eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Gitmo: ces combattants qui voudraient qu’on leur fasse la guerre… avec les règles de la paix!

Posted on Dimanche 11 juin 2006

Qui aurait cru, par exemple en pleine guerre froide, que l’acte de guerre le plus dangereux qui soit, consistant à lancer sur le Pentagone un missile de croisière, aurait pu s’effectuer sans que la moindre riposte militaire directe des États-Unis soit possible, dès lors qu’il fut bricolé sous forme d’avion détourné et piloté par des militaires sans uniforme?

Au moment où, suite aux récents suicides de « combattants irréguliers », on recommence à nous rebattre les oreilles avec Guantanamo et les Conventions de Genève qui seraient soi-disant censées s’y appliquer, petit retour sur une petite mise au point du juriste Arnaud Dotézac, mise en ligne il y a deux ans sur le site de Ludovic Monnerat.

Et qui rappelle que lesdites Conventions de Genève ont justement été écrites à une époque (1948) où le type de terrorisme et de conflit asymétrique auxquels ces prisonniers ont pris part.. n’existaient justement pas !

Il y a donc un réél vide juridique les concernant que, dans l’urgence de l’après-9/11, les Etats-Unis ont bien été obligés de combler avec ce statut certes pas très satisfaisant mais nécessaire de « combattants illégaux ».

On a en effet affaire à des gens qui, non seulement n’ont pas signé lesdites Conventions de Genève et n’en respectent aucune clause, mais refusent même les règles élémentaires du Droit de la guerre (La Haye), comme le refus du port d’uniformes, le ciblage systématique des civils, les tromperies, etc !

Alors qu’en fait seuls sont protégés par les Conventions de Genève les combattants réguliers qui les ont signés ou les irréguliers qui les respectent.

Auquel cas, on ne pourrait que les interroger sur leurs grade et numéro de matricule et (ce que fait d’ailleurs Gitmo – en plus de la nécessaire quête de renseignements* qui peuvent éviter d’autres attentats et donc sauver des vies humaines – dans des conditions de détention nettement supérieures à la moindre prison française – récemment épinglées par la Commission de droits de l’homme) … les détenir jusqu’à la fin des hostilités (que Ben Laden et ses ouailles n’ont toujours pas, que l’on sache, déclarée ?) …

Quant à la sempiternelle demande, pour ceux qui ne veulent toujours pas reconnaitre que Messrs. Ben Laden & co nous ont bien déclaré la guerre un certain jour de janvier (si je me souviens bien) 1998, de les voir juger par des cours civiles, le simple bon sens montre bien qu’on ne peut garder des individus aussi dangereux dans des prisons civiles où, comme cela se fait déjà dans nombre de nos prisons, ils se feraient un plaisir de nous monter des réseaux islamistes !

D’ailleurs, pourquoi ne pas appliquer, à ces adeptes de la guerre privée qui ne respectent rien (comme les pirates de l’air du ou d’avant le 11/9), les règles d’engagement militaire qu’on avait autrefois appliquées à leurs prédécesseurs des Etats barbaresques qui tiraient justement parti… d’un autre vide juridique, celui des eaux extra-territoriales ?

* voir aussi l’excellente explication qu’en donnait récemment Yves Roucaute dans Le Figaro, à partir d’ailleurs d’un précédent de la 2e Guerre mondiale:

« L’intervention des tribunaux ? Par quelle étrange vue tortueuse de l’esprit s’imposerait-elle nécessairement ? Comme dans toute guerre, l’enfermement de l’ennemi capturé ne vise pas d’abord à juger, mais à empêcher de combattre et à enquêter. Certes, après un certain temps, les informations sont obtenues et le secret de la capture est éventé. Quand cessent l’intérêt pour le renseignement et la possibilité de reprendre les armes, libération et renvoi dans le pays d’origine sont d’usage. C’est pourquoi les Américains libèrent peu à peu les détenus. En ce qui concerne les contestations actuelles, après la décision de la Cour suprême (juin 2004, affaire Rasul/Bush) et le Detainee Treatment Act de décembre 2005, le débat juridique se poursuit, mais nul être sensé ne peut espérer voir les détenus dangereux de Guantanamo gambader en liberté ou monter des réseaux dans des prisons ordinaires. »

« L’isolement ? Quand, le 22 juin 1940, Hitler lance une offensive aérienne sans précédent contre l’Angleterre, Winston Churchill obtient du gouvernement canadien la détention de 3 000 soldats allemands capturés par l’armée britannique, conduits dans le plus total des secrets dans des camps isolés du nord de l’Ontario et à Kananaskis dans les Rocheuses. Trois raisons : il évite de voir ces détenus revenir au combat en cas d’évasion, prohibe, à partir de la prison, le passage d’informations, et interdit la construction de réseaux nazis. Quand on voit la façon dont les réseaux islamistes se constituent aujourd’hui dans les prisons françaises ou britanniques, le choix de l’isolement ne répond-il pas à la nature de la guerre asymétrique menée par les réseaux terroristes disséminés dans le monde ? »

« Le secret ? Il permet d’obtenir des informations sans que l’ennemi ne s’en doute, ne sachant qui est pris, ni quand. Il permet des infiltrations, des substitutions de personnes, des dévoilements de complicités, des jeux de désinformation. Provisoire, ce type d’incarcération n’en demeure pas moins stratégique. Et il sauve des milliers de vies

La suite…

jc durbant @ 15:23
Filed under: De la guerre et de la paix

Posted on Dimanche 11 juin 2006

jc durbant @ 13:16
Filed under: Généralités
Quand une élimination ciblée n’est plus… une élimination ciblée!

Posted on Dimanche 11 juin 2006

Suite à la récente élimination ciblée du boucher de Bagdad, le célèbre juriste américain Alan Dershowitz fait très justement remarquer l’étrange deux poids deux mesures qui fait qu’une telle opération n’a apparemment pas le même poids si elle est réalisée par les forces armées américaines en Irak ou… l’Armée israélienne sur ceux qui commanditent des assassinats aveugles sur son sol !

When Israel targeted the two previous heads of Hamas, the British foreign secretary said: « targeted killings of this kind are unlawful and unjustified. (…) Now Great Britain is applauding the targeted killing of a terrorist who endangered its soldiers and citizens. What is the difference, except that Israel can do no right in the eyes of many in the international community.(…) Collateral deaths are inevitable when terrorists hide among civilians and use them as shields. Both Israel and the United States make great efforts to reduce the number of collateral deaths and injuries but they do not always succeed.
La suite…

jc durbant @ 13:16
Filed under: Israel forever!
Un manifeste pour la gauche

Posted on Dimanche 11 juin 2006

The Good Fight : Why Liberals—and Only Liberals—Can Win the War on Terror and Make America Great Again, par Peter Beinart, Harper Collins, 2006
Review by JOE KLEIN
« Peter Beinart looks to the anti-Communist Democrats of the 1940′s and 50′s as a model for restoring liberalism. »
Letel @ 03:03
Filed under: Mémé Bookine andPolitique américaine
Même l’anti-occidentalisme… est une invention occidentale !

Posted on Dimanche 11 juin 2006

Marx

Je suis et demeure un combattant révolutionnaire. Et la Révolution aujourd’hui est, avant tout, islamique.

Illich Ramirez Sanchez (dit Carlos)

Il est malheureux que le Moyen-Orient ait rencontré pour la première fois la modernité occidentale à travers les échos de la Révolution française. Progressistes, égalitaristes et opposés à l’Eglise, Robespierre et les jacobins étaient des héros à même d’inspirer les radicaux arabes. Les modèles ultérieurs — Italie mussolinienne, Allemagne nazie, Union soviétique — furent encore plus désastreux.

Ce qui rend l’entreprise terroriste des islamistes aussi dangereuse, ce n’est pas tant la haine religieuse qu’ils puisent dans des textes anciens — souvent au prix de distorsions grossières —, mais la synthèse qu’ils font entre fanatisme religieux et idéologie moderne.

Ian Buruma et Avishai Margalit

Au moment où la rage de fous furieux comme le heureusement juste éliminé Zarqaoui nous semble la plus étrangère, peut-être ne faudrait-il pas oublier ce que rappelaient brillamment il y a deux ans les universitaires anglo-néerlandais et israélien Ian Buruma et Avishai Margalit dans leur « brève histoire des ennemis de l’Occident » (« L’occidentalisme, une brève histoire de la guerre contre l’Occident – toujours pas sorti en français ?). A savoir la saisissante continuité et même parenté entre le radicalisme islamiste actuel* et… les totalitarismes (européens) du XXe siècle.

Reprenant à rebours la fameuse thèse d’Edward Said sur l’orientalisme comme construction de la colonisation occidentale, ils rappellent que la vision stéréotypique de l’Occident (‘l’occidentalisme » réduisant l’Occident à l’abomination de la ville, du matérialisme, de l’hyper-rationalisme et de la mécréance) qui sert d’idéologie à ses plus féroces ennemis est non seulement aussi une construction mais qu’en plus elle est issue pour l’essentiel… de l’Occident lui-même!

D’abord par le simple fait, on le sait, que c’est littéralement à l’école du colonisateur que la plupart des leaders de l’indépendance arabe, comme ceux d’Afrique ou d’Asie (les Michel Afleck, Mao, Ho Chi Minh et autres Pol pot) ont appris l’anticolonialisme et que les modèles qui leur ont servi à forger leur anti-occidentalisme étaient directement importés de Moscou, Rome, Berlin ou Paris. Mais aussi parce que, comme ils le disent eux-mêmes, « le mouvement révolutionnaire islamiste qui sévit aujourd’hui dans le monde n’aurait jamais vu le jour sans le laïcisme brutal du chah d’Iran ou les expériences malheureuses de socialisme d’Etat en Egypte, en Syrie”…

La suite…

jc durbant @ 02:09
Filed under: Antiaméricanisme, toujours pathologique andUn peu d'histoire
Les pendus de Guantanamo

Posted on Dimanche 11 juin 2006

Trois terroristes - ou présumés terroristes, ou pseudo-terroristes –  sont retrouvés pendus et morts dans la prison de Guantanamo.

Que vont, dans leurs articles, privilégier nos pros des médias ?

L’incompétence des US, incapables d’empêcher leurs prisonniers de s’évader vers le paradis d’Allah, où ils ont désormais le loisir de violer à volonté de jeunes vierges sans cesse revirginisées ?

Les fameuses et éternelles « zones d’ombre qui entourent les circonstances » de ces décès et qui permettent moultes spéculations donnant libre cours aux imaginations les plus débridées.. ou les plus perverses ?

Le fait qu’on « ne peut a priori écarter l’hypothèse » d’une mise en scène des US dont « personne ne peut affirmer avec une absolue certitude » qu’ils n’avaient pas intérêt à ce que ces hommes se taisent à tout jamais ?

P.ex. parce que ils pouvaient révéler les accointances – « dont il n’est pas interdit de penser la possibilité » – entre Al Qaïda et les services US ?

L’insupportabilité de la « déshumanisation institutionnelle » planifiée et pratiquée par les US à Guantanamo, au mépris du respect des droits les plus élémentaires de tout être humain ?

Laquelle abomination se trouve ainsi « malheureusement », une fois de plus, et de tragique manière, démontrée ?

L’embarras de l’Administration US devant cette nouvelle « affaire » ?

Le fait que ce drame efface du devant de la scène « l’assassinat » de Al Zarkoui, présenté par l’Administration Bush comme une « victoire » ?

Les paris sont ouverts.

  

Liber @ 00:10
Filed under: Généralités