eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Trop de renseignement tue le renseignement ? (2).

Posté le Samedi 2 janvier 2010 par sil

Obama-CIA-au-rapport-SIL

« Trop de renseignement tue le renseignement » sera aussi la seule excuse du président Obama car comme nous l’apprend Mark Hosenball (voir article ci-après), journaliste d’investigation à Newsweek, pour avoir été briffé trois jours avant Noël sur le risque terroriste, le président américain peut difficilement jouer les ravis de la crèche dans cette affaire de l’attentat de Noël. Il peut difficilement arguer de l’absence de communication entre les différents services impliqués dans la lutte antiterroriste sauf à admettre son incompétence en matière de coordination. Tout comme apparaît pour le moins décalé, pour ne pas dire abracadabrantesque, la communication gouvernementale qui suivit, mais aussi l’idée de s’en aller le plus loin possible de Washington (à Hawaï) alors que le pays risquait de traverser une situation de crise grave.

En effet, selon un haut responsable de l’administration Obama, s’est tenu le 22 décembre dernier à la Maison Blanche, une réunion où le président américain a été informé des imminents risques d’attentats. « Étaient présents à cette réunion les représentants des agences impliquées dans la politique et les opérations antiterroristes, y compris le procureur général Eric Holder, mais aussi la secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano, ainsi que le directeur du FBI Robert Mueller. La CIA et les directeurs nationaux des bureaux de renseignement étaient représentés par des chefs d’agence-adjoints : le sous-directeur de la CIA Steven Kappes, et David Gompert, le principal adjoint au national-tsar du renseignement Dennis Blair. Était également présent Michael Leiter, directeur du National Counter Terrorism Center, une unité du bureau du tsar du renseignement, qui a été créé après le 11 septembre afin de permettre que les renseignements sur de possibles complots terroristes puissent être partagés rapidement entre toutes les agences des États-Unis concernées. » Soit tout ce qu’il faut pour échanger au mieux du renseignement, non ?

Alors, si rien n’a à ce jour filtré sur ce qui a été dit exactement lors de cette réunion, et plus particulièrement si le cas du djihadiste nigérian ou si le sujet des camps d’Al-Qaida au Yémen, par où ce terroriste est passé, ont été abordés, une chose semble certaine. Depuis l’été dernier, le président Obama a ordonné une augmentation significative des opérations de renseignement sur le sol yéménite. Ce qui est trés bien. De même dans les semaines qui ont précédé les attaques de Noël, « plusieurs responsables américains ont affirmé aux journalistes de Newsweek, que le président Obama avait autorisé une expansion majeure en matière de renseignement, d’appui matériel et militaire au gouvernement du Yémen ; une escalade dont certains responsables reconnaissent qu’elle pourrait caractériser une nouvelle guerre secrète. » Ce qui est une autre histoire.

Petite conclusion à la Sil : dites-moi Monsieur le président, ce n’est pas joli joli de nous faire des cachotteries pareilles sur votre politique de renseignement. Surtout lorsque l’on se fait le chantre des échanges d’informations. J’attends à ce sujet votre rapport au sujet de tout ça sur mon bureau pour dans deux jours. Allez au travail…

OSSil 117 mis sur le coup par l’agent James Arabond

EXCLUSIVE: Obama Got Pre-Christmas Intelligence Briefing About Terror Threats to « Homeland ». Mark Hosenball. Newsweek.

President Barack Obama received a high-level briefing only three days before Christmas about possible holiday-period terrorist threats against the US, Newsweek has learned. The briefing was centered on a written report, produced by US intelligence agencies, entitled « Key Homeland Threats », a senior US official said.

The senior Administration official, who asked for anonymity when discussing sensitive information, said that nowhere in this document was there any mention of Yemen, whose Al-Qaeda affiliate is now believed to have been behind the unsuccessful Christmas Day attempt by Umar Farouk Abdulmutallab to bring down a transatlantic airliner with a bomb hidden in his underpants. However, the official declined to disclose any other information about the substance of the briefing, including what kind of specific warnings, if any, the President was given about possibly holiday attacks and whether Yemen came up during oral discussions.

According to the senior official, the holiday threat briefing, one in a series of regularly-scheduled sessions with top counter-terrorism officials, was held in the White House Situation Room on December 22. Present were representatives of agencies involved in counter-terrorism policy and operations, including Attorney General Eric Holder, Homeland Security Secretary Janet Napolitano and FBI Director Robert Mueller. The CIA and National Intelligence Directors Office were represented by deputy agency heads: CIA deputy director Steven Kappes, and David Gompert, the principal deputy to National Intelligence Czar Dennis Blair. Also present was Michael Leiter, director of the National Counter-terrorism Center, a unit of the Intelligence Czar’s office which was created after 9/11 to ensure that intelligence reporting about possible terrorist plots was shared quickly among all US agencies who might have some capability to do something about it.

The senior official said that beginning in early December, based on reports coming in from intelligence agencies, policy-makers had begun tracking a stream of information which alluded to a possible holiday-period plot against the US orchestrated from somewhere in Pakistan. However, the official said, this reporting later turned out to be « garbled » and it was determined that the threat probably was a washout. The official denied that the White House received any report, representing the concensus of US intelligence agencies, warning that a Holiday-period plot originating in Yemen and targeting the US homeland could be in the works.

In a background briefing for reporters on December 29, also attributed in an official White House transcript to a « senior administration official », that official asserted that in the wake of the attempted underpants attack, it had become clear to the President and top advisors that before Christmas, the US government was in posession of « bits and pieces » of information, which, if they had been properly knitted together, « could have…allowed us to disrupt the attack or certainly to know much more about the alleged attacker in such a way as to ensure that he was on, as the President suggested in his statement, a no-fly list. » In the briefing, the official identified three rough categories of information that the government had which could have been relevant to foiling the attack: information about Abdulmutallab and his plans, info about Al-Qaeda and their plans, and info « about potential attacks during the holiday period. »

Asked about what kind of intelligence reporting was circulated to senior officials about possibly holiday period attacks before the failed underpants attack, a US intelligence official, who also asked for anonymity, explained: « As everybody knows, terrorists often speak in coded language, especially when they think their communications might be intercepted. There was no clear discussion of an attack, on Christmas or any other time, in the Middle East or anywhere else. But as veiled as the message was, it was spotted, processed, analyzed, and presented to senior policymakers as a warning sign-however vague-of a holiday attack. While this was handled properly, there were, to put it mildly, virtually no details at all. That happens. » When Newsweek asked a senior Administration official about this characterization of a warning which was passed to White House policymakers, and whether it tracked what was presented at the December 22 Presidential briefing, the official would not comment.

Presidential aides are concerned that Obama will somehow be unfairly accused of dropping the ball on the fight against terrorist in Yemen — a country where, in fact, the evidence suggests Obama, as early as last summer, ordered a significant increase in US intelligence activity. In the weeks before the Christmas attacks, several US officials have told Newsweek, Obama authorized a major expansion in US intelligence, military and material support to Yemen’s government — an escalation which some officials acknowledge could be characterized as a new covert war. But Obama’s public and private actions in expanding counter-terrorism operations in Yemen may not help him avoid answering further questions about what intelligence agencies told him — and didn’t tell him — about possible threats to the US homeland in the days and weeks before the alleged underpants bomber boarded his Christmas Day flight from Amsterdam to Detroit.



Laisser un commentaire


30 réponses à “Trop de renseignement tue le renseignement ? (2).”

  • 30
    James:

    Un retour au 10 septembre.

    Et comme le dit Ted Koppel : ‘I would classify it as an absolute triumph for al-Qaeda’…

  • 29
    James:

    Même les commentaires – dans la version anglaise – sont moqueurs.

  • 28
    James:

    Etre thuriféraire à ce point, cela devient de la pathologie.

    Une analyse plus poussée des données montre que les sondés ont aujourd’hui une bien meilleure opinion du peuple américain, ce qui a largement contribué à l’amélioration du score final. Après la réélection de George W. Bush, les Etats-Unis avaient en effet commencé à enregistrer des scores de plus en plus faibles dans la catégorie politique étrangère, mais aussi dans celles du peuple, de la culture, et même (corrélation délicieusement absurde) celle du paysage.

    Tout a donc changé lorsque les Etats-Unis ont élu le «bon» président: le reste du monde semble aujourd’hui avoir absous le peuple américain de ses nombreux péchés… Même ses collines ondulantes et ses gratte-ciels semblent avoir retrouvé les bonnes grâces de la planète.

  • 27
    James:

    ça fait juste bien auprès de l’opinion, « ah oui, quel homme responsable, il couvre les erreurs de son administration, un type super »

    Dans le cas de Bush c’était l’inverse. Lorsqu’il reconnaissait ses erreurs :

    « Regardez ! Vous voyez ? il a menti et en plus de ça il le reconnaît le bougre ! »

  • 26
    Zoubor:

    incapacité des Etats-Unis à faire le lien entre des informations existantes.
    ——————————————————————————————————-
    Le problme n’est pas la!
    La racine du probleme c’est l’ideologie qui prisme et deforme la vision des faits et la realite….
    Et la base de cette ideologie reside ds le refus de reconnaitre l’etat de guerre ds lequel se trouve les USA et les democraties occidentales
    Tant que les dirigeants se mettrons la tete ds le sable, les infos peuvent passes au gres du vent rien n’y fera!
    Si Bambi prend sur lui la responsabilite – je me demande en quoi cette prise de responsabilites se manifest? en decapitant qlqs tetes qui n;ont pas fait leur boulot?

  • 25
    Letel:

    > notre Barakounet reconnait enfin ses responsabilités

    Bof, c’est plutôt de la démagogie, il se croit toujours en campagne. Ça ne coûte rien de « reconnaître sa responsabilité personnelle », ça fait juste bien auprès de l’opinion, « ah oui, quel homme responsable, il couvre les erreurs de son administration, un type super »…

  • 24
    James:

    On progresse, on progresse, notre Barakounet reconnait enfin ses responsabilités :

    Pas vraiment. Même avec les avertissements des Saoudiens, des Britanniques, Mr renseignement se la coule douce.

    Y a pas à dire, c’est une vrai bande de Pieds Nickelés.

  • 23
    James:

    Barack Obama a également annoncé des réformes du renseignement et de la sécurité dans les aéroports, soulignant que la tentative d’al-Qaida avait été facilitée par une incapacité des Etats-Unis à faire le lien entre des informations existantes.

    Pas sûr que cela suffise. Car comme on vient de l’annoncer :

    In an interview with USA Today, Obama National Security Adviser Gen. James Jones (Ret.) said that a report to be released this afternoon on intelligence failures leading up to the failed Christmas Day terrorist attack in Detroit will bring “a certain shock.”

    James Jones: Prepare to Be Shocked by Our Incompetence

    The Obama administration is warning that the nation will react with « a certain shock » when the president releases a report Thursday afternoon detailing the snafus and blunders that led to the near-bombing of a Detroit-bound Northwest Airlines flight on Christmas Day.

    Car dans toute cette histoire, que notre barakounet ait fait une erreur, passe encore. Mais on n’a pas cessé de nous répéter, à hue et à dia, que son prédécesseur avait en réalité essentiellement prospéré sur la peur des Américains.

    Maintenant que le pleurnichard est en charge – et suite à l’attentat manqué – la sécurité dans les transports, associée à une psychose mini-9/11, fait que le contrôle des passagers va désormais devenir un vrai calvaire.

    Je serais curieux de connaître le sentiment maintenant de ceux qui n’ont pas voulu voyager dans l’Amérique de Bush (sic) à cause de tout cela.

    Je prépare un billet sur ce sujet justement.

  • 22
    sil:

    On progresse, on progresse, notre Barakounet reconnait enfin ses responsabilités :

    Attentat raté : Obama « responsable » AFP 07/01/2010

    « Quand le système échoue, je suis responsable », a affirmé ce soir le président américain Barack Obama, deux semaines après une tentative d’al-Qaida de faire sauter un avion de ligne le jour de Noël. Barack Obama a également annoncé des réformes du renseignement et de la sécurité dans les aéroports, soulignant que la tentative d’al-Qaida avait été facilitée par une incapacité des Etats-Unis à faire le lien entre des informations existantes.

  • 21
    James:

    Après les Saoudiens, ce sont les Britanniques.

    Attention, on va se marrer…

    Je n’en doute pas une seconde. Et on va probablement rire jaune.

  • 20
    sil:

    A’y’est, je crois que j’ai trouvé un angle d’attaque bien tourdu et parano pour vous concocter sous peu un petit billet « reopen vol253 ». Le ton se voudra cette fois-ci sérieux car j’espère non seulement ouvrir une usine à pigeons mais aussi détrôner Titi Meyssan.

    Je le mettrais quand même dans la catégorie « la connerie humaine est sans limite » tout en pariant que nos pigeons ne s’en rendront pas compte. Attention, on va se marrer…

  • 19
    James:

    President Obama doesn’t need an investigation to figure out how Umar Farouk Abdulmutallab got on a Detroit-bound plane.

  • 18
    dror:

    jihadists have cells all over the world; they blow up trains in London, nightclubs in Bali, and airplanes over Detroit (if they can); and they are openly pledged to wage war on America.

    LOL ce mec est trop.

  • 17
    jc durbant:

    Krauthammer lui aussi (mais chez lui, c’est habituel) pète la forme:

    Extraits:

    “Yesterday, Dec. 7, 1941 — a date which will live in infamy — Japanese naval and air force suspects allegedly bombed Pearl Harbor.”

    The attacker’s concerned father had warned U.S. authorities about his son’s jihadist tendencies. The would-be bomber paid cash and checked no luggage on a transoceanic flight. He was nonetheless allowed to fly, and would have killed 288 people in the air alone, save for a faulty detonator and quick actions by a few passengers.

    Obama reassured the nation that this “suspect” had been charged. Reassurance? The president should be saying: We have captured an enemy combatant — an illegal combatant under the laws of war: no uniform, direct attack on civilians — and now to prevent future attacks, he is being interrogated regarding information he may have about al-Qaeda in Yemen.

    Instead, Abdulmutallab is dispatched to some Detroit-area jail and immediately lawyered up. At which point — surprise! — he stops talking.

    This absurdity renders hollow Obama’s declaration that “we will not rest until we find all who were involved.” Once we’ve given Abdulmutallab the right to remain silent, we have gratuitously forfeited our right to find out from him precisely who else was involved, namely those who trained, instructed, armed, and sent him.

    This is all quite mad even in Obama’s terms. He sends 30,000 troops to fight terror overseas, yet if any terrorists come to attack us here, they are magically transformed from enemy into defendant.

    The logic is perverse. If we find Abdulmutallab in an al-Qaeda training camp in Yemen, where he is merely preparing for a terror attack, we snuff him out with a Predator — no judge, no jury, no qualms. But if we catch him in the United States in the very act of mass murder, he instantly acquires protection not just from execution by drone but even from interrogation.

    The president said that this incident highlights “the nature of those who threaten our homeland.” But the president is constantly denying the nature of those who threaten our homeland. On Tuesday, he referred five times to Abdulmutallab (and his terrorist ilk) as “extremist(s).”

    A man who shoots abortion doctors is an extremist. An eco-fanatic who torches logging sites is an extremist. Abdulmutallab is not one of these. He is a jihadist. And unlike the guys who shoot abortion doctors, jihadists have cells all over the world; they blow up trains in London, nightclubs in Bali, and airplanes over Detroit (if they can); and they are openly pledged to wage war on America.

    Any government can through laxity let someone slip through the cracks. But a government that refuses to admit that we are at war, indeed, refuses even to name the enemy — jihadist is a word banished from the Obama lexicon — turns laxity into a governing philosophy. »

  • 16
    jc durbant:

    VDH veut rester positif et parie lui sur une amélioration du BHO show, ne serait-ce que pour sauver sa peau politique: faut dire qu’il est tombé si bas qu’il peut que remonter !

    « VDH predicts that things will get better in 2010 as Obama makes changes to save his political career. »

  • 15
    Balagan:

    Non, c’est le White Power…..

    Ca peut etre un ratage dramatique du Black Power de BHO.

  • 14
    Balagan:

    Ce qui est bizarre c’est que BHO ecoute les saoudiens lorsqu’il s’agit de detruire l’occident mais jamais quand il s’agit de terrorisme.

  • 13
    sil:

    En même temps si tu na vas pas à la réalité, la réalité viendra à toi. Mais ça va faire mal, trés mal. Si même les Saoud donnent des conseils (non suivis en plus), c’est que ça va faire trés trés mal.

    Esperons que pas trop quand même, dans l’interet des innocents…

  • 12
    James:

    On croit que l’on a tout lu au sujet du vol 253. Et pourtant. Voilà encore un scoop.

    Comme l’a dit Sil : Catastrophes à court terme en perspective…

  • 11
    Balagan:

    Et si c’etait mercator qui avait ourdi ce complot? Ce serait bien dans ses sales manieres.

  • 10
    sil:

    on ne peut (malheureusement ) pas mettre tout sur le dos d’Obama.

    Tiens, je crois que je vais essayer juste histoire de rigoler. Je suis, et la Corée du nord aussi, à court de terrines de pigeon. Facile en plus. Attention au futur « reopen vol 253″.

  • 9
    Zoubor:

    Obama : « Mouais, la piste d’AQ me semble plausible
    ——————————————————————————————————-
    Non, c’est le White Power…..

  • 8
    michael:

    En effet. Mais c’est juste la disparité de traitement qui nous agace.
    ++++++++++=
    Bien d’accord avec vous ! La vengeance est un plat qui se mange froid ……..Faut assumer les saloperies de ses czars de la comm …..

  • 7
    Balagan:

    Obama : « Mouais, la piste d’AQ me semble plausible

    Il a raison, les pistes presbyterriennes ou unitariennes sont beaucoup plus credibles.

  • 6
    James:

    Obama : « Mouais, la piste d’AQ me semble plausible« .

  • 5
    Balagan:

    A Somali man wielding an ax and a knife was shot by police as he attempted to kill an artist who drew a cartoon depicting the Prophet Muhammad that sparked outrage in the Muslim world, the head of Denmark’s intelligence agency said Saturday.
    http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1262339371357&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull

  • 4
    James:

    Tout vient à point à qui sait attendre.

  • 3
    James:

    Oui, mais bon, on ne peut (malheureusement ) pas mettre tout sur le dos d’Obama.

    En effet. Mais c’est juste la disparité de traitement qui nous agace.

  • 2
    Sittingbull:

    Oui, mais bon, on ne peut (malheureusement :) ) pas mettre tout sur le dos d’Obama.

  • 1
    sil:

    Euh, à l’adresse de notre Mercator qui doit essayer pour la énième fois de mettre le feu à son caleçon à travers son jean, et de nos autres conspiranoiaques, la réunion du 22 décembre n’a pas servi à ourdir le projet d’attentat. Précisons, on ne sait jamais.