eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Jon Snow is Alive #BreakingNews

Posté le mardi 3 mai 2016 par sil

jon-snow-is-alive

Enfin la seule bonne nouvelle qui importe vraiment 🙂

sil @ 17:12
Catégorie(s): Coin détente etPépé Cinoche


Laisser un commentaire


34 réponses à “Jon Snow is Alive #BreakingNews”

  • 34
    Marock:

    Tu as oublié, Nina, que les deux blédards devaient prendre la nana en schandwich auvergnat.
    Et qu’ ils se sont interrogés existentiellement :
    « Mais, mais, mais… nos roubignolles respectives vont donc entrer en contact durant cet acte !!! Est ce vraiment hallal pendant le ramadan ? »

    Imagine un ouléma convoqué en consultation sur le plateau de tournage pour un avis éclairé, babouches jaunes, jellaba immaculée (au début). Et le metteur en pine qui décide de l’ inclure dans cette scène torride, en seyant sarouel !

    A développer tout ça.

  • 33
    James:

    Les Rommel papers sont de 1953. The other side of the Hill de 1948. Je ne parle pas de contacts avec l’ennemi mais de pactes pour que chacun fasse la pub de l’utre.

    Je ne parlais pas non plus de pacte mais j’utilisais essentiellement vos termes : Il a plus ou moins pactisé avec les généraux allemands

    Je n’ai jamais dit que l’approche indirecte ne marchait pas.

    Vous avez écrit que Hart était très surfait. Ce n’est guère un propos en faveur de ses théories…

    Simplement que que ce n’est pas la réponse à toutes les situations.

    Cela va de soi, Liddell Hart lui-même n’en disconvient pas dans son livre.

    Il ne le dit jamais et passe à la campagne suivante ça et puis ses délires du point de vue logistique ou pratique comme avec le coup de mettre la Wehrmacht sur chenilles.

    Je vous invite à relire son ouvrage; Hart est beaucoup plus nuancé. En outre, il ne faut pas oublier qu’un pays (et plus encore un Britannique comme lui, marqué par l’insularité de son pays), fait la politique de sa géographie, comme disait Napoléon; ajoutez à cela que Hart fait partie d’une génération que la Première mondiale à profondément marquée et reste, donc, influencé par les théories de la « bataille décisive ». C’est encore un homme du XIXe siècle.

  • 32
    Nina:

    Silounet mon darling.
    C’est marrant mais ça n’irait pas sur extrême centre. La honte !

    Dès que Marock pourra retrouver un autre texte qui me plait plus, tu vas bien plus rigoler mon Sil !

    Tu sais qu’on peut faire du porno halal ? J’ai vécu un truc d’enfer quand j’ai connu une actrice porno qui venait faire son rail dans le troquet où j’étais assise avec ma copine Marion.
    Elle nous a raconté des trucs à mourir de rire que j’ai narré dans une des chroniques que Marock affectionne.

    Je t’en donne un aperçu fissa : Les « acteurs » étaient des blédards de banlieues super mais super cons. Ils sont mal payés et le producteur est un rat fini qui fait plein de blé avec des hardeurs amateurs.
    C’était au moment de Ramadan et les mecs voulaient à tout prix respecter un chouille la fête où on boit pas, on fume pas, on mange pas…sauf que eux…ils baisent ! mouahahaha

    Comme ma nouvelle copine s’appelait Yasmina (pas du tout muslima), au moment où elle aiguise une plume en plan serré à un des blédards, voilà que ce con lui dit « hey ! C’est Ramadan…t’avales pas ma sœur ! ».

    On étaient pétées de rire avec Marion et la hardeuse !

  • 31
    JFM:

    Les Rommel papers sont de 1953. The other side of the Hill de 1948. Je ne parle pas de contacts avec l’ennemi mais de pactes pour que chacun fasse la pub de l’utre.

    Je n’ai jamais dit que l’approche indirecte ne marchait pas. Il y a eu bien des exemples d’approches indirectes qui ont marché. Simplement que que ce n’est pas la réponse à toutes les situations. Or dans son livre Liddell Harrt ne donne pas un seul exemple d’approche indirecte ratée ou d’approche directe réussie et que quand un général connu subit une défaite il se contente de dire « ses procédés ont été trop directs ». En quoi? Que fallait-il faire? Il ne le dit jamais et passe à la campagne suivante ça et puis ses délires du point de vue logistique ou pratique comme avec le coup de mettre la Wehrmacht sur chenilles.

    Pour en revenir à l’approche indirecte amis cette fois-ci dans la guerre navale les Japonai en étaient les rois avec des plans délirants impliquant plusieurs forces navigant séparélment et convergeant à l’instant T en un point donné et ce sous silence radio ou alors des appats ou alors des; « forces d’appui disnta » à uen journé de navigation derrière. Pour la campagne de Midxway ce n’était que la première étape de toute une série d’opérations qui aboutissait à la prise de l’Australie à condition que les Américain veuillent bien se montrer coopératifs. Seulement les Américains ont sauté à la gorge des porteavions japonais (approche directe) pendant que les cuirassés et leur FLAK étaient à 500 km en arrière et les porte-avions légers dans les Aléoutiennes (approche indirecte). ça ne marche pas toujours.

  • 30
    James:

    Liddell Hart est très surfait. Il a plus ou moins pactisé avec les généraux allemands ils racontaient qu’il avait été leur inspirateur et lui les couvrait en taisant leurs erreurs et en les aidant à rejeter la faute sur Hitler (ldquel a eu bien plus souvent raison qu’on le dit)..

    Comme vous y allez; si vous voulez parler des Rommel Papers, ce n’est pas cela « pactiser » avec l’ennemi.

    En outre, l’approche indirecte de Hart n’a pas particulièrement fait des émules dans l’armée allemande. En ce qui concerne Toukhatchevski, il est effectivement (avec Svietchine) un grand penseur de la chose militaire. Mais cette école russe de l’étude stratégique est précisément anti-clausewitzienne.

    Liddell Hart imputera même à Clausewitz la boucherie de 1914, c’est dire. C’est précisément parce que les Allemands n’ont pas adopté son approche indirecte qu’ils vont perdre face aux Soviétiques en plein froid. La Wehrmacht en était encore aux guerres/stratégies napoléoniennes.

  • 29
    James:

    C’ est bien pour ça que j’ ai employé le verbe « nommer » ô embrocheur de virgules.

    Je crois surtout que vous essayez de retomber sur vos pattes avec cette nota bene artificielle. T. E. Lawrence ne s’est pas nommé, comme vous dites, mais ce nom est resté car il venait de ce que les Arabes l’appelaient Aurens.

  • 28
    JFM:

    Liddell Hart est très surfait. Il a plus ou moins pactisé avec les généraux allemands ils racontaient qu’il avait été leur inspirateur et lui les couvrait en taisant leurs erreurs et en les aidant à rejeter la faute sur Hitler (ldquel a eu bien plus souvent raison qu’on le dit)..

    Dans son livre Stratégies chaque fois que Napoléon, Rommel, etc perdent c’est « à cause d’une approche trop directe » sans dire jamais ce qu’ils auraient du faire. Bref, YAKA. ça et le fait qu’il néglige que l’approche indirecte c’est bien joli sur le papier mais qu’il est beaucoup plus difficile de coordonner et d’approvisionner les troupes, bref qu’elle a un coût en termes d’efficacité et que donc ça ne marche pas toujours; Ce YAKA s’étend à peu près à tout: les Allemands YAKA faire des véhicules de transport sur chenilles et ils n’auraient pas été arrêtes par la boe devant Moscou. Petit détail: un véhicule chenillé ça coute plus cher, c’est plus fragile et ça consomme beaucoup plus d’essence => au lieu d’avoir N camions les Allemands auraient eu N/2 véhicules chenillés donc X/2 tonnes de nourriture, munitions, etc arrivant au front. Les Allemands YAKA lancer des parachutistes sur l’Angleterre pendant l’été 40 même sans supériorité aérienne Avec des Junkers 52 qui faisaient du 250 km/heure à vide et le pied au plancher. Bon courage quand les Spits et les Hurricanes leur seraient tombés dessus. Et les Allemands en avaient perdu 250, une année de production, en une journée! en Hollande. Avaient-ils seulement assez d’avions de transport? Bref du n’importe quoi. D’ailleurs la théorie moderne n’est pas basée sur la Blitzkrieg soi-disant inventée par Liddell Hart mais sur l’art opératif développé en Russie pendant les dernières années du tsarisme (le malheur c’est qu’en haut de la hiérarchie c’était un ramassis de vieux gagas qui en plus se détestaient), puis plus tard en URSS par des gens comme Isserson et Toukhachevsky.

  • 27
    Marock:

    Ce n’était pas son prénom mais son nom de famille.

    C’ est bien pour ça que j’ ai employé le verbe « nommer » ô embrocheur de virgules.

  • 26
    James:

    Sauf que ses compagnons sont formels il n’est jamais tombé entre les mains des Turcs et n’a pas été violé. Ils ont même un « alibi »: leur groupe n’était pas dans la région. Alors pourquoi raconte-t-il ça en pleines années 20?

    Vous suivez le « compte rendu » donné par Knightley et Simpson en son temps, j’imagine ? Les plus récentes archives en notre possession atteste la véracité du récit.

    Que l’on apprécie ou non T. E. Lawrence, ce dernier fut non seulement un grand littérateur mais ses écrits restent, au même titre que Basil Liddell Hart (son ami), un modèle de stratégie.

  • 25
    JFM:

    En fait il était né hors mariage et c’était le nom de s mère.

    Un type bizarre qui raconte qu’il est tombé entre les mains des Turcs qui ne l’ont pas reconnu et qu’un galonné turc l’a trouvé fort à son goût. Sauf que ses compagnons sont formels il n’est jamais tombé entre les mains des Turcs et n’a pas été violé. Ils ont même un « alibi »: leur groupe n’était pas dans la région. Alors pourquoi raconte-t-il ça en pleines années 20?

  • 24
    James:

    un mec qui se nomme « Lawrence »

    Ce n’était pas son prénom mais son nom de famille.

  • 23
    Marock:

    Vous savez JFM, un mec qui se nomme « Lawrence », je me demande s’ il est bien apte à distinguer un mâle d’ une femelle.

  • 22
    Sil:

    Mwah 🙂 Ah 🙂 Ah 🙂 Excellent !

    Dis-moi, ma Nina, tu m’en veux si j’en fais un post de ton texte (un simple commentaire, c’est indigne 🙂 ) ?

  • 21
    JFM:

    Je sais, je sais Marock mais Lawrence écrit en Anglais et en Anglais le plus souvent on ne fait pas la distinction Chameau/Dromadaire. La preuve: Avez déjà fumé une « Dromedary »?

  • 20
    Marock:

    Il a pas tort JFM pour les chamelles.
    Sauf que ce sont des dromadaires (avec un « e »)
    D’ ailleurs le Rabin Mardoché Abi-serour en parle dans ses mémoires, que j’ ai traduites à une époque.
    Faut que je retrouve ça.

  • 19
    JFM:

    #18 c’est moi.

  • 18
    JFM:

    Puis la prochaine fois que votre chameau fait des siennes au lieu d’appeler votre fils vous m’appelez-moi et j’accourrai sur mon vaillant destrier afin d’aider une dame en détresse. Parce que le fichier effacé par votre fils on peut le récupérer en deux minutes alors qu’avec moi on aurait toujours pu courir.

  • 17
    JFM:

    Nina. Je suis pris d’un doute parce que d’après Lawrence d’Arabie les Bédouins utilisent uniquement des chamelles. Avez-vous vérifié? Cela vous consolerait-il si au lieu d’avoir raté l’homme de votre vie à cause d’un chameau pétomane pédé comme un phoque vous ayez raté l’homme de votre vie à cause d’une chamelle pétomane gouine comme une otarie?

  • 16
    JFM:

    @Nina. Quand vous parlez du paquet. En argot espagnol le paquet c’est ce que marquait la mode masculine de la Renaissance (cf votre plus proche portrait de la Charles V ou de Philippe II) et ce que les rugbymen protègent avec une coquille.

    Avez-vous songé aux enfants qui nous lisent?

  • 15
    Nina:

    Je ne sais si ça rentrera dans la case JMF et Zoubor mais de grâce, pardonnez mon langage de charretière j’ai honte mais j’ai pas envie de bouger une virgule parce que je suis fainéante et que c’était des petites histoires pour ma pote Anne-Sophie.

    Tu fais chier Anne-Sophie à m’appeler toute la journée parce que tu t’emmerdes en ce moment au taf.

    OKKKKKK Je t’en dois une… de secret story ! Rapport au dernier tuyau que tu m’as refilé…Tu vas pouvoir appeler tes potes bobos pour leur lire une de mes aventures de merde de ma vie de merde.

    Ouaiche Anne-Sophie. Les divans, j’ai jamais connu comme toi et tes « chers amis ». Les docteurs blabla, c’est pas du tout mon trip. Alors j’m’en vais te narrer un de ces trucs qui foutla tremblante tellement c’est honteux. On s’en remet jamais.

    Tout le monde, un jour ou l’autre, même une coinssosse comme toi a connu un ou plusieurs grands moments de solitude. Le genre de honte qui t’étouffe, qui te pique, te démange partout sur le corps.

    Tu te demandes même si t’es pas en train de rêver tellement c’est hard…

    Après ça ma pote, tu te doutes bien que j’irai pas à un de tes putains de dîners à la con où tous tes prout-prout bourges vont me dévisager. J’ai subi une fois… Never again…

    Je vais donc te narrer mon cauchemar, je paie ma dette et basta ma pouf chérie.

    Décors : Roger Hart ? Non ! Désert du Neguev.

    J’avais rendez-vous avec mon fils enfin en perm.

    Pour faire genre mère-qui- fait-des- activités-avec-son-enfant qui en chie à l’armée, nous étions convenus de nous retrouver dans une ferme qui élève des chameaux.

    On s’tape une balade de deux heures mon poussin ?

    – Ouais…pourquoi pas…répond le fruit de mes entrailles.

    Il n’a pas changé mon gamin. Il a toujours les jetons lorsqu’il est avec moi…

    Faut dire que j’ai vraiment pas été la mère idéale. Faut dire que, croisé avec un polack, mon demi-aschké de fils a récupéré le côté hyper introverti du côté paternel.

    Misère… Il m’en veut encore ce petit con d’avoir parfois chanté en plein Monop entre deux rayons de bouffe des morceaux ringardos genre Sheila et Bdevotion… !

    Une mère excentrique parfois qui invectivait les profs de son rejeton en les traitant de têtards ou autres petits noms légèrement humiliants comme « sac à merde…mon fils est un génie…vous dis-je… »

    Déjà, tout petit, si je chantais dans la rue ou j’esquissais quelques pas de danse, il se barrait en courant, mort de honte.

    Putain j’ai freiné tu sais ? Tu me crois au moins Anne-so ? J’ai freiné. J’suis vachement cool maintenant ! Promis juré…Classique, chiante quoi !

    Bon OK ! J’ai déconné souvent mais que n’aurais-je pas fait pour entendre mon fils rire ?

    J’adore ça !

    Rendez-vous donc à la ferme des chameaux. Je ne cause pas l’hébreu et le temps qu’on me comprenne en anglais, ça me met un chouilla en retard.

    J’appelle mon gamin pour lui dire de retenir le petit groupe pour l’excursion, j’aurais quelques minutes de retard.

    Ah ! Autre chose. Mon poussin est regardant sur la tenue de sa mère. Je veux dire par là, qu’il faut que je sois nickel quand on se balade ensemble.

    J’avais donc mis le paquet : maquillage ouaissssss, ni trop, ni trop peu. Jeans baskets ambiance « on est encore djeune et sportive »…

    J’avais grave assuré question look.

    Pis me vlà arrivée sur les lieux.

    Vu que j’étais en retard, les 8 touristes en balade étaient déjà juchés sur leurs chameaux.

    Le mien de chameau se prélassait, attendant mon auguste cul pour enfin se lever et rejoindre le troupeau.

    Je repère mon fils, sourire aux lèvres – bonnes augures rahhhhh – mais mon regard se pose tout de suite sur le mec qui se trouve à sa gauche.

    Putain Anne-Sophie !!!! INDIANA JONES !!!!

    Sans déconner. Un jbèbus à damner un couvent de carmélites !!! Oh le paquet !!! Miam ! Slurp !!!

    Mon fils, fin observateur (c’est tout ce qu’il a eu de moi…ça et peut-être 2 ou 3 bricoles), sourit de plus belle et comprit rapidos que je flashais grave sur INDYYYY !!!!

    Le bédouin tenta de me faire comprendre deux ou trois trucs mais je n’écoutais pas vraiment…
    Je calculais de loin en me disant que mon fils avait eu la bonne idée de se placer à côté de …INDYYYYY !!!

    D’un coup, le chameau se releva et je faillis me viander devant tout le monde. CA démarrait fort, hein ?

    Comment tu veux être crédible devant un paquet comme INDYYYY, si déjà t’as l’air d’un paquet de merde sur un camélidé ?

    Note bien ça, Anne-Sophie. Je vais te la jouer A. Daudet dans « Le Petit Chose » : « Si toi ami lecteur tu ne comprends combien l’évocation de ce douloureux moment de ma vie fut traumatisant… passe ton chemin et évite de re-pointer ta souris sur ce blog de merde. »

    Le chameau, à peine mis sur ses pattes, lâcha une caisse mémorable ! Un bruit d’enfer… qui précéda une odeur de choléra.

    Le petit groupe était mort de rire. Mon fils aussi bien sûr… et… INDYYYYY !!!!

    J’avais – quoi ? – 10 mètres à faire pour rejoindre mon fils et j’avais déjà un nuage, type Tchernobyl, au-dessus de la tête à cause DES PETS de mon chameau.

    Mais pourquoi les gens riaient-ils autant ? C’était pas moi qui pétais, bordel de merde !!!!

    En moins d’une minute je schmeckais la merde de chameau !!! A chaque pas, ce gros con de chameau lâchait une caisse, mine de rien… avec désinvolture, arrogance… tu vois ce que j’veux dire…

    Mon Shalimar se mêlait à l’odeur des pets et je ne savais plus où me mettre ni quoi dire, alors que tout le monde se fendait la gueule à mes dépens. Mon propre fils était encore plus hilare vu qu’il avait repéré mon œillade sur son voisin !

    J’arrivais péniblement près de lui, honteuse et puante, lorsque… ce gros con de chameau, sans doute soulagé par sa crise d’aérophagie sévère, décida de s’en prendre au cul du chameau d’INDYYYY !!!

    En moins de quelques secondes, je me retrouvai cul par dessus tête, genre bougie écrasée avec un doigt qui s’accrochait aux rennes, comme un morback sur le dernier poil de cul.

    Morte de peur, morte de honte, j’essayais de ne pas me casser la gueule.

    Y avait pas que moi qui avais été excitée par INDYYY ? Le chameau aussi ?

    NAANNNN Anne-So !!!! C’est pire que ça… Moi j’avais flashé sur le beau mec et mon chameau sur le chameau du beau mec !!!

    Sauf que… INDYYY ça lui plaisait pas des masses de se voir bousculé par mon chameau-péteur.

    Il commença à tempêter… Ô RAGE !!!! Ô MISÈRE !!!! En français !!!!

    Son chameau s’accroupit et le mien entreprit de le besogner !!!

    J’apercevais les larmes de mon fils et j’entendais son rire…
    Putain Anne-Sophie ! Mon lardon hurlait de rire et n’avait pas honte de sa mère… Normal !!! Sa mère était morte de honte !!!

    Je tentais de me redresser et INDYYY qui avait réussi à s’extirper de la selle de son chameau, histoire de ne pas subir les coups de boutoir du mien, osa même un joke : « dites donc… on s’connait pas assez pour se faire déjà des mamours !!! »

    Rahhh !! INDYYY était con comme un manche ! Et comme j’étais secouée, je lui montrai mon cul : « Ben voilà déjà… mon cul… j’te présente… c’est quoi votre petit nom à vous ? »

    Je n’écoutai pas la réponse… Je m’éloignai de la bête en rut et je regardai le spectacle…

    Puisque mon fils n’arrivait pas à s’arrêter de rire, j’en rajoutai…Tu m’connais Anne-So… Perdu pour perdu, il ne reste plus que l’humour :

    « Vas-y Camel !!! Criai-je ! Crache la purée on n’a pas la journée bordel !!! »

    Ben oui…mais de toute façon j’étais grillée ma grande !!! Je daubais la merde et si je devais résumer la situation je dirais : « Je suis montée sur un chameau péteur qui, en plus, était un phoque ! »

    Et ouais !!! Y avait un pédé dans le troupeau… Il était pour moi !!!

    Alors que tout le monde se tordait de rire, INDYYY commença à être un peu… revêche…limite désagréable.

    Comme si j’étais responsable de mon chameau pédé ! Il m’a énervé : « Eh bien ! Faut croire qu’il était en manque !!! » Qu’il me dit en me regardant, ce con.

    Normal que je lui réponde, non ? : « Dites donc mon bon monsieur… le mien au moins il est actif… Le vôtre il a l’air d’aimer ça, hein ? »

    Soulagé mon chameau a sorti une langue…putain…dégueu…Il me regarda d’un œil torve…On dit torve hein Anne-So ? « Il veut une clope le Camel ? Après l’effort…le réconfort ! »

    Tout à coup, y a eu plus urgent très chère.

    Y avait le couple de shleuhs qui avait tout filmé. Ça m’a pris moins d’une seconde pour réaliser que je risquais de finir YOUTUBEE et à jamais déshonorée.

    J’en appelai à mon fils. « Poussin !!! Viens m’aider…Vite…Il faut effacer le film des shleuhs sinon j’vais me retrouver sur Youtube ou dailymotion !!! Vite !!!! »

    Mon fils pour ça, il a besoin de réflexion…C’est son côté con et djeun’s ou ashké : c’est au choix !!!

    Mais je suis une mère attentive qui connait bien son enfant. Vu qu’il était lent à la comprenette, je trouvai l’argument fatal que les gamins de son âge risquaient de lui mettre en travers la tronche.

    « Hey ta mère sur Youtube en train d’enculer un chameau !!! » Tu vois mon fils…Imagine que ça cartonne, si tu me laisses tomber, c’est un des premiers trucs que je montrerai à tes nanas !!! »

    Alors là…J’ai été grandiose !!! Le fiston a parlé au bédouin qui a fait asseoir son chameau et nous vlà devant les chameaux du couple bavarois.

    « Bébé…Il faut que tu demandes au bédouin de faire descendre les shleuh et on s’la joue Mossad après… ».

    Il se marre…parle au bédouin qui s’occupe de faire asseoir le chameau de l’allemand.

    A peine est-il à portée de main que mon fils ne lui parle même pas et lui arrache sa caméra.

    « Assure maman…Explique lui en anglais que je vais lui rendre sa caméra mais que je vais effacer le passage du film où tu es dessus… »

    « Euh…ouais…sauf qu’ils vont retourner en Allemagne et ils vont dire que les sionistes leur ont fait des misères… »

    « On s’en fout maman…T’as voulu la jouer Mossad, tu te débrouilles pour lui donner une explication à la con…J’ai bientôt fini… »

    J’ai expliqué…Enfin…j’ai baratiné bien sûr. J’ai même poussé le bouchon super loin histoire de me défouler sur des shleuhs et aussi pour rien…gratuitement…pour faire chier.

    Honteusement, j’ai dit que je faisais partie de la délégation du gouvernement français et que je risquais gros à être filmée même si je comprenais que c’était « drôle ».

    Excuses…et blablabla…

    Ils sont restés comme des flans à me regarder. Je ne suis pas sûre qu’ils m’aient crue mais je m’en foutais.

    Je voulais rester digne…Enfin…partir dignement en tout cas. J’ai payé le bédouin avec un bon pourliche histoire de me tirer plus vite.

    Tant pis pour la balade. Je puais ma race et j’avais mal au derche d’avoir été secouée par ce gros con de chameau-péteur- pédé.

    J’ai même pas regardé en arrière pour voir une dernière fois la belle gueule de ce con d’INDYYYY.

    Entre lui et moi, il y avait eu un coït ravageur qui m’avait mise KO. Entre lui et moi, y avait une histoire d’enculés…donc plus d’histoire…

    « Dis moi poussin…Tu ne veux pas qu’on aille voir des dauphins à Eilat ? Hein ? Histoire de faire un truc marrant ? »

    « Euh…maman…tu prends une douche et on fait tout ce que tu veux ? Mais là…tu refoules grave ! »

    Il est mignon mon poussin…Il a les mots qu’il faut, le tact, l’élégance…Il est devenu israélien note bien…

    Pour lui rappeler quand même qu’il était français et que j’avais toujours la haute main sur lui et ses flips, j’entamai à la gare routière de Tel Aviv, un p’tit solo façon Aretha Franklin en dansant sur RESPECT !

    C’est à « just a little bit » qu’il m’a larguée…

    Pffffff !!! Ils sont cons ces gosses !

  • 14
    Zoubor:

    Nina, je t’ai envoye une demande de copinage moi aussi… Des lili Schuberts il y en a plein le FB, du Brésil à New York, la Pologne en passant par l’Allemagne… Mais impossible de te rater pour un assidu d’eXc… 🙂

  • 13
    Marock:

    Si Marock lit cela…

    Sans avoir à lire ceci, Marock te l’ a envoyé.

  • 12
    Nina:

    Sil ! Sur FB je suis Lili Schubert, on peut se faire potes comme ça on causera ?

  • 11
    Nina:

    Effectivement. Pour le moment, il n’y a que lui qui possède encore ce texte.
    Si Marock lit cela, qu’il y aille en commentaire et copie-colle !

    Bizz

    Merci Silounet d’amour

  • 10
    sil:

    Ma Nina, j’ai beau faire des recherches mais je ne la retrouve pas…
    Marock pourrait la poster en commentaire…

  • 9
    Nina:

    Ziva Marock !
    Si Sil est d’ac, on se le lit en loucedé sur extreme à moins que ça ennuie les lecteurs. Ce serait une pause en qq sortes.

    Silounet ? on peur relire l’histoire du chameau pédé que j’ai écrite il y a des lustres ?

  • 8
    Marock:

    Celle avec le dromadaire je l’ ai gardée.
    Je relis quand j’ ai envie de rigoler.

    Combien vous me donnez, JFM, pour vous la faire parvenir sous pli discret ?

    Et les deux beurs qu tournent un porno pendant ramadan ?
    Et le camping en bord de mer avec des laxatifs ?
    Et la Nina dans le train avec un couscoussier géant ?

  • 7
    Nina:

    @JFM : Il faut vraiment que j’aille retrouver ces chroniques. J’ai moi aussi envie de me relire histoire de revivre ces grands moments de solitude.
    Un chameau pédé comme un phoque et qui pète alors que l’homme de ma vie beau comme Indiana Jones était présent, putain…le ciel me tombait sur la tête.

    Promis je vais m’en occuper.

  • 6
    JFM:

    @Nina.

    A ls fin ils meurent tous même si pour certains c’est de vieillesse;

  • 5
    JFM:

    @Nina. L’assassin c’est le majordome aidé du colonel de l’Armée des Indes en retraite. .

    Au fait où en êtes vous de la réédition de vos aventures à dos de chameau, l’événement littéraire que j’attends avec encore plus d’impatience que le prochain volume de Game of Thrones.

  • 4
    Nina:

    MEEEERRRRDDDEEEE !

    J’aime pas savoir à l’avance ! C’est vrai ? Il ne va pas mourir le Jon ?

    Hey Sil ! Les deux créateurs sont juifs, ça pue le complot game of thrones. Si ça se trouve l’entité sioniste, le Mossad et le Shin beth AVEC les franmacs sont dans le coup.

    Le blème c’est que les reubeux adorent la série et qu’ils font mine de ne pas savoir que des juifs sont derrière tout ça ! MDR

  • 3
    JFM:

    Disons que dejà le dernier volume (livre) m’avait paru faiblard. Des actions qui ne mènent nulle part comme ce prince du Sud qu’on envoie en mission et qui se fait griller par un dragon. Ce n’est pas qu’il se fasse tuer: c’est habituel dans GOT c’est que diu point de vue du reste de l’action c’est comme s’il n’avait pas existé. Des pages et des pages de banquets. Là aussi c’est habituel dans GOT mais il en rajoute de trop. Püis les deux derniers chapitres. Tout un chapitre pour nous raconter comment Sersei doit faire le chemin à poil jusqu’au château. On ne nous épargne pas un seul des cailloux du chemin. Et il est long et caillouteux.

    Puis le chapitre où la dragon emporte Daenerys. Tout un chapitre pour nous décrire qu’elle mange du gibier cuit par le dragon, qu’elle bouffe des baies qui lui donnent la diarrhée et qu’elle a ses règles. Mais pour le reste pendant une bonne vingtaine de pages il ne passe RIEN. Proust n’a beson que d’une dizaine de pages pour nous dire que Tuture enc.le Tatave.

    On a l’impression qu’e Martin en a a marre mais qu’il est payé à la page. On a envie de dire à l’éditeur « Payez le d’après les ventes!!!! »

  • 2
    sil:

    Je suis assez d’accord

  • 1
    Letel:

    J’ai regardé aussi, et ça m’a pas plu, l’introduction de ce fantastique de bazar (la scène où la fille magicienne fait ses tours de passe-passe est en plus ridicule et bâclée), nuit à la qualité de la série à mon sens. C’est bien lui, l’auteur, Martin, qui disait qu’il y avait trop de fantastique dans Harry Potter, qu’il en fallait peut-être une pincée, c’est tout, là on est dans la louche.
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684