérai pas et je ne me tairai pas.

    Cynthia McKinney

    Ce qui s’est passé au Rwanda n’est pas un génocide planifié par les Hutu. C’est un changement de régime. Un coup d’Etat terroriste perpétré par Kagame avec l’aide de forces étrangères.

    Cynthia McKinney

    Le lobby sioniste dresse sa tête hideuse dans bien trop de facettes de la vie de ce pays, en particulier dans la vie politique (…) les sionistes ont réussi à me mettre à la porte du Congrès à deux reprises.

    Cynthia McKinney

    Les Juifs ont acheté tout le monde.

    Bill McKinney (ancien représentant, père et plus proche conseiller politique de Cynthia McKinney)

    L’occupation israélienne doit finir, y compris au Congrès.

    Raeed Tayeh (plume de Cynthia McKinney)

    Le même photographe israélien prend en photo les tragédies de Nice et Munich. Quelle en était la probabilité ? Vous souvenez-vous des Israéliens qui dansent ? …

    Cynthia McKinney

    McKinney professe un internationalisme consistant, pour l’essentiel, à accuser le gouvernement de son pays et l’Etat d’Israël d’être à l’origine de tous les maux de la planète. A contrario, elle excelle à prendre la défense des régimes les plus liberticides, pourvus qu’ils « résistent à l’Empire ». Ainsi McKinney n’hésite-t-elle pas à chanter les louanges du régime de Robert Mugabe au Zimbabwe ou à exalter la « résistance » du Hamas et du Hezbollah. Concernant le génocide rwandais, l’ancienne membre du Congrès américain partage les thèses très controversées d’un Pierre Péan ou d’un Charles Onana (…) Pour elle, « ce qui s’est passé au Rwanda n’est pas un génocide planifié par les Hutu. C’est un changement de régime. Un coup d’Etat terroriste perpétré par Kagame avec l’aide de forces étrangères ». McKinney a également relayé sans scrupule la théorie du complot selon laquelle les Etats-Unis dissimulerait au monde l’existence d’immenses réserves de pétrole au large des côtes d’Haïti, une richesse qu’ils convoiteraient depuis des décennies, privant ainsi scandaleusement le peuple haïtien de ses ressources naturelles. (…) Se comparant souvent à Rosa Parks, Cynthia McKinney se voit elle-même en martyr de la liberté d’expression, en pasionaria de la Vérité (…) le politologue Michael Barkun classe Cynthia McKinney parmi ces « rebelles de la politique » dont les outrances s’inscrivent dans une stratégie du dérapage n’ayant d’autre fin que de faire parler d’eux. En 2002, quelques mois après ses premières philippiques conspirationnistes sur le 11-Septembre, elle perd le siège qu’elle occupait à la Chambre des représentants depuis 1993 à l’occasion d’une primaire démocrate. La candidate malheureuse explique sa défaite par l’hostilité des « médias » à son encontre. Son père, l’ancien représentant Bill McKinney, qui est aussi le plus proche conseiller politique de Cynthia, fait valoir une toute autre interprétation : la veille du scrutin, interrogé sur l’un des soutiens de sa fille, il incrimine « les Juifs [qui] ont acheté tout le monde », avant d’épeler chacune des lettres du mot « Jews » pour s’assurer que chacun comprenne clairement ce qu’il est en train de dire. Une déclaration que Cynthia McKinney n’a jamais cru devoir désavouer. Les violentes diatribes anti-israéliennes dans lesquelles se lance Cynthia McKinney lui valent une popularité réelle au sein de la communauté arabo-musulmane américaine, particulièrement sensible à la cause palestinienne. En 2002, le Washington Post révèle ainsi que les trois-quarts des fonds levés par McKinney pour sa campagne proviennent de donateurs issus de la communauté musulmane ne résidant même pas dans le 4ème district de l’Etat de Géorgie dans lequel elle se présentait. (…) McKinney retrouve momentanément son siège de représentante de l’Etat de Géorgie en 2004 mais le perd à nouveau aux primaires démocrates d’août 2006, un scrutin marqué par la révélation de la présence, au sein de l’équipe chargée de sa sécurité et jusque dans son QG de campagne, de membres du New Black Panther Party, organisation suprématiste noir ouvertement antisémite (…) formation dissidente du Black Panther Party historique. (…) Pour McKinney, l’explication de cette seconde défaite tient en deux mots : « lobby sioniste ». (…) La décennie 2000-2010 l’a vu passer du respectable Parti démocrate – dont elle claqua la porte en 2007 – aux marges les plus nauséabondes de la scène politique américaine. Parallèlement à la fondation de son propre mouvement, « Dignity », sur le modèle de celui créé en Grande-Bretagne par son ami George Galloway, elle n’a eu de cesse de resserrer ses liens avec cette nébuleuse parfois qualifiée de « rouge-brune » où se croisent, se rencontrent et se mêlent militants pro-palestiniens radicaux, activistes islamistes, suprématistes noirs et racistes d’extrême droite. Le Southern Poverty Law Center (…) a consacré un article à Cynthia McKinney, soulignant ses flirts poussés avec le petit monde des négationnistes. (…) McKinney est l’une des personnalités phares du 9/11 Truth Movement ; elle fréquente des antisémites notoires qui pensent que tous les maux de ce monde prennent leur source dans une vaste conspiration judéo-maçonnique ourdie depuis des siècles ; elle explique ses échecs électoraux par le pouvoir « impitoyable » du « lobby sioniste » ; elle considère que Barack Obama aspire à « créer un Etat policier » aux Etats-Unis (…)… Mais n’allez surtout pas dire à Cynthia McKinney qu’elle est une conspirationniste : elle croira que vous faites partie d’un complot visant à la discréditer. Conspiracy watch
    Le 17 septembre 2001, la chaîne libanaise du Hezbollah ouvre son journal avec un scoop qu’elle attribue au journal jordanien Al-Watan, lui-même informé par « des sources diplomatiques arabes » : 4 000 Juifs ne sont pas venus travailler au World Trade Center, avertis par le Mossad de l’imminence d’une attaque menée par des agents israéliens. Dans les jours qui suivent, des dizaines de journaux arabes ou musulmans, à Londres, au Caire, à Téhéran, à Damas, à Riyad, rapportent l’affaire des 4 000 Juifs manquants. Le 19 septembre 2001, en direct sur Al-Jazira, le présentateur vedette Faycal Al-Qassem avance qu’« aucun des 4 000 Juifs travaillant au WTC n’est venu travailler le 11 septembre ». La chaîne qatarie est potentiellement regardée par quarante millions de téléspectateurs. Al-Qassem sera suspendu quelques semaines par sa hiérarchie. Le 21 septembre, la Pravda russe emboîte le pas, sous la signature d’Irina Malenko, reprenant pratiquement mot pour mot les « révélations » d’Al-Manar. (…) Le chiffre de 4 000 Juifs est totalement imaginaire. Personne ne peut dire avec certitude combien de Juifs travaillaient dans les tours, dans la mesure où, fort heureusement, personne ne tenait de registre des Juifs du World Trade Center. Pour savoir combien sont morts dans les tours, on en est réduit à compter les noms à consonance juive parmi les patronymes des victimes. Ils sont nombreux, entre trois et quatre cents : Adler, Aron, Berger, Bernstein, Cohen, Eichler, Eisenberg, etc. La folie de certains esprits oblige à dresser des listes, une pratique de sinistre mémoire. Alors pourquoi précisément ce chiffre ? On en trouve trace dans une interview donnée par un diplomate israélien en poste à New York le matin des attentats. Celui-ci déclarait que ses services avaient reçu 4 000 appels téléphoniques d’Israéliens, inquiets pour leurs proches, citoyens israéliens vivant ou travaillant à Manhattan. Comment cette brève s’est métamorphosée en la théorie d’Al-Manar que l’on sait ? Insondables sont les mystères de l’imagination lorsqu’elle est en proie à la paranoïa, au dogmatisme et à la bêtise. Sans doute aussi les journalistes de la chaîne libanaise n’ont-ils vu que peu d’inconvénients à prendre des libertés avec la déontologie. Al-Manar TV est en effet la propriété d’un groupe en bonne place sur la liste des organisations terroristes du département d’État américain : le Hezbollah, le « parti de Dieu » télécommandé par l’Iran. Après avoir révélé le scoop prouvant l’implication du Mossad, le présentateur avait avancé un argument supplémentaire : « Les seuls à profiter de cet acte de terrorisme sont les Juifs ». Autrement dit : à qui profite le crime ? (…) Mahmud Bakri, le représentant officiel d’Al-Manar dans la capitale égyptienne (…) n’est pas directement à l’origine de l’information délirante sur les Juifs du WTC, puisqu’elle venait du siège de Beyrouth, mais il continue d’en défendre la véracité. (…) Pour preuve, il se livre à un jeu de questions-réponses : « Pourquoi pas le Mossad ? S’agit-il d’un simple accident normal effectué par de jeunes Arabes ou s’agit-il d’un complot ? Car il faut lier ces événements avec leur suite, la guerre contre le terrorisme et la destruction de pays arabes musulmans, dans le cadre d’un plan américain qui vise à servir les intérêts israéliens en premier lieu. Et si en plus on voit qu’il y a un soutien américain à Israël hors du commun, on peut arriver à la conclusion que le 11 septembre était un complot israélien ». Argument classique des aficionados du complot, à Paris comme au Caire, qui consiste à inverser les faits et les conséquences, au nom du non moins classique « à qui profite le crime ? ».

    Conspiracy watch
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684