eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Le projet de mosquée à Ground Zero est islamiste: les preuves (partie 1)

Posté le Mercredi 1 septembre 2010 par Sittingbull

http://www.islamisation.fr/

Exclusivité française-

Le média américain Big Peace a réalisé un remarquable travail d’investigation mettant en évidence que l’enseignement de la Charia sera la principale raison d’être du projet soutenu par la gauche américaine (New York Times, Newsweek, Parti démocrate…), par le biais d’islamistes notoires Iraniens, Pakistanais, Afghans, le tout avec la collaboration de l’International  Institute of islamic Thought (IIIT), institut notoirement lié aux Frères Musulmans dont les casseroles judiciaires ne manquent pas…et dont la présence en France n’a été dénoncée que par L’Observatoire de l’islamisation.

Extraits et décryptage :

« Nous avons trouvé des sites Internet cachés avec de l’information détaillée concernant le « Sharia Index Project » [projet de référenciel en Charia]de l’imâm de l’Institut Cordoba. Voici les anciennes versions du projet de l’institut (encore disponibles en PDF -première version ici, deuxième ) avant que l’imâm Rauf ne nettoie avec précaution le contenu dans une version policée plus présentable.

Le slogan de la première mouture du site : « Imaginez un état parfaitement islamique »

« Sans justifier directement le terrorisme islamique, l’imam Rauf (qui dirige l’institut Cordoba) n’en a pas moins déclaré, dans un entretien télévisé récent, que « le terrorisme ne pourrait prendre fin qu’à partir du moment où le monde occidental reconnaîtra tout le mal qu’il a fait au monde musulman ». Une mosquée tout près de Ground Zero serait vraisemblablement un lieu où les Occidentaux pourraient se rendre pour commencer à expier » Guy Millière- universitaire français enseignant aux Etats-Unis (source)

Plusieurs étapes ont servi à élaborer ce projet, présentées dans les premières versions du projet :

- Août 2006 : meeting de planification- Kuala Lumpur; Indonésie :

L’objet est d’étudier l’idée d’un index afin de mesurer le degré de Charia effectivement incorporé dans toutes les nations, et de préparer une feuille de route pour le projet. Les cinq premiers participants recrutés par l’imam Rauf sont membres des Frères Musulmans et conseillers en Charia pour des établissement financiers :

Professor Dr. Mahmood Ahmad Ghazi, Pakistan, (Chairman of the Shariah Board for the State Bank of Pakistan and former president of International Islamic University);

Professor Dr. Mohammad Hashim Kamali, Malaysia (Dean of the International Institute of Islamic Thought & Civilization and Former Interim Chairman, Constitutional Review Committee, Afghanistan);

Professor Dr. Tahir Mahmood, India (Founder/Chairman, Amity University Institute for Advanced Legal Studies, New Delhi, and former Dean of the Faculty of Law, Delhi University);

Dato’ Abdul Hamid Mohamad, Malaysia (Judge, Federal Court of Malaysia … Malaysian Supreme Court).

- Mai 2007 : Avant projet du référentiel de Charia :

Cinq autres « savants » se sont greffés au groupe de départ, comprenant des islamistes : un Turc, un Iranien, un Pakistanais et un Malaisien. Deux documents sont sortis de cette réunion : Les contenus essentiels de gouvernance par la Charia, une première ébauche du « Sharia Index » , ainsi que « soixante-quatorze principes de gouvernance musulmane issus de la loi islamique [charia] »

« En plus, le groupe a développé un Plan Stratégique pour le projet, avec les dates clés et la liste des tâches. A aussi été identifié une « short list » et une « long list » des savants-universitaires pour élaborer le support » (extrait de la première version du site du Cordoba Institute)

(Pour le contenu de toutes ces réunions préparatoires, se référer à l’article original très documenté)

- Août 2008: Publication finale des plans

La journaliste Anne Bayefsky a identifié le participant Iranien du « Sharia index Project » sur une photo du meeting de 2008, il s’agit de Mohammad Javad Larijani connu pour avoir justifié la torture des dissidents iraniens et les peines corporelles prévues par la Charia.

Novembre et décembre 2008 : lancement du projet avec l’IIIT, mouvement des Frères Musulmans.

- En novembre 2008, L’International Institute of islamic thought (IIIT) édite le livre de l’imam Rauf ( pilotant le projet de la mosquée du WTC) et organise son lancement. « “What is Right with Islam is what is Right for America » est le nom du livre. Présence du vice président de l’IIITJamal Barzinji – voir le PDF sauvergardé.

- Décembre 2009: l’imam Rauf rencontre les dirigeants de l’IIIT afin de discuter de la finalisation du « Sharia index Project », dans leur siège en Virginie.

L’institut est né en 1981 dans l’état de Pensylvannie, sous l’impulsion de hauts responsables des Frères Musulmans. Son fondateur Abdul Hamid Abu Sulayman, est un séoudien ayant obtenu 3 380 000 dollars de son royaume pour lancer cette institution ayant pour objectif affiché « l’islamisation des savoirs[1] », faisant office de réservoir d’idée et de centre de formation pour intellectuels  islamistes, afin de leurs inculquer les méthodes de camouflage en occident.

L’ IIIT a fait l’objet d’enquêtes approfondies, aussi bien par le FBI que par des spécialistes de l’islamisme, le mettant en cause dans le financement du djihad international. Le journaliste Sylvain Besson dresse dans son livre La Conquête de l’occident[2] un portrait accablant de l’institut :

« L’accusation de soutien au terrorisme se fonde sur les relations de l’IIIT avec deux institutions islamistes un peu particulières. En 1997, un directeur de l’IIIT a versé 325 000 dollars à la Fondation de la Terre sainte. Or, des enregistrements effectués secrètement par le FBI indiquent que celle-ci a servi de couverture financière au groupe palestinien Hamas (…) L’IIIT a également entretenu des rapports suivis avec un institut basé en Floride, l’Entreprise mondiale d’études islamiques, ou WISE selon son acronyme anglais. Dès 1990, l’IIIT lui a versé des dizaines de milliers de dollars, et son soutient financier s’est poursuivi jusqu’en 2001. Des documents saisis en 1995 au domicile d’un dirigeant du WISE, Sami al-Arian, suggèrent que cette organisation était un appendice de groupe armé palestinnien Jihad islamique. Ce fait était d’ailleurs expressément souligné lors des réunions de récolte de fonds organisées par al-Arian. En février 2003, celui-ci a été inculpé par la justice américaine de soutien au terrorisme. (…) L’analyste israélien Reuven Paz  a participé à l’enquête américaine visant Sami al-Arian et WISE. Il a eu accès à l’un des documents découverts au domicile du militant palestinien. Cette « Charte du centre pour les études, le renseignement et l’information » vise à espionner les Etats-Unis de l’intérieur et à apprendre aux militants du Jîhad comment se fondre dans une société non-musulmane en supprimant tout signe extérieur d’islamisme, à commencer par la barbe. (…) et conclu «  ce dont nous avons besoin, c’est de démanteler le système culturel de l’Ouest ». Dans des conférences organisées aux Etats-Unis, al-Arian martelait le même refrain en termes différents :

« Le Jihad est notre chemin. Victoire à l’islam. Mort à Israël. Révolution jusqu’à la victoire […] maudissons l’Amérique, maudissons Israël, maudissons leurs alliés jusqu’à la mort [3]»

Le directeur même de l’IIIT à l’époque, et membre fondateur, Taha Jaber al-Alwani, soutenait al-Arian moralement et financièrement ! Ancien enseignant à l’université Ibn Séoud à Ryad, figure majeure des Frères Musulmans en Occident, il a participé à la fondation du Conseil européen de la fatwa et de la recherche, structure liée étroitement à l’UOIF dont certains de ses dirigeants figurent dans l’organigramme.

Voir le contenu d’un livre de référence édité par l’IIIT en France afin de se faire une idée de sa radicalité. L’institut délivre des diplômes Licence-maîtrise-doctorat dans ses locaux de Saint-Ouen !

Ces dernières informations ont été revélée en exclusivité par l’Observatoire de l’islamisaiton en decembre 2007…sans provoquer d’indignation de la part de l’Etat Français, l’IIIT est toujours habilité à délivrer des diplômes officiels….

Observatoire de l’islamisation, Août 2010.

Le projet de mosquée à Ground Zero est islamiste: les preuves (partie 2)

Addendum : les enregistrements de l’imâm lors d’une conférence australienne en 2005 enfin disponibles.

Analyse des principaux extraits ici

Steve Emerson, président du Investivatige Project, est un expert reconnu du contre-terrorisme. Dans une entrevue à l’émission de radio animée par Bill Bennet, il a annoncé qu’il dévoilerait la semaine prochaine  le contenu explosif d’enregistrements de l’imam Rauf récemment découverts. Rauf est cet imam censément modéré  derrière le projet de mosquée de Ground Zero. Emerson s’en prend à juste titre aux médias et aux partisans de la mosquée de Ground Zero qui persistent à discréditer leurs contradicteurs en les accusant d’intolérance et d’islamophobie, alors que des informations fiables indiquent que ses promoteurs sont des extrémistes. Il est temps que tombe le masque de Rauf, ce faux modéré.

Le Investivative Project on Terrorism a établi une corrélation entre les foyers de terrorisme aux États-Unis et la présence de mosquées radicales (voir la carte sur leur site).  80 pour cent des mosquées aux États-Unis sont contrôlées par des wahhabites qui propagent un islam extrémiste.Steve Emerson sur Bill Bennett (extraits d’entrevue)

Steve Emerson a découvert 13 heures d’enregistrement audio de l’imam Rauf. Emerson et son équipe d’enquêteurs ont passé les quatre dernières semaines à les analyser. Rauf est un « religieux extrémiste radical, un loup en habit d’agneau ». Les déclarations suivantes de Rauf font partie du matériel qui sera dévoilé la semaine prochaine :

- Il défend le wahhabisme, une version puritaine de l’islam pratiquée en Arabie saoudite

- Il appelle à l’élimination d’Israël en plaidant pour un état d’une seule nation, ce qui signifie qu’il n’y aurait plus d’état juif

- Il justifie la violence de Ben Laden.

Les preuves démontrent que cet homme est beaucoup plus qu’un simple religieux.

Le public américain voit désormais la tromperie des groupes islamistes qui se disent contre la violence et le terrorisme et demandent le respect de leurs droits, tout en servant de façade aux Frères musulmans.

Emerson déclare que « les entités créées par Rauf au cours des dix dernières années, et qui sont reliées entre elles, sont assurément mêlées à des fraudes ».  Il en a discuté avec l’IRS (agence du revenu), qui a répondu : « c’est un dossier sérieux ».

Source : Bill Bennett radio via Atlasshrugs

(article original sur Poste de veille -média québecquois)

Sittingbull @ 10:55
Catégorie(s): Alerte Sharia!


Laisser un commentaire


11 réponses à “Le projet de mosquée à Ground Zero est islamiste: les preuves (partie 1)”

  • 11
    sphax:

    Sinon, le petit salami à la réponse à sa question dans l’article lui même.

  • 10
    Pip:

    Hmm… Faute de frappe (à l’insu de mon plein gré) :
    « vous n’avez pas l’air de savoir que les lieux saints juifs et chrétiens concernent les musulmans, dont la religion n’est qu’une étape ultérieure à judaïsme et christianisme, mais que l’inverse n’a aucun sens. »

  • 9
    sphax:

    « Je ne vois pas bien l’intérêt d’une telle vulgarité…  »

    Bah, on récolte ce qu’on sème, je vois aps pourquoi ils pourraient tout se permettre et pas moi. Et puis au moins, les islamistes servent de défouloir comme ça.

    « vous n’avez pas l’air de savoir que les lieux saints juifs et chrétiens concernent les musulmans, dont la région n’est qu’une étape ultérieure à judaïsme et christianisme, mais que l’inverse n’a aucun sens. »

    Rien compris…a part que vous n’êtes pas d’accord avec le fait que je souligne de deux poids deux mesures qu’appliquent les musulmans.
    Auquel cas je peut rien pour vous.

  • 8
    Pip:

    Je ne vois pas bien l’intérêt d’une telle vulgarité… mais bon, quoi qu’il en soit, Sphax, vous n’avez pas l’air de savoir que les lieux saints juifs et chrétiens concernent les musulmans, dont la région n’est qu’une étape ultérieure à judaïsme et christianisme, mais que l’inverse n’a aucun sens.

  • 7
    sphax:

    @sami le salami : Quand tu feras construire une église à la Mecque, on te prendra au sérieux mais en attendant, tu gardes tes jérémiades pour toi.

    Et retourne bien sucer la bite de ton imam pro terroriste.

  • 6
    sami:

    Quelle salade de conneries ! Tout ça pour une mosquée à 5 coins de rue du lieu, à côté d’un bar de danseuse.

  • 5
    Pip:

    Décidément, il y a des chaînes qui se perdent…

  • 4
    Le Canard Dechaine:

    Bizarrrrrreeeeeeeeeeeeeeee
    En 1940, les « Palestiniens » c’etaient les Juifs vivant en Palestine!!!!!
    Les Arabes vivant en Palestine ne ‘sappelaient pas encore « palestiniens » mais Syriens, Egyptiens, Libanais etc.. selon le pays d’ou ils venanient

  • 3
    Le Canard Dechaine:

    Du con t’as regarde la date? 1972 !!!! Un an avant la Guerre de Kippour – qui a prouve le contraire de ton copier-coller -
    Et, By The Way, ton prenom n’est pas israelien….. mais il pu le « voltaire.com »

  • 2
    amin:

    oups, l’habitude

  • 1
    ami:

    finalement, quelle importance …