eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Guerre d’Obama: L’histoire est décidément cruelle (Fouad Ajami’s unequalled appreciation of historical irony)

Posté le Dimanche 25 octobre 2009 par jc durbant

L’histoire est décidément bien cruelle …

Quand le Naïf en chef découvre à son tour que “la guerre est hélas une activité humaine qu’on ne peut pas faire à moitié”…

Quand après s’être fait élire contre la guerre à présent gagnée de son prédécesseur, le fraichement nobélisé nouvel espoir noir du monde se voit plus que jamais empêtré dans sa propre guerre et contraint d’y ordonner les mêmes renforts victorieux qu’il avaient tant fustigés pour l’Irak …

Et quand, suprême ironie, Mr. Cool himself se voit emporté dans sa propre guerre avec la presse …

Retour, avec l’historien militaire américain Victor Davis Hanson et le recul des trois années passées, sur l’un des meilleurs livres-bilan, par le célèbre politologue libano-américain Fouad Ajami, de la tant vilipendée guerre de Bush.

Et notamment sur la série d’ironies qu’il met à jour.

Comme le fait que par la simple élimination d’un Saddam, Bush ait réussi à contraindre l’ensemble du Monde arabe à un règlement de comptes général qu’il refusait jusqu’alors.

Ou que c’est par sa véhémence même qu’a finalement été vaincue et humiliée sur son propre terrain l’insurrection irakienneque tant de commentaeturs voyaient sans fin.

Ou encore que les mollahs que tous les observateurs voyaient alors gagnants aient déjà commencé, comme on déjà pu le voir cet été, à maudire le jour où leurs cousins shiites d’Irak ont été libérés par les Américains.

Ou enfin, ironie des ironies, que ce soit un membre de l’establishment pétrolier américain, lui-même fils d’un président qui en 1991 avait appelé les Chiites irakiens à l’insurrection pour finalement les abandonner à leur sort, qui ait transformé le puissant pouvoir de déstabilisation du Moyen-Orient que représentait l’Irak en septembre 2003 en un puissant pouvoir d’inspiration pour la région entière …



Laisser un commentaire


6 réponses à “Guerre d’Obama: L’histoire est décidément cruelle (Fouad Ajami’s unequalled appreciation of historical irony)”

  • 6
    Dror:

    Obama a désormais le sang sur les mains, celui des civils abandonnés à leur sort par sa décision précipitée de retirer les troupes des villes en avance sur le calendrier.
    Comme en 93, quand Clinton a abandonné la Somalie….

    Comique.

  • 5
    James:

    http://noiri.blogspot.com/2009/10/nobody-remembers-obama-at-columbia.html

    « Fox News contacted 400 Columbia University students from the period when Obama claims to have been there, but none remembered him.

    Wayne Allyn Root was, like Obama, a political science major at Columbia who also graduated in 1983. In 2008, Root says of Obama, « I don’t know a single person at Columbia that knew him, and they all know me.

    I don’t have a classmate who ever knew Barack Obama at Columbia. Ever! Nobody recalls him. I’m not exaggerating, I’m not kidding. »

    Root adds that he was also, like Obama, « Class of ’83 political science, pre-law » and says, « You don’t get more exact or closer than that. Never met him in my life, don’t know anyone who ever met him.

    At the class reunion, our 20th reunion five years ago, who was asked to be the speaker of the class? Me.

    No one ever heard of Barack! And five years ago, nobody even knew who he was. The guy who writes the class notes, who’s kind of the, as we say in New York, the macha who knows everybody, has yet to find a person, a human who ever met him. Is that not strange?

    It’s very strange. » Obama’s photograph does not appear in the school’s yearbook and Obama consistently declines requests to talk about his years at Columbia, provide school records, or provide the name of any former classmates or friends while at Columbia. »

  • 4
    david:

    Obama a désormais le sang sur les mains, celui des civils abandonnés à leur sort par sa décision précipitée de retirer les troupes des villes en avance sur le calendrier.

    Comme en 93, quand Clinton a abandonné la Somalie….

  • 3
    James:

    Bambi a recu un message des ennemis aujourd’hui a Bagdad -plus d’une centaine de morts et qlqs 500 blesses ….

    Et encore, ce n’est qu’une modeste mise en bouche. L’entrée arrivera bientôt.

  • 2
    Zoubor:

    Bambi a recu un message des ennemis aujourd’hui a Bagdad -plus d’une centaine de morts et qlqs 500 blesses ….

  • 1
    jc durbant:

    Morceaux choisis:

    « Comme dictature, l’Irak avait un fort pouvoir de déstabilisation du Moyen-Orient. Comme démocratie, il aura un fort pouvoir d’inspiration pour le Moyen-Orient. »

    George Bush (September 2003)

    « Quand vous pilotez, vous devez le faire en fonction de l’endroit où vous vous trouvez, pas de celui où vous auriez aimé vous trouver ! (…) Une stratégie qui ne vise pas à laisser derrière nous un Afghanistan stable est une stratégie à courte vue. »

    Général McChrystal (octobre 2009)

    « Ce qui caractérise pour l’essentiel Ajami n’est pas sa foi religieuse (s’il en a une au sens traditionnel) mais son appréciation sans égal de l’ironie historique – l’ironie , par exemple, dans le fait qu’en éliminant la simple figure de Saddam Hussein nous ayons brutalement contraint un Monde arabe qui ne s’y attendait pas à un règlement de comptes général; l’ironie que la véhémence même de l’insurrection irakienne puisse au bout du compte la vaincre et l’humilier sur son propre terrain et pourrait déjà avoir commencé à le faire; l’ironie que l’Iran chiite pourrait bien maudire le jour où ses cousins shiites en Irak ont été libérés par les Américains. Et ironie pour ironie, Ajami est clairement épaté qu’un membre de l’establishment pétrolier américain, lui-même fils d’un président qui en 1991 avait appelé les Chiites irakiens à l’insurrection contre un Saddam Hussein blessé pour finalement les laisser se faire massacrer, ait été amené à s’exclamer en septembre 2003: Comme dictature, l’Irak avait un fort pouvoir de déstabilisation du Moyen-Orient. Comme démocratie, il aura un fort pouvoir d’inspiration pour le Moyen-Orient. »

    Victor Davis Hanson