eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Le BDS et ses contradictions …

Posté le samedi 5 avril 2014 par michael

BDS-hypocrites

Quelques considérations personnelles sur les rigolos du BDS et les implications que cela amène…

La campagne BDS a été lancée le 9 Juillet 2005 par 171 organisations pro-palestiniennes, pour la plupart aux financements opaques ou pour certaines utilisant des fonds provenant de dons officiels ( ONU ou EU ) et détournés de leur destination d’origine.

1/ Notions

B est pour Boycott, boycott interdisant l’achat de marchandises israéliennes, du moindre contact avec des compagnies israéliennes ainsi qu’avec le monde académique israélien.

D est pour Désinvestissement ou vente des actions des compagnies israéliennes ou autres associées à Israël pour faire chuter leurs cours.

S Sanctions: obliger chaque gouvernement à bannir le commerce et les investissements avec l’État d’Israël

2/ Actions

Le mouvement se gargarise du souvenir de la campagne anti-apartheid dirigée contre le régime de l’Afrique du Sud et qu’ils estiment avoir été la seule raison de sa disparition.

Il a donc organisé la Semaine Contre l’Apartheid Israélien en Février/Mars à Toronto, se répandant ensuite dans d’autres cités du monde avec le but avoué de lier le nom d’Israël avec le terme Apartheid, pensant ainsi se renforcer par autosuggestion. Donc une grande partie de ses actions consiste à coller sans relâche par martèlement incessant le mot Apartheid à Israël (contre toute véracité factuelle mais ce genre de vérités est totalement cachée aux militants de bonne foi)

Voir l’affaire Scarlett Johansson qui a rompu avec fracas ses liens avec l’ONG OXFAM pour mensonges et incitation à la haine.

Il y a quand même une grande différence entre les trois termes et les lier ensemble est trompeur :

a) Une campagne de boycott qui incite les consommateurs à éviter d’acheter des biens ou des services liés à un Etat ou à une compagnie, a tout de même un impact limite : concentré et ciblé, il peut mettre une compagnie donnée en difficultés mais pas une nation.

Le Pdt de la Chambre de Commerce israélienne rappelle que, si le boycott des produits agricoles en provenance de la Vallée du Jourdain par des chaines de supermarchés principalement anglaises ou scandinaves a causé une perte de 14% de la production, soit environ 29 millions de $ , l’impact général sur l’agriculture israélienne a été minime ( très largement compensé par le développement des cultures de l’Arava, quasi totalement consacrées à l’exportation ) .

Il rajoute également que l’État d’Israël a subi dès sa création un boycott généralisé organise par la Ligue Arabe et l’a surmonté finalement. Juste pour mémoire, l’industrie japonaise de l’automobile avait créé la marque Subaru – succursale indépendante de FUJI – pour justement contourner ce boycott et exploiter le juteux marche israélien, et on ne peut pas dire que cette action ait été un échec pour les parties concernées … sauf que les Subarus ne sont pas commercialisées dans les pays Arabes.

b) Le désinvestissement, politique qui exige des investisseurs (fonds de pension , fonds d’investissement et individuels) qu’ils vendent massivement leurs avoirs et actions de compagnies israéliennes ou assimilées. Sauf que ce genre d’action est un « fusil à un-coup » et a un effet très limité : ces institutions financières investissent leur argent pour en tirer des bénéfices et dans le monde de la finance l’argent n’a ni odeur ni idéologie et risque de causer des déboires quand on confond les deux.

Voir un fonds de pension universitaire anglais remonté à bloc par les thuriféraires de la Ste Koz qui a vendu en masse ses actions de Caterpillar, accusé de fournir les bulldozers blindés D-9 utilisés par Tsahal. Mal leur en a pris : les lois de la finance et les projets de développement miniers et forestiers en Asie ont littéralement boosté les actions CAT ( 100$ aujourd’hui ) faisant perdre à ce fonds de pension près de 8M$ ! Disons que les universitaires anti sionistes britanniques y réfléchiront à deux fois dans le futur.

D’une manière ironique une campagne de désinvestissement généralisée pourrait au final avoir une influence très bénéfique sur l’économie israélienne dont le problème principal n’est pas un manque d’investissements étrangers mais plutôt un énorme surplus (dû à ses innombrables succès technologiques dans de nombreux domaines), maintenant le Shekel a un niveau artificiellement élevé qui influe sur la compétitivité de ses exportations. Un désinvestissement efficace et massif entrainerait une dévaluation du Shekel face au Dollar, rendant de ce fait ses exportations encore plus rentables !

Il serait de curieux de savoir si les promoteurs de cette campagne en Europe sont conscients de ce paradoxe qui en fait renforcerait l’objet de leur haine …

c) Les sanctions sont une autre histoire puisqu’il s’agit-là d’actions délibérées d’organisations gouvernementales ou semi publiques, de refuser toute transaction économique ou financière avec un État. Elles peuvent être très efficaces mais très facilement contournées – Voir justement les compagnies d’armement françaises GIAT et Panhard qui ont continué allégrement à commercer avec l’Afrique du Sud pendant toute la campagne anti apartheid. Les exemples dans l’Histoire abondent sur ce point.

3/ Considérations économiques et prospectives

L’essentiel des activités du BDS sont en Europe occidentale ou les groupes anti sionistes minoritaires comptent (avec quelques illusions) sur les grosses minorités musulmanes et arabes pour les soutenir. Il est vrai qu’actuellement Israël exporte environ 30% de ses produits vers l’Europe et un train de sanctions organisé et généralisé serait très douloureux – quoique les échanges commerciaux entre Israël et le reste du monde sont en hausse rapide ( Chine / Inde / Europe de l’Est / Afrique). La technologie israélienne est bien trop attractive pour être négligée.

Pour cela il faudrait une décision unanime de l’UE accusant unilatéralement Israël de l’échec des négociations en cours : accusation totalement exagérée sinon mensongère pour qui connait le dossier et la non-volonté palestinienne – AP – ne parlons même pas du Hamas ! -d’arriver au moindre accord de compromis avec Israël qui en fait signifierait le début de ses problèmes (sujet à développer à part ).

N’oublions pas que la position actuelle de l’UE est une politique de conciliation envers les deux parties, promettant même une aide généreuse à l’AP si un accord est atteint, amenant ainsi la création d’un Etat palestinien officiel (viable ou non est un autre problème vu les énormes contradictions internes de la société palestinienne et ses divisions irréductibles).

Décider de sanctions unilatérales envers un seul côté accusé d’avoir fait capoter des négociations (imposées par le tandem Obama / Kerry pour des raisons exclusivement américaines vu que le statu-quo arrange finalement les DEUX parties !) exigerait une décision unanime ou à la majorité des 26 pays de l’UE, fort peu probable ne serait-ce que du fait de l’opposition farouche de l’Allemagne ! (et du Liechtenstein ??) et difficilement contrôlable …

Le BDS fait actuellement la une des médias du fait des efforts des groupuscules pro palestiniens surtout depuis la mort de Mandela qui a ramené la question de l’Apartheid au premier plan et surtout grâce aux efforts incessants et couteux (on estime à environ 2 ou 3 MM$ en Europe / USA seulement le coût annuel des innombrables actions de propagandes dans les médias).

Certains comprennent que ce coût dépasse très largement les moyens financiers officiels de ces 171 organisations et suggère un financement occulte par un ou plusieurs «sponsors» camouflés qu’il serait peut être intéressant de mettre à jour ! Une idée de recherche pour chercheurs en mal d’inspiration…

Ce succès apparent est entièrement basé sur le matraquage «Israël=Apartheid » , affirmation totalement fausse au simple examen des réalités israéliennes et de la comparaison objective des deux régimes. Mais le BDS n’est absolument pas motivé par l’objectivité et tire sa force de l’émotivité de millions de sympathisants totalement ignorants des réalités du P.O et surtout totalement imperméables à une analyse sérieuse. Voir le micro exemple de ce qui s’est passe à Paris VIII – St Denis et les rictus de haine envers une dizaine d’étudiants israéliens venus participer à un «débat» auquel ils avaient été officiellement invites ! Sans commentaires mais édifiant…

La réponse officielle d’Israël a été exprimée par Bibi Netanyahu devant la Conférence des Présidents des organisations Juives en Amérique : « Parlons franchement, la chose la plus abjecte est de voir ce mouvement s’enraciner en Europe demandant le Boycott d’Israël là ou d’autres dans le passé boycottaient les Juifs. Ils appellent au boycott de l’État Juif et seulement lui parce qu’ils sont des antisémites d’un nouveau genre. »

D’autres comme l’éditorialiste Roger Cohen du NYT, critique impitoyable de Bibi par ailleurs rajoute: « Je ne fais aucune confiance au BDS ; leur but n’est PAS la création d’un État palestinien mais seulement la destruction d’Israël en le noyant de réfugies et ce en utilisant sans vergogne les subterfuges, la déception et les mensonges répétés ad infinitum en boucle et assénés selon les meilleures méthodes des régimes totalitaires nazis ou communistes » .

Historiquement on recense depuis une centaine d’années 116 cas de sanctions officielles entre États (dont les 2/3 – 77 déclenchés par les USA !) L’étude de ces campagnes montrent qu’elles ont à peine affecté l’économie mondiale, ont eu fort peu d’impact sur les pays « punis» et ont parfois coûté plus cher aux instigateurs qu’aux victimes ! En autres mots, les sanctions ne marchent pas ! (exemples à la pelle dont le « trade embargo » US sur Cuba qui a surtout « pénalisé » les entreprises US au profit des Sud-Américaines et Européennes, Espagne surtout ).

Quant au blocus international visant les belligérants d’Espagne de 36, cela reste une vaste blague, ainsi que celui de l’Italie après son agression en Éthiopie.

Rappelons tout de même que les sanctions contre l’Afrique du Sud ont été générales (officiellement) de grande envergure (sportives / culturelles / etc..) longues et conséquentes sans parler du fait que les USA en ont été le moteur principal. Néanmoins elles n’ont pas mis l’économie sud -africaine à genoux mais surtout changé la perception politique de ses dirigeants qui l’ont finalement utilisé comme alibi pour modifier une politique qui selon les archives actuelles murissait depuis un bout de temps. De même les sanctions assez sélectives contre l’Iran semblent avoir obligé dans une certaine mesure Téhéran à « discuter » de sa politique nucléaire militaire, peut être utilisée comme atout négociable – quoi qu’ayant couté 25 MM$ ! – dans des négociations géo-stratégiques à venir avec les USA et sachant très bien que le dépassement du seuil atomique déclencherait une riposte foudroyante d’Israël qui en a fait un « casus belli » officiel Sur la forme que pourrait prendre cette riposte, là encore se focaliser sur une opération aérienne du type Osirak ou Deir A Zor serait une erreur ; il y a d’autres moyens bien plus efficaces !

Ces derniers temps Kerry menace, entres autres, (ce qu’il a dit à Abbas n’est pas mentionné dans les médias …) Israël de sanctions dans le cas d’un échec ( quasi certain) des « négociations actuelles, parlant même d’une « campagne de boycott boostée aux stéroïdes».

La situation actuelle et les rapports de force réels aux USA remettent ces menaces en proportion car le Congres ne suivrait absolument pas les colères d’Obama, prive de sa cérémonie de signature de paix le mettant à égalité pour l’Histoire avec Carter et Clinton … La viabilité d’une telle paix ne l’intéresse en rien : « après moi- en 2017 – le déluge .. »

Le gouvernement israélien est divisé sur éventualité de ce genre de campagne : Naftali Bennet , Ministre de l’Économie estime que l’impact sera minime mais Yair Lapid, Ministre des Finances, a une vue plus pessimiste : baisse du niveau de vie et arrêt ou ralentissement du développement économique ( actuellement entre 4 et 5% cette année ) Un rapport interne chiffre les coûts ( dans le cas d’une action US/ EU concertée – probabilité faible tout de même ) à une perte d’exportations de 20MM Shekels , une baisse du P.I.B de 11MM Shekels ( soit 1.1% ) et près de 10000 emplois.

La seule dénonciation du Traité d’Association avec l’Europe couterait à lui seul 3.5 MM Shekels d’exportations, 1.5 MM shekels sur le P.I.B et directement 1500 emplois.

Lapid remarquait tout de même que le consommateur moyen en Europe a peu de problèmes à boycotter les produits israéliens parce que finalement il en trouve relativement peu sur les étagères « publiques », ce qui ainsi peut lui donner bonne – ou mauvaise- conscience à faible coût, l’essentiel des produits israéliens étant finalement « invisibles » au grand public .

D’autre part, la part de l’économie israélienne orientée vers l’Asie ou l’Europe de l’Est est en constante hausse et ces pays ont une attitude bien plus pragmatique vis à vis du conflit et de l’antisémitisme qui gangrène la mémoire européenne.

Il oppose au BDS sa propre vision des choses qu’il nomme « PTB : Peace Through Business », le qualifiant de solution « win-win » en opposition au BDS qualifié lui de » lose-lose », ne serait-ce que par l’impact des sanctions sur les travailleurs palestiniens pour lesquels vu l’état de délabrement -dû à la corruption- de l’économie palestinienne, ont un besoin vital des jobs que proposent les entreprises israéliennes en Cisjordanie, offrant des salaires parfois 3 fois plus élevés ! Une campagne BDS couronnée de succès entrainerait une véritable catastrophe chez les Palestiniens. Enfin, pour ceux qui ne vivent pas grassement des prébendes détournées des « aides » généreuses et naïves des Européens.

Toujours, selon lui, un accord de paix même bancal rapporterait immédiatement 20MM Shekels en économies budgétaires et 16MM Shekels en supplément d’exportations, augmentant à la fois la productivité et la collecte d’impôts.

Il y a eu dans le passé récent de nombreux échanges entre Israël et les pays arabes, ralentis depuis les « printemps arabes ». Selon un groupe de recherche économique, notant que l’essentiel des échanges se font en général entre pays limitrophes (pour réduire les coûts de transport), le boycott des 22 pays Arabes entre 48 et 85 leur a couté énormément en termes de développement, sans parler du fait qu’une portion non négligeable de leurs ressources était consacrée à l’armement (environ 65 MM$ au bas mot !).

Le même groupe estimait à 10 MM$ le manque à gagner d’exportations de biens vers Israël entre 2000 et 2010 ainsi qu’une perte de 30MM$ pour l’Iran et les Pays du Golfe en exportations pétrolières entre 2005 et 2010.

4/ Conclusion (provisoire…)

Au final la meilleure réponse israélienne au BDS est de les pousser à leur propre logique en leur rappelant les innombrables produits israéliens qui régissent leur vie quotidienne sans qu’ils en aient conscience ; quelques exemples parmi littéralement des milliers : les processeurs Intel, les Disk -on -ke ,WAZE , les traitements médicaux dans les domaines les plus pointus, les médicaments, la nano technologie et les programmes de sécurité du WEB, ceux de « billing » des réseaux téléphoniques… et ainsi les mettre face à leurs contradictions.

Bref, la publicité de la simple réalité est la meilleure arme contre ces cons bornés ….



Laisser un commentaire


22 réponses à “Le BDS et ses contradictions …”

  • 22
    sil:

    Putaing de bon article, oui !

  • 21
    madimaxi:

    Putaing, quel styliste,ce michael! 😀

    Hé hé, yé compris !
    Bravo à Michael pour l’essentiel et à son correcteur qui nous épargne la corvée de la fainéantise.
    Joli travail d’équipe !

  • 20
    Sittingbull:

    j’en achète une pour Sitt, cadeau d’anniv, pour remplacer son bolide.
    Là tu vas trop loin, faut pas pousser.
    En plus, deux bolides = deux pédalos.
    Y aura des frais http://2.bp.blogspot.com/-yN3J9IJzpWU/UStepBNYkUI/AAAAAAAARRE/f3j8xki1cOg/s400/2122734147_small_1.jpg

  • 19
    Sittingbull:

    Putaing, quel styliste,ce michael! 😀

  • 18
    Nina:

    Oh non Silounet d’amour ! Et comment que je suis partante ! J’ai juste un max de taf ces derniers jours et même que je te répondrai positivement très bientôt. Faut que je cogite mon planning voilà tout.
    Je profite donc du calme de la nuit pour répondre aux plus urgents…:)

  • 17
    Polémos:

    Merci pour cette nouvelle version nettement plus lisible. Il y a 2 ans, j’ai eu la joie et le plaisir de franchir une pitoyable et beuglante ligne de piquetage BDS pour pénétrer dans un certain magasin de chaussures de Montréal (non, ce n’était pas la boutique Le Marcheur) et acheter une superbe paire de souliers israélienne que je porte encore avec bonheur. Il faudra que je répète l’expérience un d’ces jours…

  • 16
    Letel:

    Ils produisent et exportent aussi des intégristes, mais nos banlieues ne veulent pas les boycotter…

  • 15
    Sil:

    🙂 Bonne idée, je m’achète une voiture à pédales, et j’en achète une pour Sitt, cadeau d’anniv, pour remplacer son bolide.

  • 14
    JFM:

    Letel. Vous avez l’air de dire que les Séoudiens ne produisent strictement rien à part du pétrole qui est d’ailleurs localisé et extrait par des étrangers. Vilain raciste, va!

  • 13
    Letel:

    Bonne idée, je m’achète une voiture à pédales, et j’en achète une pour Sitt, cadeau d’anniv, pour remplacer son bolide.

  • 12
    JFM:

    Et si on boycottait les produits séoudiens?

  • 11
    Sittingbull:

    Et j’ajoute: au Congo, 5 millions de morts, silence assourdissant.

  • 10
    JFM:

    De toutes façons pour comprendre le BDS c’est très facile:

    1) Pendant l4opératiojn Plomb Fondu le Srai-Lanka a écrasé les Tamouls au prix de cinquante mille morts. Silence assourdissant.

    2) LE Soudan massacre, réduite en esclavage et viole sa population noire et ce par dizaines de milliers par an. Silence assourdissant.

    3) L’esclavage perdure dans les pays arabes et en particulier dans le Golfe. Silence assourdissantant.

    4) Le régime syrien d’un côté et les islamistes de l’autre massacrent à tour de bras. Silence assourdissant.

    5) Les Palestiniens détournent l’aide pour fabriquer des Kassams et pour éduquer leurs enfants dans une haine génocidaire qui fait pâlir l’éducation que recevaient les jeunes Hutus. Silence assourdissant et ça ne les empêche pas de les trouver sympathiques.

    6) Les Palestiniens tirent des missiles sur des civils et ce pendant des années, font porter des bombes à leur insu par des adolescents ou par des handicapés mentaux pour les faire sauter à distance (si ça s’est vu), offrent leurs filles en mariage à quelqu’un qui a écrasé à coups de crosse le crâne d’une petite fille de 4 ans, dansent dans les rues en apprenant qu’un bébé a été égorgé dans son berceau et tiennent pour héroïne une femme qui avait essayé de faire sauter une maternité. Silence assourdissant et ça ne les empêche pas de les trouver sympathiques.

    Je laisse au lecteur le soin de tirer ses conclusions à propos des indignations et sympathies étrangement sélectives des gens du BDS.

  • 9
    sil:

    En parlant de coordonnées… Dis moi, ma Nina, as-tu reçu mon récent courriel ou bien s’est-il perdu dans ta boite spam 🙂

  • 8
    madimaxi:

    Je pourrais ainsi le faire passer sur des sites plus larges.
    Ça n’existe pas

    Hé hé, c’est clair.
    Et même s’il en existerait, « The Few, The Proud… » me convient tout à fait.

  • 7
    michael:

    Je maintiens . L’editeur supprime les lignes et concentre le texte sans laisser les interlignes . Grrrrr !

  • 6
    Sittingbull:

    Mettre le logiciel d’écriture (voir « spell checker options », clic à droite dans le post) sur « francais ». Supprimer les parenthèses, incises, relatives, et en faire des phrases indépendantes et complètes. Si une parenthèse est absolument nécessaire, ne pas oublier de la fermer.Ajouter des sous-titres et des paragraphes, dans lesquels une seule idée centrale est développée.
    Ma note: sur le fond, 20.
    Sur la forme: 4. Moyenne 12/20.
    Je pourrais ainsi le faire passer sur des sites plus larges.
    Ça n’existe pas.

  • 5
    Nina:

    Ben c’est bien dommage Michael car tous les points que tu évoques sont cruciaux.

    Il aurait fallu scinder ton texte et y mettre quelques sous-titres pour qu’il soit plus lisible.

    Ne pourrais-tu y retravailler pour le bien de tous ? Je pourrais ainsi le faire passer sur des sites plus larges.

    Prends mes coordonnées auprès du Sil si tu veux.

    Amicalement

    Nina

  • 4
    franky:

    Je me souviens d’un email dans un forum de Libé qui énumérait une longue liste de médicaments qu’il fallait boycotter parce qu’ils avaient été élaborés par des scientifiques juifs. Ce qui revenait à demander aux boycotteurs…. de se suicider…

  • 3
    Polémos:

    Logiciel correcteur Babylon, produit israélien que je vous recommande.

    🙂

  • 2
    michael:

    Pas evident de rendre l’article plus  » aere » ! L’editeur de textes est recalcitrant ….

  • 1
    Polémos:

    Article aussi intéressant que pénible à lire. J’en reprendrais bien une version corrigée.
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684