eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Napoléon vu d’outre-Manche

Posté le mercredi 1 octobre 2014 par Letel

nb

IS ANOTHER long life of Napoleon really necessary? On three counts, the answer given by Andrew Roberts’s impressive book is an emphatic yes. The most important is that this is the first single-volume general biography to make full use of the treasure trove of Napoleon’s 33,000-odd letters, which began being published in Paris only in 2004. Second, Mr Roberts, who has previously written on Napoleon and Wellington, is a masterly analyst of the French emperor’s many battles. Third, his book is beautifully written and a pleasure to read.

Mr Roberts admits having taken longer to research and write it than the seven years that Napoleon spent both on Elba and on St Helena. He visited no fewer than 53 of the 60 battlefields, as well as Elba and even Longwood on St Helena, where Napoleon died at just 51. He captures well the frenetic energy and will of the man, shown not just in the furious pace and number of his letters but also in his many (mostly short-lived and often unsuccessful) sexual liaisons.

What comes across most strongly are Napoleon’s extraordinary military gifts. His political impact on his country and Europe was clearly profound, but it was his revolutionising of warfare, military supplies, logistics and the use of artillery and tactics, especially in such battles as Austerlitz in 1805 and Friedland in 1807, that stands out. Yet as Mr Roberts’s own analysis demonstrates, even here Napoleon had flaws. He was lucky at Marengo in 1800, he all but lost Wagram in 1809 and he should really have won Waterloo in 1815.

Mr Roberts is clear-eyed about Napoleon’s tactical mistakes, but too forgiving of his broader strategic failings. The most obvious was the catastrophic invasion of Russia in 1812, when he underestimated not just the skill of such generals as Barclay de Tolly and the fighting quality of Russian troops, but also the determination of the tsar. Yet Napoleon also erred in invading Spain in 1808 and repeatedly picked unnecessary fights with the Austrians and Prussians.

He was also hopeless when it came to sea power. Mr Roberts concedes that “Napoleon’s understanding of naval affairs was dismal.” But this understates the significance of his failing. In many ways the decisive battle of his wars was not Austerlitz or even Waterloo but Trafalgar in 1805, to which Mr Roberts devotes only half a page. It was Trafalgar that finally killed French hopes of invading England and cut Europe off from burgeoning world trade. As a consequence the British economy continued to grow strongly, while (thanks in part to Napoleon’s atavistic protectionism) even by 1815 France had barely reached Britain’s level of industrialisation in 1780.

Then there are Napoleon’s flaws as a political leader. Mr Roberts, who is an ardent fan, portrays him as an Enlightenment figure whom many saw as the embodiment of progress and meritocracy. He certainly did much to reform France and Europe, not least through what became the Napoleonic legal code. Yet he was also a dictator, and he lied about his battles, instigated the Brumaire coup in 1799, made himself emperor and was guilty of such crimes as the kidnap and murder of the Duc d’Enghien. Beethoven, a true believer in the Enlightenment, tore up his dedication of the “Eroica” symphony to Napoleon in 1804 (see article).

Perhaps worst of all was Napoleon’s habit of indulging and promoting his own family, especially his brothers. Mr Roberts is right to detect Corsican roots in this. But Napoleon’s crowning of Joseph, first in Naples and then in Spain, of Louis in the Netherlands and then of Jerome in Westphalia all proved costly mistakes. And his proclamation of his infant son (conceived with Austria’s Marie Louise, after his divorce from Josephine) as king of Rome was ludicrous in its pomposity.

The ultimate failure of Napoleon can be seen in his legacy to his own country. He clearly promoted modernisation in Europe through such abruptly unceremonious acts as the abolition of the Holy Roman Empire and of the doge in Venice. Yet when he was born in 1769 France could still claim to be Europe’s predominant power, as it had been for 100 years. By the time he died in 1821, it had been pushed aside. Mr Roberts cleaves to a very French view of Napoleon, seeing him as a force for good who fed the greater glory of his country. Yet contemplating European history since his death—first the dominance of Britain, then the rise of Germany and now France’s relative economic and demographic decline—that seems at best debatable and at worst plain wrong.

Napoleon the Great. By Andrew Roberts.Allen Lane; 936 pages; £30. To be published in America by Viking in November; $40. Buy from Amazon.com  Amazon.co.uk

Letel @ 17:12
Catégorie(s): Mémé Bookine etPosts in English etUn peu d'histoire


Laisser un commentaire


87 réponses à “Napoléon vu d’outre-Manche”

  • 37
    Letel:

    Deux historiens.

  • 36
    Letel:

    “I would have hastened over my flotilla with two hundred thousand men, landed as near Chatham as possible and proceeded direct to London, where I calculated to arrive in four days from the time of my landing. I would have proclaimed a republic and the abolition of the nobility and the House of Peers, the distribution of the property of such of the latter as opposed me amongst my partisans, liberty, equality and the sovereignty of the people. »
    NB

  • 35
    Letel:

    Superbe ! Magnifique !

  • 34
    Sittingbull:

    C’est le moment d’apprendre à traduire l’expression « langue dans la joue »

  • 33
    Letel:

    On savait les Anglais loufoques, excentriques, mais à ce point-là

  • 32
    Letel:

    Le Wall Street Journal, à son tour

  • 31
    Letel:

    Moi ce que j’en dis, hein… Il me semble simplement que puisque le pays avait atteint ses buts de guerre en 1918, récupérer l’Alsace et la partie de la Lorraine perdue en 1870 (plus quelques colonies comme le Cameroun), on aurait bien fait d’offrir une paix généreuse aux Allemands. Au lieu des Réparations machin, de « L’Allemagne paiera » truc, etc. Ça aurait peut-être évité la guerre suivante, le génocide, l’occupation, plus une image désastreuse qui nous colle aux basques depuis.
    A propos de cette dernière, une blague qui circulait il y a quelques années sur le net, à propos des qualités guerrières de différents peuples, je me souviens juste de l’Allemagne et de la France (si quelqu’un la retrouve…). Pour la première c’était du genre : « Gonfler ses muscles, envahir une dizaine de pays, perdre la guerre, perdre des territoires ». Pour nous c’était : « Les Français ne savent plus quoi faire, les fabriques de drapeaux blancs sont en grève ! »
    Pas très flatteur, mais assez drôle. Assez drôle parce qu’évidemment c’est un peu nonsensique, personne n’a oublié que Napoléon et les Français ont pris Moscou, ont dévalé sur toute l’Europe pendant vingt ans, et toute la saga militaire, puisqu’on est sur ce fil.
    Bon, mais pour revenir au sujet, c’est vrai que l’Hexagone sans les provinces de l’Est, ça va pas, il est un peu défiguré. Est-ce que ça valait de sacrifier des millions d’hommes, je ne sais pas. Surtout que tout ça se serait finalement fondu dans une Europe pacifiée.

  • 30
    Letel:

    Les Alsaciens auraient conservé leurs coutumes non ?

  • 29
    Marock:

    Peut être, mais avariées.
    Avez vous déjà mangé une choucroute allemande, ou bu un vin de Moselle ?

  • 28
    Letel:

    Je ne sais pas. On les aurait eus de toute façon, non ?

  • 27
    Marock:

    Et avec l’ Alsace, la Choucroute, l’ Edelzwicker, le Gewürtztraminer, le Pinot, le Sylvaner…usw…
    Ça valait bien quelques millions de morts.

  • 26
    Letel:

    Si, si, 1918, ce qui a permis de récupérer l’Alsace et la partie de la Lorraine perdue en 1870. La guerre de Crimée aussi. Sans compter les grandes victoires de Hollande en Afrique…

  • 25
    Zoubor:

    Michael, j’ai lu il y a une trentaine d’années, que les cadets de l’armée française étaient les cadets qui avaient le plus de cours d’Histoire Militaire durant leur formation.
    Etant donnée les défaites nombreuses, l’armée française n’ayant pas gagne de guerres depuis les victoires de Napoleon, la question se posait de savoir la valeur de tels cours d’histoire militaire ds la formation des futurs officiers…

  • 24
    michael:

    Pas seulement a West Point , effectivement au programme ! Tous les passionnes de strategie et tactique militaire aux USA vouent un veritable culte a l’Empereur ( Chacune de ses batailles a fait l’objet d’un wargame et les bouquins sont innombrables ), alors que je doute que ses differentes batailles soient etudiees a l’Ecole de Guerre en France

  • 23
    Letel:

    « à l’académie militaire américaine de West Point, les élèves passent onze semaines à étudier les batailles napoléoniennes. »

  • 22
    Letel:

    « SIR – It is unfair to label Napoleon’s legacy in France as a failed one (“Flawed sparkler”, September 20th). He brought in a number of reforms, many of which are still in place today. He brokered religious peace with Rome in the Concordat of 1801 and granted equality to the Jews, at a time when they were persecuted throughout Europe. He instituted the Civil Code and founded the lycées, the Bank of France, the franc germinal and the metric system. He brought an end to the chaos of the revolution, the bloodlust of the Terror and the corruption of the Directory.

    Napoleon was a military genius. He was usually outnumbered on the battlefield but usually prevailed. He won more battles than Julius Caesar and Alexander the Great combined. He was a statesman, a jurist and was a member of the Académie Française as a mathematician. In Egypt, he commanded an army of scientists and scholars. His conquests were to overcome ignorance, not just to overcome his enemy on the field.

    Napoleon was flawed, like us all. He made some strategic blunders. His life, however, is pregnant with instruction. He was the ultimate self-made man and, regrettably, a tragic hero of Greek proportions. »

    Mark Billings
    Board member
    Souvenir Napoléonien
    Montreal

  • 21
    michael:

    Si Mercator le dit …On lui conseille s’il y a un « match retour » de proposer ses services a A Speer comme conseiller logistique bénévole

  • 20
    Letel:

    > Je trouve que la sévérité dont JFM fait preuve à l’égard du Général De Gaulle est parfaitement justifiée par la déférence et l’admiration aussi ridicules qu’universelles
    > all mention of Napoleon as ‘great’, ‘hero’, ‘villain’ or ‘monster’ has Adam Zamoyski running for the hills, bemused why – in his opinion – this rather ordinary man excites such passion

    Comme le comte, cher Galahad, vous passez à côté d’une raison essentielle : pourquoi les grands hommes sont-ils des grands hommes ? On sait bien qu’ils n’étaient pas parfaits, qu’ils ont fait des erreurs, parfois monumentales comme l’Empereur, mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est qu’ils ont été des acteurs fabuleux dans l’Histoire, ce qui n’est pas donné à tout le monde. La vie de De Gaulle, par exemple, entre les deux guerres mondiales, puis sa traversée du désert, et son retour au pouvoir dans les années fastes, son rôle dans la guerre d’Algérie, qui peut approcher une pareille légende ? Et à plus forte raison encore pour Napoléon. Ce sont leurs vies incroyables qui ont fait d’eux ce qu’ils sont dans notre mémoire collective. Idem pour Alexandre ou César, Gengis Khan ou Louis XIV, Octave ou Charles Quint, Charles XII ou FDR, j’en passe et des meilleurs comme dirait Hugo.

  • 19
    MERCATOR:

    La Resistance polonaise a meme fourni les restes d’un V2 tombe dans un marais en Pologne et evacue par avion sur l’Angleterre vers 1943 .

    Oui cela n’a d’ailleurs servi à rien puisque le V2 décrivait une parabole mésospherique et était impossible à abattre.

    Ce qui montre bien la folie nazie c’est que le v1 et le v2 qui employaient un temps de main d’œuvre important n’ont eu aucune influence sur la tenue de la guerre, !

  • 18
    vautrin:

    «  La Resistance polonaise a meme fourni les restes d’un V2 tombe dans un marais en Pologne et evacue par avion sur l’Angleterre vers 1943 . »

    Il est intéressant de lire Most Secret War, du Dr R.V. Jones, Wordsworth Editions 1998. Il nous apprend beaucoup sur les radars, le radio-guidage, les V1 et V2 et le travail considérable des Résistants en Europe.

  • 17
    michael:

    Pour Enigma , au depart une collaboration feanco-anglo-polonaise ou chacun a apporte sa contribution , les Polonais pour l’ebauche de modele mathematique et l’ancetre du  » computer  » et une machine en etat de marche , les Francais avec la somme de renseignements recoltes par leurs agents infiltres dans l’Abwehr et les Anglais qui ont continue ensuite avec un excellent cadre experimente mais ils furent tres loin de ‘ casser » tous les codes Enigma car les communications d’un pays ce sont des milliers de reseaux differents utilisant chacun des codes differents et parfois des disciplines differentes . Les Britanniques ent ont casse plus de 600 parmi les plus importants mais certains resisterent jusqu’au bout , ceux de la Gestapo et de la SS par exemple . Une lutte passionante et les Allemands n’etaient pas en reste sur bien des codes allies . Au final la  » connaissance » donne un avantage certain quand on a les  » moyens » d’agir …Les anglais ont reconnu la contribution polonaise a cert effort reellement titanesque dont la NSA est aujourd’hui l’heritiere avec des moyens enormes . La Resistance polonaise a meme fourni les restes d’un V2 tombe dans un marais en Pologne et evacue par avion sur l’Angleterre vers 1943 .

  • 16
    JFM:

    Ce sont les Polonais qui ont cassé Enigma. Il se peut que cela ait été le grain de sable qui a empêché les Allemands de gagner.

  • 15
    Letel:

    ça correspond à une sorte d’âge d’or, en France et ailleurs, les années 1960, les conférences de presse mythiques, le rôle du verbe, et sa propre jeunesse pour beaucoup, magnifiée, embellie, sans même parler bien sûr des années 1940.

  • 14
    Galahad:

    Je trouve que la sévérité dont JFM fait preuve à l’égard du Général est parfaitement justifiée par la déférence et l’admiration aussi ridicules qu’universelles dont cet homme, qui a conduit ou inspiré 50 ans d’une politique étrangère honteuse sur un plan moral et inepte sur le plan des résultats, est l’objet en France.

    Une bonne partie du personnel politique français s’affiche ainsi « gaulliste ». Est-ce qu’on imagine des conservateurs britanniques se dire churchillistes ? Et ils auraient pourtant bien plus de titres à le faire.

  • 13
    madimaxi:

    Eh bé, en tant que Polak de souche et Français d’amour, je ne sais plus quoi dire.
    Merci à tous les intervenants pour ces liens utiles. J’ajouterai celui qui n’a pas encore été référencé.
    Et j’aime bien MERCATOR aussi. Parce qu’il m’a permis de partager avec lui la communauté de destin qui désormais me lie à lui. Kol Nidreï mes amis !

  • 12
    Letel:

    🙂

  • 11
    JFM:

    Méfiez-vous de la compassion. C’est le dernière tentation de Zarathoustra, la dernière pierre sur la route qui mène su Surhomme. Letel, si ça peut vous faire plaisir, je vous dis que si un jour je vous vois en train de crever au bord de la route je donnerai un coup de volant pour vous rouler dessus.

  • 10
    Letel:

    Je suis enfoui sous la compassion, terrible… Un de mes amis très cher ici m’en témoigne constamment, la petite retraite, mon dieu, comment fais-tu ? etc., jusqu’au blog, et même Mator et Mercarock…
    Au fait, dans la marine, c’est mieux ? Sûrement, les militaires ont toujours été privilégiés.

  • 9
    Letel:

    Non, seulement si c’est vous qui avez ouvert le fil.
    Merci pour la compassion 🙂

  • 8
    Marock:

    Un intervenant peut donc rajouter un texte sur le com d’ un autre intervenant ?

    J’ en profite pour assurer Letel de ma plus sincère compassion.

  • 7
    Letel:

    Qui l’eût cru, en parlant de l’Empereur ?!?
    Étonnant comme notre petit Corse national continue à fasciner les foules. Il faut dire que pour une vie, c’est une belle vie ! Elle a coûté cher au pays, c’est sûr, pour son économie, pour sa place, pour ses hommes, mais l’histoire est un engrenage terrible, et dont les racines sont longues, Napoléon n’est pas responsable de la Révolution, et il n’a pas voulu toutes ses guerres.

  • 6
    Letel:

    Eh bien, mon cher Marock, vous voyez, pour un fil bien éloigné de l’actualité (brûlante, toujours brûlante), il se porte pas trop mal non, déjà 56 commentaires !

  • 5
    Letel:

    J’ai retrouvé ce texte de Letel, qui date de 2007, je crois, et distribué par Sil sous les essuie-glaces des voitures autour de la Sorbonne avec ses références des cours Pigier, pour donner des cours de dactylographie à domicile, moyennant une rétribution de vingt trois euros de l’heure, le tout au black, bien entendu, témoignage émouvant de la misère de la retraite de l’éducation nationale !

    Vous voyez, Mercator, c’est pas très difficile finalement. Merci pour la ponctuation correcte.

  • 4
    Letel:

    Le fait qu’aucun ministre de l’Education, de droite ou de gauche, depuis des décennies, dans ce beau pays qu’est la France, n’ait jamais pensé à instaurer ce petit enseignement, qui aurait été bien accueilli par les parents et les enfants, en dit long sur la compétence et la clairvoyance de nos élites.

  • 3
    Marock:

    Retraité de l’éducation nationale ?
    Eureka. Tout s’ explique.

    « Marock, par pitié, lâchez-moi les baskets, OK ? » (Letel)

  • 2
    Letel:

    Merci Mercator, d’exhumer ce texte, toujours aussi pertinent à mon sens. Il suffit de quelques semaines pour apprendre à taper avec ses dix doigts, sans regarder le clavier, et avec efficacité et rapidité. Pour ces quelques semaines d’exercices emmerdants, on gagne ensuite toute sa vie un avantage énorme, taper rapidement, gagner un temps fou, ne pas se fatiguer à regarder chaque touche, etc.
    Pourquoi ne pas apprendre ça aux enfants dès le primaire, alors qu’on va rester j’imagine pour un bon bout de temps avec les claviers ?

    Question subsidiaire : pourquoi y a-t-il sur tous les claviers, aux lettres F et J, un léger renflement, une petite barre ou un petit point en relief ? Vérifiez sur le vôtre…

  • 1
    MERCATOR:

    misère, mais certains auront rectifié d’eux même.















  • '