eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

« Les élites britanniques tout aussi responsables des émeutes en Angleterre » Peter Oborne

Posté le Dimanche 14 août 2011 par sil

« la criminalité dans nos rues ne peut pas être dissociée de la désintégration morale des plus hauts rangs de la société moderne britannique. Les deux dernières décénnies ont vu un déclin terrifiant des standards au sein de l’élite gouvernante britannique. Il est devenu acceptable pour nos politiciens de mentir et de tricher. (..) Il n’y a pas que la jeunesse sauvage de Tottenham qui a oublié qu’elle a des devoirs aussi bien que des droits, mais aussi les riches sauvages de Chelsea et Kensington [quartiers huppés de Londres, NDLR] (…) l’élite londonienne est aussi déracinée et coupée du reste de la Grande-Bretagne que ces jeunes hommes et femmes sans emploi qui ont causé de si terribles dommages ces derniers jours. (..) Peu d’entre eux s’embêtent à payer leurs impôts britanniques s’ils peuvent les éviter et encore moins sentent un sens d’obligation envers la société, un sentiment pourtant naturel il y a encore quelques décades pour les riches et les mieux lotis »

C’est le « coup de gueule » de Peter Oborne, l’éditorialiste du Telegraph, le quotidien généraliste le plus à droite du pays, qui met directement en cause les comportements des élites économiques et politiques britanniques pour expliquer le comportement des émeutiers. Son analyse est reprise et commentée de toute part sur Twitter et saluée par le reste de la presse.

Afin de répondre aux émeutes qui ont secoué le pays depuis le week-end dernier, le Premier Ministre britannique a voulu se montrer très sévère, à la limite du populisme (NDLReXc : bof !).

« La contre-attaque a bien et véritablement commencé » a assuré David Cameron devant les Parlementaires, après avoir prévenu que « toute personne condamnée doit s’attendre à aller en prison ».

La démesure des décisions judiciaires, favorisées par le soutien du chef du gouvernement, font depuis largement débat.

Plus encore, les critiques s’élèvent contre l’analyse des autorités. Le Premier Ministre a en effet accusé « la culture » des émeutiers, qui « glorifie la violence, montre un manque de respect de l’autorité et parle des droits mais jamais des responsabilités », et dont profiteraient « les gangs des rues ».

Pour y répondre, il réclame « plus de disciplines dans nos écoles (…) un système judiciaire criminel qui marque une claire et lourde ligne entre le bien et le mal ».

La plus violente diatribe à son encontre est, contre toute-attente, venue de Peter Oborne, l’éditorialiste politique en chef du quotidien de droite The Telegraph, dont l’écrit est repris par ses concurrents et relayés massivement sur Twitter.

Il estime que « la criminalité dans nos rues ne peut pas être dissociée de la désintégration morale des plus hauts rangs de la société moderne britannique. Les deux dernières décénnies ont vu un déclin terrifiant des standards au sein de l’élite gouvernante britannique. Il est devenu acceptable pour nos politiciens de mentir et de tricher. (..) Il n’y a pas que la jeunesse sauvage de Tottenham qui a oublié qu’elle a des devoirs aussi bien que des droits, mais aussi les riches sauvages de Chelsea et Kensington [quartiers huppés de Londres, NDLR]« .

Peter Oborne considère la plupart de l’élite londonienne « aussi déracinée et coupée du reste de la Grande-Bretagne que ces jeunes hommes et femmes sans emploi qui ont causé de si terribles dommages ces derniers jours. (..) Peu d’entre eux s’embêtent à payer leurs impôts britanniques s’ils peuvent les éviter et encore moins sentent un sens d’obligation envers la société, un sentiment pourtant naturel il y a encore quelques décades pour les riches et les mieux lotis ».

Il cite ainsi les exemples de Richard Branson, le patron de Virgin, ou de Philip Green, le patron de Topshop, pour avoir ou vouloir éviter de payer leurs impôts sur les bénéfices en domiciliant leur société dans un paradis fiscal.

Après l’élite économique, l’élite politique, qualifiée d' »aussi mauvaise » que les « jeunes voyous », comme l’a montré le scandale des dépenses des parlementaires révélé par le journal de Peter Oborne. Parmi les plus virulents contre les jeunes jeudi au Parlement, le journaliste rappelle que Gerald Kaufman avait demandé le remboursement d’une télévision pour 8.865£ (près de 10.000 euros).

Enfin, conclut-il, alors qu’il y a quelques semaines « le Premier Ministre excusait son erreur de jugement en embauchant l’ancien directeur de la rédaction Andrew Coulson en clamant que « tout le monde mérite une seconde chance », il était très parlant qu’il n’a pas parlé de seconde chance lorsqu’il a requis une punition exemplaire pour les émeutiers et les casseurs. Ces doubles standards de Downing Street sont symptomatiques des doubles standards répandus au sommet de notre société. (..) Bien évidemment, ces derniers sont intelligents et assez riches pour être certains qu’ils obéissent à la loi. Cela ne peut être dit des malheureux jeunes femmes et hommes, qui sans espoir et aspiration, ont causé tellement de désordre et de chaos ces derniers jours. Mais les émeutiers ont cette défense : ils suivent tout simplement l’exemple montré par les figures plus âgées et respectées de la société ».

Cette analyse marque beaucoup les Anglais (au moins 3000 d’entre eux ont commenté le texte) car son auteur est avant tout considéré comme un ultra conservateur.

Son récent texte « La crise de l’euro donnera à l’Allemagne l’empire dont elle a toujours rêvé » est un bon exemple de ses traditionnelles positions.

Sur Twitter, des célébrités comme l’acteur Stephen Fry, qui possède près de 3 millions d’abonnés à ses messages, encensent pourtant l’article,tandis que d’autres utilisateurs s’exclament de surprise : « Mon dieu, je suis en train d’être d’accord avec Peter Oborne. Je me suis finalement transformé en mon père… »

La réaction du monde politique ne devrait pas arriver de sitôt…

Tristan de Bourbon, à Londres pour La Tribune



Laisser un commentaire


8 réponses à “« Les élites britanniques tout aussi responsables des émeutes en Angleterre » Peter Oborne”

  • 8
    Pêche:

    Le Guardian va de découverte en découverte : England’s rioters: did many ‘pillars of the community’ take part?
    http://www.guardian.co.uk/uk/2011/aug/18/england-rioters-pillars-of-the-community

  • 7
    Galahad:

    Sloppy Riot Thinking

  • 6
    Zoubor:

    Tu fourni le papier?
    A pardon, chez vous on n’utilise pas de papier : une pierre ramassee ds le desert fait l’affaire!

  • 5
    YAKOV:

    VOUS ALLEZ TOUS CHIER

  • 4
    Galahad:

    Un point de vue un peu moins mainstream que celui d’O’Bore.

  • 3
    Galahad:

    J’aime particulièrement les commentaires qui jugent cet éditorial « courageux » et « dérangeant ».

    Laissons de côté le point de savoir si ce qu’il dit est vrai (je veux bien que l’exemplarité des élites tende à être une valeur qui se perde, mais je suis pour le moins gêné, comme Mateamargo, qu’il désigne ça du même nom – barbarie – que la violence gratuite, l’incendie volontaire et le pillage et que la responsabilité des émeutiers semble en être, à ses yeux, atténuée.)

    Mais »courageux », « dérangeant »… alors là, ça m’en bouche une surface.

    C’est à peu près aussi dérangeant que la fameuse « inconvenient truth » de l’autre quiche d’Al Gore. Les « élites », c’est pratique, c’est comme « les riches », pour la majorité des gens, c’est la minorité sur laquelle il est permis de taper, parce qu’elle est privilégiée. Quant à la classe intellectuelle, ou prétendument telle, ça la conforte dans une de ses convictions les plus fortement ancrées : à savoir qu’en dernier ressort, les vrais coupables ne sont jamais ceux qu’on croit, et que ceux qu’on pourrait croire en première analyse coupables sont en fait les victimes des premiers.

    En fait, cet éditorial désigne comme bouc-émissaires les usual suspects habituels (il ne manque que les spéculateurs) et laisse soigneusement de côté ce qui, pour le coup, serait un peu plus dérangeant, à savoir la mise en cause de la social-démocratie et de la culture de l’entitlement qui est devenue la spécificité européenne ou le fait qu’en l’absence de perspectives réelles de sanctions, une frange non négligeable de nos concitoyens ne voit aucun inconvénient à se livrer à la violence et à la prédation, parce que, tout simplement, ça satisfait ses instincts et/ou ça répond à ses besoins mieux que ne le feraient le travail, l’effort et la coopération.

    Dalrymple, même s’il juge lui aussi que les émeutiers sont la « progéniture » d’une élite dirigeante faillie, énonce au moins quelques vérités à mon sens un tout petit peu plus « dérangeantes ».

  • 2
    Mateamargo:

    Il a raison de vouloir que tout le monde soit logé à la même enseigne du point de vue moral, mais ceci « But the rioters have this defence: they are just following the example set by senior and respected figures in society. Let’s bear in mind that many of the youths in our inner cities have never been trained in decent values. All they have ever known is barbarism » n’est pas vrai.
    Donnons aux mots leur vrai sens : si des tas de gens dans le monde s’agglutinent à Calais pour tenter un passage clandestin en Angleterre, ce n’est pas parce qu’ils cherchent à rejoindre la barbarie mais au contraire parce qu’ils la fuient. Les gars qui brûlent et pillent en Angleterre n’ont pas été victimes de la barbarie : c’est eux qui l’imposent. L’école gratuite, les allocs logement, les soins médicaux généralisés, les aides aux chômeurs, l’infinité d’intermédiaires sociaux qui essayent d’intégrer à la société les exclus, c’est même le contraire de la barbarie.

  • 1
    sil:

    J’aime bien quand chacun en prend pour son grade… populace comme élite… bien vu !