eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

JE SUIS CHICKEN (America snubs historic Paris rally against islamic terrorism: why can’t Barack Hussein bring himself to utter those two words, side by side ?)

Posté le vendredi 16 janvier 2015 par jc durbant

http://media.townhall.com/Townhall/Car/b/kn011515dAPR20150115024533.jpgObamas Snub © Kevin Siers,The Charlotte Observer,je suis charlie,obama and charlie hebdo,paris,rallyhttp://media.cagle.com/180/2015/01/13/158661_600.jpghttp://media.cagle.com/46/2015/01/12/158638_600.jpg

 

The future must not belong to those who slander the prophet of Islam.

Barack Hussein Obama (UN, Sep. 25, 2012)

More than a million people turned out. More than 40 presidents and prime ministers were there. It was, as the New York Times reported, “the most striking show of solidarity in the West against the threat of Islamic extremism since the Sept. 11 attacks.” But President Obama did not go to Paris. Neither did Joe Biden. Or John Kerry. Attorney General Eric Holder was in the city but he didn’t go to the rally either. There is a visceral reaction, of course. What could Barack Obama have been thinking? How could he not go and show support to a friend who had been attacked? The official explanation is that there were concerns about security and how they would distract from the event. But other world leaders showed up and they managed to figure out a way around the security issues. The (NY) Daily News ran a Front Page headline, sending President Obama a message in type the size of the Eiffel Tower: “You let the world down” The (UK) Daily Mail headline read, “America snubs historic Paris rally” Is it unreasonable to wonder if the President was a no-show precisely because it wasn’t a rally against extremism in general, but against Islamic extremism in particular? Islamic terrorism may be the most challenging issue of our time, but Barack Obama can’t bring himself to utter those two words, side by side. For a while, he wouldn’t even call terrorism … terrorism. Imagine if FDR refused to talk about the Nazi menace but instead tiptoed around the subject and talked instead about “extremism.” Wouldn’t that seem … odd? (…) Perhaps the president is concerned that he would be offending moderate Muslims if he put the name of their religion alongside the word “terrorism.” But if they’re truly moderate, they’re already offended – by the actions of the terrorists. Or perhaps he’s caving to Muslim civil rights groups in America, or doesn’t want to rile the volatile Arab Street abroad. Whether the president understands it or not, his attempt to avoid being polarizing is having the opposite effect. (…) Words matter. But so does reality, which cannot be changed simply because the leader of the free world refuses to call Islamic terrorism by its name.

Bernard Goldberg

There is a long history of this White House being very, very reluctant to talk about terrorism and to call something terrorism. What they haven’t done is call it Islamic terrorism. John Kerry’s remarks, which were great about showing solidarity with France, and by all means let’s show solidarity with France and let’s condemn terrorist attacks, but he didn’t use the word Islam or Muslim once (…) These acts were done by specific people with a specific ideology, and this White House is still incredibly gun shy, no pun intended, about calling any attention to the fact that the people we’re at war with aren’t just generic extremists off the shelf, but they’re a specific ideology with a specific religious orientation. And President Obama won’t even call ISIS Islamic.

Jonah Goldberg

President Barack Obama and other top members of his administration have snubbed a historic rally in Paris today that brought together more than 40 world leaders from Europe, Africa, the Middle East and even Russia. ‘France is our oldest ally,’ Obama said during a speech Friday in Tennessee. ‘I want the people of France to know that the United States stands with you today, stands with you tomorrow.’ But he wasn’t standing in Paris as Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and Palestinian Authority President Mahmoud Abbas put aside their differences and linked arms. Ukrainian President Petro Poroshenko and Russian Foreign Affairs Minister Sergei Lavrov made the same unifying gesture in the march down the Place de la Concorde in defiance of the Islamist terror attacks that rocked the city last week. According to an administration official, President Obama spent part of his Sunday afternoon watching a National Football League game on television. Both games were broadcast hours after the march. Heads of state from every major European power, including British Prime Minister David Cameron and German Chancellor Angela Merkel, joined French President Francois Hollande. But the U.S.A. was M.I.A. Obama and Vice President Joe Biden remained in Washington, despite having no events on their public schedules Sunday. Secretary of State John Kerry was a world away in India, on a pre-planned trip. Attorney General Eric Holder was in Paris for a terrorism summit held on the march’s sidelines, but he slipped away and made appearances on four American morning television talk shows just as the incredible rally was starting. The US was represented at the march only by Jane Hartley, the American ambassador to France who is unrecognizable to most Americans, let alone the rest of the world.

Daily Mail



Laisser un commentaire


9 réponses à “JE SUIS CHICKEN (America snubs historic Paris rally against islamic terrorism: why can’t Barack Hussein bring himself to utter those two words, side by side ?)”

  • 9
    Letel:

    http://www.cbc.ca/news/politics/anti-terrorism-talk-harper-and-obama-sound-like-yin-and-yang-1.2949175?cmp=rss&utm_content=bufferf8fc1&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

  • 8
    Sittingbull:

    Moi aussi, moi aussi!

  • 7
    Letel:

    🙂 Le gars est à l’évidence francophile, même si en l’occurrence il se force un peu à être optimiste, c’est vrai qu’il n’y a pas trop de quoi…

  • 6
    Sittingbull:

    Ces méchants Américains, ils nous aiment bien finalement…
    Tu crois? Le sens de l’article est plutôt, la France est cruciale pour l’avenir de l’Europe, donc on sait pas trop bien comment ça va marcher, avec ces français…mais essayons d’y croire, cocorico!

  • 5
    Letel:

    Ces méchants Américains, ils nous aiment bien finalement

  • 4
    jc durbant:

    Nos vaillants confrères de la Beeb:

    Ce qu’on essaye de dire c’est que deux hommes ont tué 12 personnes dans une attaque contre les bureaux d’un magazine satirique. C’est assez, on sait ce que ça veut dire et ce que c’est. (…) Nous savons ce qu’est la violence politique, nous savons ce que sont des meurtres, des attentats et des fusillades et nous pouvons les décrire. Et cela explique bien plus de choses, à nos yeux, que d’utiliser le mot ‘terroriste. (…) Les Nations Unies ont bataillé pendant plus d’une décennie pour tenter de définir le mot et ils ont échoué. C’est très difficile de le faire.

    Tarik Kafala (BBC en arabe)

    Selon Tarik Kafala, on peut très bien rendre compte de « l’horreur » et « des conséquences humaines » d’un « acte de terreur » sans employer le fameux mot. Le patron de la version arabophone est ainsi assez proche des règles strictes d’emploi de ce mot définies par la BBC. La charte utilisée par le groupe de télévision britannique, si elle ne bannit pas le terme, invite ainsi ses journalistes à « bien réfléchir » avant de l’utiliser à l’antenne.

    The Independent

    « Il n’y a pas d’interdiction du mot ‘terroriste à la BBC’. Nous préférons cependant une description la plus précise possible », a précisé un porte-parole du groupe audiovisuel au Daily Mail. Et d’ajouter : « Le patron de la version arabophone ne faisait que rappeler les directives éditoriales de la charte de la BBC ».

    Daily Mail

  • 3
    jc durbant:

    J’ai travaillé sur l’URSS, c’était le même mécanisme de peur. Le seul moyen de lutter contre la censure parmi les dissidents était que tout le monde signe les pétitions. Le Mur est tombé quand les gens ont cessé d’avoir peur. Dès que vous intériorisez la peur, c’est fini. Je crains que cela se produise en Occident face aux radicaux islamistes. La réalité est que nous avons intériorisé la fatwa lancée contre Salman Rushdie pour ses Versets sataniques. Il n’existe pas de loi contre le blasphème en Occident, mais nous avons intériorisé la peur d’une loi qui n’existe pas. (…) Je pensais que notre journal pourrait gagner ce combat.» Oui, nous n’avons pas publié les caricatures après les attaques, c’est grave et triste. Mais je peux comprendre le rédacteur en chef, après ce que je vis depuis neuf ans. Il pense à la sécurité de ses journalistes. Au moins, nous sommes honnêtes. Nous avons publié un éditorial titré «La violence marche». Nous reconnaissons que nous nous soumettons à l’autocensure. L’épée est plus forte que le stylo. Il y a neuf ans, je pensais que c’était l’inverse. Je pensais que notre journal pourrait gagner ce combat. Mais je sais maintenant que nous avons besoin de beaucoup plus de soutien populaire. Je suis très heureux de cette mobilisation. Mais je reste circonspect, car une manifestation ne compte pas à long terme. Ce qui compte, ce sont les décisions au quotidien de chaque journal. Quand Theo Van Gogh a été tué par un extrémiste musulman en 2004, il y a eu une vague de soutien qui s’est essoufflée. On a vu au contraire apparaître, aux Pays-Bas, une pression pour renforcer «les lois contre la propagation d’un discours de haine». Le ministre de la Culture a même dit si que si on avait eu des lois semblables, Theo Van Gogh serait en vie! Sous-entendu, c’était sa faute (…) Cette culture de la défense des offensés est devenue centrale dans les cercles académiques américains. Elle est très dangereuse, car elle détruit la distinction fondamentale, depuis les Lumières, entre le mot et l’action. Elle affirme que dire quelque chose d’offensant est aussi grave que commettre un crime violent. Alors qu’une caricature, c’est ce qu’il y a de plus civilisé et pacifique! Cette érosion de la distinction entre mots et actes sape la liberté de parole. Elle nous rapproche des dictatures.

    Flemming Rose

  • 2
    Galahad:

    Notez au passage la petite incidente complotiste : Si les présumés coupables de cette tragédie le sont vraiment,
    … Et ces niaiseries des stylos « plus forts » que les Kalachnikov ou des mille Cabu et Wolinski « qui viennent de naître ». On croirait une médiocre dissertation d’élève de Seconde.

    La réponse de Rayski n’est pas mal, mais un peu courte.

  • 1
    jc durbant:

    Voir aussi en VF:

    « Ta belle religion souillée, humiliée, montrée du doigt » …

    Mon frère, si tu savais combien j’ai mal pour toi aujourd’hui, toi et ta belle religion ainsi souillée, humiliée, montrée du doigt. Oubliés ta force, ton énergie, ton humour, ton cœur, ta fraternité. C’est injuste et l’on va ensemble réparer cette injustice. On est des millions à t’aimer et on va tous t’aider. Commençons par le commencement. Quelle est la société que l’on te propose ?

    Basée sur l’argent, le profit, la ségrégation, le racisme. Dans certaines banlieues, le chômage des moins de 25 ans atteint 50 %. On t’écarte pour ta couleur ou ton prénom. On te contrôle dix fois par jour, on t’entasse dans des barres d’immeubles et personne ne te représente. Qui peut vivre et s’épanouir dans de telles conditions ?

    On fait passer le profit avant toute chose. On coupe et vend le bois du pommier, et après, on s’étonne de ne plus avoir de fruits. Le vrai problème est là, et c’est à nous tous de le résoudre.

    J’en appelle aux puissants, aux grands patrons, à tous les dirigeants. Aidez cette jeunesse, humiliée, qui ne demande qu’à faire partie de la société. L’économie est au service de l’homme et non pas l’inverse. Faire du bien est le plus beau des profits. Chers puissants, vous avez des enfants ? Vous les aimez ? Que voulez-vous leur laisser ? Du pognon ? Pourquoi pas un monde plus juste ? C’est ce qui rendrait vos enfants les plus fiers de vous.

    On ne peut pas construire son bonheur sur le malheur des autres. Ce n’est ni chrétien, ni juif, ni musulman. C’est juste égoïste, et ça entraîne notre société et notre planète droit dans le mur. Voilà le travail que nous avons à faire dès aujourd’hui pour honorer nos morts.

    Le terrorisme ne gagnera jamais

    Et toi mon frère, tu as aussi du boulot. Comment changer cette société qu’on te propose ? En bossant, en étudiant, en prenant un crayon plutôt qu’une kalachnikov. La démocratie a ça de bien qu’elle t’offre des outils nobles pour te défendre. Prends ton destin en main, prends le pouvoir.

    Ça coûte 250 euros d’acheter une kalachnikov mais à peine 3 euros pour acheter un stylo, et ta réponse peut avoir mille fois plus d’impact. Prends le pouvoir et joue avec les règles.

    Prends le pouvoir démocratiquement, aide tous tes frères. Le terrorisme ne gagnera jamais. L’histoire est là pour le prouver. Et la belle image du martyr marche dans les deux sens. Aujourd’hui il y a mille Cabu et mille Wolinski qui viennent de naître.

    Prends le pouvoir, et ne laisse personne prendre le pouvoir sur toi. Si les présumés coupables de cette tragédie le sont vraiment, sache que ces deux frères sanglants d’aujourd’hui ne sont pas les tiens, et nous le savons tous.

    Ce ne serait tout au plus que deux faibles d’esprit, abandonnés par la société puis abusés par un prédicateur qui leur a vendu l’éternité… Les prédicateurs radicaux qui font leur business et jouent de ton malheur n’ont aucune bonne intention. Ils se servent de ta religion à leur seul avantage. C’est leur business, leur petite entreprise. Demain, mon frère, nous serons plus forts, plus liés, plus solidaires. Je te le promets. Mais aujourd’hui, mon frère, je pleure avec toi.

    Luc Besson

    http://www.atlantico.fr/decryptage/charlie-hebdo-et-palme-niaiserie-revient-luc-besson-benoit-rayski-1953216.html?yahoo=1















  • '