eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus

Des eXcentristes portugais

Posted on Samedi 6 mai 2006

Bonne chance!

Sittingbull @ 17:31
Filed under: Internet
Naissance d’un mythe .

Posted on Samedi 6 mai 2006

Un dossier de recherche historique assez long sur Deir Yacine ou finalement a part un combat acharne il n’y a pas eu de massacre .Une etude basee sur des documents a la fois israeliens et palestiniens qui montrent comment et pourquoi se cree un mythe mediatique et comment il est entretenu au fil des annees a la fois par necessite ideologique et paresse professionnelle de la part des commentateurs (quand ce n’est pas de la desinfo pure et simple ! specialite de pas mal d’activistes politiques deguises en « sommites et autres specialistes …a croire sur parole  » . (Lire la suite…)

Règlements de comptes

Posted on Samedi 6 mai 2006

« La liberté et la rancoeur : J.-F. Revel se raconte »
Dans le Monde du 30 avril :
« Chronique, parue dans « Le Monde des livres » du 17 janvier 1997, à l’occasion de la sortie des mémoires de Jean-François Revel, Le voleur dans la maison. »

« Pamphlétaire, essayiste, patron de presse, éditorialiste, il a accumulé les rencontres, les combats, les querelles et les ressentiments. Comment tracer la frontière entre l’ironie qui libère et la hargne qui étouffe ? Ecrire ses mémoires, ce n’est jamais vraiment raconter sa vie. C’est plutôt choisir un profil et agencer quelques éclairages. Dans le fatras des souvenirs, un auteur se taille à coups d’ombre et de lumière, un parcours vraisemblable. Travail périlleux. Quand le narrateur est incolore, son existence s’efface sous les portraits des autres. Combien de livres pitoyables alignent ainsi des rencontres avec des hommes célèbres ! Leurs auteurs se croient importants parce qu’ils ont côtoyé des gens qui passent pour l’être. Ils se rengorgent d’avoir à rapporter une minuscule anecdote, un trait d’esprit inédit, une couardise microscopique mais inconnue, sans voir que cette piètre posture souligne seulement qu’ils sont eux-mêmes sans importance ni intérêt. Au contraire, quand le mémorialiste est une forte nature, il risque de n’apercevoir personne d’autre que lui- même. S’installant au centre du tableau, il ne va plus dépeindre sa traversée d’une époque, au milieu de cent autres contemporains. La seule description de ses gestes et ses tocades, de ses amours et ses virages occupera toute la place. Pour aimer le livre, il faudra aimer l’homme. (Lire la suite…)

Letel @ 08:31
Filed under: Mémé Bookine andPendant ce temps-là, en France
Quand Rioufol débloque

Posted on Samedi 6 mai 2006

ou dérape :

« Parce que Peter Handke a assisté aux obsèques de l’ex-président Slobodan Milosevic en Serbie, la Comédie-Française, dirigée par Marcel Bozonnet, a décidé de déprogrammer la dernière pièce de l’écrivain autrichien. Devant l’acte de censure : le silence de l’intelligentsia, héritière supposée des Lumières. Jean-François Revel, enterré aujourd’hui, nous manque déjà. »

N’importe quoi. (Lire la suite…)

Letel @ 04:09
Filed under: Pendant ce temps-là, en France
Roger-Pol Droit sur Revel

Posted on Samedi 6 mai 2006

« L’ÉCRIVAIN, journaliste et académicien Jean-François Revel est mort dimanche 30 avril d’un incident cardiaque au Kremlin-Bicêtre, où il était hospitalisé depuis deux semaines. Il était âgé de 82 ans. 

Jean-François Revel fut un écrivain à facettes, un intellectuel pourvu de tant de métamorphoses que leur dénombrement paraît malaisé. Il a traversé en combattant un siècle « qui a été, au-delà de toute limite connue, celui du vice », il a fait de la plume ou du micro des armes acérées, il a goûté aussi l’existence en connaisseur, comme on hume un grand cru. Cet homme multiple a marqué profondément de son empreinte, cinq décennies durant, le débat public, la vie de l’édition, celle des journaux. Au premier regard, la pluralité apparente de sa personnalité l’emporte. (Lire la suite…)

Letel @ 03:43
Filed under: Pendant ce temps-là, en France
Intelligence vs courage

Posted on Samedi 6 mai 2006

« Les qualités nécessaires au gouvernant ne semblent pas si différentes de celles dont doit faire preuve un individu pour mener à bien son existence. Le gouvernant prend soin du destin commun, l’individu, de son destin particulier. Toujours il s’agit de mener un navire dans la tempête. Il faut de la compétence et du discernement, l’expérience de la vie, le sens moral, les convictions qui dirigent les choix. Aucune de ces activités ne saurait obéir à des normes écrites d’avance : il faut comprendre, prévoir, décider, oser. Je dirais que deux qualités sont à l’oeuvre : l’intelligence, qui permet de comprendre la situation et de prévoir autant que possible ; le courage, qui permet de décider et d’oser. (Lire la suite…)

Letel @ 03:29
Filed under: Pendant ce temps-là, en France