eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Attentats de Boston : « nostra culpa, nostra maxima culpa »

Posté le vendredi 3 mai 2013 par sil

self-auto-flagellation-USA

Alors que nous en savons plus au sujet du processus de radicalisation des frères Tsarnaev, ainsi que sur le fiasco des services de renseignement (il parait que même l’Arabie Saoudite avait alerté les USA au sujet des frères Tsarnaev), d’aucuns continuent à explorer des pistes aussi alternatives qu’improbables.

C’est ainsi que, après avoir lourdement insisté sur l’hypothèse de l’extrême-droite pendant les premières heures qui ont suivi l’attentat de Boston, l’inénarrable chroniqueur vedette de la MSNBC, Chris Matthews, obamalâtre tendance intégriste, et à côté de qui Nicolas Demorand passerait pour un dangereux néoconservateur, a estimé que le djihad est la conséquence des guerres Américaines contre les Arabes. Ah bon ! Mahomet avait déjà subi une attaque américaine ? Il y en a tant que ça ? Moi qui croyais que l’Amérique avait quitté l’Iraq. Enfin, quoi de plus logique. Si ce n’est pas la faute des Etats-Unis, il faut bien que ce soit la faute de l’Amérique.

Un avis partagé par le très fantasque ancien maire de Londres, Ken Livingstone, qui faisait le tapin, dernièrement, sur un média iranien, en vomissant la politique de George W Bush, et en affirmant que les attaques de Boston sont le résultat de Guantanamo, de la torture, et de la non compréhension de l’islam comme des conflits du Moyen-Orient par les Neo-conservateurs américains. Moi qui croyais que le 11 septembre avait précédé la guerre contre le terrorisme, j’ai du me tromper. Bref, encore un guignol qui a tout compris…

Sinon, au chapitre solutions, saluons Tom Friedman, un sémillant chroniqueur du New York Times, qui sans être certain de comprendre pourquoi deux islamistes ont commis un attentat islamiste, croit savoir ce qu’il faudrait faire pour régler le problème. En voilà un qui n’a peur de rien. En fait, le meilleur moyen d’arrêter tout ça serait de combattre le réchauffement climatique en votant une taxe carbone. Eh non ! Ce n’est pas de l’humour noir. Il existe bien des journaux prétendument sérieux pour publier des billevesées pareilles…



Laisser un commentaire


2 réponses à “Attentats de Boston : « nostra culpa, nostra maxima culpa »”

  • 2
    Sil:

    Oui! Pardon pour la coquille et pardon pour Boris. Il fallait lire (et écrire) l’ancien maire de Londres.

  • 1
    doucefrance:

    Un avis partagé par le très fantasque maire de Londres, Ken Livingstone

    il n’est plus maire de Londres, heureusement pour eux et pour nous
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684