eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Giscard d’Estaing : « L’euro n’est pas en danger »

Posté le Vendredi 19 août 2011 par sil

L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing a estimé vendredi que l’euro « n’est pas menacé » et que la rencontre Merkel-Sarkozy mardi a été une « bonne chose », tout en restant « insuffisante ».

« La zone euro n’est pas en danger (…), le cours de l’euro – 1,43 pour un dollar – c’est un cours stable qui n’a pas bougé, l’euro n’est pas menacé« , a déclaré M. Giscard d’Estaing sur RTL, alors qu’on lui demandait de réagir aux propos de Jacques Delors.

L’ancien président de la Commission européenne a estimé jeudi que l’euro et l’Union européenne étaient « au bord du gouffre ».

Selon VGE, « il y a deux menaces« : « le ralentissement de l’activité aux Etats-Unis et la crainte qu’ont les Américains d’une récession » et la « politique d’endettement particulièrement excessif » de l’Europe.

La rencontre mardi entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel « était une bonne chose », selon lui, parce que « l’Europe de la zone euro repose sur l’entente de deux grands pays, l’Allemagne et la France », a dit l’ancien président. « La direction qu’ils ont montré est la bonne », à savoir de « rétablir les équilibres dans les différents pays et en particulier chez nous » et « de dire que (les pays, ndlr) de l’Europe de l’euro organisent ensemble leur politique économique ». « Mais ce n’est pas suffisant d’abord parce qu’il y a la durée. Il n’y a pas de mesures annoncées tout de suite », a-t-il regretté.

A la question de savoir s’il approuvait leur refus d’instaurer des euro-obligations, il a estimé qu’on ne pouvait « pas le faire maintenant. Les gens qui disent ça disent des absurdités ». Mais « il faut annoncer qu’on va le préparer, c’est ce que je me suis permis de recommander au président de la République », a-t-il souligné.

Pour Giscard d’Estaing, le chef de l’Etat cherche à « rétablir » la confiance, « tant mieux. Il faut le faire par des annonces raisonnables, réalistes et qui s’inscrivent dans une certaine durée ».

Source : AFP-FIG



Laisser un commentaire


4 réponses à “Giscard d’Estaing : « L’euro n’est pas en danger »”

  • 4
    Pêche:

    :) mais ce n’est pas le même, il porte seulement bien son nom ;)

  • 3
    Galahad:

    Le principal problème d’une union monétaire est lorsque les fondations politiques qui la soutiennent sont incohérentes, indique Stephen King … qui joue encore une fois à nous faire peur. ;-)

  • 2
    Pêche:

    Je ne vois pas très bien ce que cela réglera vraiment in fine, mais celle-ci est pas mal non plus
    Il faut nationaliser les banques pour 3 ou 4 ans (Marc Fiorentino)
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20110818.OBS8772/il-faudrait-nationaliser-les-banques-pendant-3-ou-4-ans.html

    Maître Sil, le robot modérateur a de l’urticaire quand on lui parle Financial Times et Union soviétique ;)

  • 1
    Pêche:

    La crise de la zone euro a des odeurs d’effondrement de l’Union soviétique.
    Le principal problème d’une union monétaire est lorsque les fondations politiques qui la soutiennent sont incohérentes, indique Stephen King (Financial Times) L’Union européenne connaît actuellement ce problème, tout comme cela a été le cas dans l’Union des républiques socialistes soviétiques.
    http://www.ft.com/cms/s/0/efd5eea8-c1f4-11e0-bc71-00144feabdc0.html#axzz1Ve7sZKDP

    Mais bien sûr, Valéry Giscard d’Estaing est encore une fois à l’ouest…




  • Your Ad Here