eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Bonne nouvelle

Posted on Lundi 26 juin 2006

Ward Churchill, le professeur d’Ethnic Studies de l’Universite du Colorado, qui s’etait distingue peu de temps apres 9/11 en disant que les victimes du World Trade Center avaient merite leur sort parce que c’etait des  » « little Eichmanns » va etre vire de son boulot
Son licenciement n’a rien a voir avec son opinion sur 9/11. Une commission d’enquete a montre qu’il inventait ses resultats de recherche, et faisait du plagiat : Un honnete homme quoi…

Last month, an investigative subcommittee concluded that Churchill repeatedly fabricated his research, plagiarized others’ work and strayed from the « bedrock principles of scholarship. »

Bon debarras…

Treasury Secretary letter to the New York Times

Posted on Lundi 26 juin 2006

C’est rare de voir l’administration Bush reagir aussi fortement. Les details donnes par John Snow sur la facon dont il a essaye de convaincre le NYT de ne pas publier  ces informations vont faire du mal au NYT !
Mr. Bill Keller, Managing Editor
The New York Times
229 West 43rd Street
New York, NY 10036

Dear Mr. Keller:

The New York Times’ decision to disclose the Terrorist Finance Tracking Program, a robust and classified effort to map terrorist networks through the use of financial data, was irresponsible and harmful to the security of Americans and freedom-loving people worldwide.  In choosing to expose this program, despite repeated pleas from high-level officials on both sides of the aisle, including myself, the Times undermined a highly successful counter-terrorism program and alerted terrorists to the methods and sources used to track their money trails.

Your charge that our efforts to convince The New York Times not to publish were « half-hearted » is incorrect and offensive.  Nothing could be further from the truth.  Over the past two months, Treasury has engaged in a vigorous dialogue with the Times – from the reporters writing the story to the D.C. Bureau Chief and all the way up to you.  It should also be noted that the co-chairmen of the bipartisan 9-11 Commission, Governor Tom Kean and Congressman Lee Hamilton, met in person or placed calls to the very highest levels of the Times urging the paper not to publish the story.  Members of Congress, senior U.S. Government officials and well-respected legal authorities from both sides of the aisle also asked the paper not to publish or supported the legality and validity of the program. (Lire la suite…)

lagrette @ 17:14
Filed under: Antiaméricanisme, toujours pathologique andMédias
NOTE À NOS CHERS PARTICIPANTS ET COMMENTATEURS

Posted on Lundi 26 juin 2006

Si vous mettez un hyperlien dans vos commentaires, celui-ci sera detecté comme spam par WordPress. Contentez-vous donc d’un lien texte.

PS- JCD, je t’aime bien, mais si seulement tu pouvais apprendre à couper tes postes…

Sittingbull @ 16:25
Filed under: Généralités andInternet
Un petit mot au New York Times

Posted on Lundi 26 juin 2006

Lt. Tom Cotton writes this morning from Baghdad with a word for the New York Times:

Dear Messrs. Keller, Lichtblau & Risen:

Congratulations on disclosing our government’s highly classified anti-terrorist-financing program (June 23). I apologize for not writing sooner. But I am a lieutenant in the United States Army and I spent the last four days patrolling one of the more dangerous areas in Iraq. (Alas, operational security and common sense prevent me from even revealing this unclassified location in a private medium like email.)

Unfortunately, as I supervised my soldiers late one night, I heard a booming explosion several miles away. I learned a few hours later that a powerful roadside bomb killed one soldier and severely injured another from my 130-man company. I deeply hope that we can find and kill or capture the terrorists responsible for that bomb. But, of course, these terrorists do not spring from the soil like Plato’s guardians. No, they require financing to obtain mortars and artillery shells, priming explosives, wiring and circuitry, not to mention for training and payments to locals willing to emplace bombs in exchange for a few months’ salary. As your story states, the program was legal, briefed to Congress, supported in the government and financial industry, and very successful.

Not anymore. You may think you have done a public service, but you have gravely endangered the lives of my soldiers and all other soldiers and innocent Iraqis here. Next time I hear that familiar explosion — or next time I feel it — I will wonder whether we could have stopped that bomb had you not instructed terrorists how to evade our financial surveillance.

And, by the way, having graduated from Harvard Law and practiced with a federal appellate judge and two Washington law firms before becoming an infantry officer, I am well-versed in the espionage laws relevant to this story and others — laws you have plainly violated. I hope that my colleagues at the Department of Justice match the courage of my soldiers here and prosecute you and your newspaper to the fullest extent of the law. By the time we return home, maybe you will be in your rightful place: not at the Pulitzer announcements, but behind bars.

Very truly yours,

Tom Cotton
Baghdad, Iraq

lagrette @ 10:23
Filed under: Antiaméricanisme, toujours pathologique andMédias
Anti-américanisme et retour de l’esprit de Vichy

Posted on Lundi 26 juin 2006

Toujours sur l’antiaméricanisme français et dans la lignée de Revel et Roger, il faut aussi bien sûr mentionner l’éclairant essai de Pierre Rigoulot de 2004 (L’antiaméricanisme, Critique d’un prêt-à-penser rétrogade et chauvin) et notamment sa dimension vichyste, bien soulignée dans la présentation qu »en fait le site upjf:

L’Amérique est la métaphore de ce qui nous inquiète dans la modernité.

Pierre Rigoulot

Extraits : pp. 203-204

En plusieurs circonstances cruciales, la France a, pour le moins, manifesté ses réticences à l’idée d’être entraînée dans une défense active, voire armée, de la démocratie. Et des rangs de ses élites montait à chaque fois plus nettement une rumeur de mécontentement, chargeant de tous les maux les États-Unis.

(Lire la suite…)

jc durbant @ 06:08
Filed under: Antiaméricanisme, toujours pathologique andMémé Bookine
La passion si française de l’antiaméricanisme

Posted on Lundi 26 juin 2006

Dans son panorama de l’anti-américanisme mondial, Fouad Ajami faisait déjà une place particulière à la version française.

Mais l’ouvrage de référence sur la question est bien sûr la magistrale généalogie que lui a consacré en 2002 le chercheur français Philippe Roger (« L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français »).

Et même s’il n’est pas question pour nous d’en résumer ici les quelque 600 pages, il y a une image qui nous en semble particulièrement symptomatique et éclairante, et qu’y analyse d’ailleurs brillamment Roger lui-même (pp. 100-105).

Il s’agit du célèbre tableau de Manet représentant le fameux « Combat du Kearsarge et de l’Alabama », dans lequel on imagine les regards de ces centaines de curieux arrivés par trains entiers de Paris pour voir, en ce fameux dimanche de juin 1864, « la guerre de Sécession en tournée dans le Cotentin ».

Mais, en un saisissant rappel pour nous de ces jours de mars 2003 où, attisée par la jubilation mauvaise de ses medias, la France entière semblait attendre le « Stalingrad irakien » qui allait finalement rabattre le caquet à l’Amérique, la destruction inattendue du dernier et fameux « forceur de blocus » confédéré par le croiseur yankee dans la baie de Cherbourg ce jour-là ne marquait rien de moins en fait que… le naufrage de la politique pro-sudiste de la France impériale!

Voir aussi l’intéressant compte-rendu du livre par le professeur de Paris I Thomas Wieder.

Extraits:

L’antiaméricanisme a de moins en moins besoin d’événements extérieurs pour exister :  » Le trésor rhétorique accumulé au cours des trois ou quatre décennies précédentes, considérablement enrichi par une nouvelle génération d’écrivains et de polémistes, se stabilise désormais en une  » culture  » antiaméricaine produite par un milieu restreint, mais largement diffusée au-delà, car pleinement consensuelle « .

Le plus intéressant est de voir combien des intellectuels que tout sépare a priori en viennent à prononcer un même réquisitoire. Qu’ils soient humanistes (Georges Duhamel), personnalistes (Emmanuel Mounier), existentialistes (Simone de Beauvoir) ou gauchistes de Mai 68, tous s’accordent à dénoncer le caractère dictatorial de la prétendue démocratie américaine et la mécanisation d’une vie dont la dimension spirituelle est réduite à néant.

Tentant d’expliquer pourquoi des critiques jusqu’alors diffuses se constituent en discours écoutés, Philippe Roger insiste sur le  » bénéfice social-national  » que représente l’antiaméricanisme, en tant que fabrique de discours consensuels. Il montre par exemple que l’explosion des attaques antiaméricaines en 1898 se produit dans une France déchirée par l’Affaire Dreyfus.  » Au plus fort des discordes civiles dans une France déchirée, l’antiaméricanisme est la seule  » passion française  » qui calme les autres passions, estompe les antagonismes et réconcilie les adversaires les plus acharnés « .

La suite…