eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

« Ce dont Bush a hérité, et ce qu’il a laissé derrière lui » par Victor Davis Hanson

Posté le lundi 16 novembre 2009 par sil

thank-you-George-Bush
George W. Bush a hérité d’une récession. Il a également hérité de zones d’exclusion aériennes en Irak, d’un Moyen-Orient en ébullition après l’échec du rush clintonien de dernière minute pour une paix imposée, d’une communauté du renseignement attachée à la notion de prolifération des armes de destruction massive de Saddam Hussein, d’un Congrès soutenant le changement de régime en Irak, d’un programme d’armes de destruction massive en Libye, d’une occupation syrienne du Liban, d’un Osama bin Laden aux mains libres dans un Afghanistan contrôlé par les Talibans, d’un Pakistan renégat, nucléarisé et exportateur de cette technologie par le biais du Dr Khan, et une politique d’apaisement de l’islam radical après des attaques en série (sur le World Trade Center, les tours de Khobar, les ambassades des États-Unis, et l’USS Cole).

En d’autres termes, Bush a hérité de problèmes auxquels se trouvent confrontés la plupart des présidents quand ils entrent en fonction. Ce qui est étrange est que Obama a mis en place un récit où il aurait, de façon inédite, hérité d’un effroyable gâchis.

Enfin tout de même, l’équipe d’Obama pourrait au moins reconnaître qu’en Janvier 2009, l’Irak était en grande partie calme, la Libye était libre d’ADM, la Syrie sortie du Liban, la plupart des dirigeants d’al-Qaïda défaits ou réduits à la clandestinité, qu’un protocole de sécurité était en place pour faire face aux complots terroristes domestiques, que les gouvernements européens entretenaient des liens plus amicaux avec les États-Unis (contrairement au cours des années Chirac-Schröder), et que les États-Unis jouissaient de bonnes relations avec un tiers de la planète, Chine et Inde inclues.

De plus, le fait que nous étions de plus en plus détestés dans les années Bush, par Ahmadinejad, Assad, Castro, Chavez, Kim Jong Il, Morales, Ortega, et Poutine, rétrospectivement, semble logique, tout comme le réchauffement en cours de leurs sentiments envers les États-Unis s’avère alarmant, étant donné le caractère répugnant de ces potentats.

En définitive : la deuxième année d’Obama en tant que président s’amorce, et il est grand temps d’avancer tout en laissant les historiens juger les années Bush.(source Traduction par eXc)



Laisser un commentaire


5 réponses à “« Ce dont Bush a hérité, et ce qu’il a laissé derrière lui » par Victor Davis Hanson”

  • 5
    Letel:

    Pardon, erreur de fil.

  • 4
    Letel:

    Professeur d’allemand dans un lycée de Sion, une petite ville francophone, musicien, écrivain et politicien, Oskar Freysinger est le porte-drapeau des anti-minarets et le symbole d’un discours ouvertement radical sur l’islam. Coiffé d’une queue de cheval, habillé souvent d’une chemise indienne et roulant dans une voiture hors d’âge avec un autocollant «Free Tibet» collé à l’arrière, l’homme ressemble plus aux clichés de l’altermondialisme qu’à ceux de l’extrême droite. Son franc-parler, ses poèmes et ses chansons, abondamment commentés sur internet, lui ont valu le feu des critiques et une place de choix aux « Bouffons de la Confédération », l’équivalent suisse des « Guignols de l’info ». Mais, après ses nombreuses interventions hautes en couleur avec le gratin de la classe politique, même les plus chevronnés ne se risquent plus à le sous-estimer. Et son affrontement avec Tariq Ramadan sur la question des minarets, en mars 2009, en direct à la Télévision Suisse Romande, est resté dans les annales.

  • 3
    MERCATOR:

    Bush adminstration could’ve captured terrorist Osama Bin Laden in December 2001: Senate report

    BY Tina Moore
    DAILY NEWS STAFF WRITER

    Sunday, November 29th 2009, 4:00 AM
    A new Senate report says Osama Bin Laden was within military reach in December 2001, when the terrorist was at his most vulnerable point.
    A new Senate report says Osama Bin Laden was within military reach in December 2001, when the terrorist was at his most vulnerable point.
    Related News

    * Articles
    * Bush keeps quiet on criticisms of Obama

    Osama Bin Laden was within military reach when the Bush administration allowed him to disappear into the mountains of Afghanistan rather than pursue him with a massive military force, a new Senate report says.

    The report asserts that the failure to get the terrorist leader when he was at his most vulnerable in December 2001 – three months after the 9/11 attacks – led to today’s reinvigorated insurgency in Afghanistan.

    Sen. John Kerry, Massachusetts senator and 2004 Democratic presidential candidate, requested the report, which came as President Obama prepares to send as many as 30,000 more troops to Afghanistan.

    Kerry has long argued the Bush administration botched an opportunity to capture the Al Qaeda leader and his top deputies when they were holed up in the forbidding mountainous area of Tora Bora.

    The report calls then-Defense Secretary Donald Rumsfeld and Gen. Tommy Franks, the top military commander at the time, to the carpet and asserts the U.S. had the means to mount a rapid assault on Bin Laden with several thousand troops.

    Instead, fewer than 100 commandoes, working with Afghan militias, tried to capitalize on air strikes and track down the ragged band of terrorists.

    At the time, Rumsfeld expressed concern over the backlash that could be created by a large U.S. troop presence, and he and others said evidence of Bin Laden’s location was inconclusive.

    « The vast array of American military power, from sniper teams to the most mobile divisions of the Marine Corps and the Army, was kept on the sidelines, » the report states.

    On or about Dec. 16, 2001, Bin Laden and bodyguards « walked unmolested out of Tora Bora and disappeared into Pakistan’s unregulated tribal area, » where he is still believed to be, the report says.With News Wire Services

  • 2
    Letel:

    Excellent. L’image du déficit est pas mal, dans les commentaires, avec Bush et Obama. A reprendre. OK, Sil ?

  • 1
    michael:

    http://www.thepeoplescube.com/red/viewtopic.php?t=4349
    +++++++++++
    Le clou dans le cercueil……..
















  • Notice: Undefined property: wpdb::$is_admin in /home3/baraka/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 684