eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Un site sioniste francophone et fier de l’être

Posté le samedi 24 mars 2007 par Sittingbull

dyn006_small150_150_205_jpeg_2529454_cf9d7e708db2b09fcfbe5161511109f7.jpg

Sittingbull @ 19:22
Catégorie(s): Généralités etIsrael forever!


Laisser un commentaire


192 réponses à “Un site sioniste francophone et fier de l’être”

  • 42
    sil:

    J’éspere être comprehensible

    Je crois que même vous, entravez walou à ce que vous déblatérez. Une vraie piscine à gadoue que votre boite crânienne…

  • 41
    moi je ne reviendrais jamais sur ce site qui me dégoute:

    Sachez juste que tous se paye un jour. Et que plus on vole haut, plus dure sera la chute. Ces expressions n’existent pas pour rien, elles sont les conclusions d’expèriences antérieures et futures, dans lesquelles, les oppresseurs ont toujours perdues, mais la cruauté leurs ferment les yeux. Et c’est tant mieux. J’éspere être comprehensible. Merci.

  • 40
    michael:

    ils avancent des conditions inacceptables, du genre retour des réfugiés (plusieurs millions aujourd’hui) non pas dans le nouvel Etat qu’ils auraient mais…en Israël.=
    ===============
    Car ils n’ont pas le choix ! Dans la demi heure de la creation d’un Etat Palestinien tous les pays arabes et le Liban le premier raccompagneront affectueusement a la frontière ( a coups de pied dans le cul sinon pire ) les exiles boostes par 65 ans d’assistanat stérile vers la mère patrie enfin libre . Israël refusera de les accueillir puisque un Etat palestinien existe et la on assistera a un festival de  » troubles » qui feront passer le terme Nakba comme synonyme de jeu de potache sur le principe : « on etait la avant ! » vs  » pousse toi un peu qu’on s’y case !  »
    Je crains alors que Dame AK47 et sa sœur RPG-7 seront les instruments favoris du dialogue ! Dilemne cornelien : Si on declare un Etat palestinien et qu’on peut pas coller la bombe  » refugies » a Israel elle nous saute a la figure : guerre civile entre les habitants de Cisjordanie et les autres dont l’immense majorite n’a jamais mis les pieds en Palestine Pour eviter Super Nakba ne rien faire , parler beaucoup d’un Etat Palestinien mais ne rien faire de concret pour faire avancer le shmilblic le temps de desamorcer la bombinette si amoureusement mitonnee en 65 ans ( Voir Boris Vian -op citandi ).
    Au passage le sentiment de profond mepris qui caracterise les relations entre les Palestiniens et le reste des populations arabes est du au fait que les seconds accusent les premiers d’avoir fui lâchement et de ne pas avoir ete capables de défendre leurs terres et leurs maisons ( et ce sentiment existe encore entre Palestiniens de Cisjordanie et les réfugiés mais tous se réunissent dans la détestation envieuse des Palestiniens arabes en Israël , faux culs qui ont profite des largesses relatives des sionistes ( ils ont tout de même un niveau de vie parmi les plus élevés du monde arabe ) pendant que le reste se gelait les fesses dans le froid de l’exil ou de l’occupation . Autre sujet de discorde : les « Tunisiens » qui après avoir vécu dans l’exil et la lutte se retrouvent a 50 / 60 ans sans plan d’Épargne- retraite et ont décidé de se sucrer – copieusement – sur la bête ( La villa de Abou Alah prés de Jerusalem a utilise plus de béton que les abris de U Boote de St Nazaire ! – témoignage d’un macon d’Abu Dis qui y a travaille pour la moitie de ce qu’il gagnait en Israel ) Quand au  » Home » de Dahlan a Gaza il a fallu deux jours pleins a la foule pour la piller et ils avaient mis de la bonne volonte ! La moitie de mon appart’ aurait tenu a l’aise dans son Jacuzzi ….

  • 39
    Letel:

    http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-revolte-des-masses_936104.html?xtor=x

  • 38
    Letel:

    « En 1930, José Ortega y Gasset signait un pamphlet féroce contre la culture de masse. Il nous tend un miroir fascinant. Voici un classique de la pensée conservatrice que l’on avait presque oublié, et dont l’humour époustouflant, poétique, justifierait à lui seul cette réédition. La Révolte des masses, de José Ortega y Gasset (1883- 1955), parut en Espagne en 1930. La traduction ici reproduite fut publiée chez Stock en 1937. A la différence de l’accueil enthousiaste que connut ce livre en Espagne, en Allemagne et aux Etats-Unis, il fut confiné au silence, en France, pendant quarante ans. C’est Raymond Aron qui le sortit de son inexistence, avec respect mais sans grandiloquence. » Le Monde des livres

  • 37
    Letel:

    On ne lit plus beaucoup Ortega y Gasset, faudrait que je m’y mette.
    « En effet, ceux qui appartiennent pour Ortega à des masses incultes critiquent toutes les valeurs de l’Occident leur ayant selon l’auteur permis d’accéder à un niveau de vie élevé, et semblent prêtes à se retourner contre cette civilisation qualifiée de complexe et subtile qu’ils ne seraient plus capables d’appréhender.
    Dans ces conditions, Ortega se demande si la civilisation ne s’apprête pas à vivre un nouvel âge des ténèbres qui, à terme, pourrait s’attaquer même aux conquêtes techniques qui en sont la manifestation la plus tangible, si le goût pour la connaissance et l’étude venaient à s’émousser. » Wikipedia

  • 36
    Flavian:

    Je n’ai pas lu d’études scientifiques systématiques mais des lectures d’essayistes déjà lointaines. Je me souviens (je crois que c’était Ortega y Gasset, pas sûr) d’un texte où l’auteur écrivait qu’après qu’on ait trouvé anormal un privilège lié à l’hérédité (révolution française), il était logique qu’on s’en prenne aux privilèges de la richesse (socialisme) et que la logique c’était de s’en prendre au talent révélant l’inégalité parmi les hommes. En fait on commence par le plus superficiel, une coutume créant une noblesse ; puis à une réalité : la possession de biens et services, et enfin à l’essence même, qu’il y a des gens de talents plus élevés que d’autres.
    Je ne suis pas catégorique mais j’ai la sensation que les mouvements populistes s’en prennent plus à des intellectuels médiatiques et brillants qu’à un héritier de riches terres de Beauce. L’expression « nouveau riche » ou « parvenu » désigne évidemment des gens qui par leur nouveauté n’ont pas de bonnes manières en société : mais aussi des gens qui ont eu un mérite personnel quand les autres n’ont fait qu’hériter.
    Pour le footballeur (ou d’autres sports ou spectacles) je constate que certains revenus énormes (justifiables économiquement: c’est l’offre et la demande) ne sont guère la cible de l’opinion. Or ces revenus sont sans commune mesure avec le monde des PME ou d’un prix Nobel de médecine.

  • 35
    Flavian:

    Je n’ai pas lu d’études scientifiques systématiques mais des lectures d’essayistes déjà lointaines. Je me souviens (je crois que c’était Ortega y Gasset, pas sûr) d’un texte où l’auteur écrivait qu’après qu’on ait trouvé anormal un privilège lié à l’hérédité (révolution française), il était logique qu’on s’en prenne aux privilèges de la richesse (socialisme) et que la logique c’était de s’en prendre au talent révélant l’inégalité parmi les hommes. En fait on commence par le plus superficiel, une coutume créant une noblesse ; puis à une réalité : la possession de biens et services, et enfin à l’essence même, qu’il y a des gens de talents plus élevés que d’autres.
    Je ne suis pas catégorique mais j’ai la sensation que les mouvements populistes s’en prennent plus à des intellectuels médiatiques et brillants qu’à un héritier de riches terres de Beauce. L’expression « nouveau riche » ou « parvenu » désigne évidemment des gens qui par leur nouveauté n’ont pas de bonnes manières en société : mais aussi des gens qui ont eu un mérite personnel quand les autres n’ont fait qu’hériter.
    Pour le footballeur (ou d’autres sports ou spectacles) je constate que certains revenus énormes (justifiables économiquement: c’est l’offre et la demande) ne sont guère la cible de l’opinion :or ces revenus sont sans commune mesure avec le monde des PME ou d’un prix Nobel de médecine.

  • 34
    sphax:

    L’Irlande, pays européen le plus anti israélien,

    Pourquoi ? Qu’est ce qu’il y a entre vous ?

  • 33
    michael:

    Je BDS , tu BDS il BDS nous BDSons etc…..
    Y a pas de justice dans ce bas monde et c’est Dieu -Donne ( Seigneur vous pouvez le reprendre ) qui va etre fort marri :
    ============================
    L’Irlande, pays européen le plus anti israélien, sollicite l’aide urgente d’Israël pour soutenir son système bancaire
    Selon le quotidien économique « Calcalist »,le ministre irlandais des Finances, Brian Lenihan, aurait effectué récemment une visite secrète, à Jérusalem pour convaincre son homologue israélien, Youval Steinitz, d’assouplir sa position quant aux investissements en Irlande. Lenihan aurait également sollicité l’aide urgente des Israéliens pour soutenir le système bancaire irlandais. La baisse de la note irlandaise a obligé le ministère israélien des Finances à demander aux fonds de pension de retirer leurs avoirs d’Irlande. Les avoirs israéliens dans le système bancaire irlandais sont estimés à 1,5 milliard de dollars. Or, le ministre irlandais des Finances Brian Lenihan a craint qu’un retrait massif des avoirs israéliens ait un effet “boule de neige” qui provoquerait des retraits similaires de la part d’autres pays. Youval Steinitz aurait apparemment répondu favorablement à la demande irlandaise. On suivra avec attention les efforts de Dublin pour mettre un terme à l’atmosphère très hostile à Israël, tant au niveau de sa population qu’au niveau politique et académique.

  • 32
    michael:

    Flavianus je partage totalement votre vision des buts reels d’Arafat et de ce fait son refus de tomber dans le jeu de Clinton et Barak avec la mention  » definitive end of the conflict  » sur l’Accord hypothétique de Camp David ! Meme avec un flingue sur la tempe il n’aurait pas signe cet accord car ce ne devait être qu’une étape intermédiaire pas une solution !
    Quant au nombre des réfugiés ne pas oublier que dans des pays ou la Secu et l’Alloc ‘  » chomedu » n’existent pas les réfugiés administres par L’UNWRA faisaient figure de privilégiés et d’envie , phénomène commun a toutes les régions en Afrique qui ont vu surgir des camps de réfugiés : la tentation est tres forte de rejoindre cette cohorte de  » malheureux  » avec la bénédiction des pays  » hôtes » et l’incapacité de l’UNWRA de gérer le bordel : Un mort n’était déclaré que le plus tard possible des 1949 , histoire de continuer a toucher ses rations mensuelles et souvent ses papiers étaient vendus a des habitants locaux- a partir des annees 60 -pour profiter des conditions exceptionnelles au M.O : subventions de nourriture , éducation gratuite des enfants et souvent un travail , source de revenus . selon la Croix Rouge le  » coulage » normal dans ses camps de réfugiés surtout en Afrique était de 5% par an . Dans une situation qui dure depuis 65 ans on peut estimer que le  » coulage » a du atteindre prés de ….20% au minimum !

  • 31
    Flavianus:

    Pas trop choqués je veux dire, ils sont plus choqués, en France, par les revenus d’un PDG. Pourtant le PDG a plus de responsabilités, c’est une inversion des valeurs.

  • 30
    sphax:

    @Flavianus :

    Si on y réfléchit, cette mentalité archaïque est encore très répandue ailleurs, en France en particulier : la masse des gens n’est pas choquée parce qu’un footballeur gagne des sommes énormes

    Alors là, sans vouloir vous offenser, vous avez vécu dans une grotte depuis 1998.

  • 29
    Flavianus:

    Tout ça pour comprendre la nécessité culturelle, psychologique, d’établir un cordon sanitaire autour d’Israël, donc de ne pas résoudre le problème. Les Palestiniens en sont les victimes naturellement : mais des victimes en partie consentantes puisqu’ils partagent ce système de valeur et qu’à chaque négociation où ils pourraient avoir leur territoire – même insuffisant à leurs yeux mais réel en attendant mieux – ils avancent des conditions inacceptables, du genre retour des réfugiés (plusieurs millions aujourd’hui) non pas dans le nouvel Etat qu’ils auraient mais…en Israël. A Camp David, à chaque concession de Barak, Arafat réclamait autre chose (sauf le possible, réfugiés, mur des lamentations soutenant la Mosquée, etc.), mais ne faisait aucune contre-proposition concrète. En fait, il ne voulait rien, ne réclamait rien : simplement il ne voulait pas d’Etat juif, non arabo-musulman dans la région. Et après l’echec des pourparlers il a été porté en triomphe par une foule aux anges…

  • 28
    Flavianus:

    les choquent

  • 27
    Flavianus:

    Discutant avec des étudiants maghrébins, j’ai compris qu’ils trouvaient plus légitime (je n’écrirai pas plus moral mais c’était limite) d’avoir des richesses par un hasard géologique que par un travail rationnel : dans le second cas il y a manifestation d’une volonté de supériorité de changer les choses, donc orgueil et non soumission à la volonté divine (islam) ; dans le premier cas, le hasard géologique, c’est Dieu qui l’a voulu : donc les hommes sont tous égaux par soumission à la volonté divine. Les inégalités dans la répartition les choque, mais moins que celles qui sont dues au mérite parce que là il y a la volonté de certains hommes d’en surpasser d’autres.
    Si on y réfléchit, cette mentalité archaïque est encore très répandue ailleurs, en France en particulier : la masse des gens n’est pas choquée parce qu’un footballeur gagne des sommes énormes, mais ils jalousent la richesse d’un entrepreneur innovant. On sait que le 1er de la classe est souvent détesté (particulièrement dans les « banlieues » d’ailleurs). L’énarque sorti dans la botte (au revenu relativement modeste) est plus jalousé et détesté que celui qui hérite d’une grande fortune par hasard génétique, justement parce qu’on sait qu’il n’a aucun mérite. Ce n’est pas tant les inégalités qui choquent que (paradoxe apparent, mais qui n’en n’est pas un) celles qui paraissent traduire un mérite personnel.

  • 26
    Flavianus:

    Théoriquement, avec la solidarité arabo-musulmane (?) jointe aux revenus du pétrole de l’ensemble, le problème n’en était évidemment pas un. Les réfugiés étaient entre 400 000 et 700 000 (les 3 ou 4 ou plus millions dénombrés aujourd’hui n’existent que parce qu’on est réfugié de la 4ème génération dans une population au taux de fertilité longtemps très élevé). Mais normaliser une situation avec un état démocratique, relativement laic (quoi qu’en disent certains) où la richesse créée l’est par le travail et l’organisation, où les femmes sont en string sur les plages, toutes offenses à la dignité arabe, n’a rien d’évident.

  • 25
    sphax:

    Pour la rigolade au moins 60% des Israeliens auraient le DROIT absolu de s’inscrire aujourd’hui a l’UNWRA puisque residents a l’epoque 1948 dans la Palestine Mandataire

    Bah ben pourquoi ils n’y vont pas ? Juste pour ridiculiser les propals ?

  • 24
    michael:

    En fait Letel les « réfugiés » palestiniens n’ont aucune existence légale de réfugiés ! ( Couverts par le UNHCR comme tous les refugies de la planete ) Ils sont simplement administres par l’UNWRA qui avait comme SEUL critere d’acceptation d’avoir reside dans la Palestine mandataire de telle date a telle date – une duree de 6 mois je crois ) Lors de sa creation en 51 je crois le Haut Commissariat aux Refugies de l’ONU a defini des criteres precis pour les refugies sauf ceux qui etaient DEJA traites par d’autres agences de l’ONU ! On proposa donc aux administres de l’UNWRA de recevoir ( certains , pas tous , ceux qui repondaient aux criteres ) le statut de  » refugies » Les Arabes refuserent categoriquement ! car le nombre aurait diminue substantiellement ! Ils avaient cree ce probleme comme une bombe a retardement censee exploser ( et faire exploser ) Israel .Pas question d’en diminuer la charge ni de les recaser chez eux . Ils continuerent donc a la bichonner et l’enfler par tous les moyens .J’ai publie dans un fil les détails mais en ce moment si les Palestiniens acceptaient les conditions de réfugiés et son statut légal il en resterait environ 40 000 octogénaires ( Pas exactement Delta Force pour envahir l’entité ) Ils auraient du méditer la  » Java des bombes atomiques  » du très regrette Boris Vian comprenant que « dans une bombe atomique le seul truc important c’est l’endroit ou ce qu’elle tombe « ……Je vais essayer de retrouver le fil ….Il est bien evident que personne n’a daigne expliquer cette situation aux concernes quoique un organisme palestinien minoritaire le comprend parfaitement et a tente de renverser la vapeur en vain pour l’instant ! En attendant Dame Nature fait son travail ( 40 000 c’etait le chiffre il y a deux ans ). En plus de L’UNWRA l’ONU avait cree un autre organisme pour le recasement avec staff et budget et obligation de faire son rapport au secretaire general chaque annee ( inutile de dire que le rapport etait toujours le meme  » R.A.S » Qu’importe l’ONU etant l’ONU l’organisme existe toujours apres 65 ans avec staff diminue et budget egalement diminue .
    Pour la rigolade au moins 60% des Israeliens auraient le DROIT absolu de s’inscrire aujourd’hui a l’UNWRA puisque residents a l’epoque 1948 dans la Palestine Mandataire ! Ca va faire grincer quelques dents …..chez les fossiles du Foirum de l’imMonde ……

  • 23
    Mateamargo:

    Je vous ai déjà dit que j’adore quand Letel se fâche ? ;c) Les étincelles qu’il produit éclairent ce blog.

  • 22
    michael:

    Je serais plutôt enclin a penser que Dieu-donne ( fallait pas , merci ,vous pouvez le reprendre ) vu ses déboires financiers :grille comme un toast dans le monde du spectacle et avec un public très concentre dans quelques communes et qui a la mauvaise habitude de ne pas payer sa place a de gros problèmes financiers et se trouve sur la liste des beneficiaires du Ministère de la « Culture » de Teheran comme Galway et beaucoup d’autres l’étaient par Saddam .Toute pute a son prix …….

  • 21
    Sphax:

    @galiléo :
    les Grecs et les Turcs sont un cas, ils ne font pas chier le monde avec des camps de réfugiés soixante ans après, c’est du délire. Pas plus que les juifs chassés des nombreux pays arabes ne font chier le monde aujourd’hui, ils se sont refait une vie. Faites pareil. Get a life, bon dieu !

    On peut rajouter à la liste les pieds noirs, harkis et séfarades chassés par les amis d’Houria Bouteldja.

  • 20
    Letel:

    « Stone (1972) points out that « the truncated West Germany, after World War II, absorbed and rehabilitated no less than 9.7 million displaced persons. Small Austria received 178,000 Hungarian refugees in the aftermath of the Hungarian revolution of 1956. Italy provided a home for 585,000 Italians from territory ceded to Yugloslavia, and from various parts of Africa. France gave permanent asylum to 1.4 million refugees (including Algerian muslims) displaced by the emergence of new sovereign states in North Africa and Indochina. The Netherlands, tiny and crowded, welcomed and settled 230,000 refugees from Indonesia. Turkey resettled 150,000 Turks expelled by the communist regime in Bulgaria. » (pp. 209-210) »
    Deepak Lal, In Praise of Empires, Globalization and Order, Palgrave Macmillan, 2004
    L’auteur cité par Lal : J. Stone, « Self-Determination and the Palestinian Arabs », dans I. Howe and C. Gershman eds., Israel, the Arabs and the Middle East, Bantam Books, 1972

  • 19
    Letel:

    « The amazing thing to me is that after 50 years the right of return is still an issue and is being kept alive by the large number of Palestinians still in refugee camps. Why are they still there after 50 years? On a personal note, my family and I, along with millions of others, lost their land and property as a result of the partition of India in 1947. We were refugees. Both the Indian and Pakistani governments provided some help, but most importantly the refugees themselves, after a little while, made new lives for themselves. There are no refugee camps on both sides of the India-Pakistan border with millions asserting their right of return. »

  • 18
    Letel:

    « Leurs coups sont légers », « Une science du mensonge », « une haine de l’humanité », « une épreuve envoyée à l’humanité », « Ce que nous avons besoin » (sic), le gars est devenu carrément dingo, comme dit un commentateur.

  • 17
    Letel:

    « Israël ne survivra pas à cette décennie. » « Paris, capitale du sionisme », etc.

  • 16
    Letel:

    Télérama, le journal le plus politiquement correct de la planète.

  • 15
    Letel:

    Le gars qui arrive sur le site, parle de « honte », de « fourberie », de vérité qu’il détient, de justice idem, de « peur » (post 148), et qui se permet ensuite de jouer les offensés et parle d’arrogance et de brutalité… Mdr, plus débile tu meurs.
    Et quand on lui donne les réponses à ses questions, fuit comme un malpropre.

  • 14
    Sil:

    A l’évidence, il ne tourne pas rond, ce gagalileo. Que ce cuistre tache de répondre aux faits avancés par Letel, histoire qu’on rigole un peu. A moins qu’il ne comprenne rien à cette histoire, ce qui est souvent le cas chez ces gogos, et que l’ensemble des faits ne lui fasse tourner la tête…

  • 13
    Letel:

    Et ne parlez pas de brutalité ou d’arrogance quand vous vous parlez de barbarie, c’est le monde à l’envers.

  • 12
    Letel:

    Ne detournez pas la question, la question est l’expulsion des juifs des pays arabes, vous avez eu des réponses.

  • 11
    michael:

    Mon cher vous débarquez le petit doigt en l’air en affirmant que la Justice Humaine et Divine ( vous avez son addrese E mail , son No de portable ?) va venir porter la Vérité et la Honte- en gros cramer les sionistes qu’il ne faut surtout pas confondre avec les Juifs ( vous les reconnaissez comment ? ) et vous nous déclamez ca avec la pose de Torquefada !
    Vous appelez ca un  » débat » ?Sur quoi ? vos croyances religieuses ? Retirez vous soigner votre ego meurtri a la Trappe ou au bistrot , on vous retient pas .

  • 10
    Galileo Galilei:

    N’est-il pas possible d’avoir une réponse simple, concise ? Pourquoi faut-il que vous me répondiez avec arrogance et brutalité ?

    Je me retire d’une discussion vouée à l’échec : Letel et Michael sont fermés, et commencent d’ores et déjà à m’insulter … Ne pouvez-vous donc pas parler normalement, c’est à dire sans insulter et agresser cotre interlocuteur purement et simplement parce qu’il ne partage pas vos pensées ?

    Quelle barbarie que vos paroles et vos pensées.

  • 9
    michael:

    Ah , avec Galileo Galilei ( encore un incompris vu le choix du pseudo ) on arrive a la version « Light »du cancaneur anti-Israel . Si ca se trouve Goldstein etait meilleur que lui en dictee en CM2 et depuis la deprime peuple ses jours ! Heureusement que les  » anti sionistes » ont mis un nom sur sa nevrose et lui ont appris les Mantras salvatrices pour ne pas sombrer dans la depression totale et qui sait la bibine ! Un pot pourri des mensonges habituels de l’antisemite honteux qui se planque dans ses chiottes pour crier  » Mort aux Juifs » entre deux pets et sera pret a accuser son perroquet si quelqu’un l’entend .
    Eppur si muove ! Le neurone solitaire dans la cervelle de Gagalileo Gagalilei . Vous oublierez pas de nous sortir les Protocoles la prochaine fois , OK ?

  • 8
    Letel:

    Plein d’erreurs dans mon post, je corrige :
    Vous mentez, inutile de nier l’expulsion des juifs par centaines de milliers des pays arabes depuis 1948, un livre a même été écrit là-dessus. C’est un échange de population, en nombre à peu près équivalent, c’est tout. Maintenant il vous faut l’accepter et arrêter de faire chier le monde avec les réfugiés palestiniens, il y a longtemps qu’ils auraient dû être intégrés dans les pays arabes, qui sont immenses à côté d’Israël. Encore une fois vous ne pouvez avoir le beurre et l’argent du beurre. Prenez exemple sur tous les échanges de population qui ont eu lieu dans l’histoire, les Grecs et les Turcs sont dans ce cas dans les années 1920, ils n’ont pas fait pas chier le monde avec des camps de réfugiés soixante ans après, ni même trente, c’est du délire. Pas plus que les juifs chassés des nombreux pays arabes ne font chier le monde aujourd’hui, ils se sont refait une vie. Faites pareil. Get a life, bon dieu !

  • 7
    Letel:

    J’aime bien le type qui parle d’injustice, la bouche en fleur, « ne trouvez-vous pas cela injuste ? » (Galilée) et qui ne peut voir l’injustice que d’un côté, qui est aveugle à l’injustice subie par les autres. Comment voulez-vous qu’on vous prenne au sérieux ?

  • 6
    Letel:

    http://www.amazon.fr/fin-juda%C3%AFsme-terre-dIslam/dp/2207261042

  • 5
    Letel:

    Le Nouvel Observateur. — Vous avez récemment organisé, sous l’égide du Congrès juif européen, un colloque sur l’exclusion des Juifs des pays arabes intitulé «l’Exode oublié». Pourquoi ce colloque aujourd’hui?

    Shmuel Trigano. — C’est l’évocation du droit au retour par les Palestiniens, dès avant la deuxième Intifada, qui a réveillé cette mémoire. Cette idée induisait l’immoralité fondamentale de l’existence de l’Etat d’Israël fondé en lieu et place d’un autre peuple. C’était aussi une dénégation de l’histoire de 60% des Israéliens. Une mémoire occultée et refoulée est revenue aux Juifs du monde arabe, aux descendants de ces 900000 personnes qui ont dû quitter des pays dans lesquels ils étaient installés depuis fort longtemps, en y abandonnant tous leurs biens. Comme les Palestiniens, ils ont eux aussi les clés de leur maison quittée en catastrophe.

    N. O. — Ces Juifs n’ont pas été tous expulsés. Certains sont partis d’eux-mêmes!

    S. Trigano. — Dans certains pays, à travers un ensemble de procédures juridiques de privation de leur citoyenneté, ils se sont retrouvés exclus. Et cette exclusion les poussait inévitablement dehors. En Irak, il y a même eu des projets d’expulsion manu militari, de transfert par camions à travers la Jordanie. Au Yémen, la communauté juive s’est vu donner une courte période pour quitter les lieux, avant que toute émigration lui soit interdite. Elle fut dépouillée de tous ses biens par un subterfuge des autorités locales. En Egypte, les Juifs ont été peu à peu exclus de la vie économique, puis internés, leurs biens placés sous séquestre au point que la vie était devenue un enfer. Ici aussi ils sont partis avec une valise. Partir était un choix bloqué. Dans d’autres cas, ils partaient parce qu’ils avaient peur et sentaient qu’ils n’avaient plus d’avenir là où ils étaient.

    N. O. — En Tunisie et au Maroc, les Juifs sont partis de leur plein gré…

    S. Trigano. — Oui, on peut le dire. Mais il faut se demander pourquoi, en quelques années, un groupe humain décide de quitter un pays où il a un enracinement millénaire. Un choix aussi massif indique la nature de la réalité que l’on quitte.

    N. O. — Le départ des Français d’Algérie puis l’émigration algérienne ont été aussi massifs?

    S. Trigano. — La fin du pouvoir français y fut abrupte, au terme d’une guerre sanglante. La menace pesant sur les Européens après l’indépendance était réelle: les Juifs partirent avec l’exode de 1 million de personnes.

    N. O. — Pour quelles raisons les Juifs ont-ils quitté les pays arabes?

    S. Trigano. — Bien avant le départ des puissances coloniales et la création de l’Etat d’Israël, la xénophobie des mouvements nationalistes arabes avait créé un climat inquiétant. Depuis le début des années 40, en effet, le nationalisme arabe s’était développé et de plus en plus cristallisé autour de la question de la Palestine. Elle commençait à devenir une cause panarabe dès ce moment-là. Dès 1941, dans de nombreux endroits du monde arabe éclatent une série de pogroms et d’émeutes antijuives qui touchent plusieurs pays: en Irak en 1941 il y a le farhoud — le pogrom — à l’occasion duquel 180 Juifs sont assassinés à Bagdad. La majeure partie des Juifs d’Irak a pu s’en aller à l’occasion d’un pont aérien organisé par Israël au début des années 50: l’opération «Ezra et Néhémie». Les quelques milliers de Juifs irakiens qui sont restés ont continué d’être victimes de privations économiques, d’arrestations et de harcèlement et ont fini par partir. De semblables émeutes se produisirent à Tripoli en Libye en 1945, à Alep et à Aden en 1947. La plupart des Juifs de Syrie quittèrent ce pays dès 1944.

    En 1948, la guerre déclarée par six Etats arabes à l’Etat d’Israël au lendemain de sa proclamation devait conduire à une aggravation de la condition juive, à la suite de la défaite arabe. De 1948 à 1949, des centaines de Juifs furent internés dans des camps en Egypte. En 1956, la nationalité égyptienne fut retirée aux «sionistes», ainsi définis. En 1957, leurs biens furent mis sous séquestre. En Irak, en 1948, le sionisme fut rangé dans la catégorie des crimes d’opinion, passible de sept ans de prison et d’une amende. En 1950, les Juifs furent privés de leur nationalité et, en 1951, dépouillés de leurs biens. Cette même année la synagogue de Bagdad, où les Juifs s’enregistraient pour l’émigration, fut la cible d’un attentat. Dans la péninsule Arabique, même expulsion, par la violence et l’intimidation.

    N. O. — Quel était le statut des Juifs dans les pays arabes?

    S. Trigano. — Dans la cité musulmane, le Juif, comme le chrétien, a un statut de «protégé». C’est un dhimmi. Il se voit accorder le droit de pratiquer sa religion à condition qu’il se soumette au pouvoir islamique et n’oublie pas sa condition inférieure. Les dhimmis devinrent les métayers de leurs propriétés, servant des rentes au pouvoir islamique. Ils payaient des taxes sur leur personne et se voyaient astreints à un ensemble de dispositions infériorisantes, concernant l’habillement, le comportement et même le port de chaussures. C’est le monde arabe qui a inventé la rouelle, ce signe distinctif des Juifs, ancêtre de l’étoile jaune, qu’a repris le Moyen Age européen et chrétien.

    N. O. — Jusqu’à quand s’est prolongé ce statut ?

    S. Trigano. — Jusqu’à la venue des pouvoirs coloniaux. Le paradoxe qui peut choquer le manichéisme tiers-mondiste, c’est que l’arrivée des pouvoirs coloniaux a représenté, pour ces minorités opprimées, une libération. Quand ces pouvoirs se retirèrent dans les années 50, l’enjeu était clair: la menace d’un retour à la condition dhimmie planait à nouveau. Le départ massif des Juifs fut un plébiscite du refus de cette régression.

    N. O. — Dans quels pays arabes reste-t-il des Juifs?

    S. Trigano. — Au Maroc, et de façon moindre en Tunisie. Il en reste aussi quelques milliers dans un pays islamique comme l’Iran. Mais autrement, tout le monde arabe est vide de ses Juifs. C’est comme un cataclysme qui aurait éradiqué leur présence de tout un univers.

    N. O. — Peut-on appeler «réfugiés» tous ces Juifs qui ont quitté les pays arabes?

    S. Trigano. — Si un réfugié est celui qui n’a pas de foyer, il est certain que ces Juifs-là n’étaient pas des réfugiés. Ils ont reçu immédiatement la citoyenneté israélienne et sont devenus rapidement des citoyens dans les pays de la diaspora où ils ont émigré. Mais si le réfugié est l’homme qui doit surmonter des obstacles pour fuir un pays dans lequel il est persécuté, où il est discriminé ou encore ne jouit pas de tous ses droits, alors effectivement ils ont été des réfugiés.

    N. O. — Pensez-vous que l’exode des Juifs des pays arabes soit comparable à celui des Palestiniens?

    S. Trigano. — De facto, oui. Il y a un échange de population entre d’un côté 600000 Juifs déplacés des pays arabes qui ont émigré en Israël, de l’autre 540000 Palestiniens déplacés après la création d’Israël, et qui se sont retrouvés dans plusieurs pays arabes. Ces 600000 Juifs, comme on l’a dit, ont été dépouillés de tous leurs biens. Ils ont vécu les «camps de transit». Cela reste encore inconnu. Les Palestiniens l’occultent pour les besoins de leur cause. Ils apparaissent ainsi comme les seules victimes de ce grand chambardement que fut la fin des empires coloniaux dans cette région et la naissance des Etats arabes et d’Israël. Les Juifs, au contraire, ne se sont pas inscrits dans la concurrence des victimes. Leur légitimité historique suffisait à leur identité. Ce qui ne veut pas dire que le contentieux puisse être effacé.
    © Le Nouvel Observateur, 2002.

  • 4
    Letel:

    http://www.lepost.fr/article/2009/12/27/1859462_les-persecutions-discriminations-spoliations-expulsions-des-juifs-des-pays-arabes-12288.html

  • 3
    Letel:

    Vous mentez, inutile de nier l’expulsion des juifs par centaines de milliers des pays arabes depuis 1948, un livre a même été écrit là-dessus. C’est un échange de population, en nombre à peu près équivalent, c’est tout. Maintenant il vous faut l’accepter et arrêter de votre chier le monde avec les réfugiés palestiniens, il y a longtemps qu’ils auraient dû être intégrés dans les pays arabes, qui sont immenses à côté d’Israël. Encore une fois vous ne pouvez avoir le beurre et l’argent du beurre. Prenez exemple sur tous les échanges de population qui ont lieu dans l’histoire, les Grecs et les Turcs sont un cas, ils ne font pas chier le monde avec des camps de réfugiés soixante ans après, c’est du délire. Pas plus que les juifs chassés des nombreux pays arabes ne font chier le monde aujourd’hui, ils se sont refait une vie. Faites pareil. Get a life, bon dieu !

  • 2
    Galileo Galilei:

    Veuillez juste savoir que les Juifs n’ont jamais posé de problème aux pays arabes, mais le sionisme si ! Car enfin, un peuple auquel on soutire le territoire, d’abord divisé en deux, puis peu à peu grignoté … ne trouvez-vous pas cela injuste ?

  • 1
    Galileo Galilei:

    Puis-je savoir de quoi diantre vous parlez Letel, sauf votre respect ? Je ne doute pas de vos faits, mais veuillez donner des dates précises.