eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Pour un néo-impérialisme ou néo-colonialisme humanitaires (suite)

Posté le Mercredi 18 octobre 2006 par jc durbant

Au moment où, entre émeutes de banlieue, marées humaines sur les côtes de nos voisins espagnols ou portugais et tentatives d’infiltration d’ONG terroristes comme Al Qaeda au Mali ou chez nous, la réalité des échecs combinés de la PAF et de la Françafrique éclate un peu plus chaque jour, nos responsables politiques vont-ils enfin se résoudre à dire la vérité à leurs électeurs et mandants ?

Et à reconnaitre que les principales avancées (comme la suppression progressive de l’esclavage) qu’ont pu avoir ces régions, elles le doivent à l’arrivée, malgré bien sûr les motivations souvent douteuses et les actions rarement à la hauteur des principes énoncés, des Occidentaux et partant à la colonisation ?

Et donc à proposer la seule réponse rationnelle (pour le bien de tous, eux comme nous) à un échec d’une telle ampleur: la reprise en main de ces territoires, autrement dit, comme le proposait il y a quelques années le conseiller de Tony Blair Robert Thomson, une sorte de… recolonisation humanitaire?

En tout cas, il semble que l’idée soit petit à petit en train de faire son chemin au moins dans les médias les plus protégés de l’omerta de la bien-pensance et bien-disance, à savoir la presse de droite comme notamment Valeurs actuelles avec ce point de vue de Christine Clerc du début du mois.

uf que comme d’habitude elle oublie la principale mesure sans laquelle toute action ne dépassera jamais le stade des belles paroles et des bons sentiments (dont l’actuel squatter de l’Elysée s’est fait une spécialité, mais que bien sûr tout le monde se refuse à proposer au nom de la protection du lobby agricole qui pourtant ne représente plus que 2% de la population active), à savoir l’ouverture de nos frontières aux produits africains et donc l’abandon de la ruineuse PAC !

Encore faudrait-il qu’à l’instar de nos prédécesseurs, nous croyons nous-mêmes… à nos propres valeurs!

On ne les appellera pas des “colons”. Ils en seraient horrifiés. D’ailleurs, ils agissent pour le compte de conseils généraux ou de municipalités en quête de jumelages, ou au nom d’associations, forcément “humanitaires”. C’est toute la différence !

jc durbant @ 04:15
Catégorie(s): Mondialisation etPendant ce temps-là, en France


Laisser un commentaire


4 réponses à “Pour un néo-impérialisme ou néo-colonialisme humanitaires (suite)”

  • 4
    divico:

    Non, je ne pense pas qu’il s’agit de colonie de peuplement à proprement parler… il s’agirait plutôt de « zone d’influence » ou « d’états satellites » plutôt que de « colonie »…

    Mais l’Europe peut-elle réellement prétendre à regagner des zones d’influences alors qu’elle se fait attaquer culturellement sur son propre territoire ?

  • 3
    jc durbant:

    « retourner dans les anciennes colonies ??????? cela me parait peu réaliste » …

    Mais est-il ici question de « colonies de peuplement » … ?

  • 2
    divico:

    au fait, c’est le lac léman

  • 1
    divico:

    citation tirée de l’article : « Après des années d’exil doré sur les rives du lac de Genève »

    Lac de Genève ??? inconnu au bataillon…. ce lac n’existe pas !!! :-)

    De toutes manières, l’europe occidentale se vide de ses populations de souches (1.2 enfant par femme en suisse l’année passée)… alors retourner dans les anciennes colonies ??????? cela me parait peu réaliste




  • Your Ad Here