eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Guerre et religion: Attention, un prix Nobel peut en cacher un autre ! (Think not that I am come to send peace on earth)

Posté le mercredi 30 décembre 2015 par Admini

nobel-allah2

Dieu n’est décidément pas près, comme l’avait fameusement annoncé José Artur, de recevoir le prix Nobel de la paix.

A l’heure où avec la furie et la barbarie retrouvées de l’islam suite au retrait du gendarme du monde américain, la religion dont un Occident postmoderne se croyait enfin débarrassé fait un retour fracassant dans l’histoire …

Poursuivant, en ces jours et lieux mêmes où le monde civilisé fête ses racines et sans compter ses luttes internes sunnites-chiites, son épuration multiséculaire des derniers représentants et lieux saints du judaïsme comme du christianisme …

Et où face à une bande d’illuminés tous frais payés profitant lâchement de toutes les facilités de nos sociétés ouvertes comme  des évidentes défaillances de nos gouvernants et services de sécurité – sur lesquelles plus d’un mois après les faits on attend toujours des éclaircissements – pour maximiser les dégâts en tirant littéralement dans le tas de civils désarmés partout où ils peuvent les trouver rassemblés et vulnérables …

Nos beaux esprits et nos belles âmes qui ont tant fait pour déconstruire nos valeurs nous refont le coup du  »ils nous tuent pas pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes » …

Ou se remettent à accuser une Bible et un judéochristianisme aux effets à la fois effectivement libérateurs et déstabilisateurs voire à chanter le « génie du paganisme » …

Qui prend la peine de rappeler, avec le site Hérodote (qui manque curieusement par ailleurs la dimension évidemment religieuse du génocide turc des chrétiens arméniens et grecs ou ne manque pas par ailleurs de voir du colonialisme partout comme en Palestine), l’évidence statistique qu’avec plus de 100 millions de victimes, les régimes athées et notamment communistes ont fait bien plus de dégâts que toutes les guerres de religion de l’Histoire ?

Et que face à la destruction de ses lieux saints et la mise en péril de ses pèlerinages pacifiques sur des territoires jusque là judaïsés ou christianisés, les croisades que l’on n’arrête pas de nous ressortir étaient en fait des guerres défensives face à des hordes de musulmans fanatisés ?

Mais qui ne voit devant le véritable accident industriel que se révèle être la présidence du plus rapide prix Nobel de la paix de l’histoire et la vacance du pouvoir à la tête du Monde libre dont avait si longtemps rêvé une Europe qui avait pourtant construit sa richesse à l’abri du parapluie nucléaire américain …

A l’heure où avec la division par deux du prix du pétrole entre Ryad et Doha les véritables fourriers du djihad pourraient enfin se voir rappeler à leurs chères études…

La nécessité, comme l’avait si brillamment analysé l’ancien conseiller de Tony Blair Robert Cooper il y a quelques années et au nom du principe biblique de la défense du prochain, d’un nouvel imperium voire d’une nouvelle croisade et d’une recolonisation des états faillis qui prolifèrent ?



Laisser un commentaire


39 réponses à “Guerre et religion: Attention, un prix Nobel peut en cacher un autre ! (Think not that I am come to send peace on earth)”

  • 39
    jc durbant:

    Confirmation danss Charlie hebdo: nous sommes tous juifs!

  • 38
    Ram Zenit:

    Et sur le front iranien, le lendemain de l’annulation des rapports diplomatiques avec l’Iran par l’Arabie Saoudite, le Soudan et les Emirats du Golfe Persique: démonstration télévisée des capacités iraniennes d’envoyer des missiles intercontinentaux. En contradiction totale avec les accord signés avec les US et l’UE.

  • 37
    Ram Zenit:

    Annonce ce matin d’un tremblement de terre « artificiel » ce matin du cote coréen.
    Suivie de l’annonce par la Corée du Nord d’un essai réussi d’une bombe a Hydrogène – rien que cela!
    Tout le monde râle contre mais personne ne fait quoi que se soit.
    Encore une réussite américaine!
    Pour la petite histoire – si on a de la chance! Car sinon ce sera dramatique et ce sera de la grosse « Histoire » ! – la diplomate américaine qui a négocié les accords nucléaires avec la Corée du Nord pour Clinton est celle qui a négocié ceux avec l’Iran pour Obama….
    Et pour en finir , en attendant de futures développements, l’analyse de la situation: le Japon a déclaré ce matin, npas avoir enregistré de niveaux de radioactivité hors de la normale.

  • 36
    Letel:

    « Elbert Lee Guillory, the Republican state senator in Louisiana beloved by some conservatives for his YouTube critiques of the president, is out with a fiery clip ripping into President Obama over ISIS and guns.
    « Today America is at war with ISIS. They attack our soldiers, our homeland and our friends. When our law abiding citizens need to protect our streets and communities most, President Obama chooses this same moment to limit OUR gun rights. This is my response to his unbelievable position.
    Mr. President: Disarm ISIS, not Us ». »
    https://www.facebook.com/ElbertLeeGuillory/videos/1052619918103468/?pnref=story

  • 35
    James:

    1988: l’Arabie saoudite rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran

  • 34
    Ram Zenit:

    Et Obama vous confirmera que l’EI c’est passé!!!

  • 33
    Ram Zenit:

    L’Etat Islamique aux portes de l’Europe:
    L’offensive d’hiver bat son plein.
    Et pas seulement en Irak et en Syrie.
    En Libye aussi.
    Il a réussi a conquerir la ville portuaire de Sidra, des raffineries et autres equipements liés à l’industrie pétrolière.
    C’est d’aujourd’hui – ici
    https://m.youtube.com/watch?v=7a8B0Y_GAf4

  • 32
    MERCATOR:

    Ce que Nolte appelle le modèle repoussoir, c’est ce que la théorie mimétique appelle le modèle obstacle : dans la rivalité, celui qu’on prend pour modèle, on désire ce qu’il désire

    Bon , moi Nick Nolte je le voyais pas si intello, fragile oui, barraqué oui, mais je ne retrouve pas ce dialogue dans ses films:

  • 31
    jc durbant:

    Girard sur cette suffisance et cette hargne française et européenne contre les pays et en première ligne bien sûr les EU eux-mêmes et Israël qui, n’ayant pas le luxe de 50 ans de bouclier nucléaire américain derrière eux, restent englués dans l’histoire et ont conservé cette « faculté d’accepter le défi de la violence » et, derrière ce refus, ce « passé que nous condamnons rétrospectivement »:

    Il y a une forme de guerre qui est épuisée aujourd’hui, en Europe du moins. Ce que la France a vécu pendant les deux conflits mondiaux, l’Allemagne l’a subi aussi : nous en sommes au même point. Une des sources de l’antiaméricanisme, c’est le fait que les Etats-Unis sont encore capables d’une montée aux extrêmes. En les critiquant pour cette faculté d’accepter le défi de la violence, c’est notre passé que nous condamnons rétrospectivement. Mais si certains sont rassurés parce que la guerre semblée écartée, la guerre au sens européen, le terrorisme forme une métastase qui envahit tout, et qui représente une menace universelle. Par conséquent, nous sommes en train de franchir une étape dans la montée de la violence. (…) Parler de choc des civilisations, c’est dire que c’est la différence qui l’emporte. Alors que je crois, moi, que c’est l’identité des adversaires qui sous-tend leur affrontement. (…) Nolte montre que l’URSS et le IIIe Reich ont été l’un pour l’autre un « modèle repoussoir ». Ce qui illustre la loi selon laquelle ce à quoi nous nous heurtons, c’est ce que nous imitons. Il est frappant qu’un historien pense les rapports d’inimitié en terme d’identité, en terme de copie. Ce que Nolte appelle le modèle repoussoir, c’est ce que la théorie mimétique appelle le modèle obstacle : dans la rivalité, celui qu’on prend pour modèle, on désire ce qu’il désire et par conséquent il devient obstacle. Le rapport mimétique conduit à imiter ses adversaires, tantôt dans les compliments, tantôt dans le conflit. (…) Les islamistes tentent de rallier tout un peuple de victimes et de frustrés dans un rapport mimétique à l’Occident. Les terroristes utilisent d’ailleurs à leurs fins la technologie occidentale : encore du mimétisme. Il y a du ressentiment là-dedans, au sens nietzschéen, réaction que l’Occident a favorisée par ses privilèges. (…) Il ne faut pas faire semblant de croire que, dans leur conception de la violence, le christianisme et l’islam sont sur le même plan. (…) La Croix, c’est le retournement qui dévoile la vérité des religions révélées. Les religions archaïques, c’est le bouc émissaire vrai, c’est-à-dire le bouc émissaire caché. Et la religion chrétienne, c’est le bouc émissaire révélé. Une fois que le bouc émissaire a été révélé, il ne peut plus y en avoir, et donc nous sommes privés de violence. Ceux qui attaquent le christianisme ont raison de dire qu’il est indirectement responsable de la violence, mais ils n’oseraient pas dire pourquoi : c’est parce qu’il la rend inefficace et qu’il fait honte à ceux qui l’utilisent et se réconcilient contre une victime commune.

    René Girard

  • 30
    Letel:

    http://www.atlantico.fr/decryptage/charlie-hebdo-honte-benoit-rayski-2522465.html

  • 29
    James:

    Quand Charlie charrie
    Tous coupables? Pas d’accord!

  • 28
    jc durbant:

    Quand tout le reste a échoué, chargez le judéo-christianisme !

  • 27
    Letel:

    Vous avez raison, on peut remonter à Mathusalem, et plus récemment au sac du Palatinat à deux reprises, d’abord par Turenne puis par Louvois, sous Louis XIV, et les défaites d’une Allemagne éclatée en dizaines d’Etats, donc divisée et incapable de résister, face à Napoléon. Les Allemands avaient un lourd contentieux et une revanche à prendre en 1870.

  • 26
    JFM:

    Moi j’ai cru comprendre que la responsabilité première en incombe à une certaine Eve.

  • 25
    Letel:

    Eh oui, quel engrenage catastrophique… Napoléon III a eu le tort de se croire l’héritier militaire de son oncle, et toute l’Europe était encore dans l’ombre de l’épopée, personne n’avait assez pris garde à la montée de la Prusse. La responsabilité de cette dernière est forte, et donc celle de Bismarck, car s’il s’était contenté de l’indemnité en or, sans prendre l’Alsace et une partie de la Lorraine, il n’y aurait sans doute jamais eu 1914-18.

  • 24
    Zoubor:

    Alors maintenant selom Merco c est la faute a a napo….

    Commence bien l année c’uila….

  • 23
    MERCATOR:

    lire la tête

  • 22
    MERCATOR:

    Bon dans cette affaire la France a une grosse responsabilité, la Prusse aussi dans une moindre mesure,Napoléon le Petit qui avait donné une période de croissance inégalée à la France, a enclenché la machine infernale et est tombé tète la première dans le piège tendu par les Prussiens, si à la place d’un empereur de pacotille on avait eu un Roi débonnaire, on aurait probablement évité le suicide de l’Europe et la mort de cent millions d’européens et de six millions de juifs .

  • 21
    Letel:

    Bismarck, 1870 ; le Kaiser, 1914 ; Hitler, 1939… Les Teutons ont été trop belliqueux pendant trois guerres, maintenant, sans doute à cause de cela, ils se sont transformés en pacifistes bêlants.

  • 20
    MERCATOR:

    Reuters
    January 01, 2016 9:20 AM

    France carried out airstrikes early on Friday against oil sites in Syria near Islamic State’s stronghold of Raqqa, French Defense Minister Jean-Yves Le Drian said during a visit to a military base in Jordan.

    France was the first country to join U.S.-led airstrikes in Iraq. Since the Nov. 13 attacks on Paris, it has increased its aerial bombing of Islamic State in Syria, focusing on Raqqa and oil-related targets.

    « I have had feedback from the overnight operations, we must continue in that direction, » Le Drian told soldiers and reporters at the Jordan base from which Mirage 2000 jets took off in the early hours of Friday to conduct the airstrikes.

    Pendant ce temps la mère merkel fait traduire en arabe son discours des vœux de nouvel an,le feux de Bengale et les pétards interdits à Munchen pour ne pas effrayer les terroristes et leur permettre de concocter leurs futurs attentats, elle est pas belle l’Europe ?

  • 19
    MERCATOR:

    A ce jour, la France est le deuxième exportateur mondial d’armement en 2015.

    Il y a au moins un domaine dans lequel l’économie française réalise des performances exceptionnelles : les ventes d’armes. En effet, jamais la France n’en a vendu autant que cette année. Si l’on bloque les compteurs aujourd’hui, l’Hexagone est même devenu le deuxième exportateur mondial d’armement, derrière les Etats-Unis mais devant la Russie. A deux mois de la fin de l’année, le total des ventes d’armes tricolores en 2015 avoisine déjà les 16 à 17 milliards d’euros. A noter aussi : pour la première fois, la France exporte plus de matériel militaire qu’elle n’en achète pour ses besoins.
    Des performances qui ont des retombées positives pour l’économie française. Ces ventes record génèrent en effet de l’emploi : près de 60.000 postes en l’espace de trois ans, non délocalisables dans leur grande majorité.
    Quand le Rafale fait décoller les ventes. La principale raison de cette envolée des exportations françaises, c’est le Rafale. Cette année, sous la houlette du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, la France a conclu des contrats pour 24 appareils à l’Egypte, 24 autres au Qatar et 36 à l’Inde.
    Dassault devrait engranger dans les mois qui viennent un nouveau méga-contrat : les Emirats arabes unis sont en effet en négociations pour l’achat d’une soixantaine d’appareils. Cette vente pourrait rapporter la bagatelle de 12 milliards d’euros. Des discussions sont aussi en cours avec la Malaisie. Bref, l’année 2015 a été bonne pour les ventes d’armes françaises, mais 2016 s’annonce aussi sous les meilleurs auspices.

  • 18
    James:

    Ça leur fait plaisir, que voulez-vous, les franchouilles style Mercator compensent leur sentiment de déclin et d’impuissance avec ce genre de blague. On se console comme on peut, avec un pays à vau l’eau, envahi par des islamistes, des zombies voilées à tous les coins de rue, sans croissance et au chômage de masse, étatisé à mort, avec une armée de fonctionnaires inutiles, un gouvernement incapable au plan économique, des allumés gauchistes paralysant tout, sale et pollué, avec du laisser-aller partout, il faut au moins leur laisser ça.

    Effectivement, avec un tableau on peut au moins lui laisser cela, ça ne mange pas de pain.

    Le gars qui a repris l’histoire aurait pu faire un minimum d’efforts pour adapter, en parlant par exemple des « policy wonks de DC », mais non, c’est la paresse qui l’emporte ici.

    Oui, il aurait au moins pu y mettre formuler la phrase, du genre : une bande d’énarques à la sauce washingtonienne.

  • 17
    Letel:

    Oui, j’avais tiqué aussi sur les « énarques » à Washington. Le gars qui a repris l’histoire aurait pu faire un minimum d’efforts pour adapter, en parlant par exemple des « policy wonks de DC », mais non, c’est la paresse qui l’emporte ici.

  • 16
    JFM:

    En fait je me souviens de cette histoire et l’homme intelligent qu’on consulte ce n’est pas George Herbert Bush mais Juppé. La preuve que c’est dans ce sens là c’est que dans l’histoire de Mercator Powell fait plancher un bataillon d’énarques espèce fort rare à Washington.

  • 15
    Letel:

    Ça leur fait plaisir, que voulez-vous, les franchouilles style Mercator compensent leur sentiment de déclin et d’impuissance avec ce genre de blague. On se console comme on peut, avec un pays à vau l’eau, envahi par des islamistes, des zombies voilées à tous les coins de rue, sans croissance et au chômage de masse, étatisé à mort, avec une armée de fonctionnaires inutiles, un gouvernement incapable au plan économique, des allumés gauchistes paralysant tout, sale et pollué, avec du laisser-aller partout, il faut au moins leur laisser ça.

  • 14
    Letel:

    Hé, ho, JFM, c’était une blague… Juste une blague franchouille, avec Bush en gros con. Just the usual. On va pas se formaliser pour ça…

  • 13
    JFM:

    Bush jalousant Chirac a cause de Villepin? Le type de la dissolution? Vous êtes tombé sur la tête Mercator. Je pense plutôt que la scène est à faire en sens inverse: c’est Chirac qui jaloux de Colin Powell vire de Villepin.

    D’après mes informations George Walker Bush a un QI supérieur à celui de Chirac et probablement du votre, Mercator.

  • 12
    MERCATOR:

    Georges Bush rencontre Chirac à l’occasion d’un décision de l’ONU
    – Dis-moi, Jacques, comment fais-tu pour avoir une équipe aussi performante, alors que moi je suis entouré d’une bande de crétins ?
    – C’est simple, Georges, je teste mes ministres en permanence. S’ils répondent juste, ils restent. Sinon, je les vire. C’est la sélection naturelle, je suis sûr de ne garder que les meilleurs. Attends, tu vas voir.
    Et Chirac appelle Dominique De Villepin
    – Domi, je vais te poser une question. Tu connais la règle, si tu te trompes, tu es viré, prêt ? Alors voilà : c’est l’enfant de ta mère, mais ce n’est ni ton frère, ni ta soeur, qui est-ce ?
    De Villepin réfléchit quelques secondes, puis dit :
    – Facile : c’est moi !
    – Parfait, dit Chirac, je te garde.
    Bush est très impressionné. A peine rentré à Washington, il convoque Colin Powell.
    – Colin, je vais te poser une question. Si tu réponds juste, tu restes secrétaire d’état. Sinon, tu es viré. Voilà : C’est l’enfant de ta mère, mais ce n’est ni ton frère, ni ta soeur, qui est-ce ?
    Powell, qui connaît ses limites, demande un délai de réflexion. Bush lui donne 24 heures.
    Il convoque son cabinet, et bientôt toute une bande d’énarques planche sur la question. Les hypothèses fusent. A la fin, un type plus malin que les autres dit :
    – Il faut demander à son père ! Il a toujours raison, et il sait ce que le Président a derrière la tête. Excellente idée !
    Powell appelle aussitôt Bush père.
    – Allô Georges ? Voilà, c’est l’enfant de ta mère, mais ce n’est ni ton frère, ni ta soeur, qui est-ce ?
    Bush père ricane légèrement et répond :
    – Facile, c’est moi.
    Le lendemain, Powell se précipite à la maison blanche.
    – Monsieur le Président, Monsieur le Président, je sais qui c’est !
    – Bien, bien Colin ! Alors, l’enfant de ta mère qui n’est ni ton frère ni ta soeur, qui est-ce ?
    – C’est votre père, Monsieur le Président.
    Bush ouvre des yeux ronds.
    – Fais tes bagages, Powell La bonne réponse, c’est De Villepin !

  • 11
    JFM:

    Je donnerais beaucoup pour pouvoir la raconter a Khamenei. 🙂

  • 10
    Marock:

    Tiens, une blague locale, entendue dans un bar sordide, où la Stork coule à profusion entre différents sympathiques éthylisés :

    C’est un vénérable Soussi qui visite Chicago, ses abattoirs.
    Accompagné de son lardon dont l’intelligence n’est pas la qualité première.
    Le vieux, il voit une machine, une merveille : On entre un âne, il en sort des saucisses.
    Comme il sait pas quoi faire de son fils, il se dit que comme ça, pas dur, il va lui offrir, le rejeton il saura faire, rien qu’ appuyer sur un bouton.
    Mais c’est pas si simple. Il demande, le descendant :
    « Papa, il y a pas une machine, où tu entres une saucisse, il sort un âne ? »
    Le père, il est un peu désolé.
    « Mon fils, il y a que ta mère qui sait faire ça ! »

  • 9
    Zoubor:

    Si JFM c’etait une blague tres a la mode chez nous aussi.

  • 8
    JFM:

    @Zoubor.

    Je ne sais pas si vous connaissez cette blague datant des années Bush.

    Khamenei téléphone à Bush et lui dit: « Hier j’ai rêvé de Washington et elle était couverte de banderoles »
    -« Et que disaient ces banderoles »
    -« République Islamique d’Iran »
    Bush: « Quelle coïncidence moi j’ai rêvé de Téhéran et elle était couverte de banderoles »
    -« Et que disaient ces banderoles »
    « Aucune idée. Je ne comprends pas l’hébreu ».

  • 7
    JFM:

    Ces histoires de Musulmans qui s’étripent ça me fait penser à la Reconquista: les guerres entre royaumes chrétiens, les guerres civiles ou les magnicides ont été assez rares alors que coté musulman c’est une succession de guerres entre « royaumes », de guerres civiles et de régicides. Je le rapproche du fait qu’aucun des califes dits « éclairés » parce qu’ils avaient connu Mahomet n’est mort dans son lit. Peut-être parce que ce n’était que des pillards se disputant le butin.

  • 6
    Zoubor:

    @JFM 🙂 🙂

  • 5
    Letel:

    > L’année 2015 se termine et la guerre de cent ans entre les Sunnites et les Shiites ne fait que se renforcer! En Syrie – combats ds tout le pays; en irak les Shiite contre l’Etat Islamique et les Sunnites; la guerre au Yemen et en Arabie Saoudite fait fureur ds les nuages de poussieres des combats; le Liban est en panique, le Hesbollah est en chute libre; Erdogan a rejouoin cette folie cette année; en iran les Sunnites lèvent la tête au Khousistan; et en Arabie Saouite, les Shi’ites lèvent la tête à l’Est du pays. Guerre et Terreur ds tout le MO et les ondes de choc envahissent l’Europe….

    Belle analyse et utile rappel, Zoubor, les musulmans sont en plein dans leurs guerres de religion, comme nous au XVIe siècle, avec cette différence que chez eux ça a commencé il y a plus d’un millénaire et que ça a pas l’air près de s’arrêter de sitôt. Les catholiques, les protestants et les orthodoxes se sont étripés pendant moins longtemps, ils sont arrivés à un certain modus vivendi bien plus vite.

  • 4
    JFM:

    新年快樂 2016!

    Je ne comprends rien à ce qu’à dit Zoubor. Pour moi c’est de l’hébreu.

  • 3
    Zoubor:

    Bonne Année!

  • 2
    Zoubor:

    שנת 2015 מסתיימת, ומלחמת מאה השנים בין הסונים לשיעים – רק מתעצמת: בסוריה קרבות כבדים בכל המדינה; בעיראק השיעים נגד דאעש והסונים; המלחמה בתימן ובסעודיה משתוללת בתוך ענני אבק הקרב; לבנון מוכת אימה, וחיזבאללה מתרסק; ארדואן הצטרף השנה לטירוף; באיראן הסונים מרימים ראש בח’וזיסטאן; ובסעודיה השיעים מרימים ראש במזרח. טרור ומוות בכל מקום, וגלי ההדף מציפים את אירובה.
    Guy Bechor:
    L’année 2015 se termine et la guerre de cent ans entre les Sunnites et les Shiites ne fait que se renforcer!
    En Syrie – combats ds tout le pays; en irak les Shiites contre l’Etat Islamique et les Sunnites; la guerre au Yemen et en Arabie Saoudite fait fureur ds les nuages de poussieres des combats; le Liban est en panique, le Hesbollah est en chute libre; Erdogan a rejoint cette folie cette année; en iran les Sunnites lèvent la tête au Khousistan; et en Arabie Saoudite, les Shi’ites lèvent la tête à l’Est du pays.
    Guerre et Terreur ds tout le MO et les ondes de choc envahissent l’Europe….

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    Dieu ne recevra jamais le prix Nobel de la paix.

    José Artur

    Dieu, prix Nobel de la guerre.

    Cabu (2002, couverture de Charlie hebdo et inscription sur la statue de la République de Paris)

    Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne.

    Jésus (Jean 14: 27)

    Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.

    Jésus (Matthieu 10 : 34-36)

    Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère.

    Jésus (Luc 12: 51-53)

    L’heure vient même où qui vous tuera estimera rendre un culte à Dieu. Jean 16: 2
    Nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens.

    Paul (I Corinthiens 1: 23)

    « Dionysos contre le ‘crucifié’ » : la voici bien l’opposition. Ce n’est pas une différence quant au martyr – mais celui-ci a un sens différent. La vie même, son éternelle fécondité, son éternel retour, détermine le tourment, la destruction, la volonté d’anéantir pour Dionysos. Dans l’autre cas, la souffrance, le « crucifié » en tant qu’il est « innocent », sert d’argument contre cette vie, de formulation de sa condamnation. (…) L’individu a été si bien pris au sérieux, si bien posé comme un absolu par le christianisme, qu’on ne pouvait plus le sacrifier : mais l’espèce ne survit que grâce aux sacrifices humains… La véritable philanthropie exige le sacrifice pour le bien de l’espèce – elle est dure, elle oblige à se dominer soi-même, parce qu’elle a besoin du sacrifice humain. Et cette pseudo-humanité qui s’institue christianisme, veut précisément imposer que personne ne soit sacrifié.
    Nietzsche

    Peut-on imaginer personnage littéraire plus désagréable que le Dieu de l’Ancien Testament? Jaloux et en étant fier; obsédé de l’autorité, mesquin, injuste et impitoyable; vengeur et sanguinaire tenant de l’épuration ethnique; tyrannique, misogyne, homophobe, raciste, infanticide, génocidaire, fillicide, pestilentiel, mégalomane, sadomasochiste et capricieusement diabolique.

    Richard Dawkins (2006)

    Pour l’islam (…) j’aime bien leur symbole, le croissant de lune, je le trouve beaucoup plus beau que la croix, peut-être parce qu’il n’a pas quelqu’un de cloué dessus.

    Pat Condell

    Je voulais que le choc provoqué nous fasse reprendre conscience du scandale de quelqu’un cloué sur une croix. Par habitude on n’éprouve plus de réelles émotions face à quelque chose de véritablement scandaleux, la crucifixion.

    Mgr Jean-Michel di Falco (évêque de Gap)

    Si le film [de Mel Gibson] avait été projeté avant-guerre en Pologne, il aurait déclenché des pogroms.

    Meïr Weintrater (directeur de L’Arche)

    Pour restituer à la crucifixion sa puissance de scandale, il suffit de la filmer telle quelle, sans rien y ajouter, sans rien en retrancher. Mel Gibson a-t-il réalisé ce programme jusqu’au bout ? Pas complètement sans doute, mais il en a fait suffisamment pour épouvanter tous les conformismes.

    René Girard

    Le christianisme est la seule religion qui aura prévu son propre échec. Cette prescience s’appelle l’apocalypse.

    René Girard

    Il convient de voir dans les Ecritures judéo-chrétiennes la première révélation complète du pouvoir structurant de la victimisation dans les religions païennes ; quant au problème de la valeur anthropologique de ces Ecritures, il peut et doit être étudié comme un problème purement scientifique, la question étant de savoir si, oui ou non, les mythes deviennent intelligibles, comme je le crois, dès lors qu’on les interprète comme les traces plus ou moins lointaines d’épisodes de persécution mal compris. (…) Ma conclusion est que, dans notre monde, la démythification tire sa force de la Bible. Réponse inacceptable pour ceux qui pensent que tout ce qui risque de placer la Bible sous un jour favorable ne saurait être pris au sérieux par les vrais chercheurs, car il ne peut s’agir que d’une approche religieuse – et donc irrationnelle – qui n’a strictement aucune valeur du point de vue de l’anthropologie. (…) Et pourtant, y a-t-il quelque chose qui soit plus naturel aux chercheurs que de traiter des textes similaires de façon similaire, ne serait-ce que pour voir ce que cela donne ? Un tabou inaperçu pèse sur ce type d’étude comparative. Les tabous les plus forts sont toujours invisibles. Comme tous les tabous puissants, celui-ci est antireligieux, c’est-à-dire, au fond, de nature religieuse. A partir de la Renaissance, les intellectuels modernes ont remplacé les Ecritures judéo-chrétiennes par les cultures anciennes. Puis, l’humanisme de Rousseau et de ses successeurs a glorifié à l’excès les cultures primitives et s’est également détourné de la Bible. Si la lecture que je propose est acceptée, notre vieux système de valeurs universitaires, fondé sur l’élévation des cultures non bibliques aux dépens de la Bible, va devenir indéfendable. Il deviendra clair que le véritable travail de démythification marche avec la mythologie, mais pas avec la Bible, car la Bible elle-même fait déjà ce travail. La Bible en est même l’inventeur : elle a été la première à remplacer la structure victimaire de la mythologie par un thème de victimisation qui révèle le mensonge de la mythologie.

    René Girard

    La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau. Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera. C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis «musulmane» je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard ! Les «misérables» ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution.

    André Malraux (1956)

    L’inauguration majestueuse de l’ère « post-chrétienne » est une plaisanterie. Nous sommes dans un ultra-christianisme caricatural qui essaie d’échapper à l’orbite judéo-chrétienne en « radicalisant » le souci des victimes dans un sens antichrétien. (…) Jusqu’au nazisme, le judaïsme était la victime préférentielle de ce système de bouc émissaire. Le christianisme ne venait qu’en second lieu. Depuis l’Holocauste, en revanche, on n’ose plus s’en prendre au judaïsme, et le christianisme est promu au rang de bouc émissaire numéro un. René Girard
    Ceux qui considèrent l’hébraïsme et le christianisme comme des religions du bouc émissaire parce qu’elles le rendent visible font comme s’ils punissaient l’ambassadeur en raison du message qu’il apporte.

    René Girard

    Il y a deux grandes attitudes à mon avis dans l’histoire humaine, il y a celle de la mythologie qui s’efforce de dissimuler la violence, car, en dernière analyse, c’est sur la violence injuste que les communautés humaines reposent. (…) Cette attitude est trop universelle pour être condamnée. C’est l’attitude d’ailleurs des plus grands philosophes grecs et en particulier de Platon, qui condamne Homère et tous les poètes parce qu’ils se permettent de décrire dans leurs oeuvres les violences attribuées par les mythes aux dieux de la cité. Le grand philosophe voit dans cette audacieuse révélation une source de désordre, un péril majeur pour toute la société. Cette attitude est certainement l’attitude religieuse la plus répandue, la plus normale, la plus naturelle à l’homme et, de nos jours, elle est plus universelle que jamais, car les croyants modernisés, aussi bien les chrétiens que les juifs, l’ont au moins partiellement adoptée. L’autre attitude est beaucoup plus rare et elle est même unique au monde. Elle est réservée tout entière aux grands moments de l’inspiration biblique et chrétienne. Elle consiste non pas à pudiquement dissimuler mais, au contraire, à révéler la violence dans toute son injustice et son mensonge, partout où il est possible de la repérer. C’est l’attitude du Livre de Job et c’est l’attitude des Evangiles. C’est la plus audacieuse des deux et, à mon avis, c’est la plus grande. C’est l’attitude qui nous a permis de découvrir l’innocence de la plupart des victimes que même les hommes les plus religieux, au cours de leur histoire, n’ont jamais cessé de massacrer et de persécuter. C’est là qu’est l’inspiration commune au judaïsme et au christianisme, et c’est la clef, il faut l’espérer, de leur réconciliation future. C’est la tendance héroïque à mettre la vérité au-dessus même de l’ordre social.

    René Girard

    L’Etat islamique exploite toutes les failles possibles dans un contexte post-colonial fragile, c’est pourquoi il parle aussi des lois de 2004 sur l’interdiction du voile à l’école et de 2010 sur l’interdiction du port du voile intégral. (…) La communication de Daech est stratégiquement mortifère. Tout élément susceptible d’avaliser l’idéologie qui est la sienne est réutilisé. Au final, on ne sait plus trop pourquoi ils nous en veulent. Est-ce une question ontologique ou politique? Le brouillage est volontairement entretenu.

    Haoues Seniguer (IEP de Lyon)

    Pourquoi la France? Pour de nombreuses raisons sans doute. Mais je crois qu’ils considèrent mon pays comme le maillon faible de l’Europe, comme un pays où il serait facile de semer la division.

    Nicolas Hénin (journaliste, ex-otage de l’EI en Syrie)

    La France, c’est une ex-puissance coloniale, notamment au Maghreb et les maghrébins sont parmi les plus nombreux aujourd’hui au sein de l’Etat islamique, or les jihadistes ont la mémoire longue.

    David Thomson (France Inter)

    J’ai un appart tout meublé avec cuisine équipée, deux salles de bains toilettes, et trois chambres, et je paye pas de loyer, ni l’électricité et l’eau. La belle vie quoi !!! […] Et toutes les villes que j’ai faites, en Syrie et maintenant en Irak, je n’ai pas vu un seul mendiant ! […] Tu sais pourquoi ? Parce que les biens sont tellement bien distribués équitablement que tout le monde vit bien.

    Kahina (épouse d’un des terroristes-suicide du Bataclan)

    Le terrorisme a frappé la France, pas pour ce qu’elle fait en Irak, en Syrie ou au Sahel, mais pour ce qu’elle est.

    Manuel Valls

    Où était la communication opérationnelle, donnant des consignes de comportement aux populations dans et autour des zones menacées ? Le chef de la Metropolitan Police assurait la communication opérationnelle pendant les attentats multiples du 7 juillet 2005 à Londres, dont le nombre et la synchronicité étaient semblables à ceux de Paris. Où était son homologue parisien, le préfet de police Michel Cadot, le soir du 13 novembre ? Où était la plate-forme en ligne permettant à chacun de recevoir des réponses autorisées pendant la crise ? Même la Belgique, dont les Français se sont trop volontiers moqués ces dernières semaines, s’en était dotée pendant le « lockdown » de Bruxelles. Il ne s’agit pas là d’éléments secondaires de gestion d’une crise terroriste. Le terrorisme est un acte de violence qui vise à communiquer la terreur aux populations visées : la contre-communication est essentielle pour inspirer la confiance. Ces interrogations sur le lien entre les autorités et la population, et d’autres du même type, ne devraient même pas surgir, puisque traitées dans le Livre blanc gouvernemental sur le terrorisme, publié il y a dix ans déjà. Ajoutons que ce document public rédigé dans la foulée des attentats de Madrid (191 morts) et de Londres (55 morts) contenait des scénarios de violence terroriste très voisins du « vendredi noir ». (…) les citoyens sont en droit de savoir ce qui s’est passé tout le temps qu’ont duré les attentats, et spécialement pendant les deux heures séparant l’arrivée des forces de l’ordre au Bataclan et le moment de l’assaut. En l’absence d’un récit officiel circonstancié des événements, trop de bruits, pas tous issus d’esprits négatifs, pas tous le produit des rivalités d’un autre âge entre policiers et gendarmes, courent désormais pour pouvoir se contenter d’un « circulez, il n’y a rien à voir ». Peut-être les conditions de l’intervention ont-elles été aussi bonnes que possible, et peut-être en allait-il de même concernant la prise en charge dans l’urgence absolue des blessés innombrables, souvent à l’article de la mort, gisant dans un Bataclan devenu terrain de massacre. Un rapport officiel permettrait d’en apporter la démonstration ou, à défaut, de tirer les leçons d’éventuels dysfonctionnements. Vu l’importance des enjeux, il est dans l’intérêt de tous que le gouvernement et le Parlement prennent ensemble la décision de mettre sur pied une commission nationale d’enquête sur les récents actes terroristes en France, proche du modèle de la commission américaine sur les attentats du 11-Septembre : celle-ci comprenait dix personnes, désignées par l’exécutif et le Congrès et issues à parts égales de la majorité et de l’opposition. Elle œuvra pendant plus de deux ans en ayant un accès pratiquement illimité aux personnes et aux données, ouvertes ou secrètes, utiles à la compréhension des origines et au déroulement du drame. Ce qui est décrit dans le rapport (11-Septembre – Rapport de la commission d’enquête, éditions de l’Equateur, 2004) est rarement agréable à lire mais c’est son caractère détaillé, direct et, en majeure partie, public, qui a permis au contre-terrorisme américain d’éviter un nouveau « 11-Septembre » outre-Atlantique, indépendamment de dérapages (Guantanamo, la torture, l’invasion de l’Irak…) qui n’étaient pas du ressort de cette commission nationale. Certes, une telle initiative transcendant la séparation des pouvoirs serait sans précédent dans notre pays, mais elle ne contreviendrait pas aux principes de l’Etat de droit. Surtout, les attaques du 13 novembre 2015 en France ont été, elles aussi, sans précédent ; ce premier acte de terrorisme de masse sur notre territoire doit aussi être le dernier de son espèce.

    François Heisbourg

    Il est temps ici de rappeler un fait statistique essentiel qui va à l’encontre des idées reçues : les conflits proprement religieux (Kerbela, Saint-Barthélemy, guerre de Trente Ans, hindous contre musulmans…) tuent beaucoup moins de gens que les guerres d’État à État, les guerres civiles et les dictatures ! La religion n’a pas de responsabilité directe dans la plupart des tragédies qui ont ensanglanté la planète jusqu’à l’aube du IIIe millénaire. Ainsi, elle a été totalement absente des grands drames du XXe siècle (plus de 100 millions de victimes), exception faite de la scission Inde-Pakistan: guerres mondiales, répressions nazies et communistes, génocides (les Juifs, comme les Arméniens et les Tutsis, n’ont pas été exterminés en raison de leur religion mais de leur prétendue « race »). D’une exceptionnelle ampleur ont été les méfaits commis par les régimes athées à l’oeuvre en Allemagne mais aussi en URSS et au Mexique des années 1910 aux années 1940, plus tard en Chine et au Cambodge. Guidés par le désir de faire table rase du passé et en particulier du fait religieux, Lénine, Hitler, Staline, Mao, Pol Pot… ont massacré des dizaines de millions d’innocents, soit beaucoup plus que tous les souverains européens depuis l’An Mil. (…) Au Moyen Âge, notons que les croisades apparaissent comme des guerres défensives bien plus que des guerres de religion ou des guerres saintes. Leur objectif premier était de restaurer la sécurité des pèlerinages en Terre sainte, mise à mal par l’irruption des nomades turcs. Si les croisés ont combattu avec la brutalité habituelle de l’époque, ils ne se sont pas pour autant souciés de convertir les infidèles musulmans, encore moins de les exterminer.
    Après la Seconde Guerre mondiale, les États arabes du Moyen-Orient apparaissent plus divisés que jamais mais refont leur unité dans la guerre contre Israël. (…) Les nouveaux-venus se font forts de conduire leurs peuples vers des lendemains meilleurs par l’imitation du modèle occidental. Mais leur « modernisation » débouche sur une exaspération des inégalités et, plus insupportable que tout, une défaite humiliante face à Israël en 1967… (…) En 1973, le premier choc pétrolier accroît considérablement les redevances versées à l’Arabie séoudite et aux émirats du Golfe comme le Qatar, également wahhabite. (…) Ces monarchies vont dès lors financer sans limites la construction de mosquées et réislamiser les populations arabes et musulmanes, partout dans le monde, y compris en Europe occidentale.De ce qui précède, l’on voit que derrière les références à la « jihad » se cache un drame simplement humain: la difficulté des pays arabes du Moyen-Orient à accéder à la maturité politique après un millénaire de soumission aux Turcs et un siècle d’échecs successifs. (…) L’instabilité de la région les empêche d’assimiler comme les Japonais, les Turcs ou les Iraniens la modernité occidentale et technologique. Par dépit, les islamistes ont fait en conséquence le choix de la rejeter et s’en justifient en recourant à une interprétation très personnelle du Coran. On retrouve le même dilemme chez les islamistes du Sahel, qui se sont significativement dénommés Boko Haram (« les livres sont illicites »). C’est aussi pour des motifs similaires que de jeunes Occidentaux, musulmans issus de l’immigration ou fraîchement convertis, rejoignent les rangs de Daech … Victimes d’une immigration débridée qui fabrique à n’en plus finir des « colonies » musulmanes ou africaines à l’écart du reste du pays, les premiers, issus de l’immigration, sont empêchés de s’assimiler à la culture occidentale par la scolarité et la découverte des autres jeunes ; ils sont aussi mal à l’aise dans le pays natif de leurs parents dont ils ne comprennent plus la culture profonde. Quant aux jeunes Français convertis, ils sont tout autant victimes de déculturation dans la « France périphérique » que délaisse la faction dirigeante. Comment répondre dans ces conditions au défi lancé par Daech ? On peut bombarder sa capitale Racca au risque de disperser les métastases islamistes tout autour de la Méditerranée. On peut également, à l’intérieur, prolonger l’état d’urgence au risque de paralyser complètement une économie atone qui n’en demandait pas tant (transports désorganisés, magasins en berne, productivité en baisse…). Mais on peut aussi choisir de s’attaquer à la source de l’islamisme radical qui se situe à Riyad en renonçant s’il le faut au pétrole séoudien. L’occasion n’a jamais été aussi favorable avec un prix très (trop) bas du baril qui menace l’économie des autres pays exportateurs (et contribue à accélérer le réchauffement climatique). On peut également à l’intérieur prendre des mesures drastiques contre les mosquées et les imams financés par des États étrangers, en violation de la loi sur la séparation des Églises et de l’État, agir contre les abus du regroupement familial (mariages forcés d’adolescentes), encourager les personnes qui jouent le jeu de l’assimilation et, plus que tout, valoriser la culture et l’Histoire nationales qui le méritent ô combien …

    Hérodote

    C’est précisément en raison de la mort de l’impérialisme que nous voyons l’apparition du monde pré-moderne. Aujourd’hui, il n’y a aucune puissance coloniale qui accepte de s’atteler à cette tâche, cependant les occasions, peut-être même le besoin de colonisation, sont aussi grands qu’ils ne l’ont jamais été au XIXe siècle.

    Robert Cooper
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684