eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Livres: Et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée (Is current reality fast catching up with Jean Raspail’s 40-year-old grim vision?)

Posté le dimanche 10 avril 2011 par Admini

« Raciste »? « Toxique »? « Zemmour des années 70 »?

A l’heure où à chaque nouvelle dépêche la réalité semble vouloir rattraper la fiction la plus échevelée  …

Où, avec leurs « démocratie islamique« et « partis de la Liberté et de la Justice » de l’autre côté de la Méditerrannée, les « Frères » se préparent à « protéger les Coptes » …

Où la vague de déshérités qu’est en train de jeter sur nos plages l’actuel « printemps arabe » menace de prendre des proportions proprement apocalyptiques

Et où la bienpensance socialisante des probables successeurs de notre brouillon Sarkozy national à l’Elysée l’an prochain a rarement été aussi haute …

Peut-on imaginer, de la part de notre belle âme de service de Libération, meilleure incitation…

A lire ou relire la toute récente réédition de l’allégorie prophétique de Jean Raspail (« Le Camp des saints »)?



Laisser un commentaire


16 réponses à “Livres: Et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée (Is current reality fast catching up with Jean Raspail’s 40-year-old grim vision?)”

  • 16
    jc durbant:

    Et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée …
    https://www.youtube.com/watch?v=_MDIKcWA4EE

  • 15
    jc durbant:

    the attacks may finally be alerting policymakers to the risks of a male-dominated migration wave …

    Valerie Hudson

  • 14
    jc durbant:

    Pendant que la planche à faux passeports est repartie de plus belle …

  • 13
    jc durbant:

    Voir aussi:

    I did not know who they were, but it seemed inevitable to me that the numberless disinherited people of the South would, like a tidal wave, set sail one day for this opulent shore, our fortunate country’s wide-gaping frontier.

    An affluent society such as that found on the Côte d’Azur is the end-product of generations of hard work, intelligence, and self-denial. In most of the world, one or more of these elements has generally been lacking, and they cannot be made up for within a single generation, even by the coordinated efforts of an entire society, let alone by individuals. The only way for a poor person in a poor country to enjoy the fruits of prosperity within his own lifetime is to move to where they already exist. And moving is getting easier all the time.

    Jean Raspail

    Raspail’s great merit is to have seen what few others did: that Europeans stand to lose control of their destiny within our lifetime. The only question now is whether the now rapidly awakening peoples of the West can somehow summon up the courage to stop the process and preserve their children’s posterity?

    https://www.knightstemplarinternational.com/boat-people-flood-visionary-french-novelist-saw-it-coming/

    In one sense the West is more than ever triumphant, but it has a conception of the rights of man. In its original form this was an excellent idea, but it has now been misapplied and it is being used against France… »

    Jean Raspail

    ‘Mexican immigration is a unique, disturbing, and looming challenge to our cultural integrity, our national identity, and potentially to our future as a country. ‘If over one million Mexican soldiers crossed the border, Americans would treat it as a major threat to their national security and react accordingly. Why then do we not react as vigorously to the invasion of one million Mexican civilians? »

    Samuel P. Huntington

    It is not unusual that The Camp of the Saints would originate in France. Much of what we experience today in the United States in regard to the political justification for illegal immigration also originated there. In fact, waves from the French Revolution are still washing up on shores all around the world. Blood from the Reign of Terror’s guillotine simply turned into the red flag of Communism.

    Few people get up in the morning and wonder if what they do during the day may advance or destroy Western Civilization. They simply have private concerns and interests. Likewise, politicians want to satisfy those who contribute to their campaigns: the unions, the business executives, and the transnational corporations. Nevertheless, the world assembles our collective actions and makes a whole out of various parts. That is why we need to consider the possible future imagined in The Camp of the Saints.

    The Camp of the Saints will remain a controversial book for some time to come. This book reminds us that there are forces at work in history we may not control, but do not expect this book to be required reading in public high schools any time soon. Multiculturalism erases the past for the sake of a gray conformity.

    Nevertheless, if « comprehensive immigration reform » passes the U. S. Senate and House of Representatives and is signed into law, an urban transformation probably will come to your neighborhood, too. The Camp of the Saints might be your secular future. It might be good to spend part of your summer reading about that future.

    Conversion was needed to maintain the Church in the West, and its secular equivalent, assimilation, is needed to maintain the nation state today. In The Camp of the Saints, the shear number of invaders made assimilation to French culture impossible. In the end, France disappears. And what was France in the grand scheme of things, anyway? Nothing but a moment between ancient Rome and Eurabia.

    Assimilation is not happening nor is it needed in a world that is globalized. The global city with its need for a disciplined and low-paid workforce functions best as a segregated city. Thus it is possible for uncontrolled immigration to make a nation that was once a river of hope into a sewer of despair.

    The Camp of the Saints helps us understand, too, how over time the meaning of a culture is lost. This is how we go from Patrick Henry saying, « Give me liberty or give me death, » to Senator Harry Reid saying 12 million illegal aliens are really « undocumented Americans. »

    To that end, a person of faith recognizes that nations are an essential part of organized human life. Nations play a role in making us fully human and are therefore defensible.

    Jean Raspail’s vision in The Camp of the Saints is an imaginary one of how the secular order in the West may end. It is a vision seen through the right eye. According to Raspail, the West « has no soul left » and « it is always the soul that wins the decisive battles. »

    The secular world truly is in need of salvation, a salvation Jean Raspail believes Christian charity will prove itself powerless to effect. So, he warns us during our summer of immigration discontent, « The times will be cruel. »


    American thinker

    What steps will a liberal society take to preserve its way of life? Is liberal society too humane and compassionate to protect itself from those who would undermine and destroy it?

    Raspail was ahead of his time in demonstrating that Western civilization had lost its sense of purpose and history — its “exceptionalism.” If the loss of self-confidence on the part of Western liberal society was apparent in 1973, it is much more so today. The pious nonsense spouted in the novel by apologists for the overwhelming onslaught against France merely adumbrates what has become mainstream today.

    Of course, Raspail was denounced as a racist, and his emphasis on the white race can indeed be off-putting. But the central issue of the novel is not race but culture and political principles. The United States has always welcomed immigrants, but until recently, it has expected them to assimilate — in other words, to become “Americans.” The traditional focus of American society has been the individual. Instead, multiculturalism has spawned a balkanized society of resentful members of various groups that seek favors for themselves, often at the expense of other groups — identity politics at its worst. And that is the real danger today — that the American political system will be swamped by people who seek material goods but who disdain the American achievement in creating a government that protects the individual rights of all, without regard to membership in a favored group.

    Mackubin Thomas Owens

  • 12
    jc durbant:

    « Zemmourisation »?

    Non, « zemmourite« !

  • 11
    Zoubor:

    « L’armée veut remettre le pouvoir [à un gouvernement civil] dès que possible »

    —————————————————
    Interressant!
    A l’ImMonde, ils ne savent pas qu’il n’y a jamais eu gouvernement civil en Egypte?
    Ah si j’oubliais! sous la royaute!
    Mais depuis le coup d’etat de Naguib et des colonels ….

  • 10
    Pêche:

    Thuram, je l’ai en travers du gosier, en particulier pour l’argent qu’il tire de ses partenariats avec des mutuelles, en dissimulant honteusement son âpreté au gain…

  • 9
    jc durbant:

    Oui, avec son tout récent (après Farrakhan, Castro et Chavez, svp!) prix Kadhafi pour les droits de l’homme, Erdogan, quel bon client!

    La démocratie et ses fondements jusqu’à aujourd’hui peuvent être perçus à la fois comme une fin en soi ou un moyen. Selon nous la démocratie est seulement un moyen. Si vous voulez entrer dans n’importe quel système, l’élection est un moyen. La démocratie est comme un tramway, il va jusqu’où vous voulez aller, et là vous descendez.

    Erdogan

    On ne peut pas être musulman et laïque en même temps (…). Le milliard et demi de musulmans attend que le peuple turc se soulève. Nous allons nous soulever. Avec la permission d’Allah, la rébellion va commencer.

    Erdogan (1992)

    Notre démocratie est uniquement le train dans lequel nous montons jusqu’à ce que nous ayons atteint notre objectif. Les mosquées sont nos casernes, les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les croyants nos soldats.

    Erdogan (1997)

    L’expression ‘islam modéré’ est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam.

    Erdogan (2007)

    Quant à la zemmourisation, heureusement on a nos Thuram qui sauvent l’honneur …

  • 8
    Pêche:

    c’est bien le morceau de citation de Boumedienne que j’avais ; quant à celui de Khadafi OK ; j’en ai peut-être gardé d’autres parce qu’il s’est distingué depuis 5 ans comme son collègue Erdogan…

  • 7
    jc durbant:

    Pour Boumédienne, j’ai pas trouvé la version complète mais apparemment y avait aussi ça:

    Un jour, des millions d’hommes quitteront le sud pour aller dans le nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.

    Houari Boumediene (ONU, 10.04.74)

    Sans oublier bien sûr notre ami Kadhafi et son fameux discours de Tombouctou d’avril 2006:

    Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe, sans épée, sans conquête. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Allah mobilise la Turquie, nation musulmane, et va permettre son entrée dans l’Union Européenne. Il y aura alors 100 millions de musulmans en Europe. L’Albanie est dans l’Union européenne, c’est un pays musulman. La Bosnie est dans l’Union européenne, c’est un pays musulman. 50% de ses citoyens sont musulmans. L’Europe est dans une fâcheuse posture. Et il en est de même de l’Amérique. Elles [les nations occidentales] devraient accepter de devenir musulmanes avec le temps ou bien de déclarer la guerre aux musulmans.

    Kadhafi

  • 6
    amin:

    « La zemmourisation des esprits »

    Zemmour ? Satan l’habite. Va falloir exorciser tout ça fissa à grands coups d’éditoriaux sacrés.

  • 5
    jc durbant:

    L’armée égyptienne a nommé une commission de juristes chargée d’amender la Constitution, qui s’est réunie pour la première fois, mardi 15 février, en présence du chef du Conseil suprême des forces armées. « L’armée veut remettre le pouvoir [à un gouvernement civil] dès que possible » et « veut des amendements à la Constitution », a déclaré Sobhi Saleh, avocat et ancien député des Frères musulmans, membre de cette commission. (…) La commission nommée pour amender la Constitution est composée de huit membres et est présidée par Tarek El-Bechri, ex-président du Conseil d’Etat, une personnalité très respectée.

    Le Monde

    Ce qui, outre qu’ils oublient que ledit « très respecté » ex-président du Conseil d’Etat est lui aussi un sous-marin des Frères, ne semble pas trop inquiéter notre journal de révérence (les Coptes apprécieront) pendant que l’Administration Obama elle s’inquiète…. du manque de femmes !

    Quant aux Mouvements oculaires rapides, vous voulez dire que vous avez jamais entendu parler du groupe de rock mythique des années 90 (« Losing my religion », « Drive », « Man on the Moon », « Everybody Hurts »)?

  • 4
    Zoubor:

    C’est qui ce REM ???

  • 3
    Zoubor:

    Pour ceux qui comme moi ne le connaissent pas

  • 2
    Pêche:

    Merci jc durbant pour ce post. Je ne connaissais ni REM ni Sobhi Saleh, ni l’intervention de Pierre Assouline, mais je n’avais pas oublié la scène sur les hauteurs méditerranéennes. La citation de Boumédienne enrichit ma collection le concernant. Le Camp des Saints, livre fascinant, car très bien écrit, posant de très nombreuses questions, et dynamisant pour dynamiser le plus grand nombre et essayer de Stopper le « sanglot de l’homme blanc » de Bruckner, à minuit moins quatre comme le dit Geert Wilders, considérant que les premières prises de conscience ralentissent la marche inexorable mais ne sont pas encore suffisantes pour l’arrêter avec force et volonté. Je ne l’ai découvert que cette année… apparemment comme beaucoup d’autres ! Grâce à vous jc durbant il y en aura peut-être encore plus !

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    Quand les mille ans seront accomplis, Satan (…) sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre; leur nombre est comme le sable de la mer. Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée.

    Jean (Apocalypse 20: 7-9)

    It’s the end of the world and I feel fine.

    REM

    If they want peace and security, they should surrender to the will of Islamic Shariah. Muslims have to protect Copts.

    Sobhi Saleh (parlementaire égyptien des Frères musulmans et seul
    représentant des groupes anti-Moubarak choisi par l’Armée pour la récente révision constitutionnelle)

    Israel treats us as enemies If they are enemies for all its neighbors, why is it there?

    Sobhi Saleh

    Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie.

    Boumediene (mars 1974)

    Et si Raspail, avec « Le Camp des Saints », n’était ni un prophète ni un romancier visionnaire, mais simplement un implacable historien de notre futur?

    Jean Cau

    Comme jadis avec le communisme, l’Occident se retrouve sous surveillance idéologique. L’islam se présente, à l’image du défunt communisme, comme une alternative au monde occidental. À l’instar du communisme d’autrefois, l’islam, pour conquérir les esprits, joue sur une corde sensible. Il se targue d’une légitimité qui trouble la conscience occidentale, attentive à autrui : être la voix des pauvres de la planète. Hier, la voix des pauvres prétendait venir de Moscou, aujourd’hui elle viendrait de La Mecque ! Aujourd’hui à nouveau, des intellectuels incarnent cet oeil du Coran, comme ils incarnaient l’oeil de Moscou hier. Ils excommunient pour islamophobie, comme hier pour anticommunisme. (…) Comme aux temps de la guerre froide, violence et intimidation sont les voies utilisées par une idéologie à vocation hégémonique, l’islam, pour poser sa chape de plomb sur le monde. Benoît XVI en souffre la cruelle expérience. Comme en ces temps-là, il faut appeler l’Occident « le monde libre » par rapport au monde musulman, et comme en ces temps-là les adversaires de ce « monde libre », fonctionnaires zélés de l’oeil du Coran, pullulent en son sein.

    Robert Redeker

    La pitié ! La déplorable, l’exécrable pitié, la haïssable pitié ! Vous l’appelez : charité, solidarité, conscience universelle, mais lorsque je vous regarde, je ne distingue en chacun de vous que le mépris de vous-mêmes et de ce que vous représentez. […] En pariant sur la sensibilité, que vous avez dé – voyée, des braves gens de chez nous, en leur inculquant je ne sais quel remords pour plier la charité chrétienne à vos étranges volontés, en accablant nos classes moyennes prospères de complexes dégradants […], vous avez créé de toutes pièces au coeur de notre monde blanc un problème racial qui le détruira, et c’est là votre but.

    Consul belge (personnage du roman)

    Me voilà avec un million de frères, de sœurs, de pères, de mères et de fiancées. Je ferai un enfant à la première qui s’offrira, un enfant sombre, après quoi je ne me reconnaîtrai plus dans personne…(…)Je vous hais. Et c’est chez vous que je conduirai les plus misérables, demain. Ils ne savent rien de ce que vous êtes, de ce que vous représentez. Votre univers n’a aucune signification pour eux. Ils ne chercheront pas à comprendre. […] Chacun de vos objets perdra le sens que vous lui attachiez, le beau ne sera plus le beau, l’utile deviendra dérisoire et l’inutile, absurde. Plus rien n’aura de valeur profonde. Cela va être formidable ! Foutez le camp !

    Jeune pillard européen à un vieux professeur de français à la retraite)

    Le titre m’est venu de la lecture de l’Apocalypse, du chapitre 20, qui annonce qu’au terme de mille ans, des nations innombrables venues des quatre coins de la Terre envahiront « le camp des saints et la Ville bien-aimée.

    Jean Raspail

    Le 17 février 2001, un cargo vétuste s’échouait volontairement sur les rochers côtiers, non loin de Saint-Raphaël. À son bord, un millier d’immigrants kurdes, dont près de la moitié étaient des enfants. « Cette pointe rocheuse, écrit Jean Raspail au début de sa préface, faisait partie de mon paysage. Certes, ils n’étaient pas un million, ainsi que je les avais imaginés, à bord d’une armada hors d’âge, mais ils n’en avaient pas moins débarqué chez moi, en plein décor du Camp des saints, pour y jouer l’acte I. Le rapport radio de l’hélicoptère de la gendarmerie diffusé par l’AFP semble extrait, mot pour mot, des trois premiers paragraphes du livre. La presse souligna la coïncidence, laquelle apparut, à certains, et à moi, comme ne relevant pas du seul hasard.

    Jean Raspail

    Qu’est-ce que Big Other ? C’est le produit de la mauvaise conscience occidentale soigneusement entretenue, avec piqûres de rappel à la repentance pour nos fautes et nos crimes supposés – et de l’humanisme de l’altérité, cette sacralisation de l’Autre, particulièrement quand il s’oppose à notre culture et à nos traditions. Perversion de la charité chrétienne, Big Other a le monopole du Vrai et du Bien et ne tolère pas de voix discordante.

    Jean Raspail

    Ce qui m’a frappé, c’est le contraste entre les opinions exprimées à titre privé et celles tenues publiquement. Double langage et double conscience… À mes yeux, il n’y a pire lâcheté que celle devant la faiblesse, que la peur d’opposer la légitimité de la force à l’illégitimité de la violence.

    Jean Raspail

    Il est exceptionnel qu’un éditeur se mêle d’écrire dans le livre d’un de ses auteurs. Qu’il s’agisse d’une note, d’un avertissement ou d’une préface, la pratique est si rare qu’elle a échappé à l’œil pourtant exercé de Gérard Genette : le chapitre qu’il consacre à « L’instance préfacielle », dans son fameux inventaires des coquetteries paratextuelles (Seuils, Seuil, 1987), est muet à ce sujet. Or, si l’on a déjà lu des avant-propos visant à justifier la publication d’un livre sulfureux (Pierre Nora pour le Journal 1939-1945 de Pierre Drieu La Rochelle) ou à soutenir celle d’un livre émondé de ses pages les plus contestées (Claude Durand pour La campagne de France de Renaud Camus), on ne souvient pas avoir jamais vu d’éditeur prenant ses distances avec le livre qu’il publie. Faut-il que l’affaire soit délicate pour en arriver à un tel état d’exception.

    Pierre Assouline

    La véritable cible du roman, ce ne sont pas les hordes d’immigrants sauvages du tiers-monde, mais les élites, politiques, religieuses, médiatiques, intellectuelles, du pays qui, par lâcheté devant la faiblesse, trahissent leurs racines, leurs traditions et les valeurs de leur civilisation. En fourriers d’une apocalypse dont ils seront les premières victimes. Chantre des causes dé sespérées et des peuples en voie de disparition, comme son œuvre ultérieure en témoigne, Jean Raspail a, dans ce grand livre d’anticipation, incité non pas à la haine et à la discrimination, mais à la lucidité et au courage. Dans deux générations, on saura si la réalité avait imité la fiction.

    Bruno de Cessole

    La zemmourisation des esprits est en marche, et à grande échelle (…) C’est la réédition que s’arrachent les tenants d’une France menacée dans son identitépar un « raz de marée » de migrants. Pour une partie de la droite et de l’extrême droite, « Le camp des saints », de Jean Raspail, publié en 1973, est un livre prophétique, qui s’avère terriblement d’actualité. Le livre décrit en effet l’arrivée de 1 million d’immigrants, venant d’Inde, sur les côtes françaises. Ce qui annonce, selon l’auteur,« la fin du monde blanc ».

    Le Point
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684