eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Les eurosceptiques à côté de la plaque

Posté le mercredi 6 août 2014 par Letel

ue

Une nouvelle étude économique montre les bénéfices de l’appartenance à l’UE, la Grèce fait exception. Elle montre ce qu’on savait déjà, ie les gains de l’intégration, et qui explique pourquoi les peuples, malgré une opposition croissante et les défauts de l’Union, veulent en majorité y rester.

Article, commentaires

THIS week the Institute for Economic Affairs, a British think-tank, awarded a prize of €100,000 ($138,000) for the most compelling plan for a British withdrawal from the European Union. The winner, a British diplomat named Iain Mansfield, reckoned that “Brexit” would probably lift the British economy by 0.1%. It could enjoy a boost to GDP as big as 1.1%, he argued, provided it succeeding in maintaining access to the European market, swept away a few of the EU’s regulatory impositions and took the opportunity to embark on a slate of unrelated reforms. But, he warns, a meaningful deterioration in Britain’s link to the European economy would cost the country dearly, slashing British output by 2.6%.

That may sound like only a tepid endorsement of Brexit. But new research, presented at the annual conference of the Royal Economic Society in Manchester this week, suggests it still massively underestimates the costs involved. The paper uses a novel method—in essence, creating an alternate version of economic history—to generate a more precise estimate of the benefits of European integration than economists have hitherto managed. Incomes in Britain, it concludes, would have been a fifth smaller in 2008 had it never joined.

Economics provides many reasons why closer ties within Europe ought to have boosted growth. Low barriers to trade allow economies to specialise in the industries to which they are best suited, delivering a boost to productivity. A bigger domestic market enables firms to operate at greater scale, encouraging more capital accumulation. And speeding the circulation of ideas and technology around the union should pep up growth rates in the long run. The march of European integration, from the 1951 treaty establishing a common market in coal and steel to the 1992 accord in Maastricht which laid the groundwork for currency union, steadily broke down obstacles to the flow of people, goods and money. Bouts of enlargement (roughly one round a decade) added to the size of the market within the EU’s borders.

Yet nailing down the effect of EU membership is maddeningly hard because of the absence of a counterfactual: an alternate Europe in which the EU never formed. The first decades of European integration coincided with a “Golden Age” of European growth. But much of that growth would probably have occurred with or without a move towards ever closer union, thanks to recovery from depression and war. Without the baseline for comparison provided by a counterfactual, frustrated economists must hazard guesses as to what caused what.

Past efforts to estimate the benefits of membership have therefore been imprecise. In a 1996 paper Richard Baldwin and Elena Seghezza of the Graduate Institute in Geneva surveyed prior studies of the connection between trade and investment in Europe. Those studies pointed to a “rough correlation” between an economy’s productivity growth and the openness of its market. In a 2008 paper Andrea Boltho of Oxford University and Barry Eichengreen of the University of California, Berkeley moved a step closer to using counterfactuals. Yet their approach was more narrative than statistical: they discuss in detail what might have happened at critical moments of history had the union not moved forward. They conclude with a rough quantitative judgment: that members’ GDP is perhaps 5% higher thanks to integration.

In the new paper Nauro Campos of Brunel University, Fabrizio Coricelli of the Paris School of Economics and Luigi Moretti of the University of Padua reckon that these approaches, though useful, can be improved upon. They concoct what they call a “synthetic counterfactual”, meaning a projection of how EU members’ economies would have performed had they not joined the EU, by substituting data from non-member countries with similar economies. To ensure a good match, they do not use data from just one similar country, but instead use a weighted blend of the data from several countries. Thus their non-EU Britain, for instance, is 91% New Zealand and 9% Argentina (an amalgam Eurosceptics will no doubt pounce on). The macroeconomic statistics of those countries, weighted in those proportions, closely track those of Britain before it joined the EU.

The paper then compares the performance of the synthetic substitutes to their real counterparts after accession. This clever device is not without problems, but the authors reckon it may understate the benefits of EU membership. Synthetic Lithuania, for instance, is 42% Ukraine. But proximity to the EU may have brought some benefits to Ukraine, which in turn boost the projected performance of synthetic Lithuania. That makes the gain to the real Lithuania from joining look smaller than it really is.

Closer union, higher incomes

In fact, the authors find a strong and persistent return to joining the EU in almost all cases—Greece being a dramatic exception (see chart above). Real GDP per person in Portugal, adjusted for differences in prices among the countries studied, is 21% higher as a result of accession, they reckon. In Ireland the gain is 43%. Each round of enlargement delivered a hefty rise in GDP and productivity growth, relative to the counterfactual. In most cases, the gains mount over time rather than petering out. That suggests that membership is improving members’ underlying growth capacity and not just delivering a one-off jolt to incomes. The paper provides the best evidence to date that economists’ intuition—that integration has made Europe vastly better off—is correct.

The end-date for the study, 2008, flatters the EU. Yet for most members (Greece, again, excepted) the drop in real output per head since the crisis looks modest relative to prior gains. Membership boosted British incomes by 25% through 2008. Britain surely remains a net beneficiary even after the economic upheaval of recent years. These figures will not stop Eurosceptics from arguing for Brexit. But they suggest that from an economic standpoint the EU has been a remarkably good club to be in.

Letel @ 15:06
Catégorie(s): Pendant ce temps-là, en Europe etPosts in English


Laisser un commentaire


13 réponses à “Les eurosceptiques à côté de la plaque”

  • 13
    Letel:

    Sur le Brexit, à la fin, marrant.
    Et sur l’Afrique et le vote ethnique, bien vu, vers le milieu.

  • 12
    Letel:

    Pour suivre un autre suspense.

  • 11
    Letel:

    OK, merci. Oui, toujours en balade 😉

  • 10
    michael:

    Letel , utilisez le correcteur d’orthographe en francais …..En balade ?

  • 9
    Letel:

    Faire un bilan ou on ne met que le passif, ca ne marche pas trop. Vous oubliez les immenses avantages de l euro.
    Quant au reste, se refugier dans l attente de la deconfiture de l autre est plutot minable, voila bien un comportement offensif, energique et decide, s il en est ! Bravo, c est la Furia francese 2014…
    D autant plus qu on risque des deconvenues avec ce type de passivite, d une part parce que notre demographie un peu moins molle est surtout musulmane (ce qui veut dire des emmerdes et encore plus d emmerdes), d autre part parce qu il est fort peu probable que la population allemande s effondre, les peuples ne sont pas suicidaires, tot ou tard ils reagissent.

    PS Desole pour les accents et les apostrophes, je n ai trouve qu un cafe QWERTY…

  • 8
    MERCATOR:

    Malheureusement la monnaie unique a été une effroyable connerie dont nous payons et continuerons à payer les sinistres effets pendant des décennies.

    Une monnaie unique entre des pays comme le Portugal et l’Allemagne ( ne parlons même pas de la Grèce ) , c’est un peu comme ouvrir un compte bancaire indivis entre un cadre de direction, un chirurgien,une caissière de leader price à mi-temps et un RMIste !

    Ça ne peut pas marcher , maintenant se retirer de l Euro serait effectivement encore pire , le seul espoir, mais dans vingt ans, c’est le dépeuplement Allemand qui redonnera le leadership à notre pays .

  • 7
    Letel:

    « En récupérant sa souveraineté monétaire, la banque de France pourrait financer le déficit budgétaire sans être sous la tutelle des marchés financiers et l’Etat pourrait diminuer sa dette publique sans avoir besoin de recourir à de nouvelles hausses d’impôts ni sans avoir à tailler sévèrement dans les dépenses publiques.

    Or, à y regarder de plus près, la sortie de l’euro s’apparente plus volontiers à un vaste saut dans l’inconnu et sans parachute de surcroit.
    Fore est de rappeler que sortir de l’euro provoquerait une dévaluation immédiate du franc, ce qui renchérirait le prix de tous les biens importés, ces biens qui représentent aujourd’hui plus du tiers du produit intérieur brut (PIB).

    Cela provoquerait ainsi un appauvrissement généralisé, notamment des plus modestes et la consommation s’effondrerait durablement. A défaut de consommation intérieure, les entreprises licencieraient en masse, le chômage exploserait et les inégalités sociales se creuseraient. En outre, ce retour du franc dévaloriserait considérablement l’épargne des agents économiques.

    Cette ruine des épargnants pénaliserait sévèrement les investissements et les entreprises asphyxiées par le crédit crunch fermeraient en masse. Face à ce risque économique généralisé, il serait illusoire de croire que la relance des exportations pourrait sauver notre économie. La baisse des tarifs des exportations liée à la dévaluation du franc serait doublement annulée par le renchérissement du coût des matières premières importées et par l’inflation vertigineuse à laquelle notre économie devrait faire face.

    TOUTE COMPÉTITIVITÉ PRIX IMPOSSIBLE

    D’autre part, la dévaluation sauf à ce que le franc atteigne des cours dignes du mark de 1929, ne permettrait jamais à nos entreprises d’aligner leurs prix sur ceux pratiqués par leurs concurrentes des pays émergents. L’écart social entre ces pays et le nôtre rend impossible et insoutenable toute compétitivité prix.

    Enfin, est-il besoin de rappeler qu’une première dévaluation en appelle souvent une autre, ce qui ferait courir le risque d’une guerre monétaire au niveau européen. Ces risques de change créeraient un climat de défiance nocif pour les échanges et pour la croissance économique. Ils conduiraient rapidement au rétablissement de barrières protectionnistes entre les Etats européens ayant quitté la zone euro.

    Par ailleurs, cette instabilité monétaire provoquée par la sortie de l’euro, alourdirait la dette extérieure qui est libellée en euros, et qui et de fait, n’attirerait plus les investisseurs. La crainte d’une accélération de l’inflation ferait monter les taux d’intérêt et renchérirait le coût de la dette publique.

    La fuite des capitaux deviendrait inévitable, l’investissement s’effondrerait et la perte de confiance dans la monnaie obligerait à des augmentations drastiques des taux d’intérêt qui empêcheraient tout retour rapide de la croissance. Une sortie de l’euro isolerait ainsi la France au sein de l’Europe ainsi qu’au sein de la scène internationale monétaire. »

  • 6
    Letel:

    La Suisse est une réussite exceptionnelle, due à l’histoire, la neutralité, les mentalités, la situation géographique, aucun doute là-dessus. Les autres pays cités (Chili, Singapour, Chine, NZ, etc.) sont aussi des cas de réussite économique, mais cette réussite est liée à la mondialisation et à l’ouverture des frontières depuis 1947, l’UE n’est qu’un élément dans cette évolution. On peut considérer l’Allemagne comme une vaste Suisse, avec une réussite économique similaire, de même que les Pays-Bas et les pays scandinaves. Les pays Baltes ou la Pologne, également dans l’UE, sont aussi des cas de réussite économique. Maintenant, que le système soit devenu trop lourd et bureaucratique, on est bien d’accord.

  • 5
    Letel:

    > Cet article est de la même eau que les livres de Piketty. On prend quelques données éparses et on évite surtout de contre vérifier les assertions qu’on avait d’ailleurs déjà préétablies.

    C’est faux justement. Votre critique est obscurantiste.

  • 4
    MERCATOR:

    Allons soyons un peu de mauvaise foi, mais on pourrait tout aussi bien, garder les mêmes données et remplacer « appartenance à l’UE » à « fréquentation des fidèles dans les églises  » ou  » consommation de vin bouche par adulte » et en tirer les mêmes conclusions ou bien les conclusions inverses !

  • 3
    Bruno:

    Cet article est de la même eau que les livres de Piketty. On prend quelques données éparses et on évite surtout de contre vérifier les assertions qu’on avait d’ailleurs déjà préétablies.
    Par exemple, rapporter la croissance en UE et hors UE sur la même période.
    Voir si la Suisse fait vraiment pitié à côté.
    Qu’ont fait Singapour, la Chine, l’Inde, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili pendant ce temps.
    Ensuite, qui sont les Eurosceptiques ?
    Il me semble qu’il s’agit de citoyens des anciens pays de l’Union surtout, qui en ont marre qu’on se f… de leur gueule et de leur avis, cf referendum Lisbonne. Et qui eux aussi prennent conscience que la laine qui habille les nouveaux venus est tondue sur leur dos.
    Que ça va avec l’immigration invasion et le pillage des allocations sociales.
    Car le phénomène est identique au niveau des individus et des pays, et c’est le même contribuable qui paye.
    Que la folie réglementaire de Bruxelles atteint des niveaux ubuesques.
    Que l’appareil de l’UE est un énorme fromage parasitaire où se gavent les nantis des partis pro-européens, dont toute la gauche, contrairement à ce que j’ai cru lire ici ou là.

  • 2
    Letel:

    Les Européens n’ont de cesse qu’à vouloir se détruire, ou une partie d’entre eux en tout cas, comme ils l’ont fait entre 1914 et 1945. Les eurosceptiques aujourd’hui – souverainistes, gauchistes, frontistes, nationalistes, communistes, nonistes, gauche du PS, etc. – sont les plus actifs pour pousser à la roue dans cette direction.

  • 1
    sil:

    Eh Oui ! Perso, malgré la crise actuelle qu’il traverse, quand je vois comment le Portugal (et plus particulièrement mon coin) s’est transformé et enrichi depuis le peu de temps qu’il est entré dans l’UE, je me dis à chaque fois, qu’en si peu de temps, c’est quasiment magique !















  • '