eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Cohérence

Posté le dimanche 20 septembre 2015 par Letel

amos_oz1

Born May 4, 1939, (birth name Amos Klausner), Oz is an Israeli writer, novelist, journalist and intellectual. He is also a professor of literature at Ben-Gurion University in Beersheba. He is regarded as Israel’s most famous living author.
Oz’s work has been published in 42 languages, including Arabic, in 43 countries. He has received many honours and awards, among them the Legion of Honour of France, the Goethe Prize, the Prince of Asturias Award in Literature, the Heinrich Heine Prize and the Israel Prize. In 2007, a selection from the Chinese translation of A Tale of Love and Darkness was the first work of modern Hebrew literature to appear in an official Chinese textbook.



Laisser un commentaire


18 réponses à “Cohérence”

  • 18
    Gérard Pierre:

    Aujourd’hui, l’Europe est en co-errance mentale !

  • 17
    Mateamargo:

    «+Japon) s’en sort très bien sans antisémitisme… doivent rien comprendre à cette histoire d’ailleurs… pendant qu’une partie débile de l’autre moitié voit du Juif partout où il (le débile antisémite) a un problème avec un truc…»

    Detrompe-toi, Sil, les japonais peuvent être très antisémites. https://en.m.wikipedia.org/wiki/Antisemitism_in_Japan

  • 16
    JFM:

    Nina. En 1939 les Britanniques ne peuvent pas lire dans le marc de café qu’Hitler va âtre capable de conquérir la Pologne avec ses trois millions de juifs plus l’Ukraine, la Biélorussie et une partie de la Russie où il ya en pas mal aussi. En 1939 il ya eu la Nuit de Cristal mas la Solution Finale est encore loin. Même les massacres « artisanaux » en Pologne n’ont pas encore commencé (du moins pas avant que l’Allemagne et le Royaume Uni ne soinet en guerre ce qui limitait fortement les possibilités d’accord).

  • 15
    Nina:

    🙂 Marock ! Que t’es con mais ça me fait marrer…D’autant que j’ai goûté quelques vins récemment du Golan à tomber ! Putain mais que c’est bon !!!

    @Mercator, c’est vrai que vous pinaillez camarade ! L’expression d’un écrivain résumant la haine d’une nation entière contre ses juifs valait bien quelques raccourcis non ? De plus, oui le terme « Palestine » où ces braves polacks voulaient qu’on aillent se faire voir était très usité.
    Etaient passés par là tous les groupes sionistes comme les amants de Sion et autres !

    Ah si seulement ces enfoirés de britanniques n’avaient pas bloqué en 39 la migration des juifs vers la Palestine, nous aurions pu en sauver combien ? Quelques petits millions ???

    @Gérard Pierre. J’ai pris ce sujet très à coeur. Celui de l’empire romain qui serait responsable de notre diabolisation pour les millénaires à venir mais après avoir écouté une passionnante conférence sur HADRIEN et l’ouvrage de Marguerite Yourcenar « les mémoires d’Hadrien », j’avoue que ça m’a vraiment désarçonné.

    Il s’agissait de littérature comparée et d’histoire d’Hadrien et le maître de conf dont le nom m’échappe sur l’instant avait l’air plutôt bien informé sur l’empereur qui fit de notre peuple, un peuple errant devenu Palestinien.

    Hadrien n’était pas versé dans la guerre. Il les évitait le plus possible. Très cultivé, cet empereur était incroyablement itinérant. Il n’a fait que cela durant tout son règne : visiter son empire et tâcher de venir à bout des conflits le plus pacifiquement possible.

    Question : Pourquoi avoir mis le paquet sur une « révolution » en Israel ? Pourquoi cet homme que beaucoup considéraient comme sage a-t-il vraiment pris la rage en voulant éliminer les juifs ?

    Son chagrin pour son amoureux Antinouïs ? Son amour s’était noyé et l’empereur devenait très taciturne.
    Cela reste un début d’explication mais cette charge qu’il mit pour anéantir les juifs fut l’exception de son règne pourtant paisible.

    Le conférencier ne donne pas vraiment d’explication. Hadrien avait envie de montrer les crocs et il mit vraiment autant d’hommes et de matériel pour écraser la révolte juive.

    Là encore, on reste dans l’impasse. Pourquoi eux lorsque d’autres peuples se soulevaient dans l’empire sans encourir une ire aussi terrible ?

    Croyez-moi, je cherche encore…Mais vous me direz, ceci se situe loin dans le temps. Comment expliquer cet acharnement après d’aussi longs massacres ?

    En fait, pour des tas de raisons : le christianisme avait besoin d’un diable de chair et de sang à donner aux fidèles.
    Basé métaphoriquement sur une forme de cannibalisme « mangez ceci est mon corps », il fallait donner aux peuples chrétiens des substituts réels à leurs malheurs. Quoi de mieux que des hommes, femmes et enfants ayant TUE DIEU ?
    Tuer D.ieu n’est-il pas le crime des crimes ?
    En tout cas, ça a marché et bien marché même si le peuple n’y croyait pas vraiment : le licence to kill lui était bien donné.

    Bah…Maintenant on a les muslims sur le dos. l’ancien et le nouveau…On n’a pas fini d’en chier mais comme Nietzche l’a déjà piqué au Talmud : « ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ! »

  • 14
    Marock:

    Excuses pour toutes les fautes d’ortografes ds mon poste pressedent…

    No problem. Ce doit être l’ époque des vendanges dans le Golan.

  • 13
    Zoubor:

    Excuses pour toutes les fautes d’ortografes ds mon poste pressedent…

  • 12
    Zoubor:

    1- Amos Oz vie a Arad: une petite ville du Negev engre la mer Morte et Beer Sheva. c’est la ba que vivait Notre Michael, Zal.
    2 – AO est candidat au Nobel depuis au moins 20 ans – malgres ses positions tres pacifistes, il ne l’a pas encore eu.
    3 – « Saint Louis » a fait des progromes ds le Sud de la France avec ses armées en route pour les croisades: histoire de se faire la main avant les grands combats avec les musulmans. Il a aussi trucidé tous les juifs sur son chemain vers Jerusalem
    4 – quand on fait du copie colle, Merco, on poste ses references. simple honnetete intellectuelle
    5 – apres l avenement du mouvement de liberation nationale du peuple Juif – le Sionisme – et jusque en 1969 – toute mention de « palestinien » etait une reference aux Juifs et a la patrie de juif. C’est Arafat et le parti Communiste francais pro chinois qui ont invente le peuple arabe palestinien.
    6 – mercator devrait citer ses sources pour justifier son com #5 – en 1905 il y eu plusieurs progorms organise par le Tzar et perpetres par les cosaque ds toute la region.
    6 – les Chinois de la diaspora chinoise ds le Pacifique sont consideres comme les « juifs » du coin – par leurs activites economiques d’une part et etant les boucs emissaires pour les populations autochtones. La ba aussi il y a eu des progroms a l’encontre des Chinois depuis des siècles.
    7- en 1967 les derniers juifs de Pologne ont du quitte le pays: cela n’a en rien changer le fait qu ils etaient accusés de tous les maux possible et imaginable par le PC polonais et l’eglise polonaise aussi: la Pologne entre 1969 et la chute du communisme etait alors consides comme l’exemple d’un pays anti semites alors qu’i, a ete vide de tous ses juifs.

  • 11
    sil:

    Le plus marrant, c’est que la moitié de la planète (l’Asie : Inde+Chine+Japon) s’en sort très bien sans antisémitisme… doivent rien comprendre à cette histoire d’ailleurs… pendant qu’une partie débile de l’autre moitié voit du Juif partout où il (le débile antisémite) a un problème avec un truc…

  • 10
    Chapichapo:

    Parfois, je me dis que si les juifs s’envolaient dans l’espace, le monde serait sacrément emmerdé. Imaginez toute une politique du bouc émissaire à recréer.

  • 9
    Letel:

    Les faits sont là, avérés, l’exemple du père est un raccourci frappant, un procédé d’écrivain, c’est l’opposition de deux époques, de deux générations, de deux contextes. Mettant en relief l’incohérence de certains Européens. Encore une fois, pourquoi pinailler ?

  • 8
    MERCATOR:

    Sans doute, mais ne cherchez pas la petite bête, l’exemple est à élargir, à ne pas prendre à la lettre : il veut parler d’une part des années d’avant-guerre, où l’antisémitisme se déchaînait un peu partout en Europe

    Certes, merci, je connais assez bien l « histoire de l’Europe au vingtième siècle, mais lorsque l on veut faire des citations sur des sujets sensibles avec de la force, il est préférable qu’elles s’appuient sur des faits avérés et non sur des approximations .

  • 7
    Letel:

    Sans doute, mais ne cherchez pas la petite bête, l’exemple est à élargir, à ne pas prendre à la lettre : il veut parler d’une part des années d’avant-guerre, où l’antisémitisme se déchaînait un peu partout en Europe, jusqu’en France et en Angleterre, et où des inscriptions de ce genre fleurissaient, et d’autre part de l’après-guerre où « l’antisionisme » a commencé à se développer.

  • 6
    MERCATOR:

    L »antisémitisme existait bien avant Rome:

    Les premières manifestations de rejet des Juifs apparaissent en Egypte vers le III° siècle avant J.-C.

    Les premières traces avérées de l’antisémitisme
    Le philosophe et historien grec Hécatée d’Abdère et le prêtre égyptien Manéthon (évoqué par l’historien juif et romain du Ier siècle Flavius Josèphe) sont les premières sources connues sur ce sujet.

    Le Grec et l’Egyptien désignent les Juifs comme des étrangers atteints par la lèpre et la gale. L’Egypte les aurait expulsés pour se protéger. Ils seraient issus d’une tribu agressive venue d’Asie, les Hyksos, qui avaient effectivement envahi une partie de l’Egypte et instauré une dynastie entre 1674 et 1548 avant J.-C.

    Cette histoire, non vérifiée jusqu’à ce jour, fut reprise par beaucoup d’intellectuels de l’Antiquité, y compris les plus célèbres comme Tacite (historien romain de 55 à 120 après J.-C.).

    Vers 100 avant J.-C., Posidionos d’Apamée, philosophe stoïcien et historien vivant à Rhodes, reprit les mêmes assertions en plus haineux : « Les Juifs impies et haïs ont été chassés d’ Egypte couverts de lèpre et de dartres, puis ils avaient conquis Jérusalem et avaient perpétué la haine des hommes.» On peut retrouver là, l’origine de l’insulte « sale Juif ».

    On voit aussi apparaître à cette époque les premières accusations contre les rituels réels ou inventés des Juifs :

    La circoncision (rite réel) est tournée en dérision, alors que d’autres peuples l’avaient pratiquée avant les Hébreux sans susciter de réaction particulière (Egyptiens, Phéniciens…)
    Le sabbath (rite réel) est moqué par Agatharchide de Cnide (IIe siècle av. J.-C.). Il parle de superstition à propos du repos du septième jour. Sénèque, au début de notre ère, le condamne fermement. C’est dit-il : « une pratique nuisible parce que demeurer chaque septième jour sans rien faire, c’est perdre la septième partie de sa vie ».
    L’adoration de l’âne (rite inventé) surprend. Posidionos d’ Apamée au Ier siècle av. J.-C. rapporte qu’ « Antiochus entra dans le Saint des Saints, y trouva une statue d’un homme monté sur un âne, tenant un livre à la main. Il pensa qu’il s’agissait de Moïse.» Peut-être s’agit-il d’une référence à l’âne sur lequel le prophète Isaïe avait imaginé la venue du Messie.
    Le crime rituel (rite inventé) est toujours dénoncé aujourd’hui. Il a été popularisé pour la première fois connue par l’écrivain Damocrite repris par Apion d’Alexandrie. On peut ajouter à ces accusations précises, le reproche selon lequel les Juifs seraient des misanthropes rejetant tout échange avec les autres peuples.
    Auparavant, on ne trouve pas de trace d’antisémitisme dans l’Antiquité. Si le souverain de Babylone, Nabuchodonosor II, au VIe siècle avant J.-C., détruisit Jérusalem et le premier Temple et expulsa les Juifs de Judée, cette agression était plus déterminée par les conflits de pouvoir entre les principales puissances de la région, plutôt que d’une animosité particlière envers les Hébreux. D’ailleurs Cyrus II, le roi des Perses qui s’empara de Babylone en 539 avant J.-C. fut très tolérant pour les Juifs.

  • 5
    MERCATOR:

    When my father was a little boy in Poland, the streets of Europe were covered with graffiti, ‘Jews, go back to Palestine’, or sometimes worse: ‘Dirty Yids, piss off to Palestine’. When my father revisited Europe 50 years later, the walls were covered with new graffiti, ‘Jews, get out of Palestine’. » Israeli author Amos Oz…

    Propos assez surprenants puisque si l »on calcule, son père était enfant à Vilnius en Lituanie dans les années 1910/1920 , sous occupation Allemande de 1914 à 1918 , or historiquement cette période fut un moment où la fureur antisémite fut la plus faible en Europe, et je doute que les graffitis éventuels fissent mention d’une quelconque Palestine,.

  • 4
    Gérard Pierre:

    Je me demande souvent si ce n’est pas dans l’histoire romaine qu’il faut rechercher les racines de l’antisémitisme.

    Le colonisateur romain n’a jamais pardonné son insoumission au peuple d’Israël. Cette hargne romaine s’est soldée par la destruction du temple de Jérusalem en l’an 70 de notre ère, et la chute de Massada quelques années plus tard !

    Émanation du Judaïsme, le Christianisme naissant fut d’abord combattu par ces mêmes Romains, avant de devenir ‘’religion d’État‘’, au IIIème siècle sous le règne de l’opportuniste Constantin 1er.

    Entre temps, Rome avait contraint les Juifs à leur troisième exode et rebaptisé ‘’palestine‘’ la terre d’Israël.

    Est-ce en ces temps que fut forgée la notion de peuple déicide au sein de l’Église à propos des Juifs ? … beaucoup porte à le penser. Saint Augustin, Berbère romanisé, l’un des ‘’Pères de l’Église‘’, n’avait pas de mots assez durs pour condamner les Juifs à la damnation éternelle. Le « bon » Saint Louis les tenait en piètre estime et ne se cachait pas de le faire savoir !

    L’Église cantonna la population Juive dans des rôles ‘’indignes‘’, essentiellement celui des métiers du commerce et de l’argent. Et comme ils sont de nature entreprenante et créative, les Juifs excellèrent rapidement dans leurs « domaines réservés ». La haine dogmatique se doubla, chez les « bons Chrétiens », d’un sentiment de concupiscence devant leur réussite qui faisait inconsciemment remonter en eux l’image de leur propre médiocrité.

    La haine du Juif devint alors la norme basique de la pensée Chrétienne ! …… Elle s’accommodait avec la charité, l’amour du prochain, la compassion et toutes les vertus prêchées par …… « Rome » ! …… restée Rome au fond d’elle-même, sans état d’âme !

    Il aura fallu la Shoah, … les interrogations sur le rôle de « Rome » durant la seconde guerre mondiale, … pour qu’enfin touché par la grâce, … l’Église envisage de se poser des questions [en prenant toutefois tout son temps pour y répondre].

    Vatican II fut présenté comme un virage, alors qu’un demi siècle après son déroulement ce n’est toujours qu’une légère inflexion vers une remise en question reportée à une date de plus en plus postérieure !

    Entre temps, le retour des Juifs de leur troisième exode a commencé. L’Église, plus lente, n’est peut-être pas encore prête à admettre qu’une prophétie est, là, en cours de réalisation ! … la Vaticanerie pesant de toute la force de son inertie !

    Faudra-t-il la chute de « Rome » pour qu’enfin l’Esprit se remette à l’œuvre ?

  • 3
    sil:

    Oui, la haine des peuples insoumis, sortis d’esclavage, entreprenants, portés vers l’espoir, l’amélioration permanente, la maturation… fidèles à un foyer, à un temple, et à de très vieilles promesses…

    Une telle constance a de quoi faire flipper les espèces angoissées…

  • 2
    Nina:

    Aucune Sil.
    La maladie antisémite est trop difficile à comprendre. La comprendrons nous jamais ?
    Peut-être la haine de l’originalité ? pour éviter de dire l’origine. Même ça devient suspect.

    Venant d’Amos Oz, c’est gênant. Un apôtre du pro-palestinisme. N’a-t-il donc pas compris que les choses évoluent si salement qu’il nous faudra investir de gré ou de force la Judée Samarie ?

    Où les juifs pourront-ils se réfugier bon sang ?

  • 1
    sil:

    Quelle cohérence peut-on espérer trouver dans la folie antisémite ?















  • '