eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Antisémitisme/Europe: Qui sème le vent … (Reaping the whirlwind: 40% of Europeans hold demonic views of Israel)

Posté le samedi 20 juillet 2013 par Admini

demonizingisraelandthejewsPhoto : WHAT'S WRONG WITH THIS PICTURE ? (Burn, baby, burn : More ambulance chasing from Post racial in chief)To me belongeth vengeance and recompence; their foot shall slide in due time: for the day of their calamity is at hand, and the things that shall come upon them make haste.Deuteronomy 32: 35Dearly beloved, avenge not yourselves, but rather give place unto wrath: for it is written, Vengeance is mine; I will repay, saith the Lord.Paul (Romans 12: 19)http://www.breitbart.com/Big-Government/2013/07/20/Rally-for%20Trayvon-Vegas-StyleBefore the 1960s the black American identity (though no one ever used the word) was based on our common humanity, on the idea that race was always an artificial and exploitive division between people. After the ’60s—in a society guilty for its long abuse of us—we took our historical victimization as the central theme of our group identity. We could not have made a worse mistake. It has given us a generation of ambulance-chasing leaders, and the illusion that our greatest power lies in the manipulation of white guilt. Shelby Steelehttp://jcdurbant.wordpress.com/2012/04/12/antiracisme-une-generation-de-chasseurs-dambulances-black-teenagers-are-afraid-of-black-teenagers-stupid/http://blogcritics.org/watts-riots-burn-baby-burn/

Qui sème le vent …

A l’heure où, sondages calamiteux obligent en ces temps de basses eaux médiatiques estivales, le Chasseur d’ambulances en chef de la Maison blanche se sent à nouveau obligé d’attiser les flammes suite à l’acquittement du vigile bénévole George Zimmerman …

Et où, pour mieux faire passer son apologie de l’islam, le candidat mandchou Reza Aslan nous sort la diffamation du siècle sur un Jésus non seulement chef de guerre mais chef de guerre raté …

Faut-il s’étonner, comme le rappelle le nouveau livre du Dr. Manfred Gerstenfeld, de cette série d’enquêtes soigneusement conservées depuis des années dans les tiroirs de l’Union européenne …

Pointant toutes les quelque 40 % d’Européens déclarant des opinions anti-israéliennes ?

Car ne font-elles après tout autre chose …

Sans compter la pression nouvelle de dizaines de millions d’immigrés et d’électeurs d’origine musulmane …

Que réfléter les décennies de délégitimation à petit feu de l’Etat juif par nos élites et leurs relais médiatiques ?



Laisser un commentaire


15 réponses à “Antisémitisme/Europe: Qui sème le vent … (Reaping the whirlwind: 40% of Europeans hold demonic views of Israel)”

  • 15
    Zoubor:

    Lose lose situation
    ——————
    Entendu il y a qlqs jars : 30 milliards de $ d’exportations israéliennes vers l’UE, annuelles

  • 14
    waa:

    @michael
    Si je comprends bien, vous ne vous fiez à aucune étude, par principe.
    B’seder.

    Mais la question demeure : le fait (exact) que les relations Israël/-Monde-non-européen se développent rapidement, ne change rien à la détérioration des relations Europe/Israël.

    « Tant pis pour l’Europe »
    Encore une fois, c’est une erreur de croire qu’Israël a quoi que ce soit à gagner à ce jeu là.
    C’est une lose-lose game.

    @Martin57
    Le mot implantation, (comme le mot colon d’ailleurs), est tout sauf neutre, puisqu’il gomme le caractère d’héritage (na’khala) présent dans le mot hébreu, et y introduit à la place une notion de corps étranger se greffant sur le corps original.

    Dans l’inconscient collectif israélien, le mithna’khel « ne se pose pas sur un bout de terre et s’y installe », mais prends possession de son héritage.
    Et ceci, même les plus farouches opposants israéliens des mithna’khalim le revendiquent : cette terre est notre (disent-ils), mais nous sommes prêts à faire le sacrifice de nous en séparer pour arriver à un accord de paix.

    Ce en quoi ils se trompent, mais c’est une autre histoire …

  • 13
    Martin57:

    ar exemple, « hitna’khaluth« , que les européens traduisent (faussement) implantation, et les américains (justement) settlement Franchement : « implantation » me semble neutre dès lors que cela décrit quelques personnes qui se posent sur un bout de terre et s’y installent.

  • 12
    michael:

    @waa
    Je ne vois pas en quoi je n’ai pas repondu . Je pense que les resultats de cette etude ( encore une fois , j’aimerais bien l’etudier de pres car j’ai une confiance tres relative sur les sondages . J’en sais quelque chose ! A chaque sondage telephonique je reponds systematiquement au hasard – mon cote anarchiste ) J’essaie surtout de voir les consequences pratiques . a vue de nez , c’est parfaitement « In » d’etre antisioniste et anti Israel avec des arrieres pensees antisemites tres enracinees dans une grosse frange des populations meme si au fond ils s’en foutent et tres peu prendront la moindre initiative pour mettre leurs « idees » en musique a part des actes diffus qui au final creera un climat deletere dans les communautes juives d’Europe et un mouvement d’exode latent vers soit Israel soit le monde Anglo Saxon , justifiant ainsi parfaitement la notion du sionisme qui « theoriquement » s’est acheve avec la creation de l’Etat Peu de gens semblent le comprendre ou meme s’en rejouissent ( voir le sketch legendaire de Fernand Raynaud : » Moi j’aime pas les etrangers » ) Tant pis pour l’Europe ! Ici en Israel , on voit tres bien les orientations actuelles vers de nombreux pays hors Europe et on voit tres bien les gens interesses par ce que Israel peut offrir taper a la porte et pas toujours discretement ! Certains auraient d’enormes surprises a savoir qui ! Beaucoup de gens dans le monde n’ont pas ces bloquages historiques vis a vis des Juifs et encore moins sur Israel L’Europe a laisse un arriere gout amer ici et une impression d’avoir trahi ses propres principes sans regrets sinceres ( le dernier « flop  » de l’UE sur le Hezbollah a franchi les frontieres du ridicule et de la veulerie assumee ) Une chose est certaine : les PME les plus rentables dans le monde arabe sont les ateliers qui fabriquent les drapeaux destines a etre brules en place publique et l’Europe – avec la France en tete- n’a pas la moindre idee de l’ocean de mepris qu’elle genere dans l’opinion generale des populations arabes musulmanes ( avec deux legeres exceptions :L’Allemagne qui a eu de bonnes initiatives dans le passe et les USA – ca depend des presidents : on admire et hait les USA mais on sait que certains presidents ont les plates excuses a la bouche mais beaucoup d’autres ont le Tomahawk chatouilleux , alors on s’en mefie ….
    « hitna’khaluth » est intraduisible par un seul mot et il faut connaitre le contexte historique de ce mot qui finalement resume tout le sionisme . Il est vrai que les Americains peuvent mieux saisir cette nuance tres vivace dans leur propre histoire ( et meme paradoxalement les Russes au debut du 19eme siecle !)

  • 11
    Sil:

    Perso, je ne sais pas si je dois être optimiste ou pessimiste.

    Je remarque juste que notre vieille Europe n’a pas encore fait le ménage dans son vieil héritage antisémite qu’elle s’est mise à se gaver d’un nouveau encore plus con…

    Et que nous sommes une infime minorité à nettoyer notre matrice culturelle de ce poison, à nous informer réellement sur ce qui se passe au MO, et à ne pas faire d’Israël et des Juifs le centre de l’univers pour le meilleur comme pour le pire, tout en combattant l’antisémitisme chaque fois qu’il présente sa sale gueule protéiforme…

    Aussi, je suis juste tenté de dire : que les Juifs et les Israéliens fassent tout ce qu’ils ont à faire. Le reste, à savoir le sauvetage de notre âme culturelle et autre, ne dépend pas d’eux…

  • 10
    jc durbant:

    Vous avez sûrement raison, M57, pour le milieu que vous fréquentez ou connaissez …

    Mais j’en suis moins convaincu pour les nouvelles générations de damnés de la terre (qu’on peut approcher dans les collèges et lycées dits de banlieue – ie. pas « Pasteur » à Neuilly – et leurs brigades internationales d’idiots utiles que j’ai notamment vus à l’oeuvre encore tout récemment à l’expo du Jeu de Paume quand j’ai failli me faire jeter pour avoir voulu lancer le débat …

    Mais faudrait peut-être aussi demander, comme je l’évoquais tout à l’heure, aux résidents juifs du XIXe par exemple ou même à ceux qui font le guet devant leurs synagogues au coin de la rue dans mon quartier (11e) …

    En clair, j’ai pas encore lu le bouquin de Gerstenfeld et je trouve effectivement l’accroche et le ton de l’interview un tantinet alarmistes mais de là à tout balayer d’un revers de main comme s’il y avait plus de problèmes me semble aller un peu vite en besogne …

  • 9
    waa:

    @Martin57

    Avec tout le respect que je lui dois, michael n’a pas du tout répondu.
    Vous dites douter des résultats d’une étude qu’on peut penser sérieuse à priori, sans expliquer sur quoi vous vous basez pour légitimer ce doute.

    Je crois que vous êtes dans le déni.
    L’image d’Israël en Europe, et aussi de plus en plus dans la gauche américaine, est catastrophique.
    Croire que cette image s’améliorera quand les israéliens utiliseront leurs « capacités de se faire apprécier », c’est un peu comme croire que l’image des USA auprès des arabes s’est améliorée depuis qu’Obama est au pouvoir.
    C’est du pipeau (michael, qui est aux premières loges, confirmera).

    Croire que la capacité de nuisance de l’Europe faiblit parce que l’Europe est en déclin est aussi une erreur.
    C’est en Europe, en France, que Fofana et Merah ont grandi.

    L’Europe actuelle, qui s’est construite sur les cendres des juifs depuis des centaines d’années, est par essence antisémite.
    Son passé colonial lui interdit de comprendre pourquoi Israël existe, alors que les américains le comprennent parfaitement.
    Par exemple, « hitna’khaluth« , que les européens traduisent (faussement) implantation, et les américains (justement) settlement, n’est qu’un exemple parmi d’autres de cette incompréhension fondamentale de l’Europe.

    C’est très exactement cette incompréhension que montre cette étude.

  • 8
    Martin57:

    « La langue du II ème Reich » est un document extraordinaire.

    JCD vous êtes trop pessimiste. J’évolue dans les couches dites populaires de France depuis plus d’un demi-siècle et, franchement, « l’antisémitisme de grand-papa » qui faisait parfois son apparition au cours d’un repas familial ou au bistrot : c’est FINI. Letel va me reprocher de parler pour moi mais je suis bien obligé de partir de ce que je vois même si je sais que ce n’est pas la réalité dans sa globalité.

  • 7
    jc durbant:

    Circulez: y a rien à voir !

    Effectivement, tout le monde sait que les faux et diffamations quotidiennes à la Enderlin n’ont aucune espèce d’effet sur nos braves et surinformés concitoyens …

    Pas plus d’ailleurs, (sans compter la vie quotidienne de nos compatriotes se rendant chaque semaine dans des synagogues sous protection policière) sur les déclarations et décisions des démagogues qui nous servent actuellement de gouvernants, que les petits millions d’électeurs et futurs électeurs d’origine musulmane …

    Quant aux arguments ad hitlerium à la Kemperer, ils sont bien sûr, on le sait et par définition, dépassés …

    L’oppression mentale totalitaire est faite de piqûres de moustiques et non de grands coups sur la tête. (…) Quel fut le moyen de propagande le plus puissant de l’hitlérisme? Etaient-ce les discours isolés de Hitler et de Goebbels, leurs déclarations à tel ou tel sujet, leurs propos haineux sur le judaïsme, sur le bolchevisme? Non, incontestablement, car beaucoup de choses demeuraient incomprises par la masse ou l’ennuyaient, du fait de leur éternelle répétition.[…] Non, l’effet le plus puissant ne fut pas produit par des discours isolés, ni par des articles ou des tracts, ni par des affiches ou des drapeaux, il ne fut obtenu par rien de ce qu’on était forcé d’enregistrer par la pensée ou la perception. Le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente.

    Victor Klemperer (LTI, la langue du IIIe Reich)

  • 6
    Martin57:

    @ waa :

    1/je ne peux pas répondre mieux que Michael. Je crois aussi que les Européens ont d’autres chats à fouetter et qu’ils se fichent un peu d’Israël. Bien sûr, si vous consultez pour un sondage en demandant « pour ou contre Israël, NSP -ne sait pas-) » peut-être que les gens auront une propension à émettre une opinion négative plutôt que positive because « les palestiniens, les colons, le mur etc. »

    2/ je crois que les Israéliens ont les capacités de se faire apprécier plus qu’ils ne le sont en ce moment.

  • 5
    Zoubor:

    À part le journal du grand capital israélien, le Haharetz, qui que dit de gauche,ce que l’UE pense d’Israël, tout le monde s’en fout- les israéliens qui se tournent vers l’étranger se tournent vers les USA

  • 4
    michael:

    @waa
    Donnez la reference de l’etude de l’Universite de Bielefeld qu’on puisse juger de la methodologie , du segment interroge et surtout de l’enonce des questions . A mon avis une partie non negligeable de la population Europeenne se fout et se contrefout d’Israel et je me doute meme que beaucoup ne savent meme pas ou ca se trouve ! Maintenant la connotation » juive » ca ils connaissent et l’Europe n’a pas besoin de tenter de nier son antisemitisme latent dans de nombreuses couches de population et ce AVANT la creation de l’Etat d’Israel , Que certaines etudes soient recuperees pour expliquer et justifier l’antisemitisme EXCLUSIVEMENT par les actions et tant qu’a faire l’existence d’Israel , c’est devenu une evidence ! De toutes facons , je ne pense pas qu’en Israel , on se fasse beaucoup d’illusions sur le degre de moralite des Europeens tout en reconnaissant comme Justes parmi les Justes l’immense minorite d’INDIVIDUS qui ont aide leur prochain durant le XXeme siecle et surtout pendant la Shoah .

  • 3
    waa:

    @Martin57
    « J’en doute… »

    Ce chiffre « sont les résultats d’une étude de l’Université de Bielefeld, publiée en 2011, à la demande de la Fondation allemande, sociale et démocratique Freidrich Eber ».

    Sur quelle étude vous basez-vous pour en douter ?

    « …et même si cette tendance possédait un fond de vérité, Israël peut changer la donne en quelques semaines. »

    Sur quelle étude vous basez-vous pour l’affirmer ?

  • 2
    Martin57:

    Au moins 150 millions d’Européens perçoivent Israël comme animé d’intentions maléfiques J’en doute et même si cette tendance possédait un fond de vérité, Israël peut changer la donne en quelques semaines. .

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    Puisqu’ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête.

    Osée 8: 7

    Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur.

    Paul (Romains 12: 19)

    Vous savez, quand Trayvon Martin a été tué, j’avais dit qu’il aurait pu être mon fils. Une autre manière de formuler les choses, c’est de dire que Trayvon Martin, ç’aurait pu être moi, il y a 35 ans. (…) Dans ce pays, il y a très peu d’hommes Américains d’origine africaine qui n’ont pas fait l’expérience d’être suivis quand ils faisaient des courses dans un grand magasin. Je l’ai été moi aussi. Il y a très peu d’Américains d’origine africaine qui n’ont pas fait l’expérience de prendre l’ascenseur et de voir une femme serrer son porte-monnaie nerveusement et retenir sa respiration jusqu’à ce qu’elle puisse sortir. Cela arrive souvent.

    Obama

    My publisher, Rene van Praag of RVP Publishers says that just as many stories are too small for leading newspapers, a few are ‘too big’. Once it becomes widely known that out of 400 million adult E.U citizens, 150 million have demonic anti-Semitic views, the possible consequences for the EU’s image, its politics and its need to act, cannot be ignored. The EU presents itself as a “model of democracy and promoter of human rights.” From the 150 million number of citizens with demonic views of Israel and the book’s interviews, it also emerges as a conglomeration of anti-Israel hate-mongering and a widespread criminal worldview. In the 1930’s European countries had huge number of citizens with a criminal worldview of the Jews. In view of the Holocaust thereafter and other atrocities this similarity pulls the bottom out of the image of a humanitarian Europe. It may for instance become difficult for the EU to avoid investigating who has contributed to creating this criminal worldview? That should lead to explosive results. One will for instance, have to point at leading EU and national politicians in various countries. This would not only be a further assault on the EU’s contrived humanitarian image, but also on some countries and political parties. These European hate-mongers do not necessarily believe themselves that Israel exterminates the Palestinians, or behaves like the Nazis. Their biased statements however, all contribute to this image. This is the method of “the thousands cuts.” On an individual basis, none of these attacks has caused the dramatic results the studies show. However, together they have created them. Another element is the trivialization and partly hiding of major horrific events in the European countries’ own past. In this way, a far too rosy picture of Europe’s own history is painted. This is then compared to the greatly falsified picture of Israel. Very important is also the far too little attention given to the widespread criminality and hate-mongering in large parts of Palestinian society and many Arabic and Muslim states. If mass murders, terror attacks and other major crimes there were highlighted proportionally to the size of the population and misconduct in those countries, news about Israel would be comparatively negligible. Looking away from major crimes in the Muslim world is an example of what we might call humanitarian racism. Many people ignore the crimes of colored people because they are perceived as weak. Such racists often falsely claim that they belong in the anti-racist camp. Another major one is that the widespread European criminal worldview of the 1930’s was the precursor to major crimes committed in Europe in the 1940’s. It raises the question – what could the current criminal worldview lead to? Will it again lead to major European crimes, this time against Israel? Or will Europeans be criminal bystanders when many in Muslim countries will want to commit extreme crimes against Israel?

    Dr. Manfred Gerstenfeld

    Au moins 150 millions d’Européens perçoivent Israël comme animé d’intentions maléfiques. Ce sont les résultats d’une étude de l’Université de Bielefeld, publiée en 2011, à la demande de la Fondation allemande, sociale et démocratique Freidrich Ebert. En dépit de ces découvertes scandaleuses, ce rapport n’a guère capté la moindre attention, où que ce soit. Cette enquête s’est déroulée dans sept pays européens. Les chercheurs ont sondé les gens pour savoir s’ils pensaient qu’Israël se livre à une guerre d’extermination contre les Palestiniens. Les pourcentages les plus faibles de ceux en accord avec cette proposition se trouvent en Italie et aux Pays-Bas, avec un taux légèrement au-dessus de 40%. L’Angleterre, l’Allemagne, le Portugal et la Hongrie se situaient tous entre 40 et 50%. En Pologne, la configuration atteignait 63%. Une étude du Centre sur la Shoah de Norvège posait la question d’une façon quelque peu différente : « Les Israéliens se comportent-ils comme les Nazis ? ». Trente-huit pour cent de ceux interrogés ont répondu : « Oui ». (…) Les découvertes de ces deux études apportent un éclairage saisissant sur l’image qu’un grand nombre d’Européens entretiennent de l’Etat Juif comme étant, nécessairement, malveillant et extrémiste. Elles évoquent l’antisémitisme le plus grave des deux derniers millénaires passés. (…) Avec une vision aussi diabolisée de l’Etat Juif, un vaste nombre d’Européens a, ainsi, ranimé un état d’esprit antisémite qui semble surgi du Moyen-Âge. Il y a, probablement, autant d’Européens contaminés par ces opinions profondément erronées qu’il existait d’antisémites en Europe avant qu’Hitler ne parvienne au pouvoir. Cette vision radicale d’Israël reste encore latente. Pourtant, elle s’exprime aussi à travers les incidents antisémites et anti-israéliens. Cela dit, ce qui demeure souterrain pourrait exploser à l’avenir, tout comme cela s’est produit auparavant. La question cruciale subsiste : d’où provient ce point de vue diabolisant ? Trois facteurs, au moins, ont, graduellement, contribué à son apparition. Le premier correspond à la méthode de délégitimation à « petit feu ». Elle consiste à publier, aussi fréquemment que possible des nouvelles négatives au sujet d’Israël. Elle est instaurée par des mensonges répétitifs, de fausses accusations, la fabrication de « meurtres rituels », d’articles bourrés de distorsions et de préjugés, de condamnations officielles et ainsi de suite. La télévision, d’autres medias, des hommes politiques et d’anciens politiciens, certains dirigeants d’Eglise, de nombreuses ONG humanitaires politisées, des universitaires, autant que des Juifs et Israéliens animés par la haine de soi, ont tous, à un degré ou un autre, contribué à cet état de fait. Cela s’ajoute au façonnement de cette opinion extrêmement malveillante envers Israël. Les nouvelles positives en provenance d’Israël sont souvent occultées par les médias. En noircissant l’image d’Israël, les sentiments de culpabilité relatifs à la collaboration avec les Nazis et à l’échec de beaucoup de représentants des autorités et de destins individuels, durant la Shoah, peuvent, ainsi, être réprimés, refoulés. Le second point réside dans l’attention réduite accordée à l’énorme taux de criminalité et au très haut degré d’incitation à la haine qui se propagent dans de vastes secteurs de la société palestinienne et de nombreux Etats arabo-musulmans. Si les massacres de masse, les attaques terroristes et d’autres crimes fondamentaux bénéficiaient d’un éclairage proportionnel à la taille de la population et à la hauteur des fautes commises dans ces pays, les nouvelles concernant Israël resteraient comparativement négligeables. En même temps, les Etats Européens n’ont pas été à la hauteur de leurs engagements, dans le cadre de la Convention de l’ONU sur le Génocide, d’envoyer devant un Tribunal International des planificateurs musulmans de génocide, tels que l’Iran et le Hamas. Le troisième facteur qui a contribué à la délégitimation d’Israël c’est la minimisation de sinistres évènements s’étant déroulés, dans le propre passé des pays européens. De cette façon, on dépeint une image bien plus rose de l’histoire de cette société, qui est ensuite comparée au portrait excessivement malmené et déprécié d’Israël.

    Dr. Manfred Gerstenfeld
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684