eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Libres de la tyranie du pétrole (et de ses producteurs) ?

Posté le Mercredi 19 octobre 2011 par Mateamargo

En 1989 on avait été déçus par l’échec d’une expérience de fusion à basse température.  Elle nous aurait libérés du financement par nos sociétés de la mafia moyenâgeuse qui possède les champs de pétrole les plus dotés de la planète et qui utilise cet argent pour mieux essayer de faire disparaître la liberté dans le monde.

Or, il paraîtrait que cet espoir renaît grâce à une équipe de chercheurs italiens. A la fin de ce mois-ci  ils devraient mettre en route un générateur de chaleur qui coûte et dépense des clopinettes et qui produit au moins huit fois l’énergie qu’on lui fournit. Il convertit même le nickel en cuivre. Ce qui prouverait qu’il s’agît bien d’une réaction de fusion nucléaire à basse température.

On met le champagne au frais en attendant le 28 octobre ?

http://peswiki.com/index.php/Directory:Andrea_A._Rossi_Cold_Fusion_Generator

http://www.forbes.com/sites/markgibbs/2011/10/17/hello-cheap-energy-hello-brave-new-world/



Laisser un commentaire


54 réponses à “Libres de la tyranie du pétrole (et de ses producteurs) ?”

  • 54
    Mateamargo:

    Forbes sur la mort avant-hier de Martin Fleischmann, le co-découvreur de l’effet appelé « fusion-froide » et sur l’état des recherches dans ce domaine.

  • 53
    Zoubor:

    Agoravox: questions tres mal posees et tres mal repondues – du moins les premieres – je n’ai pas eu le courrage de continuer malgres mon interet grandissant pour le sujet

  • 52
    Mateamargo:

    Un état des lieux dans « Agoravox ». Les théories bien résumées.

  • 51
    Mateamargo:

    Bel article !

  • 50
    Pêche:

    Mateamargo, je n’ai plus tout à fait assez d’énergie pour bien suivre les méandres de votre post 48, mais je me joins à Vautrin pour vous remercier de la veillle, car de fait ce serait génial !

  • 49
    Mateamargo:

    « Croyez bien que c’est un vrai plaisir. »

  • 48
    Mateamargo:

    De rien cher Vautrin. Croyez bien que c’est un vrai. Je continue de m’instruire sur l’histoire de ce phénomène autant physique qu’épistémologique ou social.
    Déjà à l’époque de Fleischman et Pons j’en étais passionné et déçu d’apprendre que leur expérience avait été impossible à reproduire.

    Or, il paraîtrait qu’il n’en fut rien.
    Il serait question d’un tas de cas de chercheurs qui avaient des taux de reproduction de l’expérience de 100%. Notamment celui dramatique d’un chercheur japonais. Et d’autres expériences qui ont précédé à celle des deux cités plus haut.

    A croire à une véritable conspiration pour cacher la réussite de cette expérience. Parler de conspiration dans ce site, quelle ironie, n’est-ce pas ? ;c) Je n’y crois pas trop moi-même… Mais plutôt aux « cold feet » de la majorité de la doxa scientifique devant un phénomène qui s’intègre mal dans la théorie en place.

    Autre réflexion plus en rapport avec le titre de ce fil, si ça marchait d’un point de vue strictement expérimental, comment ça se fait qu’un pays comme Israël n’a pas vu l’intérêt stratégique d’un tel dispositif ? La possibilité de scier la branche sur laquelle sont assis les ennemis d’Israël. Pourquoi ne pas financer un ou deux petits labos pour étudier la question ? En vingt ans ils auraient du percuter, non ? Même la Marine des USA à fait des expériences réussies.

    Quand les antisémites se plaignent que les Juifs sont trop intelligents, tout porte à croire que c’est précisément le contraire…

  • 47
    Vautrin:

    Merci, Mateamargo, de suivre cette passionnante affaire. Il semble que l’industrie, qui ne s’embarrasse pas de détails en matière de physique ou d’épistémologie, suive l’affaire avec intérêt.
    Wait and see !

  • 46
    Mateamargo:

    Si c’est une arnaque, c’est vraiment réussi : National Instruments signe un contrat avec Andrea Rossi pour fabriquer les instuments de mesure des e-cats.

  • 45
    Pêche:

    Scepticisme scientifique et attentes industrielles ne s’accordent pas toujours
    Scepticisme scientifique et attentes gouvernementales ne s’accordent que très rarement…

  • 44
    Vautrin:

    Energy consultant Jonathan Koomey said ‘[The E-Cat experiment] should be treated as a hoax until independent scientists are able to replicate these results,’
    But Sterling Allan, CEO of the alternative energy news agency Pure Energy Systems, told FoxNews.com he attended Rossi’s demonstration and the E-Cat is self sustaining.
    ‘What Rossi demonstrated was 470 kilowatts of continuous output in self-sustain mode — meaning the output was enough to keep the thing running on its own,’ he said.

    Nous vivons un moment passionnant pour l’épistémologie ! Scepticisme scientifique et attentes industrielles ne s’accordent pas toujours. L’avenir nous dira ce qu’il en est.

  • 43
    Mateamargo:

    Dans le « Mail Online ».

  • 42
    Zoubor:

    Merci Peche !!!
    :-)

  • 41
    Pêche:

    Puisque vous avez envie de vous corriger Zoubor, c’est scepticisme ;)

  • 40
    Zoubor:

    sceptissisme

  • 39
    Zoubor:

    Je suis d’accord pour attendre Vautrin, mais ds la scepticite!
    Quant aux forces de Van der Vaals c’est justement la le hic que j’ai dev elppe plus bas et avec lequel CUA est d’accord: les forces de Van Deer vaals sont crees par les electrons ds les molecules, au niveau moleculaire et atomique – rien a voir avec le niveau du noyaux, pour lesquels ont parlent de distances qui sont 10^(-5) des distances atomiques. Donc les catalisateurs chimique n;’ont aboslument aucun effets au niceaux nucleaires –
    La « decouvette » anglaise de 1989 avait ete d’utiliser des courrant electriques ds une electrolyse pour augmenter la concentration d’ion H+, donc des noyaux d’hydrogene, au sein d’un electrode jusqu’a un confinement tel que les noyaux d’hydrogene entrent en reaction avec ceux de l’electrode
    /A mon avis, si un tel confiement avait ete possible l’arret du courrant aurait engendre une sacree deflagration de l’hdrogen libere d’un coup!

    A part cela il est certain que si une telle possibilite existe, que le phenomene existe est reproduisible – cela a son charme

  • 38
    Vautrin:

    Je ne m’étais jamais intéressé de très près aux pompes à chaleur, mais je lis ici (http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/paj-236-711-les-3-rendements-d-une-pompe-a-ch-tract.pdf) des trucs intéressants :

    Je commence à comprendre pourquoi mon voisin, qui a installé à grands frais une pompe à chaleur a vu sa facture d’électricité croître exponentiellement :). Blague à part, si l’on fait le bilan énergétique d’un moteur thermique, évidemment que l’on obtiendra 100% en additionnant le travail fourni par le moteur et celui que pourrait fournir l’énergie dissipée en chaleur par la conduction dans le métal, les frottements etc… Comme le disait, selon la légende, Lavoisier, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Il y a dégradation de l’énergie, donc entropie. Au passage, une pompe à chaleur ne crée pas d’enthalpie (sauf quand l’on considère un système clos qui, en fait n’existe pas) : elle déplace de la chaleur déjà produite, elle n’en produit pas.

  • 37
    Vautrin:

    @ Mateamargo : je ne sais pas exactement le rapport pour une centrale nucléaire, tout ce que je sais c’est qu’il est positif.

    @ Zoubor : oui, ce que vous dites est conforme à ce que disent les physiciens, d’où les expériences avec des plasmas à haute température et des lasers de haute énergie pour réaliser le Spiel. Le rôle d’un catalyseur est de modifier les conditions de la réaction pour que s’opère un phénomène que les forces de Van Der Vaals empêchent; il n’entre pas en fait dans le bilan de la réaction. Or c’est bien de catalyseur qu’il s’agirait, dans le système de Rossi; je ne suis pas sûr du tout que l’ingénieur sache expliquer le phénomène -si phénomène il y a effectivement. Le Prix Nobel ne récompense qu’un modèle expérimentalement vérifié, et l’inventeur du feu n’aurait pas eu le prix Nobel :). Côté revues qui font (à tort, je pense) le pluie et le beau temps, je suppose que « Science » et « Nature », échaudées par l’affaire de la « mémoire de l’eau » et même par les premières annonces de la « fusion froide » ne peuvent que demeurer sur une prudente expectative.
    En plus, je comprendrais que le gars ayant par hasard ou non découvert le « bon » catalyseur chercherait à le conserver secret s’il n’a cure de physique et ne s’intéresse qu’à ce que cela peut lui rapporter.
    Mais je demeure sceptique. Cependant, SI une application industrielle voit le jour, je me dirai tout de même qu’il se passe « quelque chose » que la Physique ne sait pas encore expliquer.
    Attendons…

  • 36
    Cynique Ultraliberal Antireligieux:

    @ Zoubor
    Je corrobore: l’énergie cinétique nécessaire pour vaincre les barrières de potentiel entre deux noyaux ( en gros, obliger deux auto tamponeuses ayant tendance à se repousser violemment l’une l’autre, a fusionner en un seul conglomérat) ne me paraît pas, calculette en main sur un modèle élémentaire il est vrai, pouvant être obtenue par de simples champs électriques à basse température.

  • 35
    Zoubor:

    @ Vautrin
    Je crois me souvenir que les pompes a chaleur sont les seuls systemes qui ont un rendement superieurs a 1 – c’est leur avantage..
    Le probleme n’est pas la mais bien,a mon avis, ds la diminution extreme de l’entropie locale avec le rapprochement de noyaux positifs jusqu’a fusion.
    Si les lois de la thermo marchent au niveau nucleaire, alors cette diminution de l’entropie ds la reaction demanderai donc une tres forte enthalpie pour que le bilan d’energie libre de Gibbs soit negatif et que la reaction ai lieu

  • 34
    Zoubor:

    Je suis sceptique !
    1- Il y a evidement un probleme de thermo – en efffet pour obtenir une reaction nucleaire il faut pouvoir approcher les noyaux d Hydrogen au plus pres des noyaux de Nikel, donc « casser » et « passer » la barriere energetique imposee par la repulsion electrique des 2 noyaux positifs…. ceci n’est possble jusqu’a present que lorsque les noyaux des reactifs sont envoyes les uns sur les autres grace a l’energie « pompee » d’une bome A de fusion classique – ou en accelerateurs de particules (ds lesquels les bilans energetiques sont encore negatifs – plus d’energie investie que d’energie recuperee).
    2- les barrieres energetiques ds les reactions chimiques sont abaissees a l’aide de catalisateurs qui marchent qux niveaux atomiques ou ioniques c’est a dire les noyaux etoures d’electrons- la decouverte de Rossi serait donc un « catalizateur » capable de rapprocher 2 noayaux negatifs jusqu’a les faires reagir – cette seule invention donnerai automatiquement a Rossi le Prix Nobel de Physique !!!!! Y a t il renonce?????
    3- Il aurait vendu son system pour 2 000 000 $ ???? C’est tout??? pourquoi pas 2 000 000 000??? c’est bien ce que vaut cette decouverte et les grandes entreprises energetiques se feraient la guerre pour une telle decouverte!!!
    4- Publication « scientifique » ds un « blog » personnel????? ou sont les « Sciences » / »Nature » – pas du tout credible cette forme de publication
    5- Repetabilite de l’experience – il semble qu;aucun labo ne puisse repeter l’experience de Rossi comme a la fin des annees 80 personnes n’a reussi a repeter les experiences de l’equipe anglaise qui avait « decouvert » la « fusion froide » – il ya eu depuis des travaux ds ce sens entre autres par des equipes japonaises mais a ma connaissance il n’y a pas eu reproduction des « resultats » obtenus par l’equipe d’origine

  • 33
    Mateamargo:

    Merci Vautrin. Quel est ce rapport pour une centrale nucléaire ?

  • 32
    Vautrin:

    Je n’aurais pas dû parler en termes de la seconde loi, mais en termes de bilan énergétique (qui, de toute façon, est lié à la thermodynamique). Normalement, le rendement d’une machine,[ rendement = rapport du travail fourni par la machine / travail fourni à la machine] est inférieur à 1 (de l’ordre de 0,4 pour un moteur diesel). Cela correspond à une dégradation de l’énergie dans les systèmes thermodynamiques. Or si Rossi a raison, le rendement de sa machine atteint.. 6 ! Autrement dit, elle produirait six fois plus d’énergie qu’elle en consomme, une fois la réaction démarrée et auto-entretenue ! C’est cela qui en ferait l’intérêt et l’étrangeté.

  • 31
    Pêche:

    Merci Mateamargo. Et merci pour la recherche de bonnes nouvelles. Je partage. Vautrin est tellement doué en plein de choses qu’il est difficile de savoir quel est son domaine d’expertise :) !

  • 30
    Mateamargo:

    Pêche, je ne suis pas un expert, non plus. Vautrin l’est probablement plus que moi. Personnellement j’essaye de trouver de bonnes nouvelles dans ce monde de brutes. Mais je connais mes faiblesses et je me méfie de mes penchants.

    Je crois que si Rossi a vendu à 2 000 000 de dollars un conteneur plein de toc à un « organisme » américain comme il le dit, on aura bientôt des nouvelles. Et je crois difficile qu’il ait dépensé une fortune de sa poche pour monter une escroquerie pareille avec l’aval de l’Université.
    C’est sûr que s’il avait fait une publication scientifique détaillée on pourrait dupliquer son expérience et la critiquer.
    Mais ça c’est la procédure scientifique désintéressée classique. Rossi ne cherche pas à faire de la science. Lui de la science il s’en moque. Il est ingénieur et il veut faire du pognon avec un truc qui marche. Il a trouvé son procédé, il veut que ça lui rapporte. Si ça marche on aura bientôt de ses nouvelles, ne vous en faites pas.
    Sur un plan qui me dépasse, celui de la physique de l’affaire, je pari pour un phénomène intermédiaire entre la fusion et la mécanique. Je crois que s’il n’y a pas de rayonnements et d’isotopes résiduels, c’est difficile de conclure à un phénomène nucléaire. A mon avis il y a des chances que ce soit un truc à niveau des molécules, non du noyau de l’atome. Mais bon, il y a transmutation, donc… Quant aux lois de la thermodynamique, je ne vois pas en quoi elle seraient violées. Il faut bien faire le plein de nickel et d’hydrogène de temps en temps. Ce n’est pas une machine à mouvement perpétuel.

  • 29
    Vautrin:

    Je me demande si Rossi aurait pris le risque colossal de faire fonctionner son appareil à l’Université de Bologne, devant une assemblée de physiciens, si l’appareil en question était un montage en trompe-l’oeil. Mais nous avons le précédent de « l’homme de Piltdown », et quelques autres. Cependant, la « fusion froide » était prédite, semble-t-il, depuis 1920 par des travaux théoriques. Attendons-donc de voir si une phase de pré-industrialisation du procédé se concrétise.

    Il est normal de douter : c’est une qualité indispensable chez les scientifiques. En même temps, il finit au fil du temps par s’installer une doxa dont personne ne songe à réexaminer les axiomes de départ. On en vient alors par prendre ses modèles pour une réalité intangible, et dès qu’un fait imprévu ou un modèle « étrange » advient, on a vite fait de crier à l’hérésie et au charlatanisme. Or l’orthodoxie est contraire à l’esprit scientifique. Il n’a, pas exemple, pas été facile de faire admettre la physique quantique indéterministe, car le déterminisme avait pris la forme mécaniste qu’on lui connaissait depuis Aristote. Concernant la Thermodynamique, on dit que la seconde loi a le bras long (« The Long Arm of the Second Law » selon un article de Scientific American, nov 2008, vol 299), oui, mais dans un référentiel bien déterminé, grosso modo un univers fini (voire en expansion) et rayonnant dans le vide. Cela ne veut pas dire que ce modèle ne peut pas être quelque jour invalidé dans un autre référentiel.

    J’aime bien quand Pêche parle de la « pierre philosophale », car les réactions nucléaires sont bien des transmutations (de l’hydrogène devient hélium, un peu de nickel avec de l’hydrogène peut bien devenir, sous certaines conditions, du cuivre). La doxa veut qu’il faille pour cela des plasmas et de hautes énergies .. Et si effectivement des catalyseurs y parvenaient à basse énergie ?

    Bref, wait and see comme on ne dit pas dans mon village. Franchement, j’aimerais bien que ça marche !

  • 28
    Pêche:

    Mateamargo, les personnes les plus compétentes en ces matières autour de moi ont de longue date le scepticisme de Vautrin… Quelle analyse faites-vous de cet ensemble et de ce nouvel avatar ou non de la pierre philosophale (OK j’exagère un peu, mais bon, en ces temps de minuit moins une et de très probable et durable récession, permettez moi un joyeux pessimisme comme dirait Gérard Pierre ;) ! )

  • 27
    Mateamargo:

    « Fox news » s’y mèle.

  • 26
    Mateamargo:

    Selon un bloggeur qui cite un mail de Rossi, Fioravanti, l’expert du client inconnu serait ingénieur avec un grade de colonel de l’OTAN…

  • 25
    Vautrin:

    La critique manque nettement d’arguments scientifiques. La réfutation semble nettement plus solide. Il y a là un processus qui défie la Thermodynamique, mais dont la validation expérimentale semble soumise à un contrôle strict. Que les physiciens ne sachent pas l’expliquer, d’accord; mais s’il y a des applications industrielles possibles, tant mieux. Après tout, on a su faire du feu des millénaires avant de comprendre la combustion Je doute encore, mais si je découvre qu’un « power-plant » fonctionne dans les prochains mois, je cesserai de douter, non de la nature, mais de l’existence du phénomène

  • 24
    Mateamargo:

    Et deux réfutations des critiques de Krivit

  • 23
    Mateamargo:

    …En effet…

  • 22
    Pêche:

    C’est même plus qu’acerbes !! Bon, merci de suivre, mais cela n’a pas encore l’air gagné…

  • 21
    Mateamargo:

    Mais des critiques acerbes ici.

  • 20
    Mateamargo:

    http://www.wired.co.uk/news/archive/2011-10/29/rossi-success

  • 19
    Mateamargo:

    Sorry, Pêche ! J’attendais un peu de voir s’éclaircir le panorama.

  • 18
    Pêche:

    Bonjour Vautrin ! j’attendais des nouvelles de Mateamargo et c’est vous qui êtes allé à la pêche aux infos… qui font briller les yeux :) Merci !

  • 17
    Vautrin:

    On dirait bien que ça marche !
    http://www.ecatnews.net/2011/10/

  • 16
    rvgrouik:

    Extraordinaire de voir comment une nouvelle aussi importante peut faire aussi peu de bruit… Bravo a Rossi et a sa bande

  • 15
    Pêche:

    Les stocks de pétrole sont peut-être infinis (je provoque mais raisonnons d’abord ainsi).

    Al Gore n’aurait pas investi plus de 1 200 millions de dollars au sein de Green Growth Fund, si le peak oil n’était pas une relative vue de l’esprit et que le pétrole producteur de CO2 existe encore pour de nombreuses années.

    La rareté du pétrole est moins matérielle que technique et politique. L’accessibilité des champs pétrolifères est éminemment dépendante des choix géopolitiques et des possibilités techniques (qui in fine ne sont que rarement un problème). C’est donc un problème économique d’abord et avant tout. Et un problème associé, directement associé, de dépendance énergétique et donc de géopolitique…

    Prévoir un pic pétrolier en 2015 (avant de repousser encore ?) puis une déplétion relève moins d’une maîtrise de la connaissance des réserves, que d’une connaissance de la théorie économique et de la situation actuelle (et moi je rapprocherais encore… sauf guerre)

    Fin de ma « provocation » ;) Mais je suis d’accord, c’est en raison d’une rareté relative très très coûteuse que l’on peut s’enthousiasmer et espérer que l’expérience italienne marche (pour les Italiens, voilà qui leur ferait du bien aussi…)

  • 14
    Mateamargo:

    Mais ce n’est pas une machine à mouvement perpetuel. Il n’y a pas plus de rupture avec la seconde loi de la thérmodynamique que dans un moteur à explosion. Ce qui change c’est le rapport input-ouput. Si les stocks de pétrole étaient infinis, on n’en parlerait même pas.
    En fin, à condition que ce soit vrai et que ça marche.

  • 13
    Pêche:

    Oui et après-tout les progrès de la science, et un progrès de ce type, serait une fantastique porte de sortie face aux « difficultés » actuelles (là vous voyez, j’ai été très très mesurée :)…)… et je ne vous dirai pas ici ce que je ferai :) :)
    Sans avoir les mêmes outils que vous en mains, je n’ai jamais non plus cru en la « mort thermique » de l’univers…

  • 12
    Vautrin:

    :) J’aime votre enthousiasme, Pêche,et je partage vos espoirs, mais n’oublions pas « the long arm of the second Law » de la Thermodynamique. Ce qui m’amuserait, dans cette affaire ce serait justement que la seconde loi se révèle dépassée par certains systèmes physiques. Du reste, je n’ai jamais cru à la « mort thermique » de l’univers, car l’énergie dissipée dans un coin pourrait bien être reconcentrée dans un autre.

  • 11
    Pêche:

    ouaouh bis : l’énergie ultra-cheap… trop fantastique ! Je m’étais probablement auto-censurée pour ne pas rêver… et cette fois c’est parti ! ;)

  • 10
    Pêche:

    Euh, comme vous le voyez sûrement, je n’ai pas cliqué sur le lien de Forbes… mea culpa… uniquement sur le premier. Mais j’y vais de cette touche de clavier ;)

    Merci Mateamargo de cette attente… positive !

  • 9
    Mateamargo:

    L’article du « Forbes » est assez clair à ce sujet, Pêche. Une fois que vous avez une source de chaleur fiable, pas chère et compacte, si la différence entre le prix de ce que vous y mettez et le prix de ce que vous en sortez est intéressante, « the sky is the limit ». Vous pourrez avoir un boitier de la taille d’un radiateur chez vous et vous chauffer, vous éclairer et vendre de l’électrcité à l’EDF. Touit ceci sans polluer et en le rechargeant tous les six mois… Mais bon… Il ne faut pas se laisser emporter… Attendons le 28….

  • 8
    Pêche:

    Pour les voitures, j’entends bien Mateamargo. Mais pour d’autres besoins énergétiques, y-aurait-il un usage (économique) ?

  • 7
    Mateamargo:

    La production d’hydrogène est chère et il est très difficile de stocker.

  • 6
    Pêche:

    On a l’impression – mais peut-être n’est-ce qu’une impression – que l’industrialisation est freinée. Il doit bien y avoir plusieurs raisons concourantes à cela, mais lesquelles ? Il y a quelques années, je m’étais opposée à cette « impression », cela me paraissait contre-productif dans la durée au moins pour les historiques 7 soeurs, devenues les 6 majors anglo-saxonnes.
    Je n’ai pas actualisé, mais « L’ensemble de la production propre et des contrats à terme des majors [anglo-saxonnes (ExxonMobil, Royal Dutch Shell, BP, Total, Chevron)] sont passées de 62 % de la production mondiale à économie de marché en 1971 à 15 % [en 2006] » (Source IFP) et en 2007, selon PFC Energy, ces cinq majors contrôlent à peine 9 % des gisements pour 13 % de la production, ce qui les engage dans un effet ciseaux irrémédiable. Exxon Mobil, auparavant la plus grande compagnie pétrolière au monde, se place maintenant à la 25ème place pour le contrôle des réserves de pétrole et ses ressources propres sur le territoire américain ne sont plus que de 1,08 % de la production mondiale.

    Conclusion : sont-elles suicidaires ? En 2007, la capitalisation boursière de Petrochina (N°1) avait largement dépassé celle d’Exxon (n°2) (723.2/511.9) et Sinopec était 5e.
    Entre la Chine et les compagnies nationales, qu’attendent les Etats occidentaux et leurs compagnies ? Se faire encore plus laminer géopolitiquement ? avoir le plaisir d’avoir des BHL pour partir en guerre ?

    ??? donc oui cette impression de frein existe mais elle me paraît tellement irrationnelle…
    Maintenant que les pétroliers achètent tout ce qui passe en brevets « énergétiques », c’est logique. l’IFP (Institut Français du Pétrole) était d’ailleurs celui qui en France donnait la plus longue durée de résidence du CO2 !! Apparent paradoxe, car cela permettait de vendre des histoires de captation de CO2 à l’Etat…

  • 5
    Vautrin:

    En effet, j’avance un peu imprudemment. Cependant il semble établi que les grands groupes pétroliers achètent des tas de brevets « énergétiques » sans qu’il s’ensuive des applications industrielles. Il est vrai qu’il y a loin d’un dispositif expérimental de laboratoire à un produit industriel, mais tout de même, concernant les piles à combustible, on a fait des progrès depuis les missions Apollo, et l’on dispose de packs compacts, légers et fiables. On a l’impression – mais peut-être n’est-ce qu’une impression – que l’industrialisation est freinée. Il doit bien y avoir plusieurs raisons concourantes à cela, mais lesquelles ?

  • 4
    Pêche:

    Comme j’ai bien envie de croire… jusqu’au 28 octobre, je vais garder cela positif. Si l’on en croit leur photo, Superphénix est loin… et pourtant.

  • 3
    Mateamargo:

    @ Vautrin (2) « Mais si ça marchait, est-ce que les « majors » pétroliers ne chercheraient pas à acheter les brevets pour les mettre au pilon, comme ils le font pour les piles à combustible ? Un royaume menacé se défend, au détriment du reste du monde. »

    Allons, cher Docteur. On devient conspirationniste maintenant ? ;c)

  • 2
    Vautrin:

    Je ne suis pas un fanatique de la seconde loi de la thermodynamique, mais j’ai de la peine, beaucoup, à croire que l’on puisse produire plus d’énergie que l’on en consomme. Mais, après tout, nous ne savons pas tout.

    « The problem with Rossi’s system is that it is too good to be true.  » Trop beau pour être vrai.. Mais, encore une fois, notre savoir est lié à nos modèles, et il peut y avoir des surprises.

    J’espère que nous en aurons une bonne cette fois, en dépit des prévisions de la doxa scientifique : « If this device works as claimed, the world will change and not just a little but hugely and at every level of how we’re organized, how we make stuff, how we travel, and how wealth is distributed. » Pour sûr, si ça marchait, le monde changerait. On n’aurait pas besoin de plasmas chauffés à près d’un million de degrés pour que démarre la fusion thermonucléaire dans des conteneurs magnétiques dont on ne peut prédire le comportement.

    Franchement, je doute très fort.. et en même temps j’espère très fort ! Quel soulagement ce serait d’être enfin libres de la dictature des émirs du pétrole, des vagisseurs du solaire et de l’éolien. Oui, Mateamargo, attendons le 28 octobre, et si par miracle ça marchait, hein !!!!

    Mais si ça marchait, est-ce que les « majors » pétroliers ne chercheraient pas à acheter les brevets pour les mettre au pilon, comme ils le font pour les piles à combustible ? Un royaume menacé se défend, au détriment du reste du monde.

  • 1
    Pêche:

    ouaou !!! alors là voilà une excellente nouvelle !!! Croisons les doigts…