eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Iran: Elections, pièges à cons! (Recipe for a Potemkin election)

Posted on Vendredi 12 juin 2009

Nos soixante-huitards l’avaient rêvé, les mollahs nous l’ont fait!

(Lire la suite…)

La vie secrète des Premières Dames

Posted on Vendredi 12 juin 2009

carla1

Sittingbull @ 17:36
Filed under: Guligulis et glouglous
Flotus pas contente

Posted on Vendredi 12 juin 2009

Pas heureuse, FLOTUS

Concours : qu’est-ce qu’elle peut bien penser pour faire une tête pareille ?

Je compte sur Sil pour nous trouver le meilleur sous-titre, mais tout le monde peut participer !

lagrette @ 16:01
Filed under: Guligulis et glouglous
Europe&haines : il grêle des vers dans le jardin d’Eden.

Posted on Vendredi 12 juin 2009

jardin-eden
Ah çà, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Europe en tant que telle n’inspire plus vraiment la passion. À peine quelques velléités de crimes passionnels et encore. Et ce n’est pas le taux d’abstention qui me contredira. Même pas la manifestation d’un rejet, juste celui de l’indifférence. D’un autre coté, sans même parler des séquelles qui restent du mépris affiché par Bruxelles devant la parole des peuples exprimée lors des derniers referendums, ce n’est pas la campagne qui portait au retour du désir. Une campagne sans flirt, ni préliminaires ; pire encore, un truc d’éjaculateur précoce. On voudrait nous prendre à froid qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Alors que beaucoup se joue désormais à Bruxelles et que par conséquent une telle élection aurait mérité des mois de débats, nous avons eu droit encore une fois à une forme de déni de démocratie. Des professions de foi déposées la veille dans nos boîtes aux lettres ; des panneaux d’affichage que l’on a juste eu le temps de croiser ; mais aussi quelques maigres semaines de campagne, deux trois meetings et le même nombre de débats à peine relayés par le medias sauf quand ça saignait. On trouve la passion où on peut après tout.

Ah çà, pour saigner, il y a eu du saignement, et pas que lors du désormais célèbre débat Bayrou vs Cohn-Bendit. (Lire la suite…)