eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Sarkophobie: L’antiaméricanisme est grand et Kahn, Todd et Badiou sont ses prophètes (Anti-Americans of France, unite!)

Posté le Samedi 26 janvier 2008 par jc durbant

« Folie », « extrême-droitisme » (”à droite de Le Pen”), “pétainisme”, “cléricalisme rampant”, “apatride” …

« Ralliement », « alignement », « vassalisation », « chouchou de Bush » …

Retour, en couverture du Nouvel Obs de cette semaine et à la veille de toutes prochaines municipales, des imprécations de nos sarkophobes, français et, via une revue de presse sur mesure, étrangers.

Aidés, il est vrai, par l’aubaine d’une série plutôt calamiteuse de choix présidentiels (dont on a aussi parlé ici, notamment le retour, entre deux pantalonnades médiatiques, à la politique tyrannophile des gros contrats, sans parler des chiraqueries sur le rôle “civilisateur” de l’islam dans la capitale même de la théocratie saoudienne).

Mais avec surtout en point commun (surprise)… la dénonciation de l’américanolâtrie du président!

Autrement dit les bons vieux réflexes anti-américains qui nous avaient déjà donné, pendant la campagne et avec les résultats que l’on sait, la diabolisation de “Sarko l’américain” …



Laisser un commentaire


47 réponses à “Sarkophobie: L’antiaméricanisme est grand et Kahn, Todd et Badiou sont ses prophètes (Anti-Americans of France, unite!)”

  • 47
    madimaxi:

    De là, à trouver l’expression :

    – « Le Conseil (Der Rat) de rats (Die Ratte) »

    il ne reste plus qu’un pas.

  • 46
    Cataloun:

    A propos du livre de Badiou sur Sarkozy, et son recyclage de la parabole des rats, on peut se demander en suivant son exemple, si cette dénomination étrange n’est pas un effet de l’anticommunisme refoulé du notable de la rue d’Ulm. Rat est en effet la traduction allemande du russe « совет » (Soviet), comme l’atteste le nom de l’éphémère Bayerische Räterepublik, qui fut le dernier pays à déclarer la guerre à la Suisse, et l’usage du mot en DDR.

  • 45
    Letel:

    Badiou, le stalinien facho, mollement contesté par Raphaël Enthoven, l’ex de Carla Bruni.

  • 44
    Mateamargo:

    Allons, Letel, pour une fois qu’on s’amusait ! ;c)

  • 43
    Letel:

    >>> @Mercator
    >> comment expliquez-vous qu’ils ont réussi à se faire presque exterminer en Europe
    > Lamentable !! Tout simplement lamentable: vous insinuez, par ces propos débiles, que le but ultime des juifs était de se faire exterminer !! Cette simple phrase dévoile chez vous les arrières-pensées antisémites d’un esprit en voie de putréfaction.

    Mais, Dabbelby, suivez le débat, lisez les posts. Ce n’est pas Mercator qui a écrit cette partie là, mais Matéamargo. Et ce n’est pas du tout ce qu’il voulait dire.

  • 42
    Balagan:

    C’est justement leur intélligence qui a fait que l’allemagne nazie a vu en eux des gens dangereux, c’est cette même intelligence qui a fait que les juifs n’ont pas pu concevoir l’inconcevable, des gens moins intelligents auraient probablement suivi d’instinct animal de conservation seraient partis en masse quant il était encore temps, quant au fait de continuer à prier un dieu malgré la shoah, je laisse cela au domaine de la foi, pourquoi le dieu des chrétiens (cela doit etre le même) n’est il pas intervenu pour empêcher les bons catholiques bavarois membres des ss gardiens de camp de faire leur sinistre besogne? poser la question c’est déjà un peu y répondre, et si dieu n’existait pas?
    Les grands rêves de merdator:
    1) Ramener les juifs à son niveau de connerie en leur faisant croire que c’est parce qu’ils sont intelligents qu’ils ont été assassinés
    2) Déjudaïser les juifs

    En attendant le « complot » juif se poursuit et au Canada en plus:
    http://argent.canoe.com/lca/chroniqueurs/nathalieelgrably/archives/2008/01/20080117-093434.html

  • 41
    Dabbelby:

    @Mercator
    comment expliquez-vous qu’ils ont réussi à se faire presque exterminer en Europe

    Lamentable !! Tout simplement lamentable: vous insinuez, par ces propos débiles, que le but ultime des juifs était de se faire exterminer !! Cette simple phrase dévoile chez vous les arrières-pensées antisémites d’un esprit en voie de putréfaction.

    des gens moins intelligents auraient probablement suivi d’instinct animal de conservation seraient partis en masse

    Votre veulerie rejoint ici votre ignorance de faits historiques connus de tous: il leur était très difficilen voire impossible de quitter l’Allemagne, car les pays censés les accueillir leur délivrait des visas au compte-goutte. Ils étaient pris dans une nasse. Pour mémoire, je vous rappelle l’épisode de ces bateaux chargés d’émigrants juifs, le Saint Louis, le Flandre et l’Orduna qui quittèrent Hambourg en 1939 pour rejoindre les amériques. Le Venezuela, Cuba et…les USA leur refusèrent le droit d’entrée. Ils durent retourner à Hambourg. L’odyssée du Saint Louis en particulier fit grand bruit: le périple du bateau entraîna une très grosse controverse aux États-Unis. À l’origine, le président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt montra une volonté modeste d’accueillir une partie des réfugiés, mais l’opposition véhémente du Secrétaire d’État, Cordell Hull et des démocrates du sud (certains allant jusqu’à le menacer de ne pas le soutenir à l’élection présidentielle de 1940), le firent renoncer. Le 4 juin 1939, Roosevelt ordonna d’interdire l’entrée au bateau qui attendait dans la mer des Caraïbes entre la Floride et Cuba. Il essaya d’entrer au Canada, mais une nouvelle fois fut refoulé. Le bateau repartit en direction de l’Allemagne. Que peut faire l’intelligence d’une minorité face à la lâcheté du plus grand nombre, je vous le demande ?

    pourquoi le dieu des chrétiens (cela doit etre le même) n’est il pas intervenu pour empêcher les bons catholiques bavarois membres des ss gardiens de camp de faire leur sinistre besogne?

    L’indigence de cette remarque rejoint la médiocrité des autres affirmations: si ce Dieu que vous décrivez de manière si puérile avait agi dans le sens que vous suggérez, seuls les imbéciles croiraient en Lui. Et vous en êtes un…

  • 40
    Mateamargo:

    « des gens moins intelligents auraient probablement suivi d’instinct animal de conservation seraient partis en masse  »

    Hmm… Normalement l’intelligence se définit par la capacité à s’adapter à des nouvelles situations dans le but de survivre et prospérer…

  • 39
    MERCATOR:

    Si les Juifs sont si intelligents, comment expliquez-vous qu’ils ont réussi à se faire presque exterminer en Europe il y a deux générations ? Ou qu’ils n’arrivent pas à en finir avec l’antisémitisme ? Ou à inventer une méthode de produire de lingerie n’ayant pas recours au pétrole qui enrichi leurs ennemis ? Ou qu’ils continuent de prier un Dieu qui a laissé qu’ils aillent au four femmes, vieux et enfants sans bouger le petit doigt ?

    C’est justement leur intélligence qui a fait que l’allemagne nazie a vu en eux des gens dangereux, c’est cette même intelligence qui a fait que les juifs n’ont pas pu concevoir l’inconcevable, des gens moins intelligents auraient probablement suivi d’instinct animal de conservation seraient partis en masse quant il était encore temps, quant au fait de continuer à prier un dieu malgré la shoah, je laisse cela au domaine de la foi, pourquoi le dieu des chrétiens (cela doit etre le même) n’est il pas intervenu pour empêcher les bons catholiques bavarois membres des ss gardiens de camp de faire leur sinistre besogne? poser la question c’est déjà un peu y répondre, et si dieu n’existait pas?

  • 38
    Mateamargo:

    « leur intelligence les distingue dans tous les domaines, science, art, culture »

    Si les Juifs sont si intelligents, comment expliquez-vous qu’ils ont réussi à se faire presque exterminer en Europe il y a deux générations ? Ou qu’ils n’arrivent pas à en finir avec l’antisémitisme ? Ou à inventer une méthode de produire de l’energie n’ayant pas recours au pétrole qui enrichi leurs ennemis ? Ou qu’ils continuent de prier un Dieu qui a laissé qu’ils aillent au four femmes, vieux et enfants sans bouger le petit doigt ?

  • 37
    Mateamargo:

    « il n’est donc pas étonnant qu’ils soient sur-représentés dans les médias et cette activité en étant pourrie par définition »

    Sacré Mercator… ;c)

    Le journalistes c’est vos Juifs, en quelque sorte…

  • 36
    MERCATOR:

    Qu’il y ait des juifs antisémites n’est pas spécialement étonnant, il y a pléthore de français qui dénigrent la France, cela se nomme tout simplement du masochisme,les juifs américains ( presque tous d’origine ashkénaze) sont dans leur très grande majorité démocrates, bien plus intelligents que les wasps,leur intelligence les distingue dans tous les domaines, science, art, culture, il n’est donc pas étonnant qu’ils soient sur-représentés dans les médias et cette activité en étant pourrie par définition, ce sont les plus pourris d’entre eux qui sont aux commandes ,seule une petite minorité bien influente, magouille avec la mafia yankee et les fondamentalistes chrétiens, complètement siphonné, d’ailleurs cette alliance bizarroïde contient en elle des germes inquiétants pour l’avenir de la communauté juive dans le futur.

  • 35
    Mateamargo:

    Peut-être que le « surnombre » de Juifs dans les médias américains explique la mauvaise qualité de la dite presse, contrairement à la presse française et du reste du monde… ;c) Cela explique aussi comment la presse américaine a tellement couru à l’aide de la politique de W au Moyen Orient…

  • 34
    Mateamargo:

    Rien à faire, les antisémites continuent à nous balancer l’argument « c’est les mêmes Juifs qui le disent » comme si les Juifs n’étient pas parmi les premiers à être antisémites. Voir ce fil

  • 33
    michael:

    Et Dukakis en son temps ! Question medias , la mouvance francaise a fait son choix ! Ce sera Obama et rien d’autre ! Il faudrait les prevenir de moderer la dithyrambie et les cocoricos . Le staff de Kerry se plaignait que chaque article dans la presse francaise a la gloire du patron , le « cousin a Lalonde » lui coutait un millier de voix a chaque fois …Rien n’y a fait .
    Alors pour Obama , on lui souhaite un sort meilleur ( personnellement , je lui trouve des qualites mais je crains que dans l’aquarium a piranhas dans lequel il evolue , il ait du mal a tenir la distance devant le squale femelle )
    Bref une perle en prime : » Un journaleux a FR2 qui souhaite a Obama une election « en raz de maree « comme pour son grand predecesseur …J.Kennedy !!!! Ce con n’a pas consulte ses archives ? Une election gagnee du bout des levres et probablement grace aux voix achetees a New York par le grand pere Kennedy et la Mafia locale ( il se pourrait que cette faveur et les actions anti mafias entreprises par les deux freres aient ete une des rootcauses de l’assassinat de John Kennedy ) ….

  • 32
    jc durbant:

    « les Juifs « aiment » le fait d’être surreprésentés dans les médias (…) « plus grand désastre de politique étrangère en près de 50 ans » …

    C’est vrai que ces juifs dans les medias américains ont, sur la vie politique et la politique étrangère américaines comme sur leur propre communauté (quand même…1% de la population totale!), une influence totalement disproportionnée:

    – 79% pour Gore en 2000
    – 76% pour Kerry en 2004

  • 31
    michael:

    l’article de Weiss reprend ici des themes subjectifs de  » psyche juive  » et du dialogue parfois maladif « juifs-israeliens  »
    Cela n’a finalement qu’une importance relative dans les realites politiques du M.O .
    Au fait , cela avait ete le sujet d’une « sortie » de G.Malbrunot a un diner semi officiel a Jerusalem sur le trop grand nombre de Juifs dans les medias ( il pensait a des quotas ? ) mais il s’est trouve l’excuse de la boisson ensuite …
    Quant a la phrase «  »réaction à Walt et Mearsheimer (qui, contrairement à ce que dit Goldberg, ne sont ni sectaires, ni ignorants, ni incendiaires ; ils se sont simplement lancés, sérieusement, dans l’analyse minutieuse du plus grand désastre de politique étrangère en près de 50 ans). » » il a evite la « catastrophe galactique  » d’un cheveu ! Quelle connerie ! Exactement ce qu’il critique dans le reste de l’article ! Il a oublie le phenomene bien connu du monde des medias et de l’edition : »Jews make News  » et sous entendu des tirages consequents ( Il n’y a qu’a voir la production de navets en France sur le sujet et dont la seule raison semble de requinquer le PEP des auteurs ( juifs ou non , d’ailleurs ….)

  • 30
    michael:

    L’anti-américanisme français parait bien gentil à coté des insultes, voire des appels au meurtre que l’on peut trouver sur ces sites. »
    ==================
    Mais on attend impatiemment les details de cette affirmation qui renifle tellement son petit parfum de « Humanite » ou « Lettres francaises » si renommees au cours des generations pour la fiabilite de leurs ecrits ! Alors , 3 ou 4 URLs de ces sites avec le certificat de classification « extreme-droite » etabli par un organisme agree ( C’est pas qu’on aie pas confiance dans vos « d
    statements » mais on connait votre propension a definir comme « fachiste et extreme droite  » tout ce qui defrisait la moustache de Uncle Joe , votre mascotte pendant des decennies et son fan club dont vous fites partie ( ?? toujours fidele? ) Ah et egalement des donnees verifiables , style « Body Count » sur le nombre de Francais directement victimes de ce triste tableau que vous nous dressez ( stats mensuelles , annuelles , trends , notice necrologique individuelle detaillee pour chaque victime , ( Ya ani eleugie , AFP style …..) Allez on vous retient pas, Margotte ! La tache est certes consequente mais sacree ! Au boulot et pas du travail gache comme les blagues « Ridgway – La-Peste » ( C’etait pas « ad hominem  » ce coup -la ? M’avait semble …

  • 29
    Balagan:

    Sur le “squattage” de l’Elysée, c’est juste un raccourci, pour rappeler cette élection particulière avec plus de 80 % des voix, du jamais vu dans une démocratie
    Abu Shiraq était non seulement un squatter à cause de son élection mais aussi car il n’a strictement rien fait pendant sa présidence à part financer les magouilles de ses amis, intriguer pour ne pas être emprisonné et mis en oeuvre une idéologie ridicule.

    Bref, il n’a pas payé le loyer dû aux Français: diriger efficacement la France et l’empêcher de sombrer. Comme, il a fait tout le contraire, il est même pire qu’un squatter car en plus de ne pas payer le loyer, il a largement contribué à détruire la maison.

  • 28
    Balagan:

    Cher Balagan,
    je suis autant anti-sémite que Philipp Weiss, journaliste américain (et juif). Lisez-donc ce qui suit…

    Tu n’es qu’un sac à merde antisémite qui s’abrite derrière des cons pour essayer de rendre ton antisémitisme légitime.

  • 27
    Margotte:

    Cher Balagan,
    je suis autant anti-sémite que Philipp Weiss, journaliste américain (et juif). Lisez-donc ce qui suit…

    Les Juifs américains ne peuvent pas mener une discussion sur le pouvoir juif à portée de voix des « Goyim
    publié le jeudi 24 janvier 2008

    Philipp Weiss

    Une table ronde avec des journalistes juifs débat de la place des juifs dans les médias américains : « Journalistes juifs, journalisme américain » .
    Au cours de ces deux prochains jours, j’écrirai à propos d’un événement qui a eu lieu au Yivo, l’Institut pour la Recherche Juive, il y a 16 mois, en septembre 2006, quand, à l’initiative Marty Peretz, membre du bureau du Yivo, un groupe de journalistes est monté sur scène pour discuter du thème : « Journalistes juifs, journalisme américain » ( ). Je suis retourné à cet événement ancien parce que Bill Kristol, le batteur de tambours de la guerre en Irak devenu récemment le nouvel éditorialiste du New York Times, était du nombre. Il avait des choses intéressantes à dire et j’y reviendrai.

    Mais je voudrais tout d’abord parler d’une déclaration remarquable, ou deux, ou trois, de J.J. Goldberg, l’estimable éditeur de Forward, à propos du pouvoir juif en Amérique. Le modérateur était David Margolick, de Vanity Fair, ancien reporter au New York Times. Les autres journalistes politiques invités étaient le rougeaud Kristol et Clyde Haberman du New York Times. Margolick a ouvert la table ronde en racontant comment, il y a quelques années, il avait demandé à un éditeur du Times d’être affecté au bureau de Jérusalem, et l’éditeur, un Juif, lui avait demandé s’il serait capable d’être « impartial ». Margolick avait été surpris, et plus tard s’était senti insulté par la question. Il paraissait encore toujours sous le coup de l’insulte.

    Pour ma part, je trouve la question parfaitement légitime et la surprise de Margolick était caractéristique du manque de réflexion lors de cette table ronde. En effet, plus tard, Margolick a lui-même dit que, pour Vanity Fair, il avait obtenu une interview d’Ariel Sharon essentiellement parce qu’il était juif, et qu’il avait même dû passer un test : « Je devais rendre visite à son meilleur ami, à New York, et lui faire savoir que j’étais un type haimisch [à l’aise, comme chez soi, en yiddish] ». Avec pour résultat, disait Margolick, qu’il s’était senti « redevable » à Sharon de lui avoir accordé cette interview (bien qu’en toute équité, Margolick ait aussi dit qu’il avait senti s’être mis à dos des membres du gouvernement israélien en écrivant à propos du Hamas sans formuler de jugement). Cette histoire justifie tout à fait la question de l’éditeur. Elle montre que des Juifs couvrant Israël ont un statut particulier – tout comme des Arabes couvrant la Palestine rencontreront des problèmes…

    Le reste de la table ronde se faisait fondamentalement l’écho de cette idée qu’il n’y avait aucun problème à l’importance numérique des journalistes juifs dans les médias couvrant les événements du Proche-Orient. Puis finalement, deux heures plus tard, quelqu’un dans le public a demandé ce qu’il en était du nombre disproportionné de Juifs dans les médias, si cela ne conférait pas de l’influence aux Juifs. Bien sûr, il y a des mythes antisémites, « mais il semble bien que nous ayons une grande influence sur le pouvoir. »

    …………………………………………………………………………………………….

    J.J. Goldberg s’est alors exprimé pour reconnaître, au fond, que c’était là l’éléphant au milieu de la pièce. Il a dit que la question de l’influence juive sur la politique proche-orientale était un « problème ». Ils sont quelques-uns au Proche-Orient – des centaines de millions – à le croire. « C’est ce qui circule au sein de l’intelligentsia européenne, et c’est en passe de devenir acceptable au sein de l’intelligentsia américaine, du monde académique et de la blogosphère. » ………………………………………………………………….

    Nous nous sommes dérobés à la discussion, a reconnu Goldberg, pendant que d’autres Américains parlaient « d’une manière ignorante et sectaire » de la question, « parce que nous ne savons pas comment en discuter… L’Amérique se trouve dans cette lutte mondiale en partie à cause de quelque chose qu’il se trouve que nous aimons [c.-à-d. Israël]. C’est embarrassant. C’est peut-être une bonne chose que le Forward ne soit diffusé qu’à 30 000 exemplaires et qu’ainsi nous puissions avoir une discussion ouverte et intelligente, sans que les Goyim… »

    Goldberg n’a pas achevé sa pensée. Il voulait dire : parlons-en sans que les Goyim ne prennent part à la discussion.

    Ces déclarations sont remarquables à plus d’un titre. Ceux qui connaissent Goldberg savent que c’est un mensch. Je suis en désaccord avec lui sur un grand nombre de questions, y compris son commentaire sur Walt et Mearsheimer, mais c’est un type réfléchi, qui ne manque pas de profondeur, et il le montre dans ces commentaires. Les autres journalistes politiques de cette table ronde étaient, eux, complaisants et satisfaits d’eux-mêmes. Goldberg était au supplice. Celui qui croit que la guerre en Irak et la claque juive – qui a, par ses hourras, contribué à fourrer l’Amérique dans le grand bourbier de Bagdad – n’ont pas déclenché une crise dans la conscience juive américaine, est en plein rêve. Je prédis que la guerre d’Irak sera aussi importante pour amorcer un tournant dans les attitudes juives que l’a été la guerre de 67.

    Mais l’autre point remarquable à propos des commentaires de Goldberg est qu’il pense que c’est une discussion que les Juifs peuvent avoir entre eux (et encore, pas tous : notez que les Juifs progressistes dans mon genre ne sont pas même invités à participer), hors de portée de voix des Goyim, mot yiddish de dérision pour désigner les Gentils. Mais ça, c’est non-américain. Les USA sont une démocratie. Les élites sont soumises à un contrôle et les journalistes prêtent leur concours à ce processus. Les lois Sunshine et les Prix Pulitzer et 60 Minutes tournent tous autour de cela. Considérer que l’influence juive est en quelque sorte exemptée de ce genre d’attention est… bon, ben je l’ai déjà dit.

    Je sais pourquoi Goldberg dit que les Juifs doivent avoir cette conversation entre eux. En toute sincérité, il a déclaré, au début de la conversation au Yivo, que les Juifs ne dorment pas la nuit, inquiets qu’ils sont de savoir si quelqu’un ne serait pas occupé à préparer des fours pour eux. Je sais que je ne suis pas suffisamment compatissant pour cet aspect de la psyché juive, sur ce blog, en grande partie parce qu’il m’a été inculqué durant toute ma jeunesse et qu’il s’est révélé une fausse représentation de la scène américaine pour les Juifs. Néanmoins ces peurs sont là, en particulier au sein du groupe privilégié plus âgé ; et Goldberg a dit que, bien qu’elles ne correspondaient pas à la réalité et bien qu’elles soient erronées, il lui fallait prendre ces peurs en considération lorsqu’il s’adressait à son public. Et quand il voit son propre compte-rendu concernant le pouvoir juif cité sur des sites Internet antisémites, ou dans le texte de Walt et Mearsheimer, « je me sens coupable et j’ai un mouvement de recul ». Un honnête homme.

    Clyde Haberman a en somme touché au même point lorsqu’il a dit que les Juifs « aiment » le fait d’être surreprésentés dans les médias, « mais n’aiment pas l’entendre dans la bouche de non Juifs, parce que cela sonne comme les théories des Protocoles des Sages de Sion… »

    Fascinant. Je pense que cela explique une large part de la réaction à Walt et Mearsheimer (qui, contrairement à ce que dit Goldberg, ne sont ni sectaires, ni ignorants, ni incendiaires ; ils se sont simplement lancés, sérieusement, dans l’analyse minutieuse du plus grand désastre de politique étrangère en près de 50 ans). Les non Juifs ne sont pas autorisés à parler de tout cela, parce que ce sont des nazis. Ainsi, aucune discussion n’a lieu et les Juifs tiennent à avoir cette discussion entre eux et à expédier W&M comme antisémites. Comme je l’ai dit, c’est non-américain. Les Juifs de ma génération d’après le génocide doivent avoir le courage de porter ce débat au sein du courant dominant. Il s’agit d’élitisme et d’influence, et les Américains ont eu ce genre de conversation depuis 200 ans maintenant, sans pogroms.

    Mondoweiss, 16 janvier 2008

    (Traduction de l’anglais : Michel Ghys)

  • 26
    Letel:

    Sur le « squattage » de l’Elysée, c’est juste un raccourci, pour rappeler cette élection particulière avec plus de 80 % des voix, du jamais vu dans une démocratie, parce que du tout cuit contre Le Pen. Tout le monde sait qu’il a été élu régulièrement, dans les formes, ne faites pas semblant qu’on puisse croire autre chose. Encore une fois il ne s’agit pas d’une attaque sur le fait qu’il ait des verrues, un grand nez, pas de cheveux, ou un truc du genre.

  • 25
    Letel:

    > donc il n’a pas plus “squatté” l’Elysée que ne le fait Sarko aujourd’hui

    La question n’est pas là. La question est qu’il ne s’agit pas d’une attaque sur le physique, vous y êtes ?

  • 24
    lagrette:

    Pourquoi diable irions nous sur les sites d’extreme-droite anti-americains ??? Je doute qu’ils aient une aussi forte audience que nos bons medias francais, et donc leur « anti-french » rethorique n’a pas la moindre influence sur l’Amerique qui d’une mainiere generale est loin d’etre omnibulee par la France.

  • 23
    sil:

    merci JC pour ce billet… nos esprits se rejoignent encore une fois puisque je m’apprêtais à faire etat de ma fatigue nerveuse face à mes petits camarades socialistes qui aprés le slogan « Sarko fasco », ayant fait pschiittt, ont trouvé un nouvel outil rethorique, celui de « fascisant ».

    Dés qu’une option politique de notre président est tout bonnement de droite et par conséquent non-marxiste, en matière d’immigration ou autre, les voila avec du « c’est fascisant à la commissure des lèvres.

    J’ai beau leur rappeler que NS est de droite et toute ce qui n’est pas socialiste n’est pas « fascisant » pour autant, comme tout ce qui n’est pas à droite n’est pas « marxisant », j’ai vraiment beaucoup de mal à leur faire entendre raison.

    Dur dur d’être un républicain de gauche… grosse fatigue même…

  • 22
    jc durbant:

    « Quant à l’élection “miracle” de Chirac: une chose est sure, il n’a absolument pas triché. Si les voix de gauche se sont bêtement éparpillées, ce n’est vraiment pas de sa faute’ …

    Effectivement, il n’a même pas eu besoin de tricher (pour son score soviétique ou africain au choix) tant ses adversaires étaient nuls et le système pourri.

    Ou plus exactement, il s’est contenté de mentir toute sa vie politique aux juges (notamment pour quelque 30 ans de marchés truqués, voyages et frais de bouche bidouillés, faux électeurs et emplois fictifs, valises de billets africains et barils de pétrole irakien) et d’arroser assez de parlementaires pour qu’ils n’osent pas voter sa destitution, sans parler de la loi d’irresponsabilité pénale qu’il s’est fait voter sur mesure par l’un des hommes de main de Mitterrand à la tête du Conseil constitutionnel.

    Mais, mea culpa, je reconnais que j’aurais dû écrire « Shiraq III » ou « shiraqueries » quand je parlais des pince-fesses tyrannophiles de notre actuel président, qui me semblent autrement plus graves que sa soi-disant petite taille ou les lieux de loisir où il emmène ses enfants …

  • 21
    Balagan:

    Cher Balagan, comme je vous reconnais bien là. Vous êtes, je dois dire le prince, que dis-je le roi, non l’Empereur, des insultes stupides et gratuites.
    Pourriez-vous utiliser votre intelligence juste une fois et ARGUMENTER vos propos ?

    Argumentons: tu es un déchet antisémite prouvé par tes posts et Chirak était un squatter car ce n’était qu’un fonctionnaire franchouille sans envergure qui pensait qu’être président ça se limitait à conquérir le pouvoir sans rien d’autre ou presque, à part bien entendu faire des discours basés sur l’idéologie franchouille antisioniste et anti-américaine.

  • 20
    Margotte:

    Cher Balagan, comme je vous reconnais bien là. Vous êtes, je dois dire le prince, que dis-je le roi, non l’Empereur, des insultes stupides et gratuites.
    Pourriez-vous utiliser votre intelligence juste une fois et ARGUMENTER vos propos ?

    #18 Letel:
    Les attaques sur le physique sont des procédés de type fasciste.
    Entièrement d’accord avec vous , Letel, et c’est bien la raison pour laquelle je n’y touche pas, ce qui n’est pas le cas de certains contributeurs d’eXc., hélas…

    Quant à l’élection « miracle » de Chirac: une chose est sure, il n’a absolument pas triché. Si les voix de gauche se sont bêtement éparpillées, ce n’est vraiment pas de sa faute; donc il n’a pas plus « squatté » l’Elysée que ne le fait Sarko aujourd’hui.
    Quant à sa politique arabe, parlons-en! Ici, à eXc pas mal d’entre vous croyaient dur comme fer que Sarko ferait enfin une politique étrangère basée sur les droits de l’homme… Encore une fois on peut se rendre compte que les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient, jamais ceux qui les font.
    Et comment allez-vous appeler Sarkozy, ce grand copains de Khadafy, du roi d’Arabie Saoudite et du gvt chinois? Sar-Kho-si ?

    Et quand même, j’aimerais savoir ce que les ténors d’eXc pensent des campagnes anti-françaises qui font rage sur les sites d’extrême-droite américains? L’anti-américanisme français parait bien gentil à coté des insultes, voire des appels au meurtre que l’on peut trouver sur ces sites.

  • 19
    Balagan:

    tandis qu’écrire systématiquement “Shirak” et l’appeler constammant le “sqatter de l’Elysée” alors qu’il fut tout autant régulièrement élu que Sarkozy relève bien de l’attaque “ad hominem”.
    Inexact, cela relève de l’attaque ad wormen et est donc légitime. Pareil pour la dénonciation des racailles antisémites dans ton genre qui relèvent de l’offensive ad sacamerdem.

  • 18
    Letel:

    Vous faites un amalgame, ce ne sont pas des attaques sur le physique, sur la personne, la taille, le nez, etc., ce n’est pas la même chose que « Shirak » (allusion à la politique arabe de Chirac, c’est lui qui a vendu la centrale nucléaire à Saddam, qui est allé lui serrer la pince à plusieurs reprises) ou « le squatter » (allusion à son élection miracle en 2002, grâce au hasard qui a malheureusement voulu que l’éparpillement de candidats de gauche a fait passer Jospin à la troisième place). Il n’y a là nulle part une attaque sur le physique de Chirac. Les attaques sur le physique sont des procédés de type fasciste. Même un plaisantin comme Besancenot n’y tombe pas.

  • 17
    Margotte:

    D’accord, Letel, ces messieurs (Todd, Kahn, Badiou) ont apparemment fait des vraies attaques « ad hominem » contre Sako à la radio ou ds des livres que je n’ai effectivement pas lus; mais vous avouerez que les exemples choisis par l’auteur des articles repérés par durbant ne sont pas du tout « ad hominem » mais relève de la critique normal d’un homme politique avec lequel on n’est pas d’accord, tandis qu’écrire systématiquement « Shirak » et l’appeler constammant le « sqatter de l’Elysée » alors qu’il fut tout autant régulièrement élu que Sarkozy relève bien de l’attaque « ad hominem ».

  • 16
    Letel:

    > Lors du procès, Arrington par le biais de son avocat

    Répondez plutôt sur ce que vous avez affirmé, à propos des attaques ad hominem de Badiou et Kahn.

  • 15
    Letel:

    Sur Badiou :
    C’est un stalinien qui a soutenu un régime de terreur, de famines et de massacres, le régime de Mao, pendant des années, et qui aujourd’hui ne renie rien de ce soutien. Un individu répugnant, qui outre cet appui au totalitarisme massacreur, s’est donné le ridicule d’essayer de faire empêcher la diffusion d’un film aussi anodin que la satire de Jean Yanne, « Les Chinois à Paris », parce qu’il se moquait du régime de Mao. Mdr, plus con et plus dogmatique, tu meurs.
    Badiou est partisan du communisme, mais ne dit pas comment il l’envisage, à part « un régime débarrassé de la recherche des intérêts personnels ». Mais est-ce qu’on peut imaginer un homme qui ne serait qu’altruiste, qui ne se préoccuperait pas de ses intérêts personnels ? Non, bien sûr, les hommes ne sont pas ainsi, ils cherchent avant tout à satisfaire leur intérêt, sinon l’homme n’aurait pas survécu jusque-là. Une société viable est une société qui tente d’utiliser cette caractéristique des hommes, en bâtissant des institutions qui ne cherchent pas à contrer cet aspect mais à l’utiliser pour le bien commun. C’est ce qu’on appelle la démocratie, les droits et les contrepouvoirs qui la définissent, mais Badiou est contre la démocratie. C’est ce qu’on appelle aussi l’économie de marché, où la recherche des intérêts personnels concourt, par la liberté économique et la décentralisation, à favoriser l’intérêt général (voir Mandeville, Hume, Smith, Mill, Hayek). Mais bien sûr Badiou est contre l’économie de marché, il est partisan d’une économie planifiée, avec toutes les horreurs et les échecs qui l’accompagnent.
    La recherche d’un homme nouveau aboutit à des utopies, des dérives, qui se sont traduites en massacres épouvantables (Khmers rouges, Corée du Nord, maoïsme, stalinisme) ou bien en répression et censure interminables (Cuba).
    Badiou fuit le débat en disant que la forme qu’a prise le communisme au XXe siècle, la collectivisation des moyens de production, la planification centralisée, n’est qu’une possibilité, qu’une variante du communisme. Il le fuit parce qu’il ne dit rien de la société à mettre en place. Ce n’est pas la peine de faire la révolution si on ne change pas les structures de la société. Tout ce qu’il dit, c’est que le communisme serait une société débarrassée des intérêts personnels, mais c’est juste un voeu pieux, une utopie, il ne dit rien des contours de cette société, de ses caractéristiques, de ses structures, ni comment on pourrait la mettre en place.

  • 14
    Margotte:

    Et puisque eXc est toujours extrêmement choqué par l’anti-américanisme des français, avec l’air de dire que nous serions les seuls à être aussi abominables avec un autre groupe humain, tandis que le reste de l’humanité (excepté les arabes, bien sûr) serait parfaitement gentil et courtois, voici la preuve que les américains ne valent pas mieux que nous et que ce petit jeu est une route à double sens…

    « La haine ordinaire anti-française aux États-Unis
    « C’est pas grave, tu as tué d’un coup un écolo, un homosexuel, un cycliste, et un Français. Tu mérites un défilé et une médaille. »
    C’est en ces termes que s’est exprimé l’ami intime (aujourd’hui inconnu) d’une femme reconnue coupable de la mort de Paul L’Ecuyer. Cet homme très modeste, cycliste engagé, d’une générosité hors pair, âgé de 45 ans fut renversé et tué le 1er décembre 2007 par une Melissa Arrington, intoxiquée et récidiviste en Arizona.

    Lors du procès, Arrington par le biais de son avocat, a insisté lourdement sur ses remords sincères, mais je juge ne fut nullement convaincu, notamment quand fut révélé le contenu de cette conversation téléphonique entre Arrington et un ami non identifié.

    Source : – MSNBC – Miquelon.org
    Ajout : L’enregistrement de la conversation »

  • 13
    Letel:

    > Une vraie “critique ad hominem” serait par exemple de se moquer de Sarko parce qu’il n’est pas très grand …

    C’est exactement ça, et chez Kahn, et chez Badiou.

  • 12
    Letel:

    > Vous n’êtes pas d’accord avec Kahn, Todd et Badiou, OK, alors montrez-nous en quoi leurs critiques sont fausses, mais vous n’utilisez pas le terme “critiques ad hominem” à tort et à travers.

    Sur Badiou, son livre en est plein, vous dites n’importe quoi. Tout le monde l’a dit, à commencer par le Monde qui a fait un article au vitriol sur son livre, s’attaquant à la taille de Sarkozy, entre autres attaques ad hominem. La conclusion de l’article était que « quiconque se laissait aller à de telles attaques se déshonorait ».

    Une vraie “critique ad hominem” serait par exemple de se moquer de Sarko parce qu’il n’est pas très grand …

  • 11
    Letel:

    > de Kahn ne sont pas “ad hominem” mais portent sur la façon qu’a Sarko de communiquer

    C’est faux, J.-F. Kahn à France Culture, quand on lui en faisait la remarque, a reconnu publiquement s’être laissé aller à de telles critiques, sur la personne. Des millions d’auditeurs l’ont entendu : « C’est vrai, je n’aurais pas dû faire ça ». Trop tard, il l’avait fait, c’est dans son bouquin, noir sur blanc.

  • 10
    Margotte:

    Voila que toute l’Europe -et même une grande partie du monde- est devenue sarkophobe!!! Quelle belle réussite pour le Nouvel Obs. qui a endoctriné tous ces journalistes étrangers sans avoir l’air d’y toucher! Y sont vraiment forts, ceux-là.

    Les critiques de l’étranger
    Sylvain Courage
    Le Nouvel Observateur
    Le 24 janvier 2008

    Angela Merkel déteste sa familiarité. Sa façon de vous attraper par le bras, de vous embrasser et de vous parler sous le nez. Mais l’aversion de la chancelière pour Sarko ne tient pas qu’à son comportement : elle lui reproche aussi sa politique «m’as-tu-vu», sa conception d’une Europe méditerranéenne qui pourrait miner l’Union, son opportunisme commercial… Ainsi à propos de Kadhafi, le «Zeit» écrit : «A l’inverse a Angela Merkel, Nicolas Sarkozy excelle à éviter les questions qui fâchent avec un hôte aussi bien argenté.» Surnommé «Monsieur Muscle» dans les gazettes d’outre-Rhin, Sarko est «Action Man» ou «Speedy» dans la presse britannique. Flatteur ? Pas vraiment. «II serait naïf d’attendre de lui une quelconque cohérence», assène un éditorialiste du très libéral «Financial Times». Tandis que le «Guardian», de gauche et sans illusions, s’interroge : «Comment expliquer son cursus placé sous le signe de l’esbroufe et de la félonie ?» Aux Etats-Unis, «Newsweek» doute : «Les gros titres disent que Sarkozy roule à un train d’enfer. Mais où va-t-ïl à cette vitesse ? On ne le sait pas.» L’image n’est guère meilleure en Espagne. «Sarkozy n’agit pas en vrai libéral mais en monarque d’un empire évanoui», tranche «la Vanguardia». Tandis que dans le monde arabe la presse déplore sa vassalisation à un président finissant : «Bush peut faire croire que son interventionnisme militaire n’a pas échoué puisque la France, son adversaire le plus déterminant, rentre au bercail», souligne «Al-Hayat», un quotidien saoudien basé à Londres. Et en Afrique ? Le quotidien sénégalais «Sud» résume le malaise : «Sarkozy est en mission coloniale à lui tout seul.» Joli dossier de presse !

    Et puis première nouvelle: M. jc durbant serait contre les « attaques ad hominem »! Ben ça alors !! Et dire que ça fait des années qu’il les pratique (Chirac et tout ce qui est à « gauche » de De Villiers en savent quelque chose…) De plus les critiques de Todd ou de Kahn ne sont pas « ad hominem » mais portent sur la façon qu’a Sarko de communiquer (ses discours):
     » Kahn stigmatise «l’abus, parfois hallucinant, du «je»». Todd a décrit «un président banalement agressif en tant qu’homme» à propos de son face-à-face avec les pêcheurs du Guilvinec. »
    Depuis quand critiquer les discours d’un chef d’Etat est-il « une attaque ad hominem »?

    « Kahn déplore «la formidable régression» que constitue à ses yeux l’«ultracentralisation de tous les pouvoirs autour d’un monarque omniprésent et omniscient, entouré de sa cour, quotidiennement adoubé par sa télé, qui tranche de tout, choisit en public ses favorites, etc.». Todd juge que le sarkozysme «fonctionne depuis l’origine sur la désignation de boucs émissaires», en particulier «les enfants d’immigrés». »

    Les critiques ci-dessus ne sont pas non plus des « critiques ad hominem », ce sont des critiques politiques. Vous n’êtes pas d’accord avec Kahn, Todd et Badiou, OK, alors montrez-nous en quoi leurs critiques sont fausses, mais vous n’utilisez pas le terme « critiques ad hominem » à tort et à travers.
    Une vraie « critique ad hominem » serait par exemple de se moquer de Sarko parce qu’il n’est pas très grand …

  • 9
    jc durbant:

    « l’attaque ad hominem plutôt que sur la politique » …

    Effectivement, tout sur l’homme, rien sur la politique ou les résultats.

    Résultats dont le souverainiste Dupont-Aignan a au moins le mérite de parler :

    «Les Français étaient prêts à accepter le «bling-bling» à condition de résultats. Aujourd’hui, ils ont le «bling-bling» sans les résultats »…

    Même s’il retombe très vite lui aussi dans l’ad hominem :

    « Quand est-ce que Nicolas Sarkozy arrêtera de jouer à la Game Boy pour devenir enfin un président ?»

    Quant à l’ex-journaliste d’Actuel et maitre-pasticheur Rambaud qui avait un temps férocement épinglé Mitterrand et sa cour, le voilà qui se met à l’invoquer:

    « Peu avant sa disparition, le roi Mitterrand avait dit : «Je suis le dernier. Après moi, il n’y aura que des comptables.» La prophétie s’accomplissait. Les chiffres avaient vaincu les mots, et les ministres allaient être notés. La Culture n’y échappait point : un cabinet de consultants en stratégie, Marx Brothers & Co, devait recenser le nombre des entrées gratuites dans les musées, la part de marché des films, le nombre d’heures de programmes culturels à la télévision, l’audience, le volume dépensé pour le patrimoine. Le nombre ! La quantité ! Il devenait indécent d’évoquer la qualité. »

  • 8
    Letel:

    > Joie mauvaise

    Joie mauvaise, c’est exactement ça. J’écoutais Rambaud l’autre jour à France Culture, c’est la méchanceté gratuite, la haine féroce, l’attaque ad hominem plutôt que sur la politique. Ce qu’il y derrière, chez ce gauchiste ou anarchiste dont j’ignore le parcours, vaut mieux pas trop aller voir, ça rappelle trop les années trente, quand on attaquait les hommes politiques sur leur physique, leur origine, leur nez ou leur taille, plus qu’autre chose. La décomposition morale qui affecte nos écrivains est effarante. Aucune dignité, aucune tenue, aucune rectitude, aucun principe, l’antisarkozysme de ce type est révélateur d’une gauche malade.

  • 7
    jc durbant:

    « Pourquoi mélanger la critique de Bush, lequel n’a plus guère la cote y compris auprès des Américains eux-mêmes, avec l’anti-américanisme ? »

    Faut demander à… Finkielkraut:

    « Quand on est président, on ne va pas à Disneyland, on fait semblant d’aimer le Louvre. »

    Ou à… Bayrou:

    « Le sarkozysme, c’est l’alignement de la France sur le modèle américain. Un modèle qui a trois traits principaux. Il est inégalitaire par principe. Il est matérialiste. Et sa démocratie est dévorée par la ‘com’. »

    Ou à l’auteur de l’article (Hervé Algalarrondo) qui conclut ainsi:

    « Pour le passionné d’histoire qu’est Bayrou, pour le féru de poésie qu’est Villepin, Sarkozy est d’abord un inculte, qui ignore tout de ce qui a façonné la France, à travers les siècles. Son culte de l’argent, son américanophilie en font pour eux une sorte d’apatride. »

    « inculte, « culte de l’argent », « américanophilie », « apatride » …

    Vous avez raison: peut-être ne faudrait-il pas se limiter à l’anti-américanisme …?

    Même si, parmi les imprécations de tous les envieux, petits marquis éconduits comme stals plus ou moins rentrés, il y a quand même cet extrait de Rambaud sur la « comtesse Bruni » qui, derrière sa psychanalyse de bazar et la joie mauvaise qui l’anime, n’est peut-être pas sans sa part de vérité:

    « Tous la considéraient, sauf son beau-père.
    – Il lui avait donné son nom et ne se souciait point d’elle ?
    – Jamais, voilà pourquoi elle devint modèle, pour qu’on l’admire.
    – Cela semble anodin.
    – Eh non ! L’âge des amours venu, elle se mit à collectionner les hommes comme d’autres des poupées ou des timbres; à chaque fois, elle s’empressait de les jeter au-dehors, à demi cassés, pour leur faire payer l’absence paternelle. Vous verrez : c’est le Diable ! Elle va ficeler Notre Précieux Leader, sans doute avec un enfant, vous verrez, avant de l’écraser aux yeux du monde comme les rock stars, les comédiens, tous les brillants qu’elle a consommés…» Patrick Rambaud (Chronique du règne de Nicolas Ier)

  • 6
    Letel:

    J’aime bien l’accent de Fillon, quand il parle anglais, et pourtant il a une femme anglaise ! Gorrdonne Braune… Samefing sims very rong wis fisse country. Mdr.

  • 5
    Letel:

    Ou celui de Rigoulot, ou bien celui de Roger. Vous comprendrez les ressorts et les racines de cette forme française de xénophobie.

  • 4
    Letel:

    > Si un président démocrate est élu, deviendrez-vous à votre tour anti-américain ?

    Bien sûr que non, j’étais très favorable à Clinton au contraire. Comme je le serai sans doute avec Hillary ou Obama. Par contre, en supposant qu’ils arrivent au pouvoir, vous entendrez le même concert antiaméricain en France. Ce n’est pas lié au président. Ouvrez les yeux. Lisez le bouquin de Revel, toujours d’actualité.

  • 3
    Letel:

    > Pourquoi mélanger la critique de Bush, lequel n’a plus guère la cote y compris auprès des Américains eux-mêmes, avec l’anti-américanisme ?

    Parce qu’il y avait exactement les mêmes critiques quand Clinton était au pouvoir. En 1999, lors de la guerre du Kosovo, on avait exactement le même déferlement antiaméricain que maintenant. Ce n’est pas conjoncturel, en France, mais structurel.

  • 2
    Damien:

    Pourquoi mélanger la critique de Bush, lequel n’a plus guère la cote y compris auprès des Américains eux-mêmes, avec l’anti-américanisme ?
    Dire que Poutine est un autocrate, est-ce être anti-russes? Les Chinois sont-ils a confondre avec leurs dirigeants dictateurs ?
    Pourquoi adopter la même rhétorique que les communistes qui qualifiaient d' »anti-soviétiques » les critiques envers les dirigeants ?
    Si un président démocrate est élu, deviendrez-vous à votre tour anti-américain ?

  • 1
    Letel:

    La même haine que suscite Bush. C’est du déjà vu. Ce qui est marrant, c’est qu’une crapule comme Badiou, un stalinien endurci, amateur de massacres de masse, ait tant de succès. Son livre utilise jusqu’à la corde les attaques sur le physique de Sarko, une méthode puante rappelant les pires dérives des années 1930, contre Blum ou Salengro. C’est cette ordure de Badiou qui traite Sarko de pétainiste, mdr, alors qu’il n’a eu de cesse de lécher les bottes pleines de sang des dictateurs, pourvu qu’ils soient communistes ou anti-US.