eXc: Nous aimons la liberté, l'état de droit, l'héritage des Lumières, la séparation de l'église et de l'état, l'humour. Nous n'aimons pas le fascisme, le communisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme, le racisme, la bureaucratie, les totalitarismes. Nous estimons que le plus grave danger que courent les démocraties libérales est de céder à l'islamofascisme. Lire plus


Pour la BBC, il ne faut pas qualifier de « terroristes » les tueurs de « Charlie Hebdo »

Mercredi 28 janvier 2015 par James

Le responsable du service arabophone de la BBC refuse que les journalistes de la radio utilisent le terme de « terrorisme » pour parler des tueurs de Charlie Hebdo. C’est un terme trop connoté politiquement, a-t-il expliqué hier à The Independent.

2701-terrorisme

Non, les frères Kouachi ne sont pas des terroristes. Du moins pas aux yeux des journalistes du service arabophone de la BBC, le plus important service hors langue anglaise de la radio publique britannique, suivi chaque semaine par près de 36 millions d’auditeurs.

(lire plus…)

Affaire Nisman : Cristina Kirchner se mue en Agatha Christie

Mercredi 28 janvier 2015 par James

Première allocution publique ce 26 janvier pour la présidente argentine depuis la mort du procureur Nisman. Alors que de forts soupçons pèsent sur elle et son entourage, elle a annoncé la dissolution du ministère du Renseignement et donné ses propres hypothèses sur le meurtre du magistrat.

2701-argentine

A la une de la presse argentine ce 27 janvier 2015

C’est vêtue de blanc et assise sur un fauteuil roulant, à la suite d’une entorse au pied gauche, que Cristina Kirchner a fait sa première apparition publique depuis le décès du procureur Alberto Nisman, le 19 janvier.

Contrairement à ses allocutions habituelles – assise à son bureau –, cette fois-ci les caméras ont commencé en la montrant en plan large. Un changement qui ne passe pas inaperçu dans les médias argentins, qui sont nombreux à afficher cette image à la une ce 27 janvier.

(lire plus…)

La mort du procureur Nisman vire au polar

Mercredi 28 janvier 2015 par James

Le mystère est total autour de la mort du procureur Nisman. Les versions de la justice, du gouvernement et des médias se contredisent, et les indices troublants s’accumulent. Une affaire qui enflamme les réseaux sociaux.

2201-Argentine

Le 21 janvier 2015 à Buenos Aires, une manifestante brandit une photo du procureur Nisman qui a été retrouvé mort le 18 janvier

Le procureur Alberto Nisman était chargé de l’enquête sur l’attentat contre l’Association mutuelle israélo-argentine (Amia) à Buenos Aires en 1994 qui a fait 85 morts et n’a toujours pas été résolue.

Quelques jours avant sa mort, il avait assuré avoir des preuves d’après lesquelles la présidente argentine et certains de ses proches, comme le ministre des Affaires étrangères Héctor Timmerman, essayaient de couvrir des suspects iraniens en échange d’accords juteux en pétrole et agroalimentaire avec Téhéran. Depuis trois ans, le magistrat avait laissé tomber « la piste syrienne » et fait de « la piste iranienne » une priorité.

(lire plus…)

American sniper: Attention, un tueur peut en cacher un autre (If killing 160 with a sniper rifle is murder, what do you call killing more people with drones than died on 9/11 ?)

Mercredi 28 janvier 2015 par jc durbant

https://i0.wp.com/i1.mirror.co.uk/incoming/article5016926.ece/alternates/s615/American-sniper-murder-poster.jpghttp://www.outsidethebeltway.com/wp-content/uploads/2014/11/500-drone-strikes-detailed-estimates-us-targeted-killings-and-fatalities.jpg

Attention: un tueur peut en cacher un autre !

A l’heure où l’hommage de Clint Eastwood au tireur d’élite le plus décoré de toute l’histoire militaire des États-Unis (160 ennemis tués) se voit accusé de propagande et d’apologie du meurtre …

Que dire d’un prix Nobel de la paix et objet de toutes les attentions de nos médias …

Qui ne pouvant toujours pas se résoudre, comme la BBC elle-même, à prononcer le nom de ses ennemis …

Brille par son absence à Paris contre le terrorisme et se précipite à Ryadh pleurer la perte d’un parrain notoire du djihad …

Mais qui de son bureau et entre ses drones automatisés et sa « kill list » personnelle …

S’est fait un tableau de chasse qui, dans l’indifférence générale, ferait pâlir d’envie les terroristes mêmes du 11 septembre ?

Obama est Abdullah

Mercredi 28 janvier 2015 par James

2701-dessin

Diplomatie first. Barack Obama a choisi d’écourter sa visite en Inde afin de se rendre en Arabie Saoudite après la mort du roi Abdallah le 23 janvier dernier.

(lire plus…)

Yémen : Les rebelles houthistes avancent, Al-Qaida en embuscade

Mercredi 28 janvier 2015 par James

La situation au Yémen est de plus en plus confuse. La rebellion des chiites houthistes vient de chasser le président légitime de la capitale, Sanaa. Cela pourrait être lourd de conséquences pour ce pays où prospère la branche d’Al-Qaida qui a endossé les attentats contre Charlie Hebdo.

2101-Yemen

Des houthistes à proximité du palais présidentiel, à Sanaa, au Yémen, le 20 janvier 2015

« Le président Abd Rabbo Mansour Hadi a quitté sa résidence à bord d’un véhicule de l’ambassade américaine pour se diriger vers Aden », la deuxième ville du pays, dans le sud du Yémen, affirme le site Aïn Al-Yemen.

Il a été chassé par les rebelles houthistes [un groupe armé qui se revendique du zaydisme, une branche de l’islam chiite qui n’existe qu’au Yémen], qui encerclaient le palais présidentiel à Sanaa depuis le 20 janvier. Il s’agit d’une milice dirigée par Abdelmalek Al-Houthi. Les zaydites constituent environ un tiers de la population yéménite, le reste étant sunnite.

(lire plus…)

Auschwitz/70e: Après Auschwitz plus résolument que jamais (The responsibility rests also indirectly upon the whole of humanity: Member of exiled Polish government revealed to an indifferent world « greatest crime in human history » three years before Auschwitz’s liberation)

Mardi 27 janvier 2015 par jc durbant

http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/03177/DT1942_3177339a.jpg

Quand le Telegraph révélait dès 1942 le « plus grand massacre de l’Histoire » …

En ce 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz …

Pendant qu’au Moyen-Orient et en Afrique ou même en Occident et après les ottomans en Turquie, les derniers djihadistes en date s’appliquent à appliquer, dans la plus grande indifférence, leur promesse de solution finale à la question juive et chrétienne …

Ou, à l’instar de l’Iran, s’en fourbissent les armes …

Et avec cet article d’avant-dernière page du Telegraph (« Les Allemands tuent 700 000 Juifs en Pologne : chambres à gaz mobiles ») qui révélait, trois ans avant sa libération, l’existence de chambres à gaz et le massacre perpétré contre les Juifs par les nazis.

Comment oublier …

Le mur d’ « indifférence, de doutes et même de suspicions » auxquels se heurta …

Szmul Zygielbojm, le membre du gouvernement polonais en exil à Londres …

Qui, via un réseau de contacts clandestins en Pologne occupée, avait fourni les informations …

Et, en une ultime forme de protestation avec la mort de sa femme et de son fils lors de la révolte du Ghetto de Varsovie, s’en tua un an après ?

Mais aussi, avec Hans Jonas, l’affirmation …

Qu’ « après Auschwitz » …

Et malgré même ce que dans sa quête du Dieu unique, la Bible du Déluge avait pu en dire …

« Plus résolument que jamais auparavant, Dieu est bon, malgré le mal qu’il y a dans le monde » ?

70e commémoration de la libération du camp d’Auschwitz : plus jamais ça, c’est plus jamais ça !

Mardi 27 janvier 2015 par sil

plus-jamais-c-est-plus-jamais

Israël calomnié, torturé, martyrisé, génocidé…
Mais Israël ressuscité… et désormais en État de se défendre…

sil @ 06:25
8036 articles de
Catégories: Israel forever!
5 CommentairesSuivez cette conversation Ajoutez à del.icio.us
Le jour où Elisabeth II a terrorisé le roi Abdallah

Mardi 27 janvier 2015 par sil

le-jour-ou-elizabeth-ii-terrorise-le-roi-abdallah

Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite est décédé vendredi dernier. L’occasion pour un diplomate anglais de raconter une anecdote savoureuse, survenue en 1998… (source)

Sir Sherard Cowper-Coles, ambassadeur du Royaume-Uni en Arabie Saoudite en 2003, fait le récit du drôle de tour que la reine d’Angleterre a joué au roi Abdallah d’Arabie Saoudite. Il tient l’histoire d’Elisabeth II elle-même…

En 1998, le roi Abdallah est reçu par la reine dans son domaine de Balmoral en Ecosse. Après le repas, Elisabeth II propose à son invité de faire le tour de la propriété. Hésitant dans un premier temps, Abdallah accepte l’invitation, sous la pression de ses diplomates.

Des Land Rovers sont garés devant le palais, et conformément aux instructions, Abdallah s’installe dans le véhicule de tête, sur le fauteuil passager. Son interprète prend place sur la banquette arrière. C’est là que le cours normal des choses fléchit : à la surprise générale des Saoudiens, la reine d’Angleterre s’installe au volant, et met le contact…

Il faut rappeler qu’en Arabie Saoudite, les femmes n’ont pas le droit de conduire. Abdallah n’est pas habitué à être conduit par une femme. La féministe Elisabeth II a trouvé ainsi une manière très subtile de faire passer un message ! Qui d’autre que la Reine d’Angleterre pouvait se permettre cela ?

Et ce n’est pas tout… Cherry on the cake, il s’avère qu’Elisabeth II se débrouille derrière un volant. Pour mémoire, à la fin de la Seconde guerre mondiale, elle a reçu un entraînement militaire à la conduite de camions et autres ambulances.

C’est donc avec une conduite sportive qu’Elisabeth II a emmené son invité sur les petites routes écossaises de Balmoral, tout en n’arrêtant pas de parler. Abdallah pétrifié, a demandé à son interprète d’inviter la Reine à ralentir et se concentrer sur sa conduite…

sil @ 06:23
8036 articles de
Catégories: Vive les femmes!
3 CommentairesSuivez cette conversation Ajoutez à del.icio.us
Plus Co(h)n tu meurs !

Mardi 27 janvier 2015 par sil

Plus-Cohn-tu-meurs

« J’ai honte de mon fils Abdelhamid »

Lundi 26 janvier 2015 par James

Le quotidien populaire belge Het Laatste Nieuws a rencontré Omar Abaaoud dont le fils, Abdelhamid, est le chef présumé de la cellule djihadiste démantelée la semaine dernière par la police belge. Il se dit atterré, lui qui, venu du Maroc il y a quarante ans, « doit tout à la Belgique ».

Publié le 20 janvier 2015

Het Laatste Nieuws (L’article original en néerlandais)

La Dernière Heure (La version publiée par La DH, en français)

2101-belgique

Abdelhamid Abaoud, capture d’écran d’une vidéo diffusée par l’EI

Omar Abaaoud, le père du chef présumé des terroristes belges, est effondré. « Je n’en peux plus. Je suis à bout de forces. J’ai honte pour Abdelhamid, mon fils. Il a ruiné nos vies. »

Omar Abaaoud, de Molenbeek, le papa d’Abdelhamid, le cerveau présumé de la cellule terroriste démantelée à Verviers [le 15 janvier], est en dépression depuis qu’il a appris la terrible nouvelle au sujet de son fils. « Pourquoi, au nom de Dieu, voudrait-il tuer des Belges innocents ? Notre famille doit tout à ce pays. »

(lire plus…)

Entre Israël et le Liban, la guerre des Miss

Lundi 26 janvier 2015 par James

La présence de Miss Israël sur un selfie de Miss Liban a mis le Liban dans tous ses états. Le commentaire enjoué et ironique d’un blogueur.

Par Claude El Khal

Publié le 21 janvier 2015

My Beirut Chronicles

2601-seflie

Le fameux selfie, où Miss Israël apparaît aux côtés de Miss Liban

Miss Israël s’est donc invitée sur un selfie de Miss Liban. Ce n’est pas la première fois que ce genre de chose se produit et ce ne sera pas la dernière. A moins que le Liban ne se retire de tous les concours de beauté internationaux.

(lire plus…)

Je ne suis pas Charlie, je suis Pleutre

Lundi 26 janvier 2015 par Sittingbull

caricature_mahomet_bombe

Je lance ce fil pour que tous les exemples de soumission de la part de ceux qui nous gouvernent soient archivés. Censurer n’importe quoi sous prétexte que c’est une offense à l’islam, c’est introduire en douceur la charia au cœur des Lumières.

On commence en 1742, avec l’interdiction de la pièce de Voltaire, Mahomet ou l’intolérance (texte intégral), parce qu’elle offensait les principes de la religion (chrétienne). Pas selon l’ami Tariq, cependant; elle fut interdite de production en 1993. Allez-y ajouter des liens, des exemples, je prévois un fil très long.

Zopire.

La paix avec ce traître ! Ah ! Peuple sans courage,
n’en attendez jamais qu’un horrible esclavage :
allez, portez en pompe, et servez à genoux
l’idole dont le poids va vous écraser tous.
Moi, je garde à ce fourbe une haine éternelle ;
de mon coeur ulcéré la plaie est trop cruelle :
lui-même a contre moi trop de ressentiments.
Le cruel fit périr ma femme et mes enfants :
et moi, jusqu’en son camp j’ai porté le carnage ;
la mort de son fils même honora mon courage.
Les flambeaux de la haine entre nous allumés
jamais des mains du temps ne seront consumés.
Syriza : victoire à la Pyrrhus en Grèce

Lundi 26 janvier 2015 par sil

Honzec-grece-fuites

1) « Syriza : victoire à la Pyrrhus en Grèce » par Gil Mihaely (source)

Le peuple grec a parlé haut et fort. Il a massivement apporté son soutien à Syriza et à son leader Alexis Tsipras. C’est la démocratie et comme tout le monde sait, le mot – contrairement à la chose, assez récente chez les Hellènes – a été inventé en Grèce. Le peuple a donc parlé, mais que diable a-t-il voulu dire ? Quelques témoignages d’électeurs grecs glanés dans la presse de ce dimanche permettent d’esquisser un début de réponse.

(…) Les cris d’enthousiasme des militants de Syriza sentant l’odeur de la victoire rappellent un certain 10 mai 1981. Si ces quelques cas cités plus hauts sont anecdotiques, beaucoup d’électeurs de Syriza n’adhérent pas aux idées et encore moins au programme de cette formation. Humiliés et en colère, ils cherchent à faire du mal à l’Europe. En anglais, on appelle cette attitude ”cutting off the nose to spite the face” (se couper le nez pour se venger du visage). Ce genre de châtiment procure un plaisir aussi intense que bref. Les regrets, en revanche, peuvent durer plus longtemps. Ainsi, certains esprits rationnels font le pari de « mouiller » l’extrême gauche dans la politique actuelle de la Grèce, laquelle ne se détournera pas de son cadre actuel, c’est-à-dire la démocratie libérale, le capitalisme, et l’économie de marché. D’aucuns ne croient pas un mot de ce que dit Syriza et souhaitent compromettre durablement la gauche radicale grecque pour prouver, une bonne fois pour toutes, qu’il n’existe pas de véritable alternative politique et idéologique.

En France, il nous a fallu presque trois ans (entre la victoire de mai 1981 et la formation du gouvernement Fabius, sans les communistes en 1984) pour évaluer les véritables marges de manœuvre politiques d’un gouvernement de gauche. On peut souhaiter aux Grecs que le processus soit plus rapide chez eux. De toute façon, la gauche radicale européenne doit dès à présent répondre à cette question décisive : comment survivre à l’inéluctable trahison idéologique de Syriza ? Certaines victoires sont pires que des défaites.

2) « L’Europe et Syriza » par Brice Couturier (source)

Depuis le début de la crise, il y aura bientôt sept ans, on nous serine que les années 30 vont faire retour, que les peuples ne supporteront pas l’aggravation continuelle du chômage, la baisse du niveau de vie et que les maux sociaux fragiliseront inéluctablement le système politique lui-même. Hé bien, en Grèce, en tous cas, il semble qu’on ait atteint ce seuil limite de tolérance. Ce pays sera donc le premier en Europe à être gouverné par un parti de la gauche radicale. Un parti « anti-système ».

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen peuvent se réjouir l’un et l’autre, eux qui avaient souhaité cette victoire – ainsi que vos invités, Marc Voinchet. Ils y voient une gifle infligée à l’Union Européenne, coupable de tous nos maux. Et il est vrai que Tsipras a joué à la fois sur le registre de la dénonciation de la finance internationale et de l’oligarchie locale et sur celui du patriotisme, déclarant lors de son ultime meeting de campagne : « Lundi, l’humiliation nationale sera terminée. Nous allons en finir avec les ordres venus d’ailleurs. » Mais l’appartenance à une sorte de confédération, si elle protège ses membres, comporte aussi des disciplines collectives dont on ne saurait s’affranchir. Lorsque l’argent qui sert à payer les salaires des fonctionnaires et des retraites vient d’ailleurs, il est accompagné d’injonctions à se réformer. A quoi servirait d’alimenter en eau un tonneau percé ? (lire plus…)

Des milliards pour le climat ?

Lundi 26 janvier 2015 par sil

climat-change

Séquence drôle : Notre président est allé à Davos expliquer qu’il avait besoin de beaucoup d’argent pour réguler le climat. Bah tiens !

Y’a pas à dire, je demeure fasciné par tous ces grands Régulateurs-en-Chef devant l’Eternel qui, pris dans leur mégalomanie, prétendent réguler un truc (le climat) qui ne risque pas d’être déréglé vu qu’il n’a jamais été réglé.

La preuve ci-dessus…

Lire aussi : 2014, année la plus chaude ? Faux. Pour réchauffer la planète, rien ne vaut des mensonges

Selon la Nasa et l’Agence américaine océanique et atmosphérique, l’année 2014 a été la plus chaude depuis le début des relevés de températures en 1880. De quoi laisser perplexe Benoît Rittaud, mathématicien et auteur du « Mythe climatique ». Il explique pourquoi. (plus…)

Charb avait réclamé le port d’arme… en vain

Lundi 26 janvier 2015 par sil

good-guys-without-guns

« Charb était adepte du tir sportif. Pour se délester de cette présence policière, il avait demandé une autorisation de port d’arme. Sans suite. » (source)

C’est par cette cruelle citation tiré d’un récent article, paru dans l’hebdomadaire Télérama, que nous apprenons que le dessinateur/journaliste et ex-directeur de la publication du journal satyrique Charlie Hebdo , Stéphane Charbonnier -dit « Charb », était « l’un des nôtres » puisqu’il était tireur sportif.

Sous constante protection policière depuis 2011, celle-ci s’était apparemment maintes fois révélée contraignante d’après le témoignage d’un proche, au point que l’intéressé avait réclamé le droit au port d’armes, ce qui est prévu par la Loi :

« Article R315-5 : Le ministre de l’intérieur peut autoriser par arrêté toute personne exposée à des risques exceptionnels d’atteinte à sa vie, sur sa demande, à porter et transporter une arme de poing ainsi que les munitions correspondantes dans les limites fixées au 1° de l’article R. 312-47. L’autorisation, délivrée pour une période qui ne peut excéder un an, est renouvelable. Elle peut être retirée à tout moment. Le préfet du département du domicile du titulaire de cette autorisation de port d’arme lui délivre, sur présentation du certificat médical mentionné à l’article R. 312-4, l’autorisation d’acquérir et de détenir, pour la même durée, l’arme de poing et, dans les limites prévues au 1° de l’article R. 312-47, les munitions correspondantes. En cas de retrait ou de non-renouvellement de l’autorisation de port d’arme, l’autorisation d’acquisition et de détention d’arme devient aussitôt caduque. Son titulaire se dessaisit alors de l’arme et des munitions selon les modalités prévues aux articles R. 312-74 et R. 312-75. »

La faute de l’Etat dans cette affaire est donc, une nouvelle fois, pleine et entière en refusant d’accéder à la requête d’un citoyen soumis à une situation à hauts risques, ce qui est justement prévu par la Loi. (…)

« Un islam sans racines ni culture »

Lundi 26 janvier 2015 par sil

« UN ISLAM SANS RACINES NI CULTURE » par Olivier Roy (source)

Il s’agit d’abord d’une dérive. Dérive de jeunes souvent venus, mais pas toujours, des zones grises et fragiles de la société – seconde génération d’immigrés, en précarité sociale, ayant tâté de la petite délinquance. Mais la dérive peut être plus personnelle, plus psychologique et moins liée à l’environnement social, comme on le voit chez les convertis (qui représentent 22 % des jeunes Français qui rejoignent le djihad en Syrie). Ce n’est pas une partie de la population française musulmane qui se tourne vers le djihad et le terrorisme, c’est une collection d’individus, de solitaires, qui se resocialisent dans le cadre d’une petite bande ou d’un petit groupe qui se vit comme l’avant-garde d’une communauté musulmane, laquelle n’a pour eux aucune réalité sociale concrète, mais relève de l’imaginaire : aucun n’était inséré dans une sociabilité de masse, qu’elle soit religieuse, politique ou associative. Ils étaient polis mais invisibles : « avec eux, c’était juste bonjour-bonsoir » est un leitmotiv des voisins effarés. Ils parlent pêle-mêle de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Tchétchénie, des musulmans massacrés dans le monde, mais aucun n’évoque le racisme, l’exclusion sociale ou le chômage, et ils ne citent la Palestine que parmi la litanie des contentieux. Bref, il faut se méfier d’une explication, populaire à « gauche », selon laquelle l’exclusion sociale et le conflit israélo-palestinien radicaliseraient les jeunes.

Terroristes ou djihadistes, ils se construisent un statut de héros, de guerriers qui vengent le Prophète, l’oumma, la femme musulmane ; ils se mettent en scène (vidéos, caméras GoPro), ne préparent ni leur fuite ni de lendemains qui chantent, et meurent en direct à la une des journaux télévisés, dans un bref spasme de toute-puissance. Leur nom est sur toutes les lèvres : héros ou barbares, ils s’en fichent, l’effet de terreur et de renommée est atteint. En ce sens, ils sont bien le produit d’une culture nihiliste et individualiste de la violence que l’on retrouve dans d’autres secteurs de la jeunesse (chez les jeunes qui attaquent leur propre école, le « syndrome de Columbine »).

Il y a beaucoup de rebelles en quête d’une cause, mais la cause qu’ils peuvent choisir n’est évidemment pas neutre. Un meurtre au nom de l’islam a un autre impact qu’un mitraillage dans une école commis par un élève, ou qu’une séance de torture ordonnée par un petit trafiquant de drogue. (lire plus…)

Capitulation : Le Victoria & Albert Museum de Londres censure une œuvre représentant Mahomet

Lundi 26 janvier 2015 par sil

Après avoir caché le fait qu’il possédait une représentation du Prophète dans ses collections, le musée londonien l’a discrètement fait disparaître de son catalogue en ligne.

Interrogés après l’attentat contre Charlie Hebdo, les responsables du Victoria & Albert Museum de Londres avaient assuré ne posséder aucune image représentant le prophète Mahomet dans leurs collections. Mais la semaine dernière, un expert américain a mis la main sur un dessin moderne iranien figurant à son catalogue sous la description «Mahomet, prophète de Dieu», qui a aussitôt disparu de sa base de données en ligne.

Après la révélation de ce tour de passe-passe parThe Observer, dimanche, une porte-parole du musée évoque une «erreur honnête». Elle a dû reconnaître que l’image avait été retirée du catalogue numérique pour des raisons de sécurité. (plus…)

Cinéma: On ne peut calculer le nombre de vies sauvées (As the American left lashes out at the most lethal sniper in US history with 160 confirmed kills)

Lundi 26 janvier 2015 par jc durbant

http://i1.mirror.co.uk/incoming/article5016926.ece/alternates/s615/American-sniper-murder-poster.jpg

http://i.ytimg.com/vi/VDyvWwrnrLE/hqdefault.jpghttps://pbs.twimg.com/media/B7GBIvwIUAACjjr.jpg:large

Attention: une propagande peut en cacher une autre!

A l’heure où des policiers et des tireurs d’élite sur les toits parisiens se voient pour une fois …

Non hués mais salués par la population …

Comment ne pas voir pour ce qu’elle est …

La nouvelle polémique, après celles du Hurt locker et de Zero dark thirty, de nos gauchistes de service …

Contre le nouveau film de Clint Eastwood et hommage posthume (victime il y a deux ans d’un sous-officier de marine de 20 ans souffrant de stress post-traumatique dont il s’occupait) …

Au tireur d’élite le plus décoré de toute l’histoire militaire des États-Unis …

A savoir de la pure propagande ?

Ukraine : De Maïdan à Donetsk, le pays pleure ses morts

Dimanche 25 janvier 2015 par James

Le 22 janvier 2014, les forces de l’ordre du président Ianoukovitch ouvraient le feu sur les manifestants, faisant deux morts à Kiev. Un an plus tard, le pays est pris au piège d’une guerre de plus en plus impitoyable.

2201-Ukraine

C’était le 22 janvier 2014. Dans les rues de Kiev, le mécontentement croissait d’heure en heure. Et quand des manifestants ont voulu avancer sur les forces de l’ordre, les tristement célèbres « Berkouts », ceux-ci ont tiré, tuant Serhiy Nigoyan, un Ukrainien d’origine arménienne, et Mykhaïlo Jiznevsky, un militant nationaliste biélorusse. Peu après, on retrouvait également le cadavre de Youri Verbytsky, torturé à mort par la police.

(lire plus…)