eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

14-juillet/134e: Grandeurs et misères de la démocratie (From persecuted to persecutors: looking back at democracy’s unique risks and vulnerabilities)

Posté le jeudi 14 juillet 2016 par Admini

Fanzoneauschwitz2C’est universel, imbécile !

En cette journée où, via un défilé militaire digne des dernières dictatures de la planète, l’une des grandes démocraties du monde fête sa fondation …

Célébrant le lynchage en fait d’un gouverneur de garnison à l’origine, puis tour à tour la reprise en main de l’agitation provinciale, la préparation de la revanche après une défaite militaire et enfin la fête d’une victoire militaire …

Et inspirée de la guerre d’indépendance et de la révolution de la première grande démocratie du monde …

Fondée accessoirement sur le massacre d’une de ses minorités et l’esclavage d’une autre …

Elle-même issue de la révolution de la nation qui a inventé le parlementarisme moderne avec décapitation puis expulsion de ses rois …

Et au lendemain d’une autre fête nationale (sportive cette fois) censée à l’origine raviver la fusion « black-blanc-beur » et requinquer un pouvoir aux abois mais gâchée par la défaite, les gaz lacrymogènes et les incendies de voitures de police ou de mobilier urbain  …

Après l’hommage quasi-universel la semaine dernière d’une des figures les plus reconnues – survivant de la Shoah et prix Nobel de la Paix – et encensées de l’après-guerre flétrie par la polémique de quelques uns …

Comment ne pas voir avec l’extrait de l’autobiographie du père de la science-fiction Isaac Asimov qui relate justement sa polémique avec Elie Wiesel …

La vérité et la grandeur d’un monde occidental qui s’efforce d’élargir chaque jour un peu plus le cercle des individus ou des groupes qu’il cherche à défendre ou secourir  …

Mais aussi, derrière les origines inévitablement violentes de ses principales incarnations nationales, la menace spécifique qui hante ce type de régime …

Et donc, à l’instar de son plus petit et seul représentant au sein de l’immensité totalitaire du Moyen-Orient, sa vulnérabilité particulière face aux dénonciations intéressées de ses ennemis ?



Laisser un commentaire


20 réponses à “14-juillet/134e: Grandeurs et misères de la démocratie (From persecuted to persecutors: looking back at democracy’s unique risks and vulnerabilities)”

  • 20
    Letel:

    http://www.atlantico.fr/decryptage/et-etait-temps-regarder-aussi-ces-autres-complices-terrorisme-artisans-tres-francais-culture-excuse-paul-francois-paoli-jean-2779759.html#GxFILf72eH7gjXbJ.01

  • 19
    jc durbant:

    BEYOND A CERTAIN POINT INTERDEPENDENCE CAUSES RATHER THAN ENDS CONFLICT (Will we eventually have to thank master contorsionist Boris Johnson for helping us find it out ?)

    If history repeats itself – first tragedy, then farce – what comes next is Boris Johnson, a shape-shifting politician who embodies the contradictions of our age. Johnson is a tribune of the people who grew up with the privileges of the 1%; a child of immigrants who campaigned for closed borders; a Conservative who wants to upend the political order; an erudite man who mocks expertise; and a cosmopolitan who casually calls black people “piccaninnies.” Johnson did more than anyone to bury Britain’s European future; but his ultra-flexibility may yet prove to be its salvation.

    Interdependence causes, rather than ends, intra-European conflict. And the European idea has become a focus of political opposition across the continent.

    Indeed, the most troubling thing about Europe today is not the United Kingdom’s departure, but the fragility and disunity of the remaining 27 states, where the domestic consensus for Europe has all but evaporated. The UK’s “Leave” campaign channeled a widely felt desire to restore past certainties, not to establish new rights. And all member states are subject to the economic insecurity, cultural anxiety, and political alienation that new political forces are exploiting by using referenda to recast politics as a fight between the people and self-serving elites.

    Rather than banding together, each new challenge has divided the EU into ever-smaller groups. The euro has divided north and south; Ukraine and the refugee crisis have divided east and west.

    Pro-Europeans need to engage with the sources of discontent and rethink the forms used to express the European ideal. The EU was based on a mechanical idea that interdependence would reduce conflict. By linking European means of production together – first through the European coal and steel community, and later through the common market and the euro – the EU hoped to bind Europe’s states together so closely that war between them would no longer be an option.

    True, war in Europe is now mostly unthinkable, with much wealth created. But the backlash against interdependence – whether through the euro, free movement, or terrorism – is undeniable.

    To save the EU, European leaders should focus on making people feel safe with interdependence. That means redistributing some of the economic benefits of free movement to communities bearing the burden of it; strengthening control of external borders and cooperation against terrorism; ensuring greater flexibility for eurozone integration and migration; and returning to the idea that EU institutions’ highest calling is to defend Europe’s nation-states, not to develop their own power.

    The Brexit crisis gives the remaining EU members a chance to reconceive the European project. If they succeed, the UK may even eventually want to rejoin.

    That is where Johnson’s political cross-dressing may come into its own. If the UK enters a deep recession and struggles to deliver on the Leave campaign’s promises, many voters may yet want to remain in the single market, or even the EU itself. That sort of volte-face would be impossible for most of the Brexit camp, for whom the dream of sovereignty trumps the threat of economic collapse. But Johnson is culturally at ease with Europe and at times seemed ambivalent about the Leave campaign that he led.

    Johnson’s ability to escape the shackles of his previous statements would inspire Houdini. If the EU manages to reform and the UK’s economic problems deepen, all that seems solid – particularly Johnson’s Euroskepticism – could melt into air …

    Mark Leonard

  • 18
    jc durbant:

    THE ESSENCE OF DEMOCRACY IS RESPONDING TO PUBLIC DISSATISFACTION

    Instead of rushing Brexit, Europe’s leaders should be trying to avert it, by persuading British voters to change their minds. The aim should not be to negotiate the terms of departure, but to negotiate the terms on which most British voters would want to remain. An EU strategy to avoid Brexit, far from ignoring British voters, would show genuine respect for democracy. The essence of democratic politics is responding to public dissatisfaction with policies and ideas – and then trying to change the judgment of voters. That is how numerous referendum outcomes – in France, Ireland, Denmark, the Netherlands, Italy, and Greece – have been reversed, even when deeply emotional issues, such as abortion and divorce, were involved.

    If European leaders tried the same approach with Britain, they might be surprised by the favorable response. Many Leave voters are already having second thoughts, and Prime Minister Theresa May’s uncompromising negotiating position will paradoxically accelerate this process, because voters now face a much more extreme version of Brexit than they were promised by the Leave campaign.

    This binary approach, provided EU leaders showed genuine flexibility in their reform negotiations, could transform public attitudes in Britain and across Europe. Imagine if the EU offered constructive immigration reforms – for example, restoring national control over welfare payments to non-citizens and allowing for an “emergency brake” on sudden population movements – to all members. Such reforms would demonstrate the EU’s respect for democracy in Britain – and could turn the tide of anti-EU populism across northern Europe …

    Anatole Kaletsky

    Tout à fait d’accord !

    Et c’est d’ailleurs ce qu’on avait fait avec le Traité de Lisbonne:

    Le « traité établissant une Constitution pour l’Europe » devait être ratifié par chacun des États signataires pour entrer en vigueur, mais il a été rejeté par les électeurs français et néerlandais lors des référendums du 29 mai et du 1er juin 2005. Bien que les autres Etats membres aient ratifié le texte, la situation de blocage était évidente et le projet de Constitution a été abandonné. A la différence du précédent traité, le texte adopté à Lisbonne est un traité international classique. Le mot « constitution », tout comme les symboles de l’Union (drapeau, hymne, devise…) ne sont donc pas mentionnés. En outre, le texte introduit pour la première fois la possibilité pour un Etat membre de quitter l’Union dans des conditions à négocier avec ses partenaires. Des similitudes sont cependant présentes entre les deux traités. Selon Valéry Giscard d’Estaing, père du projet de constitution européenne, le nouveau traité en reprend intégralement les propositions institutionnelles, tout en les présentant dans un ordre différent. Pour le Sénat français, « le traité de Lisbonne reprend en règle générale le contenu du traité constitutionnel, même s’il le fait sous une forme complètement différente ». Même si le contenu des deux traités n’est pas identique, Marine Le Pen aurait donc raison de dire que le projet de Constitution européenne, rejeté en 2005, a été – en partie – proposé à nouveau en 2008. En effet, le nouveau texte prend en considération les exigences de réformes institutionnelles avancées en 2005, cependant avec un autre ton. Et c’est justement la forme qui marque la différence entre ces deux traités. Après les référendums de 2005, le mot « constitution » est définitivement abandonné et le processus d’intégration européenne est arrêté pendant trois ans. En outre, la possibilité de quitter l’Union est introduite dans le traité : cela n’a pas été le cas pendant les 50 premières années de l’intégration européenne. L’UE s’éloigne donc du rêve fédéraliste de ses fondateurs : la voix des Français et des Néerlandais a donc été écoutée.

    Toute l’Europe

  • 17
    Letel:

    https://www.project-syndicate.org/commentary/boris-johnson-british-counter-revolution-by-mark-leonard-2016-07?utm_source=Project+Syndicate+Newsletter&utm_campaign=0dbfdeec0a-Levy_Trump_the_Traitor_31_7_2016&utm_medium=email&utm_term=0_73bad5b7d8-0dbfdeec0a-104386165

  • 16
    Letel:

    https://www.project-syndicate.org/commentary/reversing-brexit-referendum-by-anatole-kaletsky-2016-07?utm_source=Project+Syndicate+Newsletter&utm_campaign=0dbfdeec0a-Levy_Trump_the_Traitor_31_7_2016&utm_medium=email&utm_term=0_73bad5b7d8-0dbfdeec0a-104386165

  • 15
    jc durbant:

    SI LE SEL PERD SA SAVEUR …

    Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée;et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

    Rabbi Yeshua Ben Yosef (Matthieu 5: 13-16)

    Enfin, ils se reveillent !

    Bien sur, on aurait bien aime qu’ils aient fait preuve de plus de lucidite par rapport a leurs propres problemes notamment de pedophilie, mais bon, on ne va pas faire la fine bouche …

    « La crise que traverse actuellement notre société nous confronte inexorablement à une évaluation renouvelée de ce que nous considérons comme les biens les plus précieux pour nous. On invoque souvent les valeurs, comme une sorte de talisman pour lequel nous devrions résister coûte que coûte. Mais on est moins prolixe sur le contenu de ces valeurs, et c’est bien dommage. Pour une bonne part, la défiance à l’égard de notre société, – et sa dégradation en haine et en violence – s’alimente du soupçon selon lequel les valeurs dont nous nous réclamons sont très discutables et peuvent être discutées. Pour reprendre les termes de l’évangile que nous venons d’entendre : quel trésor est caché dans le champ de notre histoire humaine, quelle perle de grande valeur nous a été léguée ? Pour quelles valeurs sommes-nous prêts à vendre tout ce que nous possédons pour les acquérir ou les garder ? Peut-être, finalement, nos agresseurs nous rendent-ils attentifs à identifier l’objet de notre résistance ?

    Quand une société est démunie d’un projet collectif, à la fois digne de mobiliser les énergies communes et capable de motiver des renoncements particuliers pour servir une cause et arracher chacun à ses intérêts propres, elle se réduit à un consortium d’intérêts dans lequel chaque faction vient faire prévaloir ses appétits et ses ambitions. Alors, malheur à ceux qui sont sans pouvoir, sans coterie, sans moyens de pression ! Faute de moyens de nuire, ils n’ont rien à gagner car ils ne peuvent jamais faire entendre leur misère. L’avidité et la peur se joignent pour défendre et accroître les privilèges et les sécurités, à quelque prix que ce soit.

    Est-il bien nécessaire aujourd’hui d’évoquer la liste de nos peurs collectives ? Si nous ne pouvons pas nous en affranchir, en nommer quelques-unes nous donne du moins quelque lucidité sur le temps que nous vivons. Jamais sans doute au cours de l’histoire de l’humanité, nous n’avons connu globalement plus de prospérité, plus de commodités de vie, plus de sécurité, qu’aujourd’hui en France. Les plus anciens n’ont pas besoin de remonter loin en arrière pour évoquer le souvenir des misères de la vie, une génération suffit. Tant de biens produits et partagés, même si le partage n’est pas équitable, tant de facilités à vivre ne nous empêchent pas d’être rongés par l’angoisse. Est-ce parce que nous avons beaucoup à perdre que nous avons tant de peurs ?

    L’atome, la couche d’ozone, le réchauffement climatique, les aliments pollués, le cancer, le sida, l’incertitude sur les retraites à venir, l’accompagnement de nos anciens dans leurs dernières années, l’économie soumise aux jeux financiers, le risque du chômage, l’instabilité des familles, l’angoisse du bébé non-conforme, ou l’angoisse de l’enfant à naître tout court, l’anxiété de ne pas réussir à intégrer notre jeunesse, l’extension de l’usage des drogues, la montée de la violence sociale qui détruit, brûle, saccage et violente, les meurtriers aveugles de la conduite automobile… Je m’arrête car vous pouvez très bien compléter cet inventaire en y ajoutant vos peurs particulières. Comment des hommes et des femmes normalement constitués pourraient-ils résister sans faiblir à ce matraquage ? Matraquage de la réalité dont les faits divers nous donnent chaque jour notre dose. Matraquage médiatique qui relaie la réalité par de véritables campagnes à côté desquelles les peurs de l’enfer des prédicateurs des siècles passés font figure de contes pour enfants très anodins.

    Comment s’étonner que notre temps ait vu se développer le syndrome de l’abri ? L’abri antiatomique pour les plus fortunés, abri de sa haie de thuyas pour le moins riche, abri de ses verrous, de ses assurances, appel à la sécurité publique à tout prix, chasse aux responsables des moindres dysfonctionnements, bref nous mettons en place tous les moyens de fermeture. Nous sommes persuadés que là où les villes fortifiées et les châteaux-forts ont échoué, nous réussirons. Nous empêcherons la convoitise et les vols, nous empêcherons les pauvres de prendre nos biens, nous empêcherons les peuples de la terre de venir chez nous. Protection des murs, protection des frontières, protection du silence. Surtout ne pas énerver les autres, ne pas déclencher de conflits, de l’agressivité, voire des violences, par des propos inconsidérés ou simplement l’expression d’une opinion qui ne suit pas l’image que l’on veut nous donner de la pensée unique.

    Silence des parents devant leurs enfants et panne de la transmission des valeurs communes. Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation des déviances. Silence des votes par l’abstention. Silence au travail, silence à la maison, silence dans la cité ! A quoi bon parler ? Les peurs multiples construisent la peur collective, et la peur enferme. Elle pousse à se cacher et à cacher.

    C’est sur cette inquiétude latente que l’horreur des attentats aveugles vient ajouter ses menaces. Où trouverons-nous la force de faire face aux périls si nous ne pouvons pas nous appuyer sur l’espérance ? Et, pour nous qui croyons au Dieu de Jésus-Christ, l’espérance c’est la confiance en la parole de Dieu telle que le prophète l’a reçue et transmise : « Ilc te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te sauver et te délivrer. Je te délivrerai de la main des méchants, je t’affranchirai de la poigne des puissants. »

    http://www.paris.catholique.fr/homelie-du-cardinal-andre-vingt-40311.html

  • 14
    jc durbant:

    Cet attentat contre une église est un message adressé aux chrétiens par les islamistes. Ils aimeraient voir la France ressembler à la Syrie et à l’Irak, où les chrétiens sont victimes d’un quasi-génocide. Le plus odieux est que l’idéologie islamiste cherche à faire croire que ce sont les musulmans qui sont persécutés partout dans le monde, que ce sont eux les victimes par définition. Mais la réalité géopolitique est bien différente. Cette vérité planétaire atteint maintenant la France aussi. Et pourtant, le déni continue: à chaque fois que c’est possible, le gouvernement et de nombreux médias disculpent l’islamisme de ces attentats en réduisant les terroristes à des catégories psychiatriques (les «déséquilibrés»). … La nécessité de combattre le terrorisme islamiste se heurte à une barrière idéologique: le refus de considérer que l’islamisme est une des versions de l’islam. Un écrivain comme Boualem Sansal, qui est mon ami, pense ce lien. Il faut aider les musulmans à guérir «la maladie» – je reprends le vocabulaire d’Abdelwahab Meddeb – qui gangrène l’islam, et dont le nom est islamisme. Sophistes et tentateurs, les prédicateurs islamistes parlent une langue et utilisent des images qui sont familières à tout musulman – afin de tromper ces musulmans. De surcroît, le projet des islamistes est favorisé par le climat intellectuel qui a triomphé en France depuis les années 1980. Les vraies valeurs républicaines – expression dont on se gargarise pour faire oublier leur disparition – ont été abandonnées au nom d’un culte fétichiste de l’Étranger, de l’Autre, du Différent, qui a toujours raison. Derrière ce culte se cachent la haine de soi et la repentance. La destruction de l’école est une des causes de notre drame car elle sépare le peuple français de son passé, de sa langue et de sa culture. On enseigne aux enfants de l’immigration que nous, Français, sommes des croisés, des esclavagistes, des colonisateurs, coupables et méprisables. Sous couvert du respect de la différence, l’aversion de ce qui est français, européen et occidental domine. En justifiant le rejet de la France et de sa culture, l’école a créé et fertilise le terreau psychologique sur lequel l’islamisme peut se développer et prospérer sans obstacle.

    Robert Redeker

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/07/26/31001-20160726ARTFIG00258-robert-redeker-le-terrorisme-islamiste-s-epanouit-grace-a-la-mauvaise-conscience-de-la-france.php (Merci letel)

  • 13
    jc durbant:

    « Il y avait aussi les Amish et les frères suisses d’Alsace qui immigrèrent en Pennsylvanie en 1736, suivis des seven-day-adventists » …

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Seventh-day_Adventist_Church

  • 12
    JFM:

    A propos de la Guerre du Sécession. La vulgate dit que ce fut une guerre pour rétablir l’Union et non pas à cause de l’esclavage. En réalité et puisque la Sécession, puis le premier coup de canon furent le fait du Sud c’est de son coté qu’il faut chercher les motifs de la guerre et ce motif c’est bien l’esclavage. Les droits de douane ou autres tiennent une place négligeable dans la presse sudiste. Ensuite, en apprenant l’élection d’un antiesclavagiste le Sud profond fait sécession et ce avant même que Lincoln ait mis les pieds à la Maison Blanche. Quand au Haut Sud il restera assis sur la barrière.

    Quelques mois plus tard constatant que le Haut Sud n’a toujours pas rejoint la Confédération et que le découragement à s’installer dans celle-ci Jefferson Davis décide de galvaniser tout ce monde en attaquant Fort Sumter.

    Dans le Nord on est entré dans une rage folle c’est tout juste si on n’y appelait pas à lyncher Lincoln au cas où il n’aurait pas réagi.

  • 11
    JFM:

    Il y a eu une thèse comme quoi Jefferson aurait eu une maitresse noire et eu des descendants avec. En réalité l’analyse ADN prouve que ses soi-disant descendants ne sont pas de lui mais d’un de ses proches, probablement son frère.

    Au moment de l’Indépendance il n’y pas encore d’intégristes de l’esclavagisme come Jefferson Davis pour qui l’abolition étair « une des plus grandes fautes de l’homme pêcheur ». En fait au moment de la frmation des Ets-Unis une grande partie des représentants du Sud ne sont pas fans de l’esclavage et pensent qu’il s’éteindra naturellement. Mais en attendant l’économie du Sud repose sur l’esclavage et, comme dans le cas de Jefferson, la chair est faible. Cependant c’est Jefferson qui fit interdire l’importation d’esclaves et la reprise de cette importation fut un élément de désaccord entre Etats du Sud profond (partisans) et du Haut Sud (hostiles).

  • 10
    JFM:

    Qu’est ce que c’est un SDA?

  • 9
    jc durbant:

    Finalement, « accessoirement fonde » me semble pas si mal que ça puisque effectivement, ce que passe commodément sous silence Thanksgiving mais rappelle bruyamment dès le lendemain Black Friday, on a bien l’impression de deux fondations distinctes mais conjointes des EU, Jamestown (1607) et ses « fortune-seekers » et investisseurs précédant d’ailleurs d’au moins 13 ans (et du fait des simples caprices des vents puisqu’ils étaient censés au départ rejoindre les premiers) Plymouth et ses « saints » (dissidents religieux qui en fait ne dépassaient pas le tiers des passagers du Mayflower, constitués en majorité de « strangers » – artisans ou hommes d’armes sans parler de leurs « indentured servants » – certains pas plus vieux que 8 ans ! – souvent rafles dans les rues de Londres et dont le sort, fréquemment oublie, ne valait guère mieux que celui de beaucoup des esclaves qui arriveront plus tard, le rachat de leur peine ou transport, quand les papiers n’étaient pas perdus ou trafiqués, pouvant dépasser leur propre vie qui, on l’oublie aussi souvent, valait bien moins cher que celles de ces rares possessions qu’on faisait venir de si loin et dont la productivité était d’autant plus valorisée …

    Sans compter que comme on le sait, nombre des pères fondateurs les plus proéminents (notamment Jefferson – qui m’affranchira jamais les siens contrairement à Washington et cachera longtemps sa maîtresse noire ou Franklin) possédaient, comme au moins, si je me souviens bien, neufs présidents américains leurs propres esclaves avec bien sûr leurs « indentured servants » …

    Mais on peut aussi se demander si une nation qui « cachait » commodément ses propres esclaves dans ses colonies notamment antillaises et en importa quelque dix fois plus est la mieux placée pour jeter la pierre à ceux à qui elle doit non seulement son inspiration pour sa propre révolution mais aussi plus récemment le sauvetage par deux fois en un siècle de sa démocratie sans compter les fonds de sa reconstruction et sa protection militaire face aux bolcheviques …

    PS: au fait, pas de SDA’s, au moins officiellement, avant 1863 …

  • 8
    Annika:

    JFM : De plus, et eu égard à tous ces transplantés qui ont fui l’oppression religieuse pour le nouveau monde, les pères fondateurs s’assurèrent que le droit constitutionnel qui figure en tout premier lieu, c’est le droit au culte et à la liberté d’expression. Car quand bien même les autres droits sont importants, ils découlent tous du premier amendement. En effet, on ne peut avoir droit au port d’armes sans liberté d’expression, ou droit à la protection contre les fouilles, et saisies abusives (4eme amendement) sans liberté d’expression, etc. Ce droit est inscrit en premier car il est fondamental dans l’histoire de l’Amérique.

  • 7
    Annika:

    JFM: Vous avez raison que le caractère du nord et du sud étaient différents, et c’était dû au type d’immigrants qui avait colonisé ces régions – dont de nombreux créoles français. Mais je parlais de la persécution religieuse européenne qui entraina de nombreux colons vers l’Amérique. Les tout premiers, étaient en effet des anglais vers la nouvelle Angleterre, dont 20,000 puritains en 1630, suivis d’allemands tels des Mennonites Huttérites, les milliers de Quakers vers la Pennsylvanie, les Mennonites hollandais et les suisses Brethren (frères suisse ?) début 1700. En 1721, les frères baptistes (des allemands) dont les pratiques religieuses ressemblaient aux Mennonites, s’établirent en Pennsylvanie. Suite à un décret 20,000 « Salzburgers » luthériens furent expulsé d’Autriche en 1731, et trouvèrent refuge en Géorgie. Il y avait aussi les Amish et les frères suisses d’Alsace qui immigrèrent en Pennsylvanie en 1736, suivis des seven-day-adventists. Les Huguenots se refugiaient dans les Carolines, Virginie, et le nord-est. Entre 1717 et 1775, on estime que 250,000 Scot-Irish firent la traversée vers l’Amérique afin de fuir l’oppression religieuse dans le nord de l’Irlande. Puis dans les années 1800, la renaissance du christianisme en Europe apporta de nouvelles vagues d’immigrants fuyant la persécution, tels les juifs russes, les Huttérites russes et ukrainiens qui s’établirent dans les Dakotas et Montana, etc. La liste est longue. L’histoire de l’Amérique est tellement marquée par ces vagues migratoires de religieux persécutés dans leur pays d’origine, qu’aux E.U. il est couramment entendu que c’est la quête de liberté religieuse qui ‘fonda’ l’Amérique.
    http://www.anabaptists.org/history/german-migration-to-north-america.html
    http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:https://www.loc.gov/exhibits/religion/rel01.html

  • 6
    JFM:

    @Annika.

    Ce ne sont pas les Etats-Unis qui furent fondés sur la quête ala liberté religieuse mais la Nouvelle-Angleterre deux siècles auparavant. Quand aux Etats du Sud ils furent crées sur les motivations complètement différentes et avec une sociologie complètement différente, plus aristocratique. D’ailleurs à la veille de la Guerre de Sécession les journaux du Sud vendaient l’idée que les Sudistes descendaient des Normands par aristocrates interposés et qu’ils ne pourraient que triompher des Saxons du Nord.

  • 5
    JFM:

    @Annika

    Les Etts-Unis ne furent pas sur la quête de la liberté religieuse.

    Première tribu que je vois les Abbacos. Ils disparaissent à cause de maladies et du fait que leurs chefs ont vendu leurs territoires. Et en 1776 la tribu est déjà moribonde. Je vous laisse m’en trouver une où il s’agisse d’une extermination. Vous savez avec des coups de fusil et tout le reste. Une extermination après l’indépendance pas avant. Par contre vous devriez regarder le tableau de chasse des Sioux.

  • 4
    Annika:

    À l’origine, l’élément principal qui ‘fonda’ l’Amérique, c’est la quête de liberté religieuse. L’Amérique n’a pas vraiment été fondée sur l’esclavage ou le massacre des indiens. Tout autant que la France n’est pas « fondée » sur le servage, et le Règne de la Terreur. (or so I think)

    Toujours est-il que les indiens ont eu une bonne revanche avec la syphilis et le tabac.
    JFM, il y a des tribus qui ont disparu parait-il http://www.aaanativearts.com/extinct-tribes-a-z#axzz4EW7wMoOs

    C’est de qui cette peinture édifiante ?

  • 3
    jc durbant:

    Oui, j’étais pas très content de ce « fondée » (‘d’où l’ « accessoirement ») mais qu’est-ce qu’on pourrait mettre ?

  • 2
    JFM:

    Déjà il est faux de dire que les Etats-Unis furent fondés sur l’esclavage. En fait ils faillirent ne pas être fondés à cause de l’esclavage balayés sous le tapis dans la Constitution , avec une formule qui ne le nomme pas qui fut l’objet de frictions constantes, de compromis boiteux, du refus d’absorber des territoires pour ne pas renforcer l’autre camp, Le Kansas ensanglanté et pour finir une guerre.

    Quand aux Indiens d’une part Etats-Unis c’est à dire l’Etat ont passé leur temps à essayer de freiner les colons. D’autre part le « génocide » indien a été fortement exagéré par ceux qui avaient un intérêt politique ou par ceux qui avaient mauvaise conscience après Auschwitz. Petit élément de réflexion: pas une seule tribu indienne des Etats-Unis n’a disparu du fait de l’action des Blancs.

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    J’aime la piété et non les sacrifices, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.

    Osée 6: 6-7

    L’arbre de la liberté doit être revivifié de temps en temps par le sang des patriotes et des tyrans.

    Jefferson

    Une nation ne se régénère que sur un monceau de cadavres.

    Saint-Just

    La punition d’un tyran, obtenue après tant de débats odieux, sera-t-elle donc le seul hommage que nous ayons rendu à la liberté et à l’égalité ? Souffrirons-nous qu’un être non moins coupable, non moins accusé par la Nation, et qu’on a ménagé jusqu’ici, comme par un reste de superstition pour la royauté; souffrirons-nous qu’il attende tranquillement ici le fruit de ses crimes ? Une grande République, outragée avec tant d’insolence, trahie avec tant d’audace, attend de vous l’impulsion qui doit ranimer dans tous les cœurs une sainte antipathie pour la royauté, et donner une nouvelle force à l’esprit public.

    Robespierre (27 mars 1793)

    Qu’un sang impur abreuve nos sillons!

    Air connu

    Une civilisation est testée sur la manière dont elle traite ses membres les plus faibles. Pearl Buck
    Je crois que le moment décisif en Occident est l’invention de l’hôpital. Les primitifs s’occupent de leurs propres morts. Ce qu’il y a de caractéristique dans l’hôpital c’est bien le fait de s’occuper de tout le monde. C’est l’hôtel-Dieu donc c’est la charité. Et c’est visiblement une invention du Moyen-Age.

    René Girard

    L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste , en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. (…) Le mouvement antichrétien le plus puissant est celui qui réassume et « radicalise » le souci des victimes pour le paganiser. (…) Comme les Eglises chrétiennes ont pris conscience tardivement de leurs manquements à la charité, de leur connivence avec l’ordre établi, dans le monde d’hier et d’aujourd’hui, elles sont particulièrement vulnérables au chantage permanent auquel le néopaganisme contemporain les soumet.

    René Girard

    La reine appartient à plusieurs catégories victimaires préférentielles; elle n’est pas seulement reine mais étrangère. Son origine autrichienne revient sans cesse dans les accusations populaires. Le tribunal qui la condamne est très fortement influencé par la foule parisienne. Notre premier stéréotype est également présent: on retrouve dans la révolution tous les traits caractéristiques des grandes crises qui favorisent les persécutions collectives. (…) Je ne prétends pas que cette façon de penser doive se substituer partout à nos idées sur la Révolution française. Elle n’en éclaire pas moins d’un jour intéressant une accusation souvent passée sous silence mais qui figure explicitement au procès de la reine, celui d’avoir commis un inceste avec son fils.

    René Girard

    Une femme ça souffre. Un Noir, une Noire, ou un (une) Arabe ça souffre. Un migrant(te), un immigré, ça souffre. Un gay ça souffre. Une lesbienne ça souffre. Tout ça, on le sait depuis longtemps. C’est disponible dans toutes les boutiques qui ont pour enseigne “abrutis du monde entiers unissez-vous !”. Mais, comme on dit, on n’arrête pas le progrès. De nouveaux produits ont fait leur apparition, plus fins, plus modernes, plus pointus. Ils sont regroupés sous l’appellation de “intersectionnalité”. C’est un concept -je recopie Libération- “visant à regrouper les discriminations de classe, de sexe et de race.” Si j’ai bien compris, l’intersectionnalité prend en compte l’addition de plusieurs handicaps cumulés par la même personne. Par exemple : femme + Noire + lesbienne + immigrée. Dès lors la souffrance devient insupportable : c’est triple ou quadruple peine. La question est posée en ces termes. “On sait les discriminations dont les femmes sont victimes. On étudie celles qui visent les Français d’origine algérienne ou les homosexuels. Mais quelle est la situation des femmes migrantes ou celle des hommes d’origine algérienne homosexuels ?”. Il est vrai qu’on peut avoir en même temps un rhume, une jambe cassée, une crise de foie. Plus c’est compliqué, mieux c’est… “L’intersectionnalité permet de penser de manière plurielle la domination masculine” écrit l’historienne Florence Rochefort. Donc, vous pensez, en bonne logique, que le port du voile serait l’exemple le pus frappant de la “domination masculine”. Vous n’y êtes pas, mais pas du tout. (…) Au royaume des fous (je ne dis pas des folles, ça pourrait être mal compris), la compétition est rude pour savoir qui s’assiéra sur le trône. Comme ça, pour le plaisir, j’ai tenté ma chance. Avec un produit du terroir. Un Creusois catholique (habitant du département de la Creuse, le plus pauvre de France) vivant du RMI, transsexuel et séropositif ! J’ai été brutalement retoqué au motif que la couleur n’était pas bonne, et la religion non plus. Tenace je n’ai pas abandonné le combat. Il fallait, ai-je compris tardivement, s’ouvrir vers le vaste monde. J’ai trouvé un produit qui approche de l’excellence. Une Erythréenne noire, voilée, lesbienne, migrante et handicapée moteur ! On m’a félicité mais on ne m’a rien promis tant la concurrence est forte.

    Benoît Rayski

    The police force in Nottinghamshire, East Midlands, will become the first in the U.K. to record misogyny as a hate crime in an effort to tackle the increasing number of incidents in the county. Misogynist hate crime is defined by the force as: » Incidents against women that are motivated by an attitude of a man towards a woman and includes behaviour targeted towards a woman by men simply because they are a woman. » The new category will include everything from verbal comments to unwanted physical approaches. The use of mobile devices to send uninvited messages or take photographs without consent will also warrant police attention. When reported, Nottinghamshire police will investigate the claim and specially trained officers will provide support for the victim. Domestic abuse will not be recorded as a misogyny hate crime because it already has a separate comprehensive procedure. « What women face, often on a daily basis, is absolutely unacceptable and can be extremely distressing, » said Chief Constable Sue Fish. « Nottinghamshire Police is committed to taking misogynistic hate crime seriously and encourages anyone who is affected by it to contact us without hesitation. » The urgent need to provide greater support for women facing abuse of various kinds became clear during the Nottinghamshire Safer for Women Conference last year, when, while reporting on the event, Sarah Teale, a BBC broadcaster was verbally harassed by a man in the street.

    Newsweek

    La punition d’un tyran, obtenue après tant de débats odieux, sera-t-elle donc le seul hommage que nous ayons rendu à la liberté et à l’égalité ? Souffrirons-nous qu’un être non moins coupable, non moins accusé par la Nation, et qu’on a ménagé jusqu’ici, comme par un reste de superstition pour la royauté; souffrirons-nous qu’il attende tranquillement ici le fruit de ses crimes ? Une grande République, outragée avec tant d’insolence, trahie avec tant d’audace, attend de vous l’impulsion qui doit ranimer dans tous les cœurs une sainte antipathie pour la royauté, et donner une nouvelle force à l’esprit public. Robespierre (27 mars 1793)
    The people now armed themselves with such weapons as they could find in armourer shops & privated houses, and with bludgeons, & were roaming all night through all parts of the city without any decided & practicable object. The next day the states press on the King to send away the troops, to permit the Bourgeois of Paris to arm for the preservation of order in the city, & offer to send a deputation from their body to tranquilize them. He refuses all their propositions. A committee of magistrates & electors of the city are appointed, by their bodies, to take upon them its government. The mob, now openly joined by the French guards, force the prisons of St. Lazare, release all the prisoners, & take a great store of corn, which they carry to the corn market. Here they get some arms, & the French guards begin to to form & train them. The City committee determine to raise 48,000 Bourgeois, or rather to restrain their numbers to 48,000, On the 16th they send one of their numbers (Monsieur de Corny whom we knew in America) to the Hotel des Invalides to ask arms for their Garde Bourgeoise. He was followed by, or he found there, a great mob. The Governor of the Invalids came out & represented the impossibility of his delivering arms without the orders of those from whom he received them. De Corny advised the people then to retire, retired himself, & the people took possession of the arms. It was remarkable that not only the invalids themselves made no opposition, but that a body of 5000 foreign troops, encamped with 400 yards, never stirred. Monsieur De Corny and five others were then sent to ask arms of Monsieur de Launai, Governor of the Bastille. They found a great collection of people already before the place, & they immediately planted a flag of truce, which was answered by a like flag hoisted on the parapet. The depositition prevailed on the people to fall back a little, advanced themselves to make their demand of the Governor. & in that instant a discharge from the Bastille killed 4 people of those nearest to the deputies. The deputies retired, the people rushed against the place, and almost in an instant were in possession of a fortification, defended by 100 men, of infinite strength, which in other times had stood several regular sieges & had never been taken. How they got in, has as yet been impossible to discover. Those, who pretend to have been of the party tell so many different stories as to destroy the credit of them all. They took all the arms, discharged the prisoners & such of the garrison as were not killed in the first moment of fury, carried the Governor and Lieutenant Governor to the Greve (the place of public execution) cut off their heads, & sent them through the city in triumph to the Palais royal… I have the honor to be with great esteem & respect, Sir, your most obedient and most humble servant.

    Thomas Jefferson (lettre à John Jay, 19 juillet 1789)

    Le 14 juillet, c’est la Révolution tout entière. C’est bien plus que le 4 août, qui est l’abolition des privilèges féodaux ; c’est bien plus que le 21 septembre, qui est l’abolition du privilège royal, de la monarchie héréditaire. C’est la victoire décisive de l’ère nouvelle sur l’Ancien Régime. Les premières conquêtes qu’avait values à nos pères le serment du Jeu de paume étaient menacées ; un effort suprême se préparait pour étouffer la Révolution dans son berceau ; une armée en grande partie étrangère se concentrait autour de Paris. Paris se leva, et, en prenant la vieille citadelle du despotisme, il sauva l’Assemblée nationale et l’avenir. Il y eut du sang versé le 14 juillet : les grandes transformations des sociétés humaines – et celle-ci a été la plus grande de toutes – ont toujours jusqu’ici coûté bien des douleurs et bien du sang. Nous espérons fermement que, dans notre chère patrie, au progrès par les révolutions, succède, enfin ! le progrès par les réformes pacifiques. Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. Elles ont passé trop vite, ces heures où tous les cœurs français ont battu d’un seul élan ; mais les terribles années qui ont suivi n’ont pu effacer cet immortel souvenir, cette prophétie d’un avenir qu’il appartient à nous et à nos fils de réaliser.

    Henri Martin (29 juin 1880)

    Les journées les plus décisives de la Révolution française sont contenues, sont impliquées dans ce premier fait qui les enveloppe : le 14 juillet 1789. Et voilà pourquoi aussi c’est la vraie date révolutionnaire, celle qui fait tressaillir la France ! On comprend que ce jour-là notre Nouveau Testament nous a été donné et que tout doit en découler.

    Léon Gambetta (14 juillet 1872)

    La Fête de la Fédération: Il s’agit de la fête la plus célèbre de la Révolution française. Fête emblématique, au point qu’aujourd’hui encore notre fête nationale réunit en elle deux adversaires : la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, et la Fédération du 14 juillet 1790. L’intention primitive de la fête n’était pourtant pas celle d’une célébration unanime. L’idée était née en province, dans cet hiver 1790 où les alliances défensives, hantées par les souvenirs de la Grande Peur, n’avaient cessé de se nouer entre les gardes nationales et l’armée tout entière. Des fêtes locales et toutes militaires scellaient ces pactes. Paris s’inquiète alors de l’agitation qui risque de gagner les troupes régulières et choisit de la contrôler en convoquant dans la capitale, pour le 14 juillet, les députations provinciales. Mais le caractère conservateur d’une fête destinée à garantir l’ordre est vite débordé par l’enthousiasme collectif d’où la Fédération tire son prestige légendaire.

    Mona Ozouf

    Les légitimistes s’évertuent alors à démonter le mythe du 14 Juillet, à le réduire à l’expression violente d’une foule (pas du peuple) assoiffée de sang (les meurtres des derniers défenseurs de la Bastille malgré la promesse de protection) allant jusqu’au sacrilège du cadavre (des têtes dont celle du gouverneur Launay parcourant Paris plantée au bout d’une pique) (…) la Bastille n’était pas un bagne, occupée qu’elle était par quelques prisonniers sans envergure, elle n’était pas la forteresse du pouvoir royal absolu tourné contre le peuple à travers l’instrumentalisation des canons, elle n’était pas la forteresse à partir de laquelle la reconquête de la ville pouvait être envisagée puisqu’elle n’était défendue que par quelques soldats qui du reste se sont rendus en fin d’après-midi. Le mythe de la prise de la Bastille tombe de lui-même pour les monarchistes et même plus il est une création politique construisant artificiellement le mythe du peuple s’émancipant, plus encore il apparaît comme annonciateur de la Terreur, justifiant les surnoms de « saturnales républicaines », de « fête de l’assassinat »…

    Pierrick Hervé

    Le 14 juillet 1935: La SFIO se rallient aux communistes et acceptent une grande alliance avec les Radicaux. Un « Congrès international des écrivains pour la défense et la culture », réuni à Paris , rassemble des humanistes et des anti-fascistes allemands. Le mouvement Amsterdam-Pleyel propose de manifester le 14 juillet 1935 dans toute la France contre le fascisme. Le jour de la fête nationale, des délégués venus de tous les départements jurent de « défendre les libertés démocratiques, de donner du pain aux travailleurs, du travail à la jeunesse et au monde la grande paix humaine ». 500 000 personnes défilent de la Bastille à Vincennes avec Léon Blum à leur tête. Le leader de la SFIO est accompagné de Maurice Thorez (PC), de Benoît Frachon (CGTU) et Léon Jouhaux (CGT) ainsi que Edouard Daladier (Parti Radical). En Province, les manifestations atteignent également du 12 février 1934. On entend en même temps l’Internationale et la Marseillaise, on mêle le drapeau tricolore au drapeau rouge. Cette fois, l’unité est en marche pour de bon. Et dès le lendemain, on crée le comité national du Rassemblement populaire pour le pain la paix et la liberté. L’expression Front Populaire s’impose dans le langage. David Martin
    Dans les grandes démocraties du monde, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Etats-unis, le Canada, les fêtes nationales se fêtent sans défilé militaire. Ce sont les dictatures qui font les défilés militaires. C’est l’URSS, c’est la Chine, c’est l’iran; ce sont des pays non démocratiques. Et la France est l’une des seules démocraties à organiser sa fête nationale autour d’un défilé militaire: ça n’a aucune justification même historique.

    Sylvain Garel (élu vert de Paris, 02.07.10)

    Le défilé du 14 Juillet tel que nous le connaissons aujourd’hui n’a été instauré qu’en 1880, grâce à un vote de l’Assemblée nationale faisant du 14 juillet le jour de la Fête nationale française. La jeune IIIe République cherche à créer un imaginaire républicain commun pour souder le régime, après des décennies d’instabilité (Directoire, Consulat, premier et second Empire, IIe République …). C’est dans la même période que la Marseillaise sera adoptée comme hymne national. La date a pourtant fait polémique au sein de l’hémicycle. Pouvait-on adopter comme acte fondateur de la Nation la sanglante prise de la Bastille? Les conservateurs s’y opposent. Le rapporteur de la loi, Benjamin Raspail, propose alors une autre date : le 14 juillet 1790, jour de la Fête de la Fédération. Le premier anniversaire de la prise de la Bastille avait été célébré à Paris par le défilé sur le Champ-de-Mars de milliers de «fédérés», députés et délégués venus de toute la France. Louis XVI avait prêté serment à la Nation, et avait juré de protéger la Constitution. (…) Convaincue, l’Assemblée nationale a donc adopté le 14 Juillet comme Fête nationale, mais sans préciser si elle se réfèrait à 1789 ou 1790. (…) La IIIe République est née en 1870 après la défaite de l’Empereur Napoléon III à Sedan contre la Prusse. La France y a perdu l’Alsace et la Lorraine, ce qui sera vécu comme un traumatisme national. Dix ans après la défaite, le régime veut montrer que le pays s’est redressé. Jules Ferry, Léon Gambetta et Léon Say remettent aux militaires défilant à Longchamp de nouveaux drapeaux et étendards, remplaçant ceux de 1870. L’armée est valorisée comme protectrice de la Nation et de la République. Hautement symbolique, ce premier défilé du 14 Juillet permet également de montrer à l’opinion nationale et internationale le redressement militaire de la France, qui compte bien reconquérir les territoires perdus. Le caractère militaire du 14 Juillet est définitivement acquis lors du «Défilé de la victoire» de 1919 sur les Champs-Elysées.

    Le Figaro (16.07.11)

    En fait, la Révolution française n’est qu’un aspect d’une révolution occidentale, ou plus exactement atlantique, qui a commencé dans les colonies anglaises d’Amérique peu après 1763, s’est prolongée par les révolutions de Suisse, des Pays-Bas, d’Irlande avant d’atteindre la France en 1787 et 1789.

    Jacques Godechot

    Je constate qu’après la formation de leur Etat, les Juifs, de victimes, sont devenus bourreaux. Ils ont pris les maisons, les terres des Palestiniens.

    Abbé Pierre (1991)

    Qui eût pu penser à la fin de la seconde guerre mondiale, qu’après les siècles d’humiliation et de déni, l’affaire Dreyfus, le ghetto de Varsovie, Auschwitz, les descendants et héritiers de cette terrible expérience feraient subir aux palestiniens occupés humiliations et dénis? Comment comprendre le passage du juif persécuté à l’Israélien persécuteur?

    Edgar Morin (1997)

    On a peine à imaginer qu’une nation de fugitifs, issue du peuple le plus longtemps persécuté dans l’histoire de l’humanité, ayant subi les pires humiliations et le pire mépris, soit capable de se transformer en deux générations en « peuple dominateur et sûr de lui » et, à l’exception d’une admirable minorité, en peuple méprisant ayant satisfaction à humilier.Les juifs d’Israël, descendants des victimes d’un apartheid nommé ghetto, ghettoïsent les Palestiniens. Les juifs qui furent humiliés, méprisés, persécutés, humilient, méprisent, persécutent les Palestiniens. Les juifs qui furent victimes d’un ordre impitoyable imposent leur ordre impitoyable aux Palestiniens. Les juifs victimes de l’inhumanité montrent une terrible inhumanité. Les juifs, boucs émissaires de tous les maux, « bouc-émissarisent » Arafat et l’Autorité palestinienne, rendus responsables d’attentats qu’on les empêche d’empêcher.

    Edgar Morin (1997)

    Eli [sic] Wiesel soutenait les droits de l’Homme pour tous sauf les Palestiniens, où il défendait plus de politiques israéliennes contre notre peuple.

    Xavier Abu Eid (conseiller de l’OLP)

    Les Palestiniens se rappelleront d’Elie Wiesel pour son racisme et sa propagande aux services de leurs oppresseurs, nettoyeurs ethniques et tueurs.

    Ali Abuminah (Electronic Intifada)

    Elie Wiesel était un escroc qui a menti sur son expérience et soutenu le nettoyage ethnique du peuple palestinien dans le processus. Rien d’honorable.

    Abbas Hamideh (Al-Awda)

    La promesse de Wiesel de ne jamais être en paix devant la souffrance d’un être humain était un mensonge. Reza Aslan (auteur irano-américain)
    Wiesel est passé de grande victime de crimes de guerre à apologue de ceux qui en commettent.

    Hassan (Al-Jazeera)

    Elie Wiesel est passé de victime de crimes de guerre à soutien de ceux qui en commettent. Il a fait plus de mal que de bien, et ne devrait pas être honoré.

    Max Blumenthal (journaliste américain)

    Vous avez dit hommage à propos d’Elie Wiesel. Sûrement qu’il y aura un hommage rendu pour Elie Wiesel. Il y aura beaucoup de gens pour le faire. Mais moi c’est quand même un peu différent, parce que je ne suis pas fanatique d’Elie Wiesel à beaucoup d’égards. (…) l’idée que je réalise Shoah semblait le rendre fou (…) La Shoah, cétait, pensait-il, son domaine à lui et moi, je n’étais pas survivant d’un camp (…) Imre Kertész, dans “Être sans destin”, dit ceci, c’est que Elie Wiesel a passé à Auschwitz en tout et pour tout trois ou quatre nuits et jours, le reste du temps il était à Buchenwald. Il n’était pas à Auschwitz. C’est un témoin fiable, Imre Kertész.

    Claude Lanzmann

    Pour moi, il était évident que le préjugé était au contraire un phénomène universel, et que toutes les minorités, tous les groupes qui n’occupaient pas le sommet de l’échelle sociale devenaient par là même des victimes potentielles. (…) Dénoncer l’antisémitisme sans dénoncer la cruauté humaine en général, voilà qui me tourmentait en permanence. L’aveuglement général est tel que j’ai entendu des Juifs se désoler sans retenue devant le phénomène de l’antisémitisme pour aborder sans se démonter la question afro-américaine et en parler en petits Hitler. Si je le leur faisais remarquer en protestant énergiquement, ils se retournaient contre moi. Ils ne se rendaient pas du tout compte de ce qu’ils faisaient. J’ai entendu une fois une dame tenir des propos enflammés sur les gentils qui n’avaient rien fait pour sauver les Juifs d’Europe. « On ne peut pas leur faire confiance », affirmait- elle. J’ai laissé passer un temps, puis je lui ai subitement demandé : « Et vous, qu’est-ce que vous faites pour aider les Noirs à obtenir leurs droits civiques ? — Ecoutez, m’a-t-elle rétorqué. J’ai assez avec mes propres problèmes. » Et moi : « C’est exactement ce que se sont dit les gentils d’Europe. » (…) en mai 1977. J’étais convié à une table ronde en compagnie notamment d’Elie Wiesel, qui a survécu à l’Holocauste et, depuis, ne sait plus parler d’autre chose. Ce jour-là, il m’a agacé en prétendant qu’on ne pouvait pas faire confiance aux savants, aux techniciens, parce qu’ils avaient contribué à rendre possible l’Holocauste. Voilà bien une généralisation abusive ! Et précisément le genre de propos que tiennent les antisémites : « Je me méfie des Juifs, parce que jadis, des Juifs ont crucifié mon Sauveur. » J’ai laissé les autres débattre un moment en remâchant ma rancœur puis, incapable de me contenir plus longtemps, je suis intervenu : « Monsieur Wiesel, vous faites erreur ; ce n’est pas parce qu’un groupe humain a subi d’atroces persécutions qu’il est par essence bon et innocent. Tout ce que montrent les persécutions, c’est que ce groupe était en position de faiblesse. Si les Juifs avaient été en position de force, qui sait s’ils n’auraient pas pris la place des persécuteurs ? » A quoi Wiesel m’a répliqué, très emporté : « Citez-moi un seul cas où des Juifs auraient persécuté qui que ce soit ! » Naturellement, je m’y attendais. « Au temps des Macchabées, au IIe siècle av. J.-C., Jean Hyrcan de Judée a conquis Edom et donné à choisir aux Edomites entre la conversion au judaïsme et l’épée. N’étant pas idiots, les Edomites se sont convertis, mais par la suite, on les a quand même traités en inférieurs, car s’ils étaient devenus des Juifs, ils n’en restaient pas moins des Edomites. » Et Wiesel, encore plus énervé : « Il n’y a pas d’autre exemple. » — C’est qu’il n’y a pas d’autre période dans l’histoire où les Juifs aient exercé le pouvoir, ai-je répondu. La seule fois où ils l’ont eu, ils ont fait comme les autres. » (…) J’aurais pu aller plus loin. Faire allusion au sort réservé par les Israélites aux Cananéens au temps de David et de Salomon, par exemple. Et si j’avais pu prédire l’avenir, j’aurais évoqué ce qui se passe en Israël aujourd’hui. Les Juifs d’Amérique auraient une vision plus claire de la situation s’ils se représentaient un renversement des rôles : les Palestiniens gouvernant le pays et les Juifs les bombardant de pierres avec l’énergie du désespoir. J’ai eu le même type de querelle avec Avram Davidson, brillant auteur de science-fiction qui, naturellement, est juif, et a été, du moins à une époque, ostensiblement orthodoxe. J’avais consacré un essai au Livre de Ruth, où je voyais un appel à la tolérance par opposition aux édits du cruel scribe Ezra, qui incitait les Juifs à « répudier » leurs épouses étrangères. Ruth était une Moabite, peuple haï des juifs s’il en est ; pourtant, elle est dépeinte dans l’Ancien Testament sous les traits d’une femme modèle ; en outre, elle compte parmi les ancêtres de David. Avram Davidson a pris ombrage de mon sous-entendu (les Juifs présentés comme intolérants) et j’ai eu droit à une lettre fort sarcastique dans laquelle il me demandait lui aussi si les Juifs s’étaient jamais livrés à des persécutions. Je lui ai répondu notamment : « Avram, vous et moi vivons dans un pays à 95 % non juif et cela ne nous pose pas de problème particulier. En revanche, qu’adviendrait-il de nous si nous étions des gentils habitant un pays à 95 % juif orthodoxe ? » (…) En réalité, là encore le phénomène est universel. Au temps où Rome persécutait les premiers chrétiens, ceux-ci plaidaient pour la tolérance. Mais quand le christianisme l’a emporté, est-ce la tolérance qui a régné ? Jamais de la vie. Au contraire, les persécutions ont aussitôt repris dans l’autre sens. Prenez les Bulgares, qui réclamaient la liberté à leur régime dictatorial et qui, une fois qu’ils l’ont eue, s’en sont servis pour agresser leur minorité turque. Ou le peuple d’Azerbaïdjan, qui a exigé de l’Union soviétique une liberté dont il était privé par le pouvoir central pour s’en prendre aussitôt à la minorité arménienne. La Bible enseigne que les victimes de persécutions ne doivent en aucun cas devenir à leur tour des persécuteurs : « Vous n’attristerez et vous n’affligerez pas l’étranger, parce que vous avez été étrangers vous-mêmes dans le pays d’Egypte » (Exode 22 : 21).

    Isaac Asimov
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684